champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2

AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -47%
CONTINENTAL EDISON – Aspirateur balai et ...
Voir le deal
24.99 €

 

 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji)

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Song Min Woo
staff
staff
staff
Song Min Woo
staff
champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 62730b44bf4c48a502f2f61b991233b8898a41f0

champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837

Messages :
122

Age :
21 ans

occupation :
parolier, producteur, manager (stagiaire/junior) de divine [fanmeeting dispo = 4]

avatar :
yeo hwanwoong, oneus

crédits :
avatar : me'ow ; signature : sial

DC :
do min oh, jeong suhee, jung jiwon, kang jesse, kim kyung, liu taejoon, nam junsu, oh jaesun, shimizu ren

Points :
153


Jeu 16 Avr - 14:15


|
champ de blé aux corbeaux ;
eiji & minwoo


— J'aurais aimé que les choses soient plus simples pour nous deux. Ne pas devoir me disputer avec lui à chaque fois que nous ouvrions la bouche, ne pas me demander sans cesse s'il m'aimait encore, s'il avait encore envie de me voir. Cela faisait plusieurs années que nous étions ensemble, et j'aurais pu comprendre qu'au bout d'un certain temps, la passion s'estompait. D'un autre côté, j'avais l'impression de vivre un deuil auquel je n'étais pas préparé, et le pire de tout était sans doute que j'ignorais ce qui nous avait projeté dans cette situation étrange et profondément désagréable. Je refusais de l'accepter, tout simplement.

Je ne répondis pas à ses propos, préférant avancer en silence, en évitant de me poser trop de questions, compte tenu de la situation déjà problématique dans laquelle nous nous trouvions. Qu'aurais-je pu faire, de toute façon, à part troubler encore un peu plus l'eau dans laquelle nous nagions ? Dans laquelle nous nous noyions depuis quelques temps déjà ? C'était inutile. On ne lançait pas un seau d'huile sur une flamme nue. C'était pire que tout.

Alors je préférai attendre que nos humeurs se calment, avançant avec le chien qui semblait ne pas avoir la moindre idée de ce qui avait lieu entre nous. C'était sans doute mieux comme ça. Parfois, je me prenais à avoir envie d'être cet animal : insouciant, sourd aux conversations qui avaient lieu autour de lui. Je doutais qu'il ait eu grand-chose à dire sur la question, s'il avait été humain. Entendant la voix d'Eiji, je secouai la tête.

« Non. »

On ne se disputait plus. Comme pour le prouver, je serrai doucement sa main dans la mienne quand il la reprit, avant de reposer les yeux sur lui. Regarder son visage me rappelait toujours avec difficulté qu'un jour, il n'allait peut-être plus être là. Une vérité que je refusais d'admettre, qui me faisait terriblement peur. Parce que je savais que les choses se passaient mal entre nous, qu'on ne s'entendait plus aussi bien qu'auparavant... J'en étais terrifié.

« Hm... T'as envie de cuisiner ? » C'était peut-être con, dit comme ça, mais j'en avais envie. « Ou alors on se pose devant la télé… » Je n’en savais rien. « Qu’est-ce qui te ferait envie ? » Quelque chose qui ne nous aurait pas poussé à nous déchirer bêtement, de préférence.
(c) SIAL pour LIGHTS, CAMERA, ACTION ; icon thinkky



blank _ space

My heart is burnt into ash It aches so much All of the sad songs we listened to as we walked together I don’t want to listen anymore, it’s too hard (a song written easily - oneus)
staff
http://www.lights-camera-action.org/t16887-minwoo-no-more-dramahttp://www.lights-camera-action.org/t16907-song-min-woohttp://www.lights-camera-action.org/t16954-song-min-woo-bip-bip#236218http://www.lights-camera-action.org/t16953-nim-whx-minwoo#236216
Sakai Eiji
staff
staff
staff
Sakai Eiji
staff
champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3f2176c62a474b3203a5750a4719201b

champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837

Messages :
112

Age :
25 y.o (int.) ; 26 y.o (kr.) (230195)

groupe :
YOU KNEW I WAS WAITING FOR IT

rôle dans le groupe :
Groupe des Super Power Rangers jsp comment ça s'écrit

nom de scène :
Blue-Sakai : ça veut dire bleu-j'aifroid

occupation :
il sait pas trop ça varie entre danser sur heavy rotation et dormir

avatar :
sa majesté yuta (nct) (qui est surpris) (po moé) (je me doute nath) (je fais semblant si tu veux)

crédits :
meow la + mieux

DC :
rose's garden ((gabriel, yijun, hyunbin, eunwoo, hajoon, sunan, yue))

Points :
46


Jeu 16 Avr - 14:34


❝WHAT HAPPENS NEXT WHEN WE'RE ALL OUT OF BREATH TO BREATHE IN THIS MIRAGE? UNTIL I FALL APART, 'TIL DEATH DO US APART❞


— Parfois, ou la plupart du temps, je me sens totalement épuisé de cette bataille entre nous, celle qui dure depuis trop longtemps, maintenant. Et si je n'ai plus envie de me battre, je n'ai aucune idée de comment faire stopper les combats - peut-être que certains proposeraient tout simplement le retrait des troupes, de jeter les armes, mais je refuse même d'y penser. Parce qu'il est tout simplement hors de question que j'envisage cette hypothèse : malgré tout ce qu'il peut se passer entre nous, l'idée de le perdre me terrifie, et je me refuse à l'accepter. Alors, je laisse faire. Je nous laisse évoluer dans ces eaux troubles tout en tentant de me convaincre que ça finira par passer. Que puis-je faire d'autre, de toute façon ?

