AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Lights, Camera, Action ! :: out of character :: rps

Toi, moi et les étoiles. #NAJIN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
Message
Ven 6 Mai - 3:12

Tu n’étais pas juste l’étoile de ma vie, tu étais la constellation entière.
Jin & Nahel
Soir de printemps, la brise du large soufflait à travers les mèches du garçon, couché sur la pelouse humide tandis que sa main, tendue vers le ciel se perdrait à travers l’immensité des astres qui brillaient.

Souvent pour se consoler sa mère lui conseillait de regarder les étoiles ou l'océan. « Ça guérissait » disait-elle. D'écouter l’accalmie des vagues, la quiétude de l'univers, le silence de la nuit. Il était vrai que cela avait pour miracle de le calmer, d'enlever ses angoisses passagères, mais la vérité demeurait. Il se sentait délaissé, oublié, étoile solitaire dont on avait oublié de lui donner un nom et dont personne n'avait fait l’effort de lui offrir un identité. Il demeurait inconnu de la scène s'imaginait bientôt oublié de tous, que ces huit années de souffrance iront voler en éclat, que son aspiration, aussi chimérique soit-elle ne le conduira qu'à la ruine.
Mais aujourd'hui encore, voulant oublier tout cela encore une fois, il travailla jusqu’à l'épuisement, jusqu’à qu'on le stoppe parce qu'il allait défaillir. Ainsi il avait essayé de répéter jusqu’à en perdre l'usage de ses jambes, chanter jusqu’à en perdre sa voix. Malheureusement, aussi pitoyable qu'il puisse être la vérité n'avait pas changé. Il était toujours aussi insignifiant et désormais frigorifié par ses inepties. Ses vêtements probablement trop légers pour la fraîcheur de la nuit, il ne semblait réaliser à quel point il était gelé, son corps encore trop fatigué par les entraînements de la journée ne pensant qu'à rêver sans remarquer ce qui l'entourait, ni même le regard tendre de son amie.

Nahel, ou intimement Nozomi, c'était sa précieuse étoile. Celle qui l'éclairait à travers la pénombre, celle qui trouvait toujours de la lumière dans les ténèbres. Il était connu pour broyer du noir, et elle seule était celle qui avait su l'apprivoiser et calmer ses sanglots. Elle était unique, précieuse pour lui, mais sûrement bien plus qu'il n'osait l'imaginer. Pourtant il ne voyait rien. Aveuglé par ses ambitions, bien trop préoccupé par sa potentielle carrière d’idole, même si parfois il se demande quelle était l'importance de Nozomi à son égard, pour lui ce sera toujours son amie et cela sans aucune ambiguïté. Ignorant, il n'avait jamais su voir ses gestes et son affection d'une autre manière, idiot, il l'avait toujours blessé sans le réaliser, sans craindre qu'un jour elle ne puisse disparaître. Bien trop formaté par la rigueur de son agence, il ne l'avait jamais vu comme femme.

Et pourtant, c'était son étoile à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Message
Dim 8 Mai - 23:42

Tu n’étais pas juste l’étoile de ma vie, tu étais la constellation entière.
Jin & Nahel
Échapper à la routine. Contrevenir aux règles, aux lignes directrices qu’ils se devaient de suivre. Juste une fois, pour passer du temps ensemble, pour relaxer. Pour se changer les idées et échapper à cette atmosphère parfois étouffante qu’était celle de l’agence. S’évader le temps d’une nuit.

La demoiselle cligne des yeux un moment, ses prunelles se fondant dans le noir éternel de la voûte céleste. Seule la lumière diffuse des étoiles était visible, perçant le ciel. Lentement, les yeux de la jeune femme se posèrent contre la main du jeune homme l’accompagnant, ce dernier semblant vouloir attraper les astres lumineux. Elle savait qu’il avait bossé comme un forcené, aujourd’hui. Comme tous les jours. Ce n’était pas nouveau. Elle savait qu’il était exténué, et elle se demandait même pourquoi il avait accepté de l’accompagner si tard alors qu’il rêvait probablement de rejoindre son lit. Elle lui était toutefois reconnaissante d’avoir accepté de l’accompagner dans sa petite escapade nocturne.

