AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Lights, Camera, Action ! :: out of character :: rps

Big City. | Hana. | book I.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
Invité
Message
Jeu 1 Déc - 10:46

Ecouteurs dans les oreilles, écharpe enroulée jusque sous le nez, manteau, chapeau. Mon gars, si avec tout ça, je ressemble pas à l'homme invisible, faudra m'appeler le service après-vente. Bon sang, mais pourquoi est-ce qu'il fallait que la fin de l'année soit si froide, hein ? J'aimais pas du tout ces températures-là... puis le vent... et l'obligation de mettre 15 couches de vêtements, histoire d'avoir assez chaud. Aisch... vivement que Hana arrive et qu'on puisse aller s'asseoir au chaud, quelque part. Son petit sms de hier m'avait donné le sourire et je m'étais empressé de lui proposer qu'on se voie aujourd'hui, histoire de passer du temps ensemble... parce que bon, ça faisait longtemps qu'on n'avait pas pris quelques heures pour discuter. Là, j'avais le single pour décembre, puis il faudrait enchainer avec l'album dès le début de l'année prochaine et tout ça tout ça. Ca donnait des horaires de fou, mais le fait d'être en activité me procurait énormément de plaisir. Il n'y avait vraiment rien de pire que de ne rien faire, lorsqu'on était habitué à courir dans tous les sens... or, là, j'étais servi avec les meetings et les enregistrements. Mais voila. Et ma ptite frangine ? Damn... il fallait que je lui trouve un cadeau de noël... j'allais profiter d'aujourd'hui pour lui soutirer des informations sur ce qu'elle aimerait se faire offrir, à part un poney. Quoi que même ça, j'étais capable de lui acheter (en peluche, évidemment, et même à taille réelle pour qu'elle puisse s'asseoir dessus pendant qu'elle répétait ses cours de langue... mais j'étais pas certain qu'il y avait de la place dans son dortoir). « Hahahahaha! » Oui, c'était bien le fait de visualiser la situation qui me faisait rire tout seul dans la rue.

Pour ne pas avoir les pieds trop gelés, je marchais un peu le long de la rue et finis par m'arrêter devant la vitrine d'une animalerie, puis par m'accroupir devant le box de petits chiots vraiment trop mignons qui s'approchèrent de moi, même si on ne pouvait pas entrer en contact physique. À priori, c'était trop adorable, mais en y réfléchissant à deux fois... est-ce que c'était pas un peu cruel de les séparer de leur maman pour les laisser toute une journée dans un magasin, comme ça? Et si personne ne les achetait... où est-ce qu'ils allaient finir ? Et... et ceux qui étaient tout seuls dans leur cage ? Ca y'est... j'avais envie de tous les prendre avec moi, maintenant. Argh... les pauvres bébés.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 611
Age : vingt-trois années, de dénis.
groupe : afterglow.
rôle dans le groupe : singer (sec.) dancer, fake maknae & visu.
avatar : im yoona (gg).
DC : le squad, nam insu(lte), bae khean(oa) & kang junho(e).
Points : 48

knockout g
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t3273-salute-hana http://www.lights-camera-action.org/t3327-hana-12-12 http://www.lights-camera-action.org/t3346-jung-hana#62160 http://www.lights-camera-action.org/t3508-hana-on-the-phone#64160 http://www.lights-camera-action.org/t3328-hana-wy-ha
Message
Jeu 1 Déc - 15:28

that bro. –
i am tired of this place, i hope people change.

