AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Lights, Camera, Action ! :: out of character :: rps

Let me know

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Messages : 486
Age : 21 ans
nom de scène : Mouse
occupation : Manager de Summer ; danseur passionné quand elle me laisse vivre
avatar : Jeon Jung Kook - BTS
DC : obt / kom / pjw
Points : 349

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/t1017-kwon-shiwan-only-fools-fall-for-you http://www.lights-camera-action.org/t1016-kwon-siwan#17381 http://www.lights-camera-action.org/t1375-kwon-siwan-phone#25971 http://www.lights-camera-action.org/t1508-kwon-siwan-mouse#29627 http://www.lights-camera-action.org/
Message
Dim 17 Juil - 22:45

It's not a real friendship without bromance moment
Yoo Jin & Siwan
tenue ◘ Il faisait déjà nuit sur la péninsule coréenne. Soupirant, je montais les quelques marches de l’immeuble avant de prendre l’ascenseur pour monter chez moi. Bâillant longuement, je sortis dans le couloir, avant de taper le code digital et entrer. « Maman, j’suis rentré. » Fixant le sol, je vis ses claquettes. Elle n’était donc pas là ? Enlevant mes chaussures, je posais mon sac sur la commode d’entrée avant de filer dans le salon. Là, un mot se trouvait sur la table. L’attrapant, je le lu en même temps que j’allais à la cuisine pour chercher à boire. Elle n’était pas là de la soirée. Le repas était prêt mais chez mon père. Jetant le papier à la poubelle je bus une longue gorgée avant de faire demi-tour. L’avantage d’avoir mes parents qui vivaient dans le même immeuble. Chaussure enfilé, je longeais le couloir avant de prendre l’ascenseur et monter plus haut. Tapant le code j’entrais. « Papa, j’suis rentré. » Enlevant mes chaussures, j’entrais dans le salon pour voir mon père et ma belle-mère devant la télévision. Elle était en train de cuisiner devant la télé. Me laissant tomber à côté d’eux, j’attrapais des pousses de soja qu’elle était en train d’équeuter pour en manger. Discutant rapidement avec eux pour raconter ma journée, je m’étirais avant de me lever. Filant dans la chambre de Hyung, j’entrais, sans frapper avant de me laisser tomber sur son lit. « Yosh. Je dors ici ce soir. » Je l’informais avant de rouler sur le lit, sur le ventre et le fixer. « Je suis mort. Faut que je me douche. » Cette information était très vitale, ben voyons. « Ta journée ? » Demandai-je en me redressant pour m’asseoir.
electric bird.

 


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Message
Mar 19 Juil - 21:14

Sometimes, you just have to be friends.
Il y a des moments dans la vie où on arrive au bout du chemin. Il se sépare en deux, en trois, peut-être même en quatre sentiers. Ils zigzaguent tous entre les montagnes et sont parsemés d’embûches, de ravins. Chacun d’eux est un risque à tenter, une chance à prendre. Ce qu’il y a d’inquiétant devant un tel tableau, c’est que personne ne connaît l’avenir que réserve un ou l’autre chemin où s’entrecroisent une multitude de possibilités. Aucun ne sait ce qu’il y a à la toute fin, sauf la mort pour nous prendre au dernier moment. Et ça, c’est effrayant d’y penser. Beaucoup plus que je ne l’aurais cru après tout ce que j’ai vécu. Si terrifiant que je ferme les yeux, la poitrine comprimée par l’émotion qui semble vouloir s’emparer de moi. Mais je suis plus fort que tout cela. Plus rationnel encore que cette peur stupide qui me clouerait au sol comme un faible. Alors je prends une grande inspiration et je glisse mes doigts sur le piano blanc devant moi, lui soutirant les douces premières notes d’une chanson tout juste composée. Mon soupir meurt avec la mélodie qui résonne entre les murs de ma chambre, cette pièce qui devient beaucoup trop étouffante. J’ai besoin d’espace, d’un endroit où je pourrai être seul et jouer à n’importe quel moment du jour et de la nuit.

I like being independent
Not so much of an investment
No one to tell me what to do
I like being by myself
Don't gotta entertain anybo-

Ma voix se casse lorsque ma porte s’ouvre soudainement. Agacé, je me tourne vers l’intrus avec l’intention de lui passer un savon. Depuis quand qu’on entre sans frapper ? Sauf que le seul qui s’impose comme ça, c’est Siwan qui m’annonce dormir ici ce soir. Le voir aussi fatigué chasse toute trace de colère, ce qui ne m’empêche pas de lui donner la réplique en abandonnant le micro enregistreur penché au-dessus de mon piano.

-Yah ! Tu pourrais au moins cogner avant d’entrer.

Pour la crédibilité, on repassera. Après toutes ces années, c’est impossible de chasser les mauvaises comme les bonnes habitudes. Au fond, ce n’est pas ce que je souhaite.

-Je suis mort. Faut que je me douche.

Je lui retourne son regard lourd et un sourire se dessine sur le coin de mes lèvres. Mon nez se retrousse et je fais mine de grimacer en me levant de mon banc. Je renifle avec exagération et m’approche de lui alors qu’il s’assoit en prenant des nouvelles de mon emploi du temps.

-Ah ouais… C’est toi, cette odeur. T’empeste la KG à plein nez, débarque de mon lit.

