AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Lights, Camera, Action ! :: outside :: corée du sud

Dude... Seriously ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2

Messages : 2104
Age : 22 ans
groupe : Solo, β∧Lααm
rôle dans le groupe : Rappeur - parolier - compositeur - arrangeur - Vocaliste - Leader
nom de scène : Skye
occupation : Idole & Acteur totalement déjanté
avatar : Rap Monster - Kim Nam Joon
DC : ks / kom / pjw
Points : 107

flow ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t116-oh-byun-tae http://www.lights-camera-action.org/t146-oh-byun-tae http://www.lights-camera-action.org/t145-oh-byun-tae http://www.lights-camera-action.org/t728-oh-byun-tae http://www.lights-camera-action.org/t729-oh-byun-tae-skye#9029 http://www.lights-camera-action.org/
Message
Sam 5 Nov - 13:07

TENUE «  Qui ? Je me demande, bien. » Je le regardais du coin de l’œil, sans rien dire. On se le demandait bien oui. No comment, je ne voulais pas de commentaire. Ce sale gosse, j’allais me venger un jour, dieu seul sait comment pour l’instant. Pour dire à quel point je ne savais pas comment me venger. « J'sais pas, héh. » Un sourire naquit sur mes lèvres alors que je le regardais de haut en bas. « Je te ferai travailler ta mémoire babe. En te faisant courir derrière la voiture. » J’étais très sérieux. Je l’imaginais même accroché à une corde à la voiture, moi roulant tranquillement et lui courant pour pouvoir monter dans la voiture et accélérer au dernier moment avant qu’il ne puisse ouvrir la portière. Mon imagination était très fertile mine de rien. Mais c’est ce genre de pensée qui pouvait me permettre de rire un peu. En attendant, je me devais de sortir de là. Ne prenant pas non plus cent ans pour en sortir, je réussi à m’immiscer hors de ce foutu trou. Couvert de terre et totalement crade, je plissais le nez avant de me rapprocher de lui et lui faire une remarque, sur sa barbe. C’est qu’il piquait le bougre. « Que, veux-tu chéri. Pour toi, je voulais jouer l'homme, avec la petite barbe de deux – trois, jours. Tu sais, le petit fantasme de ces dames. » Le fantasme de ces dames. Elles avaient un drôle de fantasme ouais. Je ne vois pas en quoi c’est excitant. Ça pique… ça ne me plairait guère d’avoir une personne à embrasser qui pique. « Mon cul. Je vais te raser tu vas voir. »[/color] Je frottais sa joue l’air de rien en faisant une faible grimace. Non vraiment, j’étais et je resterai un mec pour ça, hors de question que je puisse aimer la pilosité d’un homme. Déjà que j’avais du mal avec la mienne alors celle des autres ? Non merci. Je n’étais pas imberbe, mais je n’étais pas non plus super velu. Ça m’arrangeait. Même si je commençais à devoir me raser bien plus souvent. L’idoling obligeant un peu à se raser souvent. Le truc bien casse burne en somme. Comme si quatre poils sur le menton allaient faire tache. Au contraire, comme venait de le dire Junho, ça pourrait faire mouiller les culottes des fans. Les hauts placés n’avaient rien compris. Fallait laisser les garçons avoir une petite barbe. C’est le mieux. « Chérie, que dis-tu. Si je te dis qu'on ferait mieux de se casser d'ici, vite fait ? Avant, qu'il nous arrive vraiment, une belle merde ? » Une belle merde hein ? Il voulait nous porter la poisse c’est ça ? Je regardais rapidement autour de nous en soupirant. « Why not babe. Mais s’il nous arrive un truc, ça sera entièrement ta faute, car tu parles trop sur ça. » Dis-je en avançant tranquillement. Il faisait tellement sombre. C’était la misère pour sortir de là bordel. Finissant par se retrouver devant le grillage, je le regardais en soupirant. « Flemme.  » Je plissais le nez en soupirant. « Same. » Tellement flemmard que je ne réfléchissais pas pour parler coréen, préférant parler ma langue natale, à savoir l’anglais. Jusqu’au bout, j’assumais ma flémingite. « Imagine. On est coincés. On va crever, ici. Tu vas devenir pote, avec le vieux chat du coin. Et, au final. On finira par le bouffer tellement on va crever la dalle. Adieu. J'espère que j'serais toujours un Apollon, dans l'eau delà, quoi. » … Je le regardais avant de rire franchement, tellement que mon rire faisait écho autour de nous. Ok, c’était flippant, un peu. Mais franchement, Junho avait fumé ma parole. « Mec. T’es moche, redescend sur terre. » Je lui tapotais le dos. C’était gratuit, c’était dit avec amour et sincérité. « Ceci dit, peut-être que t’arrivera à pécho là-haut. » Je me foutais allègrement de lui, avant de regarder la bâtisse non loin de nous. Lui faisant signe de me suivre, je filais vers la bâtisse en cherchant une porte. Autant frapper et voir. Frappant à la porte, je tendais l’oreille, sans rien entendre. Me dirigeant vers une fenêtre, je regardais à l’intérieur avant de plisser les yeux. « Mec, qu’est-ce que tu vois toi ? » Je rêve ou c’était du sang ?

