AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Lights, Camera, Action ! :: the big five :: Yuseong Media

imagine toi l'aurore ¬ ((sanhee))

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Messages : 144
Age : 29 y.o
groupe : vict3ry
rôle dans le groupe : babysitter à temps plein, chargée des courses, femme de ménage et tortionnaire bsr
occupation : manager, productrice & réalisatrice
avatar : park sora ((amourdemavie))
DC : yang raphaël & choi momo
Points : 65

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/f155-campfire http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/f132-groupes
Message
Dim 7 Oct - 6:16






Si tu mourais ce serait comme si on m'enlevait les os. personne ne saurait pourquoi, mais je m'effondrerais

— c’est la déferlante. crépitements vivaces et incontrôlables qui remontent et envahissent son esprit. c’est une vague aux ondes sournoises qui s’infiltrent, dont on peut constater les dégâts seulement après qu’elle se soit finalement retirée.

la tournée est un succès ; c’est la seule chose que saehee peut réellement affirmer. à avoir à peine le temps de s’en rendre compte avant de s’envoler pour une autre destination ; et alors qu’elle repose enfin les pieds à séoul, la fatigue reprend le pas sur cette détermination qui ne l’a jamais quittée.

elle est humaine aussi, après tout. femme de chair et de sang à l’allure entachée de crevasses d’ombres sous ses yeux étincelles. et pourtant, la première personne vers qui elle s’est dirigée, c’est toi.
toi au regard si tranchant et si plein à la fois, toi qu’est jamais tombé, qu’est pitié au milieu de la débâcle – toi qui te tient pas vraiment droit, à peine voûté, juste pour montrer que tu t’es façonné sous la marée.
toi qu’est toujours là, en plein milieu de ton studio, l’sourire un peu de travers comme si tu étais parfaitement au courant qu’il s’agit de celui que tu portes le mieux.

il n’y a pas de clac significatif de talon en ce jour, c’est le tac tac de velours de baskets qui se précipitent ; elle n’est pas belle aujourd’hui saehee, car sa silhouette est noyée dans son sweat trop large et ses cheveux noués à la va vite – et pourtant elle n’a pas peur que toujours tu as su la faire se sentir belle.

sa main arrache ton poignet à la manière d’un voleur à la tire, t’extirpes de tes pensées et quand enfin c’est ton visage que son regard peut embrasser, elle sourit.

salut.

salut ça fait longtemps, quelques semaines ou quelques mois, j’ai perdu la notion  du temps ;
salut, tu t’rappelles encore de mon nom, d’mon visage, d’mon allure,
j’suis pas devenue une inconnue, une silhouette parmi tant d’autres à la longue chevelure ?


saehee l’égoïste, saehee la dame de fer qui finalement n’pense qu’à sa gueule, pourrait oublier jusqu’à l’existence d’autrui quand elle s’élance à perdre haleine ;
saehee qui s’est pourtant arrêtée, qu’est là, bien devant toi, qu’à peur d’avoir manqué le coche et qui pourtant se dit qu’elle peut réessayer —
alors ses bras se nouent autour de ta nuque, soudainement, et son corps vient s’échouer contre le tien, à la manière d’une barque de pêcheur.

j'suis rentrée
.
(c) SIAL ; icons sial


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 109
Age : vingt-quatre ans —
occupation : styliste & mua.
avatar : xtian yu (asteres)
DC : soojung, inha, eunha, chailai.
Points : 85

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t8205-veni-vedi-amavi http://www.lights-camera-action.org/t8342-fire-meet-gazoline#135125 http://www.lights-camera-action.org/t8341-joong-san#135122 http://www.lights-camera-action.org/t8372-jong-s-a-n#135439 http://www.lights-camera-action.org/t8374-joongsan#135443 http://www.lights-camera-action.org/t8371-joong-san#135435
Message
Dim 7 Oct - 22:13






Si tu mourais ce serait comme si on m'enlevait les os. personne ne saurait pourquoi, mais je m'effondrerais

— la conversation téléphonique semble s’étirer davantage dans le temps. les minutes s’étiolent - elle lui vole ces précieux instant pour des histoires inutiles. les lèvres pincées en une fine ligne, il ferme les yeux. se retient de soupirer une nouvelle fois. debout devant la table, il pose ses mains sur la surface plane. à essayer de se tenir debout, de ne pas crouler sous la désagréable sensation de l’irritation. ses jointures deviennent blanches sous la pression. le dernier iphone coincé entre son oreille et son épaule, le jeune homme ne répond que par des bruits sonores un peu vague sans jamais donner de réponses concrètes aux paroles adressées par sa petite sœur. pourquoi ne comprend-elle pas ?