J'ai parfois l'impression de me trouver devant un casse-tête insoluble tant qu'essentiel : voilà ce que devient notre relation. Une suite d'énigmes que je suis incapable de résoudre, autant que je suis incapable de maintenir la paix entre nous, que nous sommes incapables de retrouver l'harmonie qui existait, autrefois, au sein de notre couple. Et cette incapacité à fonctionner comme nous le faisions avant me paralyse tout autant que le reste : qu'est-ce que ça veut dire, au final ? Qu'est-ce que ça laisse deviner quant à notre futur ? Je déteste cette sensation d'avoir les yeux bandés, quelque part entre le précipice et la suite du chemin.

Alors, j'attends en silence que les choses se passent. Car il faut bien qu'elles finissent par passer. Pas vrai ?

"Bien."

Et je scelle mes paroles en raffermissant la prise de ma main sur la sienne. Ce geste est pourtant terriblement habituel - il faut croire que pour nous, même ça ne l'est plus autant. Je me demande si, un jour, tout ça deviendra inexistant ; mes attentions pour lui, les siennes pour moi. Je me refuse à y croire, pourtant.

Puis j'essaie d'avoir confiance en l'accalmie, d'en profiter tant qu'elle dure. Qui sait quand le vent se lèvera à nouveau ? Pas moi. Je ne sais plus rien. Alors, j'ébauche un sourire en levant les yeux vers lui, tentant de me dire que tout ira bien, pour ce soir, du moins.

"Hm...pourquoi pas, oui ! Oui, ce serait bien."

Quelque chose de banal, mais tout de même fait tous les deux. Voilà qui me semble approprié.

"On peut faire les deux, sinon. Préparer quelque chose et manger devant un film ? Ce n'est pas grand chose, mais..."

Mais c'est déjà ça. Pourtant, la petite voix dans ma tête me pousse à me dire que cette simplicité l'ennuie sûrement, et moi, je me force à la faire taire.

"D'ailleurs..." je pense en parlant, grain de malice soudainement greffé à mon sourire, "...d'ailleurs, j'ai un nouveau projet qui s'annonce et je voudrais bien pouvoir tester l'une de mes idées. Tu ne voudrais pas me servir de modèle ?"

Je sais que ce genre d'initiative a dernièrement tendance à l'agacer. Pour autant, j'essaie quand même : aussi bête que ça puisse sembler, j'aime ce genre d'instants. Ils sont une manière bien à moi de m'occuper de lui, et j'ai horreur de me dire que s'y plier l'ennuie.

"Enfin. Si ça ne te dérange pas."

Hésitant. J'ai pourtant horreur de l'être avec lui.

(c) SIAL pour LIGHTS, CAMERA, ACTION ; icon thinkky

staff
http://www.lights-camera-action.org/t16970-comme-des-garcons-eijihttp://www.lights-camera-action.org/t18608-sakai-eiji#248466http://www.lights-camera-action.org/t16973-sakai-eiji#236687http://www.lights-camera-action.org/t16972-sakoyaki_ej#236686
Song Min Woo
staff
staff
staff
Song Min Woo
staff
champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 62730b44bf4c48a502f2f61b991233b8898a41f0

champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837

Messages :
122

Age :
21 ans

occupation :
parolier, producteur, manager (stagiaire/junior) de divine [fanmeeting dispo = 4]

avatar :
yeo hwanwoong, oneus

crédits :
avatar : me'ow ; signature : sial

DC :
do min oh, jeong suhee, jung jiwon, kang jesse, kim kyung, liu taejoon, nam junsu, oh jaesun, shimizu ren

Points :
153


Jeu 16 Avr - 15:12


|
champ de blé aux corbeaux ;
eiji & minwoo


— Étais-je perdu dans un labyrinthe dont je ne pouvais trouver la sortie ? J'avais le sentiment de tourner en rond sans pouvoir trouver une issue, sans même savoir si ce piège où nous étions coincés en possédait une. J'avais parfois peur que ce ne soit pas le cas, que nous soyons condamnés à rester coincés dans cette spirale infernale où rien ne semblait jamais aller, où rien n’était exactement comme cela devait être… Une illusion que nous nous efforcions pourtant de conserver aussi longtemps que nous le pouvions.

Du moins, c’était mon sentiment, par moments. Quand je regardais Eiji et que je réalisais que nous avions changé, l’un comme l’autre. Jamais il ne me serait venu à l’esprit de le tenir pour responsable de ce qui nous arrivais. Je savais parfaitement que depuis que j’étais entré dans le milieu du divertissement, j’avais moins de temps pour lui, j’avais fait de nouvelles rencontres, et j’avais certainement évolué pour devenir une personne un peu différente de celui qu’il avait toujours connu, mais de là à nous placer dans une situation aussi tendue ? Je refusais d’y croire. Je voulais penser que nous étions encore parfaitement capables de nous entendre, que nos sentiments n’avaient pas changé. C’était un deuil que je refuserais de faire jusqu’à la fin.

Je gardai la main dans la sienne, trouvant un semblant de réconfort dans sa main autour de la mienne, tout en sachant que ça ne suffirait pas à apaiser la situation complètement. Je commençais à être las de toujours essayer de ne pas provoquer ce type de disputes. Parce que c’était toujours de petites choses que le feu partait : nous nous prenions la tête parce que je n’avais pas répondu à un message, parce que j’avais oublié un détail, ou parce qu’il n’avait pas fait attention à une remarque que je lui avais faite un milliard de fois. Et pourtant, quand cela arrivait, je ne le réalisais qu’après coup, quand il était trop tard pour éviter l’incendie.