Je le fixe quelques secondes de plus et éclate de rire en me laissant tomber sur le lit à mon tour. Les yeux se perdant presque sous ma frange et mon sourire envahissant mon visage, je n’en pense pourtant pas moins. Je ne me gêne pas pour me coucher et déposer ma tête sur ses genoux, relevant mes prunelles vers lui.

-J’ai terminé de composer une chanson, je la teste avant de l’enregistrer, dis-je en balayant mes cheveux d’un côté. Je pense pas la mettre en ligne, elle ira directement sur mon album. Et toi, ta journée ? T’as fait du babysitting ?

Entre nous ce n’est pas un secret, mais plutôt un sujet tabou. J’avais été rejeté par la Knockout Global alors que j’avais à peine fait deux ans en tant que trainee dans leur agence. Pourtant, aussi jeune étais-je, mes compétences en piano, chant et danse avaient été rapidement reconnues. Si je n’avais pas eu ce diagnostique de trouble de conversion, peut-être y serais-je encore. L’agence avait toutefois préféré résilier le contrat d’un gamin pris à vie avec un problème de santé quasi incontrôlable. Ils s’en étaient mordus les doigts quelques années plus tard lorsque mon nom s'est retrouvé sur toutes les lèvres discutant de musique classique, mais ma haine pour eux ne s’est jamais amenuisée. Au contraire. Je leur reproche maintenant d’avoir attiré Siwan dans leur filet. Et lui, je lui reprocherais la terre entière. Si seulement je le pouvais.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 486
Age : 21 ans
nom de scène : Mouse
occupation : Manager de Summer ; danseur passionné quand elle me laisse vivre
avatar : Jeon Jung Kook - BTS
DC : obt / kom / pjw
Points : 349

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/t1017-kwon-shiwan-only-fools-fall-for-you http://www.lights-camera-action.org/t1016-kwon-siwan#17381 http://www.lights-camera-action.org/t1375-kwon-siwan-phone#25971 http://www.lights-camera-action.org/t1508-kwon-siwan-mouse#29627 http://www.lights-camera-action.org/
Message
Jeu 28 Juil - 22:54

It's not a real friendship without bromance moment
Yoo Jin & Siwan
tenue« Yah ! Tu pourrais au moins cogner avant d’entrer. » Un rire s’échappa d’entre mes lips légèrement humides. « Tu me le répètes depuis si longtemps. Tu crois que c’est maintenant que je vais t’obéir ? » Je le narguais un peu. C’était le rôle du petit frère que de faire chier le grand frère. N’est-ce pas ? J’étais fourbe. Tout le monde le savait. Je cachais bien mon jeu sous mes sourires. J’étais comme ça. Dès que je pouvais emmerder quelqu’un je le faisais. J’étais joueur, tout simplement. Enfin, joueur, mais pour le moment je devais surtout aller me doucher, avant de m’endormir sur ce fichu lit. Je l’entendais même renifler. Héééé. « Ah ouais… C’est toi, cette odeur. T’empeste la KG à plein nez, débarque de mon lit. » Je levais les yeux au ciel avant de me redresser et lui foutre une pichenette l’air de rien. Et le voilà qu’il se laissait tomber sur le lit à son tour. « Yah ! Ça me permet de t’acheter des cadeaux pour ton anniversaire. » Je soupirais en le regardant avant de me laisser retomber sur le lit, dos à celui-ci, fixant alors le plafond. « J’ai terminé de composer une chanson, je la teste avant de l’enregistrer » J’hochais la tête tout en l’écoutant. Il avançait vite mine de rien. Je l’admirais pour avoir autant d’inspiration. « Je pense pas la mettre en ligne, elle ira directement sur mon album. Et toi, ta journée ? T’as fait du babysitting ? » Soupirant, je me redressais pour m’asseoir sur le lit, mes mains passant sur mon visage pour le frotter. « Ouais. Et je suis fatigué. Le babysitting c’est plus dur que ce que je ne l’aurais cru. » Marmonnai-je avant de me tourner vers lui. « Yah, fait une pause dans tes compositions là. Si on allait au Sauna du quartier ? Ca fait super longtemps. » Je m’approchais de lui pour lui faire des yeux doux. Le genre de regard qui voulait clairement dire que j’étais en train de l’implorer pour qu’il dise oui. De toute façon, je ne lui laissais pas le choix. Je me levais rapidement avant de m’étirer. « Allez, bouge toi. Je suis sûr que t’es pas sorti de ta chambre de toute la journée. C’est ça d’avoir le piano à la maison. » Je lui donnais un coup de pied l’air de rien avant de quitter sa chambre pour aller prendre des affaires. Il nous fallait des serviettes et de quoi se savonner là-bas. Choppant le savon de Yoo je le reniflais avant de revenir dans sa chambre. « Il fait viril ton savon. Tu crois que je vais pécho des meufs si je me frotte avec au sauna ? » Je pouffais avant de le lui lancer dessus.
electric bird.

 


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Message
Lun 1 Aoû - 3:54

Sometimes, you just have to be friends.
Acheter des cadeaux ? Il se fiche de ma gueule, c’est sûr. Je ne compte plus le nombre de fois où je lui répète que c’est son temps qui compte et que la qualité prime avant tout. Le plus magnifique des pianos ne vaut rien à côté d’une journée avec cet idiot de petit frère. Mais j’imagine que je devrai le lui répéter encore et encore, tout comme de cogner à la porte avant d’entrer dans ma chambre. Il y a vraiment des choses qui ne changeront jamais, alors autant en profiter. Je suis devenu doué pour tirer les ficelles à mon avantage et même si Siwan est assez vif d’esprit pour s’en rendre compte, rien ne m’empêche d’user de mon beau visage pour lui faire dire oui.

