AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Lights, Camera, Action ! :: Munhwa Broadcasting system :: plateau de tournage

Do you believe in destiny, that's something very strange.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Messages : 102
Age : eighteen.
nom de scène : Noa(h).
occupation : trainee, compositrice, parolière, street performer, âme errante.
avatar : jung soojung, she's a godness. (cr : neoxvenus)
Points : 175

knockout g
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t2114-nunhwa-if-you-could-read-my-mind-you-d-be-in-tears http://www.lights-camera-action.org/t2139-nunhwa-youre-music-everyone-else-is-noise http://www.lights-camera-action.org/t2260-nunhwa-path-of-unhappiness http://www.lights-camera-action.org/t2214-nunhwa-whisper-to-me-softly
Message
Dim 6 Nov - 13:07

You can try to hide it,
but you'll see that you can’t
Quand je panique la mécanique de mon cœur déraille au point que je me prends pour une locomotive à vapeur dont les roues décollent dans les virages. Je voyage sur les rails de ma propre peur. De quoi ai-je peur ? De toi, enfin de moi sans toi.



La fierté avait ses défauts, et il avait pris le pas sur le rôle de simple assistante styliste mais elle ne pouvait rien faire. Lui aussi était incapable de tenir à l’écart celle-ci pour avoir quelqu’un pour répéter son script. Deux imbéciles, mais la situation faisait sourire la demoiselle, une preuve de plus qu’ils étaient plus que de simple étranger. Elle s’apprêtait à se retourner, changer d’avis, balayer cet éclat de fierté inutile quand sa phrase, pure provocation dont elle n’était pas certaine qu’elle tomberait à son oreille, provoqua une confusion de la part de son interlocuteur qui lui attrapa le bras. « Aïe », ne peut-elle pas s’empêcher de lâcher, surprise par la fermeté de la poigne, fermeté douloureuse et inconfortable. Il ne semblait pas l’entendre, il la fixait sans dire un mot avant de prononcer un simple, « Pardon ? ». Ce n’était pas des mots d’excuse, loin de là, elle le devinait. Sa douleur lui était parfaitement indifférente, pour autant sa fameuse phrase ne l’était pas. Elle réfléchissait à la réaction qu’elle pourrait lui donner mais aucune ne lui vint de suite à l’esprit. C’était la première fois qu’il réagissait de la sorte après tout et elle ne pensait pas que cela arriverait aussi tôt. « Qu’est-ce que tu as dit ? » Nunhwa se doutait que sa question serait la suivante, sans lire sur ses lèvres du jeune homme, l’interrogation était plus que légitime. Pour autant, la douleur qu’il exerçait sur son poignet commençait à être douloureux et elle ne commença sa réponse que par : « si vous pouviez me lâcher le bras, vous me faites mal. » Sa première réaction serait prévisible, se frotter le bras avec sa main libre, prendre un air légèrement contrarié d’avoir été tiré de la sorte, traité de la sorte. « Vraiment. » Cela restait supportable, mais pour autant elle ne faisait que gagner du temps, pour préparer sa réponse à sa question. Pas question de simplement se dénoncer, pas après avoir soigneusement tout fignolé. Elle refusait de céder dès la première difficulté, dès le premier face à face. « Je disais simplement qu’il est l’heure du thé, il est déjà dix-sept heures. » Se moquer de lui indéfiniment n’était peut-être pas la solution la plus judicieuse alors elle préférait jouer la sécurité, lui répondre simplement, sans ornement futile, ce qu’elle avait dit. Arriverait-il à faire le lien entre toute les fois où il l’aurait entendu ? Il y avait peu de chance. « Est-ce votre façon de me retenir ? » Question rhétorique, elle en connaissait parfaitement la réponse à l’avance, nul besoin qu’il y réponde et y perde son temps avec puisqu’elle continuait. Lui attrapant un pan de sa robe d’empereur de Joseon. « Je vous ai menti tantôt, vous étiez le seul acteur à ma charge. Donc s’il vous faut quelqu’un pour répéter le script, je suis votre homme. Ou votre femme. » Se jeter dans la gueule du loup, les pieds joints, c’est ce qu’elle faisait sans aucune honte, avec une parfaite confiance. Il pouvait la trouver étrange, mais c’était certainement le cas. Push & Pull.


made by pandora.






Revenir en haut Aller en bas

Messages : 120
Age : 22 ans
nom de scène : Il utilise le pseudonyme J.kill pour tout ce qui est scénarios et compositions (paroles) personne ne sait que c'est lui.
occupation : Acteur † Scénariste & Parolier de façon anonyme
avatar : Park Bo Gum
DC : obt / kw / kom
Points : 60

yuseong m
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/
Message
Jeu 10 Nov - 21:23

Every man gotta right to decide his own destiny.
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle.