pour une fois, ce n’est pas le moment.
pour une fois, il n’a pas la tête à parler.
trop de trucs en tête – bordel irritant qui lui plombe l’esprit depuis quelque temps.

alors il se tait, se mur dans un faux silence compréhensif parce qu’il se sait capable d’envoyer balader la demoiselle pour un rien. sauf que la blesser n’est pas son intention, mais, les histoires de cœur des demoiselles de dix-huit ans de son entourage ne sont guère ses priorités en cet instant.
il a plus important à faire

le cœur qui se gonfle – il tente de garder une voix posée, sans ombres. « hm, écoute, j’dois te laisser là, je t’appelle plus tard ok ? » et sans attendre de réponse, le gamin attrape le portable et coupe le monologue. les paupières se ferment un peu plus avant de les ouvrir à nouveau. grognement émit du plus profond de son être alors qu’il laisse glisser son pouce sur l’écran, bloquant alors toutes possibilités de le joindre. portable balancé sur la table, il fait claquer sa langue contre son palais.

le silence règne enfin dans le studio et le soupir a quelques teintes de soulagement. enfin. une main passe dans ses cheveux, à les ébouriffer avec vigueur alors que son sourire se dessine sur ses lèvres. san, il a les pupilles qui sont dilatées – scrutant alors les moindres imperfections de ses créations. jugement, jugement. feuilles colorées, griffonnées, raturées, posées sur la table. éparses, formant une constellation de ses plus beaux rêves – de ses plus belles erreurs aussi. quelques étoiles venues de ses pensées les plus rêveuses, quelques touches d’un quotidien retracé à coup de crayon. astres lumineux parmi quelques points morts. la tête se penche sur le côté, ses doigts se mettent à taper nerveusement sur la table. les épaules s’affaissent un peu –

l’insatisfaction présente, glissant en ses marbrures comme une vague déferlante. le port de tête qui perd de sa splendeur. quelques croquis ne trouvent guère grâce à ses yeux. la mâchoire se serre un peu et l’idée d’y avoir passé des heures le rend soudainement colère. une colère seulement passagère.

l’état est balayé par la surprise. le nez se plisse un peu, l’air ambiant se colorant d’une senteur enivrante ; et sans qu’il ne puisse réagir, son poignet est attrapé. paume chaude rencontrant l’épiderme en un frisson. ses pupilles sont arrachées à son travail pour tomber sur le visage trop souvent rêvé, dessiné. et ses orbes s’agrandissent un peu.

il lui faut quelques instants avant de comprendre –
avant de. et ses lèvres s’étirent à l’instinct, ses pupilles se dilatent face à l’être convoitée.

saehee
sa voix résonne en un salut qui fait vibrer le cœur. mais sa réponse n’est point attendue. son corps épouse la forme du sien dans une étreinte imprévue. choc apparent sur le visage alors qu’il vole quelques secondes au temps avant de comprendre.

e n f i n

le cœur s’emballe dans la cage. poussé par l’instinct, ses bras entourent la silhouette frêle de la muse – à la rapprocher de lui. en quête de combler quelques trous laissés par son absence. tandis que son visage se cache dans le cou de saehee. à sentir son parfum. s’enivrer de son odeur.

« enfin »

elle lui a manqué saehee. énormément, sans s’en rendre compte. si au début, c’était simplement, l’avoir enfin dans ses bras éclaire quelques doutes d’une clarté importante.

et d’un geste rapide, il s’abaisse un peu. son visage toujours niché dans son cou, ses lèvres frôlant l’épiderme à de trop nombreuses reprises, sans jamais franchir la limite. ses mains agrippent ses cuisses, pression effectuée alors qu’il la porte sur la table. à l’asseoir avec douceur. tant pis pour ses travaux. chaleur dominante, il se recule de quelques centimètres avant de la regarder.

de l’admirer.
et elle est belle saehee, encore plus belle lorsque le réel prend possession de sa beauté. le regard qui la dévore de la tête aux pieds avant de capturer de nouveau ses prunelles. « salut » son ton ronronne d’une sensualité qu’il ne réserve qu’à elle. naturellement, c’est entre ses cuisses qu’il élut domicile. à faire glisser une de ses mains sur sa cuisse tandis que l’autre balaye quelques mèches hors de son visage. « j’ai l’droit de dire que tu m’as manqué ? » quelques ricanements à peine audibles s’échappent de ses lèvres alors qu’il affiche son sourire. « depuis quand t'es là ? » curieux de savoir quand est-elle revenue ? – et doucement, il s’approche un peu plus, lui glisse à l’oreille quelques mots doux. « sexy ta tenue » taquinerie émise, il descend le long de son cou, laisse son souffle chatouiller sa peau. « je t’ai manqué ? » et ses lèvres se posent sur l’interdit – baiser chaste dans le creux du cou de la douce.
(c) SIAL ; icons sial


