AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Lights, Camera, Action ! :: out of character :: rps

cold rain. } w/ harley.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Messages : 2316
Age : vingt-cinq ans.
occupation : staff, aka. back-up dancer, (& chorégraphe.)
avatar : im jaebeom (got7).
DC : kang junho(e), bae khean(oa), jung hana(nas) & lee hyuki(ki).
Points : 134

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t74-nam-in-su http://www.lights-camera-action.org/t73-nam-in-su http://www.lights-camera-action.org/t75-nam-in-su-ring http://www.lights-camera-action.org/t76-nam-in-su-knockout_kid
Message
Lun 16 Mai - 22:39






only fools fall for you.
Harley & In Su.





L'une de mes mains vint rejoindre, vulgairement, mon faciès. Y affligeant une quelconque pression, une attention, de multiples passages de bas, en haut. Une manière quelque peu étrange afin de parvenir à me faire recouvrir mes esprits. Et ce, dans le seul et unique but d'offrir, pour la énième fois, une attention complète à l'égard de cette jeune femme qui se tenait, là. Face à moi. Pourtant, je semblais perdu. Mon regard fuyait le sien. Je semblais perplexe face à ces nombreux propos qu'elle osait tenir. Démontrant des exemples au travers de vidéo, ou, photographies. Je me voyais divaguer. Transporter aux tréfonds de mes pensées. Repensant à ce qui semblait s'être déroulé au travers des précédentes semaines. Celles-ci s'avéraient s'être déroulée à une vitesse affolante. Sans même que je ne parvienne à m'en rendre compte. Les événements, les récentes nouvelles, les complications, mais aussi, d'agréables surprises. Tout ceci était bel et bien réel. Aussi naïf et idiot cela pouvait-il être, j'avais parfois tenté de pincer mon échine afin de finalement me sortir de ce rêve éveillé. Néanmoins, tout ceci semblait être, au fond. La réalité. La réalité, vraie.


Une main heurtant la surface plane de cette table blanchâtre qui voyait séparer mon être de la jeune femme me fit réagir. Un simple sursaut. Les yeux écarquillés. C'est à la suite d'une nouvelle excuse de ma part, que, cette personne issue de la gent féminine vint à la conclusion qu'une discussion auprès d'une personne si peu attentive ne devait aucunement avoir lieu. Reportant ainsi, l'entrevue aux jours à venir. Elle me contactera, répliqua-t-elle. Mais. Le fera-t-elle vraiment ? Là, semblait être le questionnement que j'aurais été permis de lui offrir si mon esprit ne semblait pas, encore, perdu. La nuit avait bel et bien fait son apparition. Délaissant ce voile étoilé contre de nombreux nuages peu avenants. Le tout, ponctué d'une pluie incessante. Mais aussi, de vulgaires éclairs. Bruyants, ou non. Ils avaient toujours eu le don d'inciter mon esprit à désirer fuir au sein de mon antre afin de parvenir à trouver refuge au creux de ma literie. Protégé par la chaleur des nombreuses couvertures que je possédais. La présence animale à mes côtés. Ou encore, ces multiples séries télévisées que j'observais tout en nourrissant mon être d'une manière peu convenable.


Je vins alors, réajuster le peu de vêtements que je portais dans l'optique où, je ne possédais guère de manteau fort imposant face à un tel temps. Ni même, un parapluie. Personne ne semblait avoir délaissé le leur aux côtés de l'entrée. Aucun emprunt, ou vol ne pouvait être permis.

Ainsi, je jouerais la carte « effet cheveux mouillés » que la gent féminine affectionne tant dans l'idée de ne paraître que peu ridicule. Ou, de simplement amoindrir ce fait lorsque j'oserais faire mon entrée au travers de l'un des transports en commun dont je ferai usage. Bus, en l’occurrence. Je n'avais guère le temps, ni l'envie de courir. Le plus proche, serait le mieux. Le choix le plus judicieux. Mon échine frissonnait. Mes vêtements se voyaient foncés de par l'eau ayant coulé à flots à l'encontre de ma personne. Ils me collaient à la peau. Un faible éternuement m'échappait. Et, je priais pour que mon colocataire eut, la judicieuse idée d'activer les chauffages afin de m'apporter un certain réconfort lors de mon arrivée. Espoir en vain, très certainement... Néanmoins, l'espoir fait vivre. N'est-ce pas ?


L'une de mes mains vint heurter le carrelage blafard de l'entrée dans l'espoir d'obtenir une quelconque source de lumière. Malheureusement... Rien ne semblait se déclencher. Et ce, malgré plusieurs essais. Le tout se voyait soldé d'un échec total. J'usais alors, des derniers pourcents de batterie de mon téléphone portable afin de parvenir à éclairer mon chemin, et ma trajectoire. Marche, après marches. Le poids de mes vêtements trempés semblait s'alourdir. Mes mains vinrent, s'écraser contre la poignée de mon antre, et c'est à la suite d'une vulgaire bataille entre mes dernières forces et ma volonté que je fis irruption au travers de mon antre.

Nuit. Tout semblait si calme. Aucune source de lumière, non plus. « Merde... »



electric bird.


on days where thin rain falls like today, i remember your shadow. our memories that I secretly put in my drawer, i take them out and reminisce again by myself.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 245
Age : 25 ans
occupation : acteur
avatar : jackson
Points : 188

yuseong m
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/t88-yang-harley#240 http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/
Message
Mar 17 Mai - 19:20






only fools fall for you.
Harley & In Su.





Sale temps.