-Hey, on se fait un roadtrip pour mon anniversaire, dis-je en chutant à mon tour sur le lit, tout sourire. Laisse tomber le repas au restaurant, on a déjà fait le tour de Séoul au complet depuis le temps. Je veux passer du temps avec toi. Peut-être que j’en aurai plus autant dans quelques mois.

La tête sur ses cuisses, j’en viens à parler beaucoup plus que la normale. D’ordinaire calme et observateur, je me transforme en vrai moulin à paroles. Je l’informe sur la nouvelle chanson que j’ai composée et à cet instant, ce n’est pas au manager de la KG à qui je m’adresse, mais à mon frère. Mon ami. Mon confident. Celui qui s’est taillé une place dans ma vie avant même qu’un de nous deux s’en rend compte. Et je pense sincèrement que c’est le cas pour moi aussi; je me suis glissé dans son quotidien petit à petit et n’en suis plus sorti. Après, on peut faire plus simple en disant que son père et ma mère sont en couple.

Lorsque Siwan s’assoit, je m’allonge sur le lit et me relève sur mon coude. Je regarde son visage disparaitre derrière ses mains et mesure à quel point il est épuisé. La petite peste doit lui donner du fil à retordre et pas rien qu’un petit peu. T’aurais pas à chialer si seulement t’étais mon manager. Je le pense. Très fort. Mais je ne le dis pas. Pas maintenant, alors qu’il vient de finir son travail et que ses nerfs ne sont pas encore déliés. Toute bonne chose vient à qui sait attendre, dit-on.

-Yah, fait une pause dans tes compositions là. Si on allait au Sauna du quartier ? Ça fait super longtemps.

-Si tard ? Et tu te dis manager après ça ? me plaignis-je en me laissant retomber sur le matelas avec toute la grâce d’un éléphant. Vas-y tout seul. T’ambitionnes, la souris.

Je ferme les yeux un quart de seconde pour les ouvrir de nouveau sur une bouille implorant un oui. Quand Siwan sort cette arme, nous savons tous les deux que je suis fait jusqu’à l’os. Impossible pour moi de ne pas céder et de tenir ma position; il le sait si bien que j’ai à peine le temps de pousser un long gémissement en me roulant sur le ventre qu’il est déjà debout. Un coup de pied et il file en dehors de ma chambre.

-Je te hais ! crié-je, mais ça ressemblait davantage à une horrible plainte étouffée dans des couvertures.

Ce serait beaucoup plus rapide et efficace pour lui de se doucher ici et d’aller se reposer ensuite, mais il sait. Siwan, c’est pas un imbécile heureux. Même si je le traite de tous les noms, je le sais malin et astucieux lorsqu’il se doit de l’être. Et de ce fait, sans que je n’ai besoin de le dire à haute voix, il sait que ça me fait plaisir.

-Il fait viril ton savon. Tu crois que je vais pécho des meufs si je me frotte avec au sauna ?

À peine le temps de me relever du lit qu’il me balance mon savon. Je ramasse l’arme du crime au sol et le garde, histoire de me montrer plus mature que lui.

-Contente-toi de mettre le grappin sur ta meuf au lieu d’en accrocher dix mile, répliqué-je en allant fouiller dans mon armoire. Et fais ce que je dis, fais pas ce que je fais !

Je lui balance un hoodie turquoise en pleine face – on repassera pour la maturité, s’il-vous-plaît - alors que je traîne les pieds jusqu’à lui avec un gros gilet gris à zipper, des vêtements de rechange et mes effets personnels dans mon sac en cuir noir. En fait, ce gilet turquoise est à lui et je dois bien l’avoir en ma possession depuis des semaines.

-Habille-toi, il doit faire plus frais dehors. Allez, dépêche-toi avec que je change d’avis, dis-je en le poussant en dehors de la chambre comme si je l’attendais depuis une éternité. T’es trop lent comme mec, franchement.

Je ferme la porte derrière moi et ouvre mon sac pour qu’il y mette ses affaires. Je vais saluer nos parents en passant, échange quelques mots pour les rassurer sur le fait qu’ils ne m’ont pas vu quitter la chambre de la journée, puis sors l’appartement sans trop tarder. Je tire Siwan avec moi pour qu’il ne s’éternise pas.

-Rien oublié ?    

HAHA:
 
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 486
Age : 21 ans
nom de scène : Mouse
occupation : Manager de Summer ; danseur passionné quand elle me laisse vivre
avatar : Jeon Jung Kook - BTS
DC : obt / kom / pjw
Points : 349

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/t1017-kwon-shiwan-only-fools-fall-for-you http://www.lights-camera-action.org/t1016-kwon-siwan#17381 http://www.lights-camera-action.org/t1375-kwon-siwan-phone#25971 http://www.lights-camera-action.org/t1508-kwon-siwan-mouse#29627 http://www.lights-camera-action.org/
Message
Lun 1 Aoû - 18:00

