AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 

 I did what I have to do ;ludmila

wanderlust entertainment
wanderlust entertainment
wanderlust entertainment
avatar
wanderlust entertainment



Messages :
387

Age :
vingt sept ans.

groupe :
ridin' solo.

nom de scène :
nero.

avatar :
jaypark.

Points :
107


Lun 31 Déc - 18:56

I did what I have to do ★ ludmila x jiho
(aesthetic)

s'isoler pouvait avoir du bon. être seul en abandonnant cette sorte de bouclier social qui gravite autour de nous, nous libérant ainsi suffisamment, pour nous adonner à cette égoïste opportunité qu'est de se donner à soi-même. on navigue bien trop souvent entre nos pensées, qu'elles soient délibérées, provoquées par autrui, par nos sentiments, nos croyances ou l'impact qu'autrui a sur nous sans prendre le temps de se recentrer sur nous-mêmes et faire le tri, ne gardant que ce qui nous est vital, ou du moins essentiel pour nous rend heureux. mais il y a toujours une hamartia quelque part, prêt à tirer le meilleur pour le tourner en une sorte de cauchemar. et c'est généralement quand tout semble aller pour le mieux qu'au tournant suivant tout tombe en ruine jusqu'à nous faire oublier le bonheur que nous aurions pu ressentir. si nous l'avions ne serait-ce ressenti qu'une seule fois. en admettant qu'un tel sentiment soit bel et bien réel. et dans pareille situation, deux options s'offrent à nous ; y faire face, ou fuir. jiho avait fait le choix de la deuxième. sans prendre en compte les possibles conséquences. car, après tout, rien ne pouvait aller en s'empirant s'il était déjà au fond du gouffre, n'est-ce pas ? il y croyait. naïvement. tout du moins, c'était ainsi qu'il s'était rassuré, après avoir pris ses affaires. et après avoir sauté dans le premier avion, sur un simple coup de tête. oui. son départ précipité ne s'était résumé qu'à un geste irréfléchi.

et maintenant il le comprend. tout aurait pu être tellement mieux s'il avait arrêté de faire preuve d'autant de négligence. et si, à la place, il avait mûri. c'est bien la seule chose qu'il réussit à tirer de son exil volontaire en europe, alors qu'il attendait bien plus de cela. une déception ? étrangement, non. mais il sait. il sait qu'il n'aurait pas du couper les ponts aussi brutalement avec ses proches, alors que beaucoup étaient prêts à l'aider. mais enfant intrépide refusait une quelconque main tendue, par fierté. et parce qu'ainsi, il pensait qu'en se faisant oublier, tout irait pour le mieux. et parmi les personnes que le coréen avait fait souffrir. un nom. ludmila. et il comprit. jiho n'était pas naïf. il le vit, ce sentiment de trahison et d'abandon scintillant dans ses hématites. et il comprit ô combien il fut stupide. et égoïste. alors il garda ses distances, comme il jugeait bon de le faire. le temps était sa seule option, en ce jour. attendre un possible pardon, ou l'inverse. mais il patientait, jusqu'à ce qu'un signal lui vienne. jusqu'à ce qu'elle lui ouvre une porte, qu'importe fut-elle. jiho serait là, comme il le fut à une période. et comme il aurait du être présent l'an dernier.

et cette attente l'emmena ici, dans un café au centre ville de seoul. ses doigts entrelaçant une tasse brulante de café. son regard ne cessant de naviguer entre le liquide, et la porte à chaque fois que celle-ci annonçait la présence d'une nouvelle personne. jiho n'était guère dupe. il savait que tôt ou tard, cette confrontation devait avoir lieu, pour autant, il ne pouvait s'empêcher d'appréhender. car il s'agissait de ludmila, l'imprévisible. et cette sensation s'évapora alors presque aussitôt lorsqu'elle apparut. son corps se redressa, petit sourire fébrile en guise d'accueil de la part du coréen alors qu'une délicate salutation glissa entre ses lippes rosées. viens, assieds-toi. tu veux boire quelque chose ?. pouvait-il seulement se permettre de lui avouer qu'elle lui avait manqué ? l'ironie n'aurait été qu'évidente aux yeux de ludmila, quant bien même fictive. car, évidemment, il regrettait. alors il se contenta simplement de faire signe à un serveur, avant de laisser ludmila choisir de la suite. finalement tu as réussi à accomplir ton objectif. je suis content pour toi jiho n'aurait jamais cru la croiser un jour dans les couloirs de la wanderlust, non pas qu'il ne croyait pas en elle. il était simplement surpris. mais c'était mieux ainsi, mieux pour elle. du moins, le coréen l'espérait. il poussa alors un soupir, presque inaudible, ce soupir qu'il tenta vainement de retenir, avant qu'il ne comprenne combien était-ce futile de tourner autour du pot. je suis désolé.