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 144
Age : 29 y.o
groupe : vict3ry
rôle dans le groupe : babysitter à temps plein, chargée des courses, femme de ménage et tortionnaire bsr
occupation : manager, productrice & réalisatrice
avatar : park sora ((amourdemavie))
DC : yang raphaël & choi momo
Points : 65

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/f155-campfire http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/f132-groupes
Message
Mer 10 Oct - 2:46






Si tu mourais ce serait comme si on m'enlevait les os. personne ne saurait pourquoi, mais je m'effondrerais

— c’est un souffle qui s’éclate en vol de papillons dans sa cage thoracique. une bulle qui remonte des profondeurs, éclate au grand soleil ; à sentir l’intérieur se gonfler, s’oxygéner.
c’est une torpeur de tambours qui s’anime en son sein, bat la mesure à la rencontre de ton regard ; un orchestre tout entier qui entre en fanfare au moindre de tes touchers. c’est l’apaisement, et puis l’ouragan ; le retour des sensations en cavalcades, jusqu’à fleurir en grenades à la pointe de ses joues.
son visage se perd dans ton sweat — saehee qui se repait de ton odeur, de ta présence, à finalement revenir d’un coup soudain sur le bon fuseau horaire.

elle ne dit pas grand chose. c’est l’premier silence qui l’embrasse, la dévore – un silence attendu pour vous retrouver. c’est le manque qui se décuple après t’avoir retrouvé ; l’anesthésie qui s’enfuit, s’en va, ne laisse que le myocarde encore un peu engourdit, mal habitué.

j’me suis faite attendre.

elle sourit – sent vibrer la corde de la tentation, de l’interdit ; tes lippes balayant sa peau comme une pluie d’étincelles, avant le feu d’artifices. rire qui fleurit au contact de tes doigts contre ses cuisses, et alors qu’elle se retrouve face à toi, son âme se tord en deux. puis en trois pour ton regard. quatre pour ton sourire. cinq, six, cinquante neuf pour tes dires.

t’as le droit.

elle pourrait lui dire sans trop trop oser — toi t’as déjà les clés. t’as juste du mal à t’en rendre compte, il y en a plusieurs avant d’l’enfoncer, cette porte qu’elle maintient fermé. mais t’as les clés. elles sont juste là, entre tes doigts.

depuis ?… environ une heure et demie ?

ses sourcils qui s’arquent, à lui faire comprendre ce qui implique le fait qu’elle ne soit là que seulement depuis une heure et demie.
ses mains se posent sur ses épaules, remontent le long de son cou jusqu’à épouser les traits de son visage. admire le soleil se poser à l’angle de sa mâchoire, ce sourire qui lui est si propre.

son nez se retrousse à la taquinerie, sa langue claque, sans pour autant chasser son impétueux sourire.

eh.

parce qu’elle est belle, saehee. elle est faite de parures en tous genres, de talons aiguilles savamment portés et de tenues parfaitement ajustées. parce qu’elle a les boucles qui tombent toujours en cascade sur ses épaules ou en chignon savamment dressé, que ses lèvres sont peintes et ses yeux dessinés – parce qu’en toutes circonstances, elle sera la femme que vous désirez.
parce qu’elle sait qu’elle n’a pas besoin de tout ça, pour que tu puisses la désirer.

ça lui plait, quelque part, à saehee.

non, pas trop —

d’humeur joueuse ses lèvres se pincent à l’électricité de ton baiser ; la sensation de foutre ses doigts dans une prise, d’se prendre la foudre ou qu’importe — il y a ce truc que t’as qui la rend folle.
à frémir un peu au suivant, ses doigts qui se perdent soudainement dans ta nuque.

ou peut-être que si, juste un peu.

et quand vos regards se captent finalement, que ses prunelles teintées d’europe, d’amérique et d’orient se voilent de ton seul visage (bon retour à la maison) le rebord de ses lèvres tombent et elle ne pense plus qu’à toi.

beaucoup trop, je dirais, même,

et elle te capture dans les filets d’un baiser fiévreux,
acceptant de se faire appeler sirène ou circée,
ou bien la nouvelle hélène —
tant qu’elle compte à tes yeux.  
(c) SIAL ; icons pastel breathing


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 109
Age : vingt-quatre ans —
occupation : styliste & mua.
avatar : xtian yu (asteres)
DC : soojung, inha, eunha, chailai.
Points : 85

