AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Lights, Camera, Action ! :: outside :: flashbacks

welcome, home.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Messages : 619
Age : vingt-huit ans.
nom de scène : K.
occupation : auteur & compo. (+ feat & recruteur à temps partiel, héh.)
avatar : shon minho.
DC : nam insu(lte), kang junho(e) & lee hyunki(ki).
Points : 215

wanderlust ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t1592-bae-khean#32687 http://www.lights-camera-action.org/t1629-bae-khean http://www.lights-camera-action.org/t1616-bae-khean http://www.lights-camera-action.org/t1606-bae-khean-69_7k1
Message
Mer 24 Aoû - 22:23

tenue

Pas, à pas. Mots, à mot. Ce regard. Disposé, à son encontre. Se voyait, empli de perplexité. Avais-je, grand diable. Usé, de mon esprit à l'encontre d'une telle décision ? Légèreté. Un changement. Résidant, présentement. En, ce quotidien. Quotidien. Qu'il me serait – tout, naturellement, permis de traverser. À, ses côtés. Cette simple et – unique, présence. Issue, de la gent féminine. Candide. Si, candide. À, mes yeux. Cependant. Peu, avenante. Diable. Que ces multiples cartons, semblaient lourds. Portés, à bout de bras. Ces étages furent gravis, uns, à un. En, mon antre personnel. Sa présence. Se laissait, ressentir. Prenant. Petit, à petit. Possession, de ces lieux. Lieux, auparavant forts silencieux. Dorénavant. Ponctué, de bien nombreux soupirs. Et, propos acerbes. Alors, détournés. À l'encontre, de bien multiples efforts physiques. Réalisés. Chevelure, disposée vers l'arrière de mon crâne. Cette bouteille, emplie de ce liquide incolore. Se glissant, au travers de ma cavité buccale. Je me désaltérais. Si, naïvement. Munis, de ce faible rictus. Je vins lui tendre, à son tour. Cette bouteille plastifiée. Prenant silencieusement, soin de sa personne. Telle, une infime figure amicale. Et, paternelle. Je désirais obtenir, les grâces de cette demoiselle. Quelle, que soit. La manière. « Tu, sais. Je peux continuer seul, si cela semble difficile pour toi. Après, tout. » Buste, heurté. Masculinité, démontrée. Tantôt, dérisoire. Tantôt, fort ridicule. Déglutissant, difficilement. Ce ricanement, parvint à se frayer un chemin. Au travers, de mes lippes. Propos, énoncés. Gênes, occasionnée. Intérieurement. Je me maudissais. Et, ce. À de bien multiples, reprises. Si, enfantin. Cette crédibilité. Réduite, à néant. À, ses yeux. Je ne semblais être, qu'un aspect. Une circonstance. Forts, désagréables. Cependant. Inutile. Me trompais-je ? Hésitant. Je vins, disposer l'une de mes mains, à l'encontre de sa chevelure. Ébouriffant, vulgairement. Celle-ci. Tactile ? Je semblais, bel – et bien, l'être. Depuis, de sombres années en arrière. Déjà. Osais-je, prendre ses aises. Et, ce naturel. À, ses côtés. « J'espère, que ça te plaira. Malgré tout. Si, tu veux jeter un coup d’œil. C'est à droite, en face de la salle de bains. Meubles. Et, strict minimum. Je te laisse maîtresse de cette pièce. Comme bon, te semble-t-il. » Cet antre. Serait, sienne. Dès, à présent. Décoration. Bibelots. Agencement. Qu'importe. Tant, que ces lieux. Semble, obtenir cette marque, que peut-être « sienne ». « Tu peux, déballer. Je peux, aller chercher ce qui reste. En bas. Et, fait attention à Mushu. Il n'est pas méchant, ne t'en fais pas. » Argumentais-je. Index pointé. À l'encontre de cette présence canine. Couchée. À l'instar de cette surface plane que représentais alors, le sol. Une douce salutation lui fut offerte, avant qu'il ne puisse m'être permis de vaquer à, ces occupations. Principales. En, l'instant présent.


À la lumière obscure, je te croise enfin. Mon dieu que tu es belle, toi la seule. Toi, l'ultime. Entre les hommes égalité, s'il te plait, prends ma main. Ne te fais plus attendre, il est temps de s'étreindre. Il est temps, de s'éteindre, une dernière cigarette.

l'éphémère, deviens.
éternité.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 236
Age : 17 ans
groupe : moonlight
rôle dans le groupe : lead vocal & composition
occupation : rookie
avatar : somi (ethereals)
DC : eunha; jisung; fangyin
Points : 73

wanderlust ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t1426-mee-yon-broken-baby http://www.lights-camera-action.org/t1593-mee-yon-dumb-dumb#32781 http://www.lights-camera-action.org/t1633-mee-yon-her-life#62422 http://www.lights-camera-action.org/t2142-nam-mee-yon-beep#43537 http://www.lights-camera-action.org/t2977-moonlight-wanderlust-ent
Message
Lun 29 Aoû - 21:36





welcome, home
luv luv.