It's not a real friendship without bromance moment
Yoo Jin & Siwan
tenue« Hey, on se fait un roadtrip pour mon anniversaire » Road trip ? Pourquoi tout à coup il me parlait de ça ? Et de son anniversaire ? Ok, c’est dans un mois est demi mais quand même. Il s’y prenait en avance. Le mien est bien plus tôt. Dans un mois. Quel sale gosse. Il pensait déjà à son anniversaire alors que je n’avais pas encore pensé au mien quoi. « Laisse tomber le repas au restaurant, on a déjà fait le tour de Séoul au complet depuis le temps. Je veux passer du temps avec toi. Peut-être que j’en aurai plus autant dans quelques mois. » Sourcils froncés, je le regardais en mettant quelques secondes pour comprendre. Il allait être recruté dans une agence ? Devenir trainee… ah, on se verra bien moins qu’avant… ça me minait le moral. Qui disait trainee disait dortoir. Qui disait dortoir disait pas rentrer à la maison. J’avais de la chance de ne pas vivre avec Summer et de pouvoir rentrer tous les soirs à la maison. Ce qui me permettait de le voir assez souvent. Mais lui, aura-t-il cette chance-là ? Je lui tapotais la tête qui se trouvait sur mes cuisses avant de rire légèrement. « Tu perds pas le nord hyung ! Mais avant de penser à ton anniversaire, qui est 22 jours après le mien, pense d’abord au mien. » Je lui fourrageais les cheveux avant de me redresser un peu. « Frère indigne. » Je le taquinais bien sûr. Je savais qu’il avait dû y penser. « Moi, je veux aller à Busan. La plage, tout ça. Merde c’est l’été et même pas on va à la plage… La rentrée scolaire sera faite, y’aura pas trop de vacanciers sur les plages comme ça. » Surtout personne pour nous reconnaitre. Je n’étais pas un idole ou même un acteur, j’étais pas le genre de gars qu’on allait courser comme certains, mais j’étais un manager. Et quand on me reconnaissait comme étant le « manager de summer » et bien là, certains pouvaient perdre toute dignité. Ne serait-ce que pour une photo ou des renseignements sur Summer. Bref, ce n’était pas tous les jours facile. Et si Yoo Jin devenait à nouveau trainee, vu sa gueule et tout. J’allais tout aussi être harcelé. Soit, en attendant, au lieu de penser au futur, pensons au présent ! Je me levais et proposais une idée claire nette et précise. Allons au sauna ! En plus à cette heure-ci, il n’y aurait pas grand monde. Autant dire que c’était génial ! « Si tard ? Et tu te dis manager après ça ? » Je levais les yeux au ciel en le voyant s’affaler telle une grosse baleine sur le lit. Quelle classe le frangin. « Vas-y tout seul. T’ambitionnes, la souris. » « Hé patapouf à la maison, je suis pas un manager mais un frère ! Et puis, je fais justement ça pour ton bien. » Je lui claquais la cuisse vivement, avant de changer de tactique et de faire les yeux doux. Si je pouvais me transformer en fille pour lui susurrer un oppa en clignant des yeux, croyez-moi, je le ferai. Mais j’étais un homme, un vrai un pur. Alors on se passera de tout commentaire. Voyant qu’il craquait, je sautillais avant de sortir de la chambre pour aller chercher les affaires. « Je te hais ! » « Saranghae ~~~ » Chantonnais-je sur l’air d’une des musiques qu’il avait fait. Juste pour le narguer encore plus. Revenant dans la chambre, je lui lançais son savon, à l’odeur très virile avant de rire. « Contente-toi de mettre le grappin sur ta meuf au lieu d’en accrocher dix mile. Et fais ce que je dis, fais pas ce que je fais ! » Touché, coulé. Enfoiré. Pas le temps de répondre, qu’il me lançait un pull que je réceptionnais sans trop réfléchir. Juste par réflexe. « Aish ! Arrête de parler d’elle comme ça. J’vais me prendre un gros vent si je lui dis. J’suis bien comme ça moi. » De toute façon j’étais bien trop timide pour faire quoi que ce soit alors… [color:7ac6= »cc9900]« Habille-toi, il doit faire plus frais dehors. Allez, dépêche-toi avec que je change d’avis. T’es trop lent comme mec, franchement. » Je lui tirais la langue avant d’aller me changer. Pire qu’un parent quand il s’y mettait. Finissant de me préparait, je quittais la chambre avant de le rejoindre dans le salon où il discutait avec les parents. Le voilà qu’il me tirait déjà pour qu’on parte. Lequel était le plus impatient ? Qu’on me le dise ! « Rien oublié ? » « Yep, yep, du calme la moule. On ne sera pas en retard. » Quittant l’appart, je claquais la porte avant de filer en direction de l’ascenseur. Montant dedans une fois en haut, j’appuyais sur le bouton du rez-de-chaussée avant de me mettre à danser dans l’habitacle en mode possédé. Faisant n’importe quoi. Je me mis même à faire la danse du poulpe. « Hyung, danse avec moiiiii. »
electric bird.

 

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Message
Jeu 4 Aoû - 2:20

Sometimes, you just have to be friends.
Le plus désolant d’avoir un frère aussi vif que soi, c’est de ne pas pouvoir endormir son esprit le temps de quelques minutes. J’ai à peine parlé de ma fête qu’il me fait remarquer que la sienne vient avant et qu’en tant que grand frère, je devrais y penser. La vérité est que je sais déjà quoi lui offrir et cette fois, je vois les choses en grand. Ces dernières années ont été difficiles pour nous et les montagnes de défis que nous avons escaladées, en solo comme en duo, sont impressionnantes. À mes yeux, je lui dois la vie. Et c’est déjà bien assez pour ne rien lui refuser et tout lui donner. Il me demanderait la lune que je remuerais ciel et terre pour la lui offrir. Alors cette année, il n’aura pas seulement droit à une boîte enveloppée de papier cadeau. Je m'efforce de garder tout ça secret le plus longtemps possible; la surprise gâchée n’aurait pas le même effet. Je dois seulement lui en faire part deux mois avant la date minimum prévue, en espérant que nous ne serons pas trop pris en hiver par nos activités professionnels. Je ne lui en ai peut-être pas encore parlé directement, mais je ne doute pas que Siwan a déjà saisi que je veux retourner dans une agence.    

