AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Lights, Camera, Action ! :: out of character :: rps

but, please, don't bite (insu)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Messages : 278
Age : vingt ans
occupation : mannequin
avatar : hyunbin
DC : bae noma
Points : 53

knockout g
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Dim 16 Oct - 7:23






can't feel my face when i'm with you
Harley & In Su.




Son regard longeait les courbes délicieuses. L’éclat brillant du grain de peau fin, sublimé par les lumières du plateau de tournage. Sans le moindre effet, sur sa personne. Ses mains descendent, ses doigts se renferment sur une hanche de la jeune femme à la plastique parfaite qui partage l’écran à ses côtés pour ce nouveau film. Harley avait pourtant la tête ailleurs. Il aimait bien, avant, profiter de ce genre de scènes. Ce film contenait d’ailleurs certaines des scènes les plus érotiques qu’il lui fut permis de tourner. Cela faisait des semaines, voire des mois qu’il était en discussion pour ce rôle, avant même qu’il ne revoit In Su après des années de séparation. A présent, cela faisait bizarre au blond. Obsédé par l’autre. Les yeux fermés, c’était une toute autre personne qu’il imaginait entre ses bras. Ailleurs. Perdu. Il se fit disputé à plusieurs reprises. Distrait. Trop distrait. Etrangement distrait. Loin du professionnalisme que plusieurs années en étant dans le métier lui avaient procuré. A cause de cela, ils passèrent la journée à filmer certaines scènes qui n’auraient dû prendre que la moitié du temps. Harley pouvait sentir les muscles de sa compagne d’écran se tendre, les sourcils légèrement froncés, les lèvres pincées. Le Hongkongais n’était pas la personne la plus perspicace au monde, il arrivait pourtant à voir parfaitement, la déception de la jeune femme. Les questionnements naturels qui devaient traverser sa belle tête brune. N’importe qui voudrait être à sa place, les mains glissantes contre le corps pâle et jeune de l’actrice. Mais il n’arrivait pas à penser à autre chose. Plutôt, à s’empêcher de penser à quelqu’un d’autre.

Une énième excuse traversa les lippes du jeune homme alors qu’il devait refaire une nouvelle prise à cause de lui. Trop distrait, encore, pour suivre parfaitement le script, avoir les gestes parfaits. On lui accorda une pause d’une dizaine de minutes. Assez, il espérait, pour reprendre ses esprits et se concentrer pleinement. Il pensa à In Su, cette fois pour se donner du courage. Plus tôt il finirait, plus tôt il pourra le rejoindre. Il savait que le brun était dans son agence pour le travail aujourd’hui, et avait bien envie de lui faire plaisir en finissant rapidement le tournage pour qu’ils partent ensemble.

Dix minutes. Pas une seconde de plus. Il devait retourner à nouveau sur le plateau de tournage. Vu ses modestes performances du jour, il ne pouvait se permettre aucun caprice. Contrairement à son habitude. Un soupir traversa ses lèvres. Le dernier. Avant qu’il ne se permettre d’être parfaitement dans son rôle. Il laissa tout derrière lui. Le temps de cette scène. Les secondes que prit son peignoir blanc pour s’échouer à ses pieds et révéler sa nudité. In Su. In Su.

Il était dans un coin précieux de son esprit. Juste cette fois, pour en finir le plus rapidement possible avec cette scène qui était plus une corvée qu’autre chose.
In Su était surtout, derrière lui, dans un coin, de ce même plateau de tournage. Ce ne fut qu’au moment où Harley tira l’actrice avec une certaine violence contre son corps, comme le disait le script, les lèvres sur sa gorge dévoilée. Qu’il leva les yeux et le vit. Regard perçant. Épiderme tremblant.

Oops ?




electric bird.



w o r k o f a r t
“We have nothing to lose, nothing to gain, nothing we desired anymore- except to make our lives into a work of art.”
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 2688
Age : vingt-six ans.
groupe : team fdp, représente.
rôle dans le groupe : touche à un membre de ma clique go, tu verras qu'on est pas tout seuls.
nom de scène : INSU-RTOUTLESTERRAINS.
occupation : back-up dancer & chorégraphe.
avatar : im jaebeom (got7).
DC : kang junho(e), bae khean(oa), & jung hana(nas).
Points : 73