[/b]



so cutie ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 1706
Age : vingt-deux ans.
groupe : solo, mon gars.
occupation : idol, je-m'en-foutiste.
avatar : kim jiwon (ikon).
DC : nam insu(lte), bae khean(oa) & lee hyunki(ki).
Points : 35

knockout g
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t502-kang-jun-ho http://www.lights-camera-action.org/t610-kang-jun-ho http://www.lights-camera-action.org/t503-kang-jun-ho http://www.lights-camera-action.org/t505-kang-jun-ho-jun_feel http://www.lights-camera-action.org/t979-junho-kg
Message
Dim 6 Nov - 15:09










Que diable. Aussitôt, nous trouvions nous. Face, à cet obstacle. Aussitôt, rebroussions-nous. Chemin. Ces pas, redirigés. Vers, cette bâtisse. Fort imposante. Et, enfin. Cette main. Heurtant, cette surface plane que représentait, alors. Cette porte. Un espoir. Un songe. Réduit, à néant. Croire, que. Nous serions, alors. Pris sur le fait, accomplis. D'une fraude. Et, d'une entrave. Une violation, de propriété privée. Ne fut, que. Futilités. Antre. Inhabité. Aussi étrange, cela. Semblait-il être. Le fruit de, mes tourments. Vins, disposer de ses sens visuels à l'encontre, de l'une de ces multiples fenêtres. Disposées. Çà. Et, là. M'incitant. Tout, naturellement. À, me joindre. À, ses côtés. Mes mains, virent se glisser à l'encontre de mon faciès. Formant. De simples, jumelles. Manuelles. J'observais. Difficilement. L'instant présent. Et, l'heure. Tardive. Ne jouait, guère. En, notre faveur. « Maman. » Murmurais-je, difficilement. Ce liquide. Rougeâtre. Disposé. En, ces lieux. Cette simple – et unique, pièce. Observée. Tour. À, tour. Si, naïvement. Évincée. De par, mes gestes. Virulents. Soudains. Et, répétitifs. Ces mains. Heurtant, ces parcelles vestimentaires. Portées, par le jeune homme. Je tentais, naïvement. De mettre la main, sur cet objet. Issu, des nouvelles technologies. Manquant, de peu. De perdre. Une nouvelle, fois. Le contrôle de mes faits – et gestes. Je me hâtais, à la tâche. « Pas bon, pas bon, pas bon. » Poursuivais-je. Répétitivement. Encore. Et, encore. « Vraiment, pas bon, mon gars. » Argumentais-je. À nouveau. Sans la moindre, aisance. Vocale. Je parvenais, à discerner. Un fonctionnement, de cet objet. Auparavant, martyrisé en. De bien vulgaires, aspects. Et, actes. Déglutissant, difficilement. « J'reste pas, une seconde de – » Plus ? Il est vrai. J'aurais souhaité, énoncer. De tels, propos. Néanmoins. Un fracas. Me fit, taire. Motus. Et, bouche, cousue. Lippes, pincées. Souffle, coupé. Cet être, auparavant éloigné. Dès, lors. Convoité. Et, approché. « Dis-moi, que. La merde dont j'parlais depuis tout à l'heure, c'pas un crevard, que viens de s'amuser à jouer à la faucheuse, vie de moi. J'suis pas prêt. » Murmurais-je. Guibolles, flageolantes. Ce muscle, rougeâtre. Tambourinant. À l'encontre, de ma cage thoracique. Cavité buccale, asséchée. Je reniflais. Tel, un adolescent. Pris, sur le fait accompli, d'une idiotie. Regard, intrigué. Se mouvant. De, droite. À, gauche. Manquant, de peu. De ressentir, la moindre frayeur. À l'égard, du moindre mouvement. Et, sons. Se glissant. Ici. Et, là. « Vie de moi... » Plus jamais. Je n’enfreindrais, de telles réglementations. S'il, m'était alors. Permis. De poursuivre. En, de jours nouveaux. Cependant. Me le serait-il, possible ? Munis. De cet objet, issus des nouvelles technologies. Emprunté. Un code, entré. Un écran, heurté. Et, enfin. Mes doigts, pianotaient. Si, furtivement. À l'instar, de celui-ci. Un message, écrit. Distribué. Envers. Cette demoiselle. Fruit, de mes précédents, tourments. Lui exprimant. Mon inquiétude. Et, les questionnements. Traversant, dès lors. Mon esprit. Que, dire ? Que, faire ? Difficilement. Je vins agripper, l'un des bras. Du jeune homme. Le menant, bien davantage. À, mes côtés. « Y a moyen, de ne pas crever ici, dès. Ce soir ? Parce que, bon... » Soufflais-je, finalement. Mon regard, se glissait. Alors. En, cet antre. Cet encrage. Persistant. À l'intention, de cette surface plane que représentait, le sol. Ne signifiait, rien. De convenable. Ni même. Une situation, qui parviendrait. À, jouer. En, notre faveur. Guère. « Tu peux toujours envoyer un message, à ton crush. Histoire, de lui balancer des mots d'amour, avant d'crever. » Taquinerie. Étouffée. Si, vite. De par, cet énième fracas. Alors, entendus. M'incitant. Si, naturellement. À abaisser, mon crâne. Rester, face à cette fenêtre. Était-ce, véritablement, un choix judicieux ? Aussi ridicule. Et, idiot. Pouvais-je, le paraître. Cela. Ne semblait, aucunement. Être, une « bonne », idée.




