AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Lights, Camera, Action ! :: séoul :: nord :: hanlim high school

don't talk to me, you're too obvious.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
avatar

Messages : 85
Age : 18, 4.01.99
occupation : trainee
avatar : kim yoojung
Points : 612

flow ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t4194-o-ni-repris-ni-rembourse http://www.lights-camera-action.org/t4198-o-s-death-note http://www.lights-camera-action.org/t4222-bakugo-nino-life-as-a-sasaeng-fan http://www.lights-camera-action.org/t4205-bakugo-o#78335
Message
Lun 13 Fév - 15:47


don't talk to me,
you're too obvious.
Nino † Jeno

tenue } Tête en l’air ou tête sous l’eau, ma mémoire s’avérait souvent aussi performante que celle d’un poisson rouge qui, oubliait ce qu’il devait faire, finissait par faire les trois cent rond dans son bocal le temps que cela lui revienne mais souvent en vain. Stupide ? Pas vraiment, lorsqu’il me fallait retenir les chorégraphies de mes performances sur la glace, je faisais un sans-faute. C’est juste que j’ai l’esprit préoccupé par tellement de chose qu’au final, je commence sans pour autant réussi à terminer ce que j’avais fait. Dès que je commençais à faire quelque chose, une autre me venait à l’esprit. Et avant même de le réaliser, lorsque je terminais une chose, j’en avait quatre-cinq autre d’inachevé. Maintenant, c’était pire pour la simple raison qu’il y avait ce bon à rien qui me rajoutait de la pression. Son comportement me stressait, son inconscience m’alarmait. Il se jouait de moi, volontairement il aimait me faire perdre les pédales, mais il restait profondément stupide. Il riait, à mon détriment. Il n’avait pas forcément d’ouvrir son carcan pour mon plus grand déplaisir, sa présence suffisait amplement. La preuve, mes amies étaient incapables de me parler sans que leur regard glisse vers cet imbécile. « Bon ce n’est pas que je ne veux pas rester, les filles, mais j’ai reçu un message plutôt important. » L’observant silencieusement sans souffler un mot, ma curiosité fut piquée en l’espace d’un instant pour autant pas suffisamment pour que je le questionne davantage. En quoi cela pouvait me regarder après tout, qu’il puisse recevoir des messages soi-disant important. Il pouvait rencontrer une fille, je m’en fichais et même, ce serait limite un bon vent que je lui souhaitais. De cette façon, j’aurais peut-être la chose d’être enfin tranquille tandis qu’il irait ennuyer quelqu’un d’autre. Mais ce quelqu’un d’autre, je doute qu’il existe en fait, le connaissait trop bien malheureusement. À moins qu’il m’ait menti. « C’est marrant comme l’administration coréenne est au courant de tout. Aigo, comme prévu, la Corée est au top sur ce côté-là. » N’est-ce pas là un grossier mensonge ? Que cherchait-il à cacher, à sous-entendre, surtout en me regardant de cette façon. Le foudroyant des yeux, ne cherchant pas à en savoir davantage, je le laissais partir en finissant mon dessert. « On ne devrait pas tarder, on a quoi ensuite ? Basket non ? » L’une des dernières matières de la journée, le professeur d’anglais n’étant pas là ensuite, on avait deux heures de permanence. L’envie de sécher le cours était tentant mais il y avait le baccalauréat à la fin de l’année et je n’avais pas envie de le rater. Sachant qu’en parallèle, je devais commencer à travailler les épreuves pour les concours d’admission à l’université. « Hmm. Dépêchons-nous » murmurais-je, terminant mon plateau pour ensuite filer avec mes deux camarades vers le gymnase, direction les vestiaires. Le pas lent, profitant d’une discussion animée sur nos vacances à venir, je ne pus m’empêcher de chercher mon abruti de Jeno. J’espère qu’il ne comptait pas encore sécher, après tout, il était doué pour ça.






