AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Lights, Camera, Action ! :: the big four :: Yuseong Media

The beauty of the chinese language - Ft. Do Min Oh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Messages : 84
Age : 22
occupation : Trainee
avatar : Kim Jongdae
DC : //
Points : 207

yuseong m
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t2474-huang-shin-la-douleur-persiste-pour-qui-na-pas-despoir http://www.lights-camera-action.org/t2522-huang-shin-welcome-to-my-world http://www.lights-camera-action.org/t2523-huang-shin-mes-rps http://www.lights-camera-action.org/t2528-huang-shin-phone http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/
Message
Jeu 29 Sep - 16:15

The beauty of the chinese language
La sueur perlant sur son front, le regard intense sur son reflet en mouvement, Shin donnait son maximum pour exécuter à la perfection tous les mouvements constituant cette nouvelle chorégraphie. Le rythme s’accéléra et un moment de break lui donna presque le tournis mais il tenait bon, réussissant à suivre jusqu’à la dernière seconde. Et dans un dernier élan, il positionna son bras pour la pause finale, pour la libération qui sonnait enfin. •••

Au moment même où la musique prit fin, le corps du jeune homme sembla le lâcher et il s’effondra le souffle coupé sur le sol, d’autres trainees le rejoignant dans son agonie, toute trace d’énergie ayant visiblement quitté leur corps. Shin éprouva quelques difficultés à reprendre son souffle et il fut incapable de dire quoique ce soit, sa voix étant nouée par tout l’effort qu’il venait de fournir dans cette dernière répétition. Replongeant son regard dans son reflet, un sourire se dessina sur son visage pourtant marqué par la fatigue : il était au point. Il pouvait fièrement se dire qu’il maitrisait cette chorégraphie sur le bout des ongles et qu’il pouvait même la présenter à son professeur de danse. Il était heureux. Heureux de constater que ses efforts finissaient toujours par payer et qu’il s’approchait tout doucement de son rêve, son rêve qu’il ne voulait surtout pas perdre cette fois-ci.

Il n’avait pas arrêter ces derniers jours, les salles d’entrainement étant devenues, comme pour beaucoup de personnes dans son cas, son quotidien. Même lorsqu’il avait du temps libre, il revenait s’entrainer, jusqu’à s’effondrer sous la fatigue. Etre trainee n’avait rien de facile, tout comme la vie d’idole, il se doutait bien, mais il ne pouvait pas se permettre de trainer des pieds. Il ne voulait pas perdre son temps, même si en travaillant à ce point, il mettait sa santé en péril. Cette fois-ci, il n’avait pas le droit à l’erreur et il souhaitait vraiment se démarquer des autres trainees en excellant dans toutes les disciplines. La compétition était rude, il ne pouvait pas se reposer seulement sur son talent. Les efforts allaient faire toute la différence, il en était conscient et c’était pour cette raison qu’il répondait toujours présent et qu’il faisait de son mieux pour s’améliorer, tirant des enseignement de tout ce qu’il voyait. Il s'approchait cependant du point de non retour, un point où il allait simplement finir par craquer avant de repartir sur de bonnes bases. Un cercle vicieux qu’il connaissait déjà très bien, malgré cette longue pause qu’il avait faite avant de redevenir trainee.

La musique fut lancée une nouvelle fois mais Shin était incapable de supporter une nouvelle répétition de cette danse exténuante. Se levant enfin, il s’assit quelques minutes sur un banc, observant ses collègues s’exercer tandis qu’il vidait sa bouteille d’eau. Dans quelques heures, il devait passer à un tout autre entrainement : le chant et il ne pouvait pas se permettre de s’y rendre en mauvais état. Il opta ainsi pour une longue pause, passant par la case douche avant de s’autoriser une boisson chaude. L’eau qui coula le long de sa peau le réveilla et apaisa ses muscles brulants à cause de la pression qu’il leur avait fait subir durant toute une matinée. Heureusement que son corps était habitué à l’effort, tout comme son moral, élément tout aussi important dans la vie d’un artiste.

Apaisé mais toujours fatigué, Shin se retrouva devant une machine à café, devant laquelle il s’arrêta quelques secondes afin de faire son choix. Récupérant des pièces au fond de son sac, il opta finalement pour un café bien fort, qui, espérait-il, allait lui redonner un bon coup d’énergie. Cependant, bien que la machine avala ses pièces, il se retrouva à attendre bêtement que celle ci lui propose le bien qu’il avait payé… mais rien ne se passa. Et bien évidemment, la machine ne désirait pas non plus lui rendre son argent, tant qu’à faire! Lassé par cette malchance (comme ça lui arrivait souvent), il donna un coup dans la machine, coup qui s’avéra inefficace. « Mā de! » Un juron prononcé en chinois s’échappa de ses lèvres alors qu’il se retrouvait sans un sous et sans café.
S’éloignant de cette machine qu’il détestait, Shin recommença une nouvelle investigation de son sac de sport espérant trouver de nouvelles pièces et ainsi retenter sa chance sur une nouvelle machine. Il avait en effet vraiment besoin de caféine, le manque se faisant ressentir. Il avait oublié l’effet que pouvait avoir cette dépendance idiote sur son humeur! Soufflant, il continuait à jurer dans cette belle langue qu’il appréciait tant. Elle était toujours plus facile à utiliser lorsqu’il était énervé, par habitude et par sécurité. Il connaissait peu de personne parlant chinois ici, et qui plus est, il avait passé la plus grande partie de sa vie à parler chinois, d’où ses habitudes particulières.
© 2981 12289 0


Revenir en haut Aller en bas

Messages : 2582
Age : 23 ans.
groupe : Vict2ry
rôle dans le groupe : leader / lead rapper / second vocal / parolier
nom de scène : Lee Bae
occupation : rookie & peintre à ses heures perdues.
avatar : park chanyeol (exo)
DC : chae hae ri (taeyeon)
Points : 260

yuseong m
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t858-min-oh-je-voulais-un-titre-au-top-mais-j-touche-le-fond-fite-me-bye http://www.lights-camera-action.org/t937-do-min-oh-bangarang http://www.lights-camera-action.org/t884-do-min-oh#32336 http://www.lights-camera-action.org/t885-do-min-oh-call-me-bae http://www.lights-camera-action.org/t886-do-min-oh-bibimbae#13800 http://www.lights-camera-action.org/t1275-vict2ry-yuseong-media
Message
Ven 30 Sep - 22:36

The Beauty of the Chinese Language
Shin & Min Oh


Le moment où l’on réalise que l’on a oublié quelque chose, sans pour autant être capable de revenir sur l’information en question, est profondément désagréable. Depuis quelques minutes déjà, Min Oh se battait avec sa mémoire récalcitrante afin de se rappeler de ce qu’il avait pu omettre, de ce que cet esprit fourbe tentait de lui cacher. C’était important, il en était certain. Malheureusement pour lui, ceux qui prétendaient que les informations cruciales ne s’oubliaient jamais n’étaient rien de plus que d’honteux menteurs. Comme d’habitude, cela lui reviendrait une fois qu’il cesserait de chercher, car c’était toujours dans ce genre de situations que l’on parvenait à remettre le doigt sur ce que l’on avait essayé de trouver pendant longtemps. Il s’en rappellerait trop tard, le regretterait ensuite. Mais ce n’était pas grave : si ça avait été une urgence, on lui aurait fait la remarque, on l’aurait appelé afin de lui signaler qu’il n’était pas présent. Enfin, il l’espérait.

Après qu’il avait flâné dans une salle de repos pendant de longues minutes et pris le temps de se reposer entre une séance d’entraînement et un entretien avec le manager de Vict2ry, le duo dont il faisait si fièrement partie, Min Oh l’abandonna pour se promener dans les couloirs. Il avait encore à faire dans la journée, trop à son goût, même si personne ne requérait sa présence dans l’instant, mais disposait avant cela de quelques minutes supplémentaires pour se reposer, ce qui l’arrangeait bien. Le temps était depuis quelques mois devenu une notion précieuse pour le rookie qui, après avoir vu sa période de trainee se terminer (et il n’en était pas mécontent, que du contraire), avait compris que cette dernière n’était rien de plus qu’un avant-goût de ce qui l’attendait une fois propulsé à l’avant de la scène. Quand il n’était pas en train d’assurer un show, il se retrouvait à s’entraîner, à poser pour des photographes ou à répondre à des questions, sans oublier les nombreuses occasions où il devait discuter avec son manager afin de comprendre la situation, de recevoir des consignes.

Et ces consignes aussi, c’était une sacrée histoire. Lui qui n’avait jamais réussi à accepter les commentaires désobligeants de son père ; lui qui n’avait jamais, alors qu’il essayait, réussi à contrôler son impulsivité. Lui demandait-on réellement de se comporter comme un agneau bien sage ? Le fils de Lee Na Hyun n’était certes pas méchant, mais certains de ses défauts n’entraient malheureusement pas dans le cadre de l’idole bien rangée et propre sur elle qu’il devait renvoyer. On le lui avait reproché de nombreuses fois, on lui avait demandé de changer. Au cours de ces quelques mois d’activité, il avait compris que les efforts à fournir afin d’assurer sa place dans le monde des idoles ne seraient pas des moindres, et il faisait de son mieux pour ne pas avoir de problèmes par la suite. Pour lui, c’était évident, mais surtout pour son meilleur ami, Jae Jin, avec lequel il comptait bien continuer à gravir les échelons. Rien n’aurait pu le rendre plus heureux qu’arriver au sommet avec lui.

