AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Lights, Camera, Action ! :: out of character :: rps

3RD. FACE TO, FACE.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Messages : 323
Age : vingt-et-un ans.
groupe : hotmess.
rôle dans le groupe : maknae, & main rap.
nom de scène : ren.
avatar : jung jaewon (one).
DC : nam insu(lte), kang junho(e) & bae khean(oa).
Points : 18

wanderlust ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t2918-lee-hyuki http://www.lights-camera-action.org/t2947-lee-hyuki#55609 http://www.lights-camera-action.org/t2948-lee-hyuki
Message
Dim 18 Sep - 10:08





let's just go,
and not comeback for awhile.




tenue  ━

Pas, à pas. Mots, à mot. Diable. Que je persistais, en. De bien multiples agissements. Forts, enfantins. Aussi ridicule, cela semblait-il, être. C'est fièrement, munis. De cet objet, issu des nouvelles technologies, que me jouais. De, sa personne. Sans, la moindre once de gêne. Ni, même. Le moindre recul, à son encontre. Mes doigts, pianotaient. Inlassablement. À l'instar, de cet écran. De bien, nombreuses recherches, furent. Réalisées. Unes. À, une. Tentant, avec tant bien – que, mal. De mettre, la main. Sur, ces propos. Davantage, emplis. De cette idée que pouvait être, le ridicule. Ces, idioties. Formant, ainsi. Ces bourdes. Ces jeux, de mots. Et, bien davantage. Encore. Si, présomptueusement. Je poursuivais, alors. Un, deux. Trois, quatre. Cinq, minutes. Ces minutes, formant ainsi. Cet instant, de répit. Que, j'osais. Lui, offrir. Ce rictus, scotché à l'encontre de mes lippes. Entrevu. Une bouchée, de cette infime source nourricière. Déglutis. Ce liquide noirâtre, et. Infiniment, pétillant. Ingurgité. Ponctuant, alors. De bien vulgaires, éclats de rire. Étouffé. De par, cette paume. Alors, disposée à l'encontre de mes lippes. Me réduisant, en un mutisme. Incertain. En, publique. Osais-je ? La célébrité, guère nichée à l'instar de mon échine, de bien multiples sorties. Se voyaient, réalisées. Inconsciemment. Ou, simplement « naïvement », qu'importe. C'est, en ces lieux fort emplis. Qu'il m'avait été permis, de trouver refuge. Accompagné, de cette solitude. Instable. Et, tout à la fois. Déstabilisante. Je distinguais, en sa présence. Une once, de contentement. De par, le silence. Dont, elle osait faire part. Aussi étrange, cela pouvait-il être. Je discernais, une affection. Incertaine. À l'encontre de cette idée, que. Pouvait-être, celle-ci. De me retrouver, seul. Ces instants. La plupart, du temps. Ponctué, de bien nombreux remues-ménage. Me portant, ainsi. À croire. Que, dame nature. Et, monsieur destin ne semblait, guère. De, cet avis. Ces deux présences, astrales. Se jouant, de