« si vous pouviez me lâcher le bras, vous me faites mal. » Sourcils froncés, je la lâchais sans attendre. Lui faire mal n’était pas mon but premier. Ce n’était même pas mon intention. Je voulais simplement la stopper. Cette phrase, qu’elle venait de dire, je l’avais entendu tellement de fois. Que ça devenait un peu perturbant… N’était-ce pas la même voix d’ailleurs ? Non ? Je rêvais ? C’était la première fois que je la voyais non ? « Vraiment. » Je n’étais pas fou. Je savais que j’avais déjà entendu cette phrase. Et pas qu’une fois. « Je disais simplement qu’il est l’heure du thé, il est déjà dix-sept heures. » L’heure du thé oui… Je soupirais en passant une main dans mes cheveux, attaché dans un chignon pour le drama. « Chez moi, l’heure du thé c’est à seize heures. » Nous n’avions pas le même fuseau horaire pour boire le thé. Mais si c’était sa seule réponse, alors c’est que ce n’était pas la même personne. Ou alors, je devenais vraiment fou… Mais je savais que j’avais raison. Sur le fait que j’avais entendu cette phrase bien trop de fois. C’est bizarre cette impression de déjà vu ou entendu… « Est-ce votre façon de me retenir ? » « Même pas en rêve. » Mon sourcil s’arquait alors que je la regardais à présent sévèrement. Qu’elle ne se fasse pas de film. Je ne retenais personne je n’étais pas ce genre de mec. Mon nez se plissait alors que je la jaugeais de haut en bas. Non. Vraiment pas. « Je vous ai menti tantôt, vous étiez le seul acteur à ma charge. Donc s’il vous faut quelqu’un pour répéter le script, je suis votre homme. Ou votre femme. » Je me redressais en la regard quelque peu dubitatif. Un soupire s’échappa d’entre mes lèvres alors que je tapais le script dans mon autre main. « La chose que je déteste le plus au monde. C’est d’être pris pour un con, et d’être mené en bateau. » A vrai dire elle m’avait coupé l’envie de jouer la comédie avec elle. « Ton prénom ? C’est quoi ? » Demandai-je de façon sérieuse. Je n’allais pas reporter quoi que ce soit. Je voulais simplement pouvoir donner un prénom à son visage. Il n’empêche que je n’adhérais pas à sa méthode. Se faire passer pour quelqu’un de pressé et d’occuper, pour faire demi-tour et faire comme si elle, elle m’était indispensable. Elle pensait gagner des points avec moi ? Elle venait d’en perdre. Plus qu’elle n’en avait gagné tout à l’heure en jouant bien. Claquant ma langue contre mon palais je croisais les bras sur mon torse. « D’ailleurs, c’est la première fois que je te vois. Tu n’étais pas là les autres jours. » C’est vrai, maintenant que j’y pensais. Si les autres stylistes avaient été là, elle non.
made by pandora.





Revenir en haut Aller en bas

Messages : 102
Age : eighteen.
nom de scène : Noa(h).
occupation : trainee, compositrice, parolière, street performer, âme errante.
avatar : jung soojung, she's a godness. (cr : neoxvenus)
Points : 175

knockout g
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t2114-nunhwa-if-you-could-read-my-mind-you-d-be-in-tears http://www.lights-camera-action.org/t2139-nunhwa-youre-music-everyone-else-is-noise http://www.lights-camera-action.org/t2260-nunhwa-path-of-unhappiness http://www.lights-camera-action.org/t2214-nunhwa-whisper-to-me-softly
Message
Dim 20 Nov - 20:13

You can try to hide it,
but you'll see that you can’t
Quand je panique la mécanique de mon cœur déraille au point que je me prends pour une locomotive à vapeur dont les roues décollent dans les virages. Je voyage sur les rails de ma propre peur. De quoi ai-je peur ? De toi, enfin de moi sans toi.