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t74-nam-in-su http://www.lights-camera-action.org/t73-nam-in-su http://www.lights-camera-action.org/t75-nam-in-su-ring http://www.lights-camera-action.org/t76-nam-in-su-knockout_kid http://www.lights-camera-action.org/t5393-nam-in-su#93629
Message
Dim 16 Oct - 8:36

inley –
you made me, into a complete idiot.

aesthetic   ━ Pas, à pas. Mots, à mot. De vulgaires, hésitations. En, de simples. Décisions. Tergiversant. Çà. Et, là. Je frémissais, alors. Mon échine. Dépourvue de ces moindres parcelles, vestimentaires. Individu. Niché. À l'encontre, de ce jet. Disposant de, cette source aqueuse et incolore. À l'intention, de. Ma personne. De parts. Et, d'autres. Chevelure. Ébouriffée. Échine. Dissipée de ces bien vulgaires signatures violacées. À l'instar, de cet être. Ces efforts. Précédemment, réalisés. Dès lors. Oubliés. Évincés. Si, naturellement. Je me rendais, présentable. Si, naturellement. Je disposais de mes sens visuels, à l'encontre de ces parcelles vestimentaires, dès lors. Portées. Noirâtre. En, de bien multiples points. Et, ce. De ce vulgaire couvre-chef. En, ce pantalon. Quelque peu, serré. Se jouant, de ma personne. Le tout. Cependant. Argumenté, de cette touche blanchâtre. Ces baskets. Nouées. À, la perfection. Fièrement. Portée. Présentable ? Semblais-je, l'être. Un regard. Un fragment, de secondes. Et, enfin. Ces lunettes. Glissée, à l'encontre du bout de mon nez. Cette notoriété. Dès, à présent. Évincée. Ces regards, emplis de questionnements. Et, de perplexité. À, mon égard. Que diable. Habitué ? Guère. Et, ce. Malgré, l'affection que j'ose accorder à l'encontre, de. Ce simple – et unique, fait. Cette carrière. Cette ombre, frôlée. Ces lumières, dès à présent. Touchées. Si, naïvement. J'y prenais, goût. Mon nom, se forgeait. Mon identité. Inscrite. Noir, sur blanc. Ces photographies. Et, bien plus encore. Aussi étrange, cela pouvait-il être. Pour sûr. J'osais, y prendre. Goût. Ne désirant. Cependant. Aucunement, une notoriété semblable. À de bien grands, artistes. Une infime attention d'autrui, était alors. Suffisante. Avide, de reconnaissance ? Aucunement. Et, pourtant. Je désirais poursuivre. Ma route. Envers, de simples précautions. Ridicule. Cela, l'était. Très, certainement. Néanmoins. Je réajustais, ce couvre-chef. Munis, de ce simple sac. Au creux, de l'une de mes mains. Effets personnels résidents, en celui-ci. Route, éprise. De rues. En, ruelles. Une surprise. Un acte. Une hésitation. Soldée. D'un acquiescement. De, ma personne. À l'encontre, de. Ma personne. Un questionnement. Qui fut. Très, rapidement. Écarté. Cet, empressement. Trahissant. Mon état, d'esprit. Il était, là. En, ces lieux. Se jouant, de sa personne. Ses expressions faciales, et corporelles. Se mouvant, au rythme de ce texte. Appris. Et, répété. Il est vrai. Je n'étais que, novice. En, ce domaine. Et, pourtant. Je tentais une approche. Je tentais, de m’immiscer en ce monde. Qu'est. Le sien. Un échange. Un désir. D'en, apprendre bien davantage. D'en, comprendre bien davantage. Partager. Poursuivre. De simples, efforts. Traduits. En, ma venue. Et, pourtant. Malgré tout. Et, contre toute... Attente. Ce qu'il me fut permis, d'observer. Fut. Au-delà. De bien, multiples idées qu'il m'avait été permis de créer en, mon esprit. Imagination. Réduite. À, néant. Ce coin. Occupé. Ces sens visuels. Fixés. Cet être. Dépourvu de la moindre parcelle vestimentaire qu'il lui fut, donné. De porter. Fièrement. Accompagné, par la même occasion. De ce corps, d’Ève. Adam. S'en approchait. Dangereusement. Si, dangereusement. Pause. Déroutant. Stop. Stop. Stop. Répétitivement. Ce mot. Se glissait. Au creux, de mes lippes. Formant alors, cette forme. Arrondie. Accompagnée de cette expression faciale, quelque peu. Surprise. « Bordel, de. » Soufflais-je. En, de propos peu convenables. Il est vrai. Pris, au dépourvu. Et, bien plus. Encore. En, de bien souvenirs lointains. Je ne possédais, guère. De mémoire à l'encontre de telles scènes. Avait-il, osé. Omettre, cette idée . Avait-il, osé. Préserver, cela . Avait-il, véritablement. Osé ? Partagé. Entre, la stupeur. La surprise. Et, le mécontentement. Mes sourcils vinrent, se froncer. Tel, un enfant. Pris, sur le fait accompli d'un acte reprochable. Enfin. Il comprit. L'erreur. Murmurant. Syllabes. Après, syllabe. Ces propos, tels que : « Bonjour, chéri. » Furent, soufflés. Un rictus, dévoilé. Je me retins. De, tout. Envoyer paître. De, délaisser ces démons. Prendre, le contrôle. Usant, de ma personne. Afin, de démontrer. Ce mécontentement. Et, cet engouement. À, son égard. Et, celle. De, la demoiselle. Inconnue. Néanmoins. Coupable, à son tour. Bien trop, à l'aise. Que, diable. Répétitivement. Ce mot. Se glissait. Au creux, de mes lippes. Formant alors, cette forme. Arrondie. Accompagnée de cette expression faciale, quelque peu. Surprise. « Bordel, de. » Soufflais-je. En, de propos peu convenables. Il est vrai. Pris, au dépourvu. Et, bien plus. Encore. En, de bien souvenirs lointains. Je ne possédais, guère. De mémoire à l'encontre de telles scènes. Avait-il, osé. Omettre, cette idée ? Avait-il, osé. Préserver, cela . Avait-il, véritablement. Osé ? Partagé. Entre, la stupeur. La surprise. Et, le mécontentement. Mes sourcils vinrent, se froncer. Tel, un enfant. Pris, sur le fait accompli d'un acte reprochable. Enfin. Il comprit. L'erreur. Murmurant. Syllabes. Après, syllabe. Ces propos, tels que : « Bonjour, chéri. » Furent, soufflés. Un rictus, dévoilé. Je me retins. De, tout. Envoyer paître. De, délaisser ces démons. Prendre, le contrôle. Usant, de ma personne. Afin, de démontrer. Ce mécontentement. Et, cet engouement. À, son égard. Et, celle. De, la demoiselle. Inconnue. Néanmoins. Coupable, à son tour. Bien trop, à l'aise. Que diable.