Dernière édition par Bakugo Nino le Jeu 16 Fév - 19:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 201
Age : 18 ans
occupation : Trainee
avatar : Lim Sejun (Victon)
DC : Obt / Ks / Kom / Pjw
Points : 584

flow ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t4192-won-jeno-dumb-dumb http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/
Message
Jeu 16 Fév - 17:49


don't talk to me,
you're too obvious.
Nino † Jeno

Uniforme scolaire } Je regardais mon téléphone, sans trop savoir quoi répondre, quoi faire. Il est clair que si je prends la décision, sans en parler, au préalable à la principale concernée, à savoir Nino, elle allait me tuer. Me trucider, m’éplucher la peau, et m’arracher les veines et autres organes lentement, jusqu’à ce que je meure sous un trop plein de douleur. Soit j’avais une imagination fertile, soit je voyais trop de film d’horreur. A voir, je préférais mettre ça sur le compte des films d’horreurs vus. Bon, dans tous les cas, ça ne me donnait pas la réponse, sur quoi faire. Plus je lisais le message et plus j’étais perdu ? Mais c’était bien tentant, surtout si c’était bien moins cher par la suite. Je m’adossais contre un mur, regardant, celui en face de moi, avant de faire un screen de mon téléphone, pour chercher à envoyer un message à Nino, je le lui envoyais, l’air de rien, avant d’ajouter le message suivant. « On économise pas mal si je prends. On fait quoi ? » Une fois envoyé, je rangeais mon téléphone, avant de filer vers le gymnase, plus précisément, les vestiaires des garçons. Une fois là-bas, je changeais de tenue, mettant celle de sport. M’étirant, je restais assis longuement sur un des bancs tout en écoutant les discussions des garçons de la classe. Tout se déroulait sur les filles de la classe. Qui se maquillait trop, qui n’était pas belle, qui en faisait trop, qui était casse couille. Bref, j’écoutais, participant de temps en temps, suivant ce que c’était. Bizarrement, je faisais attention au prénom Nino. Mais il ne sortait pas. De toute façon, y’avait pas grand-chose à lui reprocher. Soupirant, je me levais quand fut l’heure d’aller au cours de basket. J’avais même pas vérifié, si Nino, avait lu, vu, répondu à mon message. Soupirant, je rejoignais le stade dehors, avant de m’adosser contre l’un des poteaux avec le panier de basket. Le professeur arrivant bien vite, il se mit à nous expliquer ce qu’on allait faire. Mais avant de commencer, il nous fallait faire cinq tours de terrains pour bien nous échauffer. Regardant Nino, au loin avec ses amies, je souris en coin, avant de faire comme tout le monde, courir. Et qui disait courir, disait être seul, personne ou peu courait à la même allure. Prenant mon temps, j’attendais que Nino se retrouve seule avant de me mettre à son niveau l’air de rien. « Tu as vu mon message ou pas ? » Demandai-je en pressant le pas pour la doubler d’un ou deux mètres. « J’ai pas vérifié mon téléphone. »




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 85
Age : 18, 4.01.99
occupation : trainee
avatar : kim yoojung
Points : 612

flow ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t4194-o-ni-repris-ni-rembourse http://www.lights-camera-action.org/t4198-o-s-death-note http://www.lights-camera-action.org/t4222-bakugo-nino-life-as-a-sasaeng-fan http://www.lights-camera-action.org/t4205-bakugo-o#78335
Message
Ven 17 Fév - 0:57