 Faisait-elle tout cela pour obtenir ses grâces et faveurs ? Absolument pas, simplement satisfaire sa curiosité sans borne et ce, qu’importe si elle le froissait ou l’enchantait tant qu’elle trouvait elle, satisfaction. Son imprévisibilité, sa nonchalance tenait du simple fait que c’était lui et personne d’autre, jamais elle ne se serait donner la peine avec quelqu’un qui ne suscitait aucun intérêt pour elle. La fierté, l’honneur, la face, elle n’attachait aucune importance à ces concepts, elle était capable de retourner sa veste autant de fois qu’il lui était possible, tant qu’elle parvenait à son objectif, cela lui suffisait. « Même pas en rêve. » Un rire lui échappa, un rire qu’elle laissa raisonner doucement sans même essayer de l’étouffer, un rire qui contrastait avec l’expression sévère qu’il abordait mais elle continuait allègrement, dans sa comédie, dans son monologue ou ce qui semblait presque en être un. Pour autant, Nunhwa savait que son comportement avait laissé des traces, l’expression qu’elle lisait sur le visage de l’acteur lui disait tout sans qu’elle n’ait à deviner et son franc parler faisait qu’elle n’avait pas à avoir de doute. « La chose que je déteste le plus au monde. C’est d’être pris pour un con, et d’être mené en bateau. »  Peut-être cherchait-il à se montrer intimidant, mais elle continuait à le regarder, droit dans les yeux, sans ciller, sans vaciller, sans se montrer un instant perturbé. Elle l’observait tranquillement, avec ce sourire amusé qu’on penserait presque naturel. « Ce n’était pas mon intention, et je doute qu’il y ait quiconque sur cette terre aime cette sensation, à moins d’être parfaitement idiot », elle acquiesçait à ses propos, hochant la tête de façon approbateur. Comment qualifier ses actions jusque-là secrètes ? Elle ne le savait pas vraiment, elle jouait certes, mais sans chercher à non plus le prendre pour un imbécile. Après tout, elle ne pouvait lui faire subir ça, lui qui avait un lien si particulier avec elle, secret et inconnu de tous. « Ton prénom ? C’est quoi ? » Elle inclina la tête légèrement sur le côté, avant de répondre sans détour, « No Nunhwa. » Elle n’avait aucun intérêt à lui mentir sur ce point et le faire compliquerait les choses, elle en avait parfaitement conscience. Surtout qu’ils seraient amenés à se croiser plus qu’une fois, si tout se passait bien. En revanche, les noms ont des pouvoirs et en lui donnant ainsi le sien, la demoiselle savait qu’il pouvait avoir une certaine emprise sur elle. « D’ailleurs, c’est la première fois que je te vois. Tu n’étais pas là les autres jours. » « J’ai été appelé en remplacement, pour toutes les précédentes assistantes stylistes qui vous ont été attitré mais que vous avez fait fuir » répondit-elle avec franchise et assurance, sans essayer de prendre de pincette avec lui. Après tout, il semblait ne pas aimer qu’on tourne autour du pot, alors autant lui balancer la vérité, vérité qu’il devait grandement se doutait. « Mais seulement pour aujourd’hui et peut-être demain, mais ensuite, vous verrez sans doute quelqu’un d’autre. » Le fait qu’ils tournaient à l’extérieur de la ville, dans un village préservé faisait que trouver quelqu’un pour venir spécialement n’était pas pratique. Mais Nunhwa n’en était pas certaine non plus, elle devait voir cela avec le styliste en chef.



made by pandora.




Revenir en haut Aller en bas

Messages : 120
Age : 22 ans
nom de scène : Il utilise le pseudonyme J.kill pour tout ce qui est scénarios et compositions (paroles) personne ne sait que c'est lui.
occupation : Acteur † Scénariste & Parolier de façon anonyme
avatar : Park Bo Gum
DC : obt / kw / kom
Points : 60

yuseong m
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/
Message
Dim 27 Nov - 18:49

Every man gotta right to decide his own destiny.
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle.