aesthetic  Escape, the reality. Un simple – et unique message envoyé, sur un coup de tête. Peut-être. Cependant la réponse du jeune homme fut, au-delà des espoirs qu'il m'avait été permise de disposer à l'égard de, ces propos. Lancés, si naïvement à son égard. Un rendez-vous. Un vulgaire, rendez-vous. Auprès de cet homme, considéré comme une figure fraternelle : en tout point. Et, en mon esprit. Je désirais, me laisser aller à ses côtés. Fuir, ce quotidien. Fuir, ces aspects guère convenables persistants, jours, après jour. C'est alors, à la suite d'une intime agitation, et d'une réplique positive que, le jour-j semblait prendre place. Fièrement vêtue. Prête à affronter cet aspect hivernal qui hantait les esprits de chacun. Couvre-chef, arboré. Réajusté convenablement sur le haut de mon crâne. Chevelure, à son tour réajustée. D'un simple revers et regard, j'observais alors, ce reflet que j'osais transmettre à l'instar de ce miroir disposé auprès de l'entrée du dortoir au sein duquel, je me trouvais. Prête ? Semblais-je, bel – et bien l'être. Et, c'est tout naturellement en cet extérieur que je vins trouver place. Mon échine frissonnait. Et, déjà je regrettais ce choix. Que pouvait-être celui, de porter cette infime parcelle vestimentaire, au-delà de ce manteau grisâtre arboré... Cependant, il ne m'était guère permis de faire marche arrière. De quoi, aurais-je l'air ? Annuler, au dernier instant alors, que le jeune homme devait déjà (très certainement) m'attendre de pied ferme envers ce lieu, de rendez-vous ? Impossible. Impensable. Pas, à pas. Je m'agitais, ici, et là. Tentant avec tant bien – que mal, de me réchauffer. Difficilement, en soi. Néanmoins. Cette idée fut, si rapidement évincée de mon esprit. Dès lors, où cette figure se dessinait. Au loin. Ridiculement. Il se trouvait accroupi auprès de cette vitrine. Vêtu... Tout aussi, étrangement qu'il en possédait l'habitude. Mauvaise habitude, en somme. Écharpe. Couvre-chef. Et, bien plus... Encore. Pensait-il parvenir à passer inaperçu, ainsi ? Que nenni. « Oppa. » Cette appellation se désirait, taquine. Et, ce tandis que je m'approchais. Accourant presque à ses côtés, dès lors : je m'apprêtais à répliquer qu'il semblait fort bien ridicule en un tel accoutrement. Cependant... Ces présences, animales. Eurent toute mon attention. Ces chiots disposés, çà et, là. S'agitant. Couinant. Encore, et encore. Je m'en mordrais les doigts, si je n'osais guère penser un seul instant que, je ne désirais pas en posséder un. Index pointé. Regard enfantin. Je répliquais, alors. Si, naturellement. « Pour Noël, je veux celui-là. Avec tout ce qu'il va avec, s'il te plaît, merci. Je t'aime, tu sais. » Aussitôt, dit. Aussitôt, fait. Une affection fut redirigée à l'instar de cet être fort imposant, que le jeune homme représentait à mes côtés. Une étreinte, arborée de ce sourire. Si, enfantin. Niché, à l'encontre de mon faciès. « Tu ne peux pas dire, non. Tu n'as pas le droit, j'ai été sage ces derniers temps. En plus. » Jeune demoiselle. Du haut, de ses vingt-trois ans, agissant telle une enfant, de quelques années. Tout, au plus. Et, ce. Dans le seul – et unique but, de parvenir à mes fins. Tous les moyens, semblaient être bons. Aussi étrange pouvaient-ils, être. Qu'importe.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Message
Ven 2 Déc - 10:19

