AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Lights, Camera, Action ! :: out of character :: rps

Follow me ! ft. Insu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
Message
Ven 14 Oct - 10:51

Follow me !
Insu & Jin
Follow me, singing ! ₪ Généralement, dans la vie, j'avais de bonnes idées. Sourire un peu chaque jour, m'acheter des nouvelles baskets avant que les semelles des anciennes lâchent, appeler ma mère tous les dimanche pour pas que ce soit elle qui vienne me faire une tirade sur le fait que je la délaissais... sortir mes potes pour resserrer les liens. Ouais, bon, admettons que j'avais la vie la plus banale du monde, en dehors du fait que y'avait ce gars qui me faisait de l'oeil depuis quelques temps, mais que bon, voila... ça faisait quoi, d'être en relation avec un mec, en corée ? On se faisait bruler sur le bucher, si ça s'apprenait en public et alors, plus personne ne voudrait jamais nous engager ? Tiens, d'ailleurs... c'était peut-être un argument pour ne pas entrer à l'armée, non ? « J'suis pas certain de mon orientation sexuelle », si je leur disais ça, à l'examen psy d'entrée, ils me recaleraient peut-être, non ? Bon, fallait pas trop que je me pose ce genre de questions... Jisun avait bien deux papas, après tout (même s'il le cachait a tout le monde en remerciant sa 'maman' devant les caméras, ahaha). Allez, on verrait bien à l'avenir. Pour le moment, j'allais garder mes incertitudes pour moi et puis voila.

Donc, ce soir ! Ce soir, je m'occupais d'Insu hyung. J'espérais qu'il ne soit pas trop épuisé, vu qu'on était quand même en fin de semaine et que bon, les horaires qu'il fallait tenir dans le milieu demandaient au-moins de signer une lettre de décharge à la vie au cas où on finissait par avoir envie de se suicider (ce qui était très mauvais pour le Karma selon les bouddhistes, d'ailleurs), maiiis c'est lui qui m'avait dit qu'il avait besoin de sortir, alors je partais du principe que ça irait. Nous trainer dans un karaoké, c'était surement la meilleure façon de se détendre un peu, donc je lui avais donné rendez-vous a la station de métro et... là, ce serait quand même bien qu'il se décide à arriver, le beau gosse, parce qu'il commençait à faire un peu froid. Sautillant à moitié d'une jambe sur l'autre au rythme de la musique dans mes oreilles, j'attendis donc sagement mon ami.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 2307
Age : vingt-cinq ans.
occupation : staff, aka. back-up dancer, (& chorégraphe.)
avatar : im jaebeom (got7).
DC : kang junho(e), bae khean(oa) & lee hyuki(ki).
Points : 69

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t74-nam-in-su http://www.lights-camera-action.org/t73-nam-in-su http://www.lights-camera-action.org/t75-nam-in-su-ring http://www.lights-camera-action.org/t76-nam-in-su-knockout_kid
Message
Dim 16 Oct - 8:23





i wanna,
go back, to reality.