« Ce n’était pas mon intention, et je doute qu’il y ait quiconque sur cette terre aime cette sensation, à moins d’être parfaitement idiot » J’entrouvris la bouche, dans un bruit quelque peu désagréable. Ma langue percuta le palais pour en sortir ce bruit, qui en disait bien long. Il y en avait des idiots. Et des gens qui se faisaient prendre pour des cons. Plus qu’elle ne pourrait l’imaginer même. « Y’a plus de masochistes que tu ne le penses. Mais si ce n’était pas ton intention, fait plus attention. » Pour quoi ? Quand ? La prochaine fois ? Je ne comptais pas lui demander un service d’ici là. De toute façon, un refus, pas deux, ça suffisait amplement à mes yeux, pour ne rien lui demander. « No Nunhwa. » Drôle de prénom. Original ceci dit. Mais c’était peu courant au moins, comme prénom. Je souris légèrement, tout en la jaugeant du regard. « 나 눈 속에서 놀고있는 것처럼 너의 눈에서 놀거야 » Rictus au coin des lèvres je plongeais mon regard dans le sien amusé. Petit jeu de mot avec son prénom. Rien de bien glorieux. Mais c’était marrant d’avoir cette particule dans un prénom. En tout cas, si son prénom était unique, elle, je ne la connaissais pas pour autant. C’était même, je crois, tant pis, si je la vexe, la première fois que je la voyais. Je n’avais aucunement souvenir de l’avoir vu quelque part avant. « J’ai été appelé en remplacement, pour toutes les précédentes assistantes stylistes qui vous ont été attitré mais que vous avez fait fuir » Que j’ai fait fuir ? Ah bon ? Elle ‘était bien confiante pour oser dire ça. Mon sourcil s’arquait, alors que je la regardais, plus froidement. Je faisais donc fuir, les stylistes. C’était une bonne nouvelle ça tiens. « Mais seulement pour aujourd’hui et peut-être demain, mais ensuite, vous verrez sans doute quelqu’un d’autre. » Tête penchée sur le côté, je lâchais un bref rire. « Vais-je te faire fuir ? Telle est la question. Hum. Alors maintenant quand je verrais de nouvelle tête, je saurais, que j’ai fait fuir ces pauvres dames. » Je m’amusais à conter cette phrase dans une douce mélodie un peu narquoise. Comme l’aurait fait mon personnage dans le drama que je tournais actuellement. Soupirant doucement, je posais ma main sur son épaule en me penchant pour me mettre à son niveau. « Je vous remercie pour tant de franchise, belle demoiselle. » Chose qui ne me faisait ni chaud ni froid. Au contraire, ça me donnait envie de rire encore plus. Fuir par peur. Ça prouvait bien des choses à leurs égards. « Pourquoi ne fuis-tu pas ? »
made by pandora.





Revenir en haut Aller en bas

Messages : 102
Age : eighteen.
nom de scène : Noa(h).
occupation : trainee, compositrice, parolière, street performer, âme errante.
avatar : jung soojung, she's a godness. (cr : neoxvenus)
Points : 175

knockout g
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t2114-nunhwa-if-you-could-read-my-mind-you-d-be-in-tears http://www.lights-camera-action.org/t2139-nunhwa-youre-music-everyone-else-is-noise http://www.lights-camera-action.org/t2260-nunhwa-path-of-unhappiness http://www.lights-camera-action.org/t2214-nunhwa-whisper-to-me-softly
Message
Lun 28 Nov - 0:21

You can try to hide it,
but you'll see that you can’t
Quand je panique la mécanique de mon cœur déraille au point que je me prends pour une locomotive à vapeur dont les roues décollent dans les virages. Je voyage sur les rails de ma propre peur. De quoi ai-je peur ? De toi, enfin de moi sans toi.



Clignant des yeux, un rictus amusé déforma un instant ses lippes avant de disparaitre en un simple sourire, elle resta interdite face à ce jeu de mot où son prénom était glissé. C’était le premier à le faire. Bien qu’il se moquait d’elle ouvertement, plutôt que de s’en vexer, elle trouvait cela simplement fascinant que Nunhwa puisse inspirer un jeu de mot, aussi peu flatteur soit-il. « Je te regarderai jouer, mais ne sous-estime pas la profondeur de la neige » rétorqua-t-elle calmement et presque spontanément, haussant les épaules avec nonchalance qu’on pourrait presque croire moqueur, comme si elle était habituée par un tel mauvais jeu de mot. S’il pensait la déstabiliser, il se trompait. Elle n’était pas de ceux qui pouvait facilement se laisser ébranler, à la moindre bourrasque. L’insolence ? Pas vraiment, elle ne faisait que lui rendre monnaie de sa pièce, mais avec les deux mains, sans chercher à le froisser. « Vais-je te faire fuir ? Telle est la question. Hum. Alors maintenant quand je verrais de nouvelle tête, je saurais, que j’ai fait fuir ces pauvres dames. » Il se jouait d’elle et ne le cachait même pas, tout cela contribuait à égayer la demoiselle. D’une certaine façon, elle pouvait estimer avoir rempli sa première mission, marquer son attention ? Pas certain que le temps lui donne raison, mais pour le moment, il l’écoutait, lui répondait même si c’était d’un discours teinté de sarcasme. « Je vous remercie pour tant de franchise, belle demoiselle. » Il monologuait et elle le laissait faire, il aimait prendre ses grands airs et elle s’y laissait volontiers soumettre. Il prenait la confiance, après qu’elle ait retourné sa veste, mais elle s’en fichait. Tant qu’il continuait à lui parler, c’est tout ce qui comptait. Cet instant était crucial car si cela tournait mal, réarranger les choses seraient difficile à faire, voire quasiment impossible vu la personnalité de l’énergumène. Si elle pouvait le conforter dans sa toute puissance, elle le laissait, tant qu’il ne finissait pas par la froisser elle dans sa fierté, dans ses limites. « Pourquoi ne fuis-tu pas ? » La question la laissa légèrement perplexe, il aimait bien feindre les innocents et elle, se demandait si elle devait se mettre à l’ennuyer. Elle hésite, se tâte mais répond sur le même ton qu’il avait prit : « Pour quelle raison je devrais te fuir ? » Elle lui retournait la question tout simplement, curieuse de savoir quelle réponse il pouvait lui apporter. Après tout, il venait de commencer un jeu, alors elle ne faisait que le suivre.


