AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Lights, Camera, Action ! :: the big four :: Fl✰w Entertainment

fail.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2

Messages : 2317
Age : vingt-cinq ans.
occupation : staff, aka. back-up dancer, (& chorégraphe.)
avatar : im jaebeom (got7).
DC : kang junho(e), bae khean(oa), jung hana(nas) & lee hyuki(ki).
Points : 134

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t74-nam-in-su http://www.lights-camera-action.org/t73-nam-in-su http://www.lights-camera-action.org/t75-nam-in-su-ring http://www.lights-camera-action.org/t76-nam-in-su-knockout_kid
Message
Mer 23 Nov - 5:42




escape,
the fate.




tenue  ━

Surpris ? Je ne pouvais, que. Bel – et bien, le paraître. Ces propos. Dévoilés. Si, naturellement. Cette, demoiselle. Répliquant. Envers, cet élan verbal, dont. J'avais osé. Faire, part. Ridicule ? Je semblais. Bel – et bien, l'être. Sans, la moindre once. De gêne. Elle tournait. Triturait. Et, torturait. Ce qui, se voyait. Heurter. Mon esprit. Mes songes. Et, mon être. Rongeant. Jours, après jour. Mes pensées. Elle venait, tout juste. De parvenir à discerner, la clé. De la boîte, de pandore. Quand, à moi ? Je noyais, ma frustration. En, ce liquide. Se glissant. À, de bien multiples reprises. Au sein, de ma cavité buccale. Déglutissant, difficilement. Si, difficilement. Pourquoi diable. La vérité, se voyait extirpée. Des lippes. De, la jeune femme ? Pourquoi diable. Était-ce, si douloureux. À, entendre ? Pourquoi diable. Mon faciès, se voyait. Glissé. Aux creux de mes, mains. Inspirant. Expirant. Lourdement. Raison. Sur, toute la ligne. Je lui offrais, de telles. Idées. Semblions-nous. Tous deux. Des idiots. Se perdant. Naïvement, au tréfonds. De ces passés. Houleux. Ressassent. Incessamment. Ces images. Tantôt, douces. Tantôt, haïssables, que. Ces êtres. Parvenaient, à. Nous faire, parvenir. Tel, un chérubin. Je me voyais, hocher la tête. De, bas. En haut. Répétitivement. Encore. Et, encore. Balivernes, que. Voilà. « Me soutenir, hein. » Soufflais-je. Un intime, rictus. Naissant. Aux creux, de. Mes lippes. « Tel, frère. Telle, sœur. Je vais finir par croire, que. Tes parents, et. Mes parents, nous ont véritablement menti, et cachait cet aspect de nos vies. » Argumentais-je, dans un premier temps. Une douce, attention. Redirigée, envers. Le faciès de la demoiselle. Index, et pouce. Venant, alors. Pincer, l'une de. Ses joues. Enfantin. En, tous points. Je poursuivais, alors. « Je crois bien, que. Au fond. J'ai toujours été faible face, à lui. Au fond. J'ai toujours, espéré. Le voir, me revenir. Le voir, m'appartenir. Dès, lors. Et, au travers des années à venir. C'est égoïste, n'est-ce pas ? » Et, pourtant. Cela semblait, être. La vérité. Le désirer. Se désirer. Se déchirer. Et, enfin. Se retrouver. Ainsi, avions-nous. Joués. Néanmoins. Cela. Était. Révolus. Cette crise, face à laquelle j'avais dû. Seul. Faire, face. Je l'avais surmonté. Égoïstement. Peut-être. « Mais. » Contre-temps, émis. Curiosité, piquée. À vif. Je désirais, en connaître. Davantage. Envers, la situation traversée, par. Ma cadette. Détourner, ses propos. À, mon avantage. Et, enfin. Évincer. Mon statut. Dérisoire. En, tous points. « Quand, à toi ? Qui est l'heureux élu, de tes tourments ? Cinq années, que me caches, un tel. Amant. Je suis frustré, en tant. Que, frère aîné. Tu voulais, éviter. La rencontre cruciale ? » Cette rencontre. Cette phase. De test. Jugeant. Mutuellement. Les faits, gestes et paroles. De chacun. C'est ainsi, que. Se déroulait. Le test. Pousser, autrui. Auprès, de. Ses retranchements. Creuser. En, ces ressentiments, envers. L'être cher. Désiré, protégé. Un jeu. Fraternel. Qui persistait, au travers des certaines cultures. Occidentales, principalement. Pensais-je. « Un rebelle, dans l'âme ? C'est sûr, que. Ça ne va pas vraiment plaire, à la belle famille. » Un ricanement. Faiblard. Néanmoins. Amusé. De par, cette simple – et unique, idée. Que, la venue d'un jeune homme. Fort différent. Au sein, de ce domaine. Vienne, envoyer paître. Ces aspects.