 

Spoiler:
 


Dernière édition par Nam In Su le Ven 23 Déc - 8:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 278
Age : vingt ans
occupation : mannequin
avatar : hyunbin
DC : bae noma
Points : 53

knockout g
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Ven 23 Déc - 7:56






can't feel my face when i'm with you
Harley & In Su.




Sa nudité, aux yeux de toutes les personnes qui l’entouraient en ce moment. Il n’y portait pourtant que très peu attention. Bien que cela soit la première fois, qu’il se laisse ainsi capturer par les caméras. Mais sur ce point, il s’était permis de mettre sa confiance entre les mains du producteur. Une promesse de scène suggestives et, uniquement, légèrement érotique. Rien qui ne nuise à sa carrière, ou à ses projets futurs. Les parfaits angles de tournages. Tout était parfaitement soigné, étudié. Le blond ne saurait dire pourtant la réelle raison de son approbation quant aux termes de cette production. Ce n’était même pas l’attrait matériel, bien que conséquent. Il n’avait jamais vécu dans le besoin. Que ce soit par les soins de ses géniteurs, ou celui de son simple travail. Il n’y avait juste vu aucun inconvénient. Une expérience de plus, c’était tout ce qu’il s’était dit. Un scénario plaisant. Le rôle du vilain, de l’homme séduisant et cruel. Celui qui brise les cœurs, ne pense qu’à protéger le sien. Presque l’image que lui-même reflétait, il y’avait de cela plusieurs années déjà. Image, pourtant, regrettée. Transformée en un simple mémoire dans les vestiges dans son passée. Les évènements auxquels il ne veut même plus penser car le pardon ne le lui a été accordé que bien difficilement. De par son acharnement constant. Peut-être dans ce simple fait, le rappel de son ancien lui, le Hongkongais aurait dû prendre ses précautions. Y penser à deux fois, avant d’hocher la tête et accepter le requête de son manager.

Mauvais karma, hm.