somebody said you got a new friend, does he love you better than i can ? i know where you're at, i bet he's around. and, i know it's stupid. but i just gotta see it for myself. so far away, but still, so near.

and I'm giving it my all, but i'm not the guy you're taking home.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 2104
Age : 22 ans
groupe : Solo, β∧Lααm
rôle dans le groupe : Rappeur - parolier - compositeur - arrangeur - Vocaliste - Leader
nom de scène : Skye
occupation : Idole & Acteur totalement déjanté
avatar : Rap Monster - Kim Nam Joon
DC : ks / kom / pjw
Points : 107

flow ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t116-oh-byun-tae http://www.lights-camera-action.org/t146-oh-byun-tae http://www.lights-camera-action.org/t145-oh-byun-tae http://www.lights-camera-action.org/t728-oh-byun-tae http://www.lights-camera-action.org/t729-oh-byun-tae-skye#9029 http://www.lights-camera-action.org/
Message
Mar 15 Nov - 12:53

TENUE « Maman. » Maman. Maman. Moi je ne comptais pas appeler ma mère, celle qui m’avait abandonné dans ce genre de situation. Ni même papa. Merde. Pourquoi Junho flippait comme ça ? C’était du sang. Bon ok, c’était glauque, et peut-être qu’il y avait un tueur qui rôdait en ces lieux et qu’il était même en train de nous regarder, et de se foutre de nous. Ça serait la meilleure tiens… Mais ça ne m’étonnerait pas. Un peu comme dans les films à. Style, Scary Movie, ou… Scream là. Ou souviens-toi de l’été dernier. Putain, voilà que je me faisais des films aussi immenses que mon cul. « Pas bon, pas bon, pas bon. »[/|b] Mais c’est qu’il avait l’air totalement paniqué. Fallait qu’il se calme, on allait se barrer, hors de question de rester ici une minute de plus. Je tenais un peu, beaucoup, à ma vie. [b]« Vraiment, pas bon, mon gars. » Je me redressais un peu. On n’allait pas mourir, ni rien. On allait se barrer puis appeler les flics, pour qu’ils aillent vérifier. De façon anonyme. Parce que nous étions des idoles et que merde, ça ne serait pas bon qu’on nous foute un scandale, ou pire, qu’on nous foute le meurtre, ou que sais-je sur le dos. Putain ça serait bien con. « Mec, calme-toi. On va se barrer, respire, on dirait que tu vas faire une crise cardiaque. » Je lui tapotais l’épaule, comme pour le rassurer. Je ne pouvais pas faire mieux de toute façon. « J'reste pas, une seconde de – » Un bruit le fit stopper. Sourcils froncés, je me figeais, plus ou moins, le silence s’installant entre nous. Ok. Bon, il avait surement raison, il fallait vraiment se dépêcher et se barrer d’ici, avant qu’on finisse en pâte pour chien… J’avais encore la vie devant moi, je ne comptais pas crever comme ça. Instinctivement, je reculais, comme pour commencer à fuir. Je ne les avais pas toute pour le coup. « Dis-moi, que. La merde dont j'parlais depuis tout à l'heure, c'pas un