Alors que nous restait-il ? Trouver des occupations qui nous réunissaient au moins un peu. Des petites choses qui ne nous intéressaient peut-être pas vraiment, dans l’immédiat, mais que l’on faisait pour se donner l’impression de faire un geste vers l’autre… N’était-ce pas ça, dans le fond ? Je souris un peu à Eiji, espérant que cela suffirait. « Oui, on peut faire ça. » J’avais l’impression de sous-réagir à cause de cette dispute, d’avoir perdu toute envie de me trouver là, de continuer cette sortie… «  Ça ne me dérange pas, on pourra faire ça aussi. » Qu’aurait-il pensé, si j’avais refusé ? Que je n’avais plus envie de faire des choses avec lui, que j’en avais marre ? Je refusais de laisser cela arriver, quand bien même mon envie de le laisser faire ses tests sur moi ne m’enchantait pas particulièrement aujourd’hui.

Et Simba qui continuait à avancer comme si rien ne lui importait… J’aurais voulu avoir cette insouciance, en ce qui nous concernait. Je finis par reposer les yeux sur Eiji. « Ça va ton dos ? » Après tout, il s’en était plaint quelques minutes plus tôt.
(c) SIAL pour LIGHTS, CAMERA, ACTION ; icon thinkky



blank _ space

My heart is burnt into ash It aches so much All of the sad songs we listened to as we walked together I don’t want to listen anymore, it’s too hard (a song written easily - oneus)
staff
http://www.lights-camera-action.org/t16887-minwoo-no-more-dramahttp://www.lights-camera-action.org/t16907-song-min-woohttp://www.lights-camera-action.org/t16954-song-min-woo-bip-bip#236218http://www.lights-camera-action.org/t16953-nim-whx-minwoo#236216
Sakai Eiji
staff
staff
staff
Sakai Eiji
staff
champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3f2176c62a474b3203a5750a4719201b

champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837

Messages :
112

Age :
25 y.o (int.) ; 26 y.o (kr.) (230195)

groupe :
YOU KNEW I WAS WAITING FOR IT

rôle dans le groupe :
Groupe des Super Power Rangers jsp comment ça s'écrit

nom de scène :
Blue-Sakai : ça veut dire bleu-j'aifroid

occupation :
il sait pas trop ça varie entre danser sur heavy rotation et dormir

avatar :
sa majesté yuta (nct) (qui est surpris) (po moé) (je me doute nath) (je fais semblant si tu veux)

crédits :
meow la + mieux

DC :
rose's garden ((gabriel, yijun, hyunbin, eunwoo, hajoon, sunan, yue))

Points :
46


Jeu 16 Avr - 15:18


❝WHAT HAPPENS NEXT WHEN WE'RE ALL OUT OF BREATH TO BREATHE IN THIS MIRAGE? UNTIL I FALL APART, 'TIL DEATH DO US APART❞


— Parfois, je me demande si l'on fait encore les choses par réelle envie, ou par simple obligation ou sentiment d'obligation : car il faut bien que nous soyons ensemble. Je me prends pourtant par moments à me dire que je serais finalement mieux affalé sur mon lit, plongé dans un livre. Les personnages de mes romans vivent toujours des situations improbables où l'amour est une bataille - bien pire que nos petites histoires de couples. Mais pourtant, eux semblent toujours trouver la solution à leurs problèmes, quand moi, je suis bien impuissant face  à cette situation qui nous paralyse depuis des mois.

Comment avancer si nous semblons nous ralentir mutuellement ? Et si j'ai horreur de penser ainsi, il est parfois difficile de faire autrement. Parce que voilà trop longtemps que ça dure, et que nous nous déchirons à la moindre aspérité sur le chemin. Pour un mot de travers, pour un soupir de trop, pour un message oublié ou une expression déplacée ; tant de braises d'apparence innocentes pour alimenter les incendies, le genre de flammes qui repartent malgré la quantité d'eau sous laquelle on tente de les noyer.

Mais on continue, pourtant. On continue ces gestes que je ne veux pas penser inutiles, malgré l'évidence de la situation. Un instant passé ensemble, une tentative de rebâtir un pont ébranlé par...je ne sais même pas, au final.

"Ok, cool. Ça sera bien."

Ou du moins, je l'espère. Y a-t-il encore moyen qu'une situation aussi innocente dégénère ? Si la réponse est positive, voilà qui me fait encore plus peur.

"Super ! Je pourrais tester sur moi-même mais. C'est moins drôle."

Et puis, je travaille toujours différemment sur les autres et sur moi-même. J'ai pourtant cette peur de déranger, celle qui n'existait pourtant pas, par le passé - peut-être car son enthousiasme à lui s'est étiolé.

Malgré tout, je lui souris. Peut-être un peu rasssuré par cette soudaine capacité à se mettre d'accord malgré tout, ne serait-ce que sur d'aussi petites choses - mais après tout, ne dit-on pas qu'il n'y a pas de petites victoires ? Il faut croire qu'on en est à ce point, désormais.

"Mon dos ?" Oubli momentané de mon excuse précédente. "Ah. Oui. Non, ça va pour l'instant. Ça va passer."

Je m'arrête un instant, pensif.

"Mais si on pouvait ne pas tarder ça m'arrangerait...ce n'est pas la joie non plus."

Un mélange de réalité et d'une envie de ne plus nous éterniser ici : mieux vaut ne pas tenter le diable et risquer une nouvelle dispute. Par moments, j'aimerais effacer les derniers mois, pour recommencer au jour où tout allait bien. Il faut croire que les mauvais jours commencent à éclipser les bons.