Lentement, la demoiselle laisse sa joue s’abattre contre la verdure parsemée de rosée, son regard tendre caressant le visage de son compagnon. Un peu plus tous les jours, elle se rend compte à quel point Jin Hwan – Elijah, plus intimement, lui est important. Elle le comprend, elle sait qu’il a besoin d’elle, mais c’est également le cas en sens inverse. Nozomi tend une main, ses longs doigts anguleux s’accrochant au poignet de son aîné. « Tu n’as pas froid, oppa? » Elle murmure, un souffle poussé contre l’épaule du garçon. Elle avait eu la brillante idée de traîner une veste avec elle, mais le jeune homme n’en avait pas fait de même. Suite à l’entraînement et aux vues de la température qui se rafraîchissait, c’était presque normal que le jeune homme puisse avoir froid. Elle se redresse sur l’un de ses coudes, replaçant quelques mèches qui lui barraient le front. « On peut rentrer, si tu veux. Tu dois être crevé, non..? » Elle en avait eu vent, oui. Les rumeurs courraient vite au sein de l’agence et elle avait su qu’on l’avait arrêté avant qu’il ne s’effondre. Égoïstement, elle était bien heureuse que quelqu’un soit arrivé à temps, puisqu’elle détestait savoir qu’il se mettait dans un tel état. Au même moment, elle pouvait parfaitement comprendre, pour être passé au même endroit à plusieurs reprises. Un léger sourire orne maintenant le visage de la demoiselle, couvant le jeune homme du regard. Si seulement il pouvait voir à quel point elle l’aimait.

Le monde est aveugle. Rares sont ceux qui voient.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Message
Lun 9 Mai - 4:30

Tu n’étais pas juste l’étoile de ma vie, tu étais la constellation entière.
Jin & Nahel
Le vent se baladant dans ses mèches, le dos engourdi par la fraîcheur et l'humidité de la pelouse, il s'était presque abandonné à la quiétude rédemptrice du sommeil.

Les yeux mi-clos, profitant de la douce caresse que pouvait lui offrir la brise nocturne, il émergea sa léthargie par le doux contact et l'attention que lui offrait son amie. La chaleur de son toucher à chaque seconde créait une réaction en chaîne, embrasant, réchauffant un peu plus son cœur de givre, tandis que sa voix pure et cristalline avait soigné ses plaies qui furent ouvertes à vif plus tôt dans la matinée. La vie était injuste et lui avait fait pleurer un torrent de larmes salées mais elle valait la peine d’être vécue tant qu'elle était à ses cotés. Elle était son pilier le plus sûr, celui sur lequel il pouvait se reposer, pleurer, se confier sans à craindre son jugement. Il soupira, se relevant lentement à l'aide de ses coudes tandis qu'il lui adressait un sourire brisé, qui se voulait à l'origine réconfortant. « Ouais j'ai froid, ouais j'suis fatigué. Mais je ne veux pas rentrer. » C'était presque trop flagrant, à l’œil nu on le voyait désormais légèrement trembler, et sa voix fébrile valait mieux que toutes les preuves pour montrer à quel point il était fatigué. Pourtant, il se contredisait lui-même en affirmant vouloir rester ici.  « Je suis bien ici. » Même si son corps le suppliait de capituler et de succomber au sommeil, lui se contentait encore une fois de jouer avec le feu. « Puis t'es là toi aussi » murmurait-il. Bien loin de l'idée de la faire rougir par ses multiples confessions, au contraire il affirmait toujours son attachement à elle d'une honnêteté fracassante et d'une innocence des plus pure. « Je n'veux pas rentrer,  parce que si j'le fais je ne vais pas tenir le coup, je vais encore une fois rompre, me briser et éclater en sanglot. Et je ne veux pas qu'ça arriv- » Triste ironie, à ces mêmes mots, il craqua. D'ordinaire il ne pleurait pas devant les autres, il ne cédait pas face à ses émotions, mais devant elle c'était différent, il capitulait avec bien trop d'aisance. C'était la catastrophe.

En un instant son calme qui semblait inébranlable se brisa, sa voix dérailla et l'instar d'un château de carte tout ce qu'il avait bâti s'effondra. De crainte de ne plus tenir le coup, d'un simple mouvement de main, faisant signe à son amie de ne pas s'inquiéter, il se recroquevilla légèrement tandis que son bras s'attelait à couvrir le visage du garçon. Précédemment occupé à chasser les comètes, il essayait en vain de chasser sa peine, honteux de se dévoiler dans un état aussi pitoyable devant son astre le plus précieux.