-Mais de quel anniversaire tu parles ? l’agacé-je alors qu’il me parle de la plage, de Busan et de nos vacances d’été un peu monotones.

S’en suit un épisode de taquineries qui ne finit plus et je ne me gêne pas pour lever les yeux bien haut lorsqu’il reprend mon langage grossier – que j’ai répété et c’est ce qui m’amuse le plus – en parlant de Johee. Tant mieux s’il ne veut pas lui dire. Les chances pour endurer ce minois parfait d’actrice aux soupers de famille reste proche de zéro.

-Tout à fait raison , dis-je en rangeant nos choses dans mon sac en cuir. Elle te rejetterait et tu aurais gâché votre relation professionnelle. Ne lui dis rien, c’est mieux ainsi. Et puis des filles, il y en a une panoplie.    

Et c’est moi, l’amoureux meurtri, qui dis ça. Je regrette déjà les derniers mots qui sont sorties de ma bouche et j’espère sincèrement que mon frère va passer outre. Afin d’échapper au sujet sensible, je le laisse se débrouiller avec le gros gilet que je viens de lui lancer et vais retrouver nos parents qui discutent. Meeting familiale improvisé, dirons-nous. J’échange quelques mots avec eux avant de tirer Siwan à l’extérieur. Je ne veux pas m’éterniser plus longtemps; c’est seulement une fois avoir quitté la bulle dans laquelle je m’étais enfermé pour composer que je ressens la fatigue m’envahir. J’aurais probablement dû me faire un café avant de quitter l’appartement, mais c’était sans compter sur Siwan pour alimenter l’ambiance en idiotie.

-Siwan, non, soupiré-je sans grande conviction alors qu’il danse n’importe comment dans l’ascenseur.

C’est pour la forme que je refuse, car il ne s’écoule pas cinq secondes avant que je laisse mon sac au sol et que je commence à danser comme un imbécile. Je laisse même ma voix grave s’élever pour lui lancer un « hoo hoo » à réponse. Tout est permis avec lui. Mais quand l’ascenseur s’arrête en bas et s’ouvre sur un homme d’affaire pendant que je twerk grossièrement, je ravale mon rire et pince mes lèvres pour empêcher mon sourire de s’agrandir.

-Joesonghabnida, dis-je en me penchant légèrement vers l’avant.

Sous l’œil choqué de l’homme, j’attrape mon sac et pousse Siwan en dehors de l’ascenseur. Je ne perds pas mon temps pour quitter l’immeuble et une fois dehors, mon regard complice glisse sur mon petit frère. Il ne m’en faut pas davantage pour éclater de rire en collant mon front contre sa tête. Ma main ébouriffe ses cheveux  et je l’entraîne dans la rue, direction le sauna. Une fois le calme passablement revenu, c’est avec une lueur de perversité calculée dans les yeux que je reprends la parole.

-Au fait, comment tu fais pour ça si t’as même pas de copine ? demandé-je en désignant du menton sa ceinture. Montre tes deux bras, je veux voir la différence de tes muscles.    

Les conneries de Siwan, c’est toujours mieux que de la caféine.  

:
 
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 486
Age : 21 ans
nom de scène : Mouse
occupation : Manager de Summer ; danseur passionné quand elle me laisse vivre
avatar : Jeon Jung Kook - BTS
DC : obt / kom / pjw
Points : 349

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/t1017-kwon-shiwan-only-fools-fall-for-you http://www.lights-camera-action.org/t1016-kwon-siwan#17381 http://www.lights-camera-action.org/t1375-kwon-siwan-phone#25971 http://www.lights-camera-action.org/t1508-kwon-siwan-mouse#29627 http://www.lights-camera-action.org/
Message
Sam 6 Aoû - 19:13

