AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Lights, Camera, Action ! :: the big four :: Fl✰w Entertainment

fail.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Messages : 2322
Age : vingt-cinq ans.
occupation : staff, aka. back-up dancer, (& chorégraphe.)
avatar : im jaebeom (got7).
DC : kang junho(e), bae khean(oa), jung hana(nas) & lee hyuki(ki).
Points : 136

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t74-nam-in-su http://www.lights-camera-action.org/t73-nam-in-su http://www.lights-camera-action.org/t75-nam-in-su-ring http://www.lights-camera-action.org/t76-nam-in-su-knockout_kid
Message
Lun 1 Aoû - 2:23





escape,
it.




tenue  ━


Ma raison, se déchire. Mon être, se morfond. Mes pensées, m'abandonnent. Aux tréfonds de ma personne, je ne suis, qu'une âme. En peine. Lippes, meurtries. Mordillées, inlassablement. De bien multiples soupirs, étouffés. Perdu, au travers de la capitale du pays du matin calme. Rues. Et, ruelles. Similaires. Si, similaires. Les unes. Des, autres. Canette, emplie de cet alcool jaunâtre et quelque peu pétillant, reclus aux creux de l'une de mes mains. Je m'avance. Pas, à pas. Heurtant. Peu, à peu. Ces sombres inconnus. Se frayant alors, un chemin. À mes côtés. De simples, bousculades. Des multiples propos acerbes, se laissaient entendre. Un sentiment d'ignorance, planait. Au-dessus, de mon crâne. Si, naïvement. Ce sourire, enquit de mon faciès. Ingurgitant. Gorgée, après gorgée. Cet alcool. Telle, une mauvaise habitude. Je prenais soin, de réaliser cet achat. Jours, après jour. Chaque soir. Après, le travail. Un effort. Du réconfort. Chemin, allongé. Hésitations, portées en ma personne. Je me heurtais, aveuglément à ce mur. Construit, par mes propres soins. Pourquoi diable, avais-je pris, de telles initiatives ? Pourquoi diable, avais-je agi, ainsi ? Pourquoi diable, devais-je, me porter auprès d'une telle faiblesse ? Il est vrai. Faiblesses, inavouées. Étaient-elles, à moitié pardonnées ? Ma conscience, me maudissait, intérieurement. Jouant de multiples jurons, à mon égard. Bras, croisés. Elle dénigrait toute marque de responsabilité à l'encontre de mes précédents, agissements. Déglutissant, difficilement. Dos, disposé à l'encontre de cette surface plane. Humide. Mon échine, frémissait. Objet issu des nouvelles technologies, reclus au creux de mes mains. Maintenu, fermement. Et, précieusement. Désirs, rassemblés. Initiative, prise. Message, écrit. Une marque, d'affection dévoilée. Une demoiselle, interpellée. Un appel. Au secours. Silencieusement, dissimulé au travers de cette simple – et unique demande. Fort, ridicule. Il est vrai. Et, pourtant. Quelque peu, égoïste. Le doute, persistait. Cependant. Il était bel – et bien, trop tard. Destin, lancé. Je me devais de poursuivre au travers de telles décisions, prises. Peut-être, le regretterais-je. Peut-être, m'en mordrais-je les doigts. Peut-être. Fabulations, psychotiques. Acte, virulent. Main, heurtant mon faciès. Idées, rassemblées ? Je tentais, d'y croire. L'ombre, que je représentais. Se glissait, en cette dense population. Mes pieds, me guidaient. Yeux, à demi-clos. Ce chemin, réalisé. D’innombrables fois. Alors, capable de recréer celui-ci, les yeux clos. Sans la moindre, hésitation. Cependant. Pourquoi diable, semblais-je hésitant, ainsi glissé aux côtés de cette bâtisse ? Qui, en soi. Paraissait davantage intrigante. Et imposante, ainsi. Portée, au travers de la pénombre. Courage, pris à deux mains. Identité, dévoilée. Je fis, mon entrée. Un mensonge alors, offert. Un vulgaire « oubli ». Signifié, comme important. M'avait permis, de faire mon entrée. Sans le moindre encombre. Je rejoignais, les dortoirs. Féminins ? Tout, naturellement. Chaussures, ôtées. À pas, de Loup. Je m'avançais. Murs, longé. Souffle, coupé. Peur, emportée au travers de mon expression faciale. De multiples regards. De droite, à gauche. Un bruit. Une frayeur. Une voix. Pétrifié. Je me jetais, à corps perdu auprès de cette surface plane que représentait : cette porte. Reconnue, entre toutes. Je vins, y affliger une légère frappe afin de signifier ma présence. Et ce, avant qu'il ne puisse m'être permis de faire mon entrée. En, son antre personnel. Qu'importe. Son activité, actuelle. Qu'importe. Sans accoutrement. Qu'importe. Ces faits. Aussi importants, pouvaient-ils êtres, pour la demoiselle. Soulagé. Je répliquais, finalement. « Je viens, d'avoir. La peur, de ma vie. Bon sang. » Paume, recluse à l'encontre de mon buste. Cœur, tambourinant à l'encontre de celui-ci. Je tentais, de rester calme. Voix, basse. Être, jeté à corps perdu auprès de cette literie. Emplie, de féminité. « J'en peux plus, un vrai parcours du combattant. J'ai dû mentir comme un idiot, pour pouvoir pointer le bout de mon nez ici. C'est pas facile, de monter jusqu'à vous, mademoiselle. Pire, qu'un château fort, pour vous trouver. Dis, donc. » Argumentais-je, le tout. Porté, au travers d'un faible ricanement. Sincère ? Je semblais, l'être.