« Oppa. » Tiens, je connaissais cette voix. Après avoir retiré mes écouteurs, je redressais ma tête pour venir la flanquer en direction de la jeune femme qui venait d'arriver à ma hauteur. Il y avait un air sur son visage, celui de la personne qui gardait une remarque désinvolte en réserve, au fond de sa gorge... mais finalement, je crois que la vue des petits chiens eurent raison de son expression à l'oral. Dieu savait ce qu'elle s'apprêtait encore à dire, même si je pensais avoir ma petite idée là-dessus. La voila qui s'était donc rapprochée pour observer les animaux, avant même de me demander, peut-être comment j'allais... mais je crois que c'était ses instincts d'enfant qui reprenaient le dessus. « Pour Noël, je veux celui-là. Avec tout ce qu'il va avec, s'il te plaît, merci. Je t'aime, tu sais. » Eh ben voila, qu'est-ce que je vous disais, hein ? « Tu m'aimes, hein ? » Je tournais la tête par-dessus mon épaule pour lui lancer un coup d'oeil moyennement convaincu. « J'entends ça une fois dans l'année. Je suis un pauvre oppa mal-aimé... » Même si pour le coup, ça me faisait rire. Elle savait que j'allais finir par craquer. Et je le savais aussi. Et... ah... les femmes, c'était de bien viles créatures. « Tu ne peux pas dire, non. Tu n'as pas le droit, j'ai été sage ces derniers temps. En plus. » « Gnih gnih gnih gnih gnih, et moi, alors, mon cadeau ? » Je boudais un peu, puis relâchais un soupir presque las, avant de finalement me redresser sur mon mètre quarte-vingt-et-des-poussières en croisant les bras. « Hana, t'es sûre de pouvoir assumer un chien, même ? Tu sais ce que ça prend, comme temps ? » Et là, vous alliez avoir un aperçu de ce à quoi je risquais de ressembler dans trente ans, autrement dit : au mec qui raconte son passé comme s'il avait vécu la seconde guerre mondiale. Mais hé, mon papy, lui, il y était, à la guerre de Corée, vous savez ? Même qu'il en est revenu vivant... avec peut-être quelques neurones en moins, bon. Mais donc, ça revenait au même, j'avais des gênes trop badass. « Moi j'en avais deux, Tony et Jimmy. Fallait se lever tôt tous les matins pour les promener, même en hiver, là. Braver le froid, la neige, la pluie, le vent... plus à midi, plus le soir. Je te raconte même pas le prix du véto et des croquettes, aussi... c'est pas si facile de s'en occuper, faut les dresser et avoir l'enseignement ancestral du maître-chien et... » Je captais son regard l'espace d'un instant. « Je vais pas le garder quand toi t'auras pas le temps, je te préviens... » Même si c'est vrai qu'il était quand même super mignon, ce couillon. « Allez, viens... » Si elle me faisait revenir ici, j'allais craquer. Prions pour que quelqu'un achète l'animal entre temps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 611
Age : vingt-trois années, de dénis.
groupe : afterglow.
rôle dans le groupe : singer (sec.) dancer, fake maknae & visu.
avatar : im yoona (gg).
DC : le squad, nam insu(lte), bae khean(oa) & kang junho(e).
Points : 48

knockout g
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t3273-salute-hana http://www.lights-camera-action.org/t3327-hana-12-12 http://www.lights-camera-action.org/t3346-jung-hana#62160 http://www.lights-camera-action.org/t3508-hana-on-the-phone#64160 http://www.lights-camera-action.org/t3328-hana-wy-ha
Message
Sam 3 Déc - 12:04

that bro. –
i am tired of this place, i hope people change.

aesthetic  Escape, the reality. Sans peur, ni reproches. Je m'agitais aux côtés du jeune homme, dont il semblait être question. Fruit de ses tourments. Quémandant d'une manière si, haïssable : ce chiot. Caprices et enfantillages mis en avant, ainsi semblaient être l'un des moyens de communication favorisés en présence de cet être. Mes pieds heurtant alors, à de bien multiples reprises cette surface plane que représentait : le sol. Un refus fut essuyé, certes. Cependant. Cela ne semblait être aucunement un échec en mon esprit, je reviendrais à l'attaque ultérieurement. Et, ce. Auprès de tout autres aspects qui parviendraient à disposer d'un désir en mon génie psychique, dans l'optique de quémander ceci, pour les festivités hivernales. Parcelles vestimentaires, objets en tous genres et bien plus encore. Il ne semblait guère au bout de ses peines et (malgré tout) ne soupçonnait rien de tel... Pauvre homme. « Tu dis ça, uniquement pour me faire changer d'avis, je le sais. » D'une simple – et unique frappe redirigée à l'instar de cette masse corporelle qu'il représentait à mes yeux, notre chemin fut détourné. Le tout, sous les ordres du jeune homme. Peu fier. « Tu devrais pas faire le malin avec tes histoires, alors, que tu ne sais même pas accorder une tenue, convenablement... » Répliquais-je, finalement. Taquinerie énoncée. Je poursuivais, l'air de rien. Index finalement pointé et dressé envers cette bâtisse davantage imposante se dressant sous ce regard ébahi que j'osais offrir, à l'intention de celle-ci. « Je veux aller, là. » Pression redirigée à l'encontre de l'un des bras, du jeune homme. Je le tirais difficilement, usant de ces forces dérisoires possédées en ce corps frêle que je représentais afin de parvenir à le forcer de suivre ce désir qui fut précédemment dévoilé. Quémander son avis . Aucunement. C'est envers et contre, ces propos négatifs qu'il oserait disposer à l'encontre de ce simple – et unique, fait. Que j'osais poursuivre : « Tu dois accepter. Sinon, je fais un caprice. Ici. Au beau milieu de la place publique, et tu pourras dire adieu à ta couverture d'agent secret des bacs à sable. » De toute évidence, ces propos sonnaient telles de vulgaires menaces. « Après, tu sais... Je dis ça, mais. Je ne dis rien. » Argument poursuivi, digne d'un chérubin, portant en son actif, une dizaine d'années. J'agissais, comme tel. Ces bien multiples expressions faciales soldant de tels propos, d'un large sourire. Aussi ridicule, semblais-je paraître. De telles mauvaises habitudes n'avaient, jusqu'à présent jamais quitté mon être. Jonglant, entre enfantillages et maturités. Je dansais, naïvement à l'instar de ces aspects et de ces idées comme bon, me semblait-il. Déroutant, pour certains. Amusant, pour d'autres. « Tu auras moins froid, en plus... » Piégé. Il était bel – et bien pigé. Entre ces murs, ces étages, cette bâtisse, ces vulgaires boutiques disposées çà, et là. « Je te laisse choisir, la première. Estimes-toi heureux. » Heureux ? Il se devait, de l'être. En ces lieux, à mes côtés. Ne pouvait-il, que l'être. Assurément.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Message
Ven 23 Déc - 11:38