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t8205-veni-vedi-amavi http://www.lights-camera-action.org/t8342-fire-meet-gazoline#135125 http://www.lights-camera-action.org/t8341-joong-san#135122 http://www.lights-camera-action.org/t8372-jong-s-a-n#135439 http://www.lights-camera-action.org/t8374-joongsan#135443 http://www.lights-camera-action.org/t8371-joong-san#135435
Message
Dim 14 Oct - 15:30






Si tu mourais ce serait comme si on m'enlevait les os. personne ne saurait pourquoi, mais je m'effondrerais

— elle s’est fait attendre, saehee.
(elle se fait désirer sae)

elle est celle qui marque ses rêves de ses sourires. marque ses pensées de son regard - muse de son art, il comblait jusque-là l’absence de son visage par quelques dessins gardés précieusement. par les quelques clichés volés – secret. (il n’est pas dans l’obsession san, il est dans la réalisation.)

saehee lui a manqué.
beaucoup trop a son goût,
ça c’est fait progressivement – sans qu’il ne s’en rende compte réellement. et c’est sous son regard que le manque a révélé les trous causés par son absence. seulement quelques mois et il a l’impression d’être à ses pieds, d’être à sa merci. ça l’amuse presque, de voir l’effet qu’elle a sur lui, de voir ô combien elle s’est mise à compter pour lui. ça ne l’effraie point, c’est une réalité des sentiments naissants. à ne pas se soucier de la réciprocité.

c’est un sourire amusé qui étire sa bouche contre son épiderme. il frôle à peine sa peau, se montre joueur, à vouloir faire naître les frissons en elle. simple ricanement à peine audible en guise de réponse, le garçon laisse parler son corps plutôt que les mots. son étreinte se resserre doucement autour de sa silhouette, à essayer de combler les trous devenus visibles à la lueur de son sourire. de ses mots, saehee ouvre des portes secrètes. de son parfum manqué, elle gonfle ses poumons d’un air nouveau.

et finalement, d’avoir saehee dans ses bras sonne comme une évidence,
celle du manque bien présent suite à son absence.

portée sur son bureau, le garçon brise sa règle de vouloir la préserver. se damne, le sourire aux lèvres. tel icare s’approchant trop près du soleil en sachant la finalité. saehee, elle a un goût d’interdit, celui pour lequel il se damnerait à n’importe quel prix.

« merci pour la permission » il ronronne, ses prunelles plongées dans les siennes à la recherche de la vérité. ses mains glissent le long de son visage, de sa cuisse – à remettre une de ses mèches de cheveux, faire glisser ses doigts sur le tissu couvrant sa cuisse. il s’imagine aisément ce qui se cache en dessous, à s’imaginer beaucoup plus – et ses pupilles se dilatent à la simple idée qu’un jour, il pourra la découvrir.

« dois-je me sentir important alors ? » ton moqueur alors que le cœur se gonfle à cette pensée. de savoir qu’elle est venue à lui avant les autres. qu’il est la première personne qu’elle a voulu voir. son visage se cache un peu plus dans son cou, à déposer sa bouche contre son épaule. l’attirer un peu plus. c’est comme si ses barrières étaient tombées. les frissons parcourent son corps lorsqu’elle fait glisser ses mains sur ses épaules, dans sa nuque. il inspire fortement – une douce chaleur parcourant le corps.

question posée, il arque le sourcil lorsqu’elle joue. à se détacher un peu, se mettre en face et la regarder dans les yeux. à vouloir lire le contraire.

dis-moi que je t’ai manqué

saehee, elle est belle. si belle. elle est dotée de cette beauté particulière. de cette bouche qu’il rêverait de goûter, de ce regard dans lequel il pourrait se noyer. de cette peau qu’il s’imagine peindre, encore et encore. devenir peintre de ses couleurs, transformer sa peau de son talent. saehee, il pourrait la regarder jour et nuit. l’admirer. c’est cette beauté qu’on peint sur les toiles pour l’éterniser.

finalement, la réponse est satisfaisante. plus que satisfaisante. son sourire s’étire rien que pour elle, le cœur se gonfle à l’implosion quand elle s’approche, quand sa bouche se pose contre la sienne. coups de foudre dans les sillons, sa main se pose dans le creux de ses reins pour l’approcher contre lui. sa main glisse dans sa nuque – un besoin de plus.

c’est dans un baiser fiévreux qu’il dévore la bouche de la belle, à goûter à ses lèvres avec désir ; les mains glissant sur le corps avec envie. à se sentir roi d’un monde nouveau. conquérant se dirigeant vers une terre promise – lieu de mille et une richesse.

