AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 euphoria — ((sulai))

Aller à la page : 1, 2  Suivant
flow entertainment
flow entertainment
flow entertainment
avatar
flow entertainment


Messages :
230

Age :
22 ans

groupe :
Ghost (Busters)

rôle dans le groupe :
vocal & dance, le retardataire™

nom de scène :
Luigimansion

occupation :
rookie, parolier à ses heures — crevette dans ce bol de tomyam qu'est la vie

avatar :
dean (©morning rain)

DC :
gabriel (flow), sunwoo (staff), hyunbin (wdl), ludmila (wdl), ae ra (ym), yijun (kg)

Points :
264


Mer 12 Sep - 15:26




so take my hand, take my whole life too ; 'cause I can't help falling in love with you

Y a des papillons et quelques étoiles qui tourbillonnent au creux de ses entrailles ; en étincelles de joie - contrées un peu par quelques ombres de doute, incertitude dérangeante pour tâcher de gris un souvenir qui se voudrait éclatant. Lèvres sur lèvres, sourires sur sourires, dans une surprise totale pour l’espiègle aux yeux bandés ; qui veut pas voir la vérité telle qu’elle se présente devant lui - peut-être peureux sans le savoir. À se demander si elle aussi, elle bat un peu plus vite à l’apercevoir, partage sa dernière révélation ; si elle se gonfle un peu plus à l’entente de sa voix, comme il a pu le réaliser il y a quelques mois - si ses vibrations en provoquent d’autres, plus profonde, chez Chailai autant que les siennes font naître les siennes. Pas oser comprendre de peur de se tromper - mais Sunan gamin toujours direct aime pas tourner autour du pot, pas se noyer dans ses doutes, eux qui voudraient venir emplir ses poumons jusqu’à l’empêcher de respirer, l’obséder, calciner toute autre pensée.

Ennemi des règles, a aucun souci à les contourner - et pour parler à sa belle c’est sans hésiter qu’il s’enfuit du donjon où pendant deux mois il est retenu prisonnier ; pour cette émission finalement source de quelque confusion. Il est bizarrement nerveux, Sunan, à se tenir devant sa porte le coeur en vrac, la tête emmêlée et les idées éparpillées ; pourtant deux coups frappés après, le voilà qui entre sans même attendre permission - parce qu’elle est Chailai, parce qu’il est chez lui tant qu’il est à ses côtés ; du moins il se plaît toujours autant à le penser.

Sourire amusé à surprendre sa propre image sur l’écran, drôle d’impression que de voir cet autre lui animé en deux dimensions, et Sunan il pouffe de ses propres facéties, jeu stupide de l’amoureux transi.

Eh bah dites donc...je rends vachement bien à l’écran.

Espiègle à l’humour toujours un peu trop lourd.

(c) SIAL ; icons sial


flow entertainment
http://www.lights-camera-action.org/t9181-to-myself-sunanhttp://www.lights-camera-action.org/t9183-martini-blue-sunanhttp://www.lights-camera-action.org/t9191-chuensang-sunanhttp://www.lights-camera-action.org/t9190-sunan-cellphonehttp://www.lights-camera-action.org/t9189-sun_anhttp://www.lights-camera-action.org/t8501-ghost_offhttp://www.lights-camera-action.org/t9767-sunan-ghost#165549http://www.lights-camera-action.org/t8059-ghost-flow-ent
knockout global
knockout global
knockout global
avatar
knockout global


Messages :
843

Age :
24. (31.10.94)

nom de scène :
'lolita'

avatar :
chungha (kelly)

DC :
kass's squad.

Points :
487


Dim 16 Sep - 19:09




so take my hand, take my whole life too ; 'cause I can't help falling in love with you

ce jour sonne l’énième jours de repos d’affilés –
responsabilités professionnelles mises de côtés pour quelques problèmes de santé.
(selon elle, s’entend)

mais en réalité, elle a juste le cœur retourné, les pensées éclatées.

fin de promotion pour l’artiste bancale qu’elle représente. elle est une de ses figures à l’âge avancé s’éternisant sur les écrans de ces jeunes sans avoir la récompense de briller comme il faudrait – souvent mise à l’ombre par quelques jeunettes plus éclatantes encore. et pourtant, le sentiment n’est pas dérangeant, habitude ancrée en l’être – sans être remise en cause à chaque fois que le nombre si bas s’affiche sur la barre des vues.

énième soupir lâché d’entre ses lèvres, son regard se détache de l’écran de télévision.
(trop c’est trop) – sa silhouette se lève du sofa dans lequel elle était assise depuis le début de l’épisode.
alors elle tourne en rond, chailai, comme une lionne en cage – cent pas effectués dans le salon de son appartement, point utile à faire taire les idées naissantes en son esprit. le palpitant grondant la désagréable sensation s’étant éprise de son être depuis qu’elle a laissé échapper ce désir brûlant contre ses lèvres.

souvenirs encore trop clairs en ses pensées, sensation trop vive sur les lèvres. comme si c’était hier.

mains glissant dans sa chevelure, elle grogne des remarques désagréables avant de se laisser tomber sur le sofa. les paupières se fermant quelques secondes alors qu’elle ramène ses jambes à sa poitrine, les entoure de ses bras alors qu’elle se cache le visage. elle ne sait plus où se mettre chailai, se trouve stupide, se répète qu’elle l’est vraiment.