Un sourire satisfait aux lèvres, Min Oh tourna au coin du couloir où se trouvait sa meilleure amie. Peu importait l’heure ou la saison, elle était toujours présente au poste, prête à l’accueillir et à lui offrir ce qu’elle avait de mieux. On lui reprochait de passer trop de temps en sa compagnie, mais elle savait le charmer, le faire rester à ses côtés, et elle dégageait ce parfum irrésistible qui le rendait réticent à l’idée de l’abandonner trop rapidement. Un jour, peut-être arrêterait-il le café. Un jour, peut-être trouverait-il une autre alliée que cette machine qui, parfois, osait lui demander s’il souhaitait ajouter du sucre dans son breuvage. Une proposition honteuse qui ne manquait pas de l’agacer à chaque fois. Après tout ce temps, elle aurait au moins pu retenir ses préférences.

Mais alors qu’il se dirigeait vers la machine en question, il remarqua que la déesse du réveil lui était infidèle et conversait avec un autre homme. Trahison, disgrâce. Il se jura de faire payer à cette traîtresse l’affront dont il était témoin et, s’approchant de la scène de crime, il jeta un regard à l’inconnu qui se trouvait devant l’énorme boîtier. Comme tout le monde, il attendrait son tour, bien que son impatience ne soit pas la plus facile à gérer.

C’est alors que survint l’inattendu. Un juron qu’il connaissait pour l’avoir déjà entendu plusieurs fois, de la bouche de sa sœur lorsqu’elle était encore étudiante. L’amant était-il chinois ? Les yeux du rookie se plissèrent jusqu’à ne plus être que deux fentes sur son visage, puis il pinça les lèvres et continua à réfléchir. Il n’avait plus pratiqué depuis bien longtemps, mais il se rappelait des conversations qu’il avait avec Mee Na et des nombreuses occasions où il s’était rendu dans sa chambre afin de subtiliser ses livres. Young Il le regardait de travers et soutenait qu’il était fou, qu’étudier une langue dont on ne pouvait se servir était totalement stupide, mais Min Oh n’avait jamais vu les choses de cette manière. Une fois qu’ils étaient partis, il avait continué à apprendre, mais sans pouvoir pratiquer. Déplorable fin pour un apprentissage qui avait pourtant bien commencé. Distrait de son envie de caféine par cet événement, il garda les yeux posés sur l’inconnu lorsqu’il le vit s’éloigner et, quand il eut confirmation de ce qu’il venait d’entendre, il lui emboîta le pas sans hésiter et le rattrapa en moins de temps qu’il n’en fallait pour le dire.

« Excusez-moi !  » Commença-t-il, en un chinois teinté de son accent et amputé d’une part de son intonation. « Vous êtes chinois ?  »

Alors qu’il aurait pu lui demander s’il souhaitait un café, s’il allait bien, s’il faisait beau au dehors de l’agence, il avait préféré être direct. Le réflexe de tourner la langue sept fois dans sa bouche lui manquait depuis toujours, il le prouvait encore une fois. Heureusement, il réalisa assez rapidement à quel point son approche pouvait être impolie et, après avoir fait un pas en arrière, il tenta de se reprendre.

« Je veux dire, je vous ai entendu, alors je me le demandais. »

Le manque de pratique rendait les choses difficiles. Il avait repris en coréen, comme c’était plus facile pour lui. Normalement, en travaillant chez eux, l’autre garçon devait également le parler.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.


+ Last Christmas +

I gave you my heart but the very next day, you gave it away. this year, to save me from tears I'll give it to someone special.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 84
Age : 22
occupation : Trainee
avatar : Kim Jongdae
DC : //
Points : 207

yuseong m
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t2474-huang-shin-la-douleur-persiste-pour-qui-na-pas-despoir http://www.lights-camera-action.org/t2522-huang-shin-welcome-to-my-world http://www.lights-camera-action.org/t2523-huang-shin-mes-rps http://www.lights-camera-action.org/t2528-huang-shin-phone http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/
Message
Sam 15 Oct - 2:16

The beauty of the chinese language
Une nouvelle rencontre forte intéressante! •••

Parfois, Shin avait l’impression que la vie était contre lui, même lorsqu’il s’agissait de futilité comme acheter un café, ou plutôt essayer d’en acheter. Il avait pourtant payé pour obtenir la boisson tant désirée mais elle n’était jamais apparue sous ses yeux fatigués. Il avait soupiré à plusieurs reprises ainsi que taper sur la machine, mais rien n'y faisait : il se retrouvait pauvre et au bord de l’agonie à cause de la fatigue qui s’était abattu sur son corps. Il se demandait encore comment il faisait pour marcher alors que tous ses muscles étaient en train de progressivement le lâcher. Il n’y avait pas été de main morte et cette sensation d’épuisement générale ne l’avait guère manqué.. Toutefois, il faisait cela pour la bonne cause et il était hors de question qu’il désespère seulement à cause de quelques mois et années (dans le pire de cas) d’entrainements pour arriver à ses fins. Il avait déjà échoué une fois, il n’avait pas le droit à une deuxième erreur.

Pour autant, râler contre une machine à café qui n’avait rien à dire pour sa défense ne venait pas résoudre son problème : il restait sans café dans la main et cela l’énervait au plus au point. Dans sa démence, des jurons prononcés en chinois l’avait échappé et il n’avait même pas entendu des bruits de pas se diriger vers lui, trop occupé à faire des « éloges » sur la vie dans sa belle langue natale, le nez plongé dans son sac de sport qui empestait la transpiration. Un vrai régal, il était ravi! Ses sourcils froncés et ses murmures auraient pu en faire fuir plus d’un… Mais le jeune homme qui venait de l’approcher avait visiblement été intrigué par son discours et lui adressa ainsi la parole. Shin sursauta lorsqu’une voix plutôt grave vint chatouiller ses tympans habitués au calme le plus complet. Sa bouteille d’eau lui glissa des mains sous la surprise et il regarda un instant le jeune homme sans dire un mot, surprit de voir quelqu’un… Et surtout gêné de ressembler à un fou venant de s’échapper d’un asile psychiatrique = manquer de café constituait un véritable danger !

Arrêtant de cligner des yeux comme un imbécile, Shin fut enfin capable de comprendre les mots qui lui avaient été adressés. Ce n’était pas du coréen qu’il avait entendu dans un premier temps mais bel et bien du chinois, même s’il avait aperçu un petit accent dans la prononciation de ces quelques mots. Un petit sourire prit possession de ses lèvres même s’il se demandait si le jeune inconnu avait comprit ses vilains mots. L’homme en question, le géant pour être plus précis, lui était par ailleurs familier mais il avait encore beaucoup de mal à mettre un nom sur tous les visages, n’ayant pas vraiment pris le temps de faire plus amples connaissances avec les individus qu’il avaient pu croiser. Son expérience dans son ancienne agence lui avait vraiment laissé quelques séquelles et il avait parfois peur de s’approcher de trop prêt de quelqu’un, la peur d’être attrapé ne le quittant jamais. Même s’il n’avait plus raison d’avoir peur puisqu’il avait rejeté cette attirance qu’il éprouvait pour la gente masculine. Ainsi, même lorsqu’il voyait un beau jeune homme, il s’empêchait de l’observer trop intensément, toujours par crainte de faire un pas de travers. « Oui, je suis chinois. Vous parlez chinois vous aussi? » Il avait terminé par répondre, en chinois, brisant enfin le silence un peu gênant qu’il avait lui même causé à force de trop réfléchir; Il était pensif et il avait tendance à tout exagérer ce qui ne facilitait pas toujours sa réflexion. Il était curieux sur la personne lui faisant face. Son accent ne semblait pas parfait, tout comme son intonation mais le contenu était excellent et il s’était exprimé clairement malgré ces petites nuances.

Il lui avait parlé en chinois puis en coréen alors il en déduisit qu’il venait de Corée mais il se trouva idiot d’être si réducteur, même si sa prononciation en coréen semblait parfaite mais après tout, la sienne n’était pas très mauvaise non plus à force de pratique. Il avait parfois quelques difficultés lorsqu’il fallait utiliser des mots un peu plus « distingués » mais en général, son coréen était plutôt bon. Sa mère avait bien fait de lui parler coréen dès son jeune âge, il la remerciait chaque jour. « Vous avez compris ce que j’étais en train de dire ? » Se souvenant de ses propos, il fut un peu gêné d’avoir été pris sur le fait, alors qu’il n’utilisait pas des mots très élégants, et ce, dans une agence de divertissement comme la sienne. Il n’avait pas l’air d’être un coach alors, avec un peu de chance, il n’allait pas lui taper sur les doigts! Même si ce n’était pas de sa faute si la vie était injuste contre lui et qu’il avait besoin d’exprimer sa frustration d’une manière ou d’une autre : le chinois était son échappatoire. « D’où venez-vous d’ailleurs? » Il demanda alors qu’il continua sa recherche acharnée de pièces, tout en prêtant attention à son vis à vis, curieux d’en savoir plus. Il n’avait pas eu l’occasion de parler chinois avec quelqu’un depuis longtemps, ici tout du moins, alors il avait envie de faire connaissance. Ce visage lui était vraiment familier par ailleurs… Peut-être que ses questions étaient idiotes s’il s’agissait d’une idole. Il pouvait toujours joué sur l’ignorance dû à ses origines chinoises, pas vrai? Après tout, il revenait tout juste de Chine, ça pouvait peut-être marcher!

