AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph))

Aller à la page : 1, 2  Suivant
flow entertainment
flow entertainment
flow entertainment
Yang Raphaël
flow entertainment
colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) Tumblr_ooti1sUEMk1td9mzfo2_500

colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 2837534775 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3543671621 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3543671621 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3543671621 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3543671621 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837

Messages :
1128

Age :
– 24 Y.O, 3009 –

groupe :
– GHOST –

rôle dans le groupe :
– MAIN VOCAL, DANCE LINE & FACE, TROLL À TEMPS PARTIEL ET CRISTINA CORDULA DU GROUPE –

nom de scène :
– N(AO)DAL –

occupation :
– IDOL, COMPOSITEUR & PAROLIER ; FACE OF LANCÔME + SOO’S BF –

avatar :
– SAINT JIMIN, ©bbperf -- ©amiante (signa) –

DC :
– SIAL’S GUCCI GANG –

Points :
29

colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) WlTwH3J colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) Tumblr_inline_mk3n78qRXo1roozkr colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) Tumblr_inline_mxht53aMhL1qid2nw colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) Tumblr_inline_mojkbc0jra1qz4rgp__1__by_chipi_chiu-d851dhz colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) F6a4c4b34cc6ae1e98e075f1658d32a2

Dim 16 Sep - 23:35




it is the time you have wasted for your rose that makes your rose so important.

☁️
– une secousse. un séisme gigantesque dont on constate la taille et puis le résultat. un tremblement qui vient s’emparer des chevilles, des os et des organes – qui remontent le long de la colonne, s’étire jusqu’au bout de ses doigts. décharge inattendue dans la cohue générale – ça s’bouscule dans les couloirs, des millions de frictions avant l’étincelle ; courbe de lèvres carmins qui subitement se détache dans la foule.
on l’tire en avant.
il y a comme le temps qui s’arrête – regard qui se fige – raphaël se tait. la réalisation qui prendre une demie seconde ; les paupières qui clignent comme pour chasser les mirages, s’assurer que ce n’est pas une poupée d’image –

et  puis le manque qui déchire subitement la trachée.
qui remonte jusqu’à s’étouffer ;
il hésite.

ao
c’est lointain, presque imperceptible dans le bourdonnement de ses oreilles.
ao sans texture, ao sans allure, ao qui sonne comme un rien, un tout, un truc qui s’oublie –
c’est raphaël qui résonne au creux de ses oreilles, appelé d’un rire cristallin sans pareil
c’est l’souvenir qui revient s’emparer de ses sens et le foutre à genoux.

ao
qu’on répète et pourtant l’enfant s’égare, fait demi-tour, reviens en arrière ;
le regard qui cherche, qui fouille l’écume de la marée humaine, attrape au loin une chevelure noire et l’angle d’un visage.


eh, aera !

raphaël qui aurait mille raisons de s’tirer, de faire comme toi, comme si vous ne vous étiez pas croisés – à faire ami ami avec l’abandon, s’trouver face aux dégâts de sa propre décision. s’il n’y avait pas ce surplus d’égoïsme raphaël s’en serait bien en allé ; de la même façon qu’il l’a fait ce jour là,
un regard,
un sourire

c’est pas grave.

la main qui se dresse dans le vide, salue la fin de quelque chose.

c’était bien, toi et moi.

il le sait. il le sait que tu as observé sa nuque jusqu’au bout, jusqu’à ce qu’il disparaisse à l’angle du terminal. il le sait.

merci.
merci pour tout.


aera.

à demi-essoufflé qui rattrape ta silhouette gracile ; laisse échapper un sourire au  contact du brillant de ton regard. et raphaël il oublie de penser. raphaël il s’échappe de toute logique innée – à pas avoir le droit de redevenir enfant et inconscient. à pas avoir le droit de sourire, de raturer son départ désiré, d’foutre tout en l’air, de revenir comme une fleur,

à pas avoir le droit.

encore moins de te serrer dans ses bras — geste naturel qui s’empare de son corps, comme si soudainement tout revenait à sa place. comme si le puzzle se reformait ; cette main qui repose contre ton crâne en geste millimétré et ce souffle qui se perd derrière ton épaule. ce corps trop proche difficile à assimiler.

un an auparavant.
deux ou trois seulement –
une étreinte.

aujourd’hui encore,
comme si ce quelque chose, cette flamme ne s’était jamais éteinte.

j’suis si content de te voir.

de te sentir de nouveau là ;
près de moi.


(c) SIAL ; icon tumblr






‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾
si tu mourais ce serait comme si on m'enlevait les os. personne ne saurait pourquoi, mais je m'effondrerais ☾☾ (sarah kane)
flow entertainment
http://www.lights-camera-action.org/t7646-lie-a-l-impossible-raphaelhttp://www.lights-camera-action.org/t7659-moonchild-raphaelhttp://www.lights-camera-action.org/t7656-yang-raphaelhttp://www.lights-camera-action.org/t7660p10-raphaelhttp://www.lights-camera-action.org/t7672-ao_msc-raphaelhttp://www.lights-camera-action.org/t8063-ghost_offhttp://www.lights-camera-action.org/t10019-ao-raphael#155280http://www.lights-camera-action.org/t8059-ghost-flow-ent
yuseong media
yuseong media
yuseong media
Sin Ae Ra
yuseong media
colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) Original

colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3543671621 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3543671621 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837

Messages :
150

Age :
26 yo (int.) 27 yo (kr.)

groupe :
빛이 나는 solo

rôle dans le groupe :
singer

nom de scène :
jade (제읻)

occupation :
the lost idol ; kahei's baby. sucre dans le café qu'est la vie d'hayun

avatar :
lee ji eun (iu) ; © noctua

DC :
gabriel (flow), sunan (flow), sunwoo (staff), hyunbin (wdl), ludmila (wdl), yijun (kg)

Points :
53


Lun 17 Sep - 19:36




it is the time you have wasted for your rose that makes your rose so important.