« Tu dis ça, uniquement pour me faire changer d'avis, je le sais. » « Absolument pas. » Net, rapide, concis, sans hésitation. À vrai dire, c'était juste parce que je n'avais pas envie de lui donner raison. « Tu devrais pas faire le malin avec tes histoires, alors, que tu ne sais même pas accorder une tenue, convenablement... » MAIS c'était quoi, ça, un argument ? Pour le coup, je fis un tour sur moi-même et affichais un grand sourire, avant de replacer mes lunettes sur mon nez correctement, puis de tendre un pied en avant. Joie de vivre. Ca faisait du bien, après avoir passé des années à dépérir lentement. « N'importe quoi, regarde mes chaussures ! » Je ne savais même pas comment on appelait cette coupe, mais c'était presque comme des pantoufles, à vrai dire. Un mot qui finissait par « in » genre « escarpin ». Non... c'était pas ça. En tout cas, avec ces strass noirs et colorés dessus, personnellement, je les trouvais magnifiques. C'était peut-être bien ça le souci : je mettais toujours des trucs que j'adorais ensemble, sans prendre en compte le fait que c'était pas ça qui allait faire que le tout s'accordait, au final. Comme de manger des lasagnes avec une sauce au caramel par dessus. Individuellement, ça passait. Ensemble, c'était absolument infecte. Expérience faite... je crois que j'étais un peu saoul, ce jour-là.

Pendant ce temps, Hana s'évertuait à me convaincre qu'il était temps de rentrer dans un centre commercial et pendant qu'elle me déballait ses arguments/menaces, dans ma tête, j'étais en train de penser qu'elle avait raté son choix de carrière. « Tu sais, Hana, t'aurais pas du être idol, mais plutôt flic ou hors-la-loi. Tu ferais peur à tout le monde en interrogatoire ou avec une arme en main. » J'éclatais de rire et haussais simplement les épaules en la poussant dans le dos pour la faire entrer dans le hall principal. Le champ de bataille... « Le choix de la première... » Je sentais qu'elle allait vouloir me refaire une garde-robe correcte... ou alors me faire refaire la sienne. Une enfant... je me sentais un peu comme un papa dépassé par l'agitation de sa fille. Sauf que bon, moi aussi, j'étais un peu un gamin borné, parfois. « Okay, alors je dois me racheter du parfum, donc on va par-là ! » Loin, loinnnn des vêtements. « Et de la crème et de l'anticerne » Parce qu'on était en corée et qu'en corée, c'était parfaitement normal de se maquiller en étant un mec. Un peu aux aguets concernant les gens autour de nous, je retirais rapidement mon écharpe et sortis un masque noir pour le caler devant le bas de mon visage, afin de pouvoir me cacher un peu, juste au cas où quelqu'un se déciderait à gueuler et à ameuter toute la zone commerciale pour avoir des photos avec nous.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 611
Age : vingt-trois années, de dénis.
groupe : afterglow.
rôle dans le groupe : singer (sec.) dancer, fake maknae & visu.
avatar : im yoona (gg).
DC : le squad, nam insu(lte), bae khean(oa) & kang junho(e).
Points : 48

knockout g
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t3273-salute-hana http://www.lights-camera-action.org/t3327-hana-12-12 http://www.lights-camera-action.org/t3346-jung-hana#62160 http://www.lights-camera-action.org/t3508-hana-on-the-phone#64160 http://www.lights-camera-action.org/t3328-hana-wy-ha
Message
Lun 26 Déc - 4:49

that bro. –
i am tired of this place, i hope people change.

