AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Lights, Camera, Action ! :: séoul :: centre

life is way too short + heebae ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar

Messages : 332
Age : 26
occupation : styliste & make up artist (YM)
avatar : SOLAR (mamamoo) (every ♥)
DC : joonho
Points : 112

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t1724-oh-hee-ho-artificial-love http://www.lights-camera-action.org/t2122-oh-hee-ho-um-oh-ah-yeh http://www.lights-camera-action.org/t1890-oh-hee-ho http://www.lights-camera-action.org/t3651-oh-hee-ho-someone-call-the-noona http://www.lights-camera-action.org/t3629-oh-hee-ho-ohh_1225
Message
Jeu 1 Juin - 0:07

« Combien tu aimes maman ? » Le gros maton cligna des yeux avant de vivement détourner la tête. Dye venait de tomber du canapé en roulant sur lui-même. Poussant un soupir, Hee Ho reposa Tie à côté d'elle, avant de se pencher pour ramasser son frère, tout aussi obèse que lui. Non. Joliment enveloppé. Fluffy. Tout doux. Ses deux fils étaient les plus beaux chats du monde. Ce n'était pas grave s'ils étaient paresseux – encore plus que la moyenne admise pour un chat normal. Hee Ho les aimait gras et somnolents. Et ils l'aimaient en retour. Elle le savait, le sentait. C'était ça, l'instinct maternel, la jeune femme en était persuadée.

Vêtue d'un short et d'un débardeur aux couleurs pastels, Hee Ho se passa de la crème sur ses jambes et ses bras nus. L'été s'installait lentement dans Séoul, et il était grand temps de ranger ses pyjamas cocooning pour des tenues plus légères.  La clim faisait voleter les quelques mèches de cheveux qui s'échappaient de son chignon serré haut sur sa tête. De chaque côté ronronnait l'un de ses matous, chacun lorgnant sur le bol de pop-corn encore chaud que leur maman venait de poser juste devant eux, sur la table basse, sans pour autant avoir la foi de ne serait-ce que tendre la patte pour le faire tomber. Ce soir, c'était film d'horreur. Un truc bien gore, sanglant. Elle aurait toute la journée du lendemain pour s'en remettre ! Puisqu'elle était en vacances. A peu près. Si elle s'occupait de Joon Ho, la maquilleuse devait avouer que son travail était bien moindre, sans Min Oh et Jae Jin dans son emploi du temps. D'ailleurs, quand rentraient-ils, ces deux-là ? Pas qu'ils lui manquaient, bien évidemment...

Tamisant les lumières, Hee Ho s'installa confortablement, augmentant le son de sa télévision, après avoir éteint son téléphone. Sa main plongeait à un rythme régulier dans le bol de pop-corn posé sur ses genoux. Complètement immergée dans son film qui devenait enfin intéressant, elle poussa un cri qu'elle renierait un peu plus tard. Son cœur battait à un rythme frénétique dans sa poitrine, la sueur commença à glisser le long du sillon de sa colonne vertébral. Ses mains tremblantes posèrent le bol de pop-corn sur la table basse. Tie et Dye levèrent mollement leurs têtes, par paniqués pour un sou. Déglutissant bruyamment, elle recouvra peu à peu son calme, soufflant par le nez. Quelqu'un avait sonné. C'était tout. Attrapant vivement la télécommande, elle mit son film sur pause, avant de glisser ses pieds dans des chaussons cocooning. Ne prenant même pas la peine d'enfiler un peignoir, elle s'approcha de la porte, décrochant le téléphone lié à l'interphone. « Oui ? » Silence. Une blague ?

Ravalant un juron, elle raccrocha rageusement... Avant de sursauter à nouveau. On venait de frapper  à sa porte ? Son cœur recommença sa course folle. Que devait-elle faire ? Celle qui n'était pas là ? Non, même baissée, la lumière provenant de son appartement était visible depuis la rue. Et depuis combien de temps cette personne attendait derrière sa porte ? Peut-être l'avait-elle entendu hurlé ? Même, il s'était écoulé trop peu de temps entre sa réponse à l'interphone et les coups donnés contre le battant. Avançant avec prudence, elle maudit son propriétaire pour ne pas avoir installé d’œilleton sur cette fichue porte ! Lentement, elle posa sa main sur la poignée, prenant garde à ne pas l'actionner. Tentant de maîtriser sa respiration, elle hésita encore un peu. Peut-être que cette personne se lasserait d'attendre et partirait ? Ce fut pendant ce moment d'intense réflexion que ses chats décidèrent de se lever et de miauler dans ses jambes. « Mais taisez-vous ! » Depuis quand se montraient-ils si... vivants ? Réprimant un gémissement, Hee Ho pinça les lèvres. Elle n'avait plus le choix, n'est-ce pas ? « Oui, que voulez-v... ous ? » Clignant des yeux, elle fixait cet idiot de Do Min Oh. Sans lâcher la poignée de sa porte, Hee Ho le dévisagea. « ... Et le Japon ? » C'était déjà fini ? Tie et Dye miaulèrent à ses pieds, comme pour le saluer, se montrant meilleurs hôte que leur maman.


returning like a boomerang
Like the panorama before my eyes in a familiar scenery, I’m looking at you. It’s all good, alright, no lie, everything that I kept repeating to myself  •• ALASKA (exo)

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 4056
Age : 24 ans.
groupe : vict3ry
rôle dans le groupe : leader / lead rapper / second vocal / parolier
nom de scène : lee bae
occupation : idole, visage de Nature Republic & peintre à ses heures perdues
avatar : park chanyeol (exo) • savadi
Points : 159

yuseong m
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t858-min-oh-je-voulais-un-titre-au-top-mais-j-touche-le-fond-fite-me-bye http://www.lights-camera-action.org/t937-do-min-oh-bangarang http://www.lights-camera-action.org/t884-do-min-oh#32336 http://www.lights-camera-action.org/t885-do-min-oh-call-me-bae http://www.lights-camera-action.org/t886-do-min-oh-bibimbae#13800 http://www.lights-camera-action.org/t2059-lee-bae http://www.lights-camera-action.org/t1275-vict2ry-yuseong-media
Message
Jeu 1 Juin - 20:34

Était-elle chez elle ? Min Oh garda les yeux posés sur le bâtiment, comme si ce dernier allait soudainement lui confirmer que, oui, la fenêtre d’où provenait la lumière était bien celle de Hee Ho. Tournant la tête au passage d’une voiture, l’idole tira sur son masque pour le replacer correctement sur son nez et enfonça un peu plus sa casquette sur sa tête. La rue était calme, mais il valait mieux ne pas attirer l’attention sur lui, sans savoir qui pouvait le voir. Les curieux étaient partout, même lorsque le soleil était couché depuis longtemps. Surtout à ce moment-là, en vérité.

Sans attendre plus longtemps, Min Oh s’approcha de l’interphone et appuya sur le bouton qui côtoyait le nom de la maquilleuse. Une seconde. Deux secondes. Trois secondes. Elle n’était pas là ? Ses sourcils se froncèrent doucement, avant qu’un petit bruit ne retentisse derrière lui et n’attire son attention. Un homme avec un chien. Son cœur se calma quand leurs regards se croisèrent. Avoir peur pour un type avec un chien. Ce métier le ferait tomber dans la paranoïa. D’un autre côté, il avait conscience qu’il n’avait rien à faire là. Il n’avait pas annoncé son arrivée, sans compter sur ce qui aurait pu se passer au cas où quelqu’un l’aurait vu. Quelqu’un d’autre que Tintin en plus vieux. Souriant au vieillard qui lui tenait la porte, il entra rapidement, sans même entendre la voix de la maquilleuse qui répondait enfin à l’interphone.

Maintenant, il ne lui restait qu’à trouver le bon appartement. Il ne savait même plus comment il avait eu son adresse, mais il l’avait prévenue : il viendrait. Pour rencontrer ses chats. Pour la voir, aussi. Celui qui s’était promis de séparer sa vie privée de son travail semblait avoir quelques problèmes à tenir parole. Mais pouvait-on lui en vouloir ? Pour rappel, il travaillait depuis quelques mois avec ses deux meilleurs amis. Dans de telles conditions, difficile de parler d’une véritable frontière entre ses deux vies. De là à aller la voir directement (ou presque) en rentrant du Japon ? Il fallait bien commencer par voir quelqu’un et, pour sa défense, il était d’abord passé chez sa mère.

Devant la porte, il commença à se demander si elle était vraiment là, retirant son masque pour le fourrer dans la poche du sweat beaucoup trop chaud qu’il portait. C’était peut-être une technique contre les cambrioleurs ? Prétendre qu’elle était là alors qu’elle était ailleurs ? Ou alors, peut-être avait-elle des invités ? Sa mère avait insisté pour savoir où il allait, puis lui avait adressé ce regard qu’il ne connaissait trop bien, mais qu’il désapprouvait tout autant.

Les miaulements le sortirent de ses pensées et peignirent un large sourire aux lèvres de Min Oh, qui dut se retenir de rire quand Hee Ho confirma sa présence. Qu’elle lui ouvre, maintenant. Il attendait depuis des heures devant cette porte. Enfin, des heures, au singulier, moins quelques longues minutes. Le rappeur adressa un petit geste de la main à la maquilleuse, quand la porte pivota enfin sur ses gonds. « Surprise ! » Clair que, pour être surprise, il n’aurait pas pu mieux la jouer. Même lui était surpris qu’elle soit chez elle. « On est rentrés tôt ce matin. » Et le Japon lui manquait déjà, n’était-ce pas triste ?