don't talk to me,
you're too obvious.
Nino † Jeno

tenue } En direction du gymnase, mon téléphone vibre dans la poche droite de ma veste. Comme n’importe qui, ma main se glissa dans cette poche de mon uniforme pour le sortir discrètement afin de lire ce que je recevais. Allumant l’écran en actionnant un simple bouton latéral, je grimaçais en lisant la petite fenêtre de notification qui m’affichait le nom de Jeno. Quel genre d’ânerie m’envoyait-il encore ? Je n’en étais pas curieuse, mais absolument pas. Après tout, il avait passé la matinée à me narguer de snap, qu’est qui me disait qu’il n’était pas simplement en train de continuer ce jeu stupide. Je rangeais le téléphone, de leur qu’un surveillant ou un professeur me le confisque avant de continuer à suivre mes amies, bavardes comme jamais.  Nous n’étions que trois à discuter, mais rapidement, nous étions quatre, six, neuf, tout le groupe des filles de la classe, réunie dans le vestiaire. Si les garçons parlaient des filles, les filles en faisaient de même et le cours de sport était l’occasion parfaite pour ragoter sur leurs maigres compétences physiques. Bien évidemment, à l’image des fans de célébrité, il y avait dans ce cercle scolaire, des fans autour des idoles du campus. Si ce n’était pas le critère de la beauté qui était prédominant, j’ajoutais à cela les aptitudes physiques, créatives et musicales. Elles kyattaient littéralement pour le cours à venir, l’occasion pour elles de parier sur le meilleur des deux oppas. Bien évidemment, chaque garçon était mis en confrontation les uns contre les autres. « Jeno ? J’espère qu’il va marcher sur la balle et se casser les deux dents de devant » répondis-je, ne cherchant pas pour autant à participer à la conversation d’un niveau qui dépassait le mien. Pour autant, dès que son nom revenait, je ne manquais pas d’ajouter ma touche. « Jeno ? Il doit être tellement stupide qu’il va finir par marquer dans le panier adverse. Encore faut-il qu’il réussisse à marquer quoique ce soit avec ses bras squelettiques », bien évidemment mes remarques ne manquaient pas de m’attiser soit la critique, soit de l’adhésion. Dès que cela parlait de critère physique, je ne pouvait m’empêcher de glisser « Jeno ? Pouah, une vraie tapette. Y a rien à voir de toute façon et puis, l’intérieur, c’est rempli de conneries. » En attendant, nous prenions notre temps pour nous changer et nous lancer dans des paris complètements débiles.  Lançant mes chaussures, je sortie des vestiaires pour rejoindre la cour extérieure pour écouter d’une oreille inattentive les instructions du professeur. Je les connaissais par cœur, il les répétait tel un automate, les étapes de l’échauffement. Faisant mon premier des cinq tours de terrains à mon rythme, c’était l’occasion pour moi d’aller à mon rythme et de quitter le groupe de mes copines, un peu trop lentes mais surtout bien trop bavardes. Pensant profiter de la solitude, de me vider l’esprit par cette petite course, mon répit fut de courte durée. « Tu as vu mon message ou pas ? », je continue à regarder devant moi, faisant mine de l’ignorer. Bon sang, qu’il était collant, mais pour autant, je ne pouvais pas dire que son message me préoccupait justement. Je comprenais davantage, l’allusion faite au réfectoire. Si seulement je n’avais pas eu la curiosité de lire mes messages tout juste avant de ranger mon téléphone dans mon casier, j’aurais eu une épine en moins dans le pied, pour le moment. « J’ai pas vérifié mon téléphone. » Il n’était pas suffisamment éloigné pour que ses paroles m’échappent. « Tu n’en fais qu’à ta tête surtout et pour te répondre oui j’ai vu ton message. » Ma seule et unique réponse, je ne pensais pas que signer un simple papier aurait de telles conséquences. Ou du moins, je pensais que ça s’arrêtait là, tout simplement. Et lui, maintenant, parlait de faire les choses à deux, comme s’il y avait vraiment quelque chose de concret. « Regarde devant-toi, tu vas te prendre l’arbre ! »



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 201
Age : 18 ans
occupation : Trainee
avatar : Lim Sejun (Victon)
DC : Obt / Ks / Kom / Pjw
Points : 584

flow ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t4192-won-jeno-dumb-dumb http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/
Message
Lun 6 Mar - 18:53


don't talk to me,
you're too obvious.
Nino † Jeno

Uniforme scolaire } Ah. C’était une journée particulière. Au vu du fait que j’avais directement énervée Nino. Pas grave, ça ne me dérangeait pas. Ce n’était qu’une fille après tout. Et une fille, ça a ses hauts et ses bas. Dans quelques heures ça lui passera, demain est un autre jour, je ne me soucie pas du tout de tout ça. Qu’elle fasse la gueule, qu’elle crache sur mon dos avec ses amies. Ce n’est qu’une fille. Les filles sont comme ça. Moi je m’en fiche, en attendant, j’avais reçu ce message. Un peu bizarre mais bon. L’administration Coréenne ne perdait pas de temps. Ce n’est pas si grave. Je vais y réfléchir mais il est clair que si j’agis, sans le lui dire, sans en parler au préalable avec elle, elle allait finir par m’égorger. Je le voyais venir, gros comme une maison. C’était le cours de sport. Pas celui que je préférais. Sauf s’ils nous faisaient faire de la danse, mais ce n’était pas le cas, à mon plus grand malheur. Ah. Tant pis, j’allais devoir courir. J’étais habitué à courir. Courir c’était la vie. Soupirant, je regardais Nino, je la cherchais plus ou moins du regard, avant de courir vers elle, une fois qu’on était sur la piste de course. Faire des tours en rond, c’était…. Chiant à souhait. « Tu n’en fais qu’à ta tête surtout et pour te répondre oui j’ai vu ton message.  » C’est l’hôpital qui se fout de la charité. Je la regardais du coin de l’œil sans rien répondre, continuant de courir, en restant à côté d’elle. « Regarde devant-toi, tu vas te prendre l’arbre ! » Je la regardais avant de siffler doucement. « Eh ben, tu fumes de la bonne ? Un arbre, sur une piste de courses… Tu deviens complètement ma folle ma pauvre. » Dis-je en secouant la tête. Un arbre. On aura tout vu. « Je sais que tu veux te débarrasser de moi, mais la prochaine fois, trouve une excuse plus plausible quand même. Un arbre. » Je me foutais allègrement d’elle, sans gêne avant d’accélérer la cadence pour courir plus vite et rire dans mon coin. Je commençais d’ailleurs à avoir chaud. Courir n’était pas mon délire, mais je tenais bien les quelques minutes demandé. M’arrêtant une fois finie je soupirais en m’essuyant le front. Le professeur donnait les instructions, et répartissait les maillots de l’école pour faire les groupes. J’étais dans l’équipe bleue. Cool, j’aimais bien le bleu. Regardant mes partenaires, je m’étirais les bras, avant de filer sur le terrain pour me placer. L’avantage d’être grand c’est que je pourrais facilement marquer des paniers, ou en stopper certains des adversaires.