(c) SIAL pour LIGHTS, CAMERA, ACTION ; icon thinkky

staff
http://www.lights-camera-action.org/t16970-comme-des-garcons-eijihttp://www.lights-camera-action.org/t18608-sakai-eiji#248466http://www.lights-camera-action.org/t16973-sakai-eiji#236687http://www.lights-camera-action.org/t16972-sakoyaki_ej#236686
Song Min Woo
staff
staff
staff
Song Min Woo
staff
champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 62730b44bf4c48a502f2f61b991233b8898a41f0

champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837

Messages :
122

Age :
21 ans

occupation :
parolier, producteur, manager (stagiaire/junior) de divine [fanmeeting dispo = 4]

avatar :
yeo hwanwoong, oneus

crédits :
avatar : me'ow ; signature : sial

DC :
do min oh, jeong suhee, jung jiwon, kang jesse, kim kyung, liu taejoon, nam junsu, oh jaesun, shimizu ren

Points :
153


Jeu 16 Avr - 15:54


|
champ de blé aux corbeaux ;
eiji & minwoo


— Les cris et les pleurs. C’était de loin ce qui m’effrayait le plus, quand je songeais à notre situation. J’avais peur que l’on finisse par se déchirer pour des raisons que je ne pouvais expliquer, que je ne pouvais même pas comprendre. J’avais peur qu’il en soit fini de ces sorties, de ces soirées que l’on passait tous les deux, à prétendre que tout allait bien alors que nous nous enfoncions chaque jour un peu plus dans un abîme sans fond, qui risquait de nous engloutir définitivement. Je refusais de perdre tous ces instants, je voulais les garder gravés dans ma mémoire et dans mon cœur, qu’importe ce qui aurait pu arriver.

Et pourtant, j’étais là, à me poser des questions qui ne franchiraient certainement jamais la barrière de mes lèvres. La barrière de la peur qui me rongeait l’esprit un peu plus chaque jour.

C’était sans doute mieux comme ça. C’était plus facile. Ne pas parler, c’était éviter certains conflits. Éviter de dire à Eiji que je n’aimais pas la façon qu’il avait de me reprendre constamment, quand je faisais quelque chose qui lui déplaisait. Éviter de lui dire que certains jours, j’avais d’autres choses à faire que me laisser maquiller, depuis que j’avais intégré l’agence… Lui demander de faire un peu plus de choses avec moi, peut-être ? C’est tout juste si j’osais lui demander de m’aider à réviser mes textes, quand j’en recevais un nouveau…

Depuis quand en étions-nous réduit à ça ?

Je hochai la tête, mes pas me guidant plus que l’inverse alors que je gardais la main d’Eiji serrée dans la mienne. Il aurait fallu que j’arrête d’y penser, que je me concentre sur la conversation, au lieu de me perdre encore une fois dans les méandres de mes inquiétudes.

« Je pense aussi. »

Ne pas rompre le dialogue, garder en place ce qui existait encore. Espérer que ça suffirait pour tout arranger.

« Oui, puis je suis là alors autant en profiter. »

J’étais là aussi, d’habitude… Juste plus occupé, moins présent… J’en avais conscience, et pourtant, cela ne m’avait pas empêché de prononcer ces mots stupides. J’eus le réflexe de caresser le dos de sa main avec mon pouce, comme pour apaiser une potentielle colère que j’anticipais bien trop souvent.

« Hm. » Le but n’était quand même pas qu’il souffre inutilement. Son dos avait toujours été problématique, de toute façon. Je hochai la tête. « On va rentrer. Tu pourras te reposer. » Je reposai les yeux sur le chien qui trottinait à quelques mètres devant nous. « Simba, ici ! » L’animal leva le nez pour rebrousser chemin, nous rejoignant assez vite et je revins attacher la laisse à son collier en le gratifiant d’une gratouille derrière l’oreille. « T’es un bon garçon. » dis-je en lui donnant une des friandises que j’emportais toujours pour le féliciter, selon les conseils de l’école de dressage. Je me redressai ensuite, reprenant la main d’Eiji pour rebrousser chemin à notre tour.
(c) SIAL pour LIGHTS, CAMERA, ACTION ; icon thinkky



blank _ space

My heart is burnt into ash It aches so much All of the sad songs we listened to as we walked together I don’t want to listen anymore, it’s too hard (a song written easily - oneus)
staff
http://www.lights-camera-action.org/t16887-minwoo-no-more-dramahttp://www.lights-camera-action.org/t16907-song-min-woohttp://www.lights-camera-action.org/t16954-song-min-woo-bip-bip#236218http://www.lights-camera-action.org/t16953-nim-whx-minwoo#236216
Sakai Eiji
staff
staff
staff
Sakai Eiji
staff
champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3f2176c62a474b3203a5750a4719201b

champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837

Messages :
112

Age :
25 y.o (int.) ; 26 y.o (kr.) (230195)

groupe :
YOU KNEW I WAS WAITING FOR IT

rôle dans le groupe :
Groupe des Super Power Rangers jsp comment ça s'écrit

nom de scène :
Blue-Sakai : ça veut dire bleu-j'aifroid

occupation :
il sait pas trop ça varie entre danser sur heavy rotation et dormir

avatar :
sa majesté yuta (nct) (qui est surpris) (po moé) (je me doute nath) (je fais semblant si tu veux)

crédits :
meow la + mieux

DC :
rose's garden ((gabriel, yijun, hyunbin, eunwoo, hajoon, sunan, yue))

Points :
46


Jeu 16 Avr - 16:12


❝WHAT HAPPENS NEXT WHEN WE'RE ALL OUT OF BREATH TO BREATHE IN THIS MIRAGE? UNTIL I FALL APART, 'TIL DEATH DO US APART❞


— Où en sommes-nous si des moments aussi simples passés ensemble commence à bien trop s'apparenter à des exceptions ? Il me semble encore plus clair en cet instant qu'il y a, ici, un réel manque d'attention de l'un à l'autre. Dans les films, les séries, les personnages vont s'asseoir sur le canapé d'un thérapeute hors de prix pour lui raconter ce qui va de travers dans leur couple. Mais nous, nous sommes même incapable d'exprimer la possibilité d'un problème à voix haute - ou du moins, moi je le suis, peut-être lui est-il seulement aveugle à tout cela, et je ne sais pas ce qui est pire. Puis, comment parler d'un problème que je n'arrive même pas à discerner ?