Harley resserra avec hargne ses doigts contre le volant de sa voiture. Le vent l’énervait. La pluie le faisait paniquer. Et l’orage le mettait tout simplement hors de lui, le laissant dans un état second, incontrôlable. Aujourd’hui, il en était déjà à la deuxième phase. Il commençait à avoir peur, cela l’énervait de se sentir ainsi et il n’en finissait que par devenir plus irritable et angoissée. A un moment, il crut entendre le son d’un dérisoire éclair au loin et ce fut tout son corps qui sursauta, les battements de son cœur suivant rapidement un rythme plus rapide. Bordel. Il fallait qu’il rentre chez lui, qu’il se mette à l’abris…qu’il se planque dans un placard. Non. Il n’était plus un gosse effrayé par l’orage, il n’allait pas en faire toute une histoire. Tout allait bien se passer. Pourtant, le nouveau bruit d’un éclair le fit appuyer sur l’accélérateur. On pouvait bien penser qu’il était à gamin, il n’en n’avait rien à foutre. Il avait peur. Il avait hâte d’être enfin à l’appartement. Il espérait que In Su y soit déjà, que sa présence puisse le réconforter un tant soit peu. Même si au fond, le blond n’avait aucune envie de lui montrer cette faiblesse. Le danseur ne manquerait surement pas de se moquer de lui s’il le voyait ainsi.

Harley grinça des dents, nerveux devant la circulation dense. Les gens ne pouvaient pas être au calme chez eux bon sang ! Qui pouvait bien avoir envie de faire une balade en voiture en pareil temps ? Il savait que certaines personnes appréciaient regarder ce genre de pluies torrentielles, mais ne les comprenait pas pour autant. Il avait beau serrer le volant de toutes ses forces, ses mains n’en tremblaient pas moins pour autant. « Fais chier ! » Il profita du feu rouge pour fermer les yeux un court instant, juste dans une naïve tentative de trouver du courage, quelque part en lui. C’était peine perdu.

La nuit tombait déjà. Les nuages gris cachaient le soleil depuis pas mal de temps déjà. Il ne cessa de se mordiller les lèvres nerveusement, les malmenant entre ses dents blanches. En un instant, il monta en courant toutes les marches qui le séparaient de l’appartement d’In Su, la tête beaucoup trop ailleurs pour ne serait-ce que penser à prendre plutôt l’ascenseur. Plus rapide. Mais il n’avait pas envie de tenter le diable et se retrouver coincé dans ce petit carré. Il préférait mourir. Les mains tremblotantes, l’acteur s’y pris à deux fois avant de réussir à tourner convenablement la clef dans la serrure et entrer à l’intérieur. Le salon était vide et il courut directement vers la chambre du danseur. Vide aussi. Il n’était pas encore là.

C’était comme si quelqu’un, dans le ciel, du haut de sa grande tour s’amusait de ses peines et l’enfonçait encore plus. Un orage, plus violent que les autres, frappa fort et il vit les vitres s’illuminer durant un court instant. Pas ça. Harley leva les yeux vers le plafond pour voir la lampe clignoter petit à petit. Non, pas ça. Pourquoi est-ce que ce genre de conneries devait lui arriver. Il était au milieu du salon, dans le noir et totalement paniqué. Harley s’assit doucement sur le canapé, s’entourant du plaid qui était posé sur l’accoudoir.

Nouvel orage. Il cria cette fois, fermant les yeux et posa ses paumes sur ses oreilles comme pour bloquer tout bruit extérieur. Mais il avait toujours aussi peur. Il se glissa jusqu’au sol puis se recroquevilla sous la table. Ses jambes ramenées contre son torse et son menton posé sur ses genoux, le jeune homme se fit le plus petit possible.

Le noir total. Le vide.

Il n’entendit même pas la porte s’ouvrir. Cela ne lui aurait fait que plus peur encore dans son état. Un autre orage lui fit lâcher un petit cri d’effroi, presque inaudible puisque ses dents serraient un coin de la couverture.






electric bird.


Oh, glazed eyes, empty hearts buying happy from shopping carts. Nothing but time to kill, sipping life from bottles.
Tight skin, bodyguards. Gucci down the boulevard.Cocaine, dollar bills
Only fools fall for you
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 2316
Age : vingt-cinq ans.
occupation : staff, aka. back-up dancer, (& chorégraphe.)
avatar : im jaebeom (got7).
DC : kang junho(e), bae khean(oa), jung hana(nas) & lee hyuki(ki).
Points : 134

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t74-nam-in-su http://www.lights-camera-action.org/t73-nam-in-su http://www.lights-camera-action.org/t75-nam-in-su-ring http://www.lights-camera-action.org/t76-nam-in-su-knockout_kid
Message
Mer 18 Mai - 13:39






only fools fall for you.
Harley & In Su.





C'est au travers d'un automatisme quelque peu déconcertant que, de multiples propos acerbes eurent la possibilité de traverser mes lippes. Et ce, lorsqu'il me fut permis de pénétrer au sein de mon antre. Le silence régnait. La nuit avait pris possession des lieux. L’électricité ne semblait guère fonctionner en ces lieux. Je ne parvenais guère à différencier ce qui osait se frayer un chemin à mes côtés, lors de mon passage. Heurtant à de nombreuses reprises cette présence canine que j'affectionne tant, mais aussi, objets, meubles, et murs. Manquant de peu de trébucher, d'une manière fort ridicule. C'est auprès de cette simple et unique source de lumière que m'offrait mon téléphone portable que j'osais apporter la moindre attention que je possédais. Le tout, dans le seul et unique but de parvenir à rejoindre mon antre personnel. Mettre la main sur des vêtements secs. J'avais, bien évidemment, pris soin d'abandonner, aveuglément, veste et chaussures à la suite de mon entrée en ces lieux. Je me retrouvais facilement dévêtu. Tentant, en vain, de délaisser mon choix à l'égard d'une tenue convenable, je fus bel et bien dans l'obligation de rapidement abandonner cette idée. Jetant ainsi, mon dévolu envers ce premier ensemble qui vint se frayer un chemin à l'encontre des paumes de mes mains qui glissaient là, à l'encontre de ces vêtements.