☁️
C’est l’égarement - débordement de visages dans la marée humaine, ça se mélange et se frôle dans les couloirs sans jamais vraiment se voir ; ni chercher à s’observer. Les yeux au sol, gamine rêveuse a pourtant le regard au ciel - à se noyer dans un océan de pensées, presque invisible à force de ne plus voir le monde, spectre au creux des corridors passe à travers les autres sans y prêter attention. Et pourtant elle le frôle - ne serait-ce qu’une seconde ; et elle saurait l’ignorer comme elle ignore le monde, le palpitant effrayé qui martèle sa cage thoracique - tellement qu’elle jurerait en trembler à force de résonances, vibrer un peu à ce simple contact.

Arrêt de temps - elle est figée la statue de porcelaine, qui pourrait s’écrouler de simple toucher. De sa voix, comme un tonnerre pour l’ébranler ; simple nom prononcé de murmures célestes, et Ae Ra se sent trembler sous les souvenirs qui viennent en raz-de-marée la submerger ; gonflent ses bronches jusqu’à l’empêcher de respirer. Souffle coupé - à se souvenir des je t’aime déposés par ses lèvres au creux de sa peau, balayés par un je pars dont le chuchotement perce les tympans, arrive en tempête où elle s’est perdue quelques temps. Elle voudrait fuir, s’éviter l’ouragan et ses trop nombreux ravages - mais gamine impuissante sous l’orage, reste figée, comme clouée au sol par deux obsidiennes. Et elle voudrait le voir partir - une fois encore, s’exiler loin de son regard pour plus jamais revenir. Mais elle voudrait le voir rester - plus jamais l’avoir loin, parce qu’un an c’était trop, trop long trop dur et trop étrange sans lui ; elle qui pourtant avait appris à vivre sans sa présence.

C’est étrange comme il lui manque quand elle avait appris à l’oublier - Raphaël c’est la maladie chronique qui s’efface de nos pensées, avant de revenir en crise aigüe qui la transperce toute entière, la fige comme statue de glace emprisonnée par son regard.

Raphaël.

Comme un souffle perdu au vent - mots légers chuchotés en secret pour ne toucher que lui, parce que c’est lui, que c’est elle, que c’est eux deux et qu’elle voudrait éloigner les autres d’un royaume détruit il y a déjà des lunes.

À retrouver ses bras - c’est un choc, comme la vague qui s’écrase en écume sur le rivage ; mais c’est doux, pourtant, la chaleur réconfortante d’une habitude finalement pas oubliée, qui revient au galop. Comme s’il était jamais parti finalement ; parce que c’est si bon d’être entre ses bras, parce qu’au final c’est ainsi que les choses doivent être - du moins c’est tout ce qu’elle arrive à penser, idée obsédante qui tourne sur son encéphale comme un CD rayé, tandis qu’elle s’enivre un peu de son odeur ; à plus savoir penser, plus savoir parler.


Avant qu’il ne brise le silence pour pointer l’évidence - et elle voudrait lui hurler de se taire, menacée par l’ombre d’une peur difficile à oublier qui revient tenter de tâcher le soleil, de faire peur aux étoiles qui brillaient un peu plus dans ses yeux.

J’ai peur de ce que ça veut dire, de te revoir.

Aux murmures qui se voudraient presque inaudibles tant ils hurlent d’honnêteté - un peu honteux mais elle est bien perdue en vérité, veut plus penser au futur comme une possible réalité.


(c) SIAL ; icon tumblr


yuseong media
http://www.lights-camera-action.org/t11922-stop-the-rain-aerahttp://www.lights-camera-action.org/t10836-sin-ae-rahttp://www.lights-camera-action.org/t10838-aeraeth-ae-rahttp://www.lights-camera-action.org/t11856-jade-sin-ae-ra
flow entertainment
flow entertainment
flow entertainment
Yang Raphaël
flow entertainment
colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) Tumblr_ooti1sUEMk1td9mzfo2_500

colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 2837534775 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3543671621 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3543671621 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3543671621 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3543671621 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837

Messages :
1128

Age :
– 24 Y.O, 3009 –

groupe :
– GHOST –

rôle dans le groupe :
– MAIN VOCAL, DANCE LINE & FACE, TROLL À TEMPS PARTIEL ET CRISTINA CORDULA DU GROUPE –

nom de scène :
– N(AO)DAL –

occupation :
– IDOL, COMPOSITEUR & PAROLIER ; FACE OF LANCÔME + SOO’S BF –

avatar :
– SAINT JIMIN, ©bbperf -- ©amiante (signa) –

DC :
– SIAL’S GUCCI GANG –

Points :
29

colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) WlTwH3J colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) Tumblr_inline_mk3n78qRXo1roozkr colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) Tumblr_inline_mxht53aMhL1qid2nw colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) Tumblr_inline_mojkbc0jra1qz4rgp__1__by_chipi_chiu-d851dhz colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) F6a4c4b34cc6ae1e98e075f1658d32a2

Jeu 27 Sep - 2:02




it is the time you have wasted for your rose that makes your rose so important.

☁️
— c’est l’oubli. quelque part entre deux strates ambrées, dans des volutes de fumées disparates. c’est l’oubli, la perte de mémoire, l’électrochoc qui remonte toute la circulation veineuse. avec la sensation d’pas avoir bougé, d’être resté coincé entre deux réalités — il y a la chaleur de paris sous le carreau qui vient doucement envelopper sa peau, son odeur quelque part dans tes cheveux, d’une fragrance qu’il pourrait reconnaître parmi toutes les autres ; il y a toi.
toi là dans ses bras,
à la place méritée, depuis bien longtemps occupée,
et raphaël aurait voulu te nommer reine jamais détrônée à la couronne dorée.

un silence.
un silence qui s’étale avec véhémence sous son regard ; à pas répondre tout de suite, se laisser le temps d’assimiler ta présence, ta douceur — le son de ta voix.
il voudrait pouvoir penser, réfléchir, s’écarter même en sachant cette étreinte quelque part interdite ; c’est l’enfant terrible qui prend place face à toi, l’égoïste, le cupide, dont le caprice habite le regard et les étincelles le bout de ses doigts. c’est l’inconscient, l’éperdument garnement — cet être qui a été il y a quelques années transis du moindre de tes gestes, des roses perchées au bout de ses mains.

et si tu as peur de ce que le revoir peut signifier, il a encore plus peur de ce que voudrait dire s’écarter.
te regarder.
comprendre que t’es plus là, ou du moins pas pour lui — s’figurer que t’as refait ta vie sans lui, qu’t’es grande même s’il est pas là pour t’épauler, sans pour autant n’en avoir jamais douté.