made by pandora.




Revenir en haut Aller en bas

Messages : 120
Age : 22 ans
nom de scène : Il utilise le pseudonyme J.kill pour tout ce qui est scénarios et compositions (paroles) personne ne sait que c'est lui.
occupation : Acteur † Scénariste & Parolier de façon anonyme
avatar : Park Bo Gum
DC : obt / kw / kom
Points : 60

yuseong m
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/
Message
Mar 29 Nov - 21:52

Every man gotta right to decide his own destiny.
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle.



« Je te regarderai jouer, mais ne sous-estime pas la profondeur de la neige » Je la regardais avant de sourire doucement. Sa réponse était plus que bien. Je ne m’étais pas attendu à ce qu’elle me réponde ce genre de chose. Mais j’appréciais pour le coup. C’était une phrase, qui avait du sens et qui pouvait exprimer beaucoup de choses. Je ne parlais pas, la regardant simplement, droit dans les yeux. Des yeux marrons, pas foncé, tendant un peu vers le clair. Un regard tout de même captivant. Amusé, de la situation, sans pour autant piper mot, l’analysant plus qu’il ne m’en fallait, j’en profitais, un peu pour jouer avec elle. Après tout, ne venait-elle pas de dire que les autres stylistes avaient fui par ma faute ? En tout cas, c’est clairement ce que je comprenais dans ses paroles. Devrais-je m’en offusquer ? Absolument pas. Je n’en avais rien à faire. Tant que je faisais mon travail, qu’on ne m’empêchait pas de le faire, et que les gens ne me faisaient pas chier, alors tout allait bien de mon côté. Mais c’est vrai que ça confession me rendait un peu curieux. J’aimerais bien savoir, ce qui faisait décider tout ce personnel à s’en aller. Est-ce qu’il y avait une chose en particulier ? Ou chacun avait une raison particulière ? Le fait que je sois froid ? Hautain ? De mauvaises humeurs ? N’était-ce pas leur job que de supporter mon humeur. Je ne pouvais pas toujours être agréable de toute façon. Soupirant, j’en vins à lui demander pourquoi elle ne fuyait pas. « Pour quelle raison je devrais te fuir ? » Ma langue claqua doucement contre mon palais, alors que je me redressais en secouant négativement la tête. « Je n’ai rien dit tout à l’heure… Mais… » C’était la seconde fois… « Te ? Tu ? » Je fronçais les sourcils en la jaugeant du regard. Parce qu’on discutait, elle se permettait de franchir un cap au niveau de la politesse ? Ce n’est pas quelque chose que j’appréciais. « Tu pourrais me fuir, parce que j’ai une sale caractère ? Même si… » Je marquais une pause avant de sourire en coin. « T’as l’air d’aimer ça. Me suivre. Sinon, tu serais déjà parti depuis bien longtemps. » C’est vrai. N’était-elle pas celle qui avait dit avoir du travail hormis moi ? Que devenait ce fameux travail ? Je croisais les bras sur mon torse en soupirant. « Ah qu’il fait chaud ici. »
made by pandora.





Revenir en haut Aller en bas

Messages : 102
Age : eighteen.
nom de scène : Noa(h).
occupation : trainee, compositrice, parolière, street performer, âme errante.
avatar : jung soojung, she's a godness. (cr : neoxvenus)
Points : 175

knockout g
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t2114-nunhwa-if-you-could-read-my-mind-you-d-be-in-tears http://www.lights-camera-action.org/t2139-nunhwa-youre-music-everyone-else-is-noise http://www.lights-camera-action.org/t2260-nunhwa-path-of-unhappiness http://www.lights-camera-action.org/t2214-nunhwa-whisper-to-me-softly
Message
Jeu 1 Déc - 0:38

You can try to hide it,
but you'll see that you can’t
Quand je panique la mécanique de mon cœur déraille au point que je me prends pour une locomotive à vapeur dont les roues décollent dans les virages. Je voyage sur les rails de ma propre peur. De quoi ai-je peur ? De toi, enfin de moi sans toi.