le désir gronde en lui, gronde si fortement qu’il a besoin de s’arrêter. et lorsqu’il s’échappe de son emprise, san souffle bruyamment – à poser son front contre le sien, frustration de ne pas avoir plus. le torse se soulevant avec dureté sous la respiration haletante. ses mains prennent en coupe le visage de la douce, les pouces qui caressent la peau de ses joues. « ravi de l’entendre » – il ricane un peu, à se redresser un peu. « tu as des choses à faire, ou je peux prétendre t’avoir pour le reste de la journée ? » il a une once d’espoir dans le regard, de l’avoir pour lui seul pour les heures à venir, sans savoir quand il pourra avoir la chance de la retrouver.
(c) SIAL ; icons sial


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 144
Age : 29 y.o
groupe : vict3ry
rôle dans le groupe : babysitter à temps plein, chargée des courses, femme de ménage et tortionnaire bsr
occupation : manager, productrice & réalisatrice
avatar : park sora ((amourdemavie))
DC : yang raphaël & choi momo
Points : 65

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/f155-campfire http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/f132-groupes
Message
Sam 27 Oct - 3:59






Si tu mourais ce serait comme si on m'enlevait les os. personne ne saurait pourquoi, mais je m'effondrerais

— c’est une histoire à peine démarrée ; il y a le prologue d’écrit à la plume, un aperçu du premier chapitre à peine esquissée — il y a rien de concret et pourtant.
et pourtant entre tes mains se trouvent déjà les clés, les codes, tout ce qu’il faut pour la comprendre et la déverrouiller. et pourtant entre tes mains se trouve déjà un morceau de son coeur, il te suffit de tendre le bras au sein de sa poitrine pour tout arracher ; et de tes mots, de tes regards, de ton toucher voilà que tu lui ôtes les restes de son myocarde avant qu’elle ne succombe à l’un de tes baisers.

c’est comme un raz-de-marée, ça efface soudainement tout ce qui a pu être dit auparavant ou même pensé – ça embarque tout sur son passage, les doutes comme ses convictions les plus ancrées ; c’est un tsunami, une vague gigantesque dont elle peine à comprendre l’envergure ou les conséquences,
et pourtant,
pour la première fois, saehee, elle accepte de se noyer.
de se laisser prendre à la houle de tes doigts glissant dans sa nuque, de ses côtes, venant se loger quelque part au creux de ses reins ; et elle devient sirène, quelque part, saehee, car elle se sent de nouveau respirer.

battement de cils blanc comme pour chasser la réalité — elle ne voit que toi et tes yeux d’encre venant couler en son sein, dessiner des sentiments qu’elle croyait enfouis, abandonnés, impossible à déterrer. son coeur se sert, juste un peu, à la rupture du contact — s’adoucit alors que son visage repose entre tes mains.

et saehee,
elle se sent minuscule face à toi et tout ce que tu peux lui offrir.
et saehee,
elle sourit à la peur, sourit à l’angoisse de la solitude, sourit à la torpeur de s’abonner une nouvelle fois.

elle est prête.

je suis toute à toi.

et bien plus que ce que tu peux espérer, san – ce n’est pas juste pour cette journée, c’est pour demain aussi ;
c’est pour la semaine suivante, le mois, voir l’année si tu es prêt,
j’veux pouvoir écrire un nous en bas de cette page,
un on au départ de la prochaine,
un toujours à la fin de ce putain de bouquin.

qu’as-tu à me proposer ?

air joueur, et ses sourcils se haussent sous son sourire, joueur — ses dents viennent subtilement écorcher ses lippes à l’appel de la tentation. il y a ses doigts qui viennent se caler dans ton cou ; du bout de l’index elle ose en dessiner une forme, avant de reporter son attention sur ton visage.

tout ce que tu veux. c’est ta journée, san. notre journée.

elle est pas très douée, avec les mots, saehee ; pas très adroite quand il s’agit de parler de ressenti, de sentiments, d’émotions latentes — c’est plus facile quand c’est concret, quand ce ne sont que des chiffres à balancer sans incidence personnelle et émotionnelle. alors elle s’attire de nouveau à toi ; décroche tes lèvres une nouvelle fois — y suspend tout ce qu’elle y peut — ses doutes, ses envies, son ressenti envers toi et tout ce que tu peux représenter.

j’avais vraiment hâte de rentrer, tu sais ? j’avais vraiment hâte de pouvoir t’embrasser de cette façon.

et son visage vient se nicher au creux de ton cou pour oublier l’émotion qui vient fleurir à la pomme de ses joues — un peu gênée, sans doute, heureuse, certainement.
(c) SIAL ; icons pastel breathing




Dernière édition par Yun Saehee le Mer 31 Oct - 19:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 109
Age : vingt-quatre ans —
occupation : styliste & mua.
avatar : xtian yu (asteres)
DC : soojung, inha, eunha, chailai.
Points : 85