wanderlust entertainment
http://www.lights-camera-action.org/t11803-yang-jiho-2eme-version#178814http://www.lights-camera-action.org/t8984-yang-jiho-got-malo-in-him#141978http://www.lights-camera-action.org/t8983-yang-jiho#169083http://www.lights-camera-action.org/t8986-yang-ji-ho#142031http://www.lights-camera-action.org/t8987-neroism-yang-jiho#142036http://www.lights-camera-action.org/t9080-nero-official#143246http://www.lights-camera-action.org/t8985-nero-yang-jiho#142029
wanderlust entertainment
wanderlust entertainment
wanderlust entertainment
avatar
wanderlust entertainment


Messages :
99

Age :
24yo

groupe :
valkyries ((발키리))

rôle dans le groupe :
main dancer, sub vocal, face & chorégraphe

nom de scène :
mila (미라)

occupation :
rookie ; pro bitch, rich bitch

avatar :
bae joohyun (irene, rv — ©éphémère)

DC :
gabriel (flow), sunan (flow), sunwoo (staff), hyunbin (wdl), ae ra (ym), yijun (kg)

Points :
128


Sam 5 Jan - 2:14

I did what I have to do ★ ludmila x jiho
(aesthetic)

Enfant-soleil. Qui brûle de ses rayons, brille aux yeux des autres pour placer quelque éclat sur leur rétine - le genre qui fait mal quand on tente de la regarder en face, sans verre pour griser son coeur. Le genre qu’on ne peut qu’observer et tenter d’approcher, le genre qui se laisse pas toucher au risque de s’en retrouver incendié. Pourtant y a un astronaute un peu trop brave qui a su braver les barrières, atténuer la brûlure des rayons ; un parmi les rares autorisés à l’observer sans filtres, sans artifices - qui a reçu le droit d’effleurer l’astre, reçu un éclat singulier, petit bout d’elle offert en gage d’amitié.

Il fait parfois trop chaud sous l’armure, le carcan de confiance et de caprices arboré à tout instant, parfois on y étouffe un peu - abîmée de fissures invisibles que personne vient jamais panser, à vouloir ne serait-ce qu’un instant pouvoir un peu crier ; soulever le haume et laisser le monde apercevoir la fragilité sous les masques, les cicatrices sous les couches de maquillage. Ça fait peur - peur de laisser voir une vulnérabilité que l’Homme mauvais pourrait exploiter, de le voir arracher de ses doigts les sutures, agrandir de ses poings les fissures. Ça fait peur - mais Jiho avait pas l’air d’avoir des lames au bout des mains, des poignards au bout de la langue. Jiho a su, pas à pas, petit à petit, défaire un peu de son armure - celle qui était ôtée juste pour lui entre quelques rares élus. Jiho a su faire rêver - loin du quotidien un peu plat, faire apercevoir un peu de ciel au-delà des nuages. Jiho a su être bouffée d’oxygène au sein du quotidien mécanique, répétitif - un peu lassant. Jiho a su rompre les barrières, a su la faire céder à l’attachement. Jiho a su - puis Jiho est parti.

L’attachement blesse, qu’elle avait gravé sur l’encéphale à l’encre de Chine, l’attachement n’est que jolie statue de porcelaine, belle le temps qu’elle dure - dangereuse une fois atteint le sol, les petits éclats glissés sous la peau. Et tant pis, qu’elle s’est dit en le voyant fuir, tant pis - y aura qu’à renforcer l’armure, puis suturer les nouvelles blessures. Tant pis.

À pas vouloir se laisser ébranler par son retour, et jouer le jeu d’illusion qu’on ne peut qu’admirer, qui s’évapore à toute tentative de contact ; laisser bouillir la colère au creux des veines, celle qui repeint tout de rouge l’épiderme. Celle qui brûle au fond des yeux, incendie ravageur qui avale tout sur son passage - pourtant s’atténue au fil des jours, s’accompagne chaque fois un peu plus de l’étincelle de la curiosité, d’un peu de mélancolie pour tâcher le palpitant, à se demander pourquoi, pourquoi le départ, pourquoi le silence - pourquoi l’abandon.