ma personne. À leurs, tour. Ce faciès, redressé. Cette identité, distinguée. Cette fuite, éprise. Cette chevelure, brunâtre. Ce souhait, de l'évincer. Ces effets personnels, rassemblés. Si, soudainement. Ces lieux, quittés. Si, discrètement. Ce muscle rougeâtre, frappant. À, toute vitesse. À l'encontre de ma cage thoracique. Rythmant, alors. Ce souffle. Tantôt, calme. Tantôt, saccadé. Ces pas. Heurtant, cette surface plane que représentait alors. Le sol. Répétitivement. À, tire-d'aile. Ce couvre-chef. Présentement, vissé. Ces parcelles vestimentaires, époussetées. Déglutissant, difficilement. Ce « remue-ménage », néanmoins. Évincé. Lourdement. Mon postérieur, heurtait. Ce fauteuil. Convenable ? Des, moindres. Et, pourtant. Ce moyen de locomotion, semblait. En cette capitale qu'était, Séoul. Au sein, du pays du matin calme. Le plus, avenant. Et, efficace. Étape, numéro deux. Cette photographie, précédemment réalisée. Trouvant, naturellement place. En, ce réseau social. Ce nom, inscrit. Noir. Sur, blanc. Cette identité, énoncée. Mon être. Distinguait, dès à présent. Ces biens, multiples foudres. Que, la demoiselle disposait à mon égard. Quand, à moi ? Je ricanais, bien davantage. Cette fierté grandissait, alors. En, mon esprit. La capitale, défilait alors. Sous ces sens visuels, acérés. Observant, alors. Ces devantures. Ponctuées, de bien multiples touches. Lumineuses. Tantôt, convenables. Tantôt, blafardes. Incitant, mes sens visuels. À, se réduire. À, néant. Un, court instant. Un fragment, de seconde. Me menant, auprès de son antre. Cette, demoiselle. Ne semblait guère, au bout de ses peines. Ce désir, d'ennuyer autrui. Et, elle. Bien, davantage. Persistant, à ma personne. Jours, après jour. Cette claque précédemment, redirigée à l'instar de mon faciès. Ce passé. Je tentais. Avec simplicité, de l'évincer. Et, pourtant. Mon visage, se mouvait. De droite, à gauche. Recouvrant, mes idées. Cette vulgaire pierre, glissée. En, l’une de mes paumes. Heurtant, ce carreau. Encore. Et, encore. Avant, que. Ma voix ne parvienne, à se laisser entendre. Un, appel ? Une, identité ? Diable. Que, nenni. Une mélodie. Énoncée. Chantonnée. Sur, ce ton. Intimement, romantique. Ces mots, formés. Se frayant, un chemin. En, cette pénombre. Brisant. Ce silence, de marbre. Dérangeant, les mœurs. Et, autrui. Ces sombres, inconnus. Ces regards, persistant à mon encontre. Ces gestes, argumentés. Je poursuivais. Secondes, après seconde. Argumentais, ces actes. D'un appel, téléphonique. « El, Sheitan. » De, ce contact. Émanait. Cette présence, issue de la gent féminine. Adorable ? Ne l'étais-je, pas ? En, cet instant présent. Le doute, persistait. À, son tour.