Ses mains se gelèrent, glacées. L’impression que d’un coup, la température était descendue. Sans aucune mise-en-garde. A la façon de cette silhouette tant familière, tant aimée, qui venait perturber le tournage. Sans le réaliser, ses doigts se pressaient contre la peau de sa compagne d’écran. De légères traces colorant déjà son grain de peau pâle. Il ne revint sur terre que quand le léger gémissement de la jeune femme parvint à son oreille. Son regard qui se glissa vers ses ongles enfoncés dans la chair de la demoiselle. Elle le taquine. Il balbutie des mots d’excuses. Ce n’était pas vraiment le moment pour ça. Putain. Qu’elle ravale son petit sourire en coin, pensait-elle réellement avoir sa chance ? Quand la seule personne qui compte à ses yeux était à l’autre bout de la pièce et qu’il était, certainement, sur le point de passer un des plus mauvais jours de son existence.

Ce froncement de sourcils familier qu’il portait envers sa personne. Bordel. Il avait merdé. Ses lèvres se pincèrent avec violence, à s’en faire mal. Il n’entendait plus l’autre. Il n’avait plus conscience de rien. Si ce n’était les syllabes soufflées, parfaitement comprises. L’ironie, les teintant. Il aurait préféré être partout, qu’ici, en ce moment. Tout mais pas ça. Tout, sauf, risquer de voir voler en éclat le fruit de tant d’efforts, tant d’acharnement envers cet être qu’il avait voulu voir devenir sien. Qui l’était enfin.
Son regard, lâche, se baissa. Plus que quelques secondes encore. Ses lèvres qui devaient encore descendre contre la gorge. Ses mains qui se glissaient contre les courbes féminines, soulevaient ce corps fragile et svelte. Et il se détestait tellement, se haïssait. D’avoir In Su en témoin de ses ébats, aussi factices puissent-ils être. Que la terre s’ouvre et l’empoigne. Ce serait moins douloureux. La peau dans la jeune femme était devenue de feu. Moins brûlante pourtant que le regard qu’il sentait sur son dos.

Et enfin, le mot prononcé. Celui qui met fin à toute cette mascarade. Une personne du staff vint lui apporté un peignoir, négligemment posé sur ses épaules et cachant à peine sa nudité. Il ignora tout le monde, ses pas dirigés vers son petit-ami. « Bébé… » Un souffle que la personne concernée était seule à pouvoir entendre, c’était déjà bien assez dangereux pour eux. Ensemble ici, cette promiscuité. Et sa main qui tentait d’attraper le poignet du brun. Yeux dans les yeux. Honte.



electric bird.



w o r k o f a r t
“We have nothing to lose, nothing to gain, nothing we desired anymore- except to make our lives into a work of art.”
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 2688
Age : vingt-six ans.
groupe : team fdp, représente.
rôle dans le groupe : touche à un membre de ma clique go, tu verras qu'on est pas tout seuls.
nom de scène : INSU-RTOUTLESTERRAINS.
occupation : back-up dancer & chorégraphe.
avatar : im jaebeom (got7).
DC : kang junho(e), bae khean(oa), & jung hana(nas).
Points : 73

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t74-nam-in-su http://www.lights-camera-action.org/t73-nam-in-su http://www.lights-camera-action.org/t75-nam-in-su-ring http://www.lights-camera-action.org/t76-nam-in-su-knockout_kid http://www.lights-camera-action.org/t5393-nam-in-su#93629
Message
Ven 23 Déc - 10:36

inley –
you made me, into a complete idiot.