tenue

Le déménagement. Pendant des jours elle y avait pensé, elle l'avait redouté. Avec mille et une questions dans son esprit. Comment cela se passerait-il ? Comment ce serait de vivre avec quelqu'un ? Comment se déroulerait ses jours ? Jusqu'à quel point sa vie allait-elle être bouleversée ? Mee Yon n'avait aucune réponse. Elle avait vécue seule depuis si longtemps qu'elle ne savait pas ce que c'était que de vivre aux côtés de quelqu'un. Sa mère était le plus souvent absente, depuis sa plus tendre enfance. Cette dernière avait passée davantage de temps dehors que dans la maison familiale, si on pouvait la nommer ainsi. Le foyer avait été un autre lieu de solitude immense. Son quotidien avait toujours été affreusement solitaire. Il allait changer, à présent. Elle le savait. Les cartons sur les bras, elle gravissait les dernières marches menant à l'appartement de Khean. Le sien aussi, à présent. Non ? Elle récupéra la bouteille qu'il lui tendit, dans un geste affreusement attentionné. Il faisait des efforts pour être présent, pour prendre une place auprès d'elle. Comme une figure paternelle. Mais elle n'en voulait pas, de cette présence. Même si elle en avait toujours horriblement manqué, elle n'avait rien demandé de tel. Comme la jeune fille avait soif, elle se désaltéra rapidement alors qu'il sembla s'inquiéter de sa force physique. Il pouvait monter les derniers cartons seul, en effet. Elle n'avait pas tant d'affaires après tout. « Ouais. C'est pas une mauvaise idée. » S'installer et prendre possession de ces lieux, complètement étrangers. Elle n'avait jamais voulu de tout ça. Vivre chez un inconnu qui s'accroche à vous protéger, à vous prendre sous son aile. Tout lui était inconnu. Cette situation, cette nouvelle vie. L'adolescente ne voulait pas le connaître, mais elle n'avait pas le choix. Sa main vint se déposer sur son crâne pour ébouriffer ses cheveux. Une grimace apparue sur ses traits, encore enfantins. Réellement, il semblait prendre très sérieusement son rôle de tuteur. Elle haussa les épaules, simplement, alors qu'il lui indiquait la pièce qui deviendrait sienne. Lentement, elle laissa son regard dévier vers l'animal en question, qu'il montrait du doigt. Il semblait adorable, allongé sur le sol les yeux tournés vers eux. « J'vais faire ça. En t'attendant. » Mee Yon aurait dû le remercier de prendre les dernières affaires, de l'accueillir ici. Le destin avait voulu que quelqu'un lui offre enfin toute l'attention qu'elle avait toujours espéré recevoir. Mais la jeune fille n'était clairement pas un cadeau puisqu'elle repoussait tout ça en bloc. Alors qu'elle laissait Khean prendre le reste des affaires, elle s'approcha de l'animal pour caresser doucement son crâne. « On va devoir s'habituer l'un à l'autre. C'est ça ? » Puis elle recula jusqu'aux cartons, déballant le premier pour prendre possession des lieux. Comme son tuteur le désirait. Le nécessaire se dressait dans la pièce. Lit, table de chevet, bureau, commode, armoire. Elle se demanda si tout se trouvait déjà là, ou s'il avait aménagé la pièce pour sa venue. Le premier carton contenait ses affaires scolaires, choses inutiles. Elles prirent place sur le bureau, rapidement. Le deuxième contenait des babioles. Choses accumulées au fil des années. Une ou deux peluches, sa console portable, des jeux. Son carnet de musique, chose sacrée. Ce dernier prit place sur la table de chevet alors même qu'elle vit Khean revenir. « Il reste plus grand chose à installer. J'aurai vite fini. » Ses vêtements. Quelques bouquins de sf. Pas beaucoup plus. Elle n'avait jamais eu besoin de plus. Si ce n'est de sa guitare et de son violon. Par malchance, ils avaient été offerts par son beau-père. Mais elle n'avait rien d'autre pour jouer. « C'est sympa, comme pièce. » Mee Yon était peu douée pour remercier les gens. Ces mots étaient sa manière de la faire. Elle espérait que Khean le comprenne. En réalité, elle lui devait beaucoup. Ce qui la bouffait, légèrement. La brune ne voulait être redevable envers personne, puisqu'elle ne l'avait jamais été. Une fois de plus, la vie en avait décidé autrement. Elle s'installa sur le lit, où avait déjà pris place ses deux peluches. « Puis tu pourra remercier Noma. C'est lui qui m'a poussée à venir. A vivre avec toi. » Noma, qui n'avait cessé de lui dire que la vie avec Khean serait bien meilleure que la vie en foyer. Il n'avait peut-être pas tord, mais tout restait à prouver. « Tu comptes prendre le rôle d'un père ? Parce que si c'est ton intention, j'te préviens : j'en ai jamais eu besoin. » Désagréable, la petite. Elle n'aimait pas l'intrusion de Khean dans sa vie. Mais pour faire partie de la Wanderlust, elle avait nécessairement besoin d'un tuteur. Elle ne comptait pas lui faciliter la tâche.


made by pandora.





Friends are a strange, volatile, contradictory, yet sticky phenomenon. They are made, crafted, shaped, molded, created by focused effort and intent. And yet, true friendship, once recognized, in its essence is effortless.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 619
Age : vingt-huit ans.
nom de scène : K.
occupation : auteur & compo. (+ feat & recruteur à temps partiel, héh.)
avatar : shon minho.
DC : nam insu(lte), kang junho(e) & lee hyunki(ki).
Points : 215

wanderlust ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t1592-bae-khean#32687 http://www.lights-camera-action.org/t1629-bae-khean http://www.lights-camera-action.org/t1616-bae-khean http://www.lights-camera-action.org/t1606-bae-khean-69_7k1
Message
Lun 5 Sep - 8:42










tenue

Mots, à mot. Pas, à pas. De multiples gestes, en vulgaires actions. Mon être, se mouvait alors. Aux côtés, d'un. Rythme. Quelque peu effréné. Il est vrai. De bien nombreux efforts physiques. Si voyaient, réalisés. Çà. Et, là. De, par. Et, d'autres. Cartons. Après, carton. Actes. Accomplis. Répétitivement. Simples. Et, tout à la fois. Intensément, accablants. Ces poids, supportés. Si, naïvement. À, la suite. D'insignifiantes paroles. Finalement, énoncées. Cependant. Emplis, de sincérité. Cette aide. Apportée. À, son encontre. Diable. Que cette présence enfantine. Parviendrait. Si, aisément. À disposer, de ces propos acerbes à mon égard. Infime, difficulté. Engendré. Ce ressentiment. Incompréhensif. Je ne semblais l'être, que. Bien davantage, encore. Cette adolescente. Cette sincérité. Cette franchise. Tantôt, agréable. Tantôt, surprenante. Sans, nom. C'est, finalement. Munis, de ce sourire. Faiblard. Que j'osais, me tenir. Là. À l'encontre, de ses rétines. Divagant. En, ces lieux. Cet antre, personnel. Considéré. Comme étant, sienne. Courbure dorsale, nichée à l'instar de l'un de ces murs. Blanchâtres. Adjacents. Bras, croisés. Lippes, mordillées. Regard, déserteur. Futile. En, soit. Néanmoins. Vif, de sujet. En, mon esprit. Sa voix, se laissait entendre. Ponctuée, de bien multiples silences. Lourds. Et, tout à la fois. Irritants. Ma conscience disposait de vulgaires coups, à l'encontre de ma personne. Tandis, que. J'osais. Enfin. Répliquer. Voix, fluette. Si, ridiculement. « Non, bien sûr, que non. » Ce questionnement. Rhétorique. Je me devais, de. Répliquer. Aussi ridicule, cela semblait-il être. « Je, te rassure. Je ne suis aucunement apte, à comprendre. Et, assumer un tel rôle. Au fond. Je serais simplement, cet être désagréable. Qui tentera, avec tant bien – que mal, de faire régner l'ordre. Mais, tu sais. Je n'ai jamais osé m'imaginer, plongé au travers d'une telle situation. Alors. » Épaules, haussées. Je poursuivais. Cet élan, verbal. Franc. Et, authentique. Je l'avouais. Non, sans mal. « J'espère simplement, que les règles de vie mises en place, pour moi. Comme, pour toi. Seront, convenables. Tu, sais. Je n'ai aucunement pris cette responsabilité dans l'optique, de t'ennuyer. Simplement, t'apporter une aide. » Qu'importe, la manière. Et, les moyens. Que, je me devais. D'employer. Certes. Cette décision. Pris, sur un léger coup de tête. Cet acharnement. Et, enfin. Cette acceptation. De bien multiples journées, passées. De bien multiples propos, énoncés. De bien multiples justifications, apportées. « Règle, numéro une : interdiction de sécher les cours, ou. L'emploi mis en place, par l'agence. Règle, numéro deux : interdiction, de rentrer à pas, d'heure. Respecter le couvre feu.Règle, numéro trois : je t'autorise à te goinfrer comme bon, te semble-t-il. En échange, de ton silence. Sur mes pannes, d'inspiration. Règle, numéro quatre : notre vie, privée. La tienne. Comme, la mienne. Persistera, en ces lieux. Motus. Et, bouche cousue. » Règles, dévoilées. Points, par point. Mes doigts furent, levés. Au fur. Et, à mesure. Poursuivant. « Règle, numéro six : je suis plutôt simple d'esprit. Et, peu responsable. Ces derniers, temps. Tu devras me pardonner, si j'oublie. Le linge. Les repas. Et, bien d'autres obligations. » Tout, naturellement. Quiconque, issu de la gent masculine, résidant seul. Ne possédant, que d'infimes obligations résidant en son antre. Que, diable. Ces parcelles vestimentaires jonchant. Çà. Et, là. Que, diable. Ces sources nourricières, peu convenables. Et autres, aspects. Peu, admissibles. Cette collocation, allait. Prendre. Petit, à petit. Place. « Dernière information. Et, peu moindre. Si, jamais. Une demoiselle passe le pas de cette porte, pour simplement mettre la main sur Mushu. Aucune inquiétude. La demoiselle, est particulière. Enfin. Aussitôt, passera-t-elle le pas de la porte. Aussitôt, comprendras-tu, où je veux en venir. Voilà. » Muet. Ce terrain, je ne m’immisçais au sein de celui-ci, que. Dérisoirement. Pour, bien. De sombres raisons. Raisons. Sujet, houleux. Disposé, à l'instar d'un silence. Incertain. Certes. Et, pourtant. Une demoiselle de son envergure ne possédait guère, le désir d'en connaître davantage. Me semblait-il.



