AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 miracles in december ☆ insu&ahreum

yuseong media
yuseong media
yuseong media
avatar
yuseong media


Messages :
1564

Age :
21 ans. (18/09)

groupe :
d.avenue

rôle dans le groupe :
lead rapper, sub dancer, sub vocal, lead carotte

nom de scène :
4R3uM dite "Seo-npunggi le ventilo", première du nom, mère des magicarpes et des tamagochis

occupation :
Mem8rE DE l'4e57hE71c 7e4M, D.Avenue main troll, apprend à entretenir son petit jardin secret

avatar :
kim dahyun (twice)

DC :
seung lully (eye candy), lim gumiho (supernova), baek yeoreum (divine), won gayoung (wdl solo)

Points :
203


Lun 26 Nov - 21:57
miracles in december
La nouvelle était tombée plus tôt dans la semaine. Interdite, tu les avais vus débarquer, faire des allers-retours dans le couloir, emportant les effets personnels de Meili, vidant la chambre qu'elle partageait avec Haru. L'amertume de son absence avait été rapidement remplacée par le déni, un refus intérieur qui s'appelait Lua Nao, une bataille perdue contre ses démons intérieurs, un ticket d'avion vers son pays natal.

Un silence s'était installé dans votre vie, ponctué des échos des pièces qui résonnaient de ces silhouettes qui ne hantaient plus les lieux. Le soir, tu avais fixé le plafond, cherchant des étoiles dans ton ciel de jais, perdue dans une insomnie maladive. Tu t'étais alors glissée aux côtés d'Haru, pour avoir un souffle, le rythme d'une respiration à tes côtés pour te rassurer, pour te sauver de l'angoisse du silence qui te dévorait.

Comme après une rupture, il fallait faire sans, il fallait apprendre à vivre à une nouvelle cadence, orchestrée par des restes des habitudes que tu revivais comme un robot programmé pour vivre à cinq. Préparer la tasse de thé du matin de Meili, remplir la liste de courses accrochée au frigo pour Insu, ranger les chaussons de Lua Nao, faire les tartines d'Haru pendant qu'elle est sous la douche. Tu continuais à avancer au même rythme alors que le reste du monde semblait figé. La tasse restait ainsi, et tu la retrouvais le soir, dans la pénombre. Les chaussons demeuraient rangés, attendant leur propriétaire.

Tu passais ta rage dans le sport. Baskets aux pieds, courant dans les lueurs de l'aurore, Seoul s'agitant doucement. Tu avais provisoirement déserté les classes de danse d'Insu, cachant ton visage des caméras, de ses élèves, ce qui ne vous empêchait pourtant pas de vous retrouver pour vous entraîner. Pendant le temps où tu faisais souffrir ton corps, tu ne pensais à rien, ta tête était vide, tes problèmes n'existaient plus. En revanche, les retours étaient silencieux, comblés de paroles sans fondement pour rendre le trajet moins étouffant. Mais ce soir là, tu n'avais pas la volonté de répondre, tu te contentais de hocher la tête, de soupirer. Trop de pensées.

Alors ce soir là, alors que vous rentriez, tu abandonnais ta veste, tes chaussures, comme à ton habitude. Puis, tu t'étais arrêtée, fixant cette tasse vide, posée au même endroit depuis le matin même. Et tout que tu n'avais pas réussi à canaliser, à contrôler finit par déborder. Dans un geste rapide, tu l'attrapais et la jetais au sol, observais les éclats de porcelaine créer un tapis incisif à vos pieds. « Qu'est ce que j'ai fait de mal. » Tu lançais tout en observant ton oeuvre brisée, une promesse de vie, un mécanisme ancré en toi. « Pourquoi ?! » Tu hurlais la question à toutes tes questions, et elles étaient si nombreuses, qu'un simple pourquoi suffisait à décrire ta détresse, mais qu'un simple pourquoi ne pouvait y répondre.