© 2981 12289 0

TwT:
 


Revenir en haut Aller en bas

Messages : 2582
Age : 23 ans.
groupe : Vict2ry
rôle dans le groupe : leader / lead rapper / second vocal / parolier
nom de scène : Lee Bae
occupation : rookie & peintre à ses heures perdues.
avatar : park chanyeol (exo)
DC : chae hae ri (taeyeon)
Points : 260

yuseong m
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t858-min-oh-je-voulais-un-titre-au-top-mais-j-touche-le-fond-fite-me-bye http://www.lights-camera-action.org/t937-do-min-oh-bangarang http://www.lights-camera-action.org/t884-do-min-oh#32336 http://www.lights-camera-action.org/t885-do-min-oh-call-me-bae http://www.lights-camera-action.org/t886-do-min-oh-bibimbae#13800 http://www.lights-camera-action.org/t1275-vict2ry-yuseong-media
Message
Dim 16 Oct - 18:39

The Beauty of the Chinese Language
Shin & Min Oh


Des choses incroyables se produisaient quotidiennement dans cette agence. Des gens normaux se retrouvaient piégés dans des situations ennuyeuses et ne parvenaient pas à s'en sortir, des hommes comme tous les autres, des femmes sans véritable particularités se trouvaient face à des problèmes qu'ils ne pouvaient résoudre d'eux-même, comme la panne de cette machine à café qui survenait au mauvais moment. Pourtant, au fond de lui-même, Min Oh avait la conviction que chacune des personnes qu'il rencontrerait en ce jour serait exceptionnelle à sa manière, avec ses défauts comme avec ses qualités. Cette conviction, personne n'aurait pu lui enlever.

Pourtant, son père, Jin Seok, avait essayé. Il avait essayé de lui faire comprendre que les personnes qui suivaient leur coeur et décidaient d'agir comme bon leur semblait n'étaient pas celles qui réussissaient le mieux dans la vie. Il lui avait conseillé d'étudier, de travailler et d'abandonner toute pensée artistique qui aurait pu se loger au creux de ses méninges et chercher à s'exprimer. Pour lui plaire, il aurait dû devenir avocat, médecin, peut-être même professeur, si les deux premiers n'étaient possibles. Des professions qui, bien qu'honorables, ne plaisaient pas à Min Oh, que l'esprit un peu trop productif empêchait de se limiter à un domaine sans s'ennuyer rapidement.

C'est pour cette raison que les disputes avaient commencé dans la famille Do. Les éclats de voix et les propos désobligeants s'étaient multipliés, il avait souvent vu sa mère pleurer à cause de l'homme qu'elle aimait. Puis, un triste jour, le divorce avait été annoncé à l'ensemble des enfants, lui compris. En analysant la situation, il avait rapidement vu les raisons pour lesquelles son père était parti : c'était de sa faute, la sienne, parce qu'il avait souhaité faire ce qu'il voulait au lieu d'obéir et que sa mère, consciente de l'importance que ça avait pour lui, avait pris sa défense envers et contre tout, jusqu'à perdre le mari qu'elle avait chéri durant des années. C'est également ainsi qu'il avait perdu un frère, une soeur. Pour une raison qu'il ignorait, ils avaient préféré suivre leur père plutôt que rester avec une mère à la santé fragile.

Quand il y pensait, Min Oh prenait conscience que même son existence possédait quelque particularité. Il n'était pas très assidu en cours, mais s'intéressait à de nombreuses choses. Il avait ce talent presque inné pour les arts graphiques, qu'il s'agisse de la manipulation du crayon, du fusain ou du pinceau. Ce n'était pas donné à tout le monde. D'aucuns diraient qu'il avait la fibre, d'autres qu'il aurait mieux fait de travailler. Il s'en était toujours moqué, jusqu'à avoir le besoin de gagner un peu d'argent pour subvenir à ses besoins. Là, il avait commencé à se remettre en question et il avait décidé de s'orienter vers autre chose. Vers la musique, plus précisément.

Malheureusement, exercer le métier d'idole demandait de nombreux sacrifices, à commencer par celui de la vie sociale qu'il avait développée jusqu'alors. Il était de toutes les sorties, de tous les rendez-vous, mais ne pouvais désormais plus se permettre d'être vu n'importe où. Un véritable enfer, quand on était assoiffé de rencontres et d'occasions. Sa plus grande tristesse était celle de ne plus pouvoir pratiquer les langues étrangères qu'il avait apprises. L'anglais qu'il avait étudié au collège et au début du lycée, le japonais et le chinois qu'il avait appris avec l'aide de sa soeur qui lui permettait de pratiquer. Tout ça lui manquait plus qu'il ne souhaitait l'avouer, et c'est précisément la raison pour laquelle les sonorités particulières de la langue chinoise avaient attiré son oreille plus ou moins habituée.

« Un peu. » Il forma un petit espace entre son pouce et son index, au cas où il se tromperait, et il adressa un sourire à l'autre asiatique. « Je me débrouille. »

Il n'était pas bilingue, devait réfléchir à ses propos, mais ces quelques phrases étaient relativement simples à exprimer, alors ça passait tout seul. Pour les jurons, c'était la première chose qu'il avait apprise. Sa soeur lui avait dit que c'était généralement le plus utile, dans une langue. Il sourit davantage et se décida à hocher la tête.

« Oui! » Pas très glorieux, comme vocabulaire, mais il n'y pouvait rien. Au moins, si on l'insultait un jour, il serait capable de le comprendre et de riposter. Peut-être. « Je suis d'ici. » Reprit-il finalement, sans perdre de son accent, sans prendre en intonation. L'ombre d'un sourire demeura sur ses lèvres, bien qu'il devienne un peu plus sérieux pour ne pas avoir l'air d'un fou. « J'ai appris le chinois grâce à ma soeur. Elle l'a étudié. »

Et elle était partie, comme les autres. Parfois, il arrivait à Min Oh de se demander si elle avait épousé un chinois, si elle vivait encore seule, si elle était restée avec son père et Young Il. Tant de questions qui demeuraient sans réponse, comme il avait supprimé numéros et messages sur un coup de tête. D'un autre côté, ils n'avaient pas rappelé, eux non plus. La façon dont sa famille était tombée en morceau l'attristait un peu.

Cela n'empêcha pas Min Oh de retrouver le sourire quelques instants plus tard, de nouvelles questions fusant dans son esprit. Sa curiosité habituelle s'apprêtait à déferler telle la marée.

« Vous êtes idole ici? » Il ne l'avait jamais vu auparavant. « Vous êtes chinois? » Puis, il réalisa qu'il s'égarait de nouveau et reprit la parole. « Ah, avant tout. Vous voulez un café? »

Oui, car c'était grâce à la panne de la machine qu'il avait pu comprendre que cet homme parlait chinois, après tout. Ne pouvaient-ils pas discuter autour d'un gobelet fumant ? Ça serait d'autant plus agréable qu'il avait envie de prendre une boisson, lui aussi. Comme en plus il n'avait pas l'habitude (et c'était plutôt malheureux pour lui) d'être parfaitement à l'heure, ça ne le dérangeait pas de prendre quelques minutes de retard.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.


+ Last Christmas +

I gave you my heart but the very next day, you gave it away. this year, to save me from tears I'll give it to someone special.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 84
Age : 22
occupation : Trainee
avatar : Kim Jongdae
DC : //
Points : 207

yuseong m
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t2474-huang-shin-la-douleur-persiste-pour-qui-na-pas-despoir http://www.lights-camera-action.org/t2522-huang-shin-welcome-to-my-world http://www.lights-camera-action.org/t2523-huang-shin-mes-rps http://www.lights-camera-action.org/t2528-huang-shin-phone http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/
Message
Mer 19 Oct - 1:37

The beauty of the chinese language
•••

Si le désespoir avait pu se lire sur son visage quelques minutes plus tôt, c’était à présent un air inquisiteur qui avait prit possession des traits de son visage alors qu’il observait la personne qui venait de l’aborder. Il ne parvenait pas à mettre un nom sur ce joli minois mais il n’en était pas frustré pour autant. Il n’était pas à l’agence depuis bien longtemps et ses fréquentations n’étaient pas nombreuses, et ce, par sa propre faute. Il avait, à son arrivée, décidé de rester à l’écart en préférant venir à l’agence pour simplement s’entrainer mais, la solitude l’avait finalement forcé à sortir de sa bulle pour s’approcher des autres trainees. Encore à ce jour, il découvrait de nouvelles personnes et essayaient tant bien que mal de se souvenir d’elles mais sa mémoire lui faisait souvent défaut, notamment à cause de la fatigue qui s’accumulait. Il avait tellement envie de s’évader quelques jours ou ne serait-ce que quelques heures, loin de tout ça pour se sentir revivre. Il aimait ce qu’il faisait mais il ne pouvait pas s’empêcher d’étouffer à cause de la compétition et du stress qui venait gentiment l’accompagnait.