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t8205-veni-vedi-amavi http://www.lights-camera-action.org/t8342-fire-meet-gazoline#135125 http://www.lights-camera-action.org/t8341-joong-san#135122 http://www.lights-camera-action.org/t8372-jong-s-a-n#135439 http://www.lights-camera-action.org/t8374-joongsan#135443 http://www.lights-camera-action.org/t8371-joong-san#135435
Message
Sam 27 Oct - 17:36






Si tu mourais ce serait comme si on m'enlevait les os. personne ne saurait pourquoi, mais je m'effondrerais

— elle est là, saehee.

elle et sa beauté, elle et son sourire, elle et son regard,
elle, elle, elle. elle et sa personne, celle qui l’enchante, l’envoûte. son esprit qu’il se languit de déchiffrer, sa peau qu’il se meurt de découvrir. elle qui fait vibrer le cœur, elle qui fait parcourir la fierté d’être celui qu’elle est venue voir en premier. elle qui transforme son admiration en quelque chose de plus profond.

et c’est son sourire qui se glisse à l’encontre de sa bouche tandis qu’il colle son front contre le sien, à la garder près de lui. il refuse de la voir s’échapper ne serait qu’un instant. elle est là, saehee, au bout de ses doigts. sa peau contre la sienne, son souffle se mélangeant au sien. elle est là, dans ses bras. le cœur battant en harmonie, espère-t-il, avec le sien. parce qu’elle a toujours été là, dans ses pensées. et maintenant, il a son goût au bout de ses lèvres. une touche sucrée à laquelle il pourrait devenir accro. san, il a encore le souvenir vif de ce baiser fiévreux en son esprit, à vouloir y retourner, encore et encore.

gonfle en lui, l’espoir de l’avoir pour lui tout seul, ne serait-ce que pour le reste de la journée, à ne pas savoir quand il la reverra. l’envie de combler le manque par quelques bouts de sa personne, lui voler quelques baisers ici et là. se montrer égoïste et privé le monde sa splendeur. brille en ses prunelles quelques étincelles alors que naît en son sein, une douce chaleur.

je suis toute à toi.
je suis toute à toi.

sa voix chante ce qu’il espérait entendre, son cœur s’imagine bien plus encore. le corps se rapproche d’instinct. à sourire avec un peu plus d’éclat. il ne répond pas, laisse le visage exprimer sa joie. ses doigts caressent la peau de ses joues avec douceur. les onyx parcourant les traits de son visage, à vouloir l’imprimer sur la rétine. ne jamais oublié son image. les sourcils se relèvent face à la question, la sentir joueuse au bout de ses mains. « tellement de choses, si tu savais » parce qu’il y a tellement de choses qu’il voudrait faire avec elle – pensées pures se mêlant à l’impur, il pince les lèvres, amusé.

ça gonfle l’égo, fait chanter les émotions quand le notre caresse l’ouïe. et finalement, il se dit qu’il n’était pas tout seul dans son mirage. il n’était pas tout seul à faire bourgeonner les fleurs passions. les frissons l’enchantent lorsqu’elle fait courir ses doigts dans sa nuque – et il se laisse faire lorsqu’elle l’attire. le cœur tambour chantant la passion en lui, à goûter sa bouche une nouvelle fois. ses mains glissent de son visage, parcourent le cou, s’échouent à la vallée de ses seins avant de finir dans le creux de sa taille, à la plaquer contre lui.

il la dévore san, capture ses lèvres avec force. à y mettre ce qu’il a toujours voulu lui glisser à l’oreille lorsque le silence était maître. à vouloir lui donner lorsque les couleurs étaient absentes.

son regard se fait doux contre le sien, à l’écouter. taquin, il fait glisser ses mains un peu plus bas. ricane un peu lorsqu’elle se cache dans son cou, naturellement, ses bras entourent son corps. caresse de sa main la cambrure dorsale. timidement, à la naissance de son oreille, il chuchote quelques mots. « tu me rends fou saehee » et il n’a pas peur de révéler ce qu’il ressent ; le juge bon moment. une de ses mains se perd dans sa nuque, à glisser ses doigts à la naissance de ses cheveux. attends encore un peu, son visage qui se niche une nouvelle fois dans son cou, à respirer son parfum, frôler sa peau de sa bouche avant de se redresser.