Et c’est drôle de chose qu’ainsi l’avoir face à nous, drôle de chose que de devoir lui parler sans le venin de la rancoeur - le foutu poison qui voudrait nécroser le bout de sa langue, le bout de ses mots. Y a un sourire un peu froid - convenance, automatisme - dessiné de rose terne au bout des lèvres, l’appréhension crépite au bout de ses ongles (ceux qui frappent sa cuisse à rythme régulier, métronome régulant les mélodies de nervosité).

Je veux bien un café, ouais.

Indispensable caféine pour l’esprit d’une chasseuse d’étoile - dans ce milieu, le sommeil se fait rare. Et lui, comment va-t-il ? Sent-il le corps s’user sous le joug des obligations, se ternir sous les regards exigeants des hauts-placés ?

Hm, merci - objectif, je sais pas si ça en était un, mais. C’est certainement plus sympa que d’essuyer des tables à longueur de journée.

Quelques coups d’ivoire pour attaquer les pulpes carmin - paroles lui semblant un peu vide de sens, la capricieuse souhaitant simplement des explications, souhaite pas s’éterniser en mots-meubles.

C’est bien d’être désolé...mais ça fait pas tout.

Soupir pas retenu s’échappe en ouragan, les iris toujours verrouillées à son regard. Ludmila est l’enfant de l’orage - s’éparpille dans le ciel en décharges électriques, contenues dans les nuages jusqu’à ce qu’elles explosent de nouveau, femme faite de rancoeur.

Pourquoi ?

Pourquoi le départ, pourquoi le silence - pourquoi l’abandon, et les nouvelles blessures, l’acide jeté sur les sutures.




wanderlust entertainment
http://www.lights-camera-action.org/t10401-enfant-terrible-ludmilahttp://www.lights-camera-action.org/t10545-epiphany-ludmilahttp://www.lights-camera-action.org/t10546-lin-ludmilahttp://www.lights-camera-action.org/t10548-lin-ludmilahttp://www.lights-camera-action.org/t10547-luzmila-ludmilahttp://www.lights-camera-action.org/t6245p20-official-valkyrieshttp://www.lights-camera-action.org/t4212-valkyries
wanderlust entertainment
wanderlust entertainment
wanderlust entertainment
avatar
wanderlust entertainment



Messages :
387

Age :
vingt sept ans.

groupe :
ridin' solo.

nom de scène :
nero.

avatar :
jaypark.

Points :
107


Hier à 22:42

I did what I have to do ★ ludmila x jiho
(aesthetic)

l'avait-il trouvé, sa paix intérieure ? avait-il trouvé ce qu'il cherchait ? ce long processus, déclencheur d'une mécanique qu'il aurait aimé alors évité. dans un instinct qu'il ne reconnaissait guère. un silence maître enveloppant, berçant son mental jusqu'à, finalement, la fin de l'acte. pensant atteindre la salvation, ce n'est finalement qu'une douloureuse impression de se perdre lui-même qui l'étouffa. et le força alors à abandonner ce qu'il avait jusqu'à présent réussit à construire. péniblement. toute logique n'était plus. toute réflexion ; inexistante. difficile de penser, quand on a la sensation de ne plus être à même de contrôler quoi que ce soit. spectateur d'une folie naissante, chatouillant le palpitant jusqu'à trouver pour seul refuge la fuite. fuir, une sombre métaphore, et pourtant si naïve, au cours de laquelle il espérait se réveiller un jour et peut-être retrouver sa conscience. fuir comme si, derrière lui, tout le mal se perdrait.

cependant la fatalité en fut tout autre, quand alors il comprit que ses tourments couraient encore le long de son épiderme. dorénavant seul, face à eux. mais d'un chaos, naît quelque chose de bien plus beau, n'est-ce pas ce que nous disons ? se comprendre mieux au delà de nos réflexions et de nos croyances. se perdre moralement pour retrouver notre propre essence. cette moralité était encore à l'essai, pour son cas. le temps n'était pas à cela. jiho ne cherchait guère à retardait l'évidente confrontation qu'il devait avoir avec lui-même. l'inévitable étant difficilement trompée. mais l'importance était ailleurs. encore une fois, faisant preuve d'un profond désintéressement. car au fond, le seul sentiment embrumant ses réflexions n'était que le regret.