Mon échine frémissait. Ma mâchoire se serrait. Mes dents claquaient entre elles. De vulgaires inspirations prises démontraient le sentiment de ressentir une vague de froid au travers de mon organisme. Peu agréable. Tout naturellement, je haïssais tant ces ressentiments. « 'Tain, fait chier, fait chier. » Argumentais-je, finalement. Les paumes de mes mains glissées à l'encontre de mes avant-bras, je vins frotter ceux-ci d'une manière répétitive dans le seul et unique but de parvenir à m'offrir un sentiment de réconfort. Chaleureux. Néanmoins... Le froid prit rapidement le dessus, à nouveau. Ayant trouvé refuge auprès de cette couverture quelque peu imposante, je ne laissais que paraître mon visage au-dehors. L'une de mes mains munie de mon téléphone portable éclairant mon chemin. Mon passage se faisait lent, et hésitant. Jamais encore, je n'avais été permis de vivre une situation similaire à celle-ci. « Si seulement... » Il était là ? Je ne pouvais guère dénigrer l'idée que la présence du jeune homme partageant à présent mon antre et mon quotidien seraient des plus rassurantes. Je ne serais plus seul, mais accompagné. Épaulé. Une quelconque aide aurait pu m'être apportée, de par sa présence. Néanmoins... Le jeune homme en question ne semblait guère être présent. « Harley, bouge ton cul, merde. » Ajoutais-je finalement. Un espoir ou, une quelconque idée. La simple et unique mention de son identité parviendrait, peut-être, à le mener en ces lieux.


Un nouvel éclair me fit sursauter.Me laissant abandonner ce que j'avais possédé aux creux de mes mains. Un fracas se fit entendre. Malgré tout... Mon attention fut automatiquement redirigée vers ce vulgaire cri que je pus discerner ne s'avérait aucunement émané de ma personne. Une tout autre présence semblait être en ces lieux. Me laissant perplexe. « Y a... Genre, quelqu'un ? Là, de suite ? Je vous préviens, euh. J'vais appeler les flics... »

Qui diable, en ce monde, aurait-il peur d'une menace similaire à celle que j'avais osé émettre ? Je me maudissais intérieurement. Me munissant du premier objet qui semblait être convenable afin de parvenir à « attaquer » cette présence inconnue. Je ne connaissais guère sa position, ni même, son identité. Rien.




electric bird.


on days where thin rain falls like today, i remember your shadow. our memories that I secretly put in my drawer, i take them out and reminisce again by myself.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 245
Age : 25 ans
occupation : acteur
avatar : jackson
Points : 188

yuseong m
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/t88-yang-harley#240 http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/
Message
Ven 20 Mai - 15:17






only fools fall for you.
Harley & In Su.




Il se sentait mal. Il avait juste envie qu’on l’assomme pour qu’il ne puisse se réveiller que le lendemain, quand il fera beau et que le soleil brillera. Parce que ce temps là était juste invivable pour lui. Le jeune homme s’emmitouflait dans sa couverture et se recroquevillait un peu plus contre lui-même, tentant de se protéger du monde sous cette table. Il était comme un enfant et bon sang ce qu’il détestait être ainsi. Cette peur qu’il n’arrivait pas à dépasser ni à y faire face. Son corps tremblait à chaque éclair, à chaque bruit de la pluie qui arrivait à traverser la paroi de ses mains jusqu’à son oreille. Il détestait avoir peur. Il détestait être faible. Il déteste ce temps.

En fait, là, en ce moment, Harley détestait tout.

Il détestait même In Su pour ne pas être là à ses côtés. Il avait bien dit qu’il accepterait qu’il aille dans son lit parfois…Enfin, non, il n’avait pas accepté, Harley était juste en train d’interpréter le langage corporel qu’avait bien pu avoir le danseur ce soir là et se rassurait en se disant que In Su n’était pas totalement contre. Et même, il ne lui avait pas expliqué la raison de cette demande. Mais cela ne changeait rien. Il souhait juste qu’In Su soit là. Et il haïssait le fait que ce ne soit pas le cas.

Le temps était lent. Il sentait chaque seconde, chaque minute qui passait. Son échine qui se hérissait à chaque petit brun extérieur. Et puis il l’entendit, l’orage et le bruit cassé qui s’en suivit. C’était hors de contrôle, il avait beau mordre le plaid, son cri se fit entendre malgré tout. « Y a... Genre, quelqu'un ? Là, de suite ? Je vous préviens, euh. J'vais appeler les flics... » Le voilà qui se mettait à halluciner à présent. Il espérait tant qu’In Su soit à ses côtés qu’il commencer à entre la voix de cet idiot partout. Il ne tenta pas de chercher plus loin à vrai dire ou se dire que le danseur était réellement là. Il abaissa ses mains afin d’entourer ses jambes de ses bras. Il devrait peut-être mettre un peu de musique, s’exploser les tympans pour ne plus entendre ce violent orage. Mais ses écouteurs étaient dans sa chambre et il aurait besoin de la force d’un Goliath pour réussir à quitter la sécurité de sa table jusqu’à l’autre pièce.