aesthetic   ♦ Nudité incertaine éprise au creux de cette parcelle vestimentaire blanchâtre arborée, emportée au creux de sa cambrure dorsale. Il se tenait là, à l'encontre de mes sens visuels osant disposer de tels propos à mon égard tenant avec tant bien – que mal d'emporter au creux de l'une de ses mains, une part de mon estime. Tel un vulgaire chérubin disposant de sa présence à l'instar de cette figure paternelle, il se sent honteux et affirme sa rédemption envers cet acte guère convenable au sein duquel il s'était permis de prendre par, le tout : en arborant un tel... Faciès. Se moquait-il allègrement de ma personne ? Négligemment, mes mains vinrent disposer de leurs présences envers cette parcelle vestimentaire (fort bien dérisoire, qui plus est) afin de parvenir à masquer convenablement cette nudité dont il osait faire part. Nouant d'une manière quelque peu virulente, ce bout de tissu. Et ce, tandis que ma voix se fit entendre au creux d'un murmure. Inaudible. « je comprends mieux l'affection que tu as pour ce foutus rôle, hein. » Cinématique, parmi tant d'autres. Peut-être, n'était-ce là qu'une bribe évinçant bien davantage. Peut-être, m'en mordrais-je les doigts. Peut-être, n'oserais-je guère disposer de mes sens visuels à l'instar d'une telle production cinématographique. Peut-être, semblais-je persister au creux d'une jalousie maladive à l'encontre de cette tête blonde. Peut-être... « je devrais peut-être me laisser aller aussi, sur scène. un petit haut déchiré ici et là, ou alors... me reconvertir, tiens. peut-être que je serais « bon » aussi, pour ce genre de rôles. » Sans crier gare. Je me permettais d'user de tels propos, afin de parvenir à tourmenter le jeune homme qui se tenait à mes côtés. Sans crier gare. Je me permettais de démontrer l'affection dont je disposais à son égard. Il est vrai. J'osais prétendre le contraire. J'osais persister au creux de cette fierté. Cependant, n'étais-je pas ridicule ? Un songe. Une jalousie démontrée, sans la moindre once de gêne. « par contre, un conseil. » Propos dévoilés, mon regard jugeait autrui (de droite, à gauche). « si ta petite copine continue à te regarder comme ça... » Geste dérisoire, main nichée à l'encontre de la nuque du jeune homme, je l'attirais bien davantage à mes côtés. « je l'éclate. » Ce plaisir, malsain dont elle osait démontrer envers cette expression faciale redirigée à l'encontre de cet être que je considérais comme étant : mien. Elle allait à son tour, petit – à petit franchir cette ligne. Ce point de non-retour. Cette idée, qui parviendrait à m'envoyer paître ces bien multiples objets issus des nouvelles technologies. « elle est bien gentille, hein. mais la voir chaude comme ça, après t'avoir vu... enfin. ça m'plaît pas vraiment, étrangement. » Mes épaules furent haussées en un geste répétitif tandis que je brisais le moindre contact qu'il nous liait, lui et moi. Agir, tels de simples jeunes hommes convenables. Entretenant dès lors, une amitié. Balivernes. Étais-je véritablement crédible en un tel rôle ? Celui-ci ne semblait guère coller à l'instar de mon échine, mon faciès trahissant si... Naturellement, les moindres aspects qui osaient s'immiscer en mon génie psychique. Convenables, ou non. Qu'importe. « dans tous les cas, après voir touché : ça. tu peux crever, pour me toucher dans les jours à venir. » Large sourire, frappe redirigée à l'instar de sa cambrure dorsale, je le taquinais. Jouant, encore – et encore. Et pourtant. J'aspirais à mettre fin à de telles idioties, ce calvaire... Cesserait-il ? Devait-il, à nouveau ôter cette moindre parcelle vestimentaire arborée afin de parvenir à se glisser aux côtés de cette figure issue de la gent féminine ? Je priais silencieusement. Levant les yeux vers cette surface plane que représentait le plafond, un court instant. Les divinités allaient-elles jouer en ma faveur ? Encore... Devaient-elles, véritablement, avoir une existence en ce monde. Encore, devaient-elles ouïr de mes supplices.

 

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 278
Age : vingt ans
occupation : mannequin
avatar : hyunbin
DC : bae noma
Points : 53

knockout g
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Jeu 5 Jan - 16:30






can't feel my face when i'm with you
Harley & In Su.