J'aimerais dire à Minwoo qu'il me manque, malgré sa présence. Que je déteste l'impression que j'ai que lui n'a plus de temps pour moi, autant que cela m'agace qu'il me reprenne sur des erreurs dont j'ai conscience à l'instant même où elles quittent ma bouche. J'aimerais lui dire que je ne veux pas m'énerver si souvent, mais que parfois, j'ai l'impression qu'il fait vraiment tout pour - mais je ne lui dis rien, pourtant. Ouvrir la bouche, c'est s'exposer à tout faire basculer. Ce qui est hors de question : qu'est-ce que je ferais, après ? J'ai parfois l'impression que lui et moi nous fréquentons depuis tellement longtemps qu'il m'est impossible de m'imaginer sans lui. Qui d'autre, de toute façon ? Si elle n'est pas le seul facteur dans toutes mes hésitations, la solitude me manque si peu qu'elle me ferait presque peur.

Alors, il faut bien tenter d'apaiser les tensions, reconstruire ce qui a été déconstruit, raffermir les liens relâchés. Sans trop savoir comment, nous travaillons à l'aveugle sur un chantier de précision, mais prions tout de même pour la réussite de notre oeuvre.

"T'es quand même là, en général, juste - non, rien." La réflexion m'a échappée sans crier gare - c'est souvent ce qui arrive, avec moi. Il est là, oui. Simplement absent. Voilà bien ce qui m'épuise. Mais je renchérit, dans un effort de bonne volonté. Moi, je n'ai plus envie de m'énerver. "Mais oui, c'est vrai. J'ai envie d'en profiter."

Puis je souris, un peu puis un peu plus. Son pouce contre ma peau a quelque chose de bêtement rassurant, comme une vieille habitude qui vient me rappeler qu'elle est encore là, et que, quelque part sous les débris, les autres se cachent peut-être toujours.

"D'accord." Je me tait, un instant. Il est vrai que maintenant que j'y réfléchis, la tension dans mes épaules et mes lombaires s'accroît au fur et à mesure que nous marchons. "Merci."

Sans trop savoir pourquoi je le remercie, j'observe Simba qui court vers nous, plutôt fier de le voir obéir - il faut dire que je suis bien trop attaché à cette bestiole, et qu'un simple "wouf" suffit à me rendre tout sourire.

"Bien sûr que c'est un bon garçon. C'est le meilleur."

Très objectif, bien sûr - je laisse Minwoo récupérer ma main tandis que nous faisons volte-face, sourire un peu plus franc collé au visage.

"Tu pensais à un truc en particulier ? À manger, je veux dire."

Parce que je commence déjà à avoir un creux, mais que, si je suis honnête, je dois bien avouer que me laisser le choix à ce niveau revient facilement à tourner toujours entre les même quatre plats.

(c) SIAL pour LIGHTS, CAMERA, ACTION ; icon thinkky

staff
http://www.lights-camera-action.org/t16970-comme-des-garcons-eijihttp://www.lights-camera-action.org/t18608-sakai-eiji#248466http://www.lights-camera-action.org/t16973-sakai-eiji#236687http://www.lights-camera-action.org/t16972-sakoyaki_ej#236686
Song Min Woo
staff
staff
staff
Song Min Woo
staff
champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 62730b44bf4c48a502f2f61b991233b8898a41f0

champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837

Messages :
122

Age :
21 ans

occupation :
parolier, producteur, manager (stagiaire/junior) de divine [fanmeeting dispo = 4]

avatar :
yeo hwanwoong, oneus

crédits :
avatar : me'ow ; signature : sial

DC :
do min oh, jeong suhee, jung jiwon, kang jesse, kim kyung, liu taejoon, nam junsu, oh jaesun, shimizu ren

Points :
153


Jeu 16 Avr - 16:16


|
champ de blé aux corbeaux ;
eiji & minwoo


— J’aurais voulu avoir une télécommande géante et pouvoir appuyer sur le bouton d’avance rapide. Pouvoir passer rapidement toutes ces scènes de ménage ridicules qui ne menaient à rien, si ce n’était davantage de tensions entre nous. Et en même temps, je me détestais d’avoir ce genre de pensées. Avoir envie de mettre sur pause nos moments heureux, faire avance rapide sur les malheureux… N’était-ce pas cruel ? C’était comme vouloir me cacher de la réalité… N’était-ce pas ce que nous faisions, dans le fond ? À ne jamais parler, ne jamais rien dire… Je n’en avais pas le courage, même si je savais que cela aurait peut-être été mieux pour nous. Mettre des mots sur nos blessures, sur ce qui nous poussait à nous éloigner l’un de l’autre, un peu plus à chaque jour qui s’écoulait. Je refusais de condamner notre relation à une fin aussi lamentable que celle qui me traversait l’esprit à chaque fois que je me retrouvais dans ses bras, à repasser inlassablement le fil de nos journées en réalisant toujours plus à quel point nous ces disputes me devenaient insupportables.

Ce sont ces moments qui me faisaient rester autant qu’ils me faisaient craindre son départ prochain. Qu’aurais-je pu faire, si Eiji m’apprenait du jour au lendemain qu’il refusait de rester avec moi ? Que nous devions nous séparer ? J’avais construit ma vie autour de lui, autour de sa présence. Imaginer un espace vide à l’endroit où il se trouvait, c’était me planter une lame dans le cœur, si profondément que j’ignorais si j’aurais été capable de le supporter.