La tête baissée, tes mains se posaient sur les épaules d'Insu que tu secouais. Peut-être qu'il pouvait t'arracher du mauvais rêve, lui qui te permettait de rêver pendant quelques heures. « T'étais censé être celui qui nous protégerait, alors POURQUOI ? » Tes mots étaient cruels, injustes, rejetant la faute sur celui qui t'avait vu, grandir, mûrir, mais pour lequel tu te comportais comme une véritable enfant immature. Ils faisaient mal. Tes propres mots te terrorisaient, alors tu te cachais dans les bras de celui qui t'avait soutenu, malgré les hauts, les bas. Tu le serrais assez comme pour comprimer tout l'air vicié du monde hors de ses poumons, pour graver ta désolation. Parce que vous étiez doués pour vous exprimer avec votre corps, c'était ce que vous aviez fait depuis des années, et la danse n'était sans doute qu'une forme artistique de votre façon de fonctionner. Un message poétique de deux amis rencontrés sur une scène, peu de mots, beaucoup de mouvements, et de la musique, comme pour marquer le rythme des syllabes. Puis la vie était devenue le rythme, et les jours la partition. Un mauvais accord avait subi à tout faire chambouler.

« Est-ce que c'est fini ? » Tu demandais dans un hoquet de panique, dans tes larmes, tes peurs. « Est-ce que tout est fini ? » C'était devenu ta vie, ta famille. Des promesses futiles d'adopter un chien, puis un chat. Des vacances, des anniversaires, une tournée mondiale à travers le monde entier. Parfois des noëls passés ensemble, parce que les obligations de l'entertainment vous empêchait de le passer avec vos familles. Alors ils étaient devenu ta famille. Mais il ne reste plus que lui et Haru. Et maintenant que le scandale d'Haru et de sa relation avec Junho avait éclaté, tu te demandais si elle allait disparaître aussi. Tirer le rideau, faire sa révérence, et saluer le public dans une dernière note.



yuseong media
http://www.lights-camera-action.org/t70-seo-ah-reum-o-je-suis-pas-ton-code-pin-moi-j-te-laisse-pas-3-chanceshttp://www.lights-camera-action.org/t113-seo-ah-reum-o-un-boomerang-c-est-comme-un-frisbee-pour-ceux-qui-n-ont-pas-d-amishttp://www.lights-camera-action.org/t114-seo-ah-reumhttp://www.lights-camera-action.org/t118-seo-ah-reum-o-running-out-of-batteryhttp://www.lights-camera-action.org/t2744-seo-ahreum-da_ahreumhttp://www.lights-camera-action.org/t6256-daebakavenueofficialhttp://www.lights-camera-action.org/t3229-seo-ahreumhttp://www.lights-camera-action.org/t4466-daebak-avenue
avatar
staff


Messages :
3366

Age :
vingt-huit ans (1301).

nom de scène :
INSU-RTOUTLESTERRAINS

occupation :
chorégraphe, manager (daebak).

avatar :
im jaebeom (got7).

DC :
─ sha's account.

Points :
48


Sam 15 Déc - 13:14





❝ souvent je mens pour faire croire à mon dedans,
qu'il vit démesurément et qu'il peut même plaire à plein temps. ❞



(AHREUM & INSU -- DÉCEMBRE 2018.)



(aesth.) °✧ Sceptique – la situation le dépassait, les départs furent soudains. Précipités. Les demoiselles n'avaient aucunement été en mesure de s'exprimer auprès du manager, concernant ces aspects. Leurs contrats, réduits en cendre. Leurs effets personnels avaient été scellés et emportés sous le nez de l'aîné et des demoiselles. Incapables de réagir. (…) Son absence fut signalée – réduisant ses obligations à de quelconques travaux. Banal. Il se contentait d'agir à distance et fut en mesure de ne guère pénétrer au sein de l'agence et du dortoir. Et ce, durant plusieurs jours. Son rôle... Rassurer ces demoiselles, les amener à retrouver le sourire et tenter de panser ces plaies. Impossible. Impensable. Il se retrouvait incapable et réduit au travers d'un mutisme lorsque la situation était amenée sur le tapis.