made by pandora.


on days where thin rain falls like today, i remember your shadow. our memories that I secretly put in my drawer, i take them out and reminisce again by myself.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 1006
Age : 20 ans.
groupe : l·i·e
rôle dans le groupe : maknae, face, vocal, dancer & rap.
nom de scène : Mina.
occupation : rookie.
avatar : park ji-yeon (T-ara)
DC : shen tae won ft. kai (exo) & yoon sung jun ft. zico (block b) ♥
Points : 113

flow ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t1451-jung-mee-na-parfaite-avec-pleins-de-jolis-defauts http://www.lights-camera-action.org/t1461-jung-mee-na-princess-diary http://www.lights-camera-action.org/t1460-jung-mee-na http://www.lights-camera-action.org/t1462-jung-mee-na http://www.lights-camera-action.org/t1485-jung-mee-na-mina http://www.lights-camera-action.org/
Message
Jeu 24 Nov - 12:19





escape,
it.




tenue  ━


Ayant fini mon monologue, incertaine et légèrement déboussolée, je préfère occuper mes mains en récupérant la tasse et l'amenant à mes lèvres, désormais bien sèches. Cela faisait longtemps que je n’avais été aussi sincère. Peut être même la première fois que je m’avouais l’aimer à voix haute ? Je n’en savais rien. Mais quelque chose en moi se tordait. Se refusait à cet aveu. Parce que si tel était le cas… Alors j’aurais perdu. Perdu face à cet homme qui avait failli m’embrasser des années auparavant pour ne plus jamais me recontacter. Puis se ramener comme une fleur, bien après. Je ne voulais pas. Et en même temps je le désirais ardemment. C’était exactement comme il disait. Au fond, je l’avais toujours attendu. Et même si je n’étais pas prête à y croire, je cherchais encore et toujours une excuse à son silence. Quelque chose auquel me raccrocher. Tout et n’importe quoi. Parce que si mon être criait de lâcher prise, mon coeur, lui, n’en faisait qu’à sa tête. Un sourire triste s’afficha sur mon minois, réagissant à peine à ce tirage de joue intempestif, et j’haussais les épaules, tentant de me faire légère. « C’est pour ça que ma mère t’a viré de chez moi, elle avait dû découvrir le pot aux roses. » Si nous n’étions pas liés par le sang, au moins l’étions nous tout de même par le destin. Deux mondes opposés et pourtant… Tout semblait nous relier, aussi étrange cela puisse paraître. « C’est égoïste. Idiot. Dérisoire. Et pourtant tellement vain et viscérale qu’il est impossible de s’en dissuader. » Ouais. On savait qu’il fallait pas, et on continuait quand même. Personne n’appartenait à personne. Pourtant, j’avais envie de détruire toutes les femmes qui frôlaient Jisun. Ridicule, mais maladif. Reprenant une gorgée de mon café, je tentais de me calmer et le virer de mes pensées. Après tout, n’étions nous pas la pour nous amuser ? Sauf qu’il fallait croire que je ne m’en tirerais pas à si bon compte… Et son “mais” me le fit bien comprendre. « Je n’ai aucun amant, ahah, qu’est ce que tu racontes ? Juste un homme qui ne m’a jamais aimé mais me revient de temps à autres en mémoire… » Pourquoi moi qui savais si bien mentir, je n’y arrivais jamais quand ça parlait de lui ? Sourire de façade, je cache mon visage derrière mon gobelet, faisant mine de boire avant de m’étouffer à moitié avec. Plaire à la belle famille… Toussant, je m’essuyais la bouche avant de lui lancer un regard meurtrier… Puis me mettre à rire. « Tu crois ? Je suis sûre que ma mère aime les hommes dragueurs avec des jeans troués ! » Bah voyons. Je pouvais toujours rêver, non ? Enfin, elle connaissait mon attirance pour lui vu que ses posters constellaient les murs de ma chambre désormais. Mais… Sûrement pensait-elle que je n’étais qu’une simple fan. « L’homme que je lui présenterais sera le premier et le dernier. Parce que je ne dois avoir qu’un homme dans ma vie d’après elle… Et rester vierge jusqu’au mariage ! » Ma mère était idéaliste ? Sûrement, et si je l’aimais plus que tout, la dessus, j’avais du mal à la suivre. J’étais certaine que mon père n’avait pas attendu le mariage, hein. « Et toi, seras-tu pire qu’elle ou sais-tu tenir ? » Mon sourire se fait taquin, et je termine enfin mon café, croisant les bras satisfaite. « Allez, c’est l’heure de faire chauffer ta carte bleue ! Par quoi veux tu commencer ? » Comment ça je changeais de sujet ?!