made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 251
Age : 22 y.o - 03.11.94
groupe : HOTMESS.
rôle dans le groupe : face & badass lead vocalist.
nom de scène : shin.
occupation : wonderful trainee.
avatar : jung dae hyun (bap)
DC : lee yong seok & lim jung wan.
Points : 67

wanderlust ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t3002-shin-dae-ho-now-and-ever http://www.lights-camera-action.org/t3012-shin-dae-ho-call-me-shin#56704 http://www.lights-camera-action.org/t3011-shin-dae-ho#56701 http://www.lights-camera-action.org/t3013-shin-dae-ho#56711 http://www.lights-camera-action.org/t3014-shin-dae-ho-hotmess_sdh#56713
Message
Mar 20 Sep - 22:57





let's just go,
and not comeback for awhile.




tenue  ━

Mi Yeon était incapable de rester calme lorsqu'il s'agissait de lui. Il avait toujours ce petit air sournois. Ce petit regard éloquent. Et cette arrogance en sa présence… Elle n'était certainement pas la seule privilégiée à se coltiner la mentalité du jeune homme, ainsi que ses blagues vaseuses. Mais on pouvait difficilement qualifier sa relation avec Jôta autrement que par le terme « nuisible ». Oui, et que ce soit entre eux ou vis-à-vis des autres. Avec deux tempéraments comme les leurs, ils pouvaient difficilement se rejoindre, même si dans quelques rares exceptions, ils pouvaient se montrer complices. Lorsque l'intérêt était réciproque du moins. Généralement, elle l'envoyait bouler avec affection et révulsion. Deux sentiments contradictoires et clairement opposés. Et pourtant... Ce type était énervant et fatiguant. Elle était cependant presque incapable de le rejeter de sa vie. Supprimer son numéro était chose aisée, et il lui était arrivée plus d'une fois de le faire. Mais ce dernier ne manquait jamais aucune occasion pour lui renvoyer un message. Que ce soit par tous les moyens possibles… Sms, skype, instagram… Et dans les faits, elle était intimement ravie qu'il revienne à chaque fois. Qu'il s'efforce de maintenir ce lien. Quand bien même, était-il celui qui ne la faisait pas chier, la belle finissait également par lui adresser des mots d'amours dans le style : « Ça y est, t'es mort ? ». Une parfaite garce disait-on. Quel duo ils faisaient. Et si toute la journée la blonde avait eu à supporter sa lourdeur à outrance, elle avait naïvement espérée retrouver la paix une fois rentrée chez elle. Quelle naïveté. Et si une première pierre s'écrasa contre son carreau, la jeune femme n'y porta pas plus d'attention sur le moment. Elle était bien trop concentrée à suivre une émission télévisée. C'est alors que d'autres coups retentirent. Bien plus dérangeant, pour le coup. Puis il eut cette voix. Cette personne qui était manifestement en train de chanter au bas de son immeuble ! Un amoureux transi selon elle… Et quelle plaie ! Ce n'était ni le lieu, ni le moment, pour un concerto de la sorte ! Clairement déconnectée malgré ses efforts pour suivre l'émission, la belle expulsa un juron de ses lèvres avant de se,décider par elle-même à aller voir. Ainsi, ouvrit-elle la fenêtre en grand qu'elle fut que peu surprise par l'énergumène se trouvant en contre-bas. Évidemment, qui d'autre que Jôta pour inventer un truc pareil ? Et c'est sans prononcer le moindre mot qu'elle intercepta cet appel téléphonique et qu'elle l'écouta sans ciller. Ridicule, n'était-il pas ? Le buste légèrement appuyé en avant, la jeune femme l'observa de loin sans témoigner la moindre compassion à son égard. Pas même un sourire ou une grimace pouvant lui indiquer son état d'âme actuel. Peut-être était-elle blasée par ce dernier ? Elle n'en savait trop rien. Il était juste impossible… Et de part et d'autres de cette ruelle biscornue, de nouvelles têtes vinrent admirer le courage dont il fit manifestement preuve. La bêtise humaine, surtout. Hésitante, la blonde se mordit péniblement la lèvre inférieure avant de se prononcer. « Oh c'est bon. Ferme-là et monte. » On pouvait difficilement faire plus polie dans le genre. Et pourtant, dans le timbre de sa voix, aucune animosité ne semblait réellement l'effleurer. S'excusant d'un bref regard auprès du voisinage, la jeune styliste se rendit du côté de l'interphone pour ouvrir l'accès à cet imbécile fini. Il savait à quel étage monter. Au pire des cas, il se perdrait comme un gros nigaud et ça serait presque une joie pour elle ! De ce fait, Mi Yeon ouvrit naturellement la porte d'entrée, jusque au cas où, et elle s'adossa tout bonnement dans un angle de l'habitacle pour ne pas avoir à le manquer. Évidement qu'elle comptait l’accueillir. Mais qu'il ne s'attende pas à des étreintes amicales. Non, elle avait plutôt envie de lui offrir un bon coup de pied au derrière ! Impatiente, qui plus est, la demoiselle se mit à taper nerveusement du pied tout en croisant ses bras contre sa poitrine, d'un air renfrogné. Qu'il se dépêche avant qu'elle ne lui ferme la porte au nez. Elle en était bien capable !


made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 323
Age : vingt-et-un ans.
groupe : hotmess.
rôle dans le groupe : maknae, & main rap.
nom de scène : ren.
avatar : jung jaewon (one).
DC : nam insu(lte), kang junho(e) & bae khean(oa).
Points : 18

wanderlust ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t2918-lee-hyuki http://www.lights-camera-action.org/t2947-lee-hyuki#55609 http://www.lights-camera-action.org/t2948-lee-hyuki
Message
Jeu 29 Sep - 12:46





let's just go,
and not comeback for awhile.