Et pourtant, que faisais-je pour nous aider ? Je pataugeais comme un enfant qui apprend à nager, incapable de trouver comment faire pour nous maintenir à la surface. Cette réalité me faisait encore plus de mal.

Ou plutôt, je faisais ce que je pouvais. Par exemple, pincer les lèvres en l’entendant mettre le doigt sur ce que j’imaginais précisément qu’il allait souligner, quand j’avais eu le malheur de lui répondre que j’étais là. Je n’avais pas le droit de m’énerver pour cela, et pourtant cette tendance à mettre en avant chacune de mes erreurs avait le don de m’agacer. Je refusais de provoquer une deuxième dispute aujourd’hui. La première m’avait amplement suffi. Je me contentai de sourire en hochant la tête. « Moi aussi. »

J’osais encore espérer que rentrer nous permettrait de nous sentir mieux, de nous libérer, en quelque sorte. C’était ridicule. J’en avais conscience. Ici ou à l’intérieur, qu’est-ce que cela changeait ? Nous étions toujours les mêmes, incapables de nous exprimer… Ou peut-être n’était-ce que mon problème ? J’étais incapable de savoir ce qu’il se tramait dans l’esprit d’Eiji, même si l’envie de le découvrir ne me manquait pas. D’ailleurs, je me surpris à sourire, moi aussi, en voyant son expression quand il se retourna après avoir parlé au chien. Au moins, il y arrivait encore, même si ce n’était pas pour moi.

Voilà que je m’étouffais encore dans le poison de mes songes.

« Un sukiyaki ? Ça te plairait ? Ou des takoyakis ? On n’en a plus mangé depuis longtemps… »

J’essayais encore, toujours, incapable de déterminer si le pas que je faisais n’allait pas me précipiter au fond d’un trou. Comme si je marchais à la surface d’un lac gelé, sans savoir quelle épaisseur avait la glace… J’en avais tellement peur.
(c) SIAL pour LIGHTS, CAMERA, ACTION ; icon thinkky



blank _ space

My heart is burnt into ash It aches so much All of the sad songs we listened to as we walked together I don’t want to listen anymore, it’s too hard (a song written easily - oneus)
staff
http://www.lights-camera-action.org/t16887-minwoo-no-more-dramahttp://www.lights-camera-action.org/t16907-song-min-woohttp://www.lights-camera-action.org/t16954-song-min-woo-bip-bip#236218http://www.lights-camera-action.org/t16953-nim-whx-minwoo#236216
Sakai Eiji
staff
staff
staff
Sakai Eiji
staff
champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3f2176c62a474b3203a5750a4719201b

champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837

Messages :
112

Age :
25 y.o (int.) ; 26 y.o (kr.) (230195)

groupe :
YOU KNEW I WAS WAITING FOR IT

rôle dans le groupe :
Groupe des Super Power Rangers jsp comment ça s'écrit

nom de scène :
Blue-Sakai : ça veut dire bleu-j'aifroid

occupation :
il sait pas trop ça varie entre danser sur heavy rotation et dormir

avatar :
sa majesté yuta (nct) (qui est surpris) (po moé) (je me doute nath) (je fais semblant si tu veux)

crédits :
meow la + mieux

DC :
rose's garden ((gabriel, yijun, hyunbin, eunwoo, hajoon, sunan, yue))

Points :
46


Jeu 16 Avr - 16:21


❝WHAT HAPPENS NEXT WHEN WE'RE ALL OUT OF BREATH TO BREATHE IN THIS MIRAGE? UNTIL I FALL APART, 'TIL DEATH DO US APART❞


— J'ai, parfois, des poussées de peurs soudaines et particulièrement frustrantes à propos de nos instants passés à deux. Est-ce que je l'ennuie ? Est-ce que tout ça est finalement devenu trop banal pour lui ? Minwoo appartient, désormais, à un monde qui pourrait avoir bien plus à lui offrir. Mais moi, je me compose de simplicité, et j'ai parfois peur que ce ne soit plus assez, qu'il se lasse de ces banals instants à mes côtés. Il y a quelque temps, j'aurais attendu avec hâte cette soirée en tête avec lui, la télé, et quelque chose à grignoter. Mais maintenant ? J'anticipe plus que je ne l'ai jamais fait, moi, amoureux de ma spontanéité, je vois venir et j'appréhende trop de scénarios où son ennui me frustrerait, ou le tout le lasserait. Tant de façon de tout faire foirer.

Pour autant, je ne sais que faire de plus : moi, je n'ai rien de plus à lui offrir que des petites choses, parce que je n'ai jamais prétendu avoir la grandeur d'idées de certains. Alors, j'ai peur de le voir partir sous l'ennui - son départ me tuerait, mais je me sens parfois obligé de l'envisager. Et si j'ai peut-être tout faux, c'est ainsi que mon esprit justifie cette fragilité qui nous entoure, désormais. Moi qui ai toujours détesté être enfermé, je me trouve, désormais, coincé dans une bulle de verre prête à éclater au moindre impact, me balayant au passage de ses débris émoussés.

Et si je me rends compte que me perdre ainsi dans mes idées venimeuses n'a rien de bon, il est parfois difficile de m'en extirper. Pour autant, je fais de mon mieux pour me recentrer sur lui - sur ce qui compte -, garder aux lèvres un sourire d'un coup plus discret, puis en tête un optimisme qui me ressemble mieux que ce flot de négativité.

"Oh ! Du sukiyaki ! Oui, tout ça me semble vraiment très bien."