Ce qui fascinait Nunhwa, c’était le fait que quoiqu’elle dise ou fasse, il ne baisse pas son regard. La plupart des gens se retrouvait vite décontenancé par la façon dont elle les regardait, l’innocence impassible tout comme l’impossibilité d’en percer la surface. Ce qu’elle pensait était un mystère des plus absolus, et nul n’avait réussi à percer ses secrets sans qu’elle ne laisse volontairement échapper des indices. Du moins, ils abandonnaient bien vite et n’avaient pas la patience de déchiffrer l’énigme qu’elle posait avec tranquillité et imposait avec force. Elle jouait, qu’ils le veuillent ou non, elle continuerait à faire comme bon lui semble, par pure caprice plutôt que méchanceté. Depuis que le monde s’est dilué dans ses sonorités les plus joyeuses, elle imaginait le bruit de chaque chose. Et le premier était son rire. « Je n’ai rien dit tout à l’heure… Mais… », sans grand effort il capte toute son attention. Comme à chaque fois, car dès qu’il parle, elle l’écoutait, lisait ses mots sur le bord de ses lèvres sans que cela ne soit évident pour autant. Elle se questionne, quel faux pas a-t-elle pu commettre sans le réaliser. Après tout, contrairement à ses opérations passées, elle enchaîne les bavures, aussi petites soient-elles, les choses ne vont pas exactement et parfaitement comme elle se l’était imaginée. « Te ? Tu ? », si une angoisse était légèrement perceptible par la façon dont elle avait entrouvert ses lèvres, tout ceci fut effacé par son sourire amusé. Oups, elle avait oublié. Il l’avait tutoyé, à force, cela avait déteint sur elle. « Mea culpa, j’ai oublié un instant » fit-elle en esquissant un petit air désolé. Elle n’aimait généralement pas ceux qui se montrait pointilleux quand à ces petites choses, cela révélait un caractère un peu coincé, arrogant, et la volonté de subordonner les autres. Tout un tas de chose qui n’avait pas la place dans un débat en ces lieux. « Tu pourrais me fuir, parce que j’ai un sale caractère ? Même si… » Un petit Oh ! franchit silencieusement le seuil de ses lèvres, il venait de confesser à demi-mot qu’il avait bel et bien ce mauvais caractère qu’on lui reprochait et qui avait don de faire fuir plus de la moitié du staff tant qu’il était redouté. Une star qui valait une petite fortune après tout. « T’as l’air d’aimer ça. Me suivre. Sinon, tu serais déjà parti depuis bien longtemps. » La surprise continue de se lire sur son visage, qui cette fois-ci se fit un peu plus perplexe. Il semblait apprécier cela qu’on puisse le coller ? Elle n’en savait trop rien, mais le fait qu’il ne lui demande pas de partir, illico presto, la rassurait. Elle n’avait pas éjecté ses chances. « Vous suivre est mon devoir, mais si on met de côté cet aspect. Je ne vous ai suivi qu’une fois en venant ici et encore, vous m’avez emmené ici sans me donner le choix de dire quoique ce soit. » À son tour, elle jouait sur les mots de la même façon que lui le faisait déjà. Pointilleux et précis, elle lui retournait son jeu avec un sourire enjoué. Ce n’était ni un reproche, ni une agression verbale. Il prenait confiance et elle ne faisait que rétablir les faits. D’une certaine façon. « Et puis, je ne vois pas pourquoi je partirais . » Elle avait des choses à faire, des choses qu’elle ne pouvait malheureusement lui révéler car il en était le centre. Tout tournait autour de lui. Tout cela n’était qu’un prétexte, une quasi-farce. « Ah qu’il fait chaud ici. » « Il fait plutôt frais… » murmura-t-elle avec innocence, spontanément, alors qu’elle ne faisait que tester sa réaction. « Quelque chose vous embarrasse ? Oh, ça doit être votre costume. Que voulez-vous faire ? »




made by pandora.





Revenir en haut Aller en bas

Messages : 120
Age : 22 ans
nom de scène : Il utilise le pseudonyme J.kill pour tout ce qui est scénarios et compositions (paroles) personne ne sait que c'est lui.
occupation : Acteur † Scénariste & Parolier de façon anonyme
avatar : Park Bo Gum
DC : obt / kw / kom
Points : 60

yuseong m
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/
Message
Dim 4 Déc - 16:33

Every man gotta right to decide his own destiny.
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle.