S’il y avait bien une chose qu’il désirait plus que tout, c’était de retrouver les bras de sa mère et de pouvoir sentir la bonne odeur d’un plat préparé par ses soins. Il était extrêmement proche de celle qui l’avait mis au monde mais il avait dû faire le sacrifice de partir de leur nid douillet pour se « réfugier » dans le dortoir des trainees. C’était plus facile de cette manière et cela lui permettait aussi d’avoir un avant goût de la vie d’idole en côtoyant d’autres jeunes hommes qui aspiraient au même destin. Si cet aspect avait des avantages, cela restait toujours un endroit un peu déprimant, sa mère étant si proche et si loin à la fois. Son père... c’était une tout autre histoire et même si leur relation n’était pas restée en très bons termes après son départ, Shin pensait souvent à lui et à cette figure paternelle qui l’avait tant déçu mais qu’il aimait toujours. Il ne voulait pas penser à cette histoire alors il se noyait souvent dans le travail, progressant toujours plus mais oubliant parfois de vivre une vie normale tant qu’il en avait l’opportunité.

Il se demandait si une fois idole, les machines à café allaient se montrer plus clémentes envers lui où s’il allait toujours devoir se battre pour assouvir ses besoins vitaux! Toutefois, ce n’était plus vraiment la question qu’il avait en tête, maintenant qu’il se retrouvait en face d’un inconnu, inconnu pourtant familier par les traits de son visage. Shin n’avait pas pu s’empêcher de l’observer discrètement de haut en bas et sans nul doute, il avait le physique idéal pour être lancé sur les devants de la scène et peut-être était-ce déjà le cas mais il l’ignorait encore. Qui plus est, il s’inquiétait de son avenir après cette arrivée soudaine, alors qu’il avait été entendu en train de réciter un poème en chinois. « Vous vous débrouillez bien de ce que j’ai pu entendre! » Il parlait doucement et avec un véritable sourire au bout des lèvres, heureux d’entendre cette si belle langue, malgré les petites nuances qu’il avait pu entendre. Shin aimait beaucoup la Chine et même si ce n’était pas là où il voulait poursuivre sa vie, il ne pouvait oublier les beaux souvenirs qu’il avait pu s’y faire. La Chine lui rappelait une belle époque et il revoyait sa famille heureuse dans ce grand pays… Les choses avaient vraiment changé depuis cette période mais il ne voulait pas que cette image s’estompe de sa mémoire alors malgré les derniers évènements de sa vie, il continuait à penser à la Chine avec un grand sourire aux lèvres et il était parfois nostalgique même si la Corée était devenue son nouveau foyer. Entendre du chinois lui faisait un bien fou, encore plus lorsque cela venait d’un étranger qui s’essayait à cette langue, magnifique mais très compliquée. Cela lui réchauffait le coeur, pour une raison qu’il ignorait. « Oh c’est super! Vous aimez tous les deux le chinois je présume, ça fait plaisir à entendre. » Il s’enthousiasmait une nouvelle fois avant de replonger dans sa recherche interrompue.

Une nouvelle question lui fit posée puis une autre, signe que le jeune homme qui se trouvait en face de lui lui portait un certain intérêt. Peut-être voulait-il faire plus ample connaissance et pratiquer la langue qu’il avait appris, ce qui n’allait certainement pas déranger le trainee. Il fut qui plus est amusé par les nombreuses questions qui s’étaient enchainées et ses yeux s’illuminèrent à l’entente d’un mot magique : café. Il n’y avait rien à faire, aucune pièce ne s’était échappée pour venir se cacher dans son sac de sport, il était donc pauvre et bientôt à l’agonie à cause du manque de caféine. Ce jeune homme représentait une véritable source d’espoir et il était prêt à se mettre à genoux pour le supplier de lui venir en aide, tellement il était désespéré. Il exagérait à peine, bien sûr! Heureusement qu’il savait se contrôler et il évita ainsi un étrange numéro et se contenta d’hocher la tête, manquant de se faire mal au cou à cause des mouvements trop rapides que lui avaient valu son excitation. « Si ça ne vous dérange pas, je ne dirais pas non à un café… » Il marqua une pause avant de reprendre, oubliant la gêne qu’il aurait peut-être du ressentir : « Si j’ai utilisé un si beau langage précédemment, c’est justement parce que cette machine a décidé d’être gourmande et de m’avaler mon argent sans m’offrir mon café… » Il s’empêcha de continuer à râler en chinois, des oreilles étant présentes. « Pour répondre à vos questions … Je ne suis pas idole… Je suis encore en apprentissage, en espérant le devenir bientôt! » Le plus tôt possible, il n’allait pas rajeunir avec les années, malheureusement : « Et oui, je suis chinois même si je vis en Corée depuis quelques années maintenant. J’ai la double nationalité! » Expliqua-t-il fièrement même si cette remarque n’avait peut-être aucun intérêt pour le coréen : « Je suis Shin d’ailleurs, Huang Shin. J’ai l’impression de vous avoir déjà vu quelque part… ? » Sa tête partit légèrement sur le côté, insistant sur la réflexion qu’il se faisait sur ce grand jeune homme (Il se sentait très petit tout à coup, pauvre de lui. Sa fierté en prenait un coup!).


© 2981 12289 0


Revenir en haut Aller en bas

Messages : 2582
Age : 23 ans.
groupe : Vict2ry
rôle dans le groupe : leader / lead rapper / second vocal / parolier
nom de scène : Lee Bae
occupation : rookie & peintre à ses heures perdues.
avatar : park chanyeol (exo)
DC : chae hae ri (taeyeon)
Points : 260

yuseong m
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t858-min-oh-je-voulais-un-titre-au-top-mais-j-touche-le-fond-fite-me-bye http://www.lights-camera-action.org/t937-do-min-oh-bangarang http://www.lights-camera-action.org/t884-do-min-oh#32336 http://www.lights-camera-action.org/t885-do-min-oh-call-me-bae http://www.lights-camera-action.org/t886-do-min-oh-bibimbae#13800 http://www.lights-camera-action.org/t1275-vict2ry-yuseong-media
Message
Dim 23 Oct - 1:10

The Beauty of the Chinese Language
Shin & Min Oh


En de nombreuses occasions, Min Oh avait pu profiter des avantages que présentait son approche sociable et ouverte. Elle n'était pas parfaite, il lui était même souvent arrivé, à cause de cette même tendance à aller vers les autres, de se retrouver dans une situation assez fâcheuse, mais il préférait largement aller vers les autres. La solitude, si elle possédait parfois un attrait non négligeable, n'était pas sa meilleure amie. On aurait pu lui répéter un milliard de fois qu'il n'était pas possible de se faire apprécier par tout le monde, il n'aurait pas changé pour autant : il voulait que les autres communiquent avec lui, communiquer avec eux. Il aimait voir les liens se créer, se défaire, voir les relations évoluer entre les individus qu'il fréquentait ou observait de plus loin. C'était bizarre. Mais ne l'était-il pas lui-même ? Cela faisait longtemps qu'il avait cessé de s'en soucier.

De toute façon, en commençant à travailler pour l'agence, l'ancien serveur avait rapidement compris que sa vie allait changer. La tranquillité dont il avait profité pendant quelques années venait de prendre fin, il allait avoir un horaire à tenir, bien plus sérieux et chargé que celui qu'il avait eu jusqu'alors, et l'angoisse de ne plus avoir assez de temps pour lui s'était rapidement fait sentir. Loin de le décourager, cela l'avait plutôt motivé à donner le meilleur de lui-même, histoire d'avancer vers une possible carrière. Carrière qui était finalement arrivée, lui procurant la joie indescriptible qu'était celle de travailler en compagnie de son meilleur ami, la personne qui comptait le plus à ses yeux après sa propre mère. Parfois, il se demandait si Jay avait seulement une idée de la valeur qu'il avait à ses yeux.

Désormais, les balbutiements de sa carrière de trainee étaient passés de quelques années. Il était devenu idole, commençait à gagner en popularité. Faire vendre avec un visage, pour le peintre qu'il sommeillait en lui, attaché aux images et à l'esthétique en général, était de loin plus gratifiant que remettre des assiettes aux clients du restaurant qui s'installaient à une table et ne se rappelaient de son existence qu'en cas de besoin. Pourtant, cette satisfaction ne lui suffisait pas toujours. La peinture lui manquait, tout comme les jours de congés qui se faisaient plus rares qu'un jour de pluie en plein désert. Il tenait le coup, ce n'était que le revers de la médaille. Si sa mère était fière de lui, ça lui suffisait amplement. Il n'aurait pas pu passer sa vie à tourner en rond dans la salle de ce restaurant, de toute façon, ni même à peindre seul dans son coin.

En plus, travailler dans cette agence lui permettait d'en apprendre davantage sur le fonctionnement de ce système. Les relations entre les gens, l'évolution des uns, des autres. Tout ce qu'il aimait. Il prenait plaisir à rencontrer les personnes avec lesquelles il allait devoir travailler, tout comme il était heureux de retrouver Jay, une fois la journée de travail terminée, pour lui raconter tout ce qu'il avait eu l'occasion de faire. En l'occurrence, la rencontre d'un jeune homme visiblement mécontent, qui donna à sa question la conformation qu'il attendait et lui arracha un très large sourire.