Et voilà que je m'éclaire un peu plus. Celui qui a dit que le chemin jusqu'au coeur d'un homme passe par son estomac pensait sûrement à moi ; puis j'apprécie toujours l'attention, l'idée de me proposer tout ce qui vient de chez moi.

"Ça me ferait plaisir." Je me répète - tant pis. "Par contre, on a ce qu'il faut ? Sinon, on peut passer au magasin. Puis quitte à racheter des choses, on peut passer chercher un dessert..." Un instant. Une hésitation. "...quelque chose au chocolat."

Je lui souris. Parce que je sais que c'est ce qu'il préfère, et que j'aimerais réellement lui faire plaisir - tenter d'effacer quelque peu le désastre de cette promenade par une soirée peut-être un peu plus clémente, et, qui sait, passer un réel bon moment.

Ils me manquent, ces moments-là. Être avec lui sans constamment m'inquiéter ou m'agacer - rire sans me demander quand est-ce que mes rictus s'effaceront sous des soupirs. Minwoo ne va nulle part, mais il me manque, pourtant. C'est un peu fou, quand on y pense. Ça paraît presque surréel, voilà pourtant notre pauvre réalité, celle dont on essaie de sauver les meubles à coup de trompe-l'oeil éphémère. Mais moi, j'ai envie d'y croire, pourtant, de repousser ces fâcheuses idées tant que je peux encore les ignorer.

(c) SIAL pour LIGHTS, CAMERA, ACTION ; icon thinkky

staff
http://www.lights-camera-action.org/t16970-comme-des-garcons-eijihttp://www.lights-camera-action.org/t18608-sakai-eiji#248466http://www.lights-camera-action.org/t16973-sakai-eiji#236687http://www.lights-camera-action.org/t16972-sakoyaki_ej#236686
Song Min Woo
staff
staff
staff
Song Min Woo
staff
champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 62730b44bf4c48a502f2f61b991233b8898a41f0

champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837

Messages :
122

Age :
21 ans

occupation :
parolier, producteur, manager (stagiaire/junior) de divine [fanmeeting dispo = 4]

avatar :
yeo hwanwoong, oneus

crédits :
avatar : me'ow ; signature : sial

DC :
do min oh, jeong suhee, jung jiwon, kang jesse, kim kyung, liu taejoon, nam junsu, oh jaesun, shimizu ren

Points :
153


Jeu 16 Avr - 17:52


|
champ de blé aux corbeaux ;
eiji & minwoo


— Pourquoi fallait-il qu’à peine une conversation terminée, mon esprit reparte dans le grand-huit de mes pensées, comme s’il était irrémédiablement attiré par l’abîme que je m’efforçais de fuir ? Je ne pouvais plus m’entendre, coincé dans la cacophonie absurde que mon raisonnement biaisé s’entêtait à passer en boucle à chaque fois qu’il était question d’Eiji. À chaque fois qu’il était question de nous. Et plus j’essayais de la faire taire, plus ces voix criaient forts, plus ces instruments jouaient faux. Ne pouvais-je pas me contenter de rentrer, de me reposer et d’oublier tout ce qui nous causait du souci ? Nous aurions dû en être capables, nous aurions dû pouvoir faire table rase de toutes ces choses qui nous envenimait le quotidien, sans même que nous puissions comprendre pourquoi. Mais nous ne pouvions pas. Nous demeurions prisonniers de nous-mêmes et de notre vie de tous les jours.

Pourtant, quitter ce quotidien était profondément effrayant. Qu’allait-il nous arriver, si nous quittions cette petite vie pour en commencer une autre, ensemble ou séparés ? Je n’avais même pas envie d’envisager cette possibilité, je me contentais de la balancer dans un coin de mon esprit d’un revers de main, comme si une telle possibilité ne valait pas la peine d’être évoquée… Et j’y repensais ensuite comme à un nid d’angoisse où je n’avais pas envie de me retrouver enfermé. Qu’allait-il se passer, si Eiji décidait un jour que notre vie ensemble venait d’atteindre son point final ? J’en devenais fou. Me dire qu’un jour peut-être sa main ne rencontrerait plus la mienne, que nos regards ne se croiseraient plus au réveil. Des petites habitudes qui avaient déjà bien changé et que je craignais de voir disparaître. Mais pourquoi ? Comment ? Je l’ignorais et continuais à avancer, rendu aveugle par un épais brouillard.

Mais il ne fallait pas que je laisse ce brouillard m’aveugler dans la réalité également. Je pouvais peut-être encore faire quelque chose, sauver notre relation, sauver ce que nous avions bâti au cours de ces années… J’en avais l’espoir quand je le voyais approuver mes idées, comme ce choix de nourriture qui n’avait évidemment rien d’anodin. Sur tout ce temps, j’avais fini par connaître ses goûts, ses habitudes… Apprivoiser Eiji comme il m’avait apprivoisé, lui aussi, ou du moins le pensais-je alors. Je hochai la tête en un sourire plus franc, essayant d’éclipser cette dernière pensée.

« Je pense qu’il va falloir passer au magasin, notamment pour le bœuf et la sauce, sinon je crois qu’on est bons pour les légumes. »

J’eus un petit rire.

« Ça ne sera peut-être pas exactement comme les vraies, mais on fait avec ce qu’on a. »

Oui. On devait, comme pour tout, faire avec ce que nous avions.

« Mais je dis pas non à un dessert. » Les coins de mes lèvres se soulèvent un peu plus à sa proposition. « Tu sais comment me parler. Va pour faire ça. »

C’étaient ces moments qui me troublaient le plus. Ces moments où nous retrouvions quelques petites attentions, que nous les mettions en avant comme pour prouver à l’autre que nous l’aimions encore… Avait-on vraiment besoin d’insister sur ces choses ? N’étaient-elles plus naturelles ? Pourquoi ? J’étais incapable de le dire… S’était-il obligé de penser à moi parce que j’avais pensé à lui ? Il était grand temps que je cesse de réfléchir à tout cela, au risque d’en perdre définitivement l’esprit. J’aurais tellement aimé être avec lui sans me poser de questions. Être avec lui, tout simplement. Comme avant.