Cela lui prit du temps pour remarquer les bruits de pas à proximité. Encore plus pour réaliser que son hallucination n’était pas une. Le danseur était là. « In Su ? » lâcha-t-il dans un soupir. Ce n’était surement pas comme ça qu’il allait venir vers lui. « Putain, arrête de faire le con et viens là. » cria-t-il en même temps qu’un orage éclatait. Lui enlevant tout de suite sa force et sa capacité à crier plus.




electric bird.


Oh, glazed eyes, empty hearts buying happy from shopping carts. Nothing but time to kill, sipping life from bottles.
Tight skin, bodyguards. Gucci down the boulevard.Cocaine, dollar bills
Only fools fall for you
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 2316
Age : vingt-cinq ans.
occupation : staff, aka. back-up dancer, (& chorégraphe.)
avatar : im jaebeom (got7).
DC : kang junho(e), bae khean(oa), jung hana(nas) & lee hyuki(ki).
Points : 134

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t74-nam-in-su http://www.lights-camera-action.org/t73-nam-in-su http://www.lights-camera-action.org/t75-nam-in-su-ring http://www.lights-camera-action.org/t76-nam-in-su-knockout_kid
Message
Ven 20 Mai - 17:40






only fools fall for you.
Harley & In Su.



Cette voix. Elle parvint à m'offrir, ce doux frémissement qui se permis de traverser mon échine. Rassuré. Abandonnant le moindre sentiment de peur qui osait crécher aux tréfonds de mon esprit. Balayant mes doutes et cette faible vulgarité dont, je m'apprêtais à faire usage au travers de propos peu convenables à l'égard de cette présence que je pensais, inconnue. Tout ceci, n'était que simple et unique fabulation de ma part. Imagination bien trop mise en avant, en l'instant présent. Le jeune homme que je discernais au travers de la pénombre venait, tout juste, de dissiper le moindre de ces ressentiments. Ces idées préconçues. Plus rien ne semblait compter. Mon corps rejoignit rapidement le sol. Mes genoux vinrent heurter d'une manière violente le sol avant que mon être ne puisse rejoindre ses côtés. Une main glissée à l'encontre de son faciès. Et, malgré la noirceur des lieux, je parvenais à y redécouvrir et reconnaître le moindre de ses traits fins, et marqués, à l'aide du bout de mes doigts. Confirmant ainsi, l'identité du jeune homme. Le doute se voyait emporté au loin de nos personnes, réunies. « T'es con. Qu'est-ce que tu fous, là, sous la table ? Bordel. Harley, j'pensais être seul. J'allais même t'envoyer un message pour te prévenir du temps. Merde, j'allais m’inquiéter. » Annonçais-je, finalement. Une certaine sincérité mise en avant. Ces nombreuses vulgarités démontraient, quant à elles, mon incompréhension à l'égard du comportement du jeune homme. Reclus.


Fébrile. Son être se crispait au moindre éclair qui se glissait auprès des fenêtres simplement couvertes d'un voile. Le bruit sourd que s'avéraient créer ces folies météorologiques, il ne semblait guère supporter cela. Jambes nichées contre son torse, je pris malgré tout l'initiative de quitter ses côtés. « Je reviens, ne bouge pas. » Ce faible murmure, je lui offrais au creux de l'une de ses oreilles avant que je ne puisse me glisser hors de cette place que j'avais auparavant occupée. Mon objectif à présent : empêcher le jeune homme de discerner davantage ce feu de Zeus. Fermer les volets. Et, aussi ridicule cela pouvait-il être, je tentais de bien faire. D'agir naturellement, cachant mon inquiétude.


Une main tendue à l'égard de sa personne, c'est à la suite d'une faible pression glissée auprès de l'une des siennes que je l'incitais à glisser sa personne hors de cet « abri ». Le tout, argumenté de son prénom soufflé au travers de simples murmures. Tentant, avec tant bien mal, de rassurer le jeune homme en question. Tout homme possédait ses peurs. Harley, n'était aucunement une divinité. Ni même, un surhomme. Lui-même, possédait ses faiblesses. Le tonnerre semblait être l'une des siennes. « Eh, je suis là. Je suis là. Je ne prendrais pas la fuite, pas cette fois-ci, tu peux en être sûr. » Non. Je n'avais pas pitié de lui. Ce n'était pas de la simple et pure gentillesse à l'égard de sa personne. Ni même, de la compassion.

Loin de là, même. Cela semblait être bien plus, que cela.


« Inutile de t’inquiéter, ça va finir par se calmer et... Le courant, elle reviendra rapidement, je suis sûr. » Tentais-je d'argumenter, finalement. Le doute persistait auprès de la deuxième partie. J'avais moi-même de nombreux questionnements à l'égard de ce fait. Nous n'étions très certainement pas la seule bâtisse où, reposaient de tels problèmes.



electric bird.


on days where thin rain falls like today, i remember your shadow. our memories that I secretly put in my drawer, i take them out and reminisce again by myself.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 245
Age : 25 ans
occupation : acteur
avatar : jackson
Points : 188

yuseong m
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/t88-yang-harley#240 http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/
Message
Sam 21 Mai - 15:03






only fools fall for you.
Harley & In Su.