même si ça te fait peur, t’en vas pas.

encore quelques secondes avant de finalement s’éloigner, les visages pourtant toujours à proximité.
il y a comme un sourire qui vient fleurir au rebord de ses lèvres du rose des camélias, tandis que ses mains glissent encore le long de tes épaules. son souffle est un peu court, sans pour autant être difficile.
et ça s’réchauffe. ça brûle un peu à l’intérieur sans pour autant le consumer — ça le maintient en vie.

on s’est perdus.

trois mois qui se ressentent comme une écorchure encore un peu à vif. il y avait le manque. les sentiments s’étaient certes estompés mais rien n’avait jamais pu combler ton absence, la soif de ta présence.


si tu savais à quel point tu m’as manqué, ae’.

et j’les ai comptées, tu sais, les étoiles à mon départ,
j’les ai comptées à paris, à séoul, partout où j’ai pu aller — et j’savais que t’étais là, même si j’avais du mal à te discerner.
j’les ai comptées, ces étoiles, de peur qu’elles ne disparaissent ;
de peur que tu t’en ailles.



(c) SIAL ; icon tumblr






‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾
si tu mourais ce serait comme si on m'enlevait les os. personne ne saurait pourquoi, mais je m'effondrerais ☾☾ (sarah kane)
flow entertainment
http://www.lights-camera-action.org/t7646-lie-a-l-impossible-raphaelhttp://www.lights-camera-action.org/t7659-moonchild-raphaelhttp://www.lights-camera-action.org/t7656-yang-raphaelhttp://www.lights-camera-action.org/t7660p10-raphaelhttp://www.lights-camera-action.org/t7672-ao_msc-raphaelhttp://www.lights-camera-action.org/t8063-ghost_offhttp://www.lights-camera-action.org/t10019-ao-raphael#155280http://www.lights-camera-action.org/t8059-ghost-flow-ent
yuseong media
yuseong media
yuseong media
Sin Ae Ra
yuseong media
colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) Original

colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3543671621 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3543671621 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837

Messages :
150

Age :
26 yo (int.) 27 yo (kr.)

groupe :
빛이 나는 solo

rôle dans le groupe :
singer

nom de scène :
jade (제읻)

occupation :
the lost idol ; kahei's baby. sucre dans le café qu'est la vie d'hayun

avatar :
lee ji eun (iu) ; © noctua

DC :
gabriel (flow), sunan (flow), sunwoo (staff), hyunbin (wdl), ludmila (wdl), yijun (kg)

Points :
53


Lun 15 Oct - 21:01




it is the time you have wasted for your rose that makes your rose so important.

☁️
Y a d’abord des sensations - deux bras autour d’elle (les siens), une odeur, une chaleur (les siennes). Un peu de sentiments, sans trop savoir si c’est la nostalgie qui s’installe au creux de la gorge ; puis quelques images projetées sur l’encéphale. Il la regarde et elle se rappelle, se rapelle de Paris quand elle était encore pleine de sourires ; de sa voix au quotidien, ses gestes et ses tendresses. Il l’enlace et elle voyage un peu, Ae Ra, dans le temps et dans l’espace ; à plus être à Séoul mais bien de l’autre côté de l’océan, y a bien au moins deux ans, quand tout était encore beau et le monde un peu plus clément - elle avait encore le rêve, l’innocence et les couleurs, se doutait même pas qu’un jour elle finirait par ouvrir les yeux sur un soleil gris et un ciel sans douceur. L’impression de s’observer comme sur une vieille photo, un peu jaunie par le temps et l’oubli - le genre qui s’envole en même temps que lui.

À se cacher dans le silence - avoir peur un peu des mots et de ce qu’ils peuvent signifier ; se cacher dans le silence autant que dans ses bras. Bouffée d’égoïsme, en enfant gâtée elle voudrait le garder pour elle encore une petite éternité ; et rêverait de les voir tous deux devenir statue pour toujours figée, pris éternellement dans une étreinte jamais brisée. Vouloir fermer les yeux et oublier - et tant pis si l’instant d’après c’est la réalité qui viendra les avaler entiers.

Et ça y manque pas quand c’est la peur qui revient à toute vitesse se fracasser sur sa carcasse ; à se retrouver prise dans l’ouragan des doutes, pensées portées par quelques vagues déchaînées - vouloir fuir autant que rester, elle voudrait détruire la réalité.

Pourtant il suffit d’une demande de sa part - caresse à ses oreilles, parce que c’est sa voix, qu’il est là et qu’il a tant manqué ; quelques mots pour qu’elle s’entende échapper un murmure. T’en vas pas - écho à ses tympans comme demande du monde ; à penser qu’elle se doit de rester ne serait-ce que pour lui dire, qu’il lui a manqué un peu trop, ne serait-ce que pour pas voir qu’il y a plus d’eux, parce qu’il est parti mais qu’au final elle aussi, qu’il veut plus être à elle et qu’elle veut plus être à lui.

Je vais nulle part.

C’est qu’un murmure, accompagné d’un arc de douceur au bout des lèvres ; un peu de soleil pour éclairer un visage. Ça s’éloigne - mais y a encore la chaleur de mains sur ses épaules, la douceur d’yeux qu’elle ancre aux siens ; qui lisent pourtant un peu de tristesse rien qu’à l’entente de ses mots, parce qu’ils se sont perdus, ils se sont retrouvés mais elle sait pas ce que ça veut dire au fond - à savoir juste qu’il lui a tant manqué.

T’es parti.

Aucun reproche, simple constat du bout des lèvres parce qu’elle a rien demandé, elle - et elle lui en veut pas au fond, elle a cessé d’espérer d’entendre à nouveau leurs coeurs battre à l’unisson ; tourner la page sans jamais l’oublier, sans non plus que quoi que ce soit puisse prendre sa place. Le manque - c’est l’affreux qui la bouffait même loin des sentiments, qui la tiraille encore un peu même en face de lui.

Tu m’as manqué aussi, tellement - j’t’observais un peu, de loin. Pour savoir ce que tu devenais mais...c’était pas pareil.