aesthetic  Escape, the reality. Balivernes. C'est au travers d'un simple – et unique geste qu'il me fut permis d'envoyer paître les vulgaires propos du jeune homme disposé à mon encontre, d'après lui... Je paraissais effrayante lorsque je désirais obtenir un bien. Cependant, n'était-ce pas là : l'arme fatale que toutes demoiselles se devaient de posséder à l'encontre de la gent masculine ? En de bien nombreux dires de ces jeunes femmes se glissant à mes côtés en ces multiples années, ce vulgaire aspect ne pouvait être que... Confirmé. Qu'importe, l'identité. Qu'importe, la contrée. Nous semblions toutes posséder cette idée, aussi désagréable semblait-il être. Indéniablement. J'arborais ce faciès angélique, jugeant sans la moindre once de gêne les parcelles vestimentaires que le fruit de mes tourments arboraient (à son tour), sans peur, ni reproches. Regards suspicieux, coups de coude, et bien plus encore. Ainsi semblait être ce qu'il se devait de mériter, et ce,... Avant que l'un de mes mains ne parvienne à heurter son postérieur. Propos acerbe dévoilé, il fut bel et bien traité : d'idiot. Tel un chérubin jouant à arborer des vêtements de ses proches ou tout autres parures semblables à un déguisement, il ne semblait que davantage ridicule. « le karma. » Me permettais-je de murmurer, dans un premier temps. Avant que je ne parvienne à me hisser à ses côtés, l'une de mes mains s'approchant dangereusement de ce faciès qu'il désirait voiler. « et après, c'est moi l'enfant... premièrement, tes chaussures laissent à désirer, je suis sûre que même cendrillon n'en aurait pas voulu pour aller au bal, deuxièmement, si tu veux être discret, retire-moi ça idiot. » Lippes intimement mordillées, je persistais honteuse. N'était-ce guère lui, l'aîné ? Ne devait-il pas, se montrer exemplaire ? Naturellement : l'une de mes mains vint heurter mon faciès en un geste quelque peu virulent, facepalm. « du parfum, de la crème et de l’anti-cerne. » Telle une liste inscrite et ancrée en mon esprit, je le jugeais bien davantage. La nouvelle génération ne cessait de me surprendre... Les hommes, osaient-ils agir telles des demoiselles à leurs tours ? Prenant soin de leur faciès, telle la prunelle de leurs yeux ? Soucieuse, curiosité piquée à vif. Je semblais davantage taquine, et désireuse d'observer comment le jeune homme parviendrait à s'extirper d'une telle situation. Il était connu et reconnu sur la toile, contrairement à ma personne. Paraissant si dérisoire, à ses côtés. Sans conteste. Mon faciès ne semblait guère attirer les sens visuels d'autrui, si c'est n'est. Une simple attirance, à l'instar de cette candeur que j'osais démontrer et arborer, semblait-il. Soupirant, ma voix se fit de nouveau entendre. « à toi de jouer, james bond. » Ricanant faiblement, nous incitant tous deux à nous immiscer en cet antre. Arborant parfumeries et produits de cosmétiques en tous genre. Que le jeu : débute. Je déambulais dès lors au creux de ces multiples allées, mes doigts se permettent de glisser à l'instar de bien multiples produits mis en avant. Essayant, uns à un, ceux-ci. Phase numéro une. Le laisser se glisser aux creux d'un climat de confiance avant de parvenir à le tourmenter bien davantage, encore. Et, encore.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Message
Mar 27 Déc - 11:02