« Mea culpa, j’ai oublié un instant » Mea culpa. Hum. Je l’observais longuement, assez pour me dire que cette fille était tout de même un peu spécial dans sa façon d’agir et de parler. Pourquoi ? Je n’en savais rien. Mais elle n’en restait pas moins des plus intrigantes. Claquant simplement ma langue dans un bruit légèrement irrité, je souris, changeant un peu la donne. Agacé ou pas. A elle de le deviner. Elle pensera ce qu’elle voudra. Je me fichais bien de ce qu’elle pouvait penser. Passant brièvement ma langue sur mes dents, je baissais mon regard, fixant alors le sol pour réfléchir un tant soit peu. Je voulais bien m’amuser d’elle un peu, juste un peu. Rien de bien méchant non plus. « Vous suivre est mon devoir, mais si on met de côté cet aspect. Je ne vous ai suivi qu’une fois en venant ici et encore, vous m’avez emmené ici sans me donner le choix de dire quoique ce soit. » Elle marquait un point. Elle n’avait pas tort, j’étais sur le banc de touche pour le coup. « Et puis, je ne vois pas pourquoi je partirais. » Elle était tenace en tout cas. Y’avait pas à dire. Je l’observais, la dévisageant presque au final. Elle avait des yeux qui sentaient la malice à plein nez. Un sourire plus que narquois et taquin. Cette fille, devait avoir plus d’un tour dans son sac. Elle n’avait pas du tout la lumière innocence sur son visage. Bien au contraire. « Hum. Je vois. Tu as bien raison, en effet. » Dis-je sans la quitter du regard. En attendant, je soupirais en m’éventant un peu le visage. C’est qu’il faisait chaud ici. Vrai ou faux, allez savoir. « Il fait plutôt frais… » Frais ? Non, quand même pas. Enfin, faut dire que je suis sacrément bien couvert, alors je ne ressentais pas une quelconque fraîcheur. « Quelque chose vous embarrasse ? Oh, ça doit être votre costume. Que voulez-vous faire ? » Mon costume non. Je secouais la tête en reculant un peu. « Non, non, mon costume n’a rien. Il ne me dérange pas. Il est agréable à porter. » Bien qu’un peu lourd, mais ça, c’était comme beaucoup de costume de l’époque Joseon. On y pouvait rien. Je regardais un peu autour de nous avant de lever la tête et fixer les escaliers. « Je serais bien allé sur le toit mais… Je dois aller tourner… » Un long soupire s’échappa d’entre mes lippes. Ouvrant la porte, je passais pour sortir de là avant de refermer la porte derrière nous. Le temps d’aller sur le plateau de tournage, ça serait l’heure de tourner. Fouillant dans mes poches, je la regardais avant de légèrement sourire. « Si je te demande de me faire une petite course pour la fin de ma scène ? Juste en face dans le café. » Dis-je en pinçant mes lèvres. « Tu la ferais ? Mon manager est je ne sais où. »
made by pandora.





Revenir en haut Aller en bas

Messages : 102
Age : eighteen.
nom de scène : Noa(h).
occupation : trainee, compositrice, parolière, street performer, âme errante.
avatar : jung soojung, she's a godness. (cr : neoxvenus)
Points : 175

knockout g
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t2114-nunhwa-if-you-could-read-my-mind-you-d-be-in-tears http://www.lights-camera-action.org/t2139-nunhwa-youre-music-everyone-else-is-noise http://www.lights-camera-action.org/t2260-nunhwa-path-of-unhappiness http://www.lights-camera-action.org/t2214-nunhwa-whisper-to-me-softly
Message
Dim 4 Déc - 22:21

You can try to hide it,
but you'll see that you can’t
Quand je panique la mécanique de mon cœur déraille au point que je me prends pour une locomotive à vapeur dont les roues décollent dans les virages. Je voyage sur les rails de ma propre peur. De quoi ai-je peur ? De toi, enfin de moi sans toi.