d’avoir pu penser plus, d’avoir espéré plus, d’avoir montré plus.

jalousie grondant en son être, la gamine fait claquer sa langue contre son palais alors qu’elle regarde la silhouette de cet homme qui a capturé son cœur sans le savoir. subjuguée par l’écran, elle n’entend pas les coups portés contre sa poitrine, ni l’arrivé de celui qui fait naître en elle un volcan de sentiments. et lorsque sa voix résonne, l’instinct répond. « on dirait presque que c’est vrai » – et ça sonne clairement son sarcasme, sa jalousie rouge.

et il ne lui faut que quelques secondes avant de réaliser. ses pupilles se tournent vers lui, sa bouche s’entrouvre de surprise. son premier réflexe est d’attraper l’oreiller à ses côtés avant de lui balancer à la figure « mais qu’est-ce que tu fous là ? » et elle se relève avec fracas, son regard volant de la télé à lui. « sunan !! »

et elle ne comprend pas, pourquoi il est là.

(c) SIAL ; icons sial


knockout global
http://www.lights-camera-action.org/t11927-chailai-moi-je-m-appelle-lolita#179449http://www.lights-camera-action.org/t4524-kanlaya#82171http://www.lights-camera-action.org/t3930-savika-kanlaya#81766http://www.lights-camera-action.org/t4412-savika-kanlaya-hotline-blinghttp://www.lights-camera-action.org/t7165-chailai-chaiyeahhttp://www.lights-camera-action.org/t10364-lolitahttp://www.lights-camera-action.org/t4316-lolita-savika-kanlayahttp://www.lights-camera-action.org/t3997-afterglow-knockout-global
flow entertainment
flow entertainment
flow entertainment
avatar
flow entertainment


Messages :
230

Age :
22 ans

groupe :
Ghost (Busters)

rôle dans le groupe :
vocal & dance, le retardataire™

nom de scène :
Luigimansion

occupation :
rookie, parolier à ses heures — crevette dans ce bol de tomyam qu'est la vie

avatar :
dean (©morning rain)

DC :
gabriel (flow), sunwoo (staff), hyunbin (wdl), ludmila (wdl), ae ra (ym), yijun (kg)

Points :
264


Lun 17 Sep - 21:40




so take my hand, take my whole life too ; 'cause I can't help falling in love with you

C’est une bête, c’est un monstre - ou même un cataclysme, qui s’avance silencieusement sans que Sunan ne sache le reconnaître, voudrait bien faire quelques ravages et dévaster de ses tempêtes ce qui est établi ; mais elle sait se faire silencieuse la jalousie - et il a voulu s’en moquer sans trop savoir qu’elle était réelle, s’est attiré drôle de réactions de la belle. À sentir encore la brûlure électrisante de ses lèvres sur les siennes - collision comme celle de deux astres qui voudrait tout changer, et auprès d’elle une fois encore il sent la jalousie gronder ; vouloir sortir ses griffes pour tout déchirer, Sunan qui sait pas trop qu’en penser. Lippes étirées avant de se relâcher en léger soupir, tenter d’esquisser un sourire.

Il a pas le temps d’articuler même un mot, que voilà la tigresse qui l’attaque d’un coussin projeté, et il retrouve l’arc de ses lèvres un peu amusées. C’est la tentation d’une autre réplique désinvolte qui s’immisce au creux de son esprit - mais il tente, un peu, de garder son sérieux face à la question posée. Parce qu’il n’est pas là pour plaisanter, s’abandonner encore un peu aux bras rassurants de l’insouciance ; mais pour avoir quelques réponses aux questions qui tournent encore et encore sur l’encéphale comme un carrousel déchaîné, à lui en donner le tournis, les yeux remplis d’étoiles un peu étourdis. Et pour la première fois Sunan a peur du franc-parler ; qui se dresse comme une muraille face à lui - à lui sembler insurmontable, immuable et effrayant. Quand avaler même sa salive lui semblerait presque douloureux ; et pourtant il parle Sunan, se jette tête la première dans les vagues déchaînées, quitte à prendre quelques coups et s’y noyer un peu.


J’suis venu te parler, Chailai. Je crois que c’est nécessaire.

Et un nouveau soupir - pas las mais un peu décourager, gamin se sent se dégonfler ; rassemble pourtant courage pour attaquer encore un peu.

De la dernière fois - j’voudrais que tu m’explique, pourquoi t’as fait...c’que t’as fait. J’suis perdu, j’déteste être perdu, pas être au clair sur les choses comme ça. Tu me rends confus, Chailai, et j’voudrais que tu m’aides à ne plus l’être.

Aveu à demi-mot d’un brouillard qui n’est pas d’habitude le sien, pourtant lui colle à la peau comme désagréable manteau ; il a du mal à lui faire face, Sunan, mais il voudrait qu’elle ramène vers lui les rayons du soleil, pour percer un peu ses nuages.