À la lumière obscure, je te croise enfin. Mon dieu que tu es belle, toi la seule. Toi, l'ultime. Entre les hommes égalité, s'il te plait, prends ma main. Ne te fais plus attendre, il est temps de s'étreindre. Il est temps, de s'éteindre, une dernière cigarette.

l'éphémère, deviens.
éternité.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 236
Age : 17 ans
groupe : moonlight
rôle dans le groupe : lead vocal & composition
occupation : rookie
avatar : somi (ethereals)
DC : eunha; jisung; fangyin
Points : 73

wanderlust ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t1426-mee-yon-broken-baby http://www.lights-camera-action.org/t1593-mee-yon-dumb-dumb#32781 http://www.lights-camera-action.org/t1633-mee-yon-her-life#62422 http://www.lights-camera-action.org/t2142-nam-mee-yon-beep#43537 http://www.lights-camera-action.org/t2977-moonlight-wanderlust-ent
Message
Sam 5 Nov - 22:47





welcome, home
luv luv.



tenue

Non. Il ne voulait pas d’un tel rôle. Ce qui l’étonna. Khean semblait tellement vouloir se l’approprier. Mais ce n’était qu’une apparence. Que Mee Yon avait mal compris. Faut dire aussi, elle n’était pas habituée à avoir de nombreux contacts. Le relationnel, ça n’a jamais été son truc. Mais, elle resta sans mot. Elle qui avait toujours un truc à dire, ne savait même plus former une phrase. La brune l’écouta alors balancer son petit speech, comme quoi il n’avait rien prévu. Il voulait juste l’aider. Cohabiter avec elle. Alors vinrent rapidement les règles. Pas très nombreuses. Mais elle s’efforça de toutes les marquer dans son esprit. Comme on marque une pierre. Quelque chose qui reste. La trainee avait beau être mal polie et peu respectueuse des conventions, elle avait un minimum de savoir vivre. Malgré tout. Malgré son sale caractère. Malgré son sale comportement. Elle savait avoir de la reconnaissance. Et elle devait beaucoup à Khean. Bien trop, à son gout. Pour dire vrai, les deux première règles l’embêtait pas mal. C’était certain qu’elle respecte l’emploi du temps de l’agence. Celui du lycée bien moins. Comme le couvre feu. Elle, qui n’en avait jamais eu. Mais c’était ainsi. Elle n’avait plus réellement d’autres choix. La troisième, elle s’en fichait bien. De toute manière, elle mangeait presque pas. Mais Mee Yon redoutait justement qu’il la force à se nourrir plus. Ce qui allait arriver. Avec une évidence monstre. Quand à la dernière, elle s’en fichait un peu, pour dire vrai. Il faisait sa vie, elle la sienne. « J’ai capté. C’est bon. Et c’est pas négociable, je suppose ? » C’était une question totalement rhétorique. Bien sûr, aucun de ces points n’étaient négociables. Un long soupir franchit ses lèvres. Certains la dérangeaient vraiment beaucoup. Genre, le couvre feu. Depuis quand devait-elle rentrer à l’heure ? Elle ne compte plus le nombre de fois où elle avait fait le mur. Mee Yon s’extirpant du foyer pour retrouver Min Jun. En vérité, elle ne partait pas pour faire des conneries. Juste, pour pas être seule. La nuit, au moins. Mais entre Mushu et Khean, ça serait différent. Surement. L’adolescente écouta les autres mots, toujours plus étonnée. Elle n’allait pas questionner son tuteur sur la demoiselle. Du moins, si elle le faisait ce n’était que par étonnement et réaction à ses paroles. Au fond, elle s’en foutait bien de la vie de Khean. De ses problèmes. Pour le moment. La trainee allait s’attacher à lui, plus qu’à n’importe qui. Mais ça, elle l’ignorait encore. « C’est une genre de babysitter, pour chien ? Non. Probablement une ex. Enfin. J’men fou, c’est ta vie. » Elle haussa les épaules, comme pour appuyer son propos. « J’pense pas que tu veuille parler de ton passé ou qui elle est. Tu m’aurais dit son nom, autrement. Et, j’sais pas si je suis prête à écouter. » Mais elle ne savait pas non plus de quoi parler exactement avec Khean. De la pluie et du beau temps ? C’était peu probable. Il semblait solitaire, alors qu’elle était carrément asociale. Ils pouvaient cohabiter. Mais elle ne savait pas s’ils pourraient communiquer. Juste ça, simplement. Elle traversa la pièce pour se rendre dans d’autres, dans l’appartement. Elle ne connaissait rien. Encore. Rapidement, Mee Yon trouva la cuisine où elle se servit un verre d’eau. Puis, repensa à ses règles. Elle ne faisait pas attention à lui, mais savait qu’il ne devait pas être bien loin. « Si on veut cohabiter correctement, j’ai deux trois petits trucs, aussi, à te dire. » Elle le chercha du regard, jusqu’à le trouver. C’était à son tour de lever ses doigts, délivrant ses choses unes à unes. Ce n’étaient pas des règles. Elle n’avait rien à ordonner à son tuteur. Mais l’homme n’avait pas intérêt à l’emmerder sur ça, au risque qu’elle soit plus chieuse. Encore. Si cela est possible. « Un. M’emmerde pas si je mange pas. J’ai un petit appétit, tu sais. Deux. J’vais aller en cours, mais ça veut pas dire que j’aurai d’excellente notes. J’suis pas douée. Et j’préfère la musique. Trois. Si j’peux pas sortir comme j’veux, j’peux inviter des amis. T’façon je dois en avoir deux. A tout casser. » Min Jun et Ju Ri. Cette dernière poserait sans doutes moins de problèmes que le jeune homme. Parce que c’était une fille, évidemment. Mais Khean allait devoir comprendre une chose : Mee Yon est incapable de vivre sans Min Jun. Parce qu’il a toujours été sa seule famille. Aussi longtemps qu’elle s’en souvienne. « C’est ok ? » La brune n’espérait pas de réponse positive ou négative de sa part. Rien de tout ça. Seulement un accord entre les deux. Il avait posé ses règles. Elle espérait qu’il soit assez aimable pour respecter ces quelques trucs. Mais rien n’étaient moins sûr. Ancienne anorexique, nulle à l’école, inviter des personnes dans un appartement qui n’est pas le sien. Des choses pas forcément simples à accepter. Elle le savait. Mais Khean le devait, au risque qu’elle devienne encore plus casse pied.


made by pandora.






