AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Lights, Camera, Action ! :: out of character :: rps

who rules the world ; feat. khean

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
Message
Mer 3 Aoû - 20:03

Who rules the world ?

Mi Reu avait chaud. La chaleur de la capitale coréenne avait raison de toute forme de motivation, l’obligeant à vivre à côté d’un ventilateur une bonne partie de la journée, la transformant généralement en amas de râle et de sueur. Mais ça, c’était quand elle n’était pas obligée de sortir dehors pour aller travailler au sein de son agence. Enfin, travailler dans le bâtiment ne la gênait guère, l’endroit était climatisé et la brune pouvait faire usage de son talent au frais, ou au mieux, retenir quelques lignes de dialogues pour un potentiel drama que son manager tenterait de lui faire faire. Le bougre d’âne ne semblait pas avoir compris que la petite dame avait des rêves d’oscars de la meilleure réalisatrice et de tapis rouge français … Mais si vous veniez à poser la question à Monsieur Kim, il vous répondrait – de façon totalement détournée et avec le répondant des meilleurs des professionnels – que Mi Reu prenait ses rêves pour des réalités. Non, vraiment le véritable problème était de se rendre au travail. Prendre les transports en commun, se faire écraser par les autres passagers des dits transports … Et prendre une voiture privée ? Que neni ! Ce serait raté une occasion d’attraper des pokémons ! Et c’était là d’ailleurs une autre tragédie de la jeune femme. Séoul semblait envahis de mystherbes, de chenipan et de chetiflor. Non pas que cela la dérangeait réellement …

En fait, si. C’était même catastrophique.

Mi Reu était en pleine quête d’un arcanin et d’un leviator. Comment pouvait-elle seulement espérer pouvoir faire évoluer son magicarpe et son caninos sans pokemon ? Un drame. Un véritable drame. Alors, c’était plongée dans son Fire Emblem sur trois DS – et en se demandant la question existentielle de toute joueuse : qui vais-je épouser ? – qu’elle eut une idée. Elle était allongée sur son lit, réfléchissant à la bonne technique à adopter quand cela la frappa. Un éclair de génie, la bénédiction d’Athéna, un coup de punch droit dans l’estomac. Oh mon dieu. Presque immédiatement Mi Reu se leva pour se préparer à affronter la chaleur de l’été à Séoul. Comme toute bonne idole qui se respectait, Mi Reu avait pris grand soin de son apparence en se battant plusieurs minutes avec ses produits de beauté. Il fallait qu’elle se montre exemplaire en toute circonstance, après tout, ils étaient des modèles. Bon, bien entendu, au vu des scandales qu’elle lisait sur son téléphone via le netizen, certaines demoiselles semblaient avoir totalement oublié ce petit détail. Mais cela t’importait peu. Après un passage relativement rapide vers le lieu saint – ô grand Starbuck, béni ce jour pour que les idées fleurissent dans l’esprit des génies – la brunette, armée de deux cafés tall, accéléra le pas pour se rendre à l’agence.

Et elle savait parfaitement où elle se rendait.

Passant devant plusieurs bureaux, Mi Reu entra soudainement dans une pièce en poussant la porte avec son pied, montrant par la même occasion sa grâce et sa féminité. Devant elle se trouvait le meilleur allié qu’elle n’aurait jamais pu espérer : Bae Khean. Muni de ton plus grand sourire, la réalisatrice se dirigea vers lui en lui tendant un l’un des deux cafés. « J’ai eu l’idée du siècle. » C’était souvent le cas avec Mi Reu. La brunette s’installa à une chaise et commença à siroter sa boisson. La volupté du produit dans sa bouche lui procura une grande sensation de bien être avant de sourire. « J’ai eu une idée de production bien badass qui pourrait nous apporter plusieurs partenaires au sein de l’univers du jeu vidéo. » La blonde sautilla sur sa chaise, les étoiles pleins les yeux. « Imagines ! On pourra même faire des pubs et tout ! »

Avoir des produits gratuits. Mais ce n’était qu’un bonus bien entendu.


(c) chaotic evil
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 619
Age : vingt-huit ans.
nom de scène : K.
occupation : auteur & compo. (+ feat & recruteur à temps partiel, héh.)
avatar : shon minho.
DC : nam insu(lte), kang junho(e) & lee hyunki(ki).
Points : 226

wanderlust ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t1592-bae-khean#32687 http://www.lights-camera-action.org/t1629-bae-khean http://www.lights-camera-action.org/t1616-bae-khean http://www.lights-camera-action.org/t1606-bae-khean-69_7k1
Message
Dim 7 Aoû - 0:06







play with it,
like a game.