tenue  ━

Ces, propos. Certes. Aussi étrange, cela pouvait-il, sembler. Vinrent. Se, permettre. De, raviver. En mon faciès. Cette infime, rictus. De conviction. Et, de fierté. Cette fierté, tantôt. Instable. Tantôt. Haïssable. Diable. Que mes agissements furent, forts précipités. Aussitôt, la demoiselle avait-il osé, prononcer ces mots. Aussitôt, avais-je pris, la poudre d'escampette. Délaissant par, la même occasion. Ces sombres, inconnus. Et, ces faciès inquisiteurs. Sur, leur faim. Questionnements. Et, autres aspects, alors. Redirigés, à mon encontre. Évincés. Si, naïvement. Et. Si, vulgairement. Mon être, trépassait les environs. Se frayant, ainsi. Un chemin. En, ces lieux. Que je considérais comme étant : sien. Pas, à pas. Je me hissais. De ces énièmes forces physiques, utilisées. À, ce souffle minimement étouffé. Marches. Après, marche. Étages. Après, étage. Mes paumes heurtaient, alors. Ces rambardes disposées, çà. Et, là. À, de bien multiples reprises. Osait-elle, rediriger cet instant, en cet intime cliché que pouvait être, cela. Du jeune homme. Accourant. À, ses côtés. Un ricanement, franchissait. Dès, lors. La barrière que formaient mes lippes, lorsque. Enfin. Je parvins à distinguer sa présence. Que, diable. Cette demoiselle ne possédait guère d'atouts, princière. Au, loin. Les yeux, clos. Le doute pouvait, être permis. Néanmoins. Présentement niché. À, quelques mètres. Il ne semblait guère, permis. Inspirant, silencieusement. Expirant, lourdement. Prêt. Prêt, à entendre sa voix, me déplorer ses intimes convictions à mon égard. Prêt, à disposer de bien multiples coups, redirigés à l'encontre de mon échine. Prêt. À, tout. Et. Bien, plus. Encore. « Bah, alors. Chérie. On attends, son prince charmant ? » Annonçais-je, dans un premier temps. Une plaisanterie, qui plus est. Désagréable. Je ne pouvais, guère. Le nier. Cela semblait être, un fait. Irrévocable. Et, c'est au travers de bien nombreuses plaisanteries, fortes désagréables que je comptais poursuivre. L'instant, présent. Une douce frappe fut alors, réalisée. L'une de ses épaules fut, heurtée. Tout, naturellement. Je pénétrais, en son antre personnel. Sans la moindre, once de gêne. Ni même, de politesse. À, son égard. Au diable. Les bonnes manières, en sa présence. Au diable. Les bonnes manières, depuis bien de longues années. Me semble-t-il. « Fait pas genre, t'es vénère. Je sais, qu'au fond de toi. T'es heureuse que je vienne déranger ton petit train – train quotidien, hein. » Ajoutais-je, finalement. Le tout, argumenté par, de biens vulgaires gestes démontrant le contentement que je possédais, à l'instar de la situation. « Je m'ennuyais. Aujourd'hui. Et, étrangement. La première personne qui m'est venu à l'esprit. C'était toi. Étrange, non ? Au final. Je pense, que. Te casser les couilles et devenus, clairement. Mon passe-temps favoris, depuis quelques temps. Va savoir, pourquoi. » Un large, sourire. Un haussement, d'épaules. Ainsi, semblait être, la conclusion que je réalisais envers, ces propres mots. Prononcés. Déglutissant, difficilement. Je vins, cependant. Disposer mon postérieur, à l'encontre du sofa. Très, certainement. Et, précédemment. Occupé, par la jeune homme. Au vu, de cet écran de télévision. Diffusant, alors. Un programme que je ne semblais guère, connaître. Il est vrai, que. Je ne posais qu'à d'infimes reprises mon postérieur, face à un écran. De télévision. Bien trop, intéressé par de bien autres activités. Telles, que. Délaisser ma personne, en cette capitale qu'est, celle. Du pays, du matin calme. « Je trouve que le service, ici. Laisse, à désirer. Tu pourras faire passer le message, à la maîtresse des lieux ? Franchement. Elle se laisse, aller. Y a pas, à dire. Dé – pri – mant. » Ces syllabes. Utilisées. Unes, à une. Formant, ce mot. D'une manière, si peu convenable. Cette main, qui s'agitait. En l'air. Et, ce faciès. Qui se mouvait. De droite, à gauche. Ces pieds, heurtant cette surface plane que représentait, cette table basse. Ces aises, entreprises. Allaient. Je le pense. Causer, ma perte. Et, le mécontentement féroce, de la demoiselle. Sans, le moindre doute. Je ne pouvais qu'être sur – et certain. De ce simple, et unique fait. Jouer, avec le feu. Semblait, alors. Un jeu auprès duquel, je trouvais refuge. Si, souvent.