Friends are a strange, volatile, contradictory, yet sticky phenomenon. They are made, crafted, shaped, molded, created by focused effort and intent. And yet, true friendship, once recognized, in its essence is effortless.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 619
Age : vingt-huit ans.
nom de scène : K.
occupation : auteur & compo. (+ feat & recruteur à temps partiel, héh.)
avatar : shon minho.
DC : nam insu(lte), kang junho(e) & lee hyunki(ki).
Points : 215

wanderlust ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t1592-bae-khean#32687 http://www.lights-camera-action.org/t1629-bae-khean http://www.lights-camera-action.org/t1616-bae-khean http://www.lights-camera-action.org/t1606-bae-khean-69_7k1
Message
Lun 7 Nov - 10:11










tenue

Aussi, étrange. Cela, semblait-il, être. J'acceptais. Silencieusement. Les conditions, de la demoiselle. Un simple – et unique, échange. Verbal. Qui, démontrait. À, son tour. Des accords. Respect. Et, tout autre aspect d'une vie en communauté. Représentant, sa personne. Et, la mienne. Plusieurs points. Furent, alors. Remis, en question. Cependant. Je ne fléchissais, guère. Inscrivant. Noir. Sur blanc. Ces propos. Tel, un à l'encontre d'une feuille. Blanchâtre. Gribouillés, de tels propos. Mon esprit, se voyait. Si, naturellement. Imprégné. De, ceux-ci. Premièrement. Évincer l'idée, d'ennuyer la demoiselle. Deuxièmement. Ne guère, forcer celle-ci, à engloutir. Une forme astronomique. Nourricière. Troisièmement. Ses notes. Au creux, de l'aspect scolaire. Se verront, persister en une moyenne. Et, enfin. Quatrièmement. Accepter, de bien vulgaires présences amicales. En, cet antre. Il, est vrai. Mes sens visuels, furent. Un simple – et unique, instant. Réduits, à néant. Et, ce. Avant que je ne puisse me permettre de me glisser. À, ses côtés. « Parfois. Dans, des périodes de travail, je ne pourrais pas souvent. Être ici. Alors, qu'importent les présences que tu daignes, ramener ici. Je n'ai qu'une seule, et unique. Chose, à redire. Envers, cet aspect. Ma chambre. Est, un lieu privé. Interdiction d'y pénétrer en compagnie de qui, que ce soit. Après, je suppose que tu es une demoiselle dotée, d'une conscience. Mature. Et. De respect. Je laisse, entre tes mains. Ces lieux. Je n'ai aucune, objection. » Dès, lors. Ma présence, fut évincée. Un fragment, de secondes. Réduit. En, silence. Néanmoins. Porté, au travers de ces cliquetis. Répétitivement. Énoncés. Et, ce. Avant, que. Ce trousseau de clés, ne parvienne à s'échouer à l'encontre de cette surface plane, que représentait. Le bar. « Je te fais confiance. » Ces clés. Cet acte. Marquant. Tout, naturellement. Ce nouveau, départ. Aussi bien, pour la jeune demoiselle. Que, pour ma personne. « Et, pour les négociations du couvre-feu. Je pense, que. On pourra en reparler, lorsque tu auras dix-huit, ans. J'aimerais éviter, de me retrouver sous les barreaux, par simple idée. De ne pas avoir veillé, sur toi. Tardivement. En, tant que tuteur. Responsable. De tes faits, et gestes. » Poursuivais-je. Un faible, rictus. Scotché, à l'encontre de mes lippes. Aussi étrange, cela. Pouvait-il être. Je ne semblais guère, accepter. Cette idée. Aussi ridicule, cela. Pourrais-je, le paraître. En, de telles conditions. Je ne désirais, aucunement. « Essayer ». Par, pur. Plaisir. Ou, simple. Curiosité. Jamais. Ô, grand. Jamais. « Et, au fait. » Argumentais-je, finalement. Index, dressé. Vers, le ciel. « Mon numéro de téléphone, personnel. » Aussitôt, dit. Aussitôt, fait. Inscrit. À l'intention, de cette vulgaire. Page, blanchâtre. Déchirée. Se trouvait. Ce numéro de téléphone. Utiliser. De manière, fort dérisoire. Et, pourtant. « Et, en ce qui concerne ma vie privée. Qui sait, un jour. Peut-être, rentrerais-je, bien trop éméché. Et, te dévoilera toutes ces futilités, sur un plateau d'argent. En, attendant. Je laisse, ton imagination. Se mêler, de cet aspect. Si le cœur, t'en dit. » Haussement, d'épaule. Soldé. D'un mouvement. Chassant. Ces idées. Je vins, à mon tour. Extirper un breuvage, de ce réfrigérateur. Fruits, pressés. Qui parviendraient. À, rassembler. Ces dernières forces. Nécessaires. « Si jamais, tu as besoin de quoi. Que, ce soi. Si jamais, il manque. Quelque chose. N'hésite pas. » Poursuivais-je. Dans un premier temps, l'emménagement. Dans un deuxième temps, s'approprier le lieu. En, question. Et, enfin. Dans, un troisième temps. Se sentir. Comme, chez soi. Au fil, des jours. Des, mois. Et, des années. Qu'importe. Somme monétaire, mise en avant. Je ne manquais, guère. De parvenir à m'offrir, ce dont. Je désirais. Sens visuels, réduits à néants. À l'encontre, du coût. Que cela, engendrait. Une vie. Dédiée, à cet aspect. Que pouvait être, le professionnel. C'est, à présent. En, une tout autre optique. Que, je désirais. Poursuivre. Certes. En profiter. Comme, autrui. En faire profiter. Comme, autrui. N'était-ce pas, davantage. Convenable ?