(c) SIAL ; icons sial


flow entertainment
http://www.lights-camera-action.org/t9181-to-myself-sunanhttp://www.lights-camera-action.org/t9183-martini-blue-sunanhttp://www.lights-camera-action.org/t9191-chuensang-sunanhttp://www.lights-camera-action.org/t9190-sunan-cellphonehttp://www.lights-camera-action.org/t9189-sun_anhttp://www.lights-camera-action.org/t8501-ghost_offhttp://www.lights-camera-action.org/t9767-sunan-ghost#165549http://www.lights-camera-action.org/t8059-ghost-flow-ent
knockout global
knockout global
knockout global
avatar
knockout global


Messages :
843

Age :
24. (31.10.94)

nom de scène :
'lolita'

avatar :
chungha (kelly)

DC :
kass's squad.

Points :
487


Mar 18 Sep - 14:49




so take my hand, take my whole life too ; 'cause I can't help falling in love with you

qu’est-ce que tu fous là, sunan ?
hein, dis-moi, qu’est-ce que tu fais là ? parce que j’sais pas, je sais plus
t’es venu me montrer que t’étais heureux avec elle ? parce que tu en as l’air, tu le sais ? t’as l’air heureux, cet air niait sur ton visage quand tu la regardes, tu joues bien sunan
t’es venu me dire que je me suis trompée ? que ce n'était pas ce qu’il fallait faire ? dis-moi, sunan, t’es venu rire de moi ?
qu’est. ce. que. tu. veux.

elle se sent idiote chailai,
idiote d’avoir imaginé des signes –

les mots s’envolent sans qu’elle ne puisse les rattraper – papillons rouge de jalousie portés par le vent avant de disparaître dans les esprits, se laissent graver seulement. et quand ses sens se reconnectent, la gamine voit trouble ; double apparition, une réelle et une virtuelle et l’enfant ne sait plus où donner de la tête alors que son palpitant s’affole.

oreiller jeté, elle s’affole de le voir devant elle ; il n’a pas le droit d’être en ses lieux, il doit être là-bas, auprès d’elle. et sa gorge se serre face à cette réalité. confusion laissant bouillonner le liquide carmin en ses marbrures, la sauvage aboie quelques phrases. forcée d’aborder une parure de marbre alors qu’elle n’est que pierre.

elle se sent petite chailai, idiote alors qu’elle sent le rouge colorier grossièrement ses joues, détourne le visage lorsque la boule en son sein est au bord de l’implosion. et ses bras se croisent contre sa poitrine, ont essayer de retenir le palpitant qui gronde. liquide carmin bouillonnant en ses sillons, elle hausse les épaules à ses questions. joue l’innocente, l’inconsciente.

les sourcils se froncent
elle ne sait pas de quoi il parle,
(faux, elle sait très bien)
et ça lui fait peur, car en son esprit, le positif n’a point de place, jeune femme se préparant à un refus de la part du plus jeune.

« je ne vois pas de quoi tu parles sunan, je n’ai rien fait » – et la voix craque sur le mensonge, fissure le masque qu’elle tente difficilement d’arborer. ne t’inquiète pas, ce n’était qu’une erreur, retourne auprès d’elle ; et elle se retourne, se bouffe les lèvres, grimace tordant les traits de son visage, reprend sa place comme si de rien était sur son canapé, continue de regarder l’épisode – « je ne vois pas en quoi tu serais confus. »

(c) SIAL ; icons sial


knockout global
http://www.lights-camera-action.org/t11927-chailai-moi-je-m-appelle-lolita#179449http://www.lights-camera-action.org/t4524-kanlaya#82171http://www.lights-camera-action.org/t3930-savika-kanlaya#81766http://www.lights-camera-action.org/t4412-savika-kanlaya-hotline-blinghttp://www.lights-camera-action.org/t7165-chailai-chaiyeahhttp://www.lights-camera-action.org/t10364-lolitahttp://www.lights-camera-action.org/t4316-lolita-savika-kanlayahttp://www.lights-camera-action.org/t3997-afterglow-knockout-global
flow entertainment
flow entertainment
flow entertainment
avatar
flow entertainment


Messages :
230

Age :
22 ans

groupe :
Ghost (Busters)

rôle dans le groupe :
vocal & dance, le retardataire™

nom de scène :
Luigimansion

occupation :
rookie, parolier à ses heures — crevette dans ce bol de tomyam qu'est la vie

avatar :
dean (©morning rain)

DC :
gabriel (flow), sunwoo (staff), hyunbin (wdl), ludmila (wdl), ae ra (ym), yijun (kg)

Points :
264


Dim 23 Sep - 19:12




so take my hand, take my whole life too ; 'cause I can't help falling in love with you

Bal de masques qui déambulent en farandole colorée ; si beaux et réconfortants sous leurs marbrures dorées, tellement plus faciles à porter que le poids des vérités - deux gamins aux coeurs voilés, bâillonnés par peur de ce que leurs cris provoqueraient. Sunan pourtant lassé malgré la peur voudrait hurler dans la tempête - que le vent transporte les vibrations de leur vérité sur toute la planète, mais effrayé, refuse d’ouvrir la bouche avant qu’elle ne le fasse. Le secret - il est rassurant, comme quelques douceurs chuchotées à leurs oreilles, c’est l’amour que l’on tait de peur de faire brûler l’amitié, enfoui au creux d’une cage thoracique devenue trop petite pour le cacher ; quitte à ce qu’il s’enfuisse en ne laissant que des débris sur son passage.