It's not a real friendship without bromance moment
Yoo Jin & Siwan
tenue« Mais de quel anniversaire tu parles ? » Je gonflais mes joues en le regardant. Il le faisait exprès ! Il me provoquait pour que je m’énerve… Je ne m’énerverai pas, non je serais plus adulte que lui voilà. Mais non ! Je n’étais pas un adulte, alors j’allais continuer à faire mon gosse un peu. Tant pis si ça ne lui allait pas. « Yah ! Frère indigne ! » Je lui lançais un coussin dessus l’air de rien pour marquer le coup. « Je devrais te pousser dans les escaliers tiens. » Un petit rire sadique au coin des lèvres, je tournais vaguement le regard pour le voir et le faire flipper. Bien sûr que je ne le ferais pas. Mon dieu, je n’étais pas comme ça. En tout cas, à présent, je proposais l’idée du sauna. On devait se bouger, et se préparer pour y aller. Je voulais me détendre, me tremper et barboter un peu dans le bassin. En plus, il me parlait de Jo Hee. Pourquoi ? Pourquoi je lui avais parlé de mon amour pour elle hein ? Pourquoi la vie ? Pourquoi tant de haine ? Il pouvait me narguer ce chacal. « Tout à fait raison » Je pinçais mes lèvres à cette réponse. Bad guy. « Elle te rejetterait et tu aurais gâché votre relation professionnelle. Ne lui dis rien, c’est mieux ainsi. Et puis des filles, il y en a une panoplie. » Heol. C’est lui qui disait ça ? Bon, je ne pouvais pas me permettre de lui faire la réflexion. La sienne était malheureusement décédée. La mienne était toujours vivante, alors forcément ce n’était pas du tout la même chose. Parfois, je me demandais comment il faisait. Et je priais sincèrement le seigneur pour l’aide qu’il nous a apporté. Pour que Yoo Jin, soit toujours de ce monde malgré la mauvaise période qu’il a passé. « J’vais virer gay ouais. Un trou c’est un trou. » Je sortais ça bien évidemment pour déconner. Je ne me voyais absolument pas coucher avec un homme bordel. L’abandonnant là, pour aller me changer et préparer mes affaires, je le rejoignais assez vite dans le salon où il faisait son social avec les parents. Quittant l’appartement, on se retrouvait bien vite dans l’ascenseur. Portes enfin fermées, bouton appuyé, je me mis alors sans attendre à faire le con. La danse du poulpe. Tant pis si le gars du maintien, nous voit danser à la caméra. Il devait avoir l’habitude depuis le temps qu’on vivait là haha. « Siwan, non » Me stoppant, il ne perdit pas de temps pour s’y mettre lui aussi. Explosant de rire sur le coup, je sortis le téléphone portable, l’air de rien, pour le filmer. C’est qu’il était bien sexy. Et puis, comme ça, ça me laisser de quoi poster sur instagram quand je devais prendre une revanche car monsieur poste des images douteuses de moi là. Les portes s’ouvrant, on tomba sur un homme qui nous fixa, comme si on était fous. « Joesonghabnida » Pouffant, je fis de même, m’inclinant avant qu’il ne me pousser pour quitter l’ascenseur. Immeuble quitté, on explosa de rire en même temps, alors qu’il vint cogner mon front. Passant mon bras autour de ses épaules, je me reculais quand il ébouriffa mes cheveux. Pas touche ! « Au fait, comment tu fais pour ça si t’as même pas de copine ? » Hein ? Suivant son regard, je fixais mon entre jambe. Oh my god. « Montre tes deux bras, je veux voir la différence de tes muscles. » « Mais t’es pas bien hyung ! Et toi comment tu fais hein ? Montre-moi d’abord tes bras. J’suis sûr que ton bras droit est bien plus dur que le gauche~ » Je me mis même à le tâter l’air de rien. « De toute façon, qui a dit qu’il fallait se masturber que de la main droite hein ? De nos jours faut savoir être polyvalent. » Dis-je d’un ton très sérieux. J’étais à deux doigts d’exploser mais non, à la place, je me mordis la langue. Qu’est-ce qu’on pouvait être con mine de rien. Tournant au coin de la rue pour filer vers le Sauna, je soupirais en profitant de l’air frais. Enfin un peu de fraicheur.
electric bird.

 

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Message
Lun 8 Aoû - 7:54

Sometimes, you just have to be friends.
Me pousser dans les escaliers ? Le petit insolent ! Je lui adresse un regard faussement choqué lorsqu’il fait son petit acteur sadique de ruelle. Parfois, ça me m’agace un peu de le trouver parfait; il est beau, a une belle voix, est intelligent, possède un charisme naturel et il multiplie les talents ici et là. Il percerait dans le monde du showbiz que ça ne m’étonnerait pas. Est-ce qu’on nomme ce que je ressens comme le complexe du grand frère ? Dans tous les cas, ça y ressemble car au final, je pense trop souvent qu’il n’y a aucune fille d’assez bien pour lui. Et certainement pas sa petite protégée. Mais stop ! On rembobine: Siwan, coucher avec un autre homme ?

-Je vais te rendre service et je vais faire comme si j’avais rien entendu, répliqué-je, tout de même soulagé qu’il ne me tienne pas rigueur de mon manque de tact.

Mais cette idée me semble encore plus ridicule et improbable que de me pousser dans les escaliers. Il y a tout de même le dicton ne jamais dire jamais. Dorénavant, je devrais peut-être surveiller mes arrières lorsque je descends des marches. Si ça se trouve, il pourrait bien m’y pousser pour empocher mon assurance vie. Après avoir préparé nos effets personnels pour le sauna, j’échange quelques mots avec les parents et je décide bien rapidement qu’on a assez traîné. C’est dans l’ascenseur que tout se corse. Notre calme se brise en mille miettes et Siwan m’entraîne dans une danse des plus stupides. C’est à peine si je le remarque sortir son cellulaire avant que la machine ne s’arrête et qu’un homme d’affaire nous observe comme si nous sortions directement d’un cirque. On se retient tous deux de rire et je nous excuse rapidement avant d’encourager Siwan à quitter l’ascenseur. Ça ne manque pas; on éclate de rire et on se comporte comme des enfants de cinq ans. Je le taquine en jouant avec ses mèches de cheveux, les laissant en bataille sur sa tête, puis enchaîne les idioties par une autre. Tant qu’à l’échapper, on le fait en beauté. Partie perdue, ce petit idiot me retourne rapidement la question et me tâte même le bras pour appuyer son petit jeu. Mon sourire s’évanouit et je m’arrête de marcher un instant pour lui adresser une expression des plus sérieuses.

-Yah ! Me dis pas que tu es encore puceau après tout ce temps ? m’exclamé-je avant d’éclater de rire en frappant gentiment son ventre à plusieurs reprises. Qu’est-ce que je vais faire de toi, hm ?