Dit-on que les étoiles n'ont leur vrai reflet qu'à travers les larmes.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Message
Lun 9 Mai - 14:50

Tu n’étais pas juste l’étoile de ma vie, tu étais la constellation entière.
Jin & Nahel
La voix de son ami est un bon indicateur à savoir qu’il est exténué. Elle est faible, prête à craquer alors qu’en temps normale, elle est puissante, douce à l’oreille. Un funambule en équilibre précaire au-dessus d’un ravin escarpé. C’est l’impression qu’il lui donnait. Ce petit sourire se voulant rassurant laissait passer toute la douleur qui l’habitait.

Et secrètement, ça la tuait.

La paume de Nahel passa du poignet du jeune homme à son bras, tentant de contrer l’effet du froid. La chair de poule perlait à vue d’œil sur l’épiderme de son compagnon. Il se contredisait, paroles lui arrachant un léger sourire. S’il tombait malade par sa faute, elle s’en voudrait. Elle baisse légèrement la tête, ses mèches tombant devant son visage, ses joues s’empourprant légèrement. « Je serai là à l’agence aussi. » Ses doigts se resserrent tendrement contre son bras, cherchant à le rassurer du mieux possible. « Je passerai la nuit avec toi s’il le faut… Je ne te laisserai pas seul, tu sais. » Mais même ses mots n’arrivèrent pas à retenir le barrage déjà affaibli. Les barrières cédèrent, les larmes se mirent à couler sur le faciès du jeune homme. Le cœur de la jeune femme se serra, partageant sa douleur en silence.

D’un geste lent, presque calculé, la jeune femme se redressa. Le voir dans cet état lui offrira toujours un pincement au cœur, peu importe l’âge ou la popularité qu’elle aurait. Eli était son ami le plus précieux et, dans ces instants, elle se sentait toujours un peu coupable de le laisser pleurer ainsi. Comme si elle avait mal fait son travail d’amie, de pilier, de confidente. Comme si elle avait failli à la tâche. La brune reprenait place aux côtés du garçon, passant ses bras à sa taille, son visage se glissant au creux de son cou, y déposant un léger baiser destiné à calmer son chagrin. Le temps arrangerait les choses. Une épaule sur laquelle pleurer, c’est ce dont il avait de besoin. L’une de ses mains se glissa contre son dos, s’activant de haut en bas, un mouvement se voulant rassurant. La jeune femme se pinça les lèvres, fermant les yeux, déglutissant au creux de son cou. Aussi longtemps que nécessaire, elle resterait ici sans broncher, immuable comme une statue de pierre.

Elle le suivrait toujours comme son ombre, s’assurerait qu’il serait toujours en sécurité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Message
Lun 9 Mai - 17:13

Tu n’étais pas juste l’étoile de ma vie, tu étais la constellation entière.
Jin & Nahel
Son palpitant malmené à force de trop de contenir et de garder la tête haute l'avait fait craquer avec honte devant-elle. Mais en même temps elle était la plus disposée à le calmer, à lui apporter le réconfort dont il avait besoin. Sa précieuse, la sienne, il tenait à elle comme Romeo tenait à Juliette mais jamais il ne prononcerait ces mots devant elle, trop craintif à l'idée d'affirmer sa dépendance. Son envie, son désir immature d'être le seul à vouloir avoir le droit à son réconfort, il continuait de tout renier. Parce qu'il ne comprenait lui-même ce qu'il ressentait et ni de quelle manière il devait qualifier tout cela. Car tel Icare il n'avait pas réalisé qu'il s'était brûlé les ailes. Au nom de sa passion, il avait laissé l'incendie se propager le réduire à sa simple condition de boite à musique. Vivant désormais pour cette seule raison, celle de chanter, il avait perdu une partie de lui-même ; une manière d'être humain : celle d'aimer.

Malgré les efforts de la jeune femme, ses sanglots surgissaient, brisant le râle du vent, confessant encore une fois à quel point le garçon avait l'âme brisé. Il n'avait pas besoin de lui expliquer son mal, elle-même le connaissait. Celui de ne pas se sentir à sa place, d'être un échec. Encore une fois et malgré ses performances en chant ou en danse on l'avait recalé. Encore une fois ses camarades partaient sans lui, encore une fois il était laissé de coté.