« Ah, c'est gentil... »

Et pour le coup, ça l'était vraiment. Il craignait toujours que son chinois soit pitoyable, comme il ne le pratiquait pas beaucoup. La possibilité qu'il le dise pour lui faire plaisir lui effleura bien l'esprit, mais même si c'était le cas, ça ne changeait rien. Il faisait de son mieux et s'améliorerait peut-être, si on lui laissait l'occasion de s'exprimer davantage.

« Oui, beaucoup ! Enfin, j'ai plutôt essayé par curiosité, de base. » Comme beaucoup de choses, manqua-t-il d'ajouter, se retenant à la dernière seconde pour reprendre avec autant d'entrain. « C'est pas toujours évident avec la prononciation, mais j'ai plus vraiment l'occasion de m'entraîner. »

Il n'aurait pu dire s'il en voulait vraiment à Mee Na d'avoir coupé les ponts avec lui. Après tout, il avait décidé d'aller de l'avant, de ne pas trop s'attarder sur les choses qui avaient pu lui faire de la peine. D'un autre côté, il ne parvenait à oublier tout ce qu'il s'était passé, la rapidité avec laquelle sa famille était tombée en morceau, pour finalement se disperser sans laisser de trace. Il vivait bien sans eux, mais leur présence n'aurait peut-être pas été superflue.

Mais il n'était pas temps de discuter de tous ces détails inutiles avec l'homme qu'il venait de rencontrer. Min Oh était bavard, mais il n'était pas du genre à raconter sa vie à n'importe qui, à l'exception de certains détails totalement futiles dont il se souciait bien peu. Il emmenait partout avec lui la honte d'avoir cherché à éloigner tous ceux qui comptaient à ses yeux ; un fardeau suffisamment lourd pour l'empêcher de s'ouvrir trop rapidement à ce sujet, même s'il n'était pas si difficile d'en être au courant.

« Si je propose, c'est que ça me dérange pas. » S'amusa-t-il en lui adressant un clin d'oeil, avant de jeter un regard en arrière à la machine à café qu'ils avaient abandonnée derrière eux. « Ça lui arrive de temps en temps, elle est capricieuse. »

Toujours lorsqu'il en avait besoin. Pourtant, il continuait à aimer cette machine rebelle qui ne souhaitait pas lui offrir la boisson qu'il venait chercher. La vie continuait, il pouvait lui faire une petite infidélité de temps à autre, lorsqu'elle décidait de n'en faire qu'à sa tête. Même susceptible, il lui fallait de bien meilleures raisons pour être de mauvaise humeur.

« Oh, trainee donc ? » D'un hochement de tête, il confirma ses propres paroles, puis reprit avec un sourire. « Ah, c'est pratique ça. » Sa famille était encore en Chine? Il n'osa poser la question, de peur que ce sujet soit délicat pour lui également, et la réserva pour plus tard. « Enchanté Shin ! Enfin, Huang-ssi? » Il pinça les lèvres et soupira doucement. « J'aime pas trop les honorifiques, tout ça. Ça vous dérange pas si je vous tutoies ? » Ce n'était pas très conventionnel, mais les règles de politesse étaient bien le cadet de ses soucis, à partir du moment où il commençait à connaître quelqu'un. « Je suis idole, c'est sûrement pour ça. Lee Bae, ça te dit quelque chose ? »

Après plusieurs apparitions à la télévision, que ce soit dans des clips vidéo ou des publicités, mais également à la une de plusieurs magazines, Min Oh commençait doucement à se faire une réputation. L'avantage de toute cette médiatisation (ou le désavantage, il n'était malheureusement pas parfait), c'était qu'elle lui permettrait peut-être un jour de se passer de présentations.

« C'est par ici pour le café! » Affirma-t-il finalement, lui faisant signe de le suivre alors qu'il se dirigeait vers une des salles de repos de l'agence, dont il savait qu'elle possédait une machine à instantanés. Restait à espérer un peu de tranquillité.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.


+ Last Christmas +

I gave you my heart but the very next day, you gave it away. this year, to save me from tears I'll give it to someone special.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 84
Age : 22
occupation : Trainee
avatar : Kim Jongdae
DC : //
Points : 207

yuseong m
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t2474-huang-shin-la-douleur-persiste-pour-qui-na-pas-despoir http://www.lights-camera-action.org/t2522-huang-shin-welcome-to-my-world http://www.lights-camera-action.org/t2523-huang-shin-mes-rps http://www.lights-camera-action.org/t2528-huang-shin-phone http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/
Message
Mar 1 Nov - 21:33

The beauty of the chinese language
••• Encore quelques mois plus tôt, le chinois était la langue que Shin entendait du matin au soir. Si sa relation avec la Chine n’avait pas été dès meilleures à cette période, il ne pouvait pas oublier ce langage qu’il trouvait si beau et qui le renvoyait toujours à des moments joyeux. Shin se souvenait encore des regards amoureux que lançait sa mère à son père avant qu’une petite confession orale ne suivent, sous le regard brillant d’un jeune enfant. Ses parents avaient l’air si heureux et Shin se demandait encore aujourd’hui comment cela avait-il pu changer aussi brusquement. Ses héros, ceux qui lui avait vendu l’amour entre deux êtres, s’était déchiré sous ses yeux impuissants. Le chinois avait beau être un langage qu’il aimait tout particulièrement et qu’il appréciait entendre, lorsque la colère venait chauffer le discours qui s’échappait de lèvres en mouvement, ce n’était plus le même son qui venait chatouiller ses tympans. Il avait conservé son adoration pour cette langue, peu importe les évènements qui avait pu se passer en Chine, même si sa relation avec son père s’était complètement effritée. Il écoutait encore des chansons chinoises et se surprenait à les chantonner, espérant un jour pouvoir chanter ses propres textes en chinois. Il avait encore un long chemin à parcourir s’il voulait conquérir le marché coréen mais il était évident que la Chine était également son objectif. Il s’agissait de ses deux pays, il était le résultat de l’union entre deux personnes venant de deux pays différents et il voulait pouvoir les représenter tous les deux.

Son sourire perdura tandis qu’il entendait l’individu parler chinois. La fierté qui l’envahit ne le quitta pas et il continua à échanger avec lui, heureux de l’intérêt de ce dernier pour un des trésors de sa deuxième maison. Il le complimenta par ailleurs sur ses capacités. Le chinois n’était pas une langue facile, tout comme le coréen ne l’avait pas été pour lui même s’il avait eu la chance d’apprendre dès son enfance. Il était normal qu’il reconnaisse les compétences du jeune homme même s’il se doutait que des progrès pouvaient être apportés, le chinois étant une langue qui s’apprenait durant de longue années. Encore aujourd’hui, Shin apprenait de nouveaux caractères, alors même qu’il était né en Chine et qu’il y avait vécu pendant des années. « C’est vrai que la prononciation n’est pas un point évident… » Ce fut également le cas pour le coréen même s’il avait l’impression de bien parler la langue depuis qu’il était arrivé dans le pays : il n’avait pas eu d’autres choix que s’améliorer pour se faire comprendre plus facilement : « La pratique, c’est ce qui permet de progresser. Je peux vous aider à vous entrainer si besoin! » C’était une idée qu’il proposa sans trop y réfléchir mais il était honnête dans sa proposition, n’étant pas contre cette possibilité. Au fond, cela pouvait aussi lui permettre de pratiquer sa langue natale, vu qu’il n’en avait pas vraiment l’occasion dernièrement. Il contactait encore des amis en Chine, mais avec son emploi du temps chargé, il n’avait pas vraiment le temps de les appeler et de prendre de leurs nouvelles, à son grand regret. Concernant son père… il n’avait pas encore eu le courage de l’appeler. Il était parti comme un lâche, sachant pertinemment que son paternel ne voulait rien entendre. C’était quand même fou… Il était encore plus borné que son fils, et c’était vraiment désolant pour Shin qui avait vraiment essayé de le convaincre. Pourquoi son propre père ne pouvait-il pas lui faire confiance? Pourquoi n’était-il pas capable de lire la passion dans ses yeux, comme sa mère en était capable? Il souffla à cette pensée qui venait de le traverser.

Un grand sourire reprit place sur son visage, illuminant celui-ci. L’idée de pouvoir assouvir son besoin presque vital le rendait fou et il fit de son mieux pour rester calme. La personne qui lui faisait face était encore un inconnu et il ne voulait pas le faire fuir, surtout pas avant d’avoir le droit à un café. Il l’avait mérité après cette journée intense et après ce caprice de la part de la machine. Il se retourna d’ailleurs vers celle-ci pour la foudroyer du regard, comme si cela pouvait changer quelque chose. Leu relation était déjà abimée et il n’y avait plus aucune confiance entre eux, en tout cas de la part de Shin. « Merci, vraiment! » Cette saleté n’était visiblement pas à son premier essai et Shin n’était surement pas la première victime de ses enfantillages. « C’est bien ça! » Un sourire apparaissait toujours sur son visage lorsqu’il avait la chance de se présenter en tant que trainee. Il était vraiment plein d’espoirs et il pouvait à nouveau s’accrocher à son rêve, ce qui le rendait toujours un peu émotif, d’où ce sourire qui se dessinait. « Aucun problème pour ma part! Tu peux m’appeler Shin et oublier les honorifiques! En plus… j’ai toujours ça compliqué!. » Le jeune trainee avait souvent été repris à son arrivée en Corée pour son manque de politesse, bien qu’il s’agissait seulement d’erreur que tous étrangers pouvaient commettre. Il avait beau avoir une mère coréenne, il n’avait pas vraiment pris de cours en Chine, optant pour un langage assez simple avec sa génitrice. Au bout de quelques années, il arrivait enfin à comprendre le fonctionnement du tutoiement et vouvoiement mais cela ne rendait pas les choses moins chiantes, pour ainsi dire.