À la lumière obscure, je te croise enfin. Mon dieu que tu es belle, toi la seule. Toi, l'ultime. Entre les hommes égalité, s'il te plait, prends ma main. Ne te fais plus attendre, il est temps de s'étreindre. Il est temps, de s'éteindre, une dernière cigarette.

l'éphémère, deviens.
éternité.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 236
Age : 17 ans
groupe : moonlight
rôle dans le groupe : lead vocal & composition
occupation : rookie
avatar : somi (ethereals)
DC : eunha; jisung; fangyin
Points : 73

wanderlust ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t1426-mee-yon-broken-baby http://www.lights-camera-action.org/t1593-mee-yon-dumb-dumb#32781 http://www.lights-camera-action.org/t1633-mee-yon-her-life#62422 http://www.lights-camera-action.org/t2142-nam-mee-yon-beep#43537 http://www.lights-camera-action.org/t2977-moonlight-wanderlust-ent
Message
Jeu 10 Nov - 11:41





welcome, home
luv luv.



tenue

Au moins, l'adolescente pourrait tirer ses deux meilleurs amis jusque là. Ils resteraient dans sa chambre, c'était évident. Peut-être qu'ils se rendraient à la cuisine pour manger ou boire. Mais rien de plus. Aussi, elle hocha la tête quand Khean interdit l'accès à la chambre. Cela lui semblait logique, honnête. Elle-même n'aimerais pas qu'il s'approche trop de ses affaires. Il avait beau être devenu son tuteur, ils devaient garder une certaine intimité. Un genre de jardin secret. C'est étrange de voir à quel point ces deux personnes pouvaient être semblables, par leur bonté profonde et leur air glacial apparent. Ils allaient devoir apprendre à vivre ensemble, s'apprivoiser l'un l'autre. Cette situation était étrange, aussi bien pour l'un que pour l'autre. Il prenait sous son aile une adolescente pas simple, en devenant responsable car non majeure. Tandis qu'elle devait apprendre à suivre les règles d'une figure bienveillante, qui se voulait conseillère. Quelques bruits dans ce silence. Il posa un trousseau de clés sur le bar. Khean avait confiance en Mee Yon. Ce qui laissa un rictus souriant sur son visage. C'était le mieux qu'elle pouvait lui offrir, comme sourire. Mais la brune lui souriait, ce qui en soit était déjà une grande avancée. « Merci. T'sais j'ai confiance en toi aussi. » C'était inutile, idiot. Il n'avait rien attendu en retour. Mais comme toujours, les mots dévalaient ses lèvres avant de se former correctement dans son esprit. Aussi, il lui paru essentiel de lui dire qu'elle aussi avait confiance. Malgré sa colère. Malgré sa gène. Malgré tout. Sinon, elle ne se tiendrait pas ici. Mais entre ses paroles et son comportement, elle avait conscience de ne pas renvoyer cette image. L'homme allait devoir apprendre à gagner le cœur de la petite, tout comme elle allait devoir apprendre à vivre à ses côtés. Efforts. Concessions. Des mots qu'elle ne connaît pas et applique si peu. En revanche, le point du couvre-feu n'était pas négociable. Pas avant sa majorité, du moins. Soit, en fin d'année. En toute fin d'année. C'était donc une obligation, à laquelle elle n'échapperait pas. Un grand soupir franchit ses lèvres. La suite se porta sur son numéro de téléphone, qu'il lui donna ; puis sa vie qu'il ne voulait lui révéler. Un simple haussement d'épaules accompagna ses paroles : « C'est pas à moi de t’interroger sur ça. Comme j'avais pas forcément envie de te raconter ma vie. Je comprends. Tu sais. Mais ouais, un jour, peut-être, je saurai. » En devenant son tuteur, il avait été obligé d'être mis dans la confidence. Les problèmes familiaux de la jeune fille. Son retrait à sa mère. Le procès de son beau-père. Il ignorait peu de choses. Khean était même dans la confidence pour son passé d'anorexique, le besoin de vérifier qu'elle mangeait bien. Mais elle n'était pas idiote. Elle se nourrissait, pour vivre. Mais il ne comptait pas l'emmerder là-dessus, heureusement. Min Jun le faisait bien assez. « J’hésiterai pas. J'te promet. Tu sera en numéro prioritaire. Comme ça ! » Elle venait d'entrer son numéro et tendit le téléphone pour le lui montrer. Les choses essentielles venaient juste d'être réglés. Les choses à respecter, les affaires installées, les clés données. La trainee resta un long instant silencieuse. Ils n'avaient rien en commun, hormis certaines parties de leurs caractères. Elle ne savait pas exactement de quoi parler. De l'agence qu'il l'avait presque forcée à rejoindre, ne voulant pas perdre ce talent ? De son rôle de tuteur auquel elle avait des difficultés à se faire ? Elle n'en savait rien, si bien qu'elle proposa un truc complètement con : « Tu veux faire un truc ? De quoi s'occuper le reste de la journée. J'sais pas. Jouer, manger un morceau. S'occuper. » Passer du temps ensemble pour débloquer le truc. Faire un déclic chez Mee Yon qui la pousserait à s'ouvrir à lui. A parler, tout simplement. Comme elle parle aux très peu de personnes qui lui sont proches. Mais avec deux renfermés, ça risquait d'être difficile. D'ordinaire, elle n'aurait jamais mangé avec quelqu'un. Mais cela était différent. Parce qu'il ne l'embêterait pas. Nouveau haussement d'épaules. « Enfin. Si t'as rien d'autre à faire. » Peut-être que son emploi du temps était chargé. Qu'en savait-elle, après tout ?


made by pandora.





Friends are a strange, volatile, contradictory, yet sticky phenomenon. They are made, crafted, shaped, molded, created by focused effort and intent. And yet, true friendship, once recognized, in its essence is effortless.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 619
Age : vingt-huit ans.
nom de scène : K.
occupation : auteur & compo. (+ feat & recruteur à temps partiel, héh.)
avatar : shon minho.
DC : nam insu(lte), kang junho(e) & lee hyunki(ki).
Points : 215

wanderlust ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t1592-bae-khean#32687 http://www.lights-camera-action.org/t1629-bae-khean http://www.lights-camera-action.org/t1616-bae-khean http://www.lights-camera-action.org/t1606-bae-khean-69_7k1
Message
Dim 13 Nov - 6:37