Pourtant, ce soir-là. L'inévitable fut amené. Soupirs incessants, regards fuyards. Les mots simplistes trahissant son silence s'avéraient être de quelconques politesses et plaisanteries de bas-étage. Lui-même, se rendait compte de l'aspect ridicule au sein duquel il se retrouvait entraîné. Il se détestait – se maudissait de paraître si... Inutile. « Pardon ? » S'enquit-il de répliquer, à l'intention de sa cadette. Ils se retrouvaient tous deux, au sein de l'antre personnel de ces demoiselles. Présentement coincé à l'instar de l'entrée – prêt à s'enfuir. L'idiot. « Je. » L'unique mot. Sa gorge nouée, sa respiration soudaine et légèrement saccadée, ces gestes secouant sa carcasse. Il était poussé au travers de ses retranchements. Sans la moindre chance de faire marche arrière... « Je suis désolé. J'ai été nul, je n'ai pas su le faire. » S'en vouloir, s'en mordre les doigts et se rendre la tâche bien plus difficile qu'elle ne l'était. Jours après jour. Goût amère persistant au sein de sa cavité buccale. Le dégoût. « J'ai été et je suis terriblement nul, vraiment. Je n'ai rien d'autre à ajouter, tu le sais. Je le sais. » S'enquit-il, d'ajouter. Pourquoi mentir ? Il avait lui-même remis sa position en question. Pourquoi diable, s'acharnait-il aux côtés de ces demoiselles ? Peut-être, seraient-elles mieux sans lui ? Quelqu'un d'autre, que lui. Et pourtant, il n'est aucunement en mesure de s'enfuir définitivement. Lâche.

« À toi de choisir la réponse, à cette question. » La finalité de l'histoire réside entre les mains de celle-ci et de sa camarade. Poursuivre, abandonner ? La question persistait en son esprit. « Qu'est-ce que tu veux, toi ? Qu'est-ce que tu espères ? Qu'est-ce qui se trime dans ton esprit depuis des lustres ? Je ne suis qu'un pion pour vous permettre de frôle la scène. » Pour sûr, ses obligations résidaient en ces idées. Briller.


staff
http://www.lights-camera-action.org/t11850-body-language-is-ma-mother-tongue#178947http://www.lights-camera-action.org/t74-nam-in-suhttp://www.lights-camera-action.org/t73-nam-in-suhttp://www.lights-camera-action.org/t75-nam-in-su-ringhttp://www.lights-camera-action.org/t11163-nam-insu-madeinsu#166494http://www.lights-camera-action.org/t5393-nam-in-su#93629
yuseong media
yuseong media
yuseong media
avatar
yuseong media


Messages :
1564

Age :
21 ans. (18/09)

groupe :
d.avenue

rôle dans le groupe :
lead rapper, sub dancer, sub vocal, lead carotte

nom de scène :
4R3uM dite "Seo-npunggi le ventilo", première du nom, mère des magicarpes et des tamagochis

occupation :
Mem8rE DE l'4e57hE71c 7e4M, D.Avenue main troll, apprend à entretenir son petit jardin secret

avatar :
kim dahyun (twice)

DC :
seung lully (eye candy), lim gumiho (supernova), baek yeoreum (divine), won gayoung (wdl solo)

Points :
203


Ven 28 Déc - 2:54
miracles in december
A tes yeux, Insu avait toujours été infaillible, comme un super héros bravant les tempêtes, triomphant des marées. Il vous avait porté dans vos succès et dans vos échecs, dans vos joies et dans vos scandales. Alors le voir réduit au silence, pour finalement accepter la cruauté de tes mots, c'était comme si une force invisible venait te tordre l'estomac. Tu secouais négativement la tête, les lèvres pincées, le cœur au bout du gouffre. Personne n'aurait pu prédire ce qu'il se passerait, vous cherchiez les coupables au mauvais endroit.

Tu le relâchais, tes iris quittèrent le visage du jeune homme pour venir s'écraser au sol parmi les brisures de rêves. Tu t'accroupissais et les ramassais de tes mains nues, morceaux de porcelaine acérés. « Ma place est ici. » Tremblements dans ta voix. Tu ne t'imaginais pas quitter à ton tour le dortoir et partir vivre seule, ou retourner vivre chez tes parents. De tes jours de trainee jusqu'à aujourd'hui, tu avais passé presque toutes tes journées aux côtés d'Insu et des filles, que ce soit Sera, Ddolmi, Lynn, Meili, Luanao ou Haru. « Je veux continuer à me battre, mais je ne sais pas si je vais y arriver. » De l'insouciance de vos débuts jusqu'aux départs consécutifs que vous aviez subi, les difficultés que vous aviez traversé avaient arraché le reste de candeur qu'il te restait. Des responsabilités, un rôle de leader alors que tu n'étais pas forcément la plus charismatique.