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 85
Age : 18, 4.01.99
occupation : trainee
avatar : kim yoojung
Points : 612

flow ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t4194-o-ni-repris-ni-rembourse http://www.lights-camera-action.org/t4198-o-s-death-note http://www.lights-camera-action.org/t4222-bakugo-nino-life-as-a-sasaeng-fan http://www.lights-camera-action.org/t4205-bakugo-o#78335
Message
Lun 24 Avr - 19:30


don't talk to me,
you're too obvious.
Nino † Jeno

tenue } Forcément qu’il n’y a pas d’arbres sur une piste de course, il n’empêche que sur le côté oui. Il y avait des gredins sur lesquels j’aimais m’asseoir, pour observer les garçons du club d’athlétisme courir, après les cours, à l’ombre des feuillages de ces arbres qui justement bordaient la piste que nous étions en train de fouler pour ce cours d’éducation physique et sportive. Il se fichait de moi, comme d’habitude et fidèle à mes habitudes, je lui fichais un coup de coude entre les cotes, vérifiant avant que le prof ne regarde pas dans cette direction. De toute façon, tel prof, tel élève, c’était aussi et malheureusement un obsédé, cette réputation lui collait autant que le tissu de son jogging d’un rouge délavé à sa transpiration. On disait de lui qu’il avait raté les sélections nationales, qu’avec le temps il s’était aigri. « Je sais que tu veux te débarrasser de moi, mais la prochaine fois, trouve une excuse plus plausible quand même. Un arbre. » Génial, maintenant je passais vraiment pour une demeurée, en manque d’excuse pour chasser un morpion comme lui. Qu’importe, le message était passé et il accélérait la cadence, creusant le fossé entre lui et moi. J’aurais voulu courir aussi rapidement, mais la nature faisait que je ne pouvais pas rivaliser un garçon physiquement à ce genre de discipline. Ou du moins, je n’étais pas assez dotée pour ça, juste suffisamment pour faire parmi du lot gagnant parmi les filles. Les cinq tours de terrain étant effectué, nous rentrions tous à l’intérieur du gymnase, accueilli par la fraicheur de celui-ci. Tout juste le temps de boire une gorgée d’eau que le cours se poursuivait. Filles et garçons étaient séparés, s’entrainaient dans deux groupes différents, si nous devions nous entrainer au drible et au tir, les garçons étaient répartis en équipe pour commencer des mini-matchs. Driblant en contournant les plots colorés au sol, aligné, je me concentrais sur l’exercice jusqu’à ce qu’une main me tire vers le côté. « Parions ! », un seul mot suffisait pour que je comprenne où elle voulait en venir. Elle n’était pas la seule à être excité à ce propos-là, toutes les filles avaient leur main qui frappait dans le vide, le regard rivé vers le match qui venait de commencer. Pour la contrarier, voir cette mine dépitée étirer ses traits, je ne pouvais m’empêcher de rétorquer : « on est supposée s’entraîner ». Ce genre de commentaire aurait suffi à ce qu’elle baisse les bras, qu’elle me colle enfin l’étiquette d’ennuyante et absolument pas drôle mais elle persistait et j’abandonnais. Je l’aimais un peu trop, cette amie collante. Si seulement je n’avais pas cette peut persistante, peut-être que je pourrais enfin m’ouvrir à elle, aux autres. « Les bleus » murmurais-je, tournant le dos au match et continuer à dribler cette balle orangée. Bien évidemment, j’eu droit à toute sorte de remarques, de sourires en coin que j’ignorais royalement. Envahissante, persévérante, elle m’arracha pourtant un : « J’ai beau le détester mais il y a une chose que je déteste davantage, c’est de perdre. » Bon basketteur, je devais lui reconnaitre cette qualité. Mais en attendant, il avait un sacré boulet dans son équipe. Qu’importe le match, au final, je continuais à faire mes exercices de mon côté, à tirer des paniers en attendant que le professeur se daigne à accorder de l’attention aux filles. Si les garçons s’affrontaient sur les deux heures, ce n’était pas le cas pour nous, nous avions droit à un petit match les 30 minutes avant la fin du cours.  