I’m worried that you might get tired,
if I keep this up.


on days where thin rain falls like today, i remember your shadow. our memories that I secretly put in my drawer, i take them out and reminisce again by myself.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 1008
Age : 20 ans.
groupe : l·i·e
rôle dans le groupe : maknae, face, vocal, dancer & rap.
nom de scène : Mina.
occupation : rookie.
avatar : park ji-yeon (T-ara)
DC : shen tae won ft. kai (exo) & yoon sung jun ft. zico (block b) ♥
Points : 115

flow ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t1451-jung-mee-na-parfaite-avec-pleins-de-jolis-defauts http://www.lights-camera-action.org/t1461-jung-mee-na-princess-diary http://www.lights-camera-action.org/t1460-jung-mee-na http://www.lights-camera-action.org/t1462-jung-mee-na http://www.lights-camera-action.org/t1485-jung-mee-na-mina http://www.lights-camera-action.org/
Message
Ven 12 Aoû - 17:28





escape,
it.




tenue  ━


Je m’ennuyais. C’était indéniable. Seule dans ce dortoir qui m’avait toujours paru trop petit, je le trouvais bien grand désormais. Allongée sur le lit sans but précis, stalkant un profil instagram, mon téléphone en main, je soupirais. Tout le monde semblait m’avoir abandonné ce soir. Chacun vaquait à une occupation qui lui était propre, et moi… A part les entraînements, je n’avais rien. Et plus les heures passaient, plus je m'ennuyais. Tellement que j’avais lu les 200 commentaires d’une photo sur laquelle je ne figurais même pas. Une première ! Roulant pour me mettre sur le ventre, pliant mes jambes et leur faisant battre l’air, je sursautais en sentant mon téléphone portable vibrer. D’humeur bien plus joyeuse tout à coup, j’ouvrais le texto, mon sourire s’agrandissant en voyant qui en était l’expéditeur. Il allait venir, ici ? D’un bon, je me relevais et dévalisais mon armoire pour trouver de quoi m’habiller et passais dans la salle de bain. Pas raisonnable de sortir à cette heure ? Qui plus est avec un homme ? Tant pis, au diable les interdits, je m’ennuyais ! Et puis… C’était In Su. Et je savais qu’il allait tout sauf bien dernièrement, même si la raison m’échappait en partie. M’habillant, je me maquillais ensuite légèrement avant d’attraper une casquette et un masque. Pas de lunettes de soleil vu l’heure avancée… On toqua alors à la porte, et je déposais mes accessoires sur le lit avant de me diriger vers la porte au moment même où celle ci s’ouvrit de plein fouet, me faisant sursauter avant de se refermer. « Yah In Su, à quoi ça te sert de frapper si tu rentres ensuite ? » Non mais je vous jure ! Je restais cependant un instant interloquée en l’entendant, avant de comprendre. Il avait failli se faire choper. On aurait pas été dans la merde ensuite… D’un signe de tête, je lui disais d’entrer, mon sourire s’étant adouci. « Ma tour est bien gardée, que veux-tu… Seuls les plus vaillants se risquent à s’y aventurer ! »  C’est à dire personne à part lui jusqu’à présent. En même temps, il fallait être un peu fou ! Mais c’était sûrement pour ça que je l’appréciais aussi. « Que me vaut cette entrée digne d’un James Bond, très cher ? » lui demandais-je avec le sourire en me parant de mon masque puis de ma casquette. J’allais ensuite chercher une paire de baskets que j’enfilais à la va vite avant de me tourner vers lui. « Je suis prête, chef ! Une dernière parole avant cette sortie suicide ? » Comment ça je nous portais la poisse ?


J'ai envie de me foutre dans ses bras.
« En réalité ça me fait peur là. J'ai peur de m'attacher, peur d'espérer, peur que ça aille trop vite et qu'à la fin ça fasse mal. Je tente de rester distante, par tous les moyens. Je veux pas croire que j'ai le droit à de l'intérêt. J'veux plus faire semblant une fois que j'serais brisée. » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 2322
Age : vingt-cinq ans.
occupation : staff, aka. back-up dancer, (& chorégraphe.)
avatar : im jaebeom (got7).
DC : kang junho(e), bae khean(oa), jung hana(nas) & lee hyuki(ki).
Points : 136

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t74-nam-in-su http://www.lights-camera-action.org/t73-nam-in-su http://www.lights-camera-action.org/t75-nam-in-su-ring http://www.lights-camera-action.org/t76-nam-in-su-knockout_kid
Message
Jeu 18 Aoû - 22:21





escape,
the fate.




tenue  ━

Mots, à mot. De gestes, en geste. Un songe, émis. Soldé, d'un ricanement. Présentement, étouffé. Et ce, à l'encontre de l'une de mes mains. Disposées, auprès de mon faciès. Aussi ridicule, semblais-je l'être. La demoiselle, quant à elle. Semblait être, prête à affronter de bien multiples péripéties. Ainsi, vêtue. Je ne manquais guère, de me glisser à ses côtés. Paumes, disposées – de par et d'autres, de son couvre-chef. Glissant convenablement celui-ci, sur le haut de son crâne. « Premièrement, j'ai bravé l'interdit pour vous rejoindre, jeune demoiselle. Deuxièmement, êtes-vous prêtes à en faire de même, afin de sortir de votre forteresse ? Et, troisièmement. Mon chien. Dit lui simplement, que je l'aime. Ce sont, mes seuls désirs. Actuellement. » Répliquais-je, aisément. Le tout, argumenté de simples gestes. Exprimant, ainsi. Les trois points, mis en avant. Lors, de cette prise de parole. Tout naturellement. Je vins, à mon tour. Jeter, mes sens visuels à l'encontre de ce reflet, que je semblais démontrer à l'égard, d'autrui. Et, ce au travers de ce miroir. Disposé, en ces lieux. Guère, inconnus. Couvre-chef, réajusté. Parcelles vestimentaires, époussetées. Convenable ? Paraissais-je, l'être. Cependant, l'étais-je, assurément ? « Que le jeu, commence. » Argumentais-je, finalement. Ce jeu. Recelaient de bien multiples, obstacles. Tantôt, convenables. Tantôt, inévitables. Cependant. Confiance, apportée en nos deux êtres réunis. Je me lançais, à corps perdu. Au sein, d'un tel défi. Aussi ridicule, cela pouvait-il être. « Prête ? » Un murmure. Un simple et – unique, murmure. Se laissait alors, entendre. Une pression, affligée. Pénombre, apportée. Porte, entrouverte. Hésitant. J'observais. Silencieusement. De par, et d'autres. De droite, à gauche. Attentivement. « Go. » Soufflais-je. Ce mot, issu de ce langage occidental. Utilisé, à de bien multiples effets. Démontrant, en l'instant présent : le commencement. Étapes, par étapes. Nous devions, procéder. À pas, de Loup. Courbure dorsale, nichée à l'encontre de l'une de ces nombreuses surfaces plane que représentais : ce mur. Blanchâtre. La première épreuve. Une introduction. Une simple, mise en bouche. Néanmoins. Soldé, de bien multiples frayeurs. Pas. Cliquetis. Voix. Chaque détail. Étudié. Ce goût, de défi. Et, d'interdit. Excitant. Et, tout à la fois. Effrayant. Se jouant, allègrement de ma personne. « Tu pourras m'en vouloir, une fois sortis d'ici. Promis. » Fabulation. Simple, fantaisie. Sans la moindre once, de gêne. La jeune femme, emportée. Au sein, d'une telle situation. L'aîné ? Présentement, guère exemplaire. Davantage, irresponsable. Cependant. Incapable de convenir à des réflexions bienséantes. J'avais, agi. Soudainement. Si, subitement. Telle, un coup. Redirigé, à l'encontre de mon crâne. Déglutissant, difficilement. Je m'y aventurais. Dans un premier temps, seul. Avant, qu'une agitation de ma part, ne parvienne à démontrer que le champ, s'avérait libre. « Bon, promis. Je te payerais, ce que tu veux. Pour me faire pardonner. Vraiment. » Annonçais-je, finalement. Situation. Amplement, ridicule. Nous ne l'étions, que. Bien davantage. À notre tour. Malgré cela. Une source lumineuse étrangement proche, parvint à rendre fébrile. De plus, belle. Je reculais. Manquant de peu, de bousculer la demoiselle. Si, naïvement. Je m'excusais. Les couloirs, étaient-ils, ainsi surveillés ? Je doutais. Je, redoutais. Questionnements, en mon esprit. « Ils surveillent, vraiment ? Je pensais, que ce n'était que, dans les séries télévisées... Bon, sang. On fait, quoi ? » Me précipitais-je, d'argumenter. De simples, susurrements. Peu, audibles. Mon faciès, jonglait. Cette présence, à mes côtés. Mais, aussi. L'arrivée soudaine. D'un tel, trouble fait.