« C'est ma faute. » Tu lançais en baissant la tête, cascade neon ricochant sur tes épaules, frôlant tes joues. « Je n'ai pas su les retenir. Je n'ai pas su être à la hauteur. » Peut-être que si tu avais été plus chaleureuse, si tu t'étais intéressée davantage à leurs peines, à leur mal-être, les choses se seraient passées autrement. Tu aurais trouvé les bons mots au bon moment pour panser leurs plaies. Mais tu avais toujours préféré laisser ce large espace entre vous, ton univers, tes amis, dans lequel elles ne se mélangeaient pas. Et c'est la même chose pour elles : tu découvrais qu'elles avaient une vie amoureuse à travers les articles de la presse. Quel genre de leader ignorait autant de la vie des autres membres ?

« J'ai besoin de toi et de Haru à mes côtés. » Tu soufflais, tout en finissant de collecter les derniers morceaux brisés. Tu te relevais et dépliais tes phalanges meurtries pour regarder dégringoler ces restes du passé au fond de la poubelle. « Tu sais bien que tu vaux beaucoup plus que ça à mes yeux, Insu. » Qu'il se qualifie de vulgaire outil pour vous permettre de toucher aux paillettes et strass de l'industrie était un mensonge que tu n'accepterais pas. « Les gens te connaissent bien au delà du nom des D.Avenue. » Tes pas te menaient jusqu'à la petite vitrine dans laquelle vous gardiez une partie de vos trophées, le reste étant entreposé à l'agence. Tu t'arrêtais devant ceux des MUSA. « Best choreographer. Nam Insu, pour Chase Me. » Ton regard se portait ensuite sur celui de 2018. « Best choreographer. Nam Insu, pour Fire. » Pour finalement atterrir sur le tout dernier, venant des MAMA. « Best collaboration. Nam Insu, pour Monster. » Insu faisait parti des D.Avenue, de leur histoire, des raisons pour lesquelles vous connaissiez le succès. Mais si le groupe venait à mourir définitivement un jour, il s'en sortirait bien tout seul. « C'est nous... » Tu commençais, pour finalement te corriger. « C'est moi qui ait besoin de toi. » Aussi bien d'un point de vue professionnel qu'émotionnel. Tu n'avais jamais été très douée pour lui partager tes craintes, tes inquiétudes, tes erreurs. Tu avais toujours eu peur de lire la déception dans son regard, alors qu'il était celui qui avait fait en sorte que les gens s'intéressent à vous. Mouvements perfectionnés, entraînements intensifs, qui vous avaient valu à plusieurs reprises les récompenses de danse, et l'attention du public qui anticipait la prochaine chorégraphie du groupe. « Je suis désolée. » Pour tes mots blessants. Pour tes gestes impulsifs. « Je passe chaque jour en me demandant si Haru va partir. Si tu vas partir. Et je ne sais pas quoi faire. » Tu avouais en laissant choir ton regard sur lui, les épaules voûtées, une boule au fond de la poitrine.



yuseong media
http://www.lights-camera-action.org/t70-seo-ah-reum-o-je-suis-pas-ton-code-pin-moi-j-te-laisse-pas-3-chanceshttp://www.lights-camera-action.org/t113-seo-ah-reum-o-un-boomerang-c-est-comme-un-frisbee-pour-ceux-qui-n-ont-pas-d-amishttp://www.lights-camera-action.org/t114-seo-ah-reumhttp://www.lights-camera-action.org/t118-seo-ah-reum-o-running-out-of-batteryhttp://www.lights-camera-action.org/t2744-seo-ahreum-da_ahreumhttp://www.lights-camera-action.org/t6256-daebakavenueofficialhttp://www.lights-camera-action.org/t3229-seo-ahreumhttp://www.lights-camera-action.org/t4466-daebak-avenue
avatar
staff


Messages :
3366

Age :
vingt-huit ans (1301).

nom de scène :
INSU-RTOUTLESTERRAINS

occupation :
chorégraphe, manager (daebak).

avatar :
im jaebeom (got7).

DC :
─ sha's account.

Points :
48


Mer 9 Jan - 19:47





❝ souvent je mens pour faire croire à mon dedans,
qu'il vit démesurément et qu'il peut même plaire à plein temps. ❞



(AHREUM & INSU -- DÉCEMBRE 2018.)