« Je t’avais dit que je viendrais. » Son regard s’accrocha un instant à la tenue de Hee Ho. Qu’elle lui dise encore que c’était à cause de maquillage, seulement. Cette femme. « Je viens apprivoiser tes chats. » Évidemment. Surtout les chats. Il s’accroupit d’ailleurs pour caresser l’un des matous qui se trouvaient à ses pieds, levant les yeux vers la maquilleuse, un sourire innocent aux lèvres. Ils étaient si doux, si mignons. Si gros, aussi. Miyabi était plus mignonne, toute svelte. Dire qu’elle n’était qu’un bébé quand il l’avait eue. « J’ai même un cadeau pour eux. » ajouta-t-il en tapotant la lanière du sac-à-dos qu’il transportait, tout en se redressant.

Sans attendre un accord quelconque, il s’aventura dans l’entrée et se déchaussa sans se baisser, un pied après l’autre. « Bon, j’espère qu’ils seront moins ingrats que Miya. » Son regard se posa sur la pièce et il déposa son sac sur le canapé pour en sortir un anneau en plastique solide assez grand qu’il posa sur le sol. Ils n’avaient plus qu’à essayer de faire sortir la fausse souris qui s’y trouvait. Les yeux posés sur le jouet pour voir s’ils s’en servaient, il sortit une deuxième boîte du sac à dos. Un jouet du même genre, un peu casse-tête, dans lequel il fallait mettre quelques croquettes qui étaient distribuée au fur et à mesure que la balle tournait. Des jouets classiques qui se trouvaient sûrement chez eux aussi, mais il n’avait pas pu s’en empêcher lorsqu’il avait eu l’idée. Ce n’était pas la seule chose qu’il avait apportée, de toute façon. Relevant les yeux vers Hee Ho, toujours accroupi auprès des chats, il se rappela d’un détail important. « Ah, oui, ton interphone fonctionne plus ! » À cause de ça, il était resté dehors bien trop longtemps. « Je t’ai manqué ? »

C’était le genre de phrases qu’il employait bien trop souvent. Des plaisanteries innocentes… ou presque ? Ce n’était plus vraiment l’adjectif qu’ils pouvaient utiliser. Il la taquinait un peu, la cherchait beaucoup. Pourtant, il n’avait pas envie d’arrêter ce petit jeu stupide. Un jour, il fallait montrer son intérêt, l’autre, feindre le contraire, juste pour voir comment elle réagissait. Reposant les yeux sur les jeux qui se trouvaient à ses yeux, il se demanda combien de temps le chat mettrait à faire sortir cette souris.



I’m bad, I like doing the things you tell me not to. Like I said, the main game didn’t even start yet. Push and pull me even more. I’m confident I will win. Every day, I’m dealing with a new type of loneliness. → me'ow

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 332
Age : 26
occupation : styliste & make up artist (YM)
avatar : SOLAR (mamamoo) (every ♥)
DC : joonho
Points : 112

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t1724-oh-hee-ho-artificial-love http://www.lights-camera-action.org/t2122-oh-hee-ho-um-oh-ah-yeh http://www.lights-camera-action.org/t1890-oh-hee-ho http://www.lights-camera-action.org/t3651-oh-hee-ho-someone-call-the-noona http://www.lights-camera-action.org/t3629-oh-hee-ho-ohh_1225
Message
Ven 16 Juin - 0:00

Pour être surprise, ça, Hee Ho l'était clairement. D'abord interdite, elle fixait l'homme en face d'elle. Il avait la tête de Min Oh, la voix de Min Oh, le sourire stupide de Min Oh, les oreilles ridicules de Min Oh. Mais ça ne pouvait pas être Min Oh. Puique Min Oh était au Japon. « Min Oh ? » Au cas où. Bêtement, Hee Ho dardait un regard curieux sur cet homme.  Rentrés tôt. Où ça ? « Oh ! » Mais qu'elle se ressaisisse ! Ses deux matous la ramenèrent à l'ordre, comme conscients que ce visiteur était venu pour eux. Pour qui d'autre, bien évidemment ? A cette pensée, la maquilleuse ne put empêcher son visage de se tordre en une moue boudeuse. Tie la trahit en osant ronronner quand Min Oh le caressa. « Pour eux ? » Et pour elle ? « C'est vrai que tu pourras constater que je ne les gâte pas assez, les pauvres bébés. » Au moins, elle en avait conscience. Et elle avait aussi retrouver son sarcasme. Voilà qui était mieux !

L'avait-elle invité à entrer ? Hee Ho ne pouvait s'en rappeler. Pourtant, elle ne lui fit aucune remarque sur son audace, arborant même un vague sourire amusé au coin de ses lèvres. S'approchant du canapé, Hee Ho devait admettre être curieuse. Tie et Dye, un peu moins. Toujours couchés près de l'entrée, ils ne daignèrent même pas approcher, reniflant simplement l'air. Trop fatigant ! Poussant un soupir, Hee Ho allait les excuser quand Min Oh sortit une deuxième boîte. Et elle se damnerait plutôt que d'avouer qu'elle crut d'abord que c'était pour elle. Croisant les bras sous sa poitrine, en tentant au mieux de ne pas afficher un air trop contrarié, elle attendit. Les deux gros chats rampèrent finalement jusqu'à eux, visiblement assez intéressés. « Vraiment ? » Elle n'avait jamais noté de problèmes avec son interphone. « Pourtant, j'ai commandé chinois tout à l'heure, et le livreur n'a pas eu de souci. » Mais cela expliquait qu'elle ne l'ait pas entendu. Elle devrait en parler à son propriétaire.

Son regard se leva vers l'idole. Et l'espace d'un instant, Hee Ho se posa sérieusement la question. Min Oh lui avait manqué. « Je n'ai même pas eu le temps de le remarquer. » Odieux mensonge que ses yeux fuyants trahissaient un peu. Un sourire au coin des lèvres, elle osa tout de même hausser les épaules, comme si ça n'avait pas d'importance.

Remarquant ses chats avachis près de leurs cadeaux, les reniflant paresseusement, Hee Ho se glissa derrière le comptoir de sa cuisine ouverte à l'américaine. Au bruit du placard qui s'ouvrait, Tie et Dye s'animèrent soudainement. Sans faire le moindre commentaire, leur maman secoua la tête, rejoignant Min Oh. « Comment marche ton truc ? » Elle s'accroupit près du jouet, avant de lever les yeux vers lui pour qu'il lui explique le système. « Parce que c'est celui là qui les intéresse le plus. » Sans hésiter, puisqu'il y avait à manger à la clé. Un rire fila de sa gorge, alors qu'elle tentait d'échapper à l'assaut de ses deux matous qui se hissaient sur elle pour essayer de chiper une friandise. Tombant à la renverse, Hee Ho poussa un petit cri plus amusé qu'effrayé ou fâché. « Quand je te dis que ce sont deux patapoufs... » Hee Ho les repoussa doucement, avait de réussir à se redresser. Tendant le paquets de friandises à Min Oh, elle lui sourit. « Si tu veux qu'ils t'adoptent, nourris-les. Ça marche aussi facilement que ça, avec eux. » Elle lui adressa un sourire, se disant que ça marcherait sûrement avec elle aussi. Mais ça, elle se garda bien de le lui dire.


returning like a boomerang
Like the panorama before my eyes in a familiar scenery, I’m looking at you. It’s all good, alright, no lie, everything that I kept repeating to myself  •• ALASKA (exo)

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 4056
Age : 24 ans.
groupe : vict3ry
rôle dans le groupe : leader / lead rapper / second vocal / parolier
nom de scène : lee bae
occupation : idole, visage de Nature Republic & peintre à ses heures perdues
avatar : park chanyeol (exo) • savadi
Points : 159

yuseong m
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t858-min-oh-je-voulais-un-titre-au-top-mais-j-touche-le-fond-fite-me-bye http://www.lights-camera-action.org/t937-do-min-oh-bangarang http://www.lights-camera-action.org/t884-do-min-oh#32336 http://www.lights-camera-action.org/t885-do-min-oh-call-me-bae http://www.lights-camera-action.org/t886-do-min-oh-bibimbae#13800 http://www.lights-camera-action.org/t2059-lee-bae http://www.lights-camera-action.org/t1275-vict2ry-yuseong-media
Message
Dim 18 Juin - 21:00

Min Oh ? C’était bien lui, même s’il avait ce prénom en horreur depuis des années. Ce n’est pas comme s’il pouvait demander à tout le monde de l’appeler Bae, comme ça, sans véritable raison. Son nom de scène n’était utilisé que trop rarement, hélas. Quand il entendit la remarque de Hee Ho, il contint un rire. « J’en suis sûr, ça. » Elle avait deux chats, comment pouvait-elle ne pas les gâter ? Miyabi passait ses journées à lui faire les yeux doux, avant. Elle s’étendait de tout son nom sur le canapé et ronronnait jusqu’à ce que son maître cède à ses caprices. Par chance, Na Hyun était toujours là pour l’empêcher de donner trop de nourriture supplémentaire à la pauvre créature qui, trop gourmande, aurait certainement fini par rouler. La féline était si fourbe ! Elle lui manquait depuis ses débuts.