Y a pointe d’agacement à la voir tout nier - à se demander si c’est tout simplement preuve de regrets, si leur dernier échange ne fut qu’instant de folie de la part de Chailai ; et Sunan rien qu’à y penser a plus de mal à respirer, le coeur trop lourd pour sa poitrine et la gorge lacérée. Quand devant ses yeux la fresque se teinte plus de gris tristesse que de jaune espoir - que le rose timide d’une attirance partagée peine à se faire voir ; et il crache un soupir un peu lassé, gamin fatigué, de mensonges et envies cachées.

Je crois que tu vois très bien au contraire de quoi je parle. Et j’sais pas pourquoi tu joues à celle qui sait pas - tu m’as embrassé Chailai, j’crois pas l’avoir imaginé, j’voudrais juste...savoir pourquoi.

Refuser de penser qu’elle ait pu déjà effacer ses actes de sa mémoire - quand ses lèvres brûlent encore à cette simple pensée. Incapable de réfléchir d’être rationnel, penser avant d’agir bien trop rébarbatif . Alors guidé par le palpitant aux battements désordonnés, lui qui est emporté par la tempête depuis quelques jours déjà - c’est sa main sur la sienne pour la forcer à lui faire face et plonger ses yeux dans ses obsidiennes que l’on espère, un jour, voir briller pour nous, et ses lèvres qui s’avancent en inconscience, pour voler un peu des siennes (quelques millisecondes électriques avant de se reculer). S’écartent un peu en un souffle -

T’avais fait ça.

Murmure sous les joues teintées de joli carmin.

(c) SIAL ; icons sial


flow entertainment
http://www.lights-camera-action.org/t9181-to-myself-sunanhttp://www.lights-camera-action.org/t9183-martini-blue-sunanhttp://www.lights-camera-action.org/t9191-chuensang-sunanhttp://www.lights-camera-action.org/t9190-sunan-cellphonehttp://www.lights-camera-action.org/t9189-sun_anhttp://www.lights-camera-action.org/t8501-ghost_offhttp://www.lights-camera-action.org/t9767-sunan-ghost#165549http://www.lights-camera-action.org/t8059-ghost-flow-ent
knockout global
knockout global
knockout global
avatar
knockout global


Messages :
843

Age :
24. (31.10.94)

nom de scène :
'lolita'

avatar :
chungha (kelly)

DC :
kass's squad.

Points :
487


Ven 28 Sep - 21:38




so take my hand, take my whole life too ; 'cause I can't help falling in love with you

et pour la première fois de sa vie,
ses traits se teintent, de quelques couleurs étrangères
– celles qui n’ont jamais été sur la palette
couleurs grisâtres et ton rosé d’une jalousie incomprise, pas encore domptée
les paupières sont closes sur la réalité, faisant voile sur la vie. à vouloir se cacher de la vérité, celle qui pourrait faire mal celle qui pourrait blesser. le palpitant se gonfle, se bloque – mécanique du cœur qui déraille alors qu’elle ramène ses bras contre sa poitrine, à essayer de retenir ce cœur brasier ; essayer de calmer, d’apaiser cette vague de chaleur désagréable. celle qui mélange doutes et insécurités. à s’attendre à un refus, un rire, une moquerie – à se maudire de quelques espoirs survivants
s’être mise en tête que, probablement, peut-être, les sentiments étaient partagés – mais le sourire affiché envers le regard d’une autre était sa seule réponse. elle s’était menti à elle-même.

aveuglée – dépossédée d’une vision, clarté sauvagement retirée par quelques notes mélodieuses d’un rire qu’elle pense réel. alors elle dément, hausse avec une force à moitié éteinte ses épaules portant le poids de sa rancœur.

il ne s’est rien passé
ses lèvres n’ont pas touché les siennes, le souffle ne s’est pas coupé, le cœur ne s’est pas affolé, les joues ne se sont pas colorés d’une touche rosé. rien de tout ça n’est vrai, tout à a été imaginé. fantasme puéril d’une jeune femme au cœur paumé. sa nervosité bouffe sa lèvre inférieure, et c’est tout à la fois. un vide, un trop-plein, tout à la fois. amas d’émotions incomprises qui lui font perdre la tête et elle se dit, ô combien il serait utile d’être loin d’ici pour hurler la frustration accumulée.

mais ce n’est que le silence qui l’enveloppe, lorsque sa voix s’élève, appose des mots sur son incompréhension. et le dos toujours tourné, elle déglutit l'enfant –

tu
m’as
embrassé


et la silhouette se redresse, gonflée par l’inspiration brûlante d’une quête de courage – l’excuse d’avoir fait le geste au bord de ses lèvres, prête à être lâchée. les mots sont volés, tués lorsque sa main glisse sur la sienne. poupée de soie qu’on retourne avec douceur alors qu’elle baisse le regard, n’ose affronter le sien de peur d’y trouver quelque chose qui pourrait la faire exploser. les secondes semblent s’éternisés, les paupières papillonnent, cherche les mots adéquates, mais ce sont ses lèvres contre les siennes qui font partir les nuages.