Je lui chatouille les côtés avant de reprendre la marche et de tourner au coin de la rue. L’air du soir n’a rien à voir avec la température du jour, mais ce n’est pas pour me déplaire. Il me tarde qu’une pluie persistante tombe du ciel pour que je puisse me consacrer corps et âme à la composition pendant toute une journée. Après tout, mon inspiration est toujours plus profonde lorsque le temps est gris. Je ne dois certainement pas être le seul artiste à être plus productif lors des jours monotones. En repensant rapidement à mes compositions, j’en reviens sur un sujet sensible que je veux aborder avec Siwan. Je pense que l’ambiance est assez détendue pour tenter une approche. Arrivés à destination, j’ouvre galamment la porte – en fait, c’est une marque de politesse qui m’est resté avec les gens – en lui disant, tout bonnement :

-Tu sais, avec mon album que je compose présentement et tous mes covers que je fais sur youtube, je pensais  prendre un contrat avec une agence.

J’entre à mon tour et feignant l’indifférence de ce sujet, je reprends.

-La KG et la FE semblent m’avoir à l’œil pour gagner ma signature. Je veux avoir ton avis.  
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 486
Age : 21 ans
nom de scène : Mouse
occupation : Manager de Summer ; danseur passionné quand elle me laisse vivre
avatar : Jeon Jung Kook - BTS
DC : obt / kom / pjw
Points : 349

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/t1017-kwon-shiwan-only-fools-fall-for-you http://www.lights-camera-action.org/t1016-kwon-siwan#17381 http://www.lights-camera-action.org/t1375-kwon-siwan-phone#25971 http://www.lights-camera-action.org/t1508-kwon-siwan-mouse#29627 http://www.lights-camera-action.org/
Message
Sam 13 Aoû - 14:39

It's not a real friendship without bromance moment
Yoo Jin & Siwan
tenue« Je vais te rendre service et je vais faire comme si j’avais rien entendu » Mon regard se changea en regard taquin et vicieux alors que je souriais en coin. En clair ça n’inspirait rien de bien bon. Je le narguais et j’adorais devenir parfois le petit frère bien relou avec son grand frère. C’était la base de toute relation fraternelle à mes yeux. « Même pas peur. » Dis-je en le regardant droit dans les yeux. Bien évidemment que je n’avais pas peur. Ce n’était pas Yoo Jin qui allait me faire peur sur quoi que ce soit. De toute façon j’étais bien trop débrouillard pour me laisser faire. Est-ce qu’on s’était déjà réellement battu ? La réponse était évidente, comme tout frangin oui. Puis on se connaissait depuis tout petit alors forcément. Mais il n’y avait jamais rien eu de méchant dans tout ça. En tout cas, on ne tarda pas à sortir. Non sans se faire remarquer. Pour ne pas changer. C’était devenu un peu une habitude. La folie m’avait gagnée dans l’ascenseur. Et autant dire, qu’il n’avait pas fallu longtemps à mon frère pour me suivre. Mais c’est ça qui faisait notre charme. La folie devrait être quelque chose d’innée pour pas mal de gens. Elle permettait de se défouler et de faire abstraction de tout. « Yah ! Me dis pas que tu es encore puceau après tout ce temps ? » Ah… Puceau. Je l’étais oui. Et alors ? je n’avais que vingt ans, en quoi être puceau était quelque chose de choquant ? Moi je trouvais ça normal. Ce n’est pas comme si j’avais trente ans, ou quarante ans… « Qu’est-ce que je vais faire de toi, hm ? » Je levais les yeux au ciel avant de lui donner une pichenette sur la tempe. « Yah. Ce n’est pas une honte d’être puceau. Et puis franchement je ne suis pas des plus attiré par le sexe. Fin je reste un homme. Mais ce n’est pas ce qui m’attire le plus en ce moment. » Je fis une faible moue boudeuse en haussant les épaules. « Genre, tu couches avec beaucoup de monde toi ? » Ce n’était pas non plus forcément l’information que je voulais savoir, mais à parler de ça, autant savoir la réponse. Non ? Puisque monsieur me faisait une pseudo morale là. Longeant la rue, je le laissais m’ouvrir la porte du sauna une fois arrivé à destination. « Tu sais, avec mon album que je compose présentement et tous mes covers que je fais sur youtube, je pensais prendre un contrat avec une agence. » Je me stoppais, avant de tourner le regard vers lui. C’était à prévoir. Il avait ça dans le sang. Il aimait créer, composer, écrire. Mais depuis tous ces incidents précédemment, je ne pensais pas qu’il m’en reparlerait de sitôt. « La KG et la FE semblent m’avoir à l’œil pour gagner ma signature. Je veux avoir ton avis. » La KG… C’était l’agence ou justement il avait été et l’agence ou j’étais actuellement. Puisque je m’occupais de Johee qui était dans cette dite agence. Même si personnellement, je ne leur avais jamais dit être le demi-frère de Yoo Jin. De toute façon, maintenant ils devaient être au courant, vu la portée de nos réseaux sociaux. « Tu veux la vérité ? Ou un mensonge ? » Sans attendre de réponse, je repris la marche avant d’aller à l’accueil pour payer notre passage et deux tenues homme. Les prenant, je filais en direction des vestiaires, vide, au vu de l’heure. Posant mes affaires sur le banc, je pris un casier vide avant de commencer à me déshabiller sans aucune pudeur face à mon frère. Nu comme un ver, j’attrapais la serviette pour l’enrouler autour de ma taille et me tourner vers lui. « Va à la Flow. La KG t’as déjà lâchement abandonné. » Attrapant savon et autres produits donc nous avions besoin je claquais une de ses fesses l’air de rien. « De toute façon, la KG sont nuls pour les artistes solo. La flow sont les experts pour ça. Alors fonce là-bas hyung. »
electric bird.