J'ai envie de me foutre dans ses bras.
« En réalité ça me fait peur là. J'ai peur de m'attacher, peur d'espérer, peur que ça aille trop vite et qu'à la fin ça fasse mal. Je tente de rester distante, par tous les moyens. Je veux pas croire que j'ai le droit à de l'intérêt. J'veux plus faire semblant une fois que j'serais brisée. » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 2317
Age : vingt-cinq ans.
occupation : staff, aka. back-up dancer, (& chorégraphe.)
avatar : im jaebeom (got7).
DC : kang junho(e), bae khean(oa), jung hana(nas) & lee hyuki(ki).
Points : 134

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t74-nam-in-su http://www.lights-camera-action.org/t73-nam-in-su http://www.lights-camera-action.org/t75-nam-in-su-ring http://www.lights-camera-action.org/t76-nam-in-su-knockout_kid
Message
Mer 30 Nov - 11:27




escape,
the fate.




tenue  ━

Captain obvious, aux abords. Les problèmes, de. La demoiselle. Semblaient, bien davantage. Inconvenables. En, un simple – et unique, instant. J'avais su, discernais. Ce fait. Ces propos. Ces agissements. Et, bien plus. Encore. Ne portaient, que. Préjudice a la jeune femme. Aussi étrange, cela. Pouvait-il, être. Je ne pouvais, aucunement. Être, en muse de me plaindre davantage. Envers, ma situation personnelle. Dérisoire ? Elle l'était, belle – et bien. Et, pourtant. Sa situation, l'étai. À, son tour. Bien plus. Encore. Un soupir, trahissait. Ce silence au sein, duquel. Je me retrouvais, réduit. Mutisme. Incertain. Des conseils ? Je n'en possédais, guère. Ce domaine, que pouvait être. Les sentiments. Ces compétences, si. Faiblardes. Et, méprisables. Ces mots. Que je formerais, alors. N'auront, très certainement. Aucun sens. Ni, même. Aucune véritable conscience. « Je crois bien, que. De nous deux, au final. Ce n'est pas moi, le plus à plaindre. » Soufflais-je, dans un premier temps. Il n'y a, que la vérité. Que pouvait, être. Blessante. Après tout. Ces paroles furent, dès lors. Semblables, à. Une confession. À, cœur ouvert. Cet homme. Qui osait. Si, naïvement. Se jouer, de sa personne. Son esprit. Ses sentiments. Et, ses ressentiments. Il n'était, que. Simplement. Cet, homme. Il était, bien plus. Que, cela. Bien plus, que. Ce que la jeune femme, se portait. À, croire. Bien plus, que. Ce dont, elle osait. Se persuader. Quelle idiote. Que, voilà. Une affection fut, redirigée envers le crâne de la demoiselle. Cette chevelure : ébouriffée. Et, enfin. Ce ricanement. Extirpé. D'entre, mes lippes. « Le pauvre. Je pense, que. Au final, ce n'est pas toi qui oseras le faire fuir, mais plutôt. La belle famille. Entre, ta mère. Et, ses idées farfelues. Et, ton paternel. Qui va se la jouer, grand manitou. Protecteur. J'ose même pas, imaginer. Les présentations. L'horreur. » D'un