rayons de soleil chassant la grisaille, elle reste figée alors que ses billes obsidiennes croisent les siennes. son visage à quelques centimètres du sien, sa main dans la sienne – chailai a les traits qui tremblent. et si le doute persiste, le brasier de son cœur s’enflamme. « je … » mais les mots ne sortent pas. coups de canon dans les tempes, elle ferme les yeux. « je suis désolée, je … j’aurais pas dû faire ça » elle aurait dût faire mieux.
noyée dans un sentiment de c’est maintenant ou jamais, la sauvage tire la main dans la sienne pour le rapprocher, sa main libre vint s’accrocher à la nuque du garçon. ses pulpes s’étirant dans un sourire –

celui qui chante beaucoup de choses,
celui qui veut dire beaucoup de choses,
celui qui rencontre le sien.

et dans un geste rapide, sa bouche rencontre la sienne avec un peu plus d’insistance. à lâcher sa main pour encadrer son visage – toucher électrique, agréable, celui qui donne vie aux papillons dans le ventre. elle essaye, de lui murmurer quelque chose, de capturer un peu de lui. mais a-t-il compris ?
mais c’est rapide, trop rapide et chailai se détache, les yeux grands ouverts, à lâcher son visage alors qu’elle cherche du regard un peu de tout, sauf lui. et elle se mord la lèvre, souffle trop fort, gênée. « je … hm … » et elle passe une main dans ses cheveux, ses joues si rouges, si belles des sentiments trop visibles.

(c) SIAL ; icons sial


knockout global
http://www.lights-camera-action.org/t11927-chailai-moi-je-m-appelle-lolita#179449http://www.lights-camera-action.org/t4524-kanlaya#82171http://www.lights-camera-action.org/t3930-savika-kanlaya#81766http://www.lights-camera-action.org/t4412-savika-kanlaya-hotline-blinghttp://www.lights-camera-action.org/t7165-chailai-chaiyeahhttp://www.lights-camera-action.org/t10364-lolitahttp://www.lights-camera-action.org/t4316-lolita-savika-kanlayahttp://www.lights-camera-action.org/t3997-afterglow-knockout-global
flow entertainment
flow entertainment
flow entertainment
avatar
flow entertainment


Messages :
230

Age :
22 ans

groupe :
Ghost (Busters)

rôle dans le groupe :
vocal & dance, le retardataire™

nom de scène :
Luigimansion

occupation :
rookie, parolier à ses heures — crevette dans ce bol de tomyam qu'est la vie

avatar :
dean (©morning rain)

DC :
gabriel (flow), sunwoo (staff), hyunbin (wdl), ludmila (wdl), ae ra (ym), yijun (kg)

Points :
264


Lun 8 Oct - 9:15




so take my hand, take my whole life too ; 'cause I can't help falling in love with you

((music)) — Des secondes - ou quelques millièmes de ces dernières ; c’est court, bien trop court pour ce contact qu’on appelait jusqu’alors de toutes nos forces. C’est court mais pourtant l’univers a eu le temps de naître de la collision de pulpes timides, en explosion stellaire rien qu’à ce simple si léger baiser ; alimenté par l’électricité qui se répand pour Sunan du bout des lèvres jusqu’à celui de ses doigts. Et il sourit l’idiot, il sourit sans trop savoir s’il devra bientôt pleurer - parce qu’il est si bon d’oser, d’ignorer la raison qui hurle en tirant sur ses chaînes. Si bon de sentir sa peau sur la sienne, si bref soit ce plaisir.

Il ignore la réalité ne serait-ce que le temps d’une inspiration - lui semblerait-elle éternité, tandis qu’il aspire encore et encore cette sensation en grandes bouffées tant qu’il le peut, dans l’urgence de l’aspect éphémère que provoque l’incertitude ; à pas savoir ce que la prochaine seconde nous apportera, si elle verra naître le soleil ou bien la pluie. Pourtant - c’est si dur d’oublier la boule au creux de l’estomac, la tension de la gorge, les nerfs qui s’échaudent à l’idée d’une erreur ; et Sunan s’en reconnaîtrait presque plus, à se dire que l’amour définitivement rend bien bête.

Et c’est elle qui brise le miroir des espérances - à ramener ses regrets en plein devant ses yeux, j’aurais pas du faire ça, qu’elle balance sans savoir que de ses simples mots, c’est des milliers d’échardes dont elle entoure le palpitant malmené. Resserre un peu la boule autour de ses cordes vocales ; il voudrait bien s’excuser et puis partir tête baissée, oublier pour toujours ce qu’il a bien pu espérer, oublier un peu tout, mais - mais voilà qu’elle le rattrape de douceur sur sa nuque et de souffle sur sa peau.

À n’en plus rien comprendre - mais au fond l’enfant pas amoureux de trop longues réflexions, veut plus s’embarrasser de toutes ces questions, pas quand sur ses lèvres à nouveau bourgeonne la joie, la chaleur, les milliers d’étoiles filantes pour traverser son ciel. S’il c’est ainsi que l’on se sent en se jetant de la falaise, alors Sunan acceptera volontiers de se noyer pour elle, à poser sa main sur sa joue comme si elle était faite de porcelaine, la plus délicate des fleurs à avoir poussé sur la terre - la regarder comme s’ils étaient seuls dans l’immensité de l’univers, deux astres solitaires, enfin réunis en explosion d’étoiles. Et c’est le soleil qui brille à nouveau à la rencontre de leurs lèvres, sa bouche au goût de renouveau et de nouvel espoir ; s’être trouvés enfin, bonheur goûté au bout de ses pulpeuses qu’il embrasse vraiment enfin, et il voudrait s’enivrer d’elle comme du plus délicat des alcools, savourer sa peau comme la plus délicieuse des choses, son odeur plein le nez comme le plus délicat des parfums. Parce qu’il est lui et qu’elle est elle, parce qu’il a passé trop de temps à ignorer que son coeur criait pour elle - et qu’il est si bon de se laisser aller à l’aimer quelques instants, ne seraient-ils qu’éphémères.