tenue

Confiance. La, confiance. Ce simple – et unique, mot. Résidant. Aux creux, des lippes de la demoiselle. Signifiait. Bien, davantage. Que de bien vulgaires propos, dévoilés. Çà. Et, là. Si, futilement. Je ne désirais. Que, naïvement. Obtenir. Cette, confiance. Aussi ridicule, cela. Semblait-il, être. En mon esprit. Cela. Ne l'étais, que. Important. En, son simple. Sens. Ce rictus. Disposé. À l'encontre, de mes lippes. Se laissait offrir, à. La vue de tous. Si, naturellement. J'osais. Apprécier. Sans, la moindre once, de gêne. Résidant, en. Mon esprit. La présence, de la demoiselle. Dès, lors. Considérée, comme. L'enfant, dont. Je me devrais, de. Maintenir, aux creux de mon antre personnel. Et, de cet univers. Tantôt, convenable. Tantôt, fort étrange. L'aidant. La soutenant. Silencieusement. Et, affectivement. En secret. Et, ouvertement. Qu'importe. C'est, à l'instar. De telles idées, qu'il me serait permis. De poursuivre. À, ses côtés. Une main. Tendue. Une aide. Apportée. Ainsi. Semblait se créer. Ce destin. Commun. Entre, deux âmes. Forts distincts. Cependant. Similaires. Cette aura. Noirâtre. Persistant. Tout, juste. Au-dessus, de nos êtres. Un fait. Indéniable. Ce passé. Lourdement, juché. À l'intention, de nos cambrures dorsales. Heurtant, notre échine. Jours. Après, jour. Je ne connaissais, que. Bien davantage. Celui, de la jeune femme. Ces faits. Ayant, permis. De devenir. Ce qu'elle était, dès. À présent. Indéniables. Douloureux. Indéniablement. Un aspect. De, sa personnalité. Désagréable. Dans, un premier temps. Néanmoins. Je ne désirais, aucunement. Stagner. En, cette idée. Je désirais. Creusant. En connaître, bien davantage. En découvrir, bien davantage. Cette curiosité. Piquée, à vif. Titillée. Taquinée. « Numéro prioritaire. » Un faible, murmure. Formant. Ces mots. Était-ce, la... « Première fois. » Touché. Ce muscle, rougeâtre. Heurtant, alors. Ma cage thoracique. Se retrouvait, à son tour. Taquiné. De par, les agissements. De la demoiselle. Commun. Pouvait-être, cet acte. Il n'en était, néanmoins. Pas moins. Touchant. Sensible ? Je ne l'étais, que. Bien ridiculement. À l'encontre, de certaines futilités. En soi. Cette nature. Étrange. Et, désabusée. Dont, j'osais. Faire par. Que diable. Me jouait-il, des tours. « Bien. Puisque tu viens de me faire, un tel cadeau. Laisse-moi, te montrer un petit... Quelque, chose. » Un signe. Un geste, de. La main. Incitant, la jeune femme. À poursuivre. À, mes côtés. Pièces. Traversées. Antre davantage, personnel. Pénétrée. Et, enfin. Cette porte, auparavant close. Se laissait, découvrir. Aux yeux, de la jeune femme. Cette pièce, qui. N'avait. Dès, lors. Était, pénétrée que, de par. Cette toute, autre. Jeune femme. Dorénavant. Délaissée. J'osais, omettre cette idée. En mon esprit. Évinçant. Celle-ci. Dévoilant. Un lieu. Quelque, peu. Dérangé. Des vulgaires pages blanchâtres, disposées. Çà. Et, là. Des parcelles vestimentaires. Jonchée, à l'instar de cette surface plane. Que, représentait. Le sol. Et, enfin. Ce bureau. Entouré, de bien vulgaires objets, issus des nouvelles technologies. « Studio, personnel. Il est plutôt récent, j'ai investi, dedans. Sur un coup, de tête. Je me suis dit, qu'au final. Il me serait utile. Même si, celui au sein de l'agence est bien plus... Compétent. Parfois. Rester, ici. Ce n'est pas si, mauvais. » Argumentais-je, finalement. Prenant, tout naturellement. Place. Face, à cet écran. Fort, imposant. Heurtant. Si, vulgairement mes sens, visuels. Un tabouret. Extirpé. Une place, dévoilée. Et, tapotée. « Je suppose, que. Je devrais peut-être te montrer, de quoi. Je suis capable. Histoire de, monter dans ton estime. » Une intime, taquinerie. Soldée. D'une mélodie. Qui se laissait, entendre. Un essai. Des notes. Disposées. Les unes, aux côtés. Des autres. Formant, alors. Ce projet. Des projets ? Je n'en possédais, que. Bien de multiples. Néanmoins. Celui-ci, paraissait. Être. Le plus, récent. « Voilà. Je suppose, que. C'est ce dont. Je suis capable, ces derniers temps. » Suffisant ? Je doutais. Je redoutais. « Je suis plutôt curieux, de voir. Si tu sais manier, ce bazar, aussi bien, que. Ta guitare. » Dualité. Je désirais, tester la jeune femme. L'apprivoiser. Et, tout à la fois. Accroître. Ses, capacités. Talentueuses. De surprises. En, surprise. Je serais. Très certainement. Porté. « Si tu veux manger, quelque chose. J'ai souvent pris la mauvaise habitude, de commander ces derniers temps. Alors, il suffit uniquement de claquer des doigts. Me dévoiler tes désirs. Et, en un clin d’œil. Ce sera, là. » Je me laissais. Aller. Tel, un jeune homme. Célibataire. Ne fixant, qu'un seul et unique objectif : son côté, professionnel. Délaissant. Cette vie. Personnelle. Et, sentimentale. Aux périls, de bien vulgaires retours. À, la réalité. Forts. Déplaisants. Cela, débuterait, alors. À l'instar, de ce reflet. Dévoilé, à l'encontre d'un miroir. Miroir, que. Je n'avais aucunement frôlé, du regard. Ces derniers, temps.




À la lumière obscure, je te croise enfin. Mon dieu que tu es belle, toi la seule. Toi, l'ultime. Entre les hommes égalité, s'il te plait, prends ma main. Ne te fais plus attendre, il est temps de s'étreindre. Il est temps, de s'éteindre, une dernière cigarette.

l'éphémère, deviens.
éternité.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 236
Age : 17 ans
groupe : moonlight
rôle dans le groupe : lead vocal & composition
occupation : rookie
avatar : somi (ethereals)
DC : eunha; jisung; fangyin
Points : 73

wanderlust ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t1426-mee-yon-broken-baby http://www.lights-camera-action.org/t1593-mee-yon-dumb-dumb#32781 http://www.lights-camera-action.org/t1633-mee-yon-her-life#62422 http://www.lights-camera-action.org/t2142-nam-mee-yon-beep#43537 http://www.lights-camera-action.org/t2977-moonlight-wanderlust-ent
Message
Sam 19 Nov - 18:18





welcome, home
luv luv.