Après avoir obtenu des ronrons de la part de l’une des boules de poils, Min Oh se permit d’entrer. Sa mère lui avait souvent reproché de ne pas être ‘bien élevé’. Son fils, en effet, s’imposait beaucoup. Il lui arrivait de ne pas se rendre compte de ce qu’il faisait et de mettre les autres mal à l’aise, notamment en abordant des sujets de conversations trop controversés. Les reproches n’y faisaient rien. C’était l’une des nombreuses sources de conflit père-fils, du temps où le père de famille vivait encore avec eux. Bae s’était un peu calmé, en l’absence de figure paternelle à contredire et déranger, mais il n’était pas pour autant devenu un ange.

Accroupi auprès des animaux, il attendit que Hee Ho le rejoigne, les yeux d’abord posés sur les jouets, puis sur la locataire. « Ouais, j’ai attendu longtemps dehors, répondit-il en un rire, en poussant la balle en espérant éveiller un peu plus l’intérêt des félins touffus. C’est peut-être moi alors. » Oui, la prochaine fois, il prendrait une scie sauteuse, ça fonctionnerait mieux. En un haussement d’épaules, il poussa doucement la balle de plastique, sous le regard attentif des chats. Elle était encore vide, mais les bêtes semblaient curieuses. Tout comme lui, en vérité. Il voulait sa réponse. « Vraiment ? » Dommage. Il reposa les yeux sur les chats, un sourire au coin des lèvres. « On aurait dû rester plus longtemps, alors. » Non, elle lui aurait manqué. Il résistait déjà difficilement à lui envoyer des messages pour demander comment elle allait, lorsqu’il ne la voyait pas pour quelques jours. De qui se moquait-il ? « Mais non, fallait qu’on revienne pour être sûrs que tu nous remplaçais pas, maintenant que t’es célèbre. »

Tendant le bras pour caresser l’un des chats entre les oreilles, il ne tarda pas à reprendre. « Ils ont l’air de bien aimer. » Il tourna la tête pour voir où se rendait la maquilleuse, comme si elle avait pu fuir soudainement ou disparaître, et à son retour. Désormais à genoux près des animaux et du jouet, il posa les yeux sur Hee Ho quand elle revint à sa hauteur. Son regard se perdit un peu sur son visage. Comment marchait son truc ? Le rire de la maquilleuse appela un irrépressible sourire aux lèvres du rappeur. Il la préférait comme ça. Quand elle riait. Quand elle parlait. Qu’elle ne demandait pas juste s’il voulait du gloss ou de l’eye-liner pour les prestations. Elle était encore plus belle.

Il se penchant pour récupérer la balle qu’un des matous avait envoyée plus loin et, souriant ouvrit la sphère de plastique en deux après avoir frotté ses paumes sur les jambes de son pantalon. « En fait, tu dois mettre des bonbons là-dedans. » dit-il en pointant d’un index tendu l’espace creux au centre du jouet, un hémisphère dans chaque main. « Ils vont la faire rouler et ils vont circuler dans le petit circuit, puis sortir un à un. » Et il promettait qu’il ne s’était pas amusé à jouer avec celle de leur ancien chat, trop curieux de comprendre comment fonctionnait cette balle bizarre. Ce n’était pas son genre. « Comme ça, en plus ils ne mangent pas trop, aussi. »

Mais Hee Ho se faisait déjà attaquer par les fauves. Comment était-elle encore entière ? Le peintre ne put s’empêcher de rire, encore plus au commentaire de leur noona. « C’est peut-être juste leurs poils ? » Il tendit le bras pour glisser les doigts dans la fourrure de ces fourbes créatures en laissant paraître un sourire tendre et amusé. « Avec eux, hm ? » En un regard entendu et amusé, il saisit le sachet de nourriture et l’ouvrit avant de récupérer les deux hémisphères et de laisser tomber glisser quelques friandises au centre en un bruit de plastique. Après un clic sec, il sourit et reposa la balle au sol. « Allez, les enfants ! » Se redressa un peu, prenant appui sur une main pour faire rouler la boule sans perdre équilibre, jusqu’à ce qu’une friandise en sorte. C’était aussi simple que ça.  

« Ils ont pas chaud en été ? » demanda-t-il finalement, en se redressant pour rejoindre son sac, encore posé sur le canapé. Espérant qu’elle ne regardait pas, il s’approcha d’elle pour lui tendre une bouteille remplie d’un liquide rougeâtre. « J’ai ramené ça pour toi, dit-il en souriant, tout en cherchant le regard de Hee Ho. Du vin de prune. » Mais peut-être qu’elle n’aimait pas les prunes ? Ou l’alcool ? Il y avait réfléchi longtemps. Mais une bouteille, c’était toujours bien pour un repas ou avec des amis, non ? Accrochant son regard au sien, il reprit la parole avec plus de sérieux. « Mais interdit de la boire toute seule. Pas en une fois. Okay ? » Il se rappelait la fois où elle avait téléphoné en se plaignant d’avoir trop bu, où elle lui avait dit qu’elle s’était assise sur son chat. Faire un éléphant avec un rien était sa spécialité, mais boire seul, ce n’était pas normal, surtout sans savoir si c’était fréquent. Réalisant soudainement qu’il s’immisçait, son regard se posa brièvement sur l’écran de la télévision et sur la table. « Tu regardais quoi ? »



I’m bad, I like doing the things you tell me not to. Like I said, the main game didn’t even start yet. Push and pull me even more. I’m confident I will win. Every day, I’m dealing with a new type of loneliness. → me'ow

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 332
Age : 26
occupation : styliste & make up artist (YM)
avatar : SOLAR (mamamoo) (every ♥)
DC : joonho
Points : 112

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t1724-oh-hee-ho-artificial-love http://www.lights-camera-action.org/t2122-oh-hee-ho-um-oh-ah-yeh http://www.lights-camera-action.org/t1890-oh-hee-ho http://www.lights-camera-action.org/t3651-oh-hee-ho-someone-call-the-noona http://www.lights-camera-action.org/t3629-oh-hee-ho-ohh_1225
Message
Dim 30 Juil - 21:32

« Es-tu au moins sûr d'avoir sonné à la bonne porte ? » Son sourcil se leva très subtilement. Pas qu'elle doutait de la mémoire de l'idole, mais tout de même. Hee Ho se le demandait. Avait-il réellement eu le temps de tout enregistrer, alors qu'elle l'avait débité de sa voix bourrée ? Une minute... L'avait-elle appelé ou lui avait-elle écrit ? Il fallait vraiment qu'elle éteigne son téléphone, quand elle se mettait à picoler – pas que ça lui arrive souvent, d'accord ? Quelle image avait-elle pu bien donner, ce fameux soir ? Si elle ne se rappelait même plus de la façon dont elle avait contacté Min Oh... Pourquoi lui, d'ailleurs ? Le mystère de sa liste de contact. Ou le hasard. Parce qu'elle ne croyait pas au destin et à toutes ces conneries, bien évidemment.

Mais si elle haussait les épaules d'un air détaché à la plaisanterie de Min Oh, Hee Ho dut bien avouer que ça ne lui aurait plu qu'à moitié. « Tu as raison, un peu plus et tu m'aurais vu partout. » Pas du tout. De part son métier, elle était condamnée à oeuvrer dans l'ombre. Pourtant, son trophée trônait fièrement sur le meuble le mieux mis en valeur de tout l'appartement – et ce n'était pas ses toilettes. « Mais celui dont vous auriez dû vous méfier, c'est Joon Ho ! » Un index sur la joue, elle fit mine d'y penser à la manière d'une amoureuse transie. Ah, le beau Juno... Mais elle pouffa bien rapidement. « Je ne sais pas trop... Le courant ne passe pas trop bien entre lui et moi. Je suppose que c'est mon charme qui le rend nerveux ? »

Et le charme de Min Oh, lui, fonctionnait à merveille sur ses chats. Les traîtres, franchement. Et sur elle, est-ce qu'il opérait ? Non, bien sûr que non. Et si ses joues se coloraient de rouge, ce n'était que parce que la chaleur de l'été persistait à la tourmenter même la nuit tombée. Se concentrant sur les jouets, Hee Ho essaya d'en comprendre le fonctionnement. « Tu sais, je crois que c'est déjà trop demandé pour eux. Enfin... Tu les vois, non ? » D'un geste désespéré, elle désigna les deux gros matous affalés au sol, fixant de leurs yeux verts cet homme et ses jouets bizarres. « Bon quoique, s'ils comprennent qu'il y a des croquettes qui sortent à chaque tour, ils risquent de parcourir tout Séoul en un après-midi. » A condition qu'il y ait assez de friandises à l'intérieur. Et comme s'ils avaient compris, Tai et Dai se précipitèrent sur leur maîtresse. « Juste leurs poils ? Tu veux les porter pour voir ? » Qu'il se débrouille, elle n'allait pas lui tendre. Ses deux chats étaient gros, voilà tout. « Ils passent leur journée devant le ventilateur. » Les pauvres, elle compatissait tout de même avec ses deux bébés !