made by pandora.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 251
Age : 22 y.o - 03.11.94
groupe : HOTMESS.
rôle dans le groupe : face & badass lead vocalist.
nom de scène : shin.
occupation : wonderful trainee.
avatar : jung dae hyun (bap)
DC : lee yong seok & lim jung wan.
Points : 67

wanderlust ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t3002-shin-dae-ho-now-and-ever http://www.lights-camera-action.org/t3012-shin-dae-ho-call-me-shin#56704 http://www.lights-camera-action.org/t3011-shin-dae-ho#56701 http://www.lights-camera-action.org/t3013-shin-dae-ho#56711 http://www.lights-camera-action.org/t3014-shin-dae-ho-hotmess_sdh#56713
Message
Ven 7 Oct - 23:47





let's just go,
and not comeback for awhile.




tenue  ━

Il était long. Bien trop long pour quelqu'un qui aurait pu se contenter de l'ascenseur. Mais à en juger par le temps qu'il prenait, Mi Yeon n'eut aucun mal  à comprendre qu'il avait de toute évidence opté pour l'option la emmerdante. A croire que même pour ce coup-là, Jôta ne recherchait rien de plus qu'à l'ennuyer et lui faire perdre patience. Qui plus est, durant ce laps de temps elle s'étonna presque à songer au fait que son appartement n'était pas des plus présentables. Rien n'était laissé en désordre, mais lorsqu'elle invitait des gens chez elle, la blonde appréciait le faire en sachant son environnement propre et rangé. Il ne s'agissait que de lui, certes. Il n'empêche que les imprévus n'étaient pas sa tasse de thé. Elle se doutait d'autant plus qu'il allait prendre un malin plaisir à appuyer sur le moindre défaut se trouvant à portée de main… Peut-être avait-elle commis une erreur en le laissant venir jusqu'à elle. C'était même certain. Cette soirée s'annonçait désastreuse avant même qu'elle ne commence ! Sûrement aurait-elle mieux fait d'appeler la Police pour en être gracieusement débarrassé. Dans tous les cas, rien ne l'empêchait d'agir de la sorte s'il s'évertuait à jouer les troubles fêtes. Il n'existait pas la moindre limite avec ces deux-là. Il n'y avait jamais rien eu de tel entre eux. « J'ai faillis attendre... » prononça t-elle avec un calme maîtrisé et méprisable. Son regard n'en fut que plus austère lorsque sa silhouette se rapprocha progressivement de sa propre personne. Devait-elle lui rappeler que ce qu'elle détestait par-dessus tout faire, était d'attendre ? Non c'était même inutile puisqu'il le savait pertinemment bien. « Si le prince charmant existait, tu ne serais pas là. » Le petit rire qui lui échappa démontra toute l'ironie de ses propos. Il était clair qu'il n'en était pas un, de prince. Et Jôta était même à l'opposé du terme « charmant », alors s'il s'évoquait lui-même à travers cette plaisanterie… Mi Yeon l'estimait raté. Mais ça, ce n'était pas tant une surprise non plus puisqu'il n'était pas drôle. Il était même le type le plus ennuyant et le plus fatiguant qu'elle connaisse ! Aussitôt avait-il déposé sa main contre son épaule qu'elle la retira d'un mouvement brusque, avec un petit son agacé s'échappant d'entre ses lèvres. « Parce que j'ai l'air vénère, tu crois ça ? C'est mal me connaître. Mais je t'en pries, fais