tenue

Des idiots. La jeune fille se demanda un instant comment allait se passer leur cohabitation. L'un comme l'autre ne semblaient pas très enclins à discuter de leurs vies. Khean en connaissait beaucoup sur elle, grâce à son aspect tuteur. Mais elle, que connaissait-elle de lui ? Réellement, pas grand chose. Hormis sa place à la wanderlust. Mais si la justice avait décidé de la mettre sous sa tutelle, c'est qu'il n'était pas un mauvais gars. Certaines personnes auraient été curieuse d'en apprendre plus, mais Mee Yon s'en foutait complètement. S'il tenait à lui parler, il le ferait. S'il n'y tenait pas, cela revenait au même. La vie de son tuteur ne la regardait pas. Du moins, pas vraiment. Elle haussa les sourcils alors qu'il fut touché d'être mis en numéro prioritaire. En vérité, c'était plus pour l'aspect pratique de la chose que par quelconque attachement. Qu'elle n'éprouvait pas encore à son égard. Et aussi pour qu'il soit rassuré et lui foute la paix. Cela avait fonctionné, d'une certaine manière. En ce qui concernait ses libertés. Et lorsqu'elle lui proposa de passer un moment ensemble, peut-être plus par politesse que par envie, il l'emmena au travers de son entre pour pousser une porte. Il prit place face à un écran, tapota le tabouret près de lui. L'adolescente s'exécuta, observant avec grand intérêt l'homme à ses côtés. Khean lui fit écouter une musique, une composition de sa part. Elle resta silencieuse, imprimant chaque seconde dans son crâne. Ses yeux ne quittaient pas l'écran. Il était doué. Très doué. Elle ne l'avait jamais écouté, alors que lui l'avait entendu jouer de célèbres morceaux. Il attira son regard en désignant tout l'attirail. « Vraiment, j'y connais rien là-dedans. Enfin, je sais juste pincer et gratter des cordes. Le reste, c'est inconnu. Faut pas m'en demander tant. » Dans les rues, elle jouait de la guitare. Mais peu savaient que son instruments de prédilection était le violon. Et qu'elle savait tout autant manier le piano. Trois instruments, trois choses qu'elle maîtrisait. Le reste, c'était totalement inconnu. Elle n'était pas même certaine de savoir correctement maîtriser sa voix. Un haussement d'épaules vint appuyer ses propos. « Mais j'peux apprendre. Vraiment. Tu sais, à composer avec ça. J'pense que ça peut pas être plus compliqué qu'avec des instruments. » Ses compositions, elle les gardaient dans son esprit. Parfois, dans un carnet, lorsqu'elles n'étaient pas terminés. Au moins, en cet instant, il ne parlaient plus de leurs vies personnelles. Ce qui arrangeait pas mal l'adolescente. Elle restait muette face à l'écran un long moment, ne sachant quoi faire. Sur quel truc devait-elle appuyer exactement ? Comment devait-elle débuter ? « Tu vis donc de commandes. Je pense que ça explique beaucoup. Mais ça me va. » Ce qui expliquait le frigo presque vide. Elle n'osait pas même imaginer l'état des placards. La jeune fille posa son regard sur Khean, commençant alors à fredonner un doux air. Quelque chose de plutôt calme et lent, presque relaxant. « T'arriverais à mettre cet air là-dessus ? Dans un ton assez paisible, genre traditionnel. Avec une ou deux touche de moderne au refrain. Genre inattendu. » C'était quelque chose qu'elle avait composé au violon. Ce qui offrait plus de tradition que les autres instruments. Elle enchaîna: « Pour ce soir, des nouilles et du poulet au caramel ça m'irait. Enfin, si ça te va. » Elle ne comptait pas profiter de son hospitalité. Mee Yon n'avait jamais rien demandé. Cette situation lui était tombée dessus, littéralement. Sans qu'elle puisse y faire grand chose. Mais ce genre de repas serait certainement meilleur que la bouffe de la cantine, au foyer. Peut-être même qu'à force, il allait réussir à lui faire prendre à nouveau gout à la nourriture et lui faire retrouver l'appétit. Mais ça, c'était pas encore gagné. Du moment qu'elle réussissait à maintenir son poids, ça irait. Même si on lui avait recommandé de grossir. Le plus important était qu'elle ne soit pas une nouvelle fois nourrie par sonde. Alors quelques nouilles et du poulet feraient bien l'affaire.


made by pandora.





Friends are a strange, volatile, contradictory, yet sticky phenomenon. They are made, crafted, shaped, molded, created by focused effort and intent. And yet, true friendship, once recognized, in its essence is effortless.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 619
Age : vingt-huit ans.
nom de scène : K.
occupation : auteur & compo. (+ feat & recruteur à temps partiel, héh.)
avatar : shon minho.
DC : nam insu(lte), kang junho(e) & lee hyunki(ki).
Points : 215

wanderlust ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t1592-bae-khean#32687 http://www.lights-camera-action.org/t1629-bae-khean http://www.lights-camera-action.org/t1616-bae-khean http://www.lights-camera-action.org/t1606-bae-khean-69_7k1
Message
Dim 20 Nov - 6:03










tenue

Trouble, trouble. Our destiny. Cet éclat. De, rire. Intimement. Évincé. De par, cette main. Redirigée, à l'instar de. Mon faciès. De par, les propos tenus, par. La demoiselle. Fruit de, mes tourments. Divertissante ? Elle ne semblait l'être que, bien davantage. Surprenante ? Tout, naturellement. Cette sincérité. Dont, elle osait. Faire part. Semblait, tout à la fois. Grandement. Déconcertante. Et, attendrissante. Aucun filtre. Uniquement. Ces pensées. Dévoilées. À l'encontre, de. Ce plateau argenté. À, mon égard. Ce simple – et unique, fait. M'avait, toujours. Rendu perplexe. Et, pourtant. Cela. Apportait, en cette jeune femme. Une candeur. Incertaine. Je poursuivais. Mes doigts, pianotaient. À l'intention, de ces « machines ». Boutons. Et, tout autre aspect. Poussés. Enclenchés. Appuyés. Une partition. Blanchâtre. S'offrait, alors. Aux sens visuels, de la demoiselle. Tel, l'instant présent. Table rase. Des précédents, instants. Se jouant, dès lors. De, l'instant. Présent. « Je pourrais, au moins. Me rendre utile, et. T'apprendre quelque chose, si tu le désires. » Poursuivais-je. Accroître. Les connaissances, de. Cette enfant. La rendre, davantage. Exceptionnelle. Contre, son grès. Peut-être. Cependant. Elle ne méritait, que. Bien davantage. Ces instruments. Ces mélodies. Et, enfin. Cette voix. Ces aspects. Sont. À, partir d'aujourd'hui. Ses moyens, d'expressions. Et, ses outils. De, travail. Ces regards, alors. Échangés. Accompagnés, de. Cette mélodie. Soufflée. Murmurée. Chantonnée. Heurtant. Mes sens, auditifs. Avec attention. Ces notes. Jonchées. Les, unes. Aux côtés, des autres. Se voyaient, prendre place. En, cette partition. Redirigée, en. Mon esprit. Et, mon âme. De compositeur. J'osais. Agiter, une main. Un signe, de reconnaissance. Qui signifiait. Tout, à la fois. Que j'étais bel – et bien, capable. De poursuivre, ces désirs. Énoncés. Unes. À, une. Ces touches. Furent, heurtées. Unes. À, une. Elles formaient, cette mélodie. Ce casque. Agrippé. Disposé, sur le haut de, mon crâne. J'écoutais. Écoutais. Encore. Et, encore. Cette mélodie. Usant. De bien vulgaires, manipulations. Et, stratagèmes. Afin, de rendre celle-ci. Davantage, convenable. Le tout. Accompagné, de ces mots. « Paisible », « traditionnel », et tout à la fois « moderne ». Cela, semblait-être. Dans, mes cordes. Des simples minutes, suffirent. À obtenir, un résultat. Proche. De, ces espoirs. Redirigés, à mon égard. Ce casque, auparavant épris. De, ma personne. Dès, lors. Glissé, sur le crâne. De, la demoiselle. « Ici, pour écouter. Là, pour modifier. Suffit, de jeter un œil. Je dois avoir une description précise, dans ce capharnaüm, mais je dois bien t'avouer... Ne plus, savoir, où. J'ai bien pu, la mettre. Dans, ce. Bazar. » Confession, faite. C'est finalement, munis. De cet objet, issus des nouvelles technologies, que. Je vins passer, un appel. Une commande, réalisée. Sources nourricières. Quémandées. Pour, la jeune femme. Et, moi-même. Riz. Poulet, au caramel. Et, nouilles. Accompagnée, de légumes. Le tout, argumenté de boissons. Gazeuses. Partis. Ainsi. La nuit, allait très certainement. S'avérer. Être, longue. Ce qui, en soi. Ne manquait, guère. De me surprendre. Et, bien plus. Encore. « Alors, difficile ? » Argumentais-je, lors. De ma nouvelle entrée. Prenant, une nouvelle fois. Place. Aux, côtés. De cette présence. Que j'avais pris soin, de mener. En, cet antre. Personnel. « Dis-moi, qu'est-ce que tu comptes faire, de ce travail, ensuite ? Le retravailler, à la guitare ? Est-ce, là. Une simple, idée que tu veux montrer, à. L'agence ? Si c'est, le cas. Je serais toi, je garderais, ça. Secret. Sait-on, jamais. » Cela, secret. Et, dévoilé cette carte. En, temps. Souhaité. Ainsi, semblait être. La meilleure, option. Pour, la demoiselle. Afin, de faire. Davantage, bonne figure. Et, démontrer. Une nouvelle, fois. Ses talents. Recrutée, à la suite de bien multiples mises en œuvre. De, ma part. Je ne désirais, aucunement. Que, la demoiselle en question. Soit, tout bonnement. Jugée. De par, ces actes. Émanant, de ma personne. Bien. Au contraire. « La nourriture, devrait être là. Dans, une quinzaine de minutes. Ce qui, en soi Nous laisses le temps, d'arranger. Ce début. Qu'est-ce tu en dis ? »