Se redressant sur ses jambes, la maquilleuse ne répondit que par un sourire à la rétorque de Min Oh. Non, bien sûr que ça marcherait avec elle aussi ! La nourriture, c'était la base. Elle l'avait prouvé en choisissant un bon restaurant, ce fameux jour off. Celui où pour la première fois, elle avait vu le rappeur d'une autre manière. Hee Ho ignorait cependant toujours quelle étoile l'avait mené dans le petit restaurant de la mère de Min Oh, ce jour-là. Penchant la tête sur le côté, elle l'observa regagner l'endroit où il avait laissé son sac. Si elle tendit le cou pour mieux voir, elle reprit une pause la plus naturelle possible lorsqu'il se retourna. Tendant les main, elle s'inclina en murmurant des remerciements confus. Quelle idiote ! « Merci... » Devait-elle se vexer qu'il lui offre de l'alcool ? Y voir une allusion à son appel ? Lui demander s'il la traitait d'ivrogne ? Non, Hee Ho restait là, à tenter bêtement de déchiffrer l'étiquette. « Je n'en ai jamais bu. » Et c'était tout ce qu'elle arriva à rétorquer. Faiblesse. Avec une timidité qu'elle ne se connaissait pas, elle releva ses yeux vers les siens, le remerciant d'un sourire.

« C'est une façon de me dire que je dois le boire avec toi ? » Ah, enfin, elle retrouvait son petit côté cassant, taquin. « Tu veux rester ? On regardait Saw. » Un petit sourire sadique vrilla malicieusement le coin de ses lèvres. « Assieds-toi. » Oui, elle le concédait, ça ressemblait fortement à un ordre. La bouteille de vin de prune dans une main, la maquilleuse revint très vite dans le salon, deux verres dans l'autre. S'asseyant sur le canapé, elle tendit l'alcool à Min Oh, afin qu'il l'ouvre. « Comment c'était, le Japon ? » Ses yeux fixaient l'idole, comme si elle se rendait soudainement compte que ça faisait longtemps qu'elle ne l'avait plus vu. « Ça te dérange si je relance le film ? » Une petite lueur de défi brillait dans ses yeux.


returning like a boomerang
Like the panorama before my eyes in a familiar scenery, I’m looking at you. It’s all good, alright, no lie, everything that I kept repeating to myself  •• ALASKA (exo)

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 4056
Age : 24 ans.
groupe : vict3ry
rôle dans le groupe : leader / lead rapper / second vocal / parolier
nom de scène : lee bae
occupation : idole, visage de Nature Republic & peintre à ses heures perdues
avatar : park chanyeol (exo) • savadi
Points : 159

yuseong m
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t858-min-oh-je-voulais-un-titre-au-top-mais-j-touche-le-fond-fite-me-bye http://www.lights-camera-action.org/t937-do-min-oh-bangarang http://www.lights-camera-action.org/t884-do-min-oh#32336 http://www.lights-camera-action.org/t885-do-min-oh-call-me-bae http://www.lights-camera-action.org/t886-do-min-oh-bibimbae#13800 http://www.lights-camera-action.org/t2059-lee-bae http://www.lights-camera-action.org/t1275-vict2ry-yuseong-media
Message
Lun 31 Juil - 13:54

« Hm… Maintenant que tu le dis, j’ai comme un doute… » Ses lèvres s’étirèrent en un large sourire, trahissant le mensonge honteux qu’il osait lui raconter, avant qu’il ne parvienne plus à retenir un rire amusé. « Tu me prends pour qui, Noona ? J’ai vérifié plusieurs fois. » Parce qu’il fallait être capable de faire ses conneries correctement, lorsqu’on les faisait. Et peut-être aussi parce qu’il en allait de sa carrière, et qu’il n’avait aucun intérêt à se tromper d’adresse s’il n’avait pas envie de terminer partout dans les médias après avoir été aperçu en se rendant chez sa maquilleuse et en trainant en chemin. Il se contenterait de penser que l’interphone ne fonctionnait pas, pour son égo et sa fierté. Comme toujours.

« Exagère pas, je te vois déjà assez comme ça. » Levant les yeux au ciel, il se laissa sourire. Mais il était difficile d’être crédible quand on ne pensait qu’à moitié ce qu’on disait. Quand on se retournait sur la moindre marque de cosmétique ou sur des vêtements en songeant qu’ils iraient bien à une certaine maquilleuse. Évidemment, c’étaient là deux choses qu’il nierait sans la moindre hésitation, si on lui posait la question. En particulier devant Joon Ho. C’était normal. Il avait aussi pensé à ses amis, lorsqu’il était en voyage. Pourquoi aller chercher plus loin ? Se prendre pour un con était devenu un sport olympique auquel il excellait.

« Pourquoi Joon Ho ? » On ne dirait pas qu’il avait froncé les sourcils. Et on ne dirait pas non plus qu’il avait observé la maquilleuse avec un peu plus d’insistance, comme à la recherche d’une information qu’il aurait pu manquer jusque-là, au ton qu’elle avait pris. Une attitude qu’il abandonna aussi vite qu’elle reprit la parole. Ça ne passait pas trop entre eux ? Il nierait avoir pensé que c’était une bonne chose. « Heeho… Tu rendrais nerveux un garde anglais. » Et il n’y avait absolument aucun sous-entendu. Surtout pas avec le sourire amusé qu’il affichait à après ces quelques mots.

Mais l’attention qu’il accordait à la maquilleuse fut rapidement tournée vers les chats. Ces petites créatures poilues et adorables, visiblement rondelettes, que la locataire de l’appartement avait sous sa garde. Il hésitait à lui dire qu’ils étaient ses enfants et qu’elle devait lui rendre, maintenant qu’il les voyait. Encore plus en entendant la façon dont Hee Ho parlait d’eux. « Aie un peu plus confiance en eux, Noona. Tu connais l’effet Pygmalion ? » Elle n’était pas très encourageante ! Voilà pourquoi ses chats étaient deux patapoufs. « Tu devrais parler d’eux comme des athlètes de haute compétition, comme des chats de luxe. » Riant encore de ce que la styliste avait dit, il tendit les bras pour se saisir de l’un des chats affalés plus loin, plongeant ses yeux dans les orbes vertes du félin qui, en effet, faisait son poids. « Pourquoi tu les emmènes pas en salle ? Ils deviendraient peut-être aussi fins que toi. » Et sur ces mots, son regard se reposa sur Hee Ho. Un sourire discret flottait à ses lèvres. Peut-être que sa silhouette ne le laissait pas aussi indifférent qu’il le prétendait. Peut-être que son regard s’attardait sur elle de plus en plus souvent, quand elle avait le dos tourné, et qu’il se surprenait à penser à elle autrement que comme un membre du personnel de l’agence qu’il ne pouvait toucher. Sûrement que ça le frustrait. Profondément. Mais le déranger ? Non, probablement pas. « Je les comprends un peu. Ils peuvent pas enlever des couches comme nous. » D’ailleurs, il commençait à avoir chaud dans ce sweat. « Le temps est infernal. » Lourd et chaud. Tout ce qu’il ne fallait pas.

« Si j’avais su, j’aurais ramené à manger. » Un rire lui échappa malgré lui, au regard qu’elle lui adressa. Ses doigts toujours perdus dans la fourrure du chat, il se redressa avant de laisser l’animal retourner à sa paresse. « Maman s’en veut toujours pour l’autre fois. » D’un autre côté, il cuisinait, lui aussi, et sûrement mieux que d’autres. Jay pouvait témoigner du goût de ses gâteaux.

Approchant avec la bouteille d’Umeshu, il espérait qu’elle serait surprise. Parce qu’il avait mis longtemps à se décider pour un cadeau, mais que du maquillage aurait semblé trop professionnel et qu’il ne parvenait plus, même s’il avait conscience de faire une erreur, à la voir uniquement comme une personne avec laquelle il travaillait quotidiennement. Tout ça parce qu’elle avait été présente au bon moment, quand il pensait s’effondrer. Mais comment aurait-il pu se contenter d’un merci et retourner à la normale ? Il n’y était pas arrivé. Inévitablement, leur relation avait changé. « J’espère que t’aimeras, alors. » Il avait cherché une blague, mais il n’en avait pas trouvé. Ses yeux étaient restés accrochés à celui de la maquilleuse, à qui il avait rendu un franc sourire.

Mais cela ne changeait rien à la remarque suivante, évidemment, qui trouva réponse alors qu’il avait pris conscience de son intrusion. Soudainement. Il retrouva son sourire espiègle, délaissant l’écran pour tourner se tourner vers la maquilleuse dont il chercha le regard. « C’est une invitation ? » L’Umeshu était un peu sucré, mais ça ne le dérangeait pas autant qu’un gâteau ou des bonbons. C’était de l’alcool, après tout. Sans prendre la peine de répondre à la question, il obtempéra et se laissa tomber sur le canapé, posant un regard moins assuré sur l’écran quand le titre du film lui revint à l’esprit. Saw. Autrement dit, le festival du gore.

Bae déglutit malgré lui, prenant une profonde inspiration avant de tourner la tête vers Heeho qui s’éloignait. Son regard glissa le long du dos de la maquilleuse, puis sur le trop plein de peau que sa tenue laissait visible. Ça aurait dû être interdit. On aurait dû la forcer à porter un anorak et un passe-montagne. Une cape. Des gants. Mais elle était chez elle et elle avait le droit de s’habiller comme elle le voulait, même si ça impliquait un short et un débardeur. Pas que ça le dérangeait vraiment, cela dit. En fait, ça lui plaisait même un peu trop.