made by pandora.


on days where thin rain falls like today, i remember your shadow. our memories that I secretly put in my drawer, i take them out and reminisce again by myself.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 1008
Age : 20 ans.
groupe : l·i·e
rôle dans le groupe : maknae, face, vocal, dancer & rap.
nom de scène : Mina.
occupation : rookie.
avatar : park ji-yeon (T-ara)
DC : shen tae won ft. kai (exo) & yoon sung jun ft. zico (block b) ♥
Points : 115

flow ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t1451-jung-mee-na-parfaite-avec-pleins-de-jolis-defauts http://www.lights-camera-action.org/t1461-jung-mee-na-princess-diary http://www.lights-camera-action.org/t1460-jung-mee-na http://www.lights-camera-action.org/t1462-jung-mee-na http://www.lights-camera-action.org/t1485-jung-mee-na-mina http://www.lights-camera-action.org/
Message
Sam 10 Sep - 16:32





escape,
it.




tenue  ━


Le laissant mettre en place ma casquette, je le regarde ensuite, levant la tête amusée. Son chien ? Je ris avant d’hocher la tête. « Je suis prête, et je lui dirais ! Du moins… Si j’en sors également indemne ! Rien n’est encore sûr… » Le regardant s’admirer un instant dans la glace, alors que de toute évidence, on voulait plus passer inaperçu qu’être beau, un sourire vint agrémenter mon minois angélique avant de me mettre à sautiller. L’heure de sortir d’ici était venue. Et la route s’annonçait semée d'embûches. Si je ne devrais pas m’en réjouir ? J’y pouvais rien. Sûrement l’adrénaline qui coulait dans mes veines et me faisait autant appréhender qu’apprécier. « Prête ! » On savait tous les deux qu’on aurait pas dû. Mais justement, n’était-ce pas parce que l’on ne devait pas… Qu’on le faisait ? A méditer. Me mordillant la lèvre, j’attends qu’il inspecte le couloir avant de me donner son feu vert. Et lorsque je l’entends, je fonce. Attrapant les clés en tentant de ne pas les faire s’entrechoquer entre elles, je referme la porte doucement et le suis dans le couloir sur la pointe des pieds, rasant le mur. Peut être aurions nous dû accélérer au cas où quelqu’un viendrait de l’autre côté… M’enfin, de toute façon, notre tête reposait sur la chance. A voir si l’épée de Damoclès nous tomberait dessus ou pas. Je pouvais lui en vouloir ? Il aurait mieux fait de ne pas dire ça. Parce que si on se faisait prendre… Mon venin coulerait sans même que je n’y prête attention. De toute façon, c’était bien connu, c’était jamais de ma faute ! Tentant de respirer le plus doucement possible, ma basket couinant sur le sol me faisant sursauter, j’avais l’impression d’être au bout de ma vie. Pourtant, plutôt que m’en soucier et faire demi-tour… Je continuais, suivant celui que je considérais comme un frère alors qu’il ne semblait clairement pas plus responsable que moi. Me stoppant à une intersection, cachée derrière sa silhouette, je le laissais se mouiller, retenant ma respiration, avant de le suivre en soupirant soulagée lorsque je sus que la voie était libre. « Alors prépares-toi à faire chauffer ta carte bleue ! » Déjà que quand on me disait ça, je ne me gênais pas… En plus pour toute cette frayeur… Il allait en avoir pour son porte monnaie ! Le voyant soudainement reculer, je fronce les sourcils avant de le faire s’arrêter pour qu’il ne me rentre pas dedans, apercevant finalement la source lumineuse. « Oh… Merde. » Mon regard balayant le couloir, j'aperçois la porte que nous venions à peine de dépasser et tente de l’ouvrir, sans succès. Je rebrousse alors encore chemin, testant celle encore avant qui s’ouvre miraculeusement, tirant In Su avec moi à l’intérieur avant de la refermer sans un bruit. Je savais pas de qui c’était la chambre, mais elles semblaient dormir, et il faisait noir… Alors tant qu’elles ne se réveillaient pas, tout irait bien ! La source lumineuse nous dépasse, voyant la lumière sous l’interstice de la porte mourir… Je compte jusqu’à dix avant de la rouvrir doucement, inspectant des deux cotés avant de lui faire signe de me suivre. « La voie est libre, hâtons nous avant qu’un autre n’arrive ! » murmurais-je tout bas. Cette fois en tête de l’expédition, mon cœur ne cessant de s’accélérer et lui intimant de se taire, comme si quelqu’un pourrait l’entendre, j’arrive finalement au niveau des escaliers et en ouvre la porte. Il faisait noir. Personne donc. Soupirant, je m’y aventure à pas de loups, m’arrêtant néanmoins à chaque palier, suspicieuse. « Yah, In Su… La prochaine fois que tu viens me voir… Passe dans la journée, tu veux ? » Parce que cette folie, je ne la referais pas deux fois.