À la lumière obscure, je te croise enfin. Mon dieu que tu es belle, toi la seule. Toi, l'ultime. Entre les hommes égalité, s'il te plait, prends ma main. Ne te fais plus attendre, il est temps de s'étreindre. Il est temps, de s'éteindre, une dernière cigarette.

l'éphémère, deviens.
éternité.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 236
Age : 17 ans
groupe : moonlight
rôle dans le groupe : lead vocal & composition
occupation : rookie
avatar : somi (ethereals)
DC : eunha; jisung; fangyin
Points : 73

wanderlust ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t1426-mee-yon-broken-baby http://www.lights-camera-action.org/t1593-mee-yon-dumb-dumb#32781 http://www.lights-camera-action.org/t1633-mee-yon-her-life#62422 http://www.lights-camera-action.org/t2142-nam-mee-yon-beep#43537 http://www.lights-camera-action.org/t2977-moonlight-wanderlust-ent
Message
Dim 27 Nov - 2:15





welcome, home
luv luv.



tenue

Ils s'apprivoisaient l'un et l'autre, clairement. La jeune fille suivait tous ses gestes le plus attentivement du monde, presque avec fascination. Elle essayait de retenir les indications. Mee Yon n'avait pas une grande mémoire, sinon elle serait douée scolairement parlant. Mais la musique était tout autre chose. Parfois, c'était comme si son corps se rappelait de la musique. Ses doigts jouaient les notes et non pas son cerveau. Elle jeta un regard aux alentours, bordéliques. Du moment que Khean lui apprenait à apprivoiser cette chose, elle saurait faire le reste par elle même. Ou essayer de le faire. C'était son studio, elle trouvait sa présence ici bien assez intrusive. Même en y étant invitée. Ce n'était pas à elle de mettre de l'ordre. Pour tout avouer, ce n'était pas une fille très ordonnée de toute manière. Il paraît que les pièces personnelles sont le reflet de notre esprit. Avec toutes les choses traînantes, elle préférait ne pas imaginer le bordel dans l'esprit de son tuteur. Puis, une fois de plus, ce n'était pas à elle de mettre de l'ordre là-dedans. La brune fixa l'écran alors qu'il partait commander de quoi se sustenter. Cette question, près commande, lui arracha un rictus. Bon départ ! « Ouais. Quand même difficile. Mais j'vais persévérer. » S'ils ne savaient pas perler d'eux, au moins ils pourraient parler de musique. Pour apprendre autant d'instruments de manière autodidacte, l'adolescente ne pouvait être que persévérante. Alors que tout un tas de personnes suivaient des cours et allaient au conservatoire, Mee Yon avait appris les bases chez un voisin et le reste dans ses livres. Ses yeux se levèrent sur Khean, quittant tout ce qui se tenait face à elle ainsi que cette courte composition. « C'est un truc que j'ai composé comme ça. Pour voir. J'avais juste l'air en tête. Avec la guitare, pour le côté moderne. Et le violon, pour le plus traditionnel. » Même si ce dernier n'était pas l'instrument traditionnel coréen par excellence. Mais le son procuré par ces deux instruments pouvait donner un air bien différent. Mais ce n'est pas cela dans les propos qui étonnait la jeune fille, sur la guitare et les instruments. C'est cela qu'elle avait relevé avant tout : ne pas en parler à la wanderlust ? Khean était le mieux placé pour ce genre de conseil. Mais la brune ne comprenait pas où il voulait en venir par là. « Pourquoi ? Tu crois que je dois pas montrer tout de suite c'que je vaut ? Genre, faire un effet de surprise ? J'sais pas... » L'adolescente n'en savait réellement rien. On l'avait jeté dans la gueule des fauves sans qu'elle n'ait jamais rien demandé. Mais ses questions restaient logiques malgré son étonnement : Khean était celui qui l'avait fait entrer dans l'agence, celui qui avait repéré son talent. Donc, le seul sachant de quoi elle pouvait être capable. Du moins musicalement parlant. La composition était une tout autre chose à laquelle Mee Yon s'essayait depuis peu, sans être persuadée d'être douée. « On peut arranger ça, carrément. Donner un truc plus sympa. Parce que ça, c'est encore un genre de fœtus musical. » De toute manière, elle n'avait pas réellement faim. Même si elle se doutait être obligée de manger pour satisfaire un minimum son tuteur. La jeune fille répéta mentalement les instructions donné par le compositeur un peu plus tôt afin de produire le son recherché. Elle tritura le tout pendant dix bonnes minutes, entonnant en même temps le son recherché. Puis, elle le fit écouter à Khean. Toujours aussi peu convaincue. « Il manque un truc. Quelque chose de doux, de léger. Comme une genre d’envolée lyrique. Tu vois, ce truc qui d'un coup t'emmène loin. » La passion parlait pour elle. Mee Yon n'arrivait pas à mettre le doigts sur ce qu'il manquait pour que cela ressemble plus à un véritable son qu'une ébauche. Elle se torturait l'esprit, cherchant, fredonnant, appuyant sur les touches. On frappa à la porte, si bien qu'elle sursauta. La brune laissa Khean s'occuper du dîner en lançant : « Je pense que, on va passer une partie de la nuit ici. Si on veut que ça ait un minimum de gueule. Enfin moi, ça me dérange pas. » La jeune femme n'avait aucun cours le lendemain. Et même si cela avait été le cas, seul Khean aurait pu l'envoyer dormir. Elle même ne se rait jamais écoutée. Le sommeil ? Elle l'aimait. Elle pouvait dormir comme une marmotte. Mais Mee Yon aimait la musique bien plus fort encore.


made by pandora.





Friends are a strange, volatile, contradictory, yet sticky phenomenon. They are made, crafted, shaped, molded, created by focused effort and intent. And yet, true friendship, once recognized, in its essence is effortless.
Revenir en haut Aller en bas

welcome, home.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Home swing trainer
» Home trainer - Vélo couché d'appartement
» Home trainer
» recherche home trainer
» Trike low cost home made

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lights, Camera, Action ! :: outside :: flashbacks-