Il savait parfaitement que c’était In Su auprès de lui. Il n’y avait pas de doutes à ce fait et pourtant, un sursaut gagna son corps quand il sentit une main sur son visage. Il se mordilla la lèvre inférieure violemment pour s’empêcher de pleurer comme un gosse. Ca ne risquait pas d’arriver, oh, ça non. Il préférait qu’on lui piétine toute sa fierté qu’à se mettre à pleurer comme un gamin qui venait de perdre sa mère dans un hypermarché. Ses doigts glissés contre chaque trait de son visage lui causèrent des frissons. Il percevait clairement les propos de In Su mais n’arrivait pas à ouvrir la bouche et lui répondre, il avait l’impression d’avoir besoin d’un effort considérable pour le faire. D’une force qu’il n’avait pas en ce moment et dont il doutait pouvoir reprendre ce soir. Au lieu de cela, il se contenta de s’agripper au bras du jeune homme, le serrant fort de sa main tremblante. « In Su. » murmura-t-il faiblement, plus pour se rassurer lui-même que pour avoir une réellement réponse. Il était là. Il allait le sauver. In Su n’était surement pas capable d’arrêter ces maudits orages, ce serait trop beau, mais il avait bon espoir qu’il puisse l’aider à les oublier. Il le fallait bien. Harley avait peur de perdre le temps, ou le peu qui lui en restait. Il n’arrivait même pas se réjouir de l’inquiétude du jeune homme, se dire que, oui, il comptait vraiment pour lui. « Je reviens, ne bouge pas. » Non ! Ce fut comme un signal d’alarme qui s’enclencha dans tout son être. Seul. Il allait rester seul, sans personne pour le protéger ou l’aider. Comme cette nuit là. L’orage allait le tuer et personne ne serait là pour lui tendre la main.

« Ne pars pas ! » sa voix était plus cassée que d’habitude, presque brisée, vacillant légèrement. L’acteur tenta de resserrer sa prise mais In Su lui avait déjà échappé. Est-ce qu’il allait se venger encore et le laisser ? Il ne pouvait pas lui faire ça. Mais il doutait. Il avait fait pire à In Su, alors il le méritait d’un côté.

Il était à bout. Une éternité semblait être passée depuis que In Su était partie. Ce n’est qu’une fois que le jeune homme à nouveau à ses côtés qu’il put souffler, sentant les muscles de son corps se relâcher. Il n’était pas encore totalement détendu, mais c’était déjà beaucoup mieux. Les mots du danseur étaient rassurants. Il était là. Il n’allait plus le laisser. Harley avait juste à s’en convaincre et tout se passera bien. « Tu fuis tout le temps. » ne put-il s’empêcher de faire remarque malgré son état, la voix accusatrice, toujours aussi capricieux quand il se sentait au plus mal. Alors il attrapa sa main dans la sienne la serrant de toutes ses forces alors qu’il quittait la table, son seul refuge pour le moment. Il hocha doucement de la tête.

Oui, ça allait passer. L’orage n’allait pas durer pour toujours.

A nouveau, le bruit strident transperça le ciel, le faisant tomber sur le canapé et entrainer In Su à sa suite. Non, ça n’allait pas passer. Il allait mourir avec que ce foutu temps ne change. Il s’agrippa au danseur comme si ça vie en dépendant, ce qui était un peu le cas. Ses bras entourèrent son cou et il se colla à lui. Peu importe qu’In Su le repousse, il n’allait pas le lâcher. « On va mourir. » Extrême, oui, il l’était, autant que cette peur était incompréhensible. « Il faut retourner sous la table, In Su. »




electric bird.


Oh, glazed eyes, empty hearts buying happy from shopping carts. Nothing but time to kill, sipping life from bottles.
Tight skin, bodyguards. Gucci down the boulevard.Cocaine, dollar bills
Only fools fall for you
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 2316
Age : vingt-cinq ans.
occupation : staff, aka. back-up dancer, (& chorégraphe.)
avatar : im jaebeom (got7).
DC : kang junho(e), bae khean(oa), jung hana(nas) & lee hyuki(ki).
Points : 134

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t74-nam-in-su http://www.lights-camera-action.org/t73-nam-in-su http://www.lights-camera-action.org/t75-nam-in-su-ring http://www.lights-camera-action.org/t76-nam-in-su-knockout_kid
Message
Sam 21 Mai - 18:59






only fools fall for you.
Harley & In Su.




Perplexe ? Surpris ? Je ne pouvais l'être que bien davantage à l'égard du comportement du jeune homme. Jamais encore, je n'avais perçu de telles réactions émanant de sa personne. Un tel acharnement, une telle manière d'agir, ou de s'exprimer. Cette posture sûre, ce comportement si peu convenable, ces propos peu agréables. Tout ceci, laissait place à une quelconque faiblesse animée au travers du carnage météorologique. Tout naturellement, je lui apportais un semblant de réconfort. Ces paroles rassurantes. Ces multiples affections glissées à l'encontre de son échine. Nouveau, pour moi. Néanmoins, je me devais de réaliser de tels efforts au vu de la situation actuelle. Et ce, malgré les certaines réticences que je portais à l'encontre de mes propres agissements... Tout ceci se retrouvait rapidement balayé par la voix du jeune homme qui se tenait là, à mes côtés. « Je sais, Harley. Inutile d'argumenter davantage, je sais. » Osais-je finalement, répliquer. Ses propres paroles possédaient une franchise transcendante que j'avais, moi-même, du mal à accepter, parfois. Un faible soupir parvint à se frayer un chemin au travers de mes lippes. Fatigué. Néanmoins... À peine avais-je osé croire que ces actes théâtraux émanant de sa personne ne prendraient fin que. Mon corps vint vulgairement la surface plane et fort confortable que représentait mon propre canapé. Aucune réaction. Le temps se jouait de ma personne. Je ne me rendis compte de l'état de la situation que, lorsque les bras du jeune homme parvinrent à se frayer un chemin au creux de mon cou. Sa propre survie semblait dépendre de son attachement à l'encontre de mon être. J'étais, bel et bien, incapable de le repousser. Et ce, malgré toute la volonté du monde. J'en étais incapable.