Et si je lui disais que face à ses exclamations de fashionista, je n'avais que d'autant plus envie de ne faire aucun effort en matière de mode ? Grognant donc un coup, tel un grizzli des villes, lorsque j'entendis son ordre de retirer ma protection faciale, je m'exécutais néanmoins et rangeais l'accessoire dans mon sac. Ce serait mon SEUL effort, je vous le garantis. « C'est stratégique, princesse. Moins je m'habillerais bien au quotidien, plus tu seras choquée et fière de moi, le jour où tu me verras en costard, à une soirée. Cendrillon avait tout compris... » Oui, enfin... Cendrillon n'avait pas des centaines de milliers de won a dépenser pour se vêtir, en fait. Sans ciller à sa remarque concernant ma liste de course, je lui lançais simplement un haussement d'épaule des plus naturels. « Oh, arrête de râler, mimi geignarde... tu te plains pour les habits, mais ça sert à rien d'être bien habillé, si on a de l'acné partout sur la face. J'ai pas raison ? » Je n'aimais pas avoir une sale tronche, okay ? Autant, je pouvais ne pas faire d'efforts sur la garde-robe, autant, vous ne me verrez jamais avec un bouton sur le visage et ça, j'en étais plutôt satisfait. « James Bond... » Un dernier regard, suspicieux. Haha... qu'est-ce qu'elle prévoyait, encore ? Je lisais déjà dans ses yeux que l'envie de s'amuser était présente et que ça risquait de me retomber dessus... mais soit : jouons un peu. Suite à ça, ce serait à son tour. Enfin, j'y comptais bien.

Après lui avoir accordé un léger sourire, méfiant, je la laissais donc filer de son côté et observais les rayons rapidement, puis me lançais à mon tour pour rejoindre au plus vite ce qui m'intéressait. Nul besoin de fouiller, j'avais mes habitudes, autrement dit : aborder directement une vendeuse et lui dire ce qu'il me fallait. Les avantages ? Pas besoin de chercher quoi que ce soit, il me suffisait d'attendre sagement à la caisse, jusqu'à ce que mon « Dior, Sauvage » arrive. Et Hana... elle était où, cette enfant... ? Qu'on ne m'oblige pas à demander à ce que les caissières fassent une annonce : la petite Hana est attendue par son papa à l'accueil. Oh, mais... ça serait drôle, ça, en fait... hinhin. Non, bon. Je ne le ferai tout de même pas... « Rajoutez un mascara, s'il vous plaît. Oui, oui... Yves Saint Laurent, c'est bien. » Pas pour moi, naturellement. Une fois le paiement effectué, je remerciais brièvement la jeune femme qui s'était occupée de moi et rejoignis finalement mon amie pour lui tendre un petit sac en papier avec son cadeau à l'intérieur. « Tiens. » Je passais néanmoins une main derrière son dos pour la faire avancer dans le magasin et nous permettre de sortir, bien content de ne pas avoir été abordé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 611
Age : vingt-trois années, de dénis.
groupe : afterglow.
rôle dans le groupe : singer (sec.) dancer, fake maknae & visu.
avatar : im yoona (gg).
DC : le squad, nam insu(lte), bae khean(oa) & kang junho(e).
Points : 48

knockout g
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t3273-salute-hana http://www.lights-camera-action.org/t3327-hana-12-12 http://www.lights-camera-action.org/t3346-jung-hana#62160 http://www.lights-camera-action.org/t3508-hana-on-the-phone#64160 http://www.lights-camera-action.org/t3328-hana-wy-ha
Message
Lun 2 Jan - 5:54

that bro. –
i am tired of this place, i hope people change.