Et c’est l’arc-en-ciel inversé qui naît au bout des lèvres contre les siennes - solaire sourire quand il attendait plus que ça arrive ; les yeux à nouveau ouverts quand elle rompt l’étreinte, verrouillant ses iris aux étoiles de ses yeux. À plus vraiment oser respirer ni même savoir quoi dire ; penser juste qu’elle est belle avec ses joues rougies, qu’elle est belle tout simplement jusque dans son essence.

Mais un peu gêné pourtant, c’est enfantin qu’il se racle la gorge - et comme un miroir parcourt de sa main sa propre chevelure, tentative maladroite de récupérer une contenance. Puis balbutie quelques mots maladroits, sous l’impression désagréable d’avoir perdu une décennie.

Tu - je - ça veut dire quoi, au juste ? Je…

Soupir - et c’est un murmure susurré qui vient révéler l’évidence.

Tu sais, Chailai. Tu me plais...beaucoup.

Aux joues rouges de timidité inutile.

(c) SIAL ; icons sial


flow entertainment
http://www.lights-camera-action.org/t9181-to-myself-sunanhttp://www.lights-camera-action.org/t9183-martini-blue-sunanhttp://www.lights-camera-action.org/t9191-chuensang-sunanhttp://www.lights-camera-action.org/t9190-sunan-cellphonehttp://www.lights-camera-action.org/t9189-sun_anhttp://www.lights-camera-action.org/t8501-ghost_offhttp://www.lights-camera-action.org/t9767-sunan-ghost#165549http://www.lights-camera-action.org/t8059-ghost-flow-ent
knockout global
knockout global
knockout global
avatar
knockout global


Messages :
843

Age :
24. (31.10.94)

nom de scène :
'lolita'

avatar :
chungha (kelly)

DC :
kass's squad.

Points :
487


Sam 20 Oct - 16:03




so take my hand, take my whole life too ; 'cause I can't help falling in love with you

elle arbore une folie propre, celle qui l’anime en ces temps de troubles,
à capturer de nouveau sa bouche de la sienne, approfondir un baiser qu’elle aurait déjà dû lui donner avec l’idée de lui transmettre tout ce qu’elle ne peut dire par des mots. chailai, elle est complexe, elle a la langue déliée en temps normal, mais elle se montre secrète lorsqu’il est question des sentiments et des pensées gorgeant le jardin secret. à ne pas savoir utiliser les bons mots pour apaiser, pour conforter, pour dévoiler – parce qu’elle n’a jamais su le faire, on ne lui a jamais donné l’occasion de le faire. paupières closes, elle se rapproche de lui.
refuse de perdre contact avec le rêve.
ne pas vouloir se réveiller.

c’est un millier d’étoiles qui s’allument en elle,
une galaxie qui s’éveille – ses lèvres posées sur les siennes, à goûter le rêve qu’elle faisait, encore et encore. chailai, elle s’était imaginé ce moment de différentes façons, pourtant cet instant dépasse tout ce qu’elle a pu imaginer à travers le temps. des rêves, simplement des rêves. oubliés, effacés de la mémoire dès lors qu’elle s’éveillait de ses nuits mouvementées. simples fantasmes passés sous silence, de peur d’être rejetée, de ne pas être à la hauteur.

mais on ne finit toujours pas s’éveiller,
par revenir à la réalité – et c’est la soudaine réalisation qui frappe son visage, les traits se teintant d’une gêne apparente alors qu’elle capte son regard quelques secondes avant de le détourner. n’ose le regarder dans les yeux, à sentir le rouge colorer ses joues. ça tambourine dans la cage, le cœur qui pulse l’émotion à vive allure, l’envie soudaine d’aller se cacher, se terrer dans un coin pour ne plus en ressortir et celle qui veut briller, celle qui veut montrer l’importance qu’il a pour elle. malgré ça, le sourire ne quitte pas ses pulpes. sourire vrai réchauffant les traits si souvent refroidis par un mur de glace protecteur.

son visage se tourne vers lui lorsqu’il parle. la question résonne en son esprit – les paupières papillonnent. n’était-elle pas assez claire ? sa mâchoire se contracte légèrement alors son sourire s’efface quelque peu, à baisser les prunelles. incapable de sortir un mot adéquat. elle laisse passer le temps, à essayer de trouver la solution à l’équation.