Elle lui offrait se qui ressemblait à un câlin, une étreinte pleine de tendresse mais aussi de culpabilité. Jin ne s'en rendait pas compte, mais ses actions n'arrangeaient pas leur relation. Parce qu'il pleurait trop facilement devant-elle, et au final leur relation était malgré la joie des moments partagés, entaché de tristesse. C'était égoïste, mais il n'y avait qu'elle qui pouvait soigner son mal et lorsqu'elle échouait, il se retrouvait comme aujourd'hui, perdu dans ses bras à pleurer sa longue agonie. « Nozomi.. » Après quelques minutes ou une éternité, la peine lui ayant fait perdre la notion du temps, son visage se releva lentement avant de se pencher sur le coté et malgré les sanglots et les larmes désormais incessantes il demanda tout en pointa du doigt le ciel « Un jour nous aussi on brillera pas vrai ? Ils ne vont pas nous abandonner hein ? » Il se contentait de parler de son chagrin sans se soucier des sentiments de celle qui patiemment lui avait tenu compagnie.

La musique était son oxygène mais il ne réalisait pas qu'il pourrait étouffer sans celle qui, cette nuit, soignait ses plaies.



Dernière édition par Seo Jin Hwan le Lun 9 Mai - 20:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Message
Lun 9 Mai - 17:58

Tu n’étais pas juste l’étoile de ma vie, tu étais la constellation entière.
Jin & Nahel
Pleurer. Pleurer à en perdre le souffle, à en perdre l’envie de vivre. Ça lui était arrivé maintes et maintes fois. Les premières années furent très certainement les pires. Être loin de la famille, c’était probablement le plus difficile. N’avoir aucun repère, personne à qui se confier. Se retrouver dans un environnement totalement différent, dans un pays dont la langue même lui était étrangère. Voir le succès sourire aux autres en restant toujours dans l’ombre, sans reconnaissante de qui que ce soit. C’est étouffant.

Le laisser pleurer. Attendre que le chagrin passe de lui-même. Se retenir, ne pas craquer à son tour. C’était si difficile de le voir dans un tel état. Elle le connaissait depuis longtemps, certes. Elle le comprenait mieux que personne. Mais elle ne pouvait comprendre exactement à quel point il était blessé. Il ne lui disait certainement pas tout ce qui se passait dans sa vie. Tout le monde a son petit jardin secret.

La demoiselle relève la tête à l’entente de son prénom. Il est le seul, ou presque, à l’utiliser et, chaque fois, ça lui fait chaud au cœur pour une raison qu’elle ignore encore. L’une de ses mains se relève, le bout de ses doigts parcourant les joues de son ami. « Eli.. » Son pouce glisse tendrement sous son œil, effaçant les larmes qui perlaient encore sur ses joues. Elle arrivait en général à calmer sa peine, à le ramener au calme, mais combien de temps cela prendrait-il? Son ami accumulait, accumulait, jusqu’à ce que tout éclate, jusqu’à ce qu’il atteigne un point de non-retour. « Personne ne nous abandonnera. » Ça, elle en était certaine. Jin Hwan avait bien plus de chance qu’elle de débuter, sachant que la majorité des trainee à la KG était des hommes. Il serait bien plus simple pour lui de se trouver un groupe, ou même de faire un solo. Du bout de l’index, Nahel lui releva lentement la tête, esquissant un léger sourire. Elle pointa ensuite une étoile dans le ciel, tout comme il venait de le faire, puis murmura. « Cette étoile, ce sera toi, un jour… » Celle qui brillait de mille feux, celle que tout le monde reconnaissait directement. On crierait son nom, on ne parlerait plus que de lui. Un jeune homme bourré de talent comme lui ne pouvait pas passer inaperçu. « À mes yeux, tu es parfait… » Sa main se rabaissa, tout comme son visage, son sourire s’attristant légèrement. Combien de fois devrait-elle le lui répéter avant qu’il ne s’ouvre les yeux?