J'ai envie de me foutre dans ses bras.
« En réalité ça me fait peur là. J'ai peur de m'attacher, peur d'espérer, peur que ça aille trop vite et qu'à la fin ça fasse mal. Je tente de rester distante, par tous les moyens. Je veux pas croire que j'ai le droit à de l'intérêt. J'veux plus faire semblant une fois que j'serais brisée. » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 2322
Age : vingt-cinq ans.
occupation : staff, aka. back-up dancer, (& chorégraphe.)
avatar : im jaebeom (got7).
DC : kang junho(e), bae khean(oa), jung hana(nas) & lee hyuki(ki).
Points : 136

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t74-nam-in-su http://www.lights-camera-action.org/t73-nam-in-su http://www.lights-camera-action.org/t75-nam-in-su-ring http://www.lights-camera-action.org/t76-nam-in-su-knockout_kid
Message
Jeu 6 Oct - 13:09




escape,
the fate.




tenue  ━

Des paroles, énoncées. Une frayeur, engendrée. Un lieu, pénétré. Que, diable. À l'intention, de quelle pièce... La demoiselle s'était alors, permis de m'inciter. À, me joindre. À, ses côtés. Hésitant. Et, tout à la fois. Emplis, de curiosité. Je tentais – avec tant bien, que mal. D'observer. Malgré, la pénombre. Et, ces sens visuels. Forts, dérisoires en de telles, situations. Noir. Noir. Noir. Tout s'avérait être porté, en ce coloris. Que. Je ne portais guère en mon cœur, en l'instant. Présent. Il, est vrai. Je favorisais. La clarté. De par, la simple et – unique idée, que je ne possédais guère de connaissance à l'encontre de ce qu'il résidait, en ces lieux. Présentement, occupés. De sombres inconnus ? Un vulgaire placard, à balais ? Une pièce, dépourvut de la moindre parcelle décorative ? Grand, Dieu. Que je souhaitais, prendre la poudre d'escampette. Lippes, pincées. Souffle, court. Ce muscle rougeâtre alors, niché aux creux de mon buste. Cognant, à de bien multiples reprises à l'encontre, de ma cage thoracique. Un rythme. Fort, surprenant. Et, quelque peu. Effréné. La peur. L'anxiété. Et, l'adrénaline. Se mêlant, en mon esprit. Torturant. En, de bien nombreuses manières. Celui-ci. Et, enfin. Cette voix. Possédant, alors. Ce don. Que pouvait-être, celui-ci. De, me rassurer. La clarté s'offrait, alors. À l'intention, de mes rétines. Et, de mon échine. « J'ai failli y laisser, ma peau. Et, ma crédibilité. Là-bas. Je te dis pas. Préviens-moi, la prochaine fois que tu me traînes dans... Je ne sais, quoi. » Grincheux. Mécontent. Et, tout à la fois. Amusé. De voir, ainsi. La demoiselle. Je ne put réprimer bien, davantage. Ce sourire. Aussi infime, soit-il. Posté, à l'encontre de mes lippes. Le tout, argumenté d'une légère attention redirigée à l'encontre de la jeune femme dont il semblait être, question. Chevelure, ébouriffée. Fuite, réalisée. Sains. Et, saufs. Semblions-nous... L’être. Pour sûr. Davantage de frayeurs, que. De mal. À, mon plus soulagement. Il est vrai. Indéniablement. « J'aime jouer avec le danger, que veux-tu. Je n'ai pas changé, depuis toutes ces années. Je pensais que tu étais la première, au courant. De ce goût, pour le danger. » Une mine, désapprouvée. Les épaules, haussées. De vulgaires allusions, émises. Je ne me permettais guère, de poursuivre. Favorisant, ainsi. L'idée de voir, le fruit de mes tourments se remémorer – comme bon lui semble-t-il, nos précédents instants. Instants. Davantage périlleux. Pour, certains. « La prochaine fois, je te propose d'essayer, le corde avec tes petits draps pour venir jusqu'à moi. Adjugé. Vendu. » Si, fièrement. Je ne réalisais que, bien tardivement. De l'idiotie, dont. J'osais, faire part. En, sa compagnie. Et, pourtant. Ainsi. Avais-je toujours, été. À, ses côtés. Présentement. Et, auparavant. Des bien mauvaises habitudes, inchangées. Au grand dam, de la demoiselle. « Ma carte bleue est prête à braver les dangers coûteux qu'elle risque de subir, dans les instants à venir. J'ai eu une discussion, avec elle. Tout à l'heure. Elle m'a dit, qu'elle était d'accord. Mais... Uniquement, parce que. C'est toi. Adorable, n'est-ce pas ? » Idioties. Après, idiotie. Fabulations. Après, fabulation. Où, avais-je, la tête ? Ce quart de siècle. Dépassé. Avait-il été, abandonné ? Je replongeais. Sans la moindre once, de gêne. Ces années, en arrière. Minutes. Après, minutes. « Alors. Ma carte bleue, est prête à subir tes caprices. Mais quel sera donc, le premier ? » Questionnement, offert. Nous poursuivions notre chemin. En cette capitale, du pays du matin calme. Et, ce. Tandis que je réajustais convenablement ce couvre-chef, porté. « Nourriture ? Fringues ? » Ces deux sujets. Discordes. Et, bonheurs, de ces dames. « Je suis prêt à faire face, à toutes... Les folies. Ce soir. Et, uniquement. Ce soir. » Condition, faite. Pour, le meilleur. Et, pour le pire.

made by pandora.