tenue


Morphée. Tendre, Morphée. Ses bras. Disposés, de par et d'autres. De, ma personne. S'emparant. Peu, à peu. De, mon être. Mon esprit. Mon âme. Emplis, de plénitude. Rêverie. En, tous genres. Je fus, néanmoins. Pris, d'un léger sursaut. Un fracas, se fit entendre. Soudainement. Une voix. Masculinité, sans nom. Identité, relevé. Yeux, à demi clos. Esprit, embué. Perplexe. Je discernais. Avec tant bien – que mal, ce qui semblait se glisser à mes côtés. Tantôt, étrange. Tantôt, commun. Pourquoi diable, semblais-je persister au sein de ces locaux ? Si, naïvement. Jours, après jour. Ce vulgaire, tourbillon. Ce cercle, vicieux. Ce quotidien. Incessant. Le destin, se jouait-il de ma personne ? Amusement, réprimé. Gênes, occasionnée. Faciès, disposés à l'encontre de cette surface plane que représentais : ce bureau. Ces bien multiples, feuilles blanchâtres. Collées, auprès de celui-ci. Alors, gribouillées. Tache, d'encrages disposés. Échine, marquée. Soldé, d'un vulgaire ricanement à mon égard. Taquinerie, mise en avant. Coéquipier. Davantage, amusé. Mine, désapprouvée. Voix, haussée. « Si, tu oses raconter cela, à quiconque. Je te jure. Que je n'hésiterais pas à te tuer dans d'atroces souffrances, dans ma cave. C'est, promis. » Large sourire, démontré. Si, étrange. Index, pointé. Agité. Une menace, insufflée de par, ce geste. Quelque peu, enfantin. Certes. Cependant... Fuite, mise à exécution. Paumes, recluses à l'encontre de mon faciès. Tête, baissée. Couloirs, traversés. Je me frayais un chemin au sein de la bâtisse. Être, glissé en ces lieux. Similaires, à de simples sanitaires. Miroir. Reflet, soldé d'un ricanement. Faiblard. Ridicule, à souhait. Ces bien multiples marques – de, fatigue. Cette vague, liquide et incolore. Jeté, à corps perdu à l'encontre de mon échine. Traits, tirés. Cernes, dévastatrices. Marques, de fatigue, instables. Mère nature, se jouait bien davantage de ma personne. Espoirs, vains. « Un café. » Murmurais-je. Visage, humidifiée. Mine, faussement enjouée. Soudainement. Dissipée. Ce simple – et unique, faits. Malchance, mise en avant. Fruit de mes tourments détournés à l'encontre de cette machine. En panne. De frustres murmures, se laissaient entendre. Consterné. Comme jamais encore, il ne m'avait été permis de l'être. Ronchon. Pieds, traînés. Chasse, réalisée. Pièce, de nouveau occupée. En, cette solitude incertaine. Dossiers, à étudier. Recommandations, faites. Impossible. Impensable. Je n'en possédais guère, le désir. Ni même, la force. Cependant. C'était, sans compter sur cette apparition emplie de féminité. Soudaine. Fièrement accompagné, du précédent désir qu'il m'avait été permis d'émettre. Un café. « Je t'aime. À jamais. C'est, définitif. Bordel, de. » Affection, disposée à l'encontre de cette chevelure brunâtre. Légèrement, ébouriffée. Gorgée, prise. Cavité buccale et papilles gustatives. Enfin. Sustentées. Cette simple et unique présence, à mes côtés. Ravivait, en mon esprit. Ce doux sentiment que pouvait être : « la joie, de vivre ». Cette boule d'énergie. S'agitant. Çà et là. À nouveau, une idée fut émise. Tout, naturellement. Je vins, y apporter mon intérêt. Curiosité, titillée. Intrigué. Je l'écoutais. Mots, à mot. Baragouiner, ces propos. Tantôt, soudains. Tantôt, incompréhensibles. Tantôt, amusants. D'après certains. « Jeux vidéo... Comme, « Final Fantasy », ou bien, « Dear, or alive », ou, ou, ou... Ho, mon Dieu. » Appellations, fusant en mon esprit. Culture nippone, ravivée. Agité. Manquant de peu, de déverser ce contenu brun reclus au sein de ce gobelet cartonné. Ordinateur, emporté. Dossiers, après dossier. Fouillés. « Des basses, puissances, avec un Beat. Lourd, comme jamais. » Argumentais-je, dans un premier temps. « Des publicités ? Effets spéciaux ? Cosplay ? » Questionnements, après questionnement. Idées, fusant en mon esprit. Tel, un vulgaire tiroir. Je trifouillais, au sein de celui-ci. Papiers, après papier. Trié. Envoyé, paître. Semblables, à ces idées qui se laissaient entendre. « Les Nippons, ils raffolent, de ça. Tout ça, tout ça, tout ça. » Gestes, argumentés. Davantage, affairé. Feuille blanchâtre, prise. Stylo, glissé aux creux de l'une de mes mains. Je venais y annoter, le tout. Et, ce. Avant que je ne puisse être porté auprès d'un cet objet issu des nouvelles technologies. Reclus, au creux de l'une de mes poches. Une simple recherche, une application, lancée. Une mélodie, se laissait entendre. « Genre, ça. Juste, ce genre, de beat. Tu vois, lourd, qui balance, comme jamais. Ça, avec des filles. Des tenues, quelque peu étranges. Des effets spéciaux. Lourd, vraiment. Lourd. »


made by pandora.


Spoiler:
 


À la lumière obscure, je te croise enfin. Mon dieu que tu es belle, toi la seule. Toi, l'ultime. Entre les hommes égalité, s'il te plait, prends ma main. Ne te fais plus attendre, il est temps de s'étreindre. Il est temps, de s'éteindre, une dernière cigarette.

l'éphémère, deviens.
éternité.
Revenir en haut Aller en bas

who rules the world ; feat. khean

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» World Mini Raids / Route 66 // 1 an après : page 23
» World Séries by Renault : Magny Cours 2010
» [Blog] New DS World
» Maillots internationaux (World Cup 2010)
» world carp classic

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lights, Camera, Action ! :: out of character :: rps-