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 201
Age : 18 ans
occupation : Trainee
avatar : Lim Sejun (Victon)
DC : Obt / Ks / Kom / Pjw
Points : 584

flow ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t4192-won-jeno-dumb-dumb http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/
Message
Dim 21 Mai - 14:32


don't talk to me,
you're too obvious.
Nino † Jeno

Uniforme scolaire } Cette relation que nous entretenions, n’était pas si nouvelle que ça, mais pas si vieille que ça non plus. C’était parfois marrant, parfois un peu stressant. Il est vrai que j’aimais en rire de temps en temps, mais, elle, elle était bien plus sur ses gardes, comme si on allait se faire décapiter au final. Elle ne risquait pas grand-chose en fait, parce que je doutais que ça se sache. Même si un jour qui sait. Mais pour l’instant, ce n’était rien de bien méchant. Je crois ? En tout cas, ma blague de tout à l’heure ne lui a pas plus. Pourtant, on avait beau se disputer, et autre, il n’en restait pas moins que Nino, était à mes yeux, ma meilleure amie. Celle avec qui j’ai galéré pour être pris dans une agence. Celle avec qui j’ai partagé mes peurs et mes craintes, ma tristesse et j’en passe. Bon, c’est ce qui nous avait menés, à un mariage un peu trop précoce. Mais ce n’est pas grave, on se débrouillera. On est grand, on saura se sortir de là. En attendant, on était au lycée, et au lycée, on devait encore faire attention, plus qu’à l’agence. Pourtant, je ne vois pas le souci, on s’est toujours parlé au lycée. Rien ne change, tout est dans sa tête. Personne ne penserait qu’on est marié. C’est du n’importe quoi. Soupirant, je pris le maillot que le professeur me donnait, pour l’enfiler. Le bleu était une de mes couleurs favorites, donc ça tombait bien, je prendrai ça comme un signe de chance. Le basket était un sport qui m’était adapté. J’étais grand, contrairement à d’autres, qui se retrouvaient, parfois être, plus petits que les filles. Me retrouvant avec mon équipe, je tournais vaguement un regard vers les filles, qui semblaient être totalement tranquille pour le cours entier. Je soupirais avant de finalement aller sur le terrain pour débuter le match. Le coup de sifflet, le ballon sur le terrain, pas le temps de réfléchir. J’étais sportif, alors ce n’était pas un souci pour moi de courir non-stop. Je suivais mon équipe, pour avoir une passe, quand le bon moment serait opportun. D’ailleurs, dès que j’eu le ballon, je ne tentais pas d’attaque, non, je lançais simplement en marquant des points. Je ne saurais dire, depuis combien de temps on est sur le terrain, mais le coup de sifflet annonçant une pause retentit. J’attrapais le maillot pour m’essuyer le front, j’étais totalement trempé de sueur. Regardant rapidement le score, on menait de quelques points mais ce n’était pas glorieux. Allant vers les vestiaires pour boire un coup, j’agitais mon t-shirt pour me faire de l’air avant de finir par mettre de l’eau dans mes mains et mouiller mon visage avant de boire. Finissant par revenir dans le gymnase, j’en profitais, en passant près des filles pour arroser un peu Nino en secouant mes mains devant son visage. Ignorant, une éventuelle remarque, je retournais des coins des garçons pour reprendre l’autre moitié du match.