on days where thin rain falls like today, i remember your shadow. our memories that I secretly put in my drawer, i take them out and reminisce again by myself.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 1008
Age : 20 ans.
groupe : l·i·e
rôle dans le groupe : maknae, face, vocal, dancer & rap.
nom de scène : Mina.
occupation : rookie.
avatar : park ji-yeon (T-ara)
DC : shen tae won ft. kai (exo) & yoon sung jun ft. zico (block b) ♥
Points : 115

flow ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t1451-jung-mee-na-parfaite-avec-pleins-de-jolis-defauts http://www.lights-camera-action.org/t1461-jung-mee-na-princess-diary http://www.lights-camera-action.org/t1460-jung-mee-na http://www.lights-camera-action.org/t1462-jung-mee-na http://www.lights-camera-action.org/t1485-jung-mee-na-mina http://www.lights-camera-action.org/
Message
Ven 7 Oct - 22:24





escape,
it.




tenue  ━


Il avait failli y laisser sa peau ? Et moi alors ? Il s'aventurait dans ma chambre et me tirait dehors, il était tout aussi fautif, voir plus ! Règle numéro une d'une femme, toujours rejeter la faute sur autrui. « Si je t'avais prévenu, on aurait été repéré. Et c'était la chambre de trainee, enfin je crois... Mais tu n'as rien vu, et elles non plus, donc ton honneur est sauf autant que le leur. » J'haussais les épaules comme si de rien était alors qu'au fond, mon cœur battait encore la chamade. Baissant la tête en voyant un passant, je finis par m'accrocher à son bras, lui renvoyant son sourire, malgré toutes ces péripéties heureuse qu'il soit la. « Il y en a qui s'assagissent avec l'âge tu sais ? Mais il semblerait que tu n'ais pas vieilli. » Et ça m'allait parfaitement. Parce que c'était comme ça qu'on s'était trouvé, dans notre complicité à faire ce dont on était pas autorisé. « Enfin, j'espère que tu ne t'aventures pas tous les soirs dans la chambre d'une demoiselle. » Petit clin d'oeil avant que je ne rigole à sa proposition. « C'est ça, et si je me casse la cheville avant mes débuts, comment rattraperas-tu le coup, hein ? Je ne fais le mur que lorsque je suis au rez-de-chaussée. » Question de facilité dirons nous. « Serais-je une invitée vip ? » Mon sourire s'agrandit, redevenant enfantin tandis que mon cerveau carbure, n'ayant pas encore eut le temps de réfléchir à quoi lui demander. « Tu as bien dit tout, hein, tu n'as plus le droit de revenir sur ta parole ! » Nous n'aurions certes pas le temps de faire énormément vu l'heure déjà avancée de la nuit, mais qu'importe ! « Je veux un café ! Un macchiato. » Commençons en douceur. « Si je veux rester éveillée et en profiter un maximum, il me faut bien ça, non ? » Riant, je me mets en chemin, mon bras toujours agrippé au sien, le tirant presque. J'exigeais telle une princesse, et on m'offrait. Le rêve de toute femme. « Si ce n'est que ce soir... Alors je ne te laisserais pas aller te coucher ! » Il ne savait pas dans quoi il mettait les pieds. « Je veux des sushis ! Un nouveau lipstic, une paire d'escarpins... Ah oui, le parfum de Paco Rabanne là ! Lady Million. Et puis... » Non, il n'était décidément pas au bout de ses peines. « Ce sera tout pour le moment. » Tout sourire, nous arrivèrent donc au bar-café de nuit dans lequel nous nous installions sur des sièges hauts, mes jambes brassant le vide en cadence, toute excitée. « Ça t'arrive souvent ce genre de folies ? » Non parce que si c'était le cas, je répondrais présente à chaque fois. J'étais sa princesse, non ?


J'ai envie de me foutre dans ses bras.
« En réalité ça me fait peur là. J'ai peur de m'attacher, peur d'espérer, peur que ça aille trop vite et qu'à la fin ça fasse mal. Je tente de rester distante, par tous les moyens. Je veux pas croire que j'ai le droit à de l'intérêt. J'veux plus faire semblant une fois que j'serais brisée. » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 2322
Age : vingt-cinq ans.
occupation : staff, aka. back-up dancer, (& chorégraphe.)
avatar : im jaebeom (got7).
DC : kang junho(e), bae khean(oa), jung hana(nas) & lee hyuki(ki).
Points : 136

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t74-nam-in-su http://www.lights-camera-action.org/t73-nam-in-su http://www.lights-camera-action.org/t75-nam-in-su-ring http://www.lights-camera-action.org/t76-nam-in-su-knockout_kid
Message
Dim 16 Oct - 8:16




escape,
the fate.