aesthetic  Escape, the reality. Naïvement, à l'aide du bout de mes doigts, je frôlais ces bien multiples produits de cosmétique disposés à l'instar des sens visuels de la clientèle qui osait pénétrer en cet antre. Naturellement, il me fut permis d'user de certains produits testeurs afin de transmettre ceux-ci à l'instar de mon échine. Parfumerie, et crèmes en tous genre. Je ricanais faiblement sous les regards incertains et davantage curieux de ces bien vulgaires demoiselles arborant (cependant) ce faciès professionnel qui leur valaient de bien sombres critiques. Je ne leur en tenais guère rigueur. Ainsi semblaient être les risques du métier, néanmoins. Trêves de rêveries. Le damoiseau heurtait à nouveau mes sens visuels et auditifs. Paquet tendus, l'air de rien, il se permettait de disposer ses mains à l'encontre de ma cambrure dorsale : m'incitant, (si, naturellement) à quitter ces lieux précédemment occupés. Surprise, je détourne mon être avant qu'il ne puisse me rendre à l'évince qu'il semblait inutile de résister. Les regards se détournaient à nos égards. Tandis qu'il me fut permis de disposer de tels propos tels que : « t'es le meilleur padré que je n'ai jamais eu. » Aussitôt, dit. Aussitôt, fait. Le paquet fut ouvert et le faciès du jeune homme fut heurté en un terrible baisé disposé à l'instar de l'une de ses joues. Un remerciement dérisoire envers le présent qu'il me fut permis de découvrir au sein de celui-ci. Je me devais, dès lors. D'agir en conséquence, bras emporté (de grès ou de force) je l'incitais à me suivre. Antre moderne, parcelles vestimentaires convenables. Notre entrée fut remarquée, aucunement de par la convenance de nos êtres, mais davantage... Envers l'accoutrement du jeune homme. Sûrement. Et pourtant, je m'agitais. « ne bouge surtout pas, surtout, surtout, surtout pas... sinon, attention à toi. » Index fièrement dressé : menace mise en exécution. Mes doigts frôlent, arborent et emportent ces parcelles. Celles-ci furent disposées unes – à une, envers la masse corpulente qu'il représentait à mes yeux. Cristina Cordula, hantant mon génie psychique. Je m'agitais, encore et encore. Tenues sélectionnées, il ne possédait guère son mot à dire, si c'est n'est : une affection envers celles-ci. Et cela débutait envers... Ces immondices arborées en ses pieds. Un jeune homme fut attiré et dans un échange de regards, il comprit où je voulais en venir. Remplacer ces horreurs. Illico, presto. « bon, tu m'excuseras... je ne pourrais que changer tout ça, mais pas cette tête, mais... on va faire avec. » Innocence suprême, brisée en de simples réflexions disposées à l'encontre de cet énergumène qui fut bien vite jeté en l'une de ces cabines. « dis-toi que je suis marraine la bonne fée et que tu es ma petite cendrillon... » À nouveau, une réflexion issue de ce conte de fées fut émise. Et ce, tandis qu'il me fut permis de prendre place à l'instar de l'un des multiples fauteuils disposés envers la clientèle. Confortablement installée, bras croisés auprès de mon buste, sourcils froncés. Concentration, et attention. « si dans deux minutes, tu n'es pas sorti, je vais ouvriiiiir. » Réflexion faite. Je n'étais guère emplie de patiente, sans conteste.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Message
Mer 4 Jan - 13:11

Très satisfait de mon initiative, j'esquissais un petit sourire en coin et me penchais suffisamment sur le côté pour lui faciliter l'accès a ma joue. Evidemment, que j'étais le meilleur. Enfin... pas quand j'égarais les gamins de ma soeur dans les magasins, mais ça, c'était une toute autre histoire. Le temps de me redresser, je sentis néanmoins mon bras se faire tirer en avant et manquais de trébucher sous l'énergie fournie par Hana pour me sortir du rayon. Où allait-on ? À quoi pensait-elle exactement ? C'était si soudain de sa part que j'avais légitimement le droit de me demander ce qu'elle comptait faire de nous dans ce centre commercial.

Habits.
Evidemment.

« Je ne bouge pas, promis... » Vu son sérieux, mieux valait rester sage et juste l'observer faire ses emplettes. Ca avait un côté mignon, tout bien réfléchi, qu'elle s'affaire à me dénicher une tenue 'convenable'... mais juste un seul côté. De l'autre, j'y voyais encore et toujours la chipie qui me servait d'amie, désormais rejointe par l'un des vendeurs qui semblait s'accorder avec elle sur le fait que j'étais vêtu n'importe comment. Mais ! « bon, tu m'excuseras... je ne pourrais que changer tout ça, mais pas cette tête, mais... on va faire avec. » « Yah ! Un peu de respect pour tes ainés, là. » Mais qu'est-ce que j'allais faire de cette g... et bim, pas le temps de râler, me voila encore trimbalé tel un vulgaire élément de décoration jusqu'aux cabines dans lesquelles je fus jeté. Un animal en cage. « Je trouverai un autre moyen de t'embarrasser, crois-moi. » Menace proférée au-travers du rideau qui nous séparait désormais, dernière ligne de défense d'un vieux lion dominé. J'entrepris tout de même de retirer docilement mes vêtements pour essayer ce qu'elle m'avait préparé. Comment est-ce qu'elle avait bien pu faire pour savoir ma taille, exactement ? Dans un soupir déjà lassé par l'éclairage du magasin, je terminais de fermer la ceinture du pantalon et attrapais le col roulé posé sur le tabouret de la cabine, dans le but de le passer sur mon buste découvert, avant de sursauter dans une légère exclamation de surprise, lorsque la silhouette d'Hana apparu dans mon dos. « Hentai! Ca fait pas deux minutes » Si ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 611
Age : vingt-trois années, de dénis.
groupe : afterglow.
rôle dans le groupe : singer (sec.) dancer, fake maknae & visu.
avatar : im yoona (gg).
DC : le squad, nam insu(lte), bae khean(oa) & kang junho(e).
Points : 48