Perdu dans ses pensées, il avait continué à fixer la cuisine sans réaliser que la maquilleuse était de retour, sursautant en sentant le fauteuil s’affaisser légèrement à ses côtés. Il saisit la bouteille qu’on lui tendait, l’ouvrant sans attendre avant d’en verser quelques centimètres dans chaque verre, presque professionnellement. Encore aujourd’hui, l’habitude parlait. Son travail au restaurant n’aurait pas été vain.

« C’était génial. » répondit-il, avec un large sourire. Regardant le liquide qui s’écoulait dans les verres, avant de redresser la bouteille et de la poser un peu plus en avant sur la table. « J’étais déjà allé plusieurs fois, mais j’aime toujours y retourner. » Les yeux à nouveau posés sur la maquilleuse, il ricana doucement. « Mais c’était stressant quand même, cette fois. J’avais peur qu’on nous reconnaisse. » C’était le problème de la célébrité. La tranquillité lui manquait cruellement. Et ce n’était sûrement pas la seule chose qui lui avait manqué, là-bas, à en juger par la difficulté qu’il avait à détourner les yeux. Il secoua la tête à sa question, quand bien même son ventre se nouait. « Non, vas-y. J’vais juste enlever ça. »

Sur ces mots, il se leva et s’éloigna de la table pour se débarrasser de sa casquette et de son sweat qu’il déposa sur une chaise un peu plus loin. L’été était redoutable, cette année. S’il commençait à avoir chaud même avec la climatisation, il était perdu. Et ce n’était certainement pas à cause de la fourbe qui se trouvait à quelques mètres, et qu’il essaya de ne pas observer.

Revenant vers elle, il s’installa et tira sur le marcel noir qu’il portait, levant un regard anxieux vers le téléviseur. « En profite pas pour venir près de moi si t’as peur, hein. » Car évidemment, elle aurait peur et pas lui. Ce qu’il pouvait détester ce genre de films, lui qui adorait pourtant le cinéma et les séries. Il s’éclaircit la gorge, saisissant son verre avant de le lever vers la maquilleuse, un sourire éclairant à nouveau son visage. « À ton trophée ? » C’était la meilleure excuse qu’ils avaient, après tout.

C’était en fait la seule excuse qu’il possédait. Il n’avait aucune raison de venir chez elle, pas même celle de rencontrer ses chats, et rester encore aurait certainement pu être considéré comme une faute professionnelle. Mais la vérité, c’est que Bae s’en moquait. Il s’en moquait comme le jour où on lui avait demandé d’être plus souriant lorsqu’on lui demandait de faire quelque chose de chiant. Il s’en moquait comme des remarques que son père lui faisait si souvent dans son adolescence. Hee Ho était bien la seule à avoir son mot à dire dans cette histoire.



I’m bad, I like doing the things you tell me not to. Like I said, the main game didn’t even start yet. Push and pull me even more. I’m confident I will win. Every day, I’m dealing with a new type of loneliness. → me'ow

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 332
Age : 26
occupation : styliste & make up artist (YM)
avatar : SOLAR (mamamoo) (every ♥)
DC : joonho
Points : 112

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t1724-oh-hee-ho-artificial-love http://www.lights-camera-action.org/t2122-oh-hee-ho-um-oh-ah-yeh http://www.lights-camera-action.org/t1890-oh-hee-ho http://www.lights-camera-action.org/t3651-oh-hee-ho-someone-call-the-noona http://www.lights-camera-action.org/t3629-oh-hee-ho-ohh_1225
Message
Mar 5 Sep - 15:13

Hee Ho nota dans un coin de sa tête qu'elle devrait lui demander, l'air de rien, comment déjà lui avait-elle communiqué son adresse. Un texto ? Un mail ? Un appel ? Un message sur son répondre ? Sa mémoire lui jouait des tours, imbibée d'alcool ingurgité sans modération. Mais pour l'heure, elle préférait jouer celle qui savait. Jusqu'au moment où elle trouverait l'astuce qui lui permettrait de savoir ! « Comment ça, assez ? » La maquilleuse plissa les yeux, affichant son air le plus menaçant. Bien sûr, ça ne trompait personne. Même ses deux bébés ne se montraient plus impressionnés. Hee Ho doutait même qu'ils l'aient été un jour. « Il a son petit succès, votre maknae. » Peut-être que ça l'amusait, même si son cœur vibrait étrangement quand Min Oh la regardait comme ça. Son commentaire eut le mérite de lui redonner confiance en ses charmes – pas qu'elle les ait perdus, mais c'était toujours agréable à entendre – et un sourire satisfait se logea dans le coin de ses lèvres.

« L'effet... ? » Non, ça ne lui disait rien. Se sentant un peu bête, elle pensa comprendre grâce à la suite. « Je les traite comme mes enfants. » Hee Ho croisa les bras sur sa poitrine. « Bon, un peu attardés, certes. » Mais elle les aimait comme ça et ne les échangerait pour rien au monde ! Encore moins les abandonner. Elle éclata de rire au sous-entendu de Min Oh. Cette salle de sport deviendrait-elle une sorte de private joke entre eux. « Belle idée. J'aurais dû les proposer au casting pour ton clip. Enfin, ça n'a pas l'air d'être ton style. » Une toute petite pique. Non, elle n'était pas vexée. Et encore moins jalouse. Quelle idée stupide. Bon, peut-être que ces pensées chassèrent son envie de parler de la météo. Se contentant de hocher la tête, elle lui adressa un petit sourire pour clore la conversation à ce sujet.

Quand Min Oh mentionna sa mère cependant, les traits de Hee Ho retrouvèrent leur douceur. « S'en vouloir ? Mais pourquoi ? C'est ridicule. » Elle secoua la tête en faisant un vague geste de la main. Elle n'aimait pas se souvenir de cette drôle de journée. Hee Ho avait beau faire comme si de rien n'était, elle savait que cet événement marquait la fin de quelque chose et le début d'une autre. La fin de la relation distante et professionnelle entre Min Oh et elle. Il n'était plus juste l'idole, et elle la maquilleuse. Elle avait vu l'homme, le fils inquiet qu'il y avait derrière le rappeur idiot. Et elle-même avait montrer un côté qu'elle s'efforçait de cacher jusque-là. Son côté humain. « C'est à toi de me cuisiner quelque chose, de toute façon. » Elle haussa les épaules, avant de lui adresser un sourire narquois. « Pendant que je parlerais à ta mère de quel mauvais garçon tu es. »

L'umeshu était une bonne idée. Et un simple sourire répondit à la nouvelle taquinerie de Min Oh. Une invitation ? Oui. Sûrement. Mais hors de question de le préciser de vive voix. La maquilleuse préférait filer dans la cuisine pour y chercher des verres. Il restait assez de pop corn, le film venait à peine d'être lancé. Elle avait noté le trouble du rappeur lorsqu'il avait découvert l'écran qui affichait une scène du film d'horreur mis sur pause. Pour lui changer les idées – pour le moment, hors de question de lancer un Disney pour lui faire plaisir – elle l'interrogea sur son voyage au Japon. « Je n'y suis jamais allé. » Comme si elle s'était sentie obligée de préciser. Comme si ça pouvait lui donner des idées. « Et alors ? On va a reconnu ? Quelle est ta cote de popularité auprès de nos chers voisins ? » Sa main plongea dans le grand saladier de pop corn, avant d'en enfourner deux dans sa bouche.

Sans qu'elle ne puisse s'en empêcher, Hee Ho suivit du regard l'idole qui se déshabillait. Elle voulut lancer une plaisanterie à ce sujet, mais préféra profiter du spectacle. Peut-être bien que ses yeux s'étaient attardés sur les lignes parfaites du torse de Min Oh lorsque son marcel s'était levé dans le mouvement. Cependant, elle tourna rapidement la tête vers la télé quand il revint vers elle. Humectant ses lèvres, elle s'empara de son verre, le levant à la suite du rappeur. « A nos succès. » Malicieusement, elle cogna doucement son verre au sien, avant de le porter à ses lèvres et d'une seule traite. Une grimace déforma ses traits l'espace d'une seconde, avant qu'elle ne fasse un geste vers Min Oh pour qu'il les serve à nouveau. Promis, à la prochaine gorgée, elle le dégusterait. Sa main à elle se tendit vers la télécommande, et elle lança le film. « Noona est là, si jamais tu as trop peur. » Hee Ho lui adressa un regard en coin moqueur. De qui se fichait-il, hein ? « Je sais que tu rêves de te jeter dans mes bras. » Bon, non, elle allait éviter ce genre de plaisanterie douteuse. « Oh, j'oubliais ! » Se saisissant d'un petit boîtier blanc, elle appuya sur le plus gros des boutons. La lumière s'éteignit aussitôt. « Je pourrais tamiser, mais ce serait beaucoup moins drôle, non ? » Se penchant à nouveau en avant pour attraper une bonne poignée de pop corn, elle en grignota quelques uns, un petit sourire satisfait aux lèvres. Pauvre Min Oh. Allez, elle se dévouerait pour lui faire un câlin s'il se mettait à pleurer. Surtout maintenant que le film avançait vers sa première scène gore...


returning like a boomerang
Like the panorama before my eyes in a familiar scenery, I’m looking at you. It’s all good, alright, no lie, everything that I kept repeating to myself  •• ALASKA (exo)