Déglutissant difficilement, je vins alors, glisser l'une de mes mains à l'encontre de la chevelure blonde du créateur de mes tourments. Une énième affection glissée envers sa personne. Un quelconque moyen de tenter, de lui offrir un certain réconfort. « Harley. Tu ne vas pas mourir. Je ne vais pas mourir. Personne ne va mourir. » Annonçais-je, dans un premier temps. « Ce n'est pas terminé. Tu dois encore t'amuser à me tourmenter. M'ennuyer. M'en faire voir de toutes les couleurs. Me rendre faible, comme tu sais tant le faire. Alors, non. Tu ne vas pas mourir, pas maintenant. » Poursuivais-je, au travers d'un faible murmure. Telle, une confession intime glissée sous l'oreille, je lui fis part de mes pensées. Peut-être ne les a-il pas entendu. Peut-être n'y as-il pas fait attention. Qu'importe. Quitte à jouer la carte de la franchise. Autant l'être, jusqu'au bout.

Et, c'est au travers d'un geste soudain que je vins me redresser. Emportant à mes côtés, sa personne.


« La table, ou moi ? Je te laisse le choix. Uniquement, pour ce soir. Je te préviens. » Je ne souhaitais aucunement le laisser trouver, une nouvelle fois, refuge sous ce meuble quelconque dans l'espoir d'y trouver une certaine sécurité. J'étais prêt à jouer la carte du choix afin de parvenir à l'obliger de se rallier à ma cause. « Si tu me choisis. Je te laisserais venir, dans ma chambre. Uniquement pour ce soir aussi, je te préviens. » Se ravivaient en mes souvenirs les propos qu'il avait osé émettre lorsque je lui avais permis de m'offrir ces exigences à l'égard de notre colocation. Celui-ci souhaitait trouver refuge au sein de ma literie, parfois. Était-ce donc, la raison de ces paroles ? Je n'étais plus sûr de rien, à présent.

« Dix secondes, pour répondre. Dix, neuf, huit... » Je comptais véritablement. Démontrant chacun de mes doigts, se dressant au fil des nombres qui se laissaient entendre. Et ce, jusqu'à l'entente d'une réponse.



electric bird.


on days where thin rain falls like today, i remember your shadow. our memories that I secretly put in my drawer, i take them out and reminisce again by myself.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 245
Age : 25 ans
occupation : acteur
avatar : jackson
Points : 188

yuseong m
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/t88-yang-harley#240 http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/
Message
Dim 22 Mai - 15:48






only fools fall for you.
Harley & In Su.




Il avait besoin de réconfort en ce moment, plus que n’importe quel autre soir, des paroles rassurantes qui lui feraient oublier toute cette peur qui avait gagnait chacun de ses membres, le bloquant complètement. Et In Su était là à l’image d’un sauveur, avec ses paroles réconfortantes. Harley ne savait pas s’il devait le croire quand il lui disait qu’il n’allait pas fuir. Ce ne serait pas la première fois après tout, surement pas la dernière non plus. Il n’avait pas à argumenter plus, certes, tous deux savaient parfaitement à quel point In Su semblait adorer le fuir. Une peur de s’attacher ou simplement une envie d’éviter le plus possible sa désagréable présence, Harley demeurait incertain, presque hésitant. Mais il avait envie de le croire cette fois et attendre son retour, aussi long que puisse être le temps quand le jeune homme fut loin de lui. La présence réconfortante d’In Su ne faisait pas tout. Le hongkongais était soulagé de ne plus être seul, mais la peur était toujours présent, se manifestant tout de suite après que le bruit sourd se soit faufilé à nouveau jusqu’à son oreille. Il ne se contrôlait plus, attrapant le jeune danseur et se collant à lui sur ne canapé.

Il priait pour que In Su ne le relâche pas, ne le rejette surtout pas tandis qu’il le serrait un peu plus fort contre lui. Il avait besoin de lui. En ce moment, Harley préférerait qu’on lui ôte son oxygène à voir le brun s’éloigner de lui. Jamais. Il ne lui donnera plus l’occasion de le laisser. Il enfonça son visage au creux dans son épaule, sentant des caresses sur ses mèches. Il soupira, sentant les battements de son cœur ralentir progressivement.

Ils n’allaient pas mourir. Harley avait envie de s’en convaincre, il inhalait l’odeur du brun qu’il adorait pour s’en rassurer. In Su était là. C’était tout ce qu’il se répétait. Il frissonna aux mots contre son oreille, se glissant un peu contre lui alors que ses doigts caressaient le bas de sa nuque, distraitement sans le réaliser. Il sourit. Les battements de son cœur avaient repris, mais ce n’était plus à cause de la peur, c’était plus agréable. C’était la confession d’In Su qui lui causait ce genre de réaction.

Il se releva en même temps que le danseur. C’était bon ? Ils allaient retourner sous la table ? Il le fallait s’ils voulaient rester en vie. Il desserra son étreinte, face à In Su. Son regarda passa du brun à la table, plusieurs fois. Est-ce qu’il pensait vraiment qu’il allait hésiter devant son choix qu’il lui proposait ? Il venait à peine de réaliser que le brun lui proposait de venir dans son lit, qu’il avait déjà enclenché son foutu compte à rebours. Harley ne lui laissa pas le temps de compter plus qu’il enferma sa main dans la sienne. « Toi. » répondit-il un peu brusque. « Ça sera toujours toi. » Alors il n’y avait pas besoin de compter ni rien d’autres, In Su sera toujours la personne qu’il choisira. Peu importe.