comme chez toi. » Sarcasme, toujours du sarcasme. D'autant plus qu'il la connaissait plus qu'elle ne l'espérait, malheureusement. Elle était plutôt énervée, mais pas plus qu'à son habitude. Dans les faits, il avait presque raison puisqu'elle lui avait laissé l'accès jusqu'ici. Et l'entendre se justifier sonnait presque comme une déclaration d'amour à ses oreilles. C'en était aussi beau qu’écœurant. Allez savoir pourquoi. « J'me sens flattée de l'apprendre. Mais je sens comme un petit hic dans ton discours. Je n'ai pas encore de couilles et je ne comptes pas m'en implanter. Par contre si tu me cherches de trop, ce sont les tiennes que j'irai casser. Et ce ne sont pas des menaces en l'air ! » Le tout placé avec un doux sourire et d'un ton particulièrement jovial. Jôta ne se fit alors pas prier pour rejoindre le côté du canapé qui était initialement le sien. A sa réflexion, la blondinette soupira d'un air grave avant de lever les yeux au ciel. Il n'avait pas mis longtemps avant de lui balancer ce genre de propos. Tellement prévisible… et c'était elle qui était déprimante ? « Si tu me disais plutôt ce que t'as envie de boire au lieu de faire ta princesse ? J'ai de la bière à la cerise. » Oui, à la cerise. Il avait bien entendu. Elle ne supportait pas en boire des classiques, trouvant le goût trop amère. Et puisqu'elle n'avait pas prévu de recevoir, il allait devoir se contenter de cela à moins d'une proposition plus plate… « Ou bien de l'eau en bouteille. Ou celle du robinet. Qu'est-ce qui te ferais plaisir ? » Bon, elle omettait de lui proposer une tasse de chocolat chaud, parce qu'elle préférait se le garder pour elle. Pour son petit déjeuner. Et elle avait clairement envie de le taquiner à ce sujet, ni plus ni moins. « Y'a des gâteaux apéritifs dans le tiroir de la table-basse. Suffit de prononcer les mots abra-cadabra et ça s'ouvrira tout seul ! » Là encore elle n'était pas sérieuse. Mais elle était surtout curieuse de voir s'il allait tenter de le faire ou non… Quand bien même, lorsque Mi Yeon revint jusqu'au séjour avec deux bouteilles de bières, elle fit bien évidemment exprès de déposer le sien à l'exact opposé d'où il se situait pour le simple plaisir de l'emmerder. « Allez bouge tes fesses de là. C'est ma place. » décréta t-elle en se laissant retomber auprès de lui, pour ne pas dire contre lui. S'il ne faisait pas cet effort, elle ne se gênerait guère pour l'écraser de tout son poids. Et encore, elle était pas bien lourde. Qu'il s'estime chanceux.


made by pandora.



emptiness ♒︎ But the tale ends not here, I have nothing to fear, For my love is yell of giving and hold on, And the bright emptiness, In a room full of it, Is a cruel mistress.© endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

3RD. FACE TO, FACE.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Face 2 Face Archery 2008 / Amsterdam
» 407 Coupé / Alfa Brera : le face à face ! (M6-turbo)
» Tandem face à face?
» c'est quoi cette face avant???
» La R9 TDE face à la Golf GLD et l'Horizon EXD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lights, Camera, Action ! :: out of character :: rps-