Aux doux aveux d’yeux toujours posés sur lui, dès que le temps a su panser les blessures, et le coeur guérir des ruptures - elle observait l’étoile lointaine, surveillait son ascension en haut du ciel ; à se demander parfois si de là-haut y avait un regard sur elle.



(c) SIAL ; icon tumblr


yuseong media
http://www.lights-camera-action.org/t11922-stop-the-rain-aerahttp://www.lights-camera-action.org/t10836-sin-ae-rahttp://www.lights-camera-action.org/t10838-aeraeth-ae-rahttp://www.lights-camera-action.org/t11856-jade-sin-ae-ra
flow entertainment
flow entertainment
flow entertainment
Yang Raphaël
flow entertainment
colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) Tumblr_ooti1sUEMk1td9mzfo2_500

colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 2837534775 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3543671621 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3543671621 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3543671621 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3543671621 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837

Messages :
1128

Age :
– 24 Y.O, 3009 –

groupe :
– GHOST –

rôle dans le groupe :
– MAIN VOCAL, DANCE LINE & FACE, TROLL À TEMPS PARTIEL ET CRISTINA CORDULA DU GROUPE –

nom de scène :
– N(AO)DAL –

occupation :
– IDOL, COMPOSITEUR & PAROLIER ; FACE OF LANCÔME + SOO’S BF –

avatar :
– SAINT JIMIN, ©bbperf -- ©amiante (signa) –

DC :
– SIAL’S GUCCI GANG –

Points :
29

colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) WlTwH3J colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) Tumblr_inline_mk3n78qRXo1roozkr colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) Tumblr_inline_mxht53aMhL1qid2nw colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) Tumblr_inline_mojkbc0jra1qz4rgp__1__by_chipi_chiu-d851dhz colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) F6a4c4b34cc6ae1e98e075f1658d32a2

Mer 31 Oct - 11:14




it is the time you have wasted for your rose that makes your rose so important.

☁️
— — il l’observe comme une comète échouée ; décrit du regard ses reflets lunaires – se rappelle ses couleurs, sa douceur, jusqu’à l’éclat de son regard. et il se demande comment elle a pu s’échouer là, dans cette autre galaxie, si le voyage avait eu les allures d’une épopée ou bien d’une tragédie — si l’autre système n’était pas devenu trop froid, trop indélicat, à chercher la raison de ta présence.

c’est la vague de réconfort avant le souffle de tristesse – son visage se part d’un voile coupable, vient s’abattre en cape sur ses épaules. il acquiesce, au seuil des ténèbres il cueille ton regard comme source de lumière. sa carcasse se déverrouille et s’écarte un peu, ploie légèrement sous la pluie d’un passé jamais réellement oublié.

votre relation n’était ni douloureuse, ni regrettable.
c’était juste une gigantesque part de sa vie, le genre de chose sur laquelle on ne peut jamais réellement tirer un trait ni totalement effacer.

ouais, j’suis parti.

tu serais restée, et il le sait. c’est lui qui a lâché ta main ce jour là, lui qui a tourné les talons te délaissant aux vagues errantes des songes de votre couple qu’il a lui même brisé.

cinq ans.
cinq années à se chérir, s’aimer. avant qu’un océan et tout un continent ne décident de vous séparer.

je devrais m’excuser, peut être. mais je crois que c’était la meilleure chose à faire.

vos rêves avaient toujours été une clé, un pilier pour maintenir la voute de votre amour. c’était un peu naïf, peut être, que de s’aimer à la lumière de vos passions et de vos ambitions.
et le manque – le terrible, l’infâme – bousille les chairs et dévore les organes. pour raphaël, il était impossible à cet instant que de te garder à distance par pur égoïsme.

l’envie peut être de venir cueillir ta joue du bout de ses doigts la taraude un peu – mais il se retient & se contente d’hocher légèrement la tête, accompagné d’un sourire écorché au recoin de ses lèvres, à la chaleur matinale d’hélios et son char flamboyant.

je sais.

un regard (un autre) cherchant à déceler les moindres marbrures lézardant au simulacre de ta peau d’opale.

mais ce que tu voyais te plaisait ? crois tu que ça en valait la peine ?

ses doigts atterrissent dans ses poches, l’air de rien. ses épaules se décontractent sous l’aisance de la conversation & de vos voix retrouvées.

et maintenant, ce que tu vois te plait aussi ?

il n’a pas peur, raphaël,
habitudes revenant au galop.
ton visage n’a pas changé, ni la saveur de tes sourires, l’odeur de tes regards – la chaleur de tes paroles.

et toi, qu’est-ce que tu fais ici, aera ?

raconte moi, à ton tour, ton histoire, petit ange.


(c) SIAL ; icon tumblr






‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾
si tu mourais ce serait comme si on m'enlevait les os. personne ne saurait pourquoi, mais je m'effondrerais ☾☾ (sarah kane)
flow entertainment
http://www.lights-camera-action.org/t7646-lie-a-l-impossible-raphaelhttp://www.lights-camera-action.org/t7659-moonchild-raphaelhttp://www.lights-camera-action.org/t7656-yang-raphaelhttp://www.lights-camera-action.org/t7660p10-raphaelhttp://www.lights-camera-action.org/t7672-ao_msc-raphaelhttp://www.lights-camera-action.org/t8063-ghost_offhttp://www.lights-camera-action.org/t10019-ao-raphael#155280http://www.lights-camera-action.org/t8059-ghost-flow-ent
yuseong media
yuseong media
yuseong media
Sin Ae Ra
yuseong media
colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) Original

colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3543671621 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3543671621 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837

Messages :
150

Age :
26 yo (int.) 27 yo (kr.)

groupe :
빛이 나는 solo

rôle dans le groupe :
singer

nom de scène :
jade (제읻)

occupation :
the lost idol ; kahei's baby. sucre dans le café qu'est la vie d'hayun

avatar :
lee ji eun (iu) ; © noctua

DC :
gabriel (flow), sunan (flow), sunwoo (staff), hyunbin (wdl), ludmila (wdl), yijun (kg)

Points :
53


Ven 16 Nov - 21:38




it is the time you have wasted for your rose that makes your rose so important.