Avec un peu de peine, ils rejoignirent la chambre du danseur. Le blond ne s’y était jamais aventuré jusque là, il ne pouvait cacher sa déception face au fait qu’il ne risquait pas de voir grand-chose de ce qui l’entourait.

Il posa les fesses sur la surface molle, guidant In Su à ses côtés de leurs mains liées. Le dos contre le mur, ses yeux se perdaient partout autour de lui. Le noir total qui les entourait. C’était bizarre de se retrouver ainsi, de penser à leur situation la dernière fois que le coréen et lui s’étaient retrouvés dans un même lit. Très différente de celle de maintenant. Il posa sa tête sur l’épaule d’In Su. « Je te rends faible, vraiment ? » murmura-t-il finalement, la voix taquine. Il ne savait pas pourquoi le danseur lui disait ce genre de choses. Il y’avait elle.



electric bird.


Oh, glazed eyes, empty hearts buying happy from shopping carts. Nothing but time to kill, sipping life from bottles.
Tight skin, bodyguards. Gucci down the boulevard.Cocaine, dollar bills
Only fools fall for you
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 2316
Age : vingt-cinq ans.
occupation : staff, aka. back-up dancer, (& chorégraphe.)
avatar : im jaebeom (got7).
DC : kang junho(e), bae khean(oa), jung hana(nas) & lee hyuki(ki).
Points : 134

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t74-nam-in-su http://www.lights-camera-action.org/t73-nam-in-su http://www.lights-camera-action.org/t75-nam-in-su-ring http://www.lights-camera-action.org/t76-nam-in-su-knockout_kid
Message
Dim 22 Mai - 16:53






only fools fall for you.
Harley & In Su.





« Toi, toujours toi. » Ces simples mots. Aussi communs soient-ils. Simples, peuvent-ils être. Ravivaient, en mon esprit, de multiples ressentiments. Ressentiments, que j'avais auparavant abandonnés, auprès de ces souvenirs si douloureux à ressasser. Cet adolescent que j'avais auparavant été. Éperdu de ce jeune homme. Il aurait tant souhaité les entendre. Et ce, afin de parvenir à maintenir ceux-ci aux creux des paumes de ses mains. Les glisser contre son être et se laisser emporter au travers de cette vague sentimentale. Néanmoins... Cet adolescent m'avait bel et bien abandonné, jadis. Alors. Pourquoi diable réagissais-je, à nouveau, ainsi ? Mon être s’emballait. Mon cœur tambourinait violemment, à l'encontre de ma cage thoracique. Mon regard fuyait, à son tour. Malgré la pénombre gisant au sein des lieux que nous habitions, je parvenais si facilement à discerner sa personne. Le moindre trait de son faciès, je les redécouvrais du bout de mes doigts. Sa chevelure caressait agréablement mon échine. Je ressentais chacune de ses actions, en silence. Inspirant brutalement. Feignant l'ignorance. Déglutissant difficilement. C'est, finalement emporté par ses soins que je délaissais ma honte et ce sentiment de perplexité en cette pièce. Mon antre personnel se dévoilait alors. Mon chemin légèrement semé d’embûches, je vins heurter à de nombreuses reprises des couches vestimentaires nichées contre le sol avant que je ne parvienne à me glisser aux côtés de mon colocataire. Cet énième contact offert à l'égard de ma personne. Il était tendre. Doux. Affectif. Et pourtant, je ne pue m'empêcher de fuir, d'une manière sous-entendue. C'est munie d'une vulgaire boite d'allumettes que je vins apporter cette infime flamme à l'encontre des mèches de ces bougies présentes à nos côtés. Une touche lumineuse. Aussi dérisoire cela pouvait-il être. Un moyen, comme un autre de parvenir à observer mon compagnon d'une manière plus convenable.

« Je te rends faible, vraiment ? » Cette boîte d'allumettes, auparavant recluse au creux de l'une de mes mains... Vint s'écraser vulgairement contre le sol. Un bruit sourd. Un léger fracas. Mes gestes me trahissaient. Démontrant alors, ma surprise et une once de gêne à l'égard de ce questionnement. Que pouvais-je bien répondre ? Je venais, moi-même, de me jeter au corps perdu au sein d'une situation houleuse. Sans contrôle. Je m'y abandonnais. « Je... » Annonçais-je, dans un premier temps. Mimant le simple fait d'être préoccupé. Ramassant ces allumettes, une, à une. « Pourquoi m'demander ça maintenant Harley ? Ce n'est pas comme si, c'était une grande nouvelle. J'pense que tu l'as facilement su, au lycée. » Telle une simple carapace afin de parvenir à protéger ma propre personne, je lui renvoyais la balle. Usant de ces quelconque faits passés. Une excuse. Une simple manière de détourner son attention. Une idiotie de ma part. Certes.


« Je suis facilement faible, au fond. Ma grand-mère, toi, cet animal, et j'ose en passer. Ainsi va la vie. » Ainsi va la vie ? Ainsi va, ma connerie. Très certainement. Cette faiblesse. Elles s'avéraient être d'ordre différent. Et pourtant, j'osais glisser le moindre de ces êtres dans le « même panier ». Par pure fierté. Comme d'habitude, il me semble. Sans gêne. Je vins, malgré tout, glisser mon être face à sa personne. Brisant cette harmonie physique qui régnait, auparavant. En tailleur. Bras croisés contre mon torse. « Il est inutile de parler de ça maintenant, Harley. » Répliquais-je. L'espoir de changer de sujet, se voyait prendre possession de mon esprit, à son tour. « Dis-moi. Tu n'as aucun contrat actuellement ? Tu te contentes de rester à l’appartement, toute la journée ? » M’intéresser à sa personne. Croire que je parviendrais à m'en sortir.