crevard, que viens de s'amuser à jouer à la faucheuse, vie de moi. J'suis pas prêt. » « Tais-toi putain. Qui est prêt à crever ? Tu vas finir par nous porter la poisse avec tes conneries. »[/color] Je l’engueulais comme un connard, alors que je reculais un peu plus. Le tirant avec moi, je le laissais emprunter mon téléphone. Le sien était mort, connement. Comme nous si on restait ici encore cinq minutes. Qu’est-ce qu’il foutait ? Ce n’était pas le moment d’envoyer des messages là. Faudrait plutôt appeler les flics. Bon, pas avec mon téléphone, je n’avais pas envie que l’agence me tue pour m’être trouvé au mauvais moment, au mauvais endroit quoi. « Tu peux toujours envoyer un message, à ton crush. Histoire, de lui balancer des mots d'amour, avant d'crever. » Yeux écarquillés je le regardais comme s’il venait de dire la pire des conneries. « Putain ! Ne me dis pas que. » Attrapant mon téléphone, je regardais dans les messages envoyés avant d’exploser de rire, sans pouvoir me retenir. « Mec mais… A qui t’as envoyé ça ! » Oh bordel. Depuis quand Junho aimait une meuf ? « J’ai pas de crush, contrairement à toi. Putain quel con. J’espère qu’elle ne va pas m’harceler. Heureusement que je l’avais pas dans mon répertoire. Je serais passé pour un con. » Je me foutais de lui, sans gêne, avant de le tirer pour qu’on se casse d’ici. Non, mais là, il venait de faire ma soirée. Même s’il m’arrivait de penser à Iseul, encore, jamais, ô grand jamais je ne lui enverrais de message, même au bord de ma mort. J’avais une fierté. Je n’allais pas l’abandonner par peur ou regret. « Bon allez, on se casse. » Nous éloignant de la maison, et de l’antre du tueur ou que sais-je, le vent se leva doucement, laissant alors le bruit des feuillages nous entourer rendre la situation bien plus flippante qu’elle ne l’était déjà. « Putain. C’est une caméra cachée ou bien ? » Parce que j’étais pas bien rassurer là. Le mur face à nous, je pris de l’élan pour sauter et m’accrocher en haut. Me hissant je passais dessus avant de lui faire signe de suivre en lui tendant la main, s’il voulait de l’aide. « OH PUTAIN DEPÊCHE TOI IL EST DERRIERE TOI ! » J’hurlais en relevant la main pour pointer… Rien du tout. C’était juste pour le faire baliser. Ouais j’étais un connard.




so cutie ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 1706
Age : vingt-deux ans.
groupe : solo, mon gars.
occupation : idol, je-m'en-foutiste.
avatar : kim jiwon (ikon).
DC : nam insu(lte), bae khean(oa) & lee hyunki(ki).
Points : 35

knockout g
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t502-kang-jun-ho http://www.lights-camera-action.org/t610-kang-jun-ho http://www.lights-camera-action.org/t503-kang-jun-ho http://www.lights-camera-action.org/t505-kang-jun-ho-jun_feel http://www.lights-camera-action.org/t979-junho-kg
Message
Mer 16 Nov - 14:10