☁️
C’est le calme au milieu des vagues - pas de tempête et de mer déchaînée qui vient briser les corps avant de s’effondrer sur la rive, pas d’orage ni d’éclairs pour déchirer l’horizon et s’échouer à la surface de l’eau. C’est le calme dans son regard quand elle le pose sur lui ; le calme sous l’air humide et le ciel un peu gris - à l’iode se mêle un reste d’odeur de pluie, c’est une tendre mélancolie qui pointe un quelconque éclat au zénith de ses yeux. Pourtant - y a pas de regrets ni de rancoeur, pas d’amertume pour pointer au bout de sa langue ; simplement le manque et quelques questions qui se dessinent sur la toile de l’esprit - à se demander comment il va vraiment, quand la vision est pas brouillée par une lentille de caméra (elles qui savent si bien déformer le monde), s’il est perdu autant qu’elle sur ce nouvel astre, s’il se sent tout autant étranger sous ces nouvelles étoiles.

À tenter de déceler la moindre différence sur son visage, le moindre trait rajouté, moindre éclat effacé - tenter de capter tout ce que les images ont pas pu lui montrer, puis s’abreuver un peu de cette réalité ; celle où ils sont réellement à côté, où elle peut l’apercevoir autrement qu’à travers des écrans LCD. Parce qu’il est parti - et ce sont ces quelques mots qui dansent dans la pièce pour alourdir un peu le palpitant, rajouter quelques ombres à la fresque du regard ; et s’il y a pas la bête de la rancoeur endormie entre ses côtes, et même si elle comprend - c’est une piqûre de rappel auto-infligée pas forcément agréable à supporter.

Elle acquiesce, pourtant, à ses quelques paroles - parce qu’elle vivait pour ses rêves et que lui aussi, qu’elle aurait pas voulu devenir chaîne autour de ses poignets, tenter de l’empêcher de s’envoler.

Je sais. Et je t’en veux pas, tu sais ? D’être parti.

Ou bien je t’en veux plus - à pas trop savoir si le ressentiment a vraiment vécu au-delà de l’incompréhension qui elle-même fut éphémère ; papillon noir condamné à mourir avec le soleil. Un peu confuse peut-être ; l’enfant sait plus trop ce qu’elle ressentait il y a quelques secondes à peine - c’est drôle de confusion que de le revoir, cet éclat de soleil qui vient brouiller les nuages, apporte pourtant le vent qui bouscule les certitudes. À savoir pourtant qu’elle va pas au naufrage, qu’il pourra que l’aider vers la plénitude.

Alors Ae Ra elle lui offre nouveau sourire, nouvel éclat - à se vouloir peut-être rassurante, puis pour s’imprimer simplement de joie procurée par sa vision cette fois concrète ; à pouvoir cette fois poser ses doigts sur lui, sentir une odeur qui crie qu’elle est un peu plus chez elle, au fond, pouvoir entendre une voix qui sonnera jamais aussi bien au travers des micros de caméras. Et c’est le manque qui vient planter ses griffes dans son larynx ; tenter de se frayer un chemin tant bien que mal jusqu’à sa bouche, et en sortir quitte à déchirer ses lèvres - lui qui la pousse à placer une main sur l’avant bras, à plus quitter son visage des yeux, boire son image tant qu’il est là, devant elle.

Je pense que ça en valait la peine, oui - tu sais, Raphaël, plus j’regardais plus j’avais l’impression de te voir briller. T’as l’air...à ta place, là où tu te devais d’être.

C’est l’honnêteté qui s’échappe par vague de ses lippes qui sauraient pas la retenir - parce que même s’il a tant manqué, elle a la conviction qu’il se devait d’exister ici, au beau milieu des étoiles ; que sa place se ferait que parmi celles qui sont ses semblables - pour pouvoir irradier un peu plus de lumière, celle qu’égoïste, elle a su garder à elle pendant cinq années.

Oui, ça m’plaît.

Simplement cela - rien de plus à ajouter, si ce n’est un regard un peu plus lumineux quand le naturel revient au galop ; assombri pourtant d’un coup quand on questionne sa présence. Parce qu’elle se souvient de la pluie, de la grisaille et des débris de rêves effondrés ; ceux qui venaient alors s’enfoncer sous la peau, cisailler ses yeux pour quelques larmes carmin. Elle pourrait dire l’orage et l’obscurité des mois passés - pourrait avouer la tristesse et les châteaux effondrés ; voudrait pas pourtant amener mauvais temps à un ciel si clément, et d’un mouvement d’épaules feindra l’indifférence.

Hm. Je..me suis un peu égarée ? J’ai...réalisé certaines choses, disons. Qui m’ont poussée à venir ici, c’était une occasion qui s’est présentée et - ça m’a semblé la meilleure chose à faire à ce moment.

Un soupir, un regard un peu égaré.

J’en ai eu assez, de courir après des chimères.

Teintée de l’amertume qu’apportent les fantômes de ses rêves.




(c) SIAL ; icon tumblr


yuseong media
http://www.lights-camera-action.org/t11922-stop-the-rain-aerahttp://www.lights-camera-action.org/t10836-sin-ae-rahttp://www.lights-camera-action.org/t10838-aeraeth-ae-rahttp://www.lights-camera-action.org/t11856-jade-sin-ae-ra
flow entertainment
flow entertainment
flow entertainment
Yang Raphaël
flow entertainment
colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) Tumblr_ooti1sUEMk1td9mzfo2_500

colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 2837534775 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3543671621 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3543671621 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3543671621 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3543671621 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837

Messages :
1128

Age :
– 24 Y.O, 3009 –

groupe :
– GHOST –

rôle dans le groupe :
– MAIN VOCAL, DANCE LINE & FACE, TROLL À TEMPS PARTIEL ET CRISTINA CORDULA DU GROUPE –

nom de scène :
– N(AO)DAL –

occupation :
– IDOL, COMPOSITEUR & PAROLIER ; FACE OF LANCÔME + SOO’S BF –

avatar :
– SAINT JIMIN, ©bbperf -- ©amiante (signa) –

DC :
– SIAL’S GUCCI GANG –

Points :
29

colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) WlTwH3J colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) Tumblr_inline_mk3n78qRXo1roozkr colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) Tumblr_inline_mxht53aMhL1qid2nw colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) Tumblr_inline_mojkbc0jra1qz4rgp__1__by_chipi_chiu-d851dhz colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) F6a4c4b34cc6ae1e98e075f1658d32a2

Sam 1 Déc - 5:03




it is the time you have wasted for your rose that makes your rose so important.