tenue  ━

Pas, à pas. Cette étreinte. Partagée. Ces mots. Échangés. Et, enfin. Ces gorges. Déployées. De par, de bien multiples propos. Lancés. À, tout va. Mais aussi. Ces légers. Éclats, de rire. Disposés. Çà. Et, là. Tels, de vulgaires alter ego. Partageant. Taquineries. Et, discussions. En, tous genres. Ce revirement, de situation. Ces pas. Redirigés, vers ces instants antérieurs. Ces instants. Bercés. En, ce passé. Accoutumé. En, nos deux êtres. Dès lors. Réunis. L'un. Aux côtés, de l'autre. Si, naturellement. Cette fraternité, soupçonnée. Néanmoins. Quelque, peu. Invraisemblable. Et, pourtant. Véridique. En, nos esprits. Ces affections. Ces attentions. Ces actes. Aussi ridicule, cela. Pouvait-il sembler, être. Que, diable. Ma conscience heurtait – à son tour, mon esprit. Vociférant l'idée, que je ne pouvais guère poursuivre, ainsi. Cependant. M'en, souciais-je ? D'un simple geste. Vulgaire. Je détournais, mon attention. À l'encontre, du fruit de mes tourments. Énumérant, alors. Ces désirs. Uns, à un. Tantôt, convenables. Tantôt, problématiques. Une source, aqueuse. Une source, nourricière. J'acceptais, sans compter. Malgré, cela. Je portais mon droit de veto à l'encontre de carte, bleue. Disposée, en l'une de mes poches. Et, ce. À l'intention des précédents achats, désirés. Énumérés. Si, aisément. Princière. Elle, l'avait toujours été. Cela, ne semblait guère. Avoir changé. S'assagir, avec l'âge . N'en était-elle pas, couple. À, son tour ? Maquillage. Une paire, d'escarpins. Et, enfin. Un parfum. Qui plus est, érigé par un fort grand. Créateur. Fort, connu. Regrettais-je, mes propos ? Pour sûr. « Et dire, que. Je pensais qu'une demoiselle de ton genre avait appris les bonnes manières, et. La retenue. » Une mine, faussement... Outrée. Et, enfin. Ce ricanement. « Ce sera tout, pour les dix prochaines années, plutôt. » Cette frappe, redirigée à l'encontre de ce corps, frêle. Si, naïvement. Nous pénétrions en cette bâtisse. Vide ? Présence, amoindrie. Pour, sûr. Heure, tardive. Que diable. Je fus, intimement surpris. De par, ce regard disposé à l'instar de cette horloge. Surplombant, cet antre. Sommeil, vous dîtes ? Qu'importe. Commande, réalisée. Désir premier, accepté. Je pris, moi-même. La décision de commander ce liquide fort corsé et empli de caféine. Des forces ? Je n'en possédais, que. Le plus grand, désir. Et, besoin. « Seulement, avec toi. » Argumentais-je. Coude, disposée à l'encontre de cette surface plane que représentait cette table, occupée. Assis, à ses côtés. Mon crâne vint heurter, ma main. Recluse, au creux de ma paume. Ce sourire. Fort, ridicule. Emporté. « Sincèrement ? Un grand frère, se doit d'ennuyer sa petite sœur. Toi, et moi. C'est un petit peu, pareil. Tu vois. Même si, pour cela. Je dois voir mon compte en banque dégringoler. Et pleurer sur mon sort, dès demain. » Lippes, forcées. Poussées. Cette expression faciale, fort ridicule. Dès, à présent. Démontrée. Mais. C'était sans compter sur la réalisation de nos biens. Servis. Si, gracieusement. Politesses, échangées. Je m'y jetais. Déglutissant. De, bien multiples gorgées. « Tu sais. Tout, grand frère. À besoin de sa petite sœur. Mais aussi, de ses conseils. Parfois inutiles, qu'il apprécie d'entendre, malgré tout. Tu sais. Ce genre de conseils, ridicules à souhait. Sur la vie. Les bases de l'amour. Et, de son comportement ridicule. Pour essayer, de le rendre convenable. Et, meilleur. » Mots. À, mot. Je m'aventurais, en ce terrain. Quelque, peu. Glissant. « Je suppose, que j'en ai besoin. À, mon tour. » Mes sens visuels, détournés. Mes doigts, triturant. Ce gobelet, cartonné. Je poursuivais. Cet élan, verbal. Incompréhensif. Pour, sûr. « Parce, que. En, ce moment. Ton grand frère. Il fait, du grand n'importe quoi. Et, sa petite sœur se doit, de l'aider. » M'exprimer, à la troisième personne. Jouer, de ces rôles. Que peuvent être, deux êtres issus d'une même fraternité. Aussi ridicule, cela pouvait-il être. Cela, semblait, alors. La seule – et unique, idée que j'avais eue. En, l'instant présent. « Tu crois, que c'est possible ? Sinon, tant pis. Le grand frère, va repartir. Triste. Sans, ces beaux cadeaux, pour sa petite sœur. Ce serait dommage, pour elle. Après tout. » Mes épaules furent, haussées. Que, diable. Ce rôle ne saillait guère, ma personne. Et, pourtant. Je poursuivais. Encore. Et, encore. Si, naïvement.


made by pandora.


on days where thin rain falls like today, i remember your shadow. our memories that I secretly put in my drawer, i take them out and reminisce again by myself.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 1008
Age : 20 ans.
groupe : l·i·e
rôle dans le groupe : maknae, face, vocal, dancer & rap.
nom de scène : Mina.
occupation : rookie.
avatar : park ji-yeon (T-ara)
DC : shen tae won ft. kai (exo) & yoon sung jun ft. zico (block b) ♥
Points : 115

flow ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t1451-jung-mee-na-parfaite-avec-pleins-de-jolis-defauts http://www.lights-camera-action.org/t1461-jung-mee-na-princess-diary http://www.lights-camera-action.org/t1460-jung-mee-na http://www.lights-camera-action.org/t1462-jung-mee-na http://www.lights-camera-action.org/t1485-jung-mee-na-mina http://www.lights-camera-action.org/
Message
Mar 22 Nov - 12:15





escape,
it.




tenue  ━


Les bonnes manières ? Oh si, je les connaissais. Seulement quand ça m'arrangeait. Il ne fallait pas croire non plus. Et il était le premier à m'avoir ainsi poussé dans le vice, qu'il ne s'en étonne donc pas. Le grand frère prévenant mais pas si sage que ça... Et après il osait se plaindre de sa cadette ! Pourtant, lorsqu'il évoqua le fait que je n'aurais plus rien avant les dix prochaines années au lieu de me vexer, je me mis à rire avant de relancer. « Tu veux dire, rien hormis mon anniversaire, noël, etc ? Enfin toute occasion requérant un cadeau ? » Battant des cils comme une enfant qui demanderait une sucrerie, je finis par tirer la langue. Sale gosse ? Assurément. On se demandait pas qui m'avait élevé. Mais enfin, quand on me disait que j'étais la seule à qui on offrait ce genre de folie... Je ne pouvais qu'être magnanime. J'acceptais les efforts fournis et le récompenserais en conséquence. Pour la peine, j'enlevais même le parfum de la liste. Installée à la table, je fus bien surprise qu'il entame la discussion sur un sujet tout à fait différent. « Un cadeau ne se regrette pas, tu ne pleureras pas, ne t'en fait pas ! Mais si c'est ainsi que tu m'ennuies, continues, je t'en prie ! » je lui lançais alors un clin d'oeil, tout sauf innocente en cet instant. Les boissons arrivèrent et tout comme Insu, je me jetais littéralement dessus, sifflant presque la moitié du gobelet avant de m'arrêter, revigorée. Et il faut croire que j'avais bien besoin d'un ptit coup de fouet pour entendre la suite. Qu'est ce qu'il racontait ? Il avait quelque chose à avouer ? J'avais l'impression qu'il se perdait dans ses explications, retardant le moment ou ne sachant comment l'avouer. « Yah ! Mes conseils ne sont jamais inutiles ! » Il commençait bien lui pour demander de l'aide ! Heureusement que c'était lui. Mon regard perçant s'attarda sur ses yeux fuyants puis ses mains qui trituraient le gobelet, avant d'hausser un sourcil, puis sourire narquoisement. « Aurais-tu besoin de conseil en amour ? Tu as fait des bêtises ? » Je ne doutais pas qu'il soit un tombeur, après tout, c'était mon frère, mais j'étais surprise qu'il se tourne vers moi. Et en même temps... Ça me faisait plaisir. J'avais beau stagner dans une non-relation amoureuse depuis maintenant cinq ans, j'essayerai de l'aider au mieux. « C'est quoi ce chantage, tu me crois corruptible ! Je n'ai pas besoin de cadeaux pour t'aider non mais ! Allez crache le morceau avant que je change d'avis. » fis-je en haussant le menton, princière. Pourtant, cette lueur dans mon regard indiquait que je me faisais attentive, tandis que je buvais une gorgée supplémentaire.