« qu’est-ce que tu veux faire ? et de sa main, il récupère son visage, à faire glisser son pouce sur sa lèvre inférieure d’un air taquin. sans prévenir, il plonge dans son cou. dépose quelques baisers sur sa peau. on peut rester ici, dans cette pièce, dans cette position ou plus, si affinité et san, il rit, avant de légèrement mordiller sa peau. se redresse, pose ses mains sur ses cuisses. ou alors, choper un truc à manger et aller chez moi. et improviser à ce moment-là. »
(c) SIAL ; icons sial


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 144
Age : 29 y.o
groupe : vict3ry
rôle dans le groupe : babysitter à temps plein, chargée des courses, femme de ménage et tortionnaire bsr
occupation : manager, productrice & réalisatrice
avatar : park sora ((amourdemavie))
DC : yang raphaël & choi momo
Points : 65

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/f155-campfire http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/f132-groupes
Message
Mer 31 Oct - 19:52






Si tu mourais ce serait comme si on m'enlevait les os. personne ne saurait pourquoi, mais je m'effondrerais

— et il faudrait lier vos doigts pour peindre au simulacre de votre peau les arabesques de vos plus beaux émois ; et il faudrait pouvoir décrire du regard chaque interstice sibylline de vos coeurs amoureux pour en percevoir les secrets les plus heureux. il y a toute une histoire contée dans un échange de regards ; tout un refrain chanté au travers de sa main glissant le long de ton cou. pas besoin d’être grand musicologue, grand artiste ou grand psychologue pour capter l’étincelle ;
elle est légère mais bien visible, s’apprêtant à mettre feu au brasier tout entier.

il n’y a pas besoin de parler, pas besoin de trop en dire – ce sont vos coeurs entrelacés qui vibrent en silence, décrivent sur l’encéphale des peintures dont vous seuls avez connaissance.

ses lippes s’arquent en sourire bienheureux tandis que ses sourcils s’arquent, amusés, décrivent une nouvelle expression sur le visage de la belle. elle rit un peu – légèrement, tandis que son index glisse le long de tes côtes, apprécie le frémissement de ton corps sous son passage.

attentive elle écoute la moindre de tes réactions – jusqu’à ton souffle un peu plus aspiré à l’évocation d’une journée qu’elle considère comme leur ; à s’amuser un peu de son désarroi alors qu’elle reprend les devants, glissant ses jambes derrière tes genoux, celui qu’elle peut, en toute liberté, désormais appeler petit ami.

déjà ?

elle le taquine, appuie du bout de ses doigts sur le torse de l’ou (le tien) semble rire légèrement de la situation. il faut dire que vous l’avez attendu, ce moment, à pouvoir naturellement se glisser dans les bras l’un de l’autre.

si j’te fais si vite perdre la tête, la suite promet

qu’elle te chuchote à l’oreille, hasardeuse – l’air mi-innocent qui refuse de quitter son visage de porcelaine. pourtant une autre lueur brille déjà au fond de ses yeux et c’est son âme toute entière qu’elle offre en tes mains à cet instant là.

cette pièce me parait très… disons. attirante, pour l’instant.

elle le pousse légèrement de manière à s’offrir un peu d’espace – pose de nouveau pied à terre ; dernier contact fulgurant avec la réalité.
l’orchestre s’affole en sa poitrine – perd le nord alors que ses mains se posent avec aisance sur ses hanches avant de le faire pivoter, inversant subitement les rôles.

tu veux aller manger dehors, san ?

le malin se dessine au recoin de ses lèvres, tandis qu’elle t’encercle de toute sa chaleur ; laisse ses doigts s’infiltrer en sa chevelure bouclée pour détacher l’élastique qui continuait de les retenir avant qu’elle ne s’écoule en cascade sur ses épaules.

ou tu préfères rester ici ?

un doigt, puis deux, remontant le long de ta poitrine – glissant au creux de ta clavicule avec aisance. saehee elle joue, saehee elle s’amuse,
saehee elle désire et t’offre, en cet instant précis les commandes – prête à jouer avec le feu quitte à s’y brûler ; amour pyromane dévorant déjà depuis longtemps le myocarde et le moindre de ses sens.
elle serait presque aveugle pour toi, en cet instant, saehee.
(c) SIAL ; icons pastel breathing


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 109
Age : vingt-quatre ans —
occupation : styliste & mua.
avatar : xtian yu (asteres)
DC : soojung, inha, eunha, chailai.
Points : 85

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t8205-veni-vedi-amavi http://www.lights-camera-action.org/t8342-fire-meet-gazoline#135125 http://www.lights-camera-action.org/t8341-joong-san#135122 http://www.lights-camera-action.org/t8372-jong-s-a-n#135439 http://www.lights-camera-action.org/t8374-joongsan#135443 http://www.lights-camera-action.org/t8371-joong-san#135435
Message
Ven 2 Nov - 12:36






Si tu mourais ce serait comme si on m'enlevait les os. personne ne saurait pourquoi, mais je m'effondrerais