ça manque un battement, puis deux. les prunelles se relèvent vers les siennes et la surprise se peint sur son visage. les poumons se gonflent face à la révélation. simple murmure qui lui donne envie de chanter. lèvre inférieure coincée entre ses dents, elle rougit de plus belle, réprime le trop grand sourire qui menace de faire briller les sentiments. « toi aussi, tu me plais, genre vraiment beaucoup. j’sais pas depuis quand, sûrement depuis longtemps, j’sais pas ; mais ouais. je. j’ai mis longtemps à le réaliser. » et elle parle, laisse parler les mots coincés depuis trop longtemps. « en fait, c’est plus que ça. j’crois, j’sais pas, c’est trop. nouveau. »

(c) SIAL ; icons sial


knockout global
http://www.lights-camera-action.org/t11927-chailai-moi-je-m-appelle-lolita#179449http://www.lights-camera-action.org/t4524-kanlaya#82171http://www.lights-camera-action.org/t3930-savika-kanlaya#81766http://www.lights-camera-action.org/t4412-savika-kanlaya-hotline-blinghttp://www.lights-camera-action.org/t7165-chailai-chaiyeahhttp://www.lights-camera-action.org/t10364-lolitahttp://www.lights-camera-action.org/t4316-lolita-savika-kanlayahttp://www.lights-camera-action.org/t3997-afterglow-knockout-global
flow entertainment
flow entertainment
flow entertainment
avatar
flow entertainment


Messages :
230

Age :
22 ans

groupe :
Ghost (Busters)

rôle dans le groupe :
vocal & dance, le retardataire™

nom de scène :
Luigimansion

occupation :
rookie, parolier à ses heures — crevette dans ce bol de tomyam qu'est la vie

avatar :
dean (©morning rain)

DC :
gabriel (flow), sunwoo (staff), hyunbin (wdl), ludmila (wdl), ae ra (ym), yijun (kg)

Points :
264


Ven 26 Oct - 23:02




so take my hand, take my whole life too ; 'cause I can't help falling in love with you

((music)) — Ça frappe et ça tape et ça cogne encore, un peu désordonné et un peu trop fort, contre les côtes qui vibrent sous chaque mouvement vif d’un coeur en pagaille - les sens en éveil, collision de lèvres comme celle de deux comètes ; qui créent pluie d’étincelle et nouveaux sourires. C’est une fresque entière, un kaléidoscope sur l’encéphale qui irradie de ces nouvelles couleurs - du rouge de sentiments offerts, au rose timide de tendresse partagée ; passe par le jaune éclatant de la joie immortelle, le bleu fleuri de coeurs en bourgeon. Le noir obsidien d’yeux ancrés aux siens, et c’est un peu nacrées que sont ses joues qui se tordent sous le sourire maladroit - quand il absorbe ses mots un peu surpris, enfant aux yeux bandés aurait jamais cru les entendre de ses lèvres, celles-là même qu’il ne pensait pas sentir sur les siennes.

Ça frappe et ça tape et ça cogne un peu encore - à en faire vibrer en écho chaque cellule de son corps, tandis que l’iris tente de graver son image sur l’encéphale pour jamais oublier l’instant ; à la voir sous un nouveau jour. Elle était l’amie, le pilier ; elle est devenue l’aimée, la désirée - jolie Chailai de ses sourires et ses regards nous fait trembler peut-être plus qu’elle en a conscience, et on la dévore d’un regard qu’on s’est découvert peut-être un peu trop tard - du moins il le croyait en la voyant au bras d’un autre. Et pourtant, c’est bien Sunan qui fut couronné à ses yeux, à qui elle semble offrir un coeur qu’il brûle de découvrir sous un jour inconnu encore de lui.

Et Sunan il voudrait lui offrir les étoiles par quelques paroles - lui dire qu’elle est belle et qu’il a d’yeux plus que pour elle ; s’écoeurer lui-même de quelques mots trop sucrés. Raconter un peu l’histoire de l’idiot qui a pas su ouvrir les yeux assez tôt, et conter les mélodies du coeur en sa présence - pourtant y a que quelques paroles maladroites qui échappent ses lèvres, gamin pourtant si franc réduit au silence. Mais c’est caresse que ses mots sur ses tympans, bonheur si simple d’attirance partagée ; à sentir quelques battements loupés parfois (c’est plus que ça). Alors il tente de reconstruire le courage et retrouver l’habituelle honnêteté.

J’saurais pas dire depuis quand non plus, je - je pense que ça fait un moment mais que j’ai jamais su ouvrir les yeux parce que j’avais pas envie de foutre un coup de pied dans notre amitié, et j’ai rien su voir avant...d’comprendre que j’étais jaloux.

Aveux un peu marmonnés, il est pas bien fier Sunan de cette certaine possessivité.

Tu...tu fais bien plus que me plaire en réalité. Et j’voudrais pas mettre de mots dessus trop vite" (quand les "je t'aime" font peur), "mais. Chailai, j’veux juste que tu saches que si je suis sérieux au moins une fois, c’est bien là-dessus - parce que tu le sais, que t’es trop importante pour moi pour que j’prenne ça à la légère.

Parce qu’elle est le pilier, Chailai, la seule constante quand le futur est toujours incertain - il pourrait rejoindre les étoiles ou bien retomber au sol, être oublié ou resté gravé sous les paupières ; mais elle sera toujours là, y aura toujours ses obsidiennes quelque part à l’horizon pour croiser les siennes.

Mais j’pense que je peux plus me voiler la face et que je me dois de te dire, le plus sérieusement du monde, que j’ai envie d’être avec toi.

À nouveau direct - et c’est la tendresse qui guide ses gestes quand son pouce vient échouer sur la joue de porcelaine, pour mettre mille promesses dans une caresse.