Crise. Affolante. Et, cardiaque. Pour, sûr. Je résidais, en. De tels, états. D'esprits. Partagé. Entre, l’incompréhension. Et, la peur. Sans, la moindre once de gêne. Je m'exprimais. Tantôt, enfantin. Tantôt, apeuré. Déglutissant, difficilement. Guibolles, tremblantes. Inspirant, lourdement. Expirant, silencieusement. Pourquoi, diable. Semblions-nous, tous deux. Attisé, envers. De telles, situations ? Qu'importe, où. Nous trouvions, nous. Une misère, s'abattait. Alors. À l'encontre, de nos êtres. Réunis. En, ce simple – et unique, lieu. Cet antre. Que, dis-je. Cette porte. Menant, tout droit. Auprès, de Lucifer. Allait-elle, véritablement. Daigner. Nous, laisser. Prendre. La poudre, d'escampette ? Je doutais. Et, redoutais. Pas. À, pas. Mon être. Se figeait. Bien, davantage. Ces aspects. Disposés. Les, uns. Aux, côtés. Des, autres. Recréant. Si, naturellement. Ces ambiances. Mises, en avant. Au travers, de bien multiples productions cinématographiques, Hollywoodiennes. Apeurant. Résidant, en ces catégories que pouvaient, être : l'horreur. Et, l'épouvante. Mon échine. Frissonnait. Mes sens, visuels. Se voyaient, attisés. De, par. Et, d'autres. Observant. Tour, à. Tour. Ce qui, nous entourait. Ces feuillages, bruissants. Ce vent, se levant. Et, enfin. Cette bâtisse, envers laquelle. Nous tournions, le dos. Avions-nous, véritablement. Vu. Ce que, nous semblions, tous deux. Êtres. Sûrs. Et, certains. Et, tout à la fois. Effrayés ? Munis, d'une force. Incertaine. Le jeune homme, parvint. Sans, grande, difficulté. À, mettre les points, sur les « i ». Se hissant. Envers, cette parcelle, murale. Une force, surhumaine. D'après moi. Et, un effort. Que je ne saurais, qu'applaudir. En, mon esprit. Incapable ? Je le semblais, bel – et bien. Cependant... C'était, sans compter. Sur, ce cri. Ces propos. Davantage, affolants. Dont, il osait. Me faire, part. Cet homme. Cette mention. Et, enfin. Cette indication. Derrière, ma personne ? Pris, de panique. Pris, de surprise. Aucun son, ne fut, émis. Simplement : une précipitation. Manquant, de peu. De trébucher. À, de bien multiples reprises. J'osais, répéter. Que, je ne devais. En, aucun cas. Me, retourner. Et, offrir. Le moindre, contact. À l'instar, de cet être. Inconnu. Néanmoins. Sinistre. Jamais. Encore. Je n'avais, osé. Courir. Si, vite. Et, me hisser. Si, rapidement. Hors, de ces lieux. Fruits, de mes tourments. Et. De moquerie. Réalisant. Bien, vite. Que, le jeune homme. S'était, permis. De réaliser, une blague. De, mauvais goût. L'une de mes mains, vint. Heurter. Son, buste. Mécontentement. Et, tout à la fois... Frustré. Je l'avouais. Sans, grande difficulté : cette angoisse, déplorable. Et, guère agréable. Je n'affectionnais, très peu. De tels, ressentiments. « Va crever. Vie, de moi. Même pas, tu peux compter sur moi, pour la prochaine sortie. T'ira, seul. Comme un clochard, avec le premier pélo. Du, coin. Rien, à foutre. » Pestais-je, sans la moindre difficulté. Dénigrant. Dès, lors. L'affection. Et, l'amitié. Que, je possédais. À, l'égard. De, cet être. « J'te jure. Sa mère. Je – » coupé, en. Cet élan, verbal. J'inspirais. À, nouveau. Balayant, vers l'arrière de mon crâne. Cette chevelure, brunâtre. Dès, à présent. Entremêlée. « Bouge. Appel, un taxi. J'sais pas, un truc. Mais j'reste pas une minute de plus, dans c'te coin paumé. À, côté. D'une telle, merde. Grouille. » Un ordre ? Pour, sûr. Cela, l'étai, bel – et bien. Je ne désirais qu'une seule – et unique, chose. En, l'instant présent : rentrer. En, mon antre personnel. Et, glisser. Ma personne. À l'encontre de cette, literie. Tant, affectionnée. En, de tels instants. « Bouge, ton cul. Sa mère. Appelle-le. » Monter, en ce moyen de locomotion. Incessamment, sous peu ? L'espérais-je. Cependant. En serait-il, du même, avis ? Soucieux. Je poursuivais, alors : « Me fait pas un autre coup d'pute. Sinon, je me casse. À, pieds. S'il faut. » Index, pointé. Règle mise, en avant.