Un idiot, parmi les idiots.
La couronne se voyait glisser au-dessus de mon crâne. Ainsi, devenais-je le roi de ce peuple, en l'instant présent.





electric bird.


on days where thin rain falls like today, i remember your shadow. our memories that I secretly put in my drawer, i take them out and reminisce again by myself.
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 245
Age : 25 ans
occupation : acteur
avatar : jackson
Points : 188

yuseong m
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/t88-yang-harley#240 http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/
Message
Dim 22 Mai - 20:29






only fools fall for you.
Harley & In Su.




Et si.

Et s’il n’avait pas été un réel connard à l’époque du lycée. S’il n’avait pas être cette personne imbue d’elle-même, ce petit con qui se pensait beaucoup trop bien pour les gens qui l’entouraient. Ou même, s’il avait juste réalisé quelques jours, quelques heures avant. Si seulement il s’était rendu de ce que ressentait In Su et avait décidé de réellement ouvrir les yeux. Parce que la vie n’était pas un jeu. Ou peut-être c’était juste lui qui n’en connaissait pas les règles. Il ne pouvait pas savoir à ce moment là que tout se retournerait contre lui. A présent, il donnerait tout ce qu’il a juste pour avoir l’attention du brun, qu’il daigne lui offrir de son temps. Ne plus être repoussé. Parce que c’est douloureux. Ca fait un mal de chien et il ne peut pas se plaindre. Il ne peut rien dire parce qu’il avait fait vivre le même calvaire à In Su. Il récolte ce qu’il sème et il se demande combien de temps cela allait durer encore. Il commençait déjà à s’épuiser. Il n’avait pas à ressasser la pensée, cela ne changerait rien. Il devait assumer l’être abjecte qu’il avait été un jour. Inconscient. Alors il profitait silencieusement de la présence réconfortant d’In Su. Cette peur qui lui conférait le droit, temporaire, d’entrer dans son intimité et se laisser aller sur son lit. Une chose que le danseur n’aurait surement jamais laissé se passer. In Su le laissa à nouveau, laissant une panique le gagner durant un court moment avant de voir de petites bougies s’allumer comme par magie. Il voyait leurs ombres danser sur le mur. C’était presque fascinant, son regard ne réussissant pas à s’en détourner.

La question qui lui brûlait les lèvres fut posée et malgré le torrent à l’extérieur, il entendit parfaitement le bruit de la boîte d’allumettes s’échouer contre le sol. Est-ce qu’il l’avait déstabilisé ? Il remercie cette source de lumière de fortune qui lui permettra de percevoir légèrement le visage de In Su, la façon qu’il avait de le fuir en ramassant les allumettes. Le brun hésitait.

Est-ce que…

Harley passa la langue contre ses lèvres, nerveux à son tour. Il lui parlait du passée, encore et toujours. Comme s’il tentait d’appuyer un peu plus fort sur la plaie à chaque et lui rappeler le mal qu’il lui avait fait. Cette faiblesse qu’il avait eu pour lui et dont Harley avait usé, abusé. « Je suis facilement faible, au fond. Ma grand-mère, toi, cet animal, et j'ose en passer. Ainsi va la vie. » Il fronça les sourcils. Etait-ce aussi simple que cela ? Il valait la même chose qu’un canidé. Il valait la même chose que n’importe quel autre individu. Etre comme tout le monde ne revenait-il pas à n’être personne tout simplement.

Ce n’était pas une question de fierté, ni d’égo. Mais la pensée, l’éventualité, de n’être personne pour In Su le rendait fou.

Il observa In Su qui vint se glisser devant lui. A travers une simple parole, il lui intimait de laisser cela derrière eux. Mais lui ne voulait pas. C’était impossible. « Je ne veux pas parler d’autre chose. » répliqua-t-il, la voix contrarié. « On m’a apporté le script d’un drama dernièrement, mais ce n’est pas important. Tu ne t’es jamais intéressé à ma carrière In Su. » Il n’en était même pas froissée d’ailleurs, qu’importe.

Il posa sa main contre la cuisse du jeune homme, sentant le muscle fort sous ses doigts. « C’est la même chose à chaque fois, In Su, tu te dérobes ou tu ressasses le passé. Tu me rappelles le salop que j’ai été avec toi parce que ça me fermera le clapet. » Il détourna le regard, les sourcils toujours froncés. « Ne me dis pas ce genre de chose, ne me fait pas espérer si…si c’est pour te défiler après, s’il y’a elle… »




electric bird.


Oh, glazed eyes, empty hearts buying happy from shopping carts. Nothing but time to kill, sipping life from bottles.
Tight skin, bodyguards. Gucci down the boulevard.Cocaine, dollar bills
Only fools fall for you
Revenir en haut Aller en bas

cold rain. } w/ harley.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Sujets similaires

-
» Roh, les belles machines (Harley)
» Harley XL Sportster 883, modele 2007
» Le Customizer Harley Davidson
» Insolite : Q-Tec, des Harley à 3 et 4 roues
» chaussures Harley-Davidson original (vendu)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lights, Camera, Action ! :: out of character :: rps-