Regard perdu. Hagard. Passant d’un faciès à l’autre. De celui de l’être aimé à sa partenaire d’écran, pour quelques secondes encore. Il voyait les traits contrariés de son homme. Il ne pouvait l’imaginer autrement. Il la connaissait bien, cette jalousie que les deux hommes partageaient. C’était toute fois Harley qui se permettait le plus de la faire voir. Cela avait toujours semblé plus facile pour lui de se mettre à nu devant l’autre, laisser ses sentiments à vifs et l’occasion, aussi, pour In Su d’en faire ce que bon lui semblait. Malgré la situation, un sourire vint se dessiner sur les lèvres du blond quand il sentit la pression ferme de mains sur le vêtement blanc, dans le but de cacher un peu plus cette nudité qu’il offrait à ce plateau de tournage. Loin d’être au plus grand plaisir du jeune coréen, de ce qu’il voyait. Mais son sourire disparut rapidement. En même temps que les mains lâchent le tissu. La treve fut de courte durée. Et Harley sait parfaitement ce qui s’en suivra. Il n’était pas certain d’être prêt. Il connaissait In Su. Très bien. Si des deux, le blond avait souvent eu le mauvais rôle, l’être empli de vices, d’idées malsaines. Mais les années étaient passées. A présent, il savait qu’In Su pouvait tout en autant en être capable. Qu’il avait cela en lui, également. C’était étrange, ce sentiment qui prenait part de sa personne. Appréhension. Anticipation. Excitation, presque. Bien qu’il ait préféré, dans le meilleur des cas, que le brun n’ait jamais assisté à cette scène. Un froncement de sourcils fit face aux paroles du coréen. Pensait-il réellement, qu’au-delà du scénario ou du rôle en lui-même, ce fut cette scène en particulier qui lui ait fait accepter ? Il s’en serait lui-même bien passé. Ce n’était qu’un moyen d’attirer d’avantage de personnes. Ces femmes, ou hommes, qui se permettaient de vivre certaines fantaisies inexistantes dans leur esprit, et que la vision pour une fois de son corps dénué ne ferait qu’attiser encore plus. « Ne dis pas ça, In Su… » Un murmure. Il n’avait aucune envie de l’imaginer se dévêtir sur scène, ou même se tenter à ce genre de production. Il le lui interdisait, formellement. Pourtant, il eut la sagesse de ne pas continuer le fil de ses pensées à voix haute. Après tout, de quel droit se permettrait-il de lui prohiber ce que lui-même faisait, de plein gré. Son poing se serra un peu plus, les ongles plantés fort dans la chair tendre. Harley se contentait de baisser les yeux, tel un enfant pris en faute. Petit égarement. Délit presque innocent qu’il pensait faire passer, sans que l’autre ne s’en doute.
Le Hongkongais avait eu bien trop d’espoir sur sa chance. Qui n’avait pas été de son côté. Et puis, il vit une ouverture. Dans la jalousie d’In Su. Dans ces sentiments qu’il éprouvait malgré tout envers lui. Il n’en avait jamais douté. Les mots n’étaient pas souvent prononcés, beaucoup moins que lui. Certainement. Mais il y’avait d’autres choses qui ne mentaient pas. Les battements d’un cœur rapides, son regard après une nuit enlacés dans les bras de l’autre. Sa jalousie, du moment. Cette main, nichée dans sa nuque, et qui rapprochaient leurs corps. Ainsi, devant tout le staff. Harley ne s’en trouvait étrangement, et déplacement, que plus excité. « Arrête, ce n’est pas ma petite copine. Son visage est ainsi fait, ne lui porte pas attention. » Des murmures, encore et toujours. Aucun ne pouvait se permettre de trop hausser la voix. Ce serait un cauchemar qu’une bride de leur conversation atterrisse dans l’oreille de quiconque d’étranger. Ils savaient bien à quoi s’attendre en s’engageant dans cette relation. Hommes adultes constamment sous les feux des projecteurs. « Serais-tu…jaloux ? » se permit-il même de rajouter. Élan de courage. Ou de témérité, plutôt. Idiot. Imbécile heureux. La voix plus basse, exprès. « Et tu réussiras ? A résister durant des jours ? Moi, je ne pourrais pas. Et je ne le veux pas. » Caprices. Encore. Certainement bientôt rompus par l’objet de ses désirs. « Je vais demander au réalisateur si je peux en finir pour aujourd’hui. C’est censé être la dernière scène pour ce soir. » Il voulait couper court le plus rapidement à ce malaise crée, par la présence d’In Su ici.




electric bird.



w o r k o f a r t
“We have nothing to lose, nothing to gain, nothing we desired anymore- except to make our lives into a work of art.”
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 2688
Age : vingt-six ans.
groupe : team fdp, représente.
rôle dans le groupe : touche à un membre de ma clique go, tu verras qu'on est pas tout seuls.
nom de scène : INSU-RTOUTLESTERRAINS.
occupation : back-up dancer & chorégraphe.
avatar : im jaebeom (got7).
DC : kang junho(e), bae khean(oa), & jung hana(nas).
Points : 73

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t74-nam-in-su http://www.lights-camera-action.org/t73-nam-in-su http://www.lights-camera-action.org/t75-nam-in-su-ring http://www.lights-camera-action.org/t76-nam-in-su-knockout_kid http://www.lights-camera-action.org/t5393-nam-in-su#93629
Message
Mar 10 Jan - 3:03

inley –
you made me, into a complete idiot.