☁️
— morceau de femme qui fleurit ; s’épanouit d’un sourire doré par le soleil – pétales de soie qui se déplient sous son toucher, avec la délicatesse que tu as toujours possédé.
il fouille ton regard, ne trouve pas la moindre once de colère, de rancune – c’est le calme plat et serein de l’océan venant mordre la grève ; et il sent, au fond de lui, que tu as compris. vous étiez des comètes, des astres qui filaient à toute allure ; vivre pour ce qui vous faisait respirer, tout donner pour repousser le moment où il faudrait retourner sur terre.
alors il hoche la tête, simplement, acquiesce tes dires.

oui, je sais.

et tes mots viennent gonfler ses poumons, craquer sa cage thoracique ; venant rompre le poids qui pèse encore dans le creux de sa nuque, car toi seule sait. toi seule a entendu l’orage, l’éclair craquer, se frayer un chemin  au simulacre de sa peau ; toi seule a vu le ciel s’assombrir sous son regard – celui du père déçu, affligé, presque bafoué.



à   t a   p l a c e

comme une caresse qui vient glisser le long de sa peau, un baiser au coin de ses lèvres, une étreinte solaire. sa tête se baisse un peu ; il écoute son coeur tambouriner, s’échapper de son corps (s’envoler) – enfin libre, peut être.
il avait besoin d’entendre ça, encore plus en ces jours difficile ; à chaque chute, à chaque hésitation il se relève – d’abord par minoh, puis toi, enfin,

merci. si tu savais à quel point – merci. c’est sans doute la plus belle chose qu’on m’ait jamais dite.

inspiration lente et profonde ; à se sentir décoller, les pieds qui quittent le sol auquel il demeurait rattaché,
et il attend, voudrait savoir si tes rêves à toi aussi se sont concrétisés, si à ses côtés tu vas toi aussi, léviter ;

mais, échouée tu demeures esclave de la gravité. semble t’enfoncer un peu dans tes mots tandis que ta tête tangue vers le sol ;
et du bout de ses doigts, il vient saisir ton menton pour le baigner de nouveau de lumière.

hey…

il a compris. il n’a pas besoin de plus d’explications pour savoir où tu veux en venir ; car il les a vues, les larmes couler lorsque c’était trop difficile, les soupirs se graver sur le mur de votre chambre, l’appréhension te dévorer. un instant il regrette son départ, son absence –
aurait voulu te retenir dans ta chute, te préserver.

tu as fait de ton mieux. je le sais. je suis fier de toi, aera.

il sourit un peu, mots pansements qu’il colle avec peut-être maladresse sur tes plaies, espère voir les saignements disparaître.

tu as pris la bonne décision. c’est un nouveau départ pour toi, et je sais qu’une fois encore, tu vas m’éblouir.

(laisse moi ramasser les étincelles tombées de ton étoile,
les recoller du bout de mes doigts,
du rebord de mes lèvres,
de mes cils ;
laisse moi te les rendre, je veux encore te voir briller,)



(c) SIAL ; icon tumblr






‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾
si tu mourais ce serait comme si on m'enlevait les os. personne ne saurait pourquoi, mais je m'effondrerais ☾☾ (sarah kane)
flow entertainment
http://www.lights-camera-action.org/t7646-lie-a-l-impossible-raphaelhttp://www.lights-camera-action.org/t7659-moonchild-raphaelhttp://www.lights-camera-action.org/t7656-yang-raphaelhttp://www.lights-camera-action.org/t7660p10-raphaelhttp://www.lights-camera-action.org/t7672-ao_msc-raphaelhttp://www.lights-camera-action.org/t8063-ghost_offhttp://www.lights-camera-action.org/t10019-ao-raphael#155280http://www.lights-camera-action.org/t8059-ghost-flow-ent
yuseong media
yuseong media
yuseong media
Sin Ae Ra
yuseong media
colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) Original

colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3543671621 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3543671621 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837

Messages :
150

Age :
26 yo (int.) 27 yo (kr.)

groupe :
빛이 나는 solo

rôle dans le groupe :
singer

nom de scène :
jade (제읻)

occupation :
the lost idol ; kahei's baby. sucre dans le café qu'est la vie d'hayun

avatar :
lee ji eun (iu) ; © noctua

DC :
gabriel (flow), sunan (flow), sunwoo (staff), hyunbin (wdl), ludmila (wdl), yijun (kg)

Points :
53


Mer 5 Déc - 23:11




it is the time you have wasted for your rose that makes your rose so important.

☁️
C’est un diamant que le créateur s’efforçait de dissimuler, de ternir un peu pour ne pas qu’il s’envole, qu’il vienne rejoindre d’autres le convoitant. Joyau a trouvé sa place au sein de la couronne, loin de l’écrin où on l’avait enfermé - celui où l’on tentait probablement de le retenir prisonnier, et Ae Ra elle sait ; sait qu’il lui fallait s’éloigner pour pouvoir briller, rayonner de toute sa couleur, faire profiter au monde de ses beautés. Qu’il aurait été bien trop égoïste de garder cet éclat caché, auprès d’elle, quand il s’est senti prêt à l’offrir au monde - il n’est qu’évidence qu’affirmer que sa place se trouve ici, en ces lieux, pour faire vibrer au son de sa voix les coeurs d’une toute autre nation.

Et elle se demande si c’est si beau que de faire miroiter la vérité par ses paroles - pourtant, elle n’empêche pas le sourire qui vient habiter ses lèvres, creuser tendrement la joue en fossette.

C’est juste la vérité - je suis persuadée de ne pas être la seule à le penser.

Pourtant - malgré les paroles solaires, les rayons qui échappent ses lèvres en même temps que les mots ; ça empêche pas le froid de paralyser sa poitrine, la brume d’écraser ses poumons, la prendre à la gorge. Et s’il s’envole, fidèle au céleste de son patronyme - ses ailes à elle ont été arrachées : clouée au sol, gamine désespère de pouvoir ne serait-ce qu’avancer, progressait à pas imperceptibles avant qu’on ne l’arrache à la terre la retenant prisonnière.