J'ai envie de me foutre dans ses bras.
« En réalité ça me fait peur là. J'ai peur de m'attacher, peur d'espérer, peur que ça aille trop vite et qu'à la fin ça fasse mal. Je tente de rester distante, par tous les moyens. Je veux pas croire que j'ai le droit à de l'intérêt. J'veux plus faire semblant une fois que j'serais brisée. » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 2322
Age : vingt-cinq ans.
occupation : staff, aka. back-up dancer, (& chorégraphe.)
avatar : im jaebeom (got7).
DC : kang junho(e), bae khean(oa), jung hana(nas) & lee hyuki(ki).
Points : 136

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t74-nam-in-su http://www.lights-camera-action.org/t73-nam-in-su http://www.lights-camera-action.org/t75-nam-in-su-ring http://www.lights-camera-action.org/t76-nam-in-su-knockout_kid
Message
Mar 22 Nov - 16:13




escape,
the fate.




tenue  ━

Conseils. Aussi, étrange. Et, inutile, cela. Pouvait-il, être. À l'encontre des esprits, d'autrui. Je désirais. Quand, à moi. Obtenir, une quelconque, idée. De la demoiselle, à l'encontre de ce simple – et unique, fait. Énoncé. Précédemment. Fruit, de mes tourments. Présents. Et, bien plus. Encore. Ce n'est qu'auprès, de tels. Individus. Semblables, à la demoiselle que, j'osais me tourner. Et détourner. Ridiculement. Mon attention. Une présence. Attendrissante. Et, tout à la fois. Détestable. Je possédais, à son égard. Une affection, davantage fraternelle. Que, amicale. Et, ce. Malgré, l'idée, que. Nous ne possédions, guère. Un sang. Et, des gênes. Communs. Cela semblait, avoir. Toujours, été. Ainsi. Ce thème, alors. Dévoilé. Que pouvait, être. Les sentiments. Heurtant. Ce muscle, rougeâtre. Résidant, en mon être. Se jouant, si naturellement. De, ma personne. Et, de mon esprit. Encore. Et, encore. Si, naïvement. J'avais. Jusqu'à présent. Écouté. Celui-ci. Cependant. Les problèmes rencontrés, ne semblaient, aucunement. Pouvoir, être. Gérés. Si, aisément. Cela, semblait. Davantage. Complexe. Que, de bien vulgaires situations. Auparavant, traversées. C'est, donc. À la suite, d'une énième gorgée, que. Ma voix, se fit entendre : « Par, où... Commencer. » Tourner, autour du pot. Si, naïvement. Faire, tourner. La demoiselle, en bourrique. Si, ridiculement. Ma chevelure, noirâtre. Fut, ébouriffée. De par, cette frustration. Se glissant, en. Mon esprit. Que, dire ? Que, faire ? Par, où. Commencer . Une lourde inspiration, fut. Prise. À, de bien multiples reprises. Mon regard, se voilait. Ici. Et, là. J'observais. Ce qui paraissait, se glisser. À, nos côtés. Étais-je, véritablement... L'aîné ? Soudainement. Je faisais. Ces bons, vers de bien multiples années, antérieures. « Je vais cracher le morceau, pas besoin de crier. » Argumentais-je, difficilement. Mon index, heurtant, alors. Le faciès de, la demoiselle. Une douce, taquinerie. Noyant. Cette angoisse. Qui osait. Petit, à petit. Prendre possession, de. Ma personne. Figé. Sur place. Mon postérieur. Visé. Sur, ce fauteuil. Occupé. Mes pieds, se mouvaient. Répétitivement. Et, enfin. « Si. Je dis, bien « si ». J’étais, avec quelqu'un. Et, que. Par tout, hasard. J'ai quitté, ce quelqu'un. Pour une tout autre, personne. Rencontrée, au travers du passé. Auprès, de laquelle. Il y a eu moult... Affaires. Est-ce, là. Mauvais ? Est-ce, là. Une simple marque, de faiblesse ? Est-ce, là. Ridicule ? » Hésitant. Mon regard, croisait enfin. Le sien. « Et, si. Enfin. Ce quelqu'un, n'est autre. Qu'une personne, s'était jouée de ma personne. Auparavant. Envers, qui... J'ai toujours eu, une affection incertaine. Malgré, ces actes. Si... Détestables. Cela, fait. De, moi. Un véritable, idiot. N'est-ce pas ? » Théoriquement. Je semblais, connaître. Les réponses, à de tels questionnements. Et, pourtant. Je désirais, l'entendre. Des lippes, de la demoiselle. Ces mots. Témoignant, ces pensées. « Et, pour finir. Si, ce quelqu'un. Et, un homme. Est-ce, là. Davantage, ridicule ? » Clôturant. Cet élan, verbal. En de tels, propos. Était-ce, là. Judicieux, de ma part ? Je doutais. Et, redoutais. D'une telle... Initiative.


made by pandora.