aesthetic   ━ Contrariété. Émulation de bien sombres ressentiments persistant au creux d'une jalousie, assumée. Sans crier gare, mon visage vint se permettre de s'agiter (de bas, en haut) afin de démontrer un acquiescement au travers de cette gestuelle, ce simple – et unique fait, à l'instar du questionnement quelque peu... Rhétorique, dont le jeune homme s'était enquis de me faire part. Naturellement, mes bras vinrent se glisser à l'encontre de mon buste, croisant ceux-ci. Jugeant. « je ne peux que l'être, vois-tu... cette scène, cette pimbêche, cet accoutrement, cette relation, tout ça, tout ça. » À la suite de chacun de ces aspects qui se voyaient être énoncés, mes doigts se dressaient si fièrement. Tandis que... le cinquième point restait en suspend. Étais-je permis de remanier comme bon me semblait-il les déboires du passé dont le fruit de mes tourments présent, s'était permis de concrétiser au creux de ces années adolescentes, emplis de futilités ? La page avait été tournée, certes. Cependant, ces images, ces souvenirs, indissociables de mon génie psychique. Heurtant, en de bien sombres rêveries, ma personne. De temps, à autres. Je doutais, et redoutais. Soldant de telles idioties, d'une simple main redirigée à l'instar de cette chevelure blonde arborée. Changerait-il, un jour ? Sens visuels redirigés envers cet objet issu des nouvelles technologies persistant au creux de l'une des poches arborées en ces parcelles vestimentaires portées. Âneries en tous genres. Murmures. Ignorance. Il quittait mes côtés. Le temps filait. « dîtes. » Conversation engagée. Je poursuivais à l'intention de cette inconnue issue de la gent féminine qui se frayait un passage, à mes côtés. « c'est toujours aussi violent, et chaleureux, sur le tournage de cette production ? » Entrée en la matière dérisoire, néanmoins. Réceptive. Un ricanement, un engagement, des propos se laissaient entendre, et enfin. Un mensonge. « ouais, je suis dans le genre manager de substitution un petit peu protecteur, m'voyez. » Balivernes. M'en tiendrait-on rigueur ? Guère. En ce domaine que pouvait être, les productions cinématographiques et télévisées au sein du pays du matin calme, ma véritable profession n'était aucunement reconnue. Il m'était, dès lors... permis de m’immiscer en une idée mensongère incertaine (et ce, dans le simple but de justifier ma présence en cet antre). « y'en aura d'autres des scènes, de ce genre ? pareil pour les demoiselles, va y avoir un petit défilé ? » Manager se respectant, n'ayant aucunement disposé d'un regard convenable envers les productions qui se voyaient être proposées à l'intention de son poulain. Qu'importe, oui. Qu'importe. Et... davantage, j'osais m'exprimer, davantage d'informations se laissaient entendre et recueillir, davantage les traits de mon faciès se fronçaient, davantage ma mâchoire se serrait. « bien. » Aussitôt, dit. Aussitôt, mon être se mouvait en un automatisme effrayant. Bras du damoiseau emporté. Sens visuels redirigés envers, cet homme de stature. Directeur. Je ne fléchissais, guère. Ne courbant aucunement l'échine envers cette présence, téléphone portable agité. « emploi du temps chargé, nous ne pouvons pas rester ici, davantage... si vous voulez bien m'excuser, il sera là dès demain matin à la première heure, naturellement. » Mensonges.

Comédie. Calomnies. Ce rôle saillant mon échine, j'agissais. Si, professionnellement. « j'suis plutôt un bon acteur, tu vois. » Cambrure dorsale heurtant cette surface plane que représentait cette pièce, présentement occupée. Vestiaire, ou autre. Je ne possédais aucunement les termes exacts, en la matière. « mais bon, je doute de tenir la route longtemps, alors. vite. enfile-moi des fringues et évites de jouer au plus malin en t'agitant à poil devant moi dans l'espoir de me faire craquer, évitons. » Capable de tout, de rien. À l'intention de cet être, cette tête blonde.


 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 278
Age : vingt ans
occupation : mannequin
avatar : hyunbin
DC : bae noma
Points : 53

knockout g
Voir le profil de l'utilisateur
Message
Sam 4 Fév - 5:51






can't feel my face when i'm with you
Harley & In Su.