Et Raphaël il sait - il a vu les tentatives désespérées d’envol, échouées tandis qu’elle s’écrasait au sol, les rêves se fissurer un peu plus à chaque automne. Il a vu comme novembre apportait l’averse au ciel qui débordait un peu de ses yeux - la frustration à être reléguée toujours au second plan, tenter d’être première pour toujours se voir refuser la place convoitée. Il a vu la rigueur, la difficulté, la fatigue sous la compétition constante - il sait, il sait comme elle a essayé, et y a peut-être un peu de peur d’affronter son regard après avoir abandonné.

J’ai essayé, tu sais - j’ai tellement essayé, j’crois que je me suis un peu oubliée. Je suis épuisée, Raphaël - ça m’a épuisée.

C’est la silhouette qui parfois se courbe sous le poids d’une déchéance pas tout à fait oublier, les fissures encore visible sous les façades, celle qu’on essaye tant bien que mal d’établir depuis quelques mois - elle tente de peindre de nouveau ses couleurs sur le visage de marbre, en réparer les brèches, doucement ; pas prendre de risques de peur de tout écrouler.

Tu l’penses vraiment ? Moi j’ai peur d’encore échouer - j’essaye de pas trop m’en soucier, et...ça me fait du bien de t’entendre dire ça. Ça me fait du bien, de te revoir.

À chercher son regard, tenter d’accrocher cet éclat si particulier - et d’attraper un peu de sa lumière pour raviver la nôtre ; attraper au vol les mots-douceur pour les garder tout près du coeur, les écouter à nouveau quand le doute fera planer son ombre.


(c) SIAL ; icon tumblr


yuseong media
http://www.lights-camera-action.org/t11922-stop-the-rain-aerahttp://www.lights-camera-action.org/t10836-sin-ae-rahttp://www.lights-camera-action.org/t10838-aeraeth-ae-rahttp://www.lights-camera-action.org/t11856-jade-sin-ae-ra
flow entertainment
flow entertainment
flow entertainment
Yang Raphaël
flow entertainment
colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) Tumblr_ooti1sUEMk1td9mzfo2_500

colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 2837534775 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3543671621 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3543671621 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3543671621 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3543671621 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837

Messages :
1128

Age :
– 24 Y.O, 3009 –

groupe :
– GHOST –

rôle dans le groupe :
– MAIN VOCAL, DANCE LINE & FACE, TROLL À TEMPS PARTIEL ET CRISTINA CORDULA DU GROUPE –

nom de scène :
– N(AO)DAL –

occupation :
– IDOL, COMPOSITEUR & PAROLIER ; FACE OF LANCÔME + SOO’S BF –

avatar :
– SAINT JIMIN, ©bbperf -- ©amiante (signa) –

DC :
– SIAL’S GUCCI GANG –

Points :
29

colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) WlTwH3J colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) Tumblr_inline_mk3n78qRXo1roozkr colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) Tumblr_inline_mxht53aMhL1qid2nw colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) Tumblr_inline_mojkbc0jra1qz4rgp__1__by_chipi_chiu-d851dhz colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) F6a4c4b34cc6ae1e98e075f1658d32a2

Mar 22 Jan - 3:08




it is the time you have wasted for your rose that makes your rose so important.

☁️
— à déchiffrer du regard les écritures édulcorées parmi les cendres, effleurer du bout des doigts chaque lettre de peur de la voir se consumer sous son toucher. il cherche, oubliant le prisme de l’amant, à délier chacune de tes paroles – en comprendre les dessous. le trop plein qui finit par déborder, l’océan qui s’échappe par ta gorge, ton nez, dévale jusqu’à tes pieds. l’effort qui finit par tout user, tout brûler, observé si souvent sous son regard ; et si raphaël en partant il avait encore espoir, il n’y a aucune déception qui vient voiler ses iris, et vient récupérer les perles de ton regard pour éviter qu’elles ne se brisent à leur tour.

naturellement, ses doigts quittent ton menton pour venir chasser la mèche venant barrer ton visage, la glissant derrière ton oreille. il n’y a aucun accro, aucune hésitation – gestes jamais forcés, presque irrépressibles, incontrôlés, qui le guident à ton contact. il refuse de pleurer, de perdre la face raphaël – il ne voit que de la lumière au fond de tes yeux.

je sais. je sais, tu as fait de ton mieux. tu ne t’es pas résignée, aera, tu as juste arrêté. tu es allée au bout de tes rêves et tu n’as aucun regret à avoir.

la peur n’a plus à sommeiller entre tes côtes, elle peut s’en aller désormais ; le monstre du placard quitte la chambre, s’enfonce dans le noir.
c’est la fin des insomnies.

je ne suis pas le seul à être fier. tu peux l’être, toi aussi. regarde tout ce que tu as fait.

tu es devenu un exemple. à chaque échec tu as su te relever, apprendre, recommencer. la flamme ne s’est jamais éteinte et même de quelques étincelles tu as toujours sur la raviver. aujourd’hui, elle a seulement une nouvelle couleur.

c’est un nouveau départ aera. tu vas pouvoir tout recommencer, ici. je l’ai fait, moi aussi.

adieu l’échafaud, adieu la potence, adieu le billot. adieu les attentes trop hautes pour être surmontées ; raphaël a arrêté de vivre pour les autres, de vivre par les autres.
adieu.
le petit prince a dit au revoir aux souffrances vaines, et a pour seul regret de ne pas avoir mis sa rose sous un bocal.

j’aurai sans doute du t’emmener avec moi.

le regard s’abaisse en même temps que sa main, ses paupières voilent son regard un instant.

je ne voulais pas t’imposer ce choix car je savais que tu n’avais pas renoncé. mais j’aurai peut-être du.

t’arracher à ces chimères qui te dévoraient tant – te prendre dans ses bras jusqu’au réveil, vider ton être des cauchemars.
pourtant la décision semblait si claire lors de son départ.

mais tu es là, maintenant.

n’as jamais tu eu l’impression de vivre en apnée ?