toute sa vie semblait avoir été aiguillé par des mauvais timings. ludmila n'en était qu'un autre exemple. les choses auraient pu être si différentes s'ils s'étaient rencontrés maintenant. au lieu de cela, jiho n'était qu'au prémisse d'un désordre psychologique. à une période où il avait encore tant à comprendre sur lui-même. encore un jeune homme n'usant guère de l'intelligence dont il était acquis, jusqu'à être victime de son caractère auto-destructeur. malheureusement, il était loin d'être le seul à en pâtir. et la froideur de cette rose n'en était qu'une preuve flagrante. autrefois rayonnante. elle ne se présentait à présent que ses épines. je suis désolé, ces paroles faisant écho dans son encéphale. et pourtant combien insuffisantes.

pouvons-nous donner une seconde chance à ce qui fut autrefois ?
effacer toute les cicatrices d'antan, trace d'une erreur puérile réalisée par un idiot ne sachant guère penser. ça n'a rien à voir avec toi, je tiens à ce que tu le comprennes. pour tout ce qu'ils avaient partagé, pour l'importance qu'ils avaient l'un pour l'autre. jiho la connaissait. jiho se doutait, au fond de lui, qu'elle du se sentir abandonnée, trahie. mais il espérait au fond, qu'à aucun moment l'idée même qu'elle ait pu affecter sa décision ne lui soit venu à l'esprit. c'est un tout. et il souffla. un long soupir caressant ses lippes alors que son mental retraçait méthodiquement son parcours, cherchant des souvenirs qu'il n'aurait guère eu. paradoxal, et pourtant peut-être que dans l'incompréhension, la raison sommeille. t'as jamais eu ce sentiment que la vie pouvait parfois être étouffante et accablante ? ses hématites la fixaient, une étincelle brillant, dénonçant l'attente derrière la réponse de la jeune femme. faire parti d'un groupe, gérer ma carrière... tout ceci me paraissait tellement léger à l'époque. au fond je crois que j'étais encore trop jeune moralement pour appréhender pareil avenir. et ça peut te paraître vraiment stupide, mais sur le moment j'ai agi sans réfléchir. c'est arrivé à un point où j'avais l'impression de ne plus avoir de contrôle sur ma vie. au plus les scandales s'enchaînaient, au plus je faisais des conneries, au plus le groupe et l'agence en pâtissaient. plus rien n'avait de sens. partir me semblait la seule option valable, peut-être parce que, ainsi, mes problèmes seraient restées à seoul. peut-être qu'au fond c'était pour mon entourage. pour toi aussi. rien n'allait, et je voulais pas que vous en souffriez. une pause. un énième soupir. puis ses lippes, alors devenues rosées suite au passage de sa muqueuse, qui s'entrouvrent de nouveau. ça serait te mentir que de dire que tout est à présent clair dans ma tête, que je peux t'apporter une véritable réponse sur ce qui s'est passé. et j'ai pas envie de te tromper en te regardant droit dans les yeux. tout ce que je peux dire, c'est que tout plaquer me semblait, à ce moment-là, la meilleure des options. j'avais besoin de temps pour moi et me déconnecter de tout était ce qui me paraissait le plus logique. mais de toute évidence je suis allé trop loin dans l'idée..



wanderlust entertainment
http://www.lights-camera-action.org/t11803-yang-jiho-2eme-version#178814http://www.lights-camera-action.org/t8984-yang-jiho-got-malo-in-him#141978http://www.lights-camera-action.org/t8983-yang-jiho#169083http://www.lights-camera-action.org/t8986-yang-ji-ho#142031http://www.lights-camera-action.org/t8987-neroism-yang-jiho#142036http://www.lights-camera-action.org/t9080-nero-official#143246http://www.lights-camera-action.org/t8985-nero-yang-jiho#142029
Contenu sponsorisé
 
I did what I have to do ;ludmila
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
» Ludmila Adamovitch ▲ « Il ne te suffit pas de te mettre une plume dans le cul pour ressembler à un coq ! »
» (ludmila x aksana x hemera) girls rule
» Ludmilla ♣ Vous n’êtes, après tout, qu’un minuscule individu dans le vaste monde...
» Le hasard fait bien les choses ! [Ludmila Parker]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lights, Camera, Action ! :: séoul :: sud