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 85
Age : 18, 4.01.99
occupation : trainee
avatar : kim yoojung
Points : 612

flow ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t4194-o-ni-repris-ni-rembourse http://www.lights-camera-action.org/t4198-o-s-death-note http://www.lights-camera-action.org/t4222-bakugo-nino-life-as-a-sasaeng-fan http://www.lights-camera-action.org/t4205-bakugo-o#78335
Message
Lun 29 Mai - 21:30


don't talk to me,
you're too obvious.
Nino † Jeno

tenue } Rien n’avait changé en soi, juste que j’étais d’une prudence excessive tandis que lui était d’une insouciance excessive. Il restait mon meilleur ami, mon complice, mon partenaire en crime, mon acolyte privilégié et depuis le début, notre relation avait toujours alimenté les rumeurs, attiré l’attention et était source de méprise. Qu’on soit ensemble, en train de se maudire ou prêt à sauter à la gorge de l’autre, on était bruyant quoiqu’il arrive et cela suffisait à amuser ceux qui nous entourait, qui assistait à ce spectacle quotidiennement. Ils s’en laissaient presque, et pourtant, cela ne nous empêchait pas de recommencer, inlassablement, comme des enfants. Continuant à dribler, l’air absent, lassée de devoir répéter chaque semaine depuis quasiment un mois les mêmes gestes sans pouvoir dépenser réellement mon énergie, je ne pensais à rien. L’esprit ailleurs, occupée, presque hypnotisé par le son des dribles. Rien ne m’arracha de cet état second, pas même le son du sifflet qui résonnait dans le gymnase, seulement l’eau. « Tu me cherches vraiment, Won Jeno » fulminais-je, perdant alors la balle que j’avais entre les mains, qui ne retrouva pas la paume de ma main et se contentait de faire des rebonds jusqu’à perdre en vitesse, en hauteurs et rouler sur le parquet ciré. Décidemment, il avait pris comme motto du jour de m’ennuyer au plus haut possible pour tester jusqu’où ma patience pouvait tirer. Et ma patience était une petite amie, elle éclatait facilement. D’une sensibilité à fleur de peau depuis l’incident, et davantage quand l’environnement était particulièrement dangereux, j’attrapais cette balle orange qui roulait pour la lui jeter à l’arrière du crâne. Mais ce lancer n’était qu’une feinte, je me jetais sur lui pour lui arracher sa chaussure et repartir « Rattrape-moi si tu peux, stoooopid » balançais-je avant de courir, godasse à la main. Peut-être qu’il ne me rattrapera jamais, que j’allais me retrouver dans la panade solo mais tant pis, je prenais le risque. J’aimais le basket mais je n’aimais pas en jouer avec mes amies, trop potiches, trop fragiles, et puis, il faisait si beau dehors que je ne voulais pas rester là, enfermée. « Sunseng-niiim, Nino recommence encore ! » Trop tard, j’étais partie en riant. La discipline et moi, ça faisait deux. Je contrebalançais l’insolence par des résultats plutôt bons, mais cela ne m’empêchait pas de terminer les cours, à devoir faire des corvées supplémentaires. Mais tant pis, le lycée allait se terminer, et plutôt que d’avoir des souvenirs moroses, je voulais continuer à me remémorer ses journées avec rire. Aussi irréfléchie étais-je, je prenais soin d’éviter les cours fréquentés, préférant passer par les endroits silencieux, et les couloirs où la probabilité de rencontrer un autre professeur était forte. Finalement, après une dizaine de minute de course intense, je m’arrêtais, regardant cette chaussure dans ma main. Devais-je la jeter histoire de me venger, et de mettre dans la mouise ce saligot arrogant et péteux ? Je n’étais pas certaine qu’il m’est suivi, mais pas question de me retourner. Il connaissait les instructions : ramène mes affaires où tu vas morfler. L’égalité ? Une fiction, surtout avec lui. Il me traitait comme un pote, un mec, absolument pas avec délicatesse.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 201
Age : 18 ans
occupation : Trainee
avatar : Lim Sejun (Victon)
DC : Obt / Ks / Kom / Pjw
Points : 584

flow ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t4192-won-jeno-dumb-dumb http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/
Message
Sam 10 Juin - 23:03