Nous fumes bientôt de retour en ville, et je reposai les yeux sur Eiji. « On dépose Simba à la maison et on va au magasin ? » Je n’avais pas envie de le forcer à y aller seul alors que j’étais celui qui avait proposé ce plat pour lequel nous n’avions pas tout le nécessaire…
(c) SIAL pour LIGHTS, CAMERA, ACTION ; icon thinkky



blank _ space

My heart is burnt into ash It aches so much All of the sad songs we listened to as we walked together I don’t want to listen anymore, it’s too hard (a song written easily - oneus)
staff
http://www.lights-camera-action.org/t16887-minwoo-no-more-dramahttp://www.lights-camera-action.org/t16907-song-min-woohttp://www.lights-camera-action.org/t16954-song-min-woo-bip-bip#236218http://www.lights-camera-action.org/t16953-nim-whx-minwoo#236216
Sakai Eiji
staff
staff
staff
Sakai Eiji
staff
champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3f2176c62a474b3203a5750a4719201b

champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837 champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji) - Page 2 3640798837

Messages :
112

Age :
25 y.o (int.) ; 26 y.o (kr.) (230195)

groupe :
YOU KNEW I WAS WAITING FOR IT

rôle dans le groupe :
Groupe des Super Power Rangers jsp comment ça s'écrit

nom de scène :
Blue-Sakai : ça veut dire bleu-j'aifroid

occupation :
il sait pas trop ça varie entre danser sur heavy rotation et dormir

avatar :
sa majesté yuta (nct) (qui est surpris) (po moé) (je me doute nath) (je fais semblant si tu veux)

crédits :
meow la + mieux

DC :
rose's garden ((gabriel, yijun, hyunbin, eunwoo, hajoon, sunan, yue))

Points :
46


Jeu 16 Avr - 18:00


❝WHAT HAPPENS NEXT WHEN WE'RE ALL OUT OF BREATH TO BREATHE IN THIS MIRAGE? UNTIL I FALL APART, 'TIL DEATH DO US APART❞


— Je me demande parfois si je ne fais pas tout de travers. Faut-il continuer à tenter de retrouver nos vieilles habitudes, ou les briser pour de nouvelles ? Est-il nostalgique comme je le suis, ou simplement lassé ? Un peu des deux, peut-être. Cette situation est tellement floue que je suis sans cesse perdu quant au comportement à adopter. Alors, je ne fais rien. Je ne fais rien et continue à cogiter en silence, observant, presque spectateur, les remous qui nous agitent depuis quelques mois.

Je pourrais ne plus y participer, et, si je ne sais pas les apaiser, choisir de les fuir pour ramener le calme - j'aurais bien trop de mal à m'y résoudre, pourtant. Dans cette vie, et ce pays qui n'est pas vraiment le mien, il est mon premier et plus ancien repère. Minwoo a fait partie de mon existence si longtemps, maintenant, que j'ai parfois l'impression de ne plus savoir avancer sans lui. Et si l'on semble stagner à deux, je préfère encore ça à l'idée de ne plus l'avoir près de moi : l'idée de notre fin me terrifie, sans que je ne sache comment la prévenir.

Je m'accroche à des petites choses, à des petits moments, des petites habitudes et tout ce qui peut sembler rassurant. Un instant ensemble, c'est toujours ça de pris, et si nous arrivons à nous entendre l'espace d'une soirée, alors, j'aurais l'impression quelque peu défaitiste d'avoir un peu gagné.

"Ok, super - et je suis sûr que ce sera quand même très bien."

Voilà un positivisme qui me ressemble déjà un peu plus - une réflexion que je me fais dans un nouveau sourire. Et lui, il rit - moi, j'ai toujours aimé son rire.

"Ah, je me doutais que tu dirais ça ! C'est que je te connais bien."

Et je ris un peu, accélérant le pas, soudainement pressé, plus enthousiaste que je ne l'aurais pensé. Peut-être mes élans seront-ils vite stoppés : qui sait quand une nouvelle dispute voudra éclater. Et cette anticipation constante des tensions me fatigue, parce que je voudrais juste profiter de sa présence. Alors je tente de chasser ces pensées. Elles sont tenaces.

(...)
De retour en ville, je m'attendais sûrement à aller seul jusqu'au magasin : voilà pourquoi je hausse un sourcil à la question de Minwoo.

"Oh, tu viens avec moi ?" Je ne sais pas pourquoi ça me surprend. Je ne veux pourtant pas m'en plaindre. "Enfin, moi ça me va, hein !"

Un peu précipité peut-être, je ne souhaites tout simplement pas qu'il pense que ça me dérange. Peut-être qu'avant, ça aurait été évident.

"Je crois que Simba sera bien content de rentrer."

Parce que monsieur a eu tout le loisir de se défouler, et que je crois bien qu'il commence à fatiguer.

(c) SIAL pour LIGHTS, CAMERA, ACTION ; icon thinkky

staff
http://www.lights-camera-action.org/t16970-comme-des-garcons-eijihttp://www.lights-camera-action.org/t18608-sakai-eiji#248466http://www.lights-camera-action.org/t16973-sakai-eiji#236687http://www.lights-camera-action.org/t16972-sakoyaki_ej#236686
Contenu sponsorisé
 
champ de blé aux corbeaux. (ft. eiji)
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lights, Camera, Action ! :: outside :: corée du sud