(c) SIAL ; icon tumblr






‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾ ‾
si tu mourais ce serait comme si on m'enlevait les os. personne ne saurait pourquoi, mais je m'effondrerais ☾☾ (sarah kane)
flow entertainment
http://www.lights-camera-action.org/t7646-lie-a-l-impossible-raphaelhttp://www.lights-camera-action.org/t7659-moonchild-raphaelhttp://www.lights-camera-action.org/t7656-yang-raphaelhttp://www.lights-camera-action.org/t7660p10-raphaelhttp://www.lights-camera-action.org/t7672-ao_msc-raphaelhttp://www.lights-camera-action.org/t8063-ghost_offhttp://www.lights-camera-action.org/t10019-ao-raphael#155280http://www.lights-camera-action.org/t8059-ghost-flow-ent
yuseong media
yuseong media
yuseong media
Sin Ae Ra
yuseong media
colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) Original

colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3543671621 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3543671621 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837 colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph)) 3640798837

Messages :
150

Age :
26 yo (int.) 27 yo (kr.)

groupe :
빛이 나는 solo

rôle dans le groupe :
singer

nom de scène :
jade (제읻)

occupation :
the lost idol ; kahei's baby. sucre dans le café qu'est la vie d'hayun

avatar :
lee ji eun (iu) ; © noctua

DC :
gabriel (flow), sunan (flow), sunwoo (staff), hyunbin (wdl), ludmila (wdl), yijun (kg)

Points :
53


Lun 18 Mar - 23:52




it is the time you have wasted for your rose that makes your rose so important.

☁️
C’était comme tomber du haut du ciel - après toutes les années à grimper en courant après les rêves, couper les ailes nécrosées avant que le poison ne se répande dans tout le corps. Pas de grand rire pendant la chute, pourtant libératrice - rien que le froid et le vent qui siffle à en éclater les tympans, la peur et le coeur qui s’écrase en même temps que le corps. La pluie qui bat à tout rompre sur la peau gelée, puis l’impact, la Terre qui s’arrête de tourner. Trop épuisée pour même tourner. Puis la carcasse crispée sur le sol, à plus vouloir s’en relever - rester ainsi aux os brisés, honteuse et couverte de boue ; l’abandon dont on a du mal à porter les couleurs. Ainsi presque fossilisée le temps d’un hiver gris, réveillée du plus petit rayon de soleil. Pour réapprendre à marcher, soulever son poids et s’arracher au sol, et les yeux regardent la voûte céleste avec un peu de nostalgie - finissent par se fixer sur l’horizon, quand les pieds l’y portent petit à petit, pas à pas. À nouveau la tête haute malgré la lenteur des pas.

Alors elle hésite plus à affronter son regard sous la douceur de son toucher - léger sourire accroché à ses lèvres, elle est reconnaissante, Aera, à se sentir soutenue comme elle l’a toujours été à ses côtés. Raphaël comme un petit morceau de soleil à sa portée - dans ses yeux se répand la lumière, pour réchauffer le corps tout entier.

J’essaye de pas en avoir. Je suis juste vraiment contente d’avoir eu cette opportunité de venir - j’y aurais jamais pensé mais ça s’est présenté...j’essaye de prendre les choses comme elles se présentent, ouais. Pour l’instant ça a l’air de me réussi - j’espère juste que ça va durer.

À essayer de pas trop s’en soucier, laisser le vent la pousser dans la bonne direction, papillon virevolte autour des couleurs les plus vives, lumières les plus chaudes - cherche rien de plus que de faire vivre la joie autrefois oubliée, finalement retrouvée.

Merci, Raphaël. Merci. De me dire ça, d’être fier de moi - ça me fait énormément de bien d’entendre que tu l’es.

Douceur de l’honnêteté en caresse au bout des lèvres.

Et moi aussi, je suis fière de toi, de ce que tu es devenu.

Lui qui a su s’envoler, au-delà des barrières - briser les murs de verre malgré le regard désapprobateur posé sur sa silhouette. Lui qui a su briller, répandre sa lumière a toute la nation - et Ae Ra espère, un jour, dégager le même éclat depuis le milieu de la scène. Nourrit sa propre étincelle, un peu plus chaque jour - à grand renfort de rires, pour faire fuir les dernières traces d’ombres entre ses côtes.

Je sais. Je me sens juste parfois un peu perdue - mais je crois que j’aime pour une fois ne plus être dans un milieu que j’ai toujours connu.

Défilé de tulle, de jolis rubans, l’enfance déroulée au fil des pirouettes - seul paysage depuis une vingtaine d’année, l’horizon arrêté à la scène de l’Opéra ; écroulée sous ses pieds, à jeter au feu les pointes et les justaucorps, nouvel univers au-delà des lourds rideaux rouges.

Je sais pas...je pense que j’avais besoin d’essayer une dernière fois, pour comprendre que c’était vraiment fini. Dans tous les cas, je me dis que les choses se sont passées comme ça pour une raison.

Enfant, essaye de prendre la vie comme elle se présente - pas se poser millier de questions, faire confiance au destin. Il est parfois difficile de lâcher prise - effacer les doutes, difficile de libérer l’esprit, pourtant elle tente de s’en persuader, se croire déchargée de tout le poids qui écrasait le thorax.

Je suis là. Je suis toujours là - si tu as besoin que je le sois.

À refuser de s’enfuir - pourtant l’horloge brise l’instant, sorte de Cendrillon doit courir quand les yeux curieux se posent sur la montre, prisonnière malgré elle du temps, des obligations.

Cela dit là...il faut que je file, où je vais être en retard à mon entraînement.

Légère grimace, l’envie de rester est contrariée.

Au revoir, Raphaël. J’étais heureuse de te voir.

Au revoir et plus d’adieux - tourner la page sans refermer le livre.



(c) SIAL ; icon tumblr


yuseong media
http://www.lights-camera-action.org/t11922-stop-the-rain-aerahttp://www.lights-camera-action.org/t10836-sin-ae-rahttp://www.lights-camera-action.org/t10838-aeraeth-ae-rahttp://www.lights-camera-action.org/t11856-jade-sin-ae-ra
Contenu sponsorisé
 
colorie moi ton coeur ¬ ((aeraph))
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
» BIJOU FEMELLE YORK 7 ANS EN FA ASSO COEUR SUR PATTES
» Quand mon coeur est aquarelle..
» Amy of Leeds : Reine de Coeur, à vous l'honneur !
» Coeur fléché...
» 04. Le chocolat ne peut réparer un coeur brisé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lights, Camera, Action ! :: the big five :: Yuseong Media