Autant de fois que nécessaire pour qu’il se rende compte que, dans son cœur, il brille déjà autant qu’une constellation entière.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Message
Mar 10 Mai - 20:13

Tu n’étais pas juste l’étoile de ma vie, tu étais la constellation entière.
Jin & Nahel

Malgré l'affection que pouvait lui procurer sa jeune femme, malgré tout les moyens qu'elle pouvait utiliser pour essayer de le consoler, ce soir là les larmes débordaient au point qu'il ne pouvait plus les cacher. Il serrait les dents, et tentait tant bien que mal de calmer ses sanglots tant il était honteux de se montrer encore une fois dans une position aussi pitoyable devant son amie. C'était l'aîné, le garçon qui plus est, et pourtant, c'était le plus fragile des deux et le plus dépendant. C'était en grande partie grâce à elle qu'il tenait toujours le coup face à la pression, parce que comme ce soir elle allait l'apaiser, trouver les juste mots pour qu'il puisse à nouveau d'aller de l'avant. Elle lui séchait ses dernières larmes qui roulaient le long de sa joue, tandis que de sa voix angélique elle le rassurait une dernière fois.

Elle, contrairement à lui avait toujours su se montrer forte, à prendre sur elle-même et jamais une seule fois elle avait craqué devant lui. Tandis que le garçon de son coté, son cœur était aussi fragile qu'un verre. Parce qu'elle avait beau le recoller, soigner ses blessures et essuyer ses larmes salées, il y avait de plus en plus de fissures. Pour parer tout cela, il se montrait fort devant les autres, sévère, exigeant parce qu'il excellait en danse et en chant. Il s'était crée une nouvelle image, celle d'un garçon froid, responsable et doué d'un certain charisme. Mais tout cela était factice évidemment, et seule Nozomi était capable de mettre à jour la vérité.
C'était son miroir, son étoile, celle qui lui avait montré son véritable reflet, qui lui avait dévoilé à quel point il pouvait briller sans tout ces artifices. Mais aussi c'était sa meilleure amie, sa tendre confidente, mais ce qu'il n'avait jamais accepté, c'était ses sentiments à son égard, son subconscient refoulait à chaque rencontre un peu plus les sentiments amoureux que la jeune femme avait développé envers lui. Maladroit, il prenait pour de simples signes d'affection ses multiples confessions et signaux qu'elle lui envoyait.

« Tu sais, j'ai un ami avec qui je m'entraîne depuis tellement longtemps, peut-être sept ans ? Et il va prochainement débuter. Sans moi. » Après un instant de silence, il leva les yeux au ciel, empêchant que des larmes supplémentaires coulent, tandis qu'il avouait ce qui lui torturait l'esprit depuis peu. « ça me fait mal au cœur, j'ai l'impression que je vais exploser. Mais comme tout le monde me le dit, faut être patient, un jour je débuterai. » Un sourire amer mais l'expression ravivée, il s'inclina lentement sur le coté jusqu’à ce que sa tête atterrisse sur la cuisse de Nahel. « On brillera tout les deux hein ? » Il le souhaitait ardemment, autant il voulait percer dans le milieu, autant il voulait aussi rester à ses cotés pour toujours.
Désormais couché, il ferma les yeux en quête de rédemption tandis qu'il murmura, la voix désormais apaisée : « parce que toi aussi t'es parfaite ».

Âme flanchée, tragédie dans l'âme, il avait l'espoir et la romance dans le cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Message
Mar 10 Mai - 23:31

Tu n’étais pas juste l’étoile de ma vie, tu étais la constellation entière.
Jin & Nahel
Les dents de la jeune femme s’enfoncent lentement dans sa lèvre inférieure. Elle baisse les yeux pour se retrouver face au visage de son ami. Il semble être plus serein. Son chagrin donne l’impression que de longs sillons se sont formés sur son visage, lui donnant un air encore plus exténué que celui qu’il arborait précédemment. Même sous cet angle souvent peu flatteur, même après ces larmes de crocodile, Jin Hwan était d’une beauté sans pareille. Nahel avait toujours eu une certaine fascination pour ces traits qui lui semblaient être d’une ultime perfection. Sa mâchoire bien ciselée, ses yeux qui disparaissaient chaque fois que le garçon arborait un sourire. De simples détails qui auraient pu être anodins pour qui que ce soit mais qui, pour elle, en s’additionnant, faisaient flancher son cœur un peu plus. « Tu es le meilleur chanteur et le meilleur danseur que je connaisse. » Délicatement, la brunette glisse ses doigts dans les mèches de son ami, les caressant distraitement. Elle ne ment pas en prononçant ses mots, au contraire, ils coulent hors de ses lèvres avec toute la conviction du monde. « Nous aurons notre heure de gloire, ne t’en fais pas. » Elle affiche un sourire se voulant convaincant. Elle-même se demande parfois si ce sera vrai. Si elle pourra avoir son heure de gloire comme elle le prétend.