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 4056
Age : 24 ans.
groupe : vict3ry
rôle dans le groupe : leader / lead rapper / second vocal / parolier
nom de scène : lee bae
occupation : idole, visage de Nature Republic & peintre à ses heures perdues
avatar : park chanyeol (exo) • savadi
Points : 159

yuseong m
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t858-min-oh-je-voulais-un-titre-au-top-mais-j-touche-le-fond-fite-me-bye http://www.lights-camera-action.org/t937-do-min-oh-bangarang http://www.lights-camera-action.org/t884-do-min-oh#32336 http://www.lights-camera-action.org/t885-do-min-oh-call-me-bae http://www.lights-camera-action.org/t886-do-min-oh-bibimbae#13800 http://www.lights-camera-action.org/t2059-lee-bae http://www.lights-camera-action.org/t1275-vict2ry-yuseong-media
Message
Mer 6 Sep - 22:42

« Hm, disons que presque tous les jours, on peut considérer ça comme assez ? » Sauf si tous les jours était une option préférable, mais, là-dessus, il ne dirait rien. Il n’aurait pas dû avoir envie de croiser la maquilleuse en dehors des heures de travail, et le simple fait qu’il était venu dans cet appartement pour la retrouver alors qu’ils n’étaient pas censés se voir en dehors du boulot était une sorte d’infraction. Il connaissait les retombées qu’auraient pu avoir de tels agissements, s’ils venaient aux oreilles de paparazzis ou de fans mal intentionnés. Pourtant, au fond de lui-même, Bae s’en contrefoutait. Il prenait suffisamment sur lui devant les caméras et sur les plateaux ; pourquoi aurait-il dû en faire plus encore et oublier sa vie privée ? Il y avait des limites, même à la connerie.

Et à la tolérance aussi, il le comprit au moment où elle se remit à parler de Joon Ho et que son estomac se tordit étrangement. « T’es trop vieille pour lui. » Même si Minhee, cette garce, était plus âgée, elle aussi. Il avait déjà remarqué qu’elle s’attardait sur leur maknae, un peu trop à son goût. Pas assez sur lui. Mais qui était-il pour penser de telles choses ? Qu’avait-il à dire ? Hee Ho devait faire son travail, elle était juste particulièrement attentive à ses deux meilleurs amis, et il se sentait un peu oublié. Ou peut-être n’était-ce que dans sa tête ? Les plaisanteries de Joon Ho devaient un peu trop le remuer, pour une raison qu’il préférait nier. Plutôt que de s’emporter inutilement – ou du moins, c’est ce qu’il imaginait – il opta pour le compliment-pas-tellement-déguisé. C’était toujours ça de pris.

« Pygmalion. » répéta-t-il en lâchant un petit rire. « C’est un genre de prophétie auto-réalisatrice, en psychologie. Ça vient de la mythologie grecque, mais c’est trop long à expliquer. En gros, si tu dis tout le temps du mal d’eux, ils feront jamais rien de bien. » C’était très résumé, mais il avait déjà l’impression d’en dire trop. Comme toujours. Le lancer dans ce genre d’explication n’était jamais une bonne idée. « J’espère que tu traiteras tes enfants mieux que ça. » Le jour où elle en aura. Si elle en avait. Un rire lui vint ensuite, appelé par celui de la maquilleuse, avant qu’il ne se reprenne en l’entendant parler de son clip. « Ah… » Si elle savait pourquoi ce clip avait vu le jour. Pourquoi il avait décidé de prendre une salle de sport comme cadre principal, alors que des centaines d’endroit auraient pu convenir. Il conserva un léger sourire, s’amusant de ses propres pensées. « T’aurais dû venir toi, au casting. Les tapis de marche te vont bien. » Et il était innocent, évidemment. Et il aurait peut-être dû arrêter de parler aussi librement avec elle. Il y a bien longtemps. Avant qu’il ne soit trop tard. En plus, elle avait soudainement l’air… ennuyée ? Il allait la fermer.

Mais cette résolution ne tint pas longtemps. Il secoua imperceptiblement la tête quand elle affirma que c’était ridicule. « J’sais pas. Elle est comme ça. » Et reconnaissante. Pour plus de choses qu’il ne l’imaginait lui-même. Un rire lui échappa malgré lui, bref et éclatant, quand elle reprit la parole. « Je le ferai, j’sais que tu rêves de goûter ma cuisine. Ok, je le ferai. » Avec une objection, cependant. « Mais hors de question de mentir à ma mère. »

Il était un ange, un vrai. Qui aurait osé dire le contraire ? Il avait même pensé à lui ramener une bouteille d’alcool local, lors de son séjour au Japon. N’était-ce pas la définition même de l’ange ? Il continua à observer la maquilleuse alors qu’elle lui souriait, se perdant dans cette observation, réalisant un peu trop qu’il la trouvait plus belle souriante que sérieuse. Trop belle. « Faut que t’y ailles un jour. Ça en vaut la peine. » C’était si différent, tout en étant si proche. La langue ressemblait un peu, grammaticalement parlant, mais là encore, elle ne sonnait pas pareil. « Je sais pas, j’ai pas envie d’y penser. » avoua-t-il en réponse à la question de Hee Ho, ponctuant d’un haussement d’épaule. « En tout cas on nous a pas trop emmerdés, c’est déjà ça. » Rien n’aurait été pire. Excepté, peut-être, devoir regarder un film d’horreur alors qu’il détestait ça.

Après avoir porté un toast à leurs réussites, il vida son verre, hochant la tête alors qu’il remplissait à nouveau les deux. C’était sucré. Un peu trop pour lui, comme il s’y attendait, mais l’alcool lui aurait fait boire beaucoup de choses. Plus jeune, il avait parfois bu pour peindre. C’était plus drôle, plus intéressant. Les couleurs se mêlaient si bien sur la toile, quand il cessait de s’auto-évaluer. C’était comme des miracles qui naissaient sous ses doigts à chaque seconde.

Un rire à peine étouffé fuit ses lèvres à la remarque de la maquilleuse, après que l’idole s’était installée dans le canapé pour regarder, avec une grande appréhension, l’écran de la télévision. Si seulement elle avait su. Elle devait le faire exprès. Leur relation ne permettait plus vraiment ce genre d’humour. Plus à partir du moment où les heures de travail, de maquillage et de préparation à la montée sur scène devenait une torture, qu’il avait déjà à plusieurs reprises imaginé ses mains sur lui pour autre chose que la mise en place de vêtements trop rebelles. C’était ridicule. Totalement ridicule. Ridicule de réprimer autant une sensation en laquelle il croyait tant. Le désir, l’attirance. Il l’acceptait bien plus que les sentiments dont tout le monde parlaient, ceux qu’il préférait éviter. Il avait commencé à l’envisager bien plus vite qu’il ne l’aurait pensé, et voilà qu’elle commençait à en rire.

« Non, laisse allumé. » Ses yeux cherchèrent un point d’accroche dans le noir presque total, la lueur de la télévision lui permettant encore de percevoir les traits du visage de la maquilleuse. Le point de repère qu’il cherchait. Ses lèvres se pincèrent un peu, alors qu’il entendait d’une oreille le film qui avait repris, mais qu’il ne voulait pas regarder. Il savait qu’il n’aimerait pas ce qu’il se passait à l’écran. Les sons lui parvenaient, l’effrayaient. Mais il n’aurait pas été jusqu’à dire que c’était là ce qui faisait battre son cœur comme un idiot, ce qui lui rendait les mains moites et la gorge aussi sèche.

Il se connaissait trop bien pour savoir que ce n’était pas ça.

Le pour et le contre furent rapidement pesés. Il quitta son côté du fauteuil, qu’il avait déjà déserté sans en avoir conscience. De sa faute à elle. De celle du film. Non. C’était la sienne. Et en moins de temps qu’il n’en fallait pour le dire, il approcha son visage de celui de la maquilleuse, encadrant ses joues de ses mains, et posa ses lèvres sur les siennes. Quelques secondes, tout au plus. Trop peu longtemps. Mais c’était toujours trop peu. Toujours. Ce n’est qu’en s’éloignant qu’il réalisa son geste ; plus encore, il réalisa qu’il ne s’en voulait pas. Pas du tout. « J’ai peur du noir, je crois. » Ou peut-être pas. Peut-être que c’était encore elle. Comme toujours.



I’m bad, I like doing the things you tell me not to. Like I said, the main game didn’t even start yet. Push and pull me even more. I’m confident I will win. Every day, I’m dealing with a new type of loneliness. → me'ow

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 332
Age : 26
occupation : styliste & make up artist (YM)
avatar : SOLAR (mamamoo) (every ♥)
DC : joonho
Points : 112

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t1724-oh-hee-ho-artificial-love http://www.lights-camera-action.org/t2122-oh-hee-ho-um-oh-ah-yeh http://www.lights-camera-action.org/t1890-oh-hee-ho http://www.lights-camera-action.org/t3651-oh-hee-ho-someone-call-the-noona http://www.lights-camera-action.org/t3629-oh-hee-ho-ohh_1225
Message
Mer 13 Sep - 0:12

Ce n'était pas bien. La maquilleuse savait qu'elle ne devait pas se réjouir d'apprendre qu'elle avait manqué à Min Oh. Ils devaient garder une relation purement professionnelle, d'idole à staff, comme ça avait toujours marché. Bien sûr. C'était pourquoi il se retrouvait là, dans son appartement – privé – elle en tenue assez légère pour choquer les âmes les plus sensibles. S'il lui avait rapporter un cadeau du Japon, ce n'était que pour la remercier du bon travail qu'elle faisait en s'occupant de lui et de ses deux bandmates. Du tellement bon travail qu'il n'avait pu attendre pour le lui remettre le plus rapidement possible. Pas devant les autres membres du staff, voyons. Ça aurait été trop étrange. Bien sûr, une fois encore. Hee Ho pouvait trouver toutes les excuses pour expliquer la présence du rappeur en ces lieux, elle savait qu'il ne devrait par être là, et qu'en tant qu'adulte et aînée responsable, elle aurait dû lui demander de s'en aller.