somebody said you got a new friend, does he love you better than i can ? i know where you're at, i bet he's around. and, i know it's stupid. but i just gotta see it for myself. so far away, but still, so near.

and I'm giving it my all, but i'm not the guy you're taking home.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 2104
Age : 22 ans
groupe : Solo, β∧Lααm
rôle dans le groupe : Rappeur - parolier - compositeur - arrangeur - Vocaliste - Leader
nom de scène : Skye
occupation : Idole & Acteur totalement déjanté
avatar : Rap Monster - Kim Nam Joon
DC : ks / kom / pjw
Points : 107

flow ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t116-oh-byun-tae http://www.lights-camera-action.org/t146-oh-byun-tae http://www.lights-camera-action.org/t145-oh-byun-tae http://www.lights-camera-action.org/t728-oh-byun-tae http://www.lights-camera-action.org/t729-oh-byun-tae-skye#9029 http://www.lights-camera-action.org/
Message
Sam 19 Nov - 16:59

TENUE † Il y avait cru, dur comme fer. Il n’avait pas marché, il avait couru. Aussi vite que la vitesse de la lumière. A tel point, que j’eu du mal à me contenir de rire. Non vraiment mais là, c’était épique, j’aurais dû filmer tout ça… ça valait son pesant de cacahuète. Je ne pus me retenir plus longtemps. Explosant de rire, je manquais de tomber du mur, alors que monsieur venait de monter à son tour, aussi vite qu’une souris l’aurait fait pour fuir un chat. « Va crever. Vie, de moi. Même pas, tu peux compter sur moi, pour la prochaine sortie. T'ira, seul. Comme un clochard, avec le premier pélo. Du, coin. Rien, à foutre. » Me poussant, je me rattrapais tout de même assez vite au muret pour en descendre. Manquerait plus qu’il me tue en me faisant tomber. « Yah, yah, calme toi ! » J’avais un peu de mal à parler. Un peu essoufflé tellement j’avais rigolé. « Arrête de t’offusquer comme une gonzesse mec. Ça va. » Je ne pouvais pour autant m’arrêter de rire. La tronche qu’il avait, valait de l’or. « Fuck, j’aurais dû prendre une photo, ou te filmer. » Essuyant quelque peu mes yeux, parce que j’en venais carrément à pleurer tellement je riais, je tentais de me calmer en soupirant. « Bouge. Appel, un taxi. J'sais pas, un truc. Mais j'reste pas une minute de plus, dans c'te coin paumé. À, côté. D'une telle, merde. Grouille. » Je levais les yeux au ciel avant de m’éloigner un peu du muret qui menait dans l’antre du diable. En plus il faisait nuit mais au moins on avait un peu de la lumière au loin. Un peu. « Bouge, ton cul. Sa mère. Appelle-le. » « Mais oui, pète un coup mec. J’appelle, j’appelle. » Je cherchais mon téléphone pour composer le numéro du centre de taxi. « Me fait pas un autre coup d'pute. Sinon, je me casse. À, pieds. S'il faut. » « Pire qu’une tapette sérieux. T’étais fabuleux chéri. » J’explosais à nouveau de rire, avant de m’éloigner, me rapprochant un peu plus de la place éclairé. Il y avait quelques gens par ci par là, encore sur leur téléphone à chercher des pokémons. Contactant la compagnie, je donnais la localisation avant de raccrocher. « Allez, dans cinq minutes il est là. Tu vas pouvoir attendre ? Sinon commence à te barrer à pied, je te récupère au passage. » Je me foutais de lui, sans pouvoir me retenir. « Ou pas. Je te ferai coucou par la fenêtre avant de te faire un doigt. » Toussant l’air de rien, je me laissais tomber sur un banc libre. Sortant une clope, je l’allumais tirant franchement dessus avant de pencher la tête en arrière. Putain, rien ne vaut une bonne clope.




so cutie ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 1706
Age : vingt-deux ans.
groupe : solo, mon gars.
occupation : idol, je-m'en-foutiste.
avatar : kim jiwon (ikon).
DC : nam insu(lte), bae khean(oa) & lee hyunki(ki).
Points : 35

knockout g
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t502-kang-jun-ho http://www.lights-camera-action.org/t610-kang-jun-ho http://www.lights-camera-action.org/t503-kang-jun-ho http://www.lights-camera-action.org/t505-kang-jun-ho-jun_feel http://www.lights-camera-action.org/t979-junho-kg
Message
Dim 20 Nov - 4:16