(outfit) +
Jalousie, clairement démontrée. En ce regard, ces mimiques exprimées ainsi que tous ces mots prononcés. In Su, jaloux. Pour la première fois, il avait l’impression, il voyait le jeune homme dans cet état. Il fallait avouer qu’auparavant, Harley ne lui avait jamais donné aucun moyen d’avoir ce ressenti. Il y’avait peu de personnes dans son entourage qui auraient pu rendre In Su jaloux. Il n’était proche quasiment de personne, malgré une personnalité ouverte et avenante. Harley n’avait plus tellement le temps à se consacrer à quelques amitiés. Son temps passé entre les plateaux de tournage et, à présent, le brun posté devant lui. In Su ne cachait même pas sa jalousie. Il l’exprimait à voix haute, la faisait valoir même. C’était touchant en quelque sorte, mais effrayant aussi, parce que le jeune acteur ne voulait pas imaginer ce que son petit-ami pourrait lui réserver pour châtier ce…cet écart…Et l’hésitation tout autant mise à nue, est-ce qu’il pensait encore au passé ? Les souvenirs envers lesquels le hongkongais n’exprimait que peu de fierté. Cela avait beau faire d’eux ce qu’ils sont aujourd’hui. Le ressenti reste présent, fort, d’avoir un jour blessé la personne qui comptait le plus à ses yeux. Et peut-être qu’au final, il n’arrivait à faire que ça ; blesser In Su encore et encore, tourner en rond comme un disque rayé qui ne sait rien faire de mieux. Malgré ses promesses, comme un vent soufflé. Non ! Il n’était plus le même. Il n’avait rien d’un adolescent narcissique et arrogant. Il ne voulait pas le blesser, que cela soit intentionnel ou pas. Il avait dit adieu, à tout ça.

Et In Su continuait. Instoppable. Sans la moindre gêne. Le blond derrière lui se contentait d’écouter, tête baissée. Manager…qu’est-ce qu’il était allé inventer, encore une fois. Sa façon de parler, les termes employés. Les producteurs ne risqueraient certainement pas d’apprécier. Harley avait signé un contrat. Tout était clair dessus. Blanc et noir, aucun questionnement à se faire, encore moins de la part d’un manager. Pourtant il était là, fier et conquérant. Effrayant aussi, quand il prit son bras en otage. Contrairement à In Su, Harley se courba légèrement et discrètement en passant à côté du Directeur. Le tournage était encore long et il valait mieux qu’il ne quitte pas ses bonnes grâces. Les mensonges répétés, avec aisance.

« Si bon acteur, que je douterai presque des mots que tu me murmures aussi. » répliqua-t-il, un sourcil levé. Il avait néanmoins raison, il fallait faire vite. Ils avaient eu de la chance sur le coup, surtout que la scène était déjà finie. Mais il doutait que cela dure très longtemps, ou même qu’ils risquent de voir son vrai manager débouler à n’importe quel moment. Il laissa tomber son peignoir blanc au sol, d’un geste théâtrale. Figé comme une statue, le temps de quelques secondes écoulées. « Et, ça ne marche pas ? » répliqua-t-il. En mauvaise posture, et pourtant toujours aussi espiègle. Ou téméraire. Parce qu’il devrait être vraiment con. Il s’habilla en vitesse. Avant d’attraper son sac et ses clefs. « C’est bon… » Il se rapprocha du jeune homme, lui attrapant le bras, ses doigts pianotant tout le long, devinant les muscles sous le tissu dont il a si souvent profité, avant d’arriver à sa main. Entrelacées. « In Su… » Gémissement d’enfant, pourtant totalement vain en la présente situation. Il en avait parfaitement conscience mais ne s’empêchait pas de tenter le coup pour autant. Les miracles. Ce n’était pas une chose pour lui, il devrait bien s’y résoudre.





electric bird.



w o r k o f a r t
“We have nothing to lose, nothing to gain, nothing we desired anymore- except to make our lives into a work of art.”
Revenir en haut Aller en bas

but, please, don't bite (insu)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Bite fight...
» Tu m'casses les ovaires, p'tite bite ! [Emer]
» À l'insu de notre plein gré
» (Abandonné) Bite me, I'll bite you in return. [PV Boy Toy]
» et ça fait un pour mon estomac, deux pour ma bite (jordan)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lights, Camera, Action ! :: out of character :: rps-