Pourtant, elle restait plantée là, à être heureuse de le voir ici. Pas qu'il lui avait manqué, non. N'importe quoi. Elle était ridicule, à lui sourire comme ça. Mais heureusement, Min Oh l'aida à reprendre ses traits de coordi noona un peu trop sévère. « Trop... quoi ? » Ses yeux s'étaient plissé, alors qu'elle prenait l'air le plus menaçant dont elle était capable à l'instant présent. Si Min Oh était toujours en vie, c'était bien parce qu'il avait pensé à revenir avec des cadeaux. « Tu apprendras mon cher, qu'il y a des mots que l'on n'utilise pas devant une femme. » Trop vieille ? Depuis quand, n'importe quoi. Inconsciemment, elle porta les mains à son visage l'espace d'un court instant, comme pour vérifier si de nouvelles rides ne s'étaient pas logées aux coins de ses yeux.

Affichant alors une moue interloquée, elle l'écouta lui donner une explication qu'elle n'était pas certaine de comprendre non plus. « Arrête de me parler grec alors. » D'un geste de la main, Hee Ho chasse ces explications qu'elle n'était pas très sûre de comprendre. Un sourire revint cependant bien vite éclairer ses traits. « Tu t'intéresses à la mythologie ou à la psychologie ? » Ça ne devrait pas autant lui plaire d'en apprendre plus sur lui. Mais quand Min Oh mentionna une éventuelle progéniture, l'image d'une silhouette enfantine disparaissant dans la mer s'imposa à son esprit, et Hee Ho eut bien du mal à se maîtriser et à garder un air impassible. « Alors je suppose que je dois m'améliorer en tant que mère avec eux. Je n'aurais pas d'enfants. » Son ton sec sur ses derniers mots mettait un terme à ce sujet houleux. Hee Ho s'efforçait depuis trop d'années à se convaincre qu'elle ne pourrait enfanter pour qu'une simple conversation lui rappelle que ce n'était que la culpabilité qui l'y résignait.

« Il paraît. » Pourquoi devait-elle soudainement se sentir vexée par ce clip, alors qu'elle y avait activement participer ? Bien sûr, elle avait lutté pour que les filles portent des tenues de sport décente, mais malheureusement, il avait été décidé plus haut que les figurantes devaient de toute façon, d'une manière ou d'une autre, être sexy. La féministe qu'elle était s'était vue enrager. La femme, s'était vue être stupidement jalouse. Elle se détestait pour ça. Mais inutile d'y penser maintenant, c'était de toute manière trop ridicule. « Pourquoi je mentirais à ta mère ? » Elle avait retrouvé le sourire, haussant simplement les épaules à son accusation. Hee Ho préférait de lui cette bonne humeur taquine qui pouvait naître entre eux. « Tu sais, je trouve ça honteux que pour me remercier du bon travail que je fais tous les jours avec toi, tu n'aies pas encore penser à me ramener des kimbap faits maison. » Ou qu'il n'ait pas ramené le nécessaire pour lui faire un bibimbap en direct. Il avait pensé à l'alcool, c'était déjà ça. De ce voyage au Japon où on ne l'avait même pas invitée. Pour toute réponse, elle lui sourit simplement. Son corps s'alourdit d'une déception idiote. Min Oh n'était pas obligé de se proposer pour l'y accompagner, alors qu'il ne l'ait pas fait ne devrait pas la déranger. Ça ne la dérangeait pas. N'importe quoi. Elle haussa néanmoins les sourcils à sa réponse qu'elle trouva un peu brute. « Un problème avec ta popularité naissante, Lee Bae-sama ? » Un sourire en coin ironique aux lèvres, elle lui tapa gentiment dans l'épaule avant de filer en cuisine récupérer de quoi boire l'umeshu.

Hee Ho ne voulait pas se penser sadique. Juste taquine. Peut-être qu'elle pensait légitimement que Min Oh exagérait sa peur. Après avoir porté un toast, elle relança le film de la façon la plus naturelle du monde, imposant son choix auprès de son invité. « Allons, ne sois pas ridicule. » Elle éteignit. Le fait était que dans le presque-noir, le fait qu'elle soit troublée se voyait moins. Faire semblant de regarder les scènes défilant devant ses yeux pour mieux calmer son cœur chamboulé. Pourquoi son esprit devait-il resté focalisé sur le fait que Min Oh se trouvait si près d'elle ? Elle pourrait bien dire ce qu'elle voudrait, elle ne pouvait nier avoir remarqué qu'il s'était approché, et pire, qu'elle n'avait rien fait pour s'écarter de son côté. Bêtement, Hee Ho avait continué à grignoter son pop corn, et quand l'idole avait attrapé son visage, elle ne l'avait pas repoussé. Ses yeux s'étaient même fermés, au doux contact de ses lèvres sur les siennes. En vérité, elle ne réagit pas vraiment. Vu de l'extérieur. A l'intérieur soufflait un ouragan, brûlait un feu terrible. Une vague de sentiments l'ébranlèrent. Et quand Min Oh s'écarta et qu'il parla, c'était comme si le son était revenu après s'être tu.

Hee Ho savait qu'elle devrait s'indigner, se précipiter sur la petite télécommande pour rallumer la lumière, lui crier dessus en lui ordonnant de quitter les lieux. Pourtant, elle restait là, assise sur son canapé, son regard accroché à celui du rappeur. Elle n'avait pas remarqué que les quelques grains de pop corn qu'elle tenait encore, l'instant d'avant, avaient roulé par terre. Elle s'en fichait, à vrai dire. Sa bouche s'était entrouverte, comme dans l'attente d'un traitement de texte que son cerveau mettait du temps à mettre en forme. Aucun son ne sortit de sa gorge. Même les cris des victimes du film qui continuait de jouer devant eux ne l'atteignaient pas. Ridicule. La maquilleuse se savait ridicule. Surtout lorsqu'elle combla l'espace entre eux, que sa main glissa derrière la nuque de Min Oh, et qu'elle l'attira à elle pour l'embrasser encore. Son autre main retrouva sa jumelle dans la chevelure de l'idole. Sa toile à elle. Ses doigts avaient si souvent glissés entre ces mèches. Ils s'étaient si souvent attardés plus que nécessaire sur la peau si sensible de cet endroit là. Elle n'y pensait plus. Elle n'était plus la coordi noona, il n'était plus l'idole. Ses lèvres embrassaient les siennes avec un peu trop d'envie pour ça. Son cœur battait si fort. Quelle idiote ! S'écartant de Min Oh, Hee Ho déglutit, tentant de remettre ses idées en place. Légèrement essoufflée, elle rouvrit les yeux qu'elle avait fermé durant l'échange passionné. « Tu devrais partir... » Pourtant, ses mains restaient accrochées à sa nuque, étrangement possessives. « Il fait très noir ici. » Et cette obscurité pouvait bien les engloutir.


returning like a boomerang
Like the panorama before my eyes in a familiar scenery, I’m looking at you. It’s all good, alright, no lie, everything that I kept repeating to myself  •• ALASKA (exo)

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 4056
Age : 24 ans.
groupe : vict3ry
rôle dans le groupe : leader / lead rapper / second vocal / parolier
nom de scène : lee bae
occupation : idole, visage de Nature Republic & peintre à ses heures perdues
avatar : park chanyeol (exo) • savadi
Points : 159

yuseong m
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t858-min-oh-je-voulais-un-titre-au-top-mais-j-touche-le-fond-fite-me-bye http://www.lights-camera-action.org/t937-do-min-oh-bangarang http://www.lights-camera-action.org/t884-do-min-oh#32336 http://www.lights-camera-action.org/t885-do-min-oh-call-me-bae http://www.lights-camera-action.org/t886-do-min-oh-bibimbae#13800 http://www.lights-camera-action.org/t2059-lee-bae http://www.lights-camera-action.org/t1275-vict2ry-yuseong-media
Message
Jeu 14 Sep - 0:48

À son entrée à l’agence, Bae s’était fait une promesse. Celle de ne pas se laisser emporter par ses mauvaises habitudes et de tracer une ligne nette entre sa vie professionnelle et sa vie privée. Par cela, il entendait notamment ne pas commencer à jouer au petit jeu de séduction qu’il aimait essayer avec tout le monde, et ce depuis des années. C’était un jeu stupide, immature, le jeu de celui qui aime savoir qu’il plaît au monde et qui en profitait parfois, quand ça l’arrangerait bien. Mais plus stupide encore que cet amusement trop adulte pour être innocent, il y avait cette promesse. Il l’avait déjà rompue par deux fois, depuis le début de sa carrière d’idole, mais jamais aussi volontairement et de façon aussi désinvolte que celle-ci. Parce qu’il semblait n’y avoir plus aucune barrière entre Hee Ho et lui, car elle avait disparu petit à petit depuis le maudit soir où sa mère était tombée, et qu’aucun des deux n’avait semblé vouloir la remettre en place. Croire encore en cette promesse aurait signifié ne pas venir ce soir, ne pas apporter de cadeau, et encore moins rester avec elle.