knockout g
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t3273-salute-hana http://www.lights-camera-action.org/t3327-hana-12-12 http://www.lights-camera-action.org/t3346-jung-hana#62160 http://www.lights-camera-action.org/t3508-hana-on-the-phone#64160 http://www.lights-camera-action.org/t3328-hana-wy-ha
Message
Mer 18 Jan - 6:11

that bro. –
i am tired of this place, i hope people change.

aesthetic  Escape, the reality. Impatiente instable se discernant à l'encontre de bien multiples gestes et actes : mes pieds s'agitant envers cette surface plane que représentait le sol, mes doigts, quant à eux, se voyaient heurter de bien nombreux aspects (mon être, meubles et parcelles vestimentaires), et ce, tandis que mon faciès témoignait d'un certain mécontentement. Sourcils froncés, lippe inférieure mordillée. Lentement, mais sûrement. Il semblait agir au travers de cette cabine, rideau rougeâtre clos. Dès lors, tiré à la suite de ces minutes indiquées précédemment qui avait... étrangement, filées à une vitesse folle. Deux, pour être exacte. Ces minutes paraissaient être le compte à rebours d'une bombe, prête à rendre l'âme. Naturellement, un rictus vint se forger auprès de mes lippes creusant celles-ci en un simple sourire. « pire que cendrillon, finalement... les deux minutes sont déjà passées, comme les douze coups de minuit : la sentence est irrévocable. et n'ose pas me traiter ainsi, alors que je t'avais prévenu. » Y avait-il un mal à mettre à exécution les précédentes menaces faites ? « et puis... je doute qu'il y a quelque chose d'exceptionnel à observer, ici. » Bras croisés à l'encontre de mon buste, muscle rosâtre résidant au sein de ma cavité buccale extirpé. Puérilement. « enfin... » Pas, à pas. Je me redirigeais vers cette place auparavant occupée dans le simple – et unique but d'avoir une vue d'ensemble auprès du jeune homme arborant ces parcelles vestimentaires davantage convenables. Couleurs assorties, saillant cet être, affectionnant gracieusement les courbes de celui-ci. Satisfaite. Je ricanais. Fièrement. Je m'agitais. Index dressé, je démontrais avec approbation l'allure qu'il osait démontrer auprès d'autrui en l'instant présent. « voilààà, là... là, je pourrais presque tomber sous ton charme, et me laisser tenter vers la pomme empoisonnée. » Jours, après jour. Contes, après conte. Je me voyais errer en ces idées, ces aspects et ces réflexions issus de ce monde qui n'était aucunement notre. Cependant, la sentence envers laquelle le jeune homme se devait de prendre place ne prendrait aucunement fin si... Rapidement. Peine perdue. Espoirs réduits à néant. De bien nouvelles parcelles vinrent trouver refuge au creux de ses bras. Directives énoncés, il se devait d'agir en conséquence. Je ne me laissais aucunement amadouer envers le premier aspect et je désirais creuser bien davantage afin de découvrir ce qui saillirait à la perfection cet être dénué de sens envers cette idée que pouvait être : la mode. Postérieur heurtant ce fauteuil fort confortable. Mon impatiente vint de nouveau se discerner envers ces actes entrepris.

Revenir en haut Aller en bas

Big City. | Hana. | book I.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Dark City 2.10 FIN
» Pink city
» 05. A book club ? Yes sir !
» Paradise City
» Book 102

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lights, Camera, Action ! :: out of character :: rps-