simple, geste. Un frémissement, se permet de parcourir mon échine. Je frisonne. Mes épaules, produisent ce mouvement. Fort, ridicule. Et, enfin. Je poursuis : « Quand, à moi ? Je lui expliquerais, juste. Gentiment, oui. Très gentiment, ou... Il va poser, les pieds. Simplement. Naturellement. Et, directement. » Bras, croisés. À l'instar, de mon buste. Voilà, qu'un hochement, de tête. Vint, clôturer. Cet instant, verbal. À l'encontre du, fruit des tourments. De, la jeune femme. Identité, inconnue. Néanmoins. Je persistais, curieux. Envers, celui-ci. À, que pouvait-il bien... Ressembler . Que pouvait-il, bien faire... Dans, la vie ? Sa, personnalité ? Son, caractère ? De bien multiples, questionnements. Heurtaient. Mon, esprit. Cependant. Je n'osais, guère. Le démontrer. Brusquer, la demoiselle . Aucunement, dans. Mes habitudes... Tout, du moins. Pas. En, cet aspect. Un changement de sujet, se fit entendre. Démontrant – par, la même occasion, que. Nous devions, tous deux. Trépasser, ces idées. Les envoyer, paître. Et, laisser. Cette carte bleue. Nous guider, au travers. Des rues, et ruelles. De, la capitale – du pays, du matin calme. Je doutais. Et, redoutais. Des caprices. Dont, j'allais devoir. Faire face. Menaçant. Je réajustais ces parcelles vestimentaires, portées. Époussetant, celles-ci. Tandis, que. Ma voix, se fit entendre. « Je te préviens, j'ai de l'argent. Mais, ce n'est pas une raison pour réduire mon compte en banque, à un zéro pointé. Compris, jeune demoiselle princière ? » Index, pointé. J'agitais, celui-ci. Et, ce. Dès lors, où. Nos corps vinrent rejoindre, cet extérieur. Froid. Cet hiver allait, très certainement. Être. Rude. « Je suppose que, filer au centre commercial le plus proche serait un choix judicieux. Même, si. Le monde sera au rendez-vous. Je suppose, que. Peu importe où, nos pieds se poseront. Il y aura, un risque de danger. Et puis, au final. Si, on est pris sur le fait accompli. Peut-être, que. Cela fera réagir ton don juan, des bacs à sable. » Ajoutais-je, finalement. Aussitôt, dit. Aussitôt, fait. Je menais, à mes côtés. Ce corps frêle, jusqu'au centre commercial. Le plus proche, qu'il soit. Çà. Et, là. Produits, en convenance de la demoiselle. Tandis, qu'une chaleur ambiante se voyait, davantage appréciée.




made by pandora.


on days where thin rain falls like today, i remember your shadow. our memories that I secretly put in my drawer, i take them out and reminisce again by myself.
Revenir en haut Aller en bas

fail.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» Fail save
» Venom Fail-Safe et Temp monitor
» fail
» EPIC FAIL - lolo se mets a l'eau
» choix d'un fail safe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lights, Camera, Action ! :: the big four :: Fl✰w Entertainment-