don't talk to me,
you're too obvious.
Nino † Jeno

Uniforme scolaire } « Tu me cherches vraiment, Won Jeno » Bien évidemment que je la cherchais, elle était tellement stupide, qu’elle entrait directement dans le game. Elle s’énervait. La patience et elle ne faisait pas bon ménage. C’était une sorte de furie sur patte, et c’était marrant de la voir s’énerver pour un rien. A croire qu’elle ne savait faire que ça, s’énerver. Et aujourd’hui, c’était un jour à être énervé. Bon, je l’avais énervé, je prenais mes responsabilités, mais c’est que cette chose, avait la rancune tenace. Je vous jure, pire qu’un chat qui boude quand on part quatre jours sans lui donner de nouvelle. Nino est exactement pareille. Recevant un ballon dans l’arrière de la tête, je titubais en avant, avant de porter ma main sur l’arrière de mon crâne pour pouvoir le masser. Stupide fille, ça fait horriblement mal, n’a-t-elle donc jamais pris un ballon de basket dans la tête ? Je devrais lui faire pareil, sauf qu’il est clair que si je le fais sur elle, on allait me pointer du doigt, alors qu’à elle, on ne lui dit rien. Et après ça veut l’égalité des sexes. Les femmes sont les premières à compromettre leur putain d’égalité. Parce qu’elles ne sont même pas crédible. Mais alors pas du tout. Pas même le temps de me redresser ou dire quoi que ce soit, que cette folle se jeta sur moi pour me voler une de mes chaussures. Bon dieu, mais qu’elle tombe et se casse une jambe s’il vous plait, pour l’amour de Bouddha. « Rattrape-moi si tu peux, stoooopid » J’ai autre chose à foutre bon sang. Je la regardais partir, comme une furie. On se croirait dans un cartoon à la Tom et Jerry, ou bip-bip et le coyotte. Ou que sais-je encore. Une personne fit la remarque au professeur qu’elle recommençait. Ouais, encore et toujours la même. « Et en plus elle m’a pris la chaussure. Saem, j’arrête le cours du coup. » Ahaha, il n’avait pas l’air content qu’à cause d’elle je ne puisse pas continuer le match. Quittant le terrain, je la regardais, non loin de moi avant d’attraper un des ballons dans la cage des accessoires pour le jeter vers elle et attirer son attention. « Merci grâce à toi, j’ai une pause. » J’allais quand même pas courir pieds nues pour la rattraper, elle rêve là. Je me vengerai à la maison. Comment j’en sais rien, j’avais touuuut le temps pour y réfléchir durant le cours de sport.




Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 85
Age : 18, 4.01.99
occupation : trainee
avatar : kim yoojung
Points : 612

flow ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t4194-o-ni-repris-ni-rembourse http://www.lights-camera-action.org/t4198-o-s-death-note http://www.lights-camera-action.org/t4222-bakugo-nino-life-as-a-sasaeng-fan http://www.lights-camera-action.org/t4205-bakugo-o#78335
Message
Dim 11 Juin - 17:29


don't talk to me,
you're too obvious.
Nino † Jeno

tenue } Me retournant, je le trouvais derrière moi. Bien évidemment, il m’avait suivi. Tantôt, je lui aurais de nouveau balancé la chaussure de pleine face, mais qui ne dit pas qu’au moment de voir la belle Cendrillon descendre les marches du palais dans la précipitation, de peur que le prince ne voit la magie s’estomper, qu’il n’eut pas trouvé plaisir à la voir courir ainsi ? « Merci grâce à toi, j’ai une pause. » Ma surprise fut de courte durée, du moins, je fus vite déçue de voir qu’il était venu sans mes affaires. Il m’obligeait, par cet oubli, à devoir retourner sur mes pas, me faire gronder par le professeur qui devait certainement m’attendre avec sa règle de bois et son sifflet, pour récupérer mon uniforme, mon sac. Quelle plaie, cet imbécile, il lui fallait tout expliquer, tout sur tout, pour qu’il comprenne, sinon il répétait les mêmes erreurs, peu consciencieux qu’il était.  « Merci à moi, mais des mots ne suffisent pas  » répondis-je en continuant ma promenade clandestine, ne ralentissant pas le pas pour l’attendre, mes pas se faisaient même plus ample, zigzagant. Une idée me traverse l’esprit, je me retourne sans pour autant m’arrêter, nous étions dans ces verdures qui entouraient l’école sans être la cour principale. La seule chose que je pouvais me prendre, à marcher ainsi, était un arbre ou un professeur passant par hasard par ici. « Qui dit pause, dit grignotage ». Je désignais alors le petit bâtiment annexe qui faisait office de mini-cafétaria où une ahjumma vendait toutes sortes de petits encas. On pouvait y trouver des sandwichs, onigiri, tout comme des plats chauds et des snacks à gogo. Bien évidemment, ce n’était pas un service gratuit, tout avait un prix, même à l’intérieur d’une école pourtant publique. « Et je veux un paquet de chips au calamar, la version piquante, et une glace. » Bien évidemment, le jeu était peu amusant s’il n’y avait pas une dose de danger. Je ne maîtrisais pas les obstacles, si cela avait été le cas je les aurais aussitôt fait disparaitre. « Sauf qu’il y a deux professeurs à l’intérieur, et si on nous prenait en flagrant délit, de… d’école buissonnière ? On risque de faire les corvées pendant toute une semaine. Mais j’ai faim, et tu dois avoir soif après avoir couru derrière ta petite baballe. Et puis, j’imagine que t’as assez de tripe pour aller défier l’autorité. » J’avais mes jours, et lui les siens. Aujourd’hui, mon envie de jouer les fauteuses de trouble avait pris le dessus, dès lors qu’il m’avait ennuyé. Le petit local avait une fenêtre, et c’est justement à ce niveau que je m’étais réfugié. Lui faisant signe de venir, je lui désignais les deux obstacles et les précieux biens qu’il me fallait, qu’il nous fallait. « Du courage, tu en as à moins que je me trompe sur ta virilité ? » Il n’y avait que la provocation qui fonctionnait. Et puis, même sans, le simple fait de jouer suffisait. L’ahjumma était loin d’être une tendre qui plus est. Elle avait sale caractère, et les coups de journaux enroulés qu’elle assignait, étaient plutôt puissant. Et puis, je ne savais pas pour lui, mais je n'avais pas un rond dans mes poches. Le vol semblait être la seule solution, ou plutôt l'emprunt à long terme. Peut-être qu'un jour, on la remboursera.