« Oh! » Sous la surprise, il pointa le jeune homme du bout des doigts, alors qu’il réalisait progressivement qui il était. En effet, il avait déjà eu l’occasion de voir ce visage, ce dernier appartenant à une idole qui commençait à bien se faire connaître en Corée du Sud. Si Shin s’était éloigné un moment de tout ce qui lui rappelait sa passion première, il avait essayé de se remettre dans le bain en revenant à Séoul. Il avait eu l’occasion d’écouter les oeuvre de certains artistes ainsi que certains émissions télévisées. Il avait tout particulièrement porté attention aux artistes de son agence, sachant qu’il serait peut-être un jour confronté à ses personnes. « Oui, bien sûr que ça me dit quelque chose. Je me sens idiot de ne pas vous avoir reconnu. » C’était certainement à cause du café qu’il n’avait pas encore pu boire, alors qu’il en avait besoin pour fonctionner correctement. « J’aime beaucoup ce que vous faites par ailleurs! » Il suivit le jeune homme vers une salle de repos, continuant de le complimenter. Il était vraiment content de tomber sur un artiste, surtout ce que ce dernier semblait vraiment ouvert et accessible, ce qui n’était toujours pas le cas avec les autres! Mais sa colère envers une certaine personne jouait peut-être sur son avis sur la dessus. « Oh, j’aurai du venir ici directement. » Cette salle était plus grande et surtout bien mieux équipée, ou tout du moins, il l’espérait de tout coeur. S’il avait été seul, il se serait littéralement jeté sur la machine qui semblait briller de milles feux. Ses yeux devaient lui jouer un mauvais tour mais en tout cas, il était soulagé et plein d’espoir… Pour une simple boisson chaude. « Il n’y a pas grand monde, je suis surpris » Tout le monde devait être occupé, c’était la seule explication qu’il voyait pour qu’une salle de repos comme celle-ci soit si peu remplie. Il y avait un ou deux trainee que Shin reconnut et salua rapidement d’un geste de la main et avec un timide sourire. Il ne les connaissait pas vraiment, ce qu’il regrettait. Cela faisait du bien de se retrouver avec quelqu’un pour boire un café comme il s’apprêtait peut-être à le faire avec Lee Bae. « Je peux vous poser une question? » Il demanda par politesse avant de reprendre la parole, avec une pointe de curiosité dans la voix : « Vous sentez vraiment la différence entre la vie de trainee et de rookie? »  Il n’avait pas été capable de passer au tutoiement en apprenant sa profession, les règles de politesses qu’il avait assimilé ayant sonné l’alarme dans sa tête.


© 2981 12289 0

TT:
 


Revenir en haut Aller en bas

Messages : 2582
Age : 23 ans.
groupe : Vict2ry
rôle dans le groupe : leader / lead rapper / second vocal / parolier
nom de scène : Lee Bae
occupation : rookie & peintre à ses heures perdues.
avatar : park chanyeol (exo)
DC : chae hae ri (taeyeon)
Points : 260

yuseong m
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t858-min-oh-je-voulais-un-titre-au-top-mais-j-touche-le-fond-fite-me-bye http://www.lights-camera-action.org/t937-do-min-oh-bangarang http://www.lights-camera-action.org/t884-do-min-oh#32336 http://www.lights-camera-action.org/t885-do-min-oh-call-me-bae http://www.lights-camera-action.org/t886-do-min-oh-bibimbae#13800 http://www.lights-camera-action.org/t1275-vict2ry-yuseong-media
Message
Sam 5 Nov - 18:36

The Beauty of the Chinese Language
Shin & Min Oh


L’agence était un endroit tristement clos. On y croisait souvent les mêmes visages, on entendait les mêmes bruits de couloirs, à l’exception de certains jours où, plein d’espoir, les nouveaux membres de l’entreprise arrivaient et investissaient les lieux, côtoyant les plus âgés et plus expérimentés. Ce changement périodique plaisait énormément à Min Oh. Il aimait croiser une nouvelle tête, avoir l’occasion de parler avec une personne qu’il n’aurait peut-être jamais croisé autrement. Avec plus de dix millions d’habitants résidant à Séoul, quelles étaient les chances qu’il rencontre chacun d’entre eux ? Bien maigres, il le savait. Cela ne suffisait pas à l’arrêter. Tant qu’il en aurait l’occasion, il irait parler à ceux qu’il ne connaissait pas, essaierait d’en apprendre plus sur eux. Rien ne lui plaisait autant de découvrir ce qui se cachait derrière un sourire, derrière une queue de cheval bien serrée ou un costume sur mesure ; les hommes possédaient bien plus de nuances qu’ils n’en révélaient.

C’est très jeune que Min Oh l’avait compris. Il avait commencé à observer les autres, à s’amuser de leurs réactions, parfois dans des situations où il aurait dû rester calme et sérieux, au grand déplaisir de son père qui avait préféré le gronder plutôt que lui expliquer. Mais Min oh n’aimait pas l’autorité, les propos que l’on lançait avec rage car l’enfant n’obéissait pas. Il était devenu de plus en plus difficile et, au bout du compte, il avait décidé de vivre à sa manière, sans tenir compte des exigences toujours plus grandes de son père : il ne deviendrait ni chimiste, ni mathématiciens ; aucun cabinet d’avocat ne le compterait sur la liste de ses employés et jamais, oh non, jamais il ne deviendrait l’un de ces médecins qui annonçaient à leurs patients un diagnostic qu’ils ne souhaitaient entendre.

Pourquoi aurait-il dû accepter de s’ennuyer une vie entière ? Il valait mieux que ça.

« ah, ça m’intéresse. » Répondit-il, un large sourire aux lèvres, quand on lui proposa de s’entraîner.

Depuis combien de temps désormais n’avait-il plus eu l’occasion de véritablement parler chinois ? Il avait l’occasion d’exercer son japonais de temps à autre, mais trouver le moyen de s’exprimer dans une langue étrangère sans être pris pour un imbécile était un véritable miracle depuis qu’il était entré à l’agence. Avant tout ça, internet lui donnait de nombreuses occasions de le faire : les sites de langues et les forums internationaux étaient son repère. Le temps libre dont il disposait désormais se réduisait à quelques heures par semaine, en décomptant les nuits, qu’il faisait toujours assez courtes, pour le plus grand malheur de son organisme qui devait ensuite accuser le coup. Pratiquer le chinois lui permettrait peut-être de se changer les idées, lorsque l’entraînement se ferait trop intense et difficile à supporter ?

La peur de s’ennuyer torturait Min Oh dans ses moments de tranquillité. Il craignait de se retrouver dans la même situation que durant ses cours du lycée. Il craignait d’avoir l’impression de perdre son temps, de ne pas faire assez, ou de faire trop d’une activité qu’il ne considérerait pas utile. La peinture, pourtant, possédait toutes les caractéristiques de ce que d’aucuns auraient désigné comme « inutile ». Elle ne servait à priori à rien, elle ne rapportait pas grand-chose si on ne possédait pas une certaine réputation et, pour terminer, elle demandait beaucoup de temps pour ne pas obtenir de grands résultats à la fin. Qu’y pouvait-il, cependant, si cet art l’avait choisi ? Il n’avait jamais demandé à s’intéresser autant à la couleur et à la forme qu’elle prenait entre ses doigts.

« Ça m’arrange ! » Avoua-t-il finalement, décochant un large sourire à l’adresse du trainee avant qu’un léger ricanement ne fuie ses lèvres. Franchement, Shin, c’est pas avec moi que tu vas les apprendre. »

Les formules de politesses n’avaient jamais été la tasse de thé de l’idole. Déjà plus jeune, quand il était serveur et allait en salle afin d’aider sa mère à gérer le restaurant, il lui arriver de déclencher un accident diplomatique en ayant l’imprudence de désigner une femme ou un homme de la mauvaise façon. Il n’en voyait pas l’intérêt. Il préférait largement considérer les autres comme ses égaux, aussi longtemps que ceux-ci ne commençaient pas à lui manquer de respect ou à se comporter comme de parfaits imbéciles. Rares étaient ceux qui comprenaient cette façon de voir les choses, car la politesse était généralement présente pour éviter que les événements ne dérapent. Min Oh se montrait tristement étranger à ces concepts qui constituaient pourtant la base de la société.