Nunhwa répondait un peu au tac au tac, sans réfléchir et par pur réflexe. De cette façon, elle restait spontanée, loin d’être en train de calculer le moindre de ses paroles et gestes. Elle voyait bien qu’il était indécis quant à son sujet, il n’arrivait pas à se fixer, à la ranger dans une catégorie et tant qu’il ne le faisait pas, elle se disait qu’elle avait encore toute ses chances. Pas forcément de lui plaire, loin de là à moins d’être particulièrement étrange, mais simplement de marquer son esprit. De toute façon, il n’allait pas sortir indemne de cette première rencontre officiellement, elle y veillerait. « Je serais bien allé sur le toit mais… Je dois aller tourner… » La vie d’un acteur n’était pas aussi simple que laissait supposer les caméras. C’était même le contraire, épuisant et très restrictif, devoir toujours innover, rechercher à puiser au maximum les possibilités qu’un rôle pouvait lui offrir. Pour le coup, Nunhwa se sentait désolée, désolée de ne pas l’avoir aidé. Le jeu était plus important, malheureusement. « Bon courage » se contentait-elle de dire, ne trouvant pas d’autres mots à vrai dire car elle n’était pas plus qu’une simple assistante. Leur proximité n’était que celle délimité par leurs deux professions. « Si je te demande de me faire une petite course pour la fin de ma scène ? Juste en face dans le café. » Elle l’observe et hoche la tête, si ce n’était que ça, elle était capable de le faire. Ce n’était pas si contraignant que cela, après tout. Cela lui demandait juste de prendre l’air, se rendre au café d’en face, et voilà tout. Rien de bien sorcier en soi. « Tu la ferais ? Mon manager est je ne sais où. » Pour la fin de la scène, c’était le délai mais elle n’était pas certaine de deux choses : l’argent et combien de temps cela risquait de durer. « Pas de souci, mais je n’ai pas d’argent sur moi. Vous en avez ? Et puis combien de temps allez-vous prendre pour tourner la scène ? » La demoiselle demandait les choses les plus simples, sans aucun détour alors que d’autres, auraient opté pour le silence et la débrouillardise.


made by pandora.




Revenir en haut Aller en bas

Messages : 120
Age : 22 ans
nom de scène : Il utilise le pseudonyme J.kill pour tout ce qui est scénarios et compositions (paroles) personne ne sait que c'est lui.
occupation : Acteur † Scénariste & Parolier de façon anonyme
avatar : Park Bo Gum
DC : obt / kw / kom
Points : 60

yuseong m
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/
Message
Mar 6 Déc - 19:17

Every man gotta right to decide his own destiny.
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle.



« Bon courage » Bon courage… Oui, si on veut. Est-ce qu’on disait à tout le monde bon courage quand il partait au travail ? Je ne sais pas. Je ne crois pas. Mais bon ma foi, je souris doucement. Ça partait d’un bon sentiment. Me stoppant en plein milieu de mon départ, j’en profitais pour lui demander, s’il serait possible qu’elle m’achète une boisson dans le petit café d’en face. C’est pas bien loin, mais je pourrais comprendre si elle ne le souhaite pas. « Pas de souci, mais je n’ai pas d’argent sur moi. Vous en avez ? Et puis combien de temps allez-vous prendre pour tourner la scène ? » J’hochais la tête avant de fouiller dans mes poches pour en sortir la seule chose que je gardais sur moi pendant que je tournais, ma carte de crédit. Pas que j’ai peur qu’on me la vole. Mais c’est toujours utile suivant ou on est, pas besoin de rentrer chercher la carte pour payer quoi que ce soit. La lui tendant je souris en coin. « J’aimerais un grand mokka. Avec une pâtisserie quelconque j’aime tout. Prends-toi ce que tu veux. » C’est pas ça qui allait me ruiner non plus. « Pour ce qui est du tournage. Je ne sais pas ? Tout dépendra des attentes du producteur et du scénariste ? » parfois on devait bien refaire des scènes pour un rien du tout alors… « Pourquoi ? Que fais-tu pendant le tournage ? Tu dois faire quelque chose en particulier ? En tout cas tu peux venir sur le tournage, il y a un coin hors caméra avec mon nom, tu n’auras qu’à poser tout ça là-bas si je n’ai pas fini ma scène. » Marchant pour gagner du temps, je soupirais en réajustant un peu ma tenue. De toute façon, elle pouvait prendre son temps, je ne le voulais pas dans la minute, boire un café froid, n’était pas ce que j’appréciais le plus. Donc… « Prends ton temps. Fais ce que tu as à faire avant. De toute façon, je ne bouge pas de la journée. » Un signe de la main, je l’abandonnais là pour filer dans la pièce du tournage non loin de là.
made by pandora.





Revenir en haut Aller en bas

Do you believe in destiny, that's something very strange.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Sujets similaires

-
» destiny cycles england
» [VENDU] jeu DESTINY pour PS4
» petite petition pour arreter un affreux
» FUN CAR SHOW
» Une jument massacrée à Ghoy dans la nuit du 25 au 26 mai 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lights, Camera, Action ! :: Munhwa Broadcasting system :: plateau de tournage-