tenue  ━

Que diable. De vulgaires banalités, échangées. De simples propos, dévoilés. Une quelconque discussion, argumentée. Me menant. Si, naturellement. Aux côtés, du fruit de mes tourments. Une proposition. Allusions. En, allusions. Rétorquant. Exprimant. Et, démontrant. Mon état, d'esprit. Et, ce. À, l'encontre du moindre mot. Qui osait, défiler à l'intention de cet écran tactile. Heurté. À, de bien multiples reprises. Martelé. À l'aide, du bout de mes doigts. Tantôt, ponctué. De pauses. De réflexions. Et, de ricanements. En, tous genres. Aussi étrange, cela pouvait-il être. J'affectionnais. Ce, trouble fait. Aussi étrange, cela pouvait-il être. J'affectionnais. Disposer mon être, aux côtés du sien. Me laisser mener, par le bout du nez. Fuir. Ce quotidien. Accourir. Auprès, de ce semblant. De, liberté. Que s'offrait, alors. À, ma personne. Que pouvait-il, me réserver ? Un, vendredi soir. Fort, tardivement ? Mes doutes. Se forgeaient. Mes idées. S’immisçaient. Mon imagination. Me tourmentait. Déglutissant, difficilement. Si, difficilement. Que j'en vins. À recracher. Si, vulgairement. Cette eau. Précédemment, avalée. Une infime, toux. Et, enfin. Une secousse. Mon faciès se mouvait. De droite. À, gauche. Si, ridiculement. Néanmoins. La solitude, pour seule compagnie. En, ces lieux. Je ne pouvais être que pour seuls témoins, de ces précédents actes. Ces heures. De travail. Acharné. Closes. Ce sac, jeté à l'instar de cambrure, dorsale. Ces sanitaires. Rejoins. Je vins disposer de cette source aqueuse – incolore, et quelque peu. Froide. Envers, mon faciès. Idées, rétablies. Fatigue. Évincée. Cabine. Occupée. J'ôtais de bien multiples parcelles vestimentaires, usées. Afin, de paraître. Davantage « présentable ». L’espérais-je. Mais. L'étais-je, véritablement ? Questionnement. Détourné à l'encontre de ces miroirs. Nichés. Çà. Et, là. De par. Et, d'autres. Je m'observais. Inlassablement. Sous, toutes les coutures. Présentable. Certes. Couleurs, noirâtres. Argumentées. De touches, davantage claires. Je nouais. Ces lacets. Assidûment. Je rejetais. À la suite. Cette chevelure, noirâtre. Et, indiscipliné. Vers, l'arrière de mon crâne. Prêt. Fin, prêt. Tardivement. Le retard. Mis, en avant. Guère, habituel. Hésitant. Je me frayais, malgré tout. En, cet extérieur. Accourant. Tête, baissée. À pas, de géants. Rapidement. Je me glissais. Furtivement. Entre, ces sombres inconnus. De rues. En, ruelles. Tantôt, exténué. Tantôt, précipité. De vulgaires regards se détournaient à l'intention de cet objet issu des nouvelles technologies. Indiquant. L'heure. Mon retard, semblait d'avantage important. Et, l'attente du jeune homme. Davantage. Inconcevables. Des excuses, lui seraient offertes. Certainement. « Vous êtes, seul ? Ou, attendez-vous, le prince charmant, très cher ? » Argumentais-je. Tandis que, j'osais me frayer un chemin. À, son encontre. Une main, nichée auprès de son faciès. Voilant, ses sens visuels. Si, enfantin. Et, pourtant. Adulte. Régressais-je ? « Non. Parce que, si vous êtes seul. Je peux bien remplacer, cet idiot. Qui est en retard. Et, qui désire s'excuser. Comme jamais. Voyez-vous. » Un jeu. Au sein duquel, je prenais un certain plaisir à réaliser de multiples allusions à l'encontre de, mon état d'esprit. Actuel. Des excuses. Soufflées. Sous-entendues. Au, possible. Et, enfin. Je me dévoilais. « Sincèrement. Je suis désolé. Je n'ai pas vu l'heure. Et, le boulot. Tout, ça. Tout, ça. Je ne capte même plus, l'heure. C'est vraiment, affolant. En, ce moment. » Poursuivais-je. En guise, de justification. Le méritait-il ? Aucunement. Lui, aussi. Possédait. Un travail. Et, pourtant. Le retard ? Guère. « Tu excuses. L'idiot. Que je suis, hein ? »


made by pandora.


on days where thin rain falls like today, i remember your shadow. our memories that I secretly put in my drawer, i take them out and reminisce again by myself.
Revenir en haut Aller en bas

Follow me ! ft. Insu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» travailler le follow trough ?
» 19082008 ---> The Soca Boys - Follow Da Leader
» [Mondeo TDCI an 04] option Follow me home ?
» Follow through
» Follow-me et remorque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lights, Camera, Action ! :: out of character :: rps-