(aesth.) °✧ L'aîné observe alors, sa cadette. Blessée, tourmentée, effrayée et désemparée. Les mots, gestes et pensées ne seront d'aucune aide. Il suffisait d'un signe, du destin. Et enfin, peut-être parviendraient-ils à trouver une once d'apaisement. Rares sont les nuits où, il ferme l'œil aisément. Rares sont les instants où, ils seront en mesure de rire gaiement. Rares sont les moments où, il désire s'aventurer au travers de la bâtisse. Le dortoir semblait être empli de ses véritables doutes et frayeurs. L'égoïste avait jusqu'à présent – évité de se rendre en ces lieux. Pas aujourd'hui. L'obligation. Et aujourd'hui, il discernait finalement l'état d'âme de l'une de ces demoiselles. Il ne sait guère que dire – que faire. Il l'observerait alors, silencieusement. L'ombre s'agitant sous le bout de son nez. Il aurait aimé l'arrêter, il aurait aimé lui souffler l'idée qu'il s'occuperait de tout, mais. Aujourd'hui, hier et demain... Il ne serait aucunement en mesure de le faire. Leurs avenirs résident entre les mains de bien plus forts. Les patrons. Ils avaient pris soin de convoquer l'aîné à de multiples reprises dans l'espoir de discuter, s'entretenir à l'égard d'un avenir incertain et de ces idées folles. « Je suis le fautif, arrête. Si tu n'es pas à la hauteur alors, que suis-je ? » Ajoute-t-il, faiblement. Les mots heurtent les murs, semblable à un écho. Le bruit de porcelaine brisée s'échouant, tintement désagréable. « Je suis là, je le serais toujours. Et ce, aussi longtemps qu'ils me garderont à vos côtés. » Promesse dévoilées, sincérité sans nom.

« Qu'est-ce que... » Regard empli de tristesse, esprit empli de souvenirs. Les trophées gisant au sein de la vitrine s'avérait être de grandes fiertés. Sa carrière n'était que grandissante et il ne remercierait jamais assez ces demoiselles. Qui, lui ont tant apporté. « Je suis là. » Bien vite – l'homme qui se tenait aux côtés de ce cœur meurtri n'était aucunement l'adulte qui se devait de diriger son quotidien, mais un ami. Longues furent les années trépassées ensembles. Pourtant, jamais ils n'avaient été en mesure d'échanger de la sorte. Et c'est ainsi, à l'aide de ses bras – qu'il sera amené à encerclé la demoiselle. Légère étreinte, douce. « Inutile de t'excuser. Inutile de t'inquiéter. Inutile de réfléchir. » Petit frappé dirigée à l'encontre du crâne de son interlocutrice, l'homme s'aventurera en de multiples gestuelles afin de mener celle-ci auprès de ce large sofa gisant au beau milieu de la pièce maîtresse du dortoir. « Interdit de bouger, compris ? » Questionnement rhétorique, soldé d'une fuite. Les pas du garçon résonnaient en ce silence de marbre, tandis qu'il se rendait au sein de la salle de bains. Et ce, afin de mettre la main sur la quelconque trousse de soins persistants en la pièce.

Secouant la trousse sous le nez de la demoiselle, il s'accroupit. Il agit méticuleusement, délitement et tendrement. Les gestes sont parfois hésitants, mais. À l'aide d'un sérieux sans nom. « Qu'est-ce que je ferai si ma meilleure élève se retrouve blessée, hein ? » Quémande-t-il, finalement. Le bandage réalisé est quelque peu maladroit. Pourtant, c'est fièrement qu'il présente le résultat. « Je serai toi, je prendrais quelques jours de vacances. Je t'autorise à le faire, je trouverais une excuse si besoin. » Gestuelle taquine, la chevelure de la demoiselle fut légèrement ébouriffée. Soldant ces mots, d'un sourire.


staff
http://www.lights-camera-action.org/t11850-body-language-is-ma-mother-tongue#178947http://www.lights-camera-action.org/t74-nam-in-suhttp://www.lights-camera-action.org/t73-nam-in-suhttp://www.lights-camera-action.org/t75-nam-in-su-ringhttp://www.lights-camera-action.org/t11163-nam-insu-madeinsu#166494http://www.lights-camera-action.org/t5393-nam-in-su#93629
Contenu sponsorisé
 
miracles in december ☆ insu&ahreum
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
» LA COUR DES MIRACLES !
» Vos échanges miracles !
» La mésaventure de Bush en Irak...
» Poesie
» Chronique Vampire Masquerade : "City of Black Miracles" (2)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lights, Camera, Action ! :: the big five :: Yuseong Media :: dortoirs