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 201
Age : 18 ans
occupation : Trainee
avatar : Lim Sejun (Victon)
DC : Obt / Ks / Kom / Pjw
Points : 584

flow ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t4192-won-jeno-dumb-dumb http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/
Message
Jeu 6 Juil - 16:48


don't talk to me,
you're too obvious.
Nino † Jeno

Uniforme scolaire } Je la suivais. Ne me demandez pas, pourquoi, je n’en sais rien non plus. Surtout qu’il me manquait une chaussure, et que c’était loin d’être agréable, pour pouvoir marcher. Je la laissais parler, comme d’habitude. Les femmes ça parlent trop, et surtout pour rien dire. Mais alors celle-là, c’était le spécimen le plus causant de l’univers. On m’avait coltiné une pie sur patte. En plus de ça, elle était courte sur patte. Rien pour elle. Je la regardais, ne me pressant pas du tout pour la rattraper. J’avais autre chose à foutre que ça. J’essayais d’éviter les cailloux et autres, pour ne pas blesser mon pied qui n’était qu’avec une pauvre petite chaussette. Soupirant, je tournais vaguement le regard vers la cafétéria quand elle se mit à parler de vouloir manger. Si elle sous entendait que je lui paie quoi que ce soit, elle se fichait le doigt dans l’œil. Je m’arrêtais de marcher, quand elle s’arrêta, pour autant, je ne me positionnais pas à ses côtés. Je la regardais s’emballer avant de secouer la tête. « Je crois que t’es en plein délire. En plus je te rappelle, pour ta mémoire de poisson rouge, mais il me manque une chaussure, par ta faute. » Je me laissais tomber au sol, contre un des arbres qui nous entouraient, avant de bailler longuement. J’étais tranquille là, à l’ombre en plus. Il faisait bon pour une journée d’hiver. « Et puis, j’ai pas un rond sur moi. Et arrête de vouloir toucher ma fierté masculine, j’ai assez donné aujourd’hui. » Je passais une main sur mon front pour enlever la sueur. « Et puis, je te rappelle qu’on est trainee, l’agence t’as pas demandé de perdre du poids ? Tu ferais mieux de faire le tour de l’arbre à vingt reprises, que de bouffer. »Je me foutais d’elle en ricanant doucement. Elle n’avait pas réellement besoin de perdre de poids, mais l’agence le lui avait demandé, comme à beaucoup de nanas… C’était la dure loi de l’idoling. « Mais si tu veux, ce soir on fera griller de la viande, j’ai de quoi acheter deux portions en rentrant. »




Revenir en haut Aller en bas

don't talk to me, you're too obvious.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Sujets similaires

-
» don't talk to me, you're too obvious.
» Bill Clinton : Talk is Money (al konprann se piyay!)
» How to talk with me.
» Blabla Dodo / Sleep Talk
» Thranduil - Do not talk to me of dragon fire. I have faced the great serpents of the North

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lights, Camera, Action ! :: séoul :: nord :: hanlim high school-