« Vraiment ? » Il plissa doucement les yeux, un sourire amusé aux lèvres, quand il entendit les propos de son collègue. « Merci, ça fait plaisir. »

Compte tenu du travail qu’on leur demandait à Jae Jin et à lui, il était bon d’apprendre qu’on n’était pas si mauvais que ça. Il n’était certes pas le meilleur rappeur qui soit, il faisait des erreurs, avait des ratés comme tout le monde, mais il s’entraînait afin de s’améliorer. C’était pour ça qu’on le payait, entre autres, pas pour tourner en rond dans l’agence à ne rien faire. Ce détail, il semblait parfois l’oublier.

« T’es nouveau, c’est normal que t’y penses pas forcément. » Reprit-il en haussant les épaules, jetant un regard autour d’eux pour confirmer ses dires. « Ils doivent bosser. Tout le monde a pas le temps de glander comme on le fait. » Il laissa sa langue poindre malicieusement entre ses lèvres, rejoignant la machine à instantanés qui se trouvait non loin.

« Je réponds si tu arrêtes de me parler comme à un papy. » Les yeux posés sur son collègue, il laissa un large sourire s’emparer de ses lèvres, pressant l’un des boutons de la machine après avoir préparé le filtre. Finalement, il se décida à répondre malgré tout. « C’est un peu comme comparer la peste et le choléra. » Répondit-il en un rire, s’appuyant contre un meuble voisin. « Nan sérieusement. C’est pas vraiment comparable : je crois que j’ai jamais eu autant de travail que depuis que je suis devenu rookie. Après, je dirais pas que je bossais pas quand j’étais trainee, mais c’est différent. T’es plus libre à ce moment-là. »

Une fois lâché dans l’arène, il y avait tellement plus de risques pour la vie privée que Min Oh avait arrêté de tous les considérer. C’était le meilleur moyen d’en sortir avec un minimum de santé mentale.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.


+ Last Christmas +

I gave you my heart but the very next day, you gave it away. this year, to save me from tears I'll give it to someone special.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 84
Age : 22
occupation : Trainee
avatar : Kim Jongdae
DC : //
Points : 207

yuseong m
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t2474-huang-shin-la-douleur-persiste-pour-qui-na-pas-despoir http://www.lights-camera-action.org/t2522-huang-shin-welcome-to-my-world http://www.lights-camera-action.org/t2523-huang-shin-mes-rps http://www.lights-camera-action.org/t2528-huang-shin-phone http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/
Message
Sam 12 Nov - 11:19

The beauty of the chinese language
Une nouvelle rencontre forte intéressante! •••

Le manque de caféine avait beau se faire toujours ressentir, Shin se trouvait enfin dans un état plus stable grâce à cet échange qu’il avait avec Min Oh. C’était la première fois qu’il rencontrait le jeune idole mais ce dernier lui faisait une très bonne impression et il était ravi de pouvoir échanger quelques mots en chinois ainsi que de faire connaissance avec une nouvelle personne. Resté trop longtemps seul dans son coin, il commençait à se sentir seul. Il en était le seul fautif, il en était bien conscient, mais cela ne l’empêchait pas de regretter. Plus ou moins. En revenant en Corée, son rêve éclairant à nouveau ses yeux, il avait fait l’erreur de se fermer aux autres, par prudence. Il ne voulait pas revivre ce sentiment d’abandon, il ne voulait pas voir des dos s’éloigner, le laissant seul dans sa peine. Cette expérience l’avait peut-être rendue plus fort, mais elle avait aussi laissé des cicatrices difficilement cicatrisables. Le temps guérie les blessures…

S’il avait longtemps déprimé, ce n’était plus le cas à présent. Bien sûr, il avait encore des problèmes, et beaucoup d’incertitudes mais il remontait progressivement à la surface. Les entrainements l’aidaient à éliminer la tension qui prenait possession de l’ensemble de son corps mais cela n’était pas suffisant… Le contact avec les autres lui manquait atrocement lorsqu’il se trouvait à l’agence. Il ne lui suffisait pourtant que d’un simple effort mais il ne voulait pas s’attacher inutilement. Autrefois, pourtant, il avait été ce jeune homme qui n’avait aucun mal à aller vers les autres, ne serait-ce que pour échanger quelques mots sans grand intérêt. Grace à sa personnalité ouverte, il avait été capable de faire de très belles rencontres et si parfois il avait été déçu par certaines personnes, il avait surtout rencontré des individus hauts en couleurs qui aujourd’hui encore arrivaient à le faire rire. Il se sentait toujours idiot lorsqu’il repensait à cette période moins stressante et il regrettait son impulsivité de l’époque et cette décision stupide qu’il avait pris de fuir le pays. Au final, cela ne lui avait rien apporté de bon, bien au contraire. Après s’être mis des amis à dos, il avait aussi perdu la confiance et le peu d’espoir que son père maintenait en lui.

L’idée qu’il avait lancé sans trop de réflexion trouva bon entendeur, Min Oh semblant vraiment intéressé par la proposition de Shin. Ce dernier se retourna vers lui, tout sourire : « Alors comptez sur moi! » Il allait peut-être pouvoir parler chinois de façon plus régulière et c’était un vrai avantage pour lui aussi. Il avait beau avoir la nationalité chinoise et avoir grandi dans ce grand pays, il avait tout autant besoin que les autres de pratiquer la langue. Il ne voulait pas prendre le risque de perdre inutilement du vocabulaire. Il avait par ailleurs essayé de continuer à parler chinois avec sa mère mais celle-ci ne voulait pas en faire de même, les souvenirs encore trop douloureux. Tout comme son fils, cela lui rappelait une autre époque alors qu’elle avait finalement décidé de partir après plusieurs années à lutter contre un époux qui ne l’écoutait plus. Son amour avait peut-être survécu mais elle était quand même partie et elle n’était pas prête à repenser à ce passé mis derrière elle. Shin comprenait et ne voulait pas faire souffrir sa mère encore plus, alors qu’elle avait déjà du mal à remonter la pente. Heureusement, de l’eau avait coulé sous les ponts et au bout de quelques années, elle allait beaucoup mieux. Elle était peut-être même décidé à revenir sur le marché, pour ainsi dire, même si Shin n’était pas bien rassuré par cette idée. Au moins, elle n’allait plus être seule (vu qu’il n’était pas très présent avec son emploi du temps) mais il était bien trop protecteur pour rester à l’écart.

L’atmosphère se détendit encore plus lorsque la question des honorifiques fut abordée. Shin était satisfait du point de vue de son vis, à vis, point de vue qu’il partageait pour avoir vécu quelques accidents embarrassants. De plus, cela rendait leur entrevue plus amicale encore et c’était tout à fait ce dont le chinois avait besoin. La fatigue était un peu oubliée maintenant que la bonne humeur lui avait redonné de l’énergie et du courage pour survivre à cette longue journée. Qui plus est, même s’il était impressionné maintenant qu’il connaissait l’identité du coréen, et qu’il se montrait respectueux à cet égard, il était encore plus curieux. Il était de ce fait soulagé lorsqu’ils entrèrent dans une salle presque vide. Au moins, ils allaient pouvoir continuer à converser simplement, sans que d’autres personnes ne viennent les déranger, ou que le bruit les empêche de profiter de cet instant pour faire plus ample connaissance. En effet, Shin espérait pouvoir poser quelques questions à l’artiste qui se trouvait à ses côtés. Et ce, autour d’une bonne tasse de café. L’odeur qui se dégageait des boissons ayant déjà été servie vint chatouiller les narines du trainee et ses yeux fixèrent l’élue de son coeur, cette ravissante machine qui n’allait pas le décevoir, espérait-il. « Oui ça doit être ça… Bosser.. Ce que je devrais faire en ce moment. » Il soupira mais en gardant le sourire. Il avait beau faire une longue pause, ce n’était pas comme s’il avait beaucoup de retard sur les autres. Il travaillait énormément ces derniers jours alors il pouvait se permettre un peu de repos. Il se socialisait pour une fois, c’était chose rare et un point très utile pour son futur métier également. Même s’il avait du mal à savoir comment bien se comporter avec une idole. Il ne semblait pas réussir sur tous les points, d’après la remarque de Min Oh. « Promis, j’arrête! » Un petit rire s’échappa de ses fines lèvres à cette réponse. Min Oh avait réussi à le mettre à l’aise.

La réponse du jeune homme ne fut pas une grande surprise pour Shin. Il aurait très bien pu s’attendre à l’entendre, pour avoir connu des rookies par le passé. Il se souvenait tout particulièrement d’une personne mais il chassa celle-ci de ses pensées. « Oh. Et dire que je pensais qu’on nous en demandait trop en tant que trainee. » La pression était forte mais c’était les circonstances qui le voulait. Même si les trainees avaient le même titre, les mêmes espoirs, les chances de réussir n’étaient pas les même pour chacun. Différents critères venait s’ajouter dans les prises de décisions et c’était une véritable compétition entre individus. Shin l’avait très bien compris cette fois-ci et il ne comptait pas se reposer sur ses lauriers alors qu’il n’était pas le seul à vouloir débuter le plus rapidement possible. Il travaillait avec acharnement, s’autorisant peu de pause. Il n’avait pas le droit à l’erreur… Mais à côté de cela, il passait peut-être à côté d’une liberté qu’il allait bientôt perdre : « Je suppose que les attentes sont différentes, et certainement beaucoup plus fortes. » Shin ne pouvait imaginer la dose de stresse qui devait les accompagner :  « Est-ce que… Tu n’as pas à répondre à cette question si cela t’embête… Est-ce que tu regrettes parfois? Cette carrière que tu as choisi, je veux dire? » Même s’il s’agissait de son rêve, les doutes étaient quand même bel et bien présents. Il ne voulait pas faire marche arrière, hors de question, mais il voulait savoir quelle vie l’attendait au bout de son chemin.