— regard posé sur son visage, il se met à penser monts et merveilles. de son étreinte, il se met à rêver à mille et une nuit à ses côtés. et ça prend le cœur, le corps & l’âme. ça dévore tout entier, si fort qu’il en perdrait presque pied. avec tant de passion qu’il se noierait si elle ne le retenait pas de ses bras. c’est le ravage d’un amour brûlant, naissant – à se laisser envoûté par les bourgeons nouveaux. les pensées à son égard se font rivales aux étoiles, à se faire plus nombreuses que celles qui tapissent le velours de l’univers. et san, il se rend compte. de son importance, de sa place. les prunelles brillent un peu trop lorsque le regard est capté, le cœur s’emballe lorsque la voix est entendue. l’âme est brasier lorsque les lèvres sont dévorées. et il est tout entre ses bras.

élevée sur le trône d’un royaume,
alors que la terre n’est pas encore conquise.

les obsidiennes parcourent, observent, gravent sur la rétine la beauté de ses émotions. celles qui sont brutes, premières, vivantes et non celles qu’elle contrôle avec aisance pour le monde. celles qu’il dessine de ses regards, de son touché, de ses baisers. san, il se fait lecteur amoureux d’une plume écrite par ses soins, à lire et admirer les couleurs & les mots gravés. prunelles captées par les siennes – à y voir des idées et des envies partagées. les coins de sa bouche se soulèvent, s’élèvent jusque dans les cieux. à toucher les étoiles à la réalisation.

elle est sienne.
il est sien.


elle est sirène saehee, il est marin san. à se laisser envoûté par sa voix, son charme et ses courbes, répondre présent pour se damner pour sa beauté. le ton se fait taquin, c’est un appel lancé. et il répond avec le cœur gonflé. « curieuse ? »es-tu prête à te perdre saehee ? et il plonge son regard dans le sien, l’air sérieux prenant possession de ses traits. « mais ça, ça remonte à plus loin. tu me rends fou depuis longtemps. » depuis si longtemps – et il n’a pas de honte à révéler ses pensées.

depuis le premier regard,
depuis le premier refus,
depuis le premier silence,
depuis le premier retour,
depuis le premier sourire,
et un peu plus, depuis le premier baiser.

ses avances sont déplacées – réelles, bien à lui. il pense chacun de ses mots, ne se cache pas derrière une fausse bienséance. pourtant, il est dans la retenue. parce que les pensées & le désir se font brûlant. le corps ne cesse de répondre à ses gestes aventureux, à fermer les yeux, retenir un souffle – se damner à ses pieds. et le souffle chaud contre son oreille le fait frémir d’envie. à se bouffer la lèvre alors que les mains resserrent leurs prises autour de ses hanches. mais, il n’a pas le temps de répliquer – de souffler qu’il est écarté et le cœur manque un battement.

le regard se rive sur l’impérieuse alors qu’elle prend les devants, change leurs positions. et elle arbore un air de triomphe sur le visage – ça lui plaît, les coins de ses lèvres se courbent, les pupilles se dilatent, brûlent de désir. la proposition est indécente, mais elle fait gonfler quelque chose en lui. l’air moqueur sur le visage, il lui attrape la main pour la rapprocher de lui. à coller sa silhouette contre la sienne, sans jamais la quitter du regard. « t’es indécente » qu’il murmure alors qu’il laisse jouer ses lèvres contre la peau de sa joue. et sa main dégage le cou de ses cheveux, à faire glisser sa bouche le long de sa peau. elle charme saehee, elle joue saehee. il se recule, la regarde. le torse se gonfle lorsqu’elle y fait parcourir ses doigts. « j’ai faim d’autre chose »

faim de toi – les mains se font baladeuses le long du corps, à venir jouer avec la naissance de ce jean. tentation gravée sur le visage, il y glisse quelques doigts sans trépasser avant de faire remonter les doigts, se faufiler sous le haut. caresser cette peau, la sentir fébrile sous ses doigts. un râle s’échappe et c’est contre sa bouche, qu’il se laisse damner. « fuck that à agripper son tour de poitrine. j’ai envie de toi » mais saehee, elle est bien plus que ça. bien plus qu'une envie, bien plus qu'un désir.
(c) SIAL ; icons sial


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas

imagine toi l'aurore ¬ ((sanhee))

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» D'un coeur brisé naîtra une passion dévorante [Aurore]
» CADEAUX POUR AURORE
» [Cimetière] Funéraille d'aurore
» Aurore de Sova : la Belle au Bois Dormant est là~
» Découvert d'une sœur (PV Aurore sanglant)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lights, Camera, Action ! :: the big five :: Yuseong Media-