Mécontent. Frustré. Et, bien plus... Encore. Ma chevelure, fut. À, de bien multiples reprises. Ébouriffées. Mon faciès, fut. À, son tour. Et. À, de bien multiples reprises. Heurté. Pourquoi, diable. Affectionnais-je, ce jeune homme ? Douteux. J'osais, poser. Ce questionnement, en. Mon esprit. Semblait-il, être. Inconcevable, de convenir. À, une quelconque affection. À, son égard. Cependant. Je persistais. À, ses côtés. Crédule. Et, naïf. Paraissais-je. Dès, lors. Déglutissant, difficilement. Cet appel. Résonnait, en ma personne. Une libération. Qui allait, alors. S'offrir, à nos encontre. Ces lieux. Quittés. Tout, naturellement. Évincés. De par, cet éloignement. Réalisé. L'un. Comme, l'autre. Ne désirant, aucunement. Porter, une quelconque attention. À l'instar, de tels... Aspects. Simple. Imagination, débordante, ou. Terrible, réalité ? Le doute. S'installait. Et, je ne désirais guère. Disposer. D'une réponse. Envers. Cette idée. L'ignorance. Feinte. Je m'approchais, du jeune homme. Qui, quant à lui. Persistais. En, cet amusement. Il ricanait. Si, ridiculement. Se moquait. Si, ouvertement. Le tout, disposé. À l'instar, de ce banc. Occupé, de par. Son postérieur. Vulgairement, installé. Quel, idiot. Bras, croisés. À l'encontre, de. Mon buste. Je le jugeais. D'un simple – et unique, regard. Ne répliquant, guère. Ce mutisme, au sein duquel. Je me retrouvais, plongé. Minutes. Après, minutes. Ce n'est qu'à la suite, de chérubins se hâtant. À leurs, tour. À la recherche, de ces réalités virtuelles, que. Je ne put réprimer, cette réflexion. « Hé. Les gamins, y a un truc de fou, dans la baraque. Là-bas. Vous devriez faire, un tour. Vous allez, plus en pouvoir en voyant ce qu'on a trouvé, juré. » Un clin, d’œil. Un geste. Accompagnant, de tels propos. Répétitivement. Mes peines, seraient. Reportées, envers. Ces sombres, inconnus. Forts, curieux. Se jetant, à corps perdu. Auprès, de la bâtisse dont, il semblait être. Question. « J'me sens mieux. » Argumentais-je, finalement. Mon postérieur, heurtant. À, son tour. Ce banc. Occupé, de par. Cet énergumène. Considéré, comme. Un compère. Et, grand ami. « N'empêche. T'es vraiment, un fils de pute. » Amoureusement. Ces paroles, et ce propos acerbe. Fut, dévoilé. « Mais, vraiment. Sa mère. Tu m'dois. Une fierté. Un nouveau, portable. J'te préviens. » Ceci, était dit. Les cinq minutes. Furent, alors. Trépassées. Et, ce moyen de locomotion. Auparavant, attendu. Fut, disposé. Sous, ces sens visuels. Aussitôt, vu. Aussitôt, fait. Mon être, se jetant. À, corps perdu. À l'instar, de. Cette banquette arrière. « Bouge, ton boule. Sinon, mon gars. C'est moi, qui pouvaient te faire un doigt. Avant, de m'casser. » Ajoutais-je. En, de bien nombreux gestes. Qui, se voulaient. Inciter, le jeune homme. À, se joindre. Rapidement. À, mes côtés.





somebody said you got a new friend, does he love you better than i can ? i know where you're at, i bet he's around. and, i know it's stupid. but i just gotta see it for myself. so far away, but still, so near.

and I'm giving it my all, but i'm not the guy you're taking home.
Revenir en haut Aller en bas

Dude... Seriously ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» EVANS REMPORTE LE TDF 2011!!! GOOD JOB DUDE!!!
» hey yo dude
» Dodge Dude pick-up 70-71
» Canyon Dude ( Fatbike)
» Boîtes de leure passe partout

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lights, Camera, Action ! :: outside :: corée du sud-