Nahel laisse le silence ambiant reprendre le contrôle, fermant les yeux à demi, sans cesser de farfouiller parmi les mèches du jeune homme maintenant allongé sur sa cuisse. Ses iris parcourent une nouvelle fois son visage, puis ce sont ses doigts qui s’y mettent de la partie. Avec la douceur d’une plume, son index glisse contre son front, contourne ses yeux pour ensuite dévaler l’arrête de son nez. Il bifurque contre sa joue, frôle ses lèvres puis atterrit contre son menton. La demoiselle se penche vers l’avant pour déposer ses lèvres contre son front. Elle reste ainsi un moment, les yeux clos, profitant de cette proximité si secrètement souhaitée, puis elle murmure. « Viens… Il se fait tard. » La raison reprenait le dessus. Il était nécessaire pour son ami de s’allonger autre part que sur l’herbe fraîche. Il avait besoin de se blottir sous une couette, de poser sa tête contre son oreiller et d’oublier tous ses tracas. Elle pouvait rester avec lui toute la nuit s’il le souhaitait, mais elle ne voulait pas qu’il tombe malade. Après s’être tué à la tâche et à traîner dehors par un temps pareil, les risques étaient présents. Ses doigts vinrent chercher ceux de son aîné, les entremêlant, ne se rendant toutefois pas au bout de sa pensée.

Elle reste assise, un faible sourire aux lèvres, se rendant compte à quel point la subtilité lui est inconnue.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Message
Mer 11 Mai - 2:49

Tu n’étais pas juste l’étoile de ma vie, tu étais la constellation entière.
Jin & Nahel

L'adulte au cœur d'enfant, désormais bien trop exténué s'allongea, tête sur la cuisse de son amie. Il recherchait un peu de repos, d'une mer d'huile après le déluge. Il respirait lourdement, tandis que peu à peu il se sentait partir vers le monde des songes. Si souvent il luttait pour trouver le sommeil, aux cotés de son amie tout semblait plus facile. Il soupira, et désormais il se moquait bien de tout ses maux et troubles, bien trop heureux durant l'instant présent, apaisé par la simple présence de son amie. Il tourna légèrement la tête, nuque contre sa cuisse lui permettant désormais de sentir son parfum ambré tandis qu'au dessus de ses yeux depuis un moment clos il aurait eu l'occasion de contempler toutes les étoiles du ciel resplendir. Mais malgré tout, du fond du cœur il pouvait en voir une, la plus brillante, celle qui était occupée à caresser ses cheveux et à lui donner mille et une attention.

Sentant le mouvement de ses fins doigts s'arrêter, le garçon réalisait enfin le temps qu'il s'était écoulé ; qu'il était tard, et petit à petit il sentit le vent nocturne venir lui agresser la peau. Il faisait froid. En effet, une fois que le rêve se finissait, la dure réalité revenait au galop. La raison frappa en premier la plus jeune qui dans un élan de conscience tenta de sortir de ses songes l'enfant blotti. Ses doigts s’entremêlèrent aux siens, cherchant à le relever. Mais le diablotin bien trop immature et égoïste rapprocha sa main de son visage et lui fit un dernier caprice. « Pas encore. » Il était trop bien. Et même s'il gelait et si demain il allait être malade comme un chien, il voulait encore profiter de quelque seconde tant ce moment pouvait être précieux à ses yeux. Au nom d'un amour inavoué, ou d'une amitié inestimable, il retint sa main contre son visage gelé encore quelques minutes de plus. Puis, lorsqu'il pensait avoir eu son compte il se releva d'un coup sec, gardant les doigts de son astre entre les siens.

Et comme s'ils venaient tout les deux d'émerger d'un mauvais rêve,
son expression se raviva en un instant et il murmura.
« Il se fait tard, rentrons. »


Parce que dans cette profonde obscurité, tu brilles avec éclats.

Revenir en haut Aller en bas

Toi, moi et les étoiles. #NAJIN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Price 1er pour le matchs des étoiles
» ciel d'étoiles
» Uckle a rejoint les étoiles
» marathon des étoiles
» Match des Étoiles de la AHL!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lights, Camera, Action ! :: out of character :: rps-