© 2981 12289 0


Revenir en haut Aller en bas

Messages : 2582
Age : 23 ans.
groupe : Vict2ry
rôle dans le groupe : leader / lead rapper / second vocal / parolier
nom de scène : Lee Bae
occupation : rookie & peintre à ses heures perdues.
avatar : park chanyeol (exo)
DC : chae hae ri (taeyeon)
Points : 260

yuseong m
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t858-min-oh-je-voulais-un-titre-au-top-mais-j-touche-le-fond-fite-me-bye http://www.lights-camera-action.org/t937-do-min-oh-bangarang http://www.lights-camera-action.org/t884-do-min-oh#32336 http://www.lights-camera-action.org/t885-do-min-oh-call-me-bae http://www.lights-camera-action.org/t886-do-min-oh-bibimbae#13800 http://www.lights-camera-action.org/t1275-vict2ry-yuseong-media
Message
Lun 14 Nov - 21:48

The Beauty of the Chinese Language
Shin & Min Oh


Les cours n’avaient jamais été faits pour lui. Souvent, il s’y ennuyait et passait ses heures à les déranger en espérant se faire expulser de la classe pour avoir été trop bruyant. Les professeurs l’avaient malheureusement compris et se contentaient de lui donner des punitions à recopier. Le comble de l’ennui. Répétitif, lassant, il aurait pu faire tellement mieux. Pendant des années, Min Oh avait vécu avec le réconfort de rentrer chez lui, la journée terminée, et de s’enfermer pour peindre sans être dérangé avant de retour de son père, qui contrairement à Na Hyung ne comprenait pas la passion de leur fils pour les arts visuels. Il ne travaillait pas une fois chez lui, il s’ennuyait bien trop en cours pour s’infliger la même souffrance une fois rentré. Il préférait s’installer et lire, si c’était pour apprendre quelque chose, plutôt que passer des heures à recopier des notes ou à réciter des poèmes. Mais il ne pouvait changer le fonctionnement des choses avec sa seule volonté, il devait faire avec. Même si l’événement avait marqué en partie la fin de l’âge d’or de sa famille, il ne regrettait en rien sa décision d’arrêter les cours avant d’être diplômé du lycée.

Désormais, il était idole, rookie. Il avait débuté dans la musique en compagnie de l’une des personnes qui comptaient le plus à ses yeux et, quand il montait sur scène en compagnie de Jae Jin, il parvenait à mettre de côté toutes les petites contrariétés qui allaient de pair avec le métier qu’il avait choisi. Les discussions interminables avec le manager, la course à la popularité et aux récompenses qui arrivaient à grand pas. Savoir que son meilleur ami réalisait son rêve en montant sur scène l’encourageait suffisamment pour qu’il ne pense plus au reste. Vict2ry représentait bien plus qu’un nom sur une affiche à ses yeux, c’était leur amitié. Le symbole de leur réussite, en dépit de tout ce qui avait pu les séparer durant quelques années. Il ne leur restait qu’à donner le meilleur d’eux même afin de montrer à tout le monde ce qu’ils pouvaient faire. Se servir de leur petite notoriété afin de marquer les esprits et de ne pas être de ceux dont le passage éphémère dans le monde du divertissement se faisait à peine sentir. S’il devait pour cela faire de nouveaux sacrifices, Min Oh était prêt à l’accepter.

Heureusement, les concessions n’arrivaient pas seules et l’environnement qu’offrait l’agence l’aidait à faire plus facilement les rencontres qu’il appréciait tant. Que ce soit en salle d’entraînement, sur un plateau de tournage ou en compagnie d’autres collègues, il y avait toujours de nouveaux visages, de nouvelles situations. Il aimait l’envers du décor autant que le spectacle, la préparation que demandaient leurs performances et les différents détails à régler avant de monter sur scène. Il avait toujours été ainsi. Curieux. Désireux d’en apprendre toujours plus, d’assimiler les informations à la manière d’une éponge encore sèche, en omettant volontairement le risque de saturer. Une vraie source de conflit père-fils, pour celui qui ne souhaitait se spécialiser alors que son père le lui demandait à répétitions. Il ne pouvait tout faire, mais il essaierait. On le traitait d’idiot. Il répondait. Oui, il était idiot. Si chercher à savoir quelque chose était un signe de bêtise, il ne pouvait le nier.

Les mots de son père lui revenaient en tête alors qu’il se dirigeait vers la salle de repos en compagnie du trainee. Shin. Il retiendrait son nom pour la suite. Généralement, il avait une bonne mémoire pour ce genre d’informations. En particulier pour celles-là, en vérité. Ses lèvres cédèrent le passage à un soupir pensif et il mit les pieds dans la pièce, s’amusant du commentaire de son collègue. « Ça va, ils te tueront pas pour ça. » L’informa-t-il, un sourire malicieux au coin des lèvres. « Enfin, normalement. »

Taquiner les nouveaux aurait presque pu devenir sa spécialité, mais il avait bien mieux à faire que s’exercer à rire de ceux qui faisaient leurs premiers pas dans l’agence. Il voulait les encourager, sans méchanceté aucune, et les pousser à donner le meilleur d’eux-mêmes, puisqu’être satisfaisant ne suffisait pas dans leur domaine. Les fans et jurés remarquaient les moindres erreurs, les contretemps involontaires et les propos déplacés à des kilomètres à la ronde. Rien ne devait être laissé au hasard. Une pause en échange de l’effort fourni était largement méritée.

« Disons que c’est plus stressant, surtout... » Un ricanement lui échappa et il reposa les yeux sur Shin avant de se redresser pour prendre le café qui venait de passer et de le lui tendre. « Sincèrement, jusqu’à juillet, j’étais persuadé que j’allais jamais débuter. » Et pourtant, il était là. Il était devenu Lee Bae aux yeux de bien des admirateurs. Lee Bae. Plus Do Min Oh. Ce nom qu’il avait appris à haïr, tout comme celui qui le lui avait donné. « Mais j’étais pas forcément talentueux en arrivant. » Avoua-t-il pensivement, tout en plaçant un autre filtre dans la machine. « Jae Jin… Enfin Jay. Lui, il est doué. » Sans lui, il n’aurait sans doute jamais réussi à passer la barre des trainees. « L’effort dépend pas mal des gens qui doivent le fournir, au final. »

Au cours de son entraînement, il avait pu voir pas mal de monde passer par l’agence. Des jeunes, des plus vieux, des personnes qui possédaient une véritable fibre musicale et ceux qui ne franchiraient jamais le premier niveau du grand jeu qu’ils jouaient tous. Mieux valait ne pas chercher à savoir où l’on se situait. Travailler était de toute façon le seul moyen de gravir les échelons et d’atteindre le succès. Ils le savaient tous. C’était une vérité marquée au fer rouge dans l’esprit de tous les artistes. Le podium était petit, ceux qui le convoitaient, nombreux.

Un soupir songeur ponctua la pensée de Min Oh. Il se saisit de la tasse pleine qui fumait sur la machine et la porta à ses lèvres avant de retrouver sa place contre le meuble voisin, les yeux posés sur Shin, dont les questions l’amusaient, quand bien même il les comprenait parfaitement. Il avala une longue gorgée de boisson chaude en réfléchissant à sa question. Ce n’était pas la première fois qu’on le lui demandait. Il préférait éviter d’y penser, en général, pour ne pas se mettre à trop réfléchir et à véritablement regretter. Comme quoi se connaître aidait parfois beaucoup.

« Ça m’arrive, oui. » Pourquoi mentir ? Certains jours, il avait envie de tout claquer et de rentrer chez lui pour ne plus en sortir. « Mais certains moments valent vraiment l’expérience. » Reprit-il sur un ton plus rassurant, avant de porter la tasse fumante à ses lèvres pour y boire. « Je pense que si t’aimes ce que tu fais, tu n’auras pas de problème. »

Ils n’avaient pas choisi un métier où la réussite se réussissait selon qu’ils avaient bien étudié ou non. C’était bien plus complexe que ça, mais il n’avait pas envie de le lui présenter de cette façon. Il voyait trop loin. Il le savait parfaitement. Alors, silencieusement, il continua à déguster son café avant qu’une question ne lui traverse l’esprit. « Tu veux faire ce métier depuis longtemps, d’ailleurs ? [/color] »

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.


+ Last Christmas +

I gave you my heart but the very next day, you gave it away. this year, to save me from tears I'll give it to someone special.
Revenir en haut Aller en bas

The beauty of the chinese language - Ft. Do Min Oh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Chinese Made Metal QD M203 (Long)
» "Le language du pecheur"
» BEAUTY GIRL DE BELAIR. Photos P9 à 3 mois
» comprendre le language des femmes
» Chinese Basketball Association

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lights, Camera, Action ! :: the big four :: Yuseong Media-