 



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Message
Dim 14 Aoû - 6:06

Sometimes, you just have to be friends.
Franchement, je vais devoir corriger cette manie qu’il a de toujours me donner une pichenette au visage dès qu’il en a l’occasion; pour me taquiner, pour répliquer, pour avoir le dernier mot quand je l’agace. À bien y réfléchir, il ne doit pas exister un seul endroit où il n’y a pas claqué ses doigts. Mais au final, je n’en fais jamais un cas. Parce que c’est Siwan, tout simplement. Et tout s’explique ainsi, sans pourquoi ni comment.

-Bien sûr que c’est pas ce qui t’attire le plus, parce que c’est elle qui occupe toutes tes pensées, dis-je en lui ébouriffant les cheveux, sourire semi-présent. Je suis pas ton frère pour rien, je sais tout. Même si ça peut te faire chier.

Il tire une mine enfantine et hausse les épaules comme s’il avait cinq ans – on est peut-être réellement pas loin de ça, parfois. Je ne réponds pas tout de suite à sa question. Je sais qu’il sait. Du moins, qu’il s’en doute. On ne parle pas forcément de ces choses-là souvent, mais c’est une évidence qu’on n’aborde que rarement, que lorsque le sujet vient de lui-même.

-Pas plus que la moyenne, j’imagine. Je m’amuserai pas à les compter, si tu n’y vois pas d’inconvénients.

Ma réponse est plus ou moins évasive et je sais qu’il y a peu de chance que Siwan s’en accommode. Seulement, je n’ai aucunement envie de voir une expression choquée ou réprobatrice sur son visage. Heureusement, les mensonges blancs m’ont sauvé plus d’une fois.

-C’est bien aussi, d’être… toi. Tu comprends ? dis-je en le regardant sérieusement.

Mais je ne garde pas longtemps mon masque devant lui et j’éclate de rire et le bousculant légèrement d’une main sur son épaule. Au-delà de l’ambiance taquine qui s’est posée entre nous pendant cette marche nocturne jusqu’au sauna, je sais que Siwan est totalement fou de cette fille. Tout ce dont je ne suis pas certain, c’est à quel point il peut l’aimer. À quel point il peut tout sacrifier et tout lui donner, sans ne jamais rien demander en retour. Est-ce qu’un amour pour lequel on n’a pas la force de se battre est vraiment réel ? Parfois, en regardant mon petit frère attendre dans l’ombre, je me le demande. Et finalement, je me dis que ce genre d’amour n’est qu’une illusion et qu’il ne vaut pas la peine. Il ne mérite aucune larme, aucun rire, aucun sacrifice.

-Cesse de me regarder comme ça, lâché-je alors que je tiens la porte, le regard de Siwan braqué sur moi. La KG et la FE semblent m’avoir à l’œil pour gagner ma signature. Je veux avoir ton avis.

-Tu veux la vérité ? Ou un mensonge ?

-Depuis quand je veux que tu prennes des pincettes avec moi ?

Question sans réponse de notre part, je le suis en traînant légèrement des pieds. Nous passons par l’accueil et même si ça fait mal à mon égo de frère aîné, je le laisse payer notre visite. Je ne manque pas de lui voler les tenues pour contrebalancer les choses et c’est en paix que nous retrouvons les vestiaires. L’endroit semble vide et calme dû à l’heure tardive. Bon point pour nous. Nos choses déposées sur le banc, on ne tarde pas à se déshabiller et ce n’est qu’à ce moment là que je remarque une belle marque sur ma hanche qu’a laissé l’idiot d’hier soir. Si ce genre de chose ne me gêne généralement pas, il en va tout autrement devant Siwan. Je ne perds pas de temps pour la couvrir de ma serviette, juste au moment mon cadet retrouve l’usage de la parole. La réflexion a été profonde, semble-t-il. Ramassant nos choses, je l’écoute et mes fesses se raidissent instinctivement à la claque bien banale qu’il m’affuble.

-C’est ce que j’aime, chez toi, déclaré-je en prenant la direction des installations. T’es mon frère et tout le reste passe en deuxième. Franchement, j’espérais que tu me dises ça.

Une fois dans les douches, j’abandonne ma serviette et ne tarde pas à ouvrir l’eau pour régler la température. La tête sous l’eau et la bouche ouverte pour respirer, mon regard accroche la cicatrice qui décore le dos de Siwan. Je tends la main et fait glisser mon index sur sa peau, près de la marque. À chaque fois que je la vois, c'est pareil. Je peux pas m'en empêcher.

-Mais je te veux.

Je le fixe sérieusement, sans une once de mutinerie au visage.

-En tant que manager, te fais pas d’idée, ris-je enfin en lui prenant le savon, bien fier de ma taquinerie. Qu’est-ce que je dois faire pour ça ?

La question posée est d’un ton plus formel, plus lourd. Si j’ai souvent agacé Siwan sur le sujet, c’est la première fois que je l’aborde avec autant de sincérité.     
Revenir en haut Aller en bas

Let me know

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lights, Camera, Action ! :: out of character :: rps-