(c) SIAL ; icons sial


flow entertainment
http://www.lights-camera-action.org/t9181-to-myself-sunanhttp://www.lights-camera-action.org/t9183-martini-blue-sunanhttp://www.lights-camera-action.org/t9191-chuensang-sunanhttp://www.lights-camera-action.org/t9190-sunan-cellphonehttp://www.lights-camera-action.org/t9189-sun_anhttp://www.lights-camera-action.org/t8501-ghost_offhttp://www.lights-camera-action.org/t9767-sunan-ghost#165549http://www.lights-camera-action.org/t8059-ghost-flow-ent
knockout global
knockout global
knockout global
avatar
knockout global


Messages :
843

Age :
24. (31.10.94)

nom de scène :
'lolita'

avatar :
chungha (kelly)

DC :
kass's squad.

Points :
487


Sam 27 Oct - 23:16




so take my hand, take my whole life too ; 'cause I can't help falling in love with you

le cœur bat. bat trop fort. se gonfle de bonheur. cogne contre la cage – à vouloir lui exploser les barrières pour voler quelques mètres au-dessus du ciel. rejoindre les étoiles et briller de quelques éclats en trop. mais il reste définitivement attaché, à se gonfler sous l’émotion alors qu’elle croise son regard le temps d’une seconde. le rouge des amoureux discrets teinte ses joues. elle se montre timide chailai, à pas trop oser le regarder dans les yeux. à se dire que c’est un rêve, qu’elle s’est endormie, qu’elle ne fait qu’imaginer – mais la peau qu’elle coince entre son pouce et son index éveille bien en elle une douleur aigüe qui fait grincer les dents, qui lui donne envie de rire. c’est bien réel.

et le visage s’élève, ses pupilles se dilatent alors qu’il prend de nouveau la parole. elle écoute, boit les paroles. les paupières qui papillonnent un peu à quelques passages. ne relève guère les mots-clés, ceux qui font tiquer – ceux qui font naître en elle quelques milliers de questions à son égard. elle garde le silence, loin d’être pesant. celui qui admire, qui s’engorge de passion & d’émotions. à ne pas vouloir l’interrompre, lui perdre le fil de ses pensées. et discrètement, elle s’approche de lui. millimètres par millimètres, grappillés par sa silhouette avec lenteur.

– le cœur s’abîme contre les barreaux, à vouloir rejoindre celui de l’aimé. et sous son regard, chailai, se sent belle. se sent elle – loin de l’image renvoyée sur les écrans. quelques étoiles s’éclairent dans la nuit de ses prunelles, le sourire se fait rêveur sur sa bouche. et elle a l’impression d’être elle sans limite. parce que sans qu’il ne puisse s’en rendre compte, sunan a vu les blessures, celles qui ont mis du temps à guérir et elle a toujours eu l’impression qu’elle était belle à ses yeux. sans les artifices, sans les paillettes – belle dans sa dureté, belle dans ses faiblesses, belle dans ses blessures.

les paupières se ferment un instant, à s’appuyer contre sa main, profiter de la douceur de ses doigts contre sa joue. et ça implose en elle, volcan en éruption alors que le sourire se fait plus grand. dès lors qu’elle ouvre les yeux, ses mains glissent le long de son torse pour attraper avec légèreté sa nuque. le regard plongeant dans le sien – à laisser quelques secondes s’échapper avant qu’elle ne capture ses lèvres des siennes. à nouveau, sans en avoir assez. baiser passion qu’elle lui donne en guise de réponse, alors que le corps se moule contre le sien.

« moi aussi. moi aussi, j’ai envie d’être avec toi. » parce qu’elle se sentait obligée de le dire à voix haute, même si ce n’est qu’un simple murmure contre ses lèvres. chailai, elle a ce sourire un peu niais, un peu rêveur sur le bout de ses lèvres avant qu’il ne disparaisse de nouveau contre sa bouche. à en oublier la réalité, le temps qui s’écoule en dehors de cette porte d’appartement, oubliant les règles et les convenances – mais cette voix se fait entendre et c’est un grognement qu’elle émet alors qu’elle se détache de lui. affiche une moue boudeuse alors que son regard se tourne vers l’écran de télé. « je ne la connais pas, mais je l’aime pas beaucoup » qu’elle soupire en se détachant de lui, attrapant la télécommande pour éteindre la télé. et le silence se fait entendre, elle passe ses mains dans ses cheveux et la réalité lui revient en plein visage – le torse se gonfle avant de se tourner vers lui. « est-ce qu’on a le droit ? »

(c) SIAL ; icons sial


knockout global
http://www.lights-camera-action.org/t11927-chailai-moi-je-m-appelle-lolita#179449http://www.lights-camera-action.org/t4524-kanlaya#82171http://www.lights-camera-action.org/t3930-savika-kanlaya#81766http://www.lights-camera-action.org/t4412-savika-kanlaya-hotline-blinghttp://www.lights-camera-action.org/t7165-chailai-chaiyeahhttp://www.lights-camera-action.org/t10364-lolitahttp://www.lights-camera-action.org/t4316-lolita-savika-kanlayahttp://www.lights-camera-action.org/t3997-afterglow-knockout-global
Contenu sponsorisé
 
euphoria — ((sulai))
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
» Bienvenue ∫ EUPHORIA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lights, Camera, Action ! :: séoul :: sud