on days where thin rain falls like today, i remember your shadow. our memories that I secretly put in my drawer, i take them out and reminisce again by myself.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 1008
Age : 20 ans.
groupe : l·i·e
rôle dans le groupe : maknae, face, vocal, dancer & rap.
nom de scène : Mina.
occupation : rookie.
avatar : park ji-yeon (T-ara)
DC : shen tae won ft. kai (exo) & yoon sung jun ft. zico (block b) ♥
Points : 115

flow ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t1451-jung-mee-na-parfaite-avec-pleins-de-jolis-defauts http://www.lights-camera-action.org/t1461-jung-mee-na-princess-diary http://www.lights-camera-action.org/t1460-jung-mee-na http://www.lights-camera-action.org/t1462-jung-mee-na http://www.lights-camera-action.org/t1485-jung-mee-na-mina http://www.lights-camera-action.org/
Message
Mar 22 Nov - 17:51





escape,
it.




tenue  ━


Si j’avais su pourquoi Insu voulait me voir, aurais-je autant fait l’idiote ? Sûrement pas. Et encore moins si en l’entendant… Je m’étais moi même reconnue. Si ça avait été quelqu’un d’autre, j’aurais pu croire que la personne le faisait exprès. Qu’il était impossible qu’une histoire ressemble tant à la mienne. Un frère et une sœur pouvaient-ils vivre les mêmes choses ? Étions nous liés par le destin ? J’en savais fichtrement rien. Mais plus je l’écoutais, plus mon cœur se serrait, un frisson me parcourait le dos. Et la première chose qui me vint, après que mes neurones se soient reconnectés, c’était pourquoi ? Pourquoi moi ? Moi qui n’avais jamais su gérer une relation. Moi qui regardais encore et toujours vers le passé. Moi qui n’arrivais pas à l’oublier quoi qu’il me fasse. A le sortir de ma putain de vie, devenant hystérique et allant jusqu’à ensevelir ma chambre de ses affaires. Il y avait le déni. Et puis il y avait la réalité. Sauf que lui répondre sincèrement aujourd’hui… Ce serait sortir de ma propre zone de confort. Alors, qu’allais-je privilégier ? Lui ou moi. La réponse commune aurait été moi. Sauf que c’était Insu. Et même si je le voulais, je ne pourrais pas. « Yah… Pourquoi tu t’es foutu dans pareil merdier… » Genre c’était de sa faute maintenant. Soupirant, je passais une main dans mes cheveux auburn, cherchant mes mots sans les trouver… Puis finissant par y aller au feeling. « Sache d’abord que je ne suis pas vraiment de bons conseils pour ce genre de choses… Tout simplement parce que je suis aussi empêtrée que toi. Alors ouais, j’aurais du te dire que c’était mal. Que tu aurais pas dû abandonner ta copine… Ou ton copain ? Peu importe. Et que tu devrais pas t’attacher à quelqu’un qui te fait du mal. Tout le monde aurait dit ça. C’est une évidence. En fait je me retiens même de demander un nom pour aller lui casser les deux jambes. » Ma violence légendaire… Mais là n’était pas la question. Me mordillant la lèvre, je finis par reprendre. « Sauf que je te dirais pas tout ça. Parce qu’au fond, tu le sais déjà. Et tous ceux qui croient ça si simple… Sont des hypocrites. » J’avais essayé d’arrêter. Voilà où j’en étais. « La première chose que je voudrais évoquer d’abord, c’est le fait que ce soit un homme. J’ai envie de te dire : et alors ? Je sais que c’est mal vu, et je sais également que je ne suis pas objective car fan de yaoi. Mais tu ne décides pas de ton attirance. Et si tu aimes un homme, alors soit, je ne te jugerais jamais pour ça. Tu n’as rien fait de mal Insu. » Mon sourire se fait triste, mais vrai. Venait maintenant la deuxième partie… Plus compliquée. Inspirant, je me jetais finalement à l’eau. « Pour ce qui est de… Celui ou celle qui est désormais ton ex vu que tu viens de le ou la quitter. Je suppose qu’elle n’apprécierait pas être mise sur le carreau pour quelqu’un d’autre, mais au fond, n’as-tu pas été droit ? Plutôt que mentir et te forcer, tu as préféré être franc et arrêter. Personne ne te reprochera jamais ça. » Au contraire. Je trouvais même que malgré tout, il avait fait le bon choix. « Par contre oui, tu es idiot de ressasser le passé. De revenir vers une personne qui t’a fait souffrir et ne te mérite pas. De lui donner une chance qui n’aurait pas lieu d’être. Et de… L’aimer encore. Tu ne devrais pas. » Mes mains triturent le gobelet, nerveuse, et j’inspire avant de continuer. « Sauf que c’est pas si simple. L’amour ne se contrôle pas, tout comme les attirances. Un faux pas ne veut pas dire qu’il y en aura d’autres, tout comme une mauvaise personne ne peut pas devenir bonne. Je sais que c’est con. Je sais que je devrais te dire non mais… Moi aussi j’aime le même putain d’homme depuis maintenant cinq ans alors qu’il s’est joué de moi et… » Ma voix s’étrangle, mes yeux s’humidifient, mais je refuse de pleurer, me mordant violemment la lèvre avant de continuer. Ce n’était pas moi qui souffrait actuellement. « Ce que je veux dire, c’est qu’il n’y a pas d’amour idiot. Et que tant qu’il ne te fait plus de mal, tant qu’il t’aime réellement et que quelque chose de bon peut en naître… Alors je te soutiendrais. » Parce que je savais exactement ce qu’il ressentait. Et je ne pouvais décemment lui tourner le dos. La vie est dure. Les sentiments sont pires.


J'ai envie de me foutre dans ses bras.
« En réalité ça me fait peur là. J'ai peur de m'attacher, peur d'espérer, peur que ça aille trop vite et qu'à la fin ça fasse mal. Je tente de rester distante, par tous les moyens. Je veux pas croire que j'ai le droit à de l'intérêt. J'veux plus faire semblant une fois que j'serais brisée. » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

fail.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Fail save
» Venom Fail-Safe et Temp monitor
» fail
» EPIC FAIL - lolo se mets a l'eau
» choix d'un fail safe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lights, Camera, Action ! :: the big four :: Fl✰w Entertainment-