« Trop… Rien du tout. » Il l’imita allègrement, plissant les yeux alors que son nez se retroussait par malice, tandis que Hee Ho continuait. « Faudra que tu me fasses la liste, j’suis pas très bon élève. » Sait-on jamais, qu’elle ait une liste aussi longue qu’un lexique de mémoire. Bae continua à sourire quelques secondes, cette risette s’étirant davantage quand il la vit porter les mains à son visage. Peut-être pensa-t-il tout bas que c’était inutile, qu’elle ne trouverait rien. Mais alors vraiment, vraiment tout bas. Suffisamment pour ne pas s’en rendre compte lui-même.

« Mais ! » s’offusqua-t-il quand elle lui demanda d’arrêter de parler grec. Devait-il vraiment lui dire qu’il parlait coréen ? Le coréen qu’ils parlaient tous, dans cette région ? Il tira sa lèvre inférieure en une moue boudeuse alors qu’il cherchait quoi répliquer, finalement distrait par la question de la maquilleuse qui lui arracha un nouveau sourire, plus discret, bien moins assuré que les autres. « Un peu des deux ? » Un ricanement lui échappa malgré lui. « Les deux sont assez liés, quand on regarde bien. Avec… » Le complexe d’oedipe, notamment. « Nan oublie, faut pas me lancer, je vais encore te parler grec. » La plupart des gens ne comprenaient pas que l’on puisse s’intéresser à autant de sujets différents, encore moins lorsqu’ils apprenaient qu’il avait abandonné les cours dans sa jeunesse. Alors, tout simplement, il se contenta de sourire, d’un sourire presque bête. Elle était bien la dernière personne qu’il avait envie de saouler avec ça.

Et ce silence, bien que de courte durée, retomba rapidement quand il entendit le ton avec lequel elle lui répondait. Pas d’enfants, d’accord. Il savait que toutes les femmes ne souhaitaient pas en avoir, que certaines les détestaient même, mais il aurait au moins espéré plus de douceur de la part de Hee Ho. Et l’espace d’un instant, Bae se sentit triste de la réaction qu’il venait de provoquer. La froisser n’était pas son intention. Peut-être qu’il parlait trop. Sa mère le lui répétait suffisamment pour qu’il le sache, pourtant. Il avait dû dire les mots qu’il ne fallait pas, une fois de plus. C’était tout.

Heureusement, ce moment de froid ne fut que de courte durée et la conversation prit un tour plus amusant. Amusant pour lui, en tout cas, car il avait encore l’impression de déceler dans le ton de la maquilleuse une amertume qui ne s’y trouvait pas toujours. Secrètement, Min Oh aurait eu envie de lui dire explicitement pourquoi ce clip avait vu le jour. Il avait envie de lui dire qu’il lui avait été inspiré par une certaine sortie en salle de sport, et pas par toutes les autres journées d’entraînement qu’il avait connues jusqu’alors. Mais quelque chose l’en empêchait encore. Sans doute la peur qu’elle le prenne mal. Ou celle d’avoir l’air idiot. Ou obsédé. « Sois pas jalouse, Noona. » Ah, si seulement. Une pensée qu’il n’avait pas eue, évidemment. Il n’aurait pas dû souhaiter qu’elle soit jalouse de ces filles, et encore moins qu’elle apparaisse à leur place. Ça ne collait pas avec sa promesse.

« J’sais pas, pure plaisir sadique de voir ma mère me tirer l’oreille ? » répondit-il en haussant les épaules et en tirant sur le lobe de son oreille, un large sourire aux lèvres. Finalement, il leva les yeux en l’entendant reprendre, toujours plus amusé par les propos de sa maquilleuse. « Parfois je me demande qui est la diva entre nous deux ! » Elle était incroyable. Mais ses airs de princesse exigeante le prêtaient à rire et semblaient, dans le même temps, toucher une corde sensible en lui. Parce qu’il n’avait plus autant l’occasion de faire ce qu’il aimait, en dehors de sa carrière, depuis quelques mois. « Prochaine fois, j’amène des kimbaps, et t’as intérêt à avoir faim. » Sur le ton de la menace, ce n’était peut-être pas le meilleur plan, mais qui y aurait cru ? Il n’aurait jamais osé lever la main sur elle.

Hélas, il y avait toujours ce petit quelque chose pour lui rappeler qu’il était idole et qu’il ne pouvait pas faire ce qu’il voulait. Une petite voix qui lui répétait sans cesse qu’il avait un contrat à honorer, des fans à ne pas décevoir. Un murmure qui lui soufflait qu’il lui était normalement interdit de fréquenter sa maquilleuse comme il le faisait. Pas qu’ils fassent vraiment quelque chose de mal, dans le fond. Ils discutaient juste, bientôt autour d’un verre. Il doutait que l’on puisse vraiment lui reprocher d’avoir mal agi, dans de telles conditions. Même Joon Ho ne trouverait rien à dire là-dessus ! Néanmoins, quand Hee Ho rebondit sur sa réaction, il lui adressa une légère moue. « Non, pas forcément. » C’était dérangeant. Et le dire d’un ton si plat, alors qu’il avait envie de pester sur son manque de vie privée, ça ne lui ressemblait qu’à peine. Mais Hee Ho ne devait pas savoir. Elle restait sa maquilleuse.

Et c’était une honte que sa maquilleuse accorde aussi peu de considération à sa requête, en éteignant la lumière comme elle le faisait ! Une honte, parce que là, dans le noir, il ne lui restait plus qu’elle à observer. Juste quelques traits sur une toile sombre, quelques lignes de lumière qui changeaient avec les flashs qu’envoyait la télévision, et qui ne lui avaient jamais semblé aussi intéressants qu’à cet instant.

Elle était belle, la promesse, au moment où il s’approcha d’elle, toujours plus, et finit par poser les lèvres contre les siennes. Elle était belle, la promesse, quand il sentit son cœur manquer un battement, et que même le film ne sembla plus qu’un lointain souvenir qu’il n’avait plus besoin d’oublier. Mais il n’était pas le seul à rompre le mur qui aurait dû les séparer. Des gifles pour avoir été trop entreprenant, trop soudain, il en avait déjà pris des dizaines. On lui hurlait dessus avant de lui demander de partir. Ou un gars rappliquait pour le foutre dehors, parce qu’il n’avait pas été informé. Mais pas cette fois. Cette fois, il eut le temps de l’observer, d’apprécier encore plus des traits qu’il ne voyait qu’à moitié, si bien qu’il maudissait les lumières de ne pas être allumées. Même si ces traitresses étaient la meilleure excuse à lancer pour briser le silence et rétablir le temps qui semblait resté en suspens. Alors, l’instant suivant, il se contenta de la regarder sans rien ajouter, perdu dans sa propre contemplation et dans la satisfaction profonde que ce geste, un si simple geste, lui procurait. Pourtant, il l’avait déjà imaginé plusieurs fois.

Ce qu’il n’imaginait pas, en revanche, c’était d’être à nouveau tiré contre Hee Ho, et que ses lèvres retrouvent les siennes alors qu’elles les avaient quittées depuis si peu de temps. Il n’imaginait pas sentir ses doigts dans ses cheveux pour autre chose que le travail. Mais cette promesse, ce n’était que de la poudre aux yeux. Ils faisaient tous n’importe quoi, ils oubliaient tous ces règles prétendument fondamentales de la vie d’idole, ces règles qui la rendaient difficile et solitaire. Pourquoi pas lui ? Ça ne serait pas la première fois, et il en avait vraiment envie. C’est ainsi qu’il se retrouva à l’embrasser plus passionnément, laissant ses lèvres épouser les siennes comme il en rêvait depuis quelques mois, même s’il le réprimait, jusqu’à en perdre légèrement le souffle, et peut-être un peu l’esprit.

« Tu crois ? » Leurs visages séparés lui permettaient de sentir contre lui le souffle de la maquilleuse, et même son regard semblait doté d’une volonté propre, refusant de s’éloigner ne serait-ce qu’une seconde de celui où il s’était plongé. Un sourire fendit alors les lèvres de l’idole, qui approcha lentement son visage de celui de la maquilleuse, laissant son nez effleurer le sien. « J’ai envie de rester. » Après tout, le noir n’était qu’une excuse, un prétexte qui tombait à point nommé. Il se permit d’effleurer ses lèvres à nouveau, glissant une main dans les cheveux de Hee Ho pour se débarrasser de ce qui les maintenait en place alors que l’autre s’aventurait du côté de sa taille fine qu’il ramena vers lui, réduisant ainsi le peu d’espace qui les séparait encore. Et ça lui convenait. C’était mieux comme ça ; quand il était un peu plus en paix avec lui-même, qu’il s’écoutait. Même si son cœur continuait de faire des siennes. Il voulait profiter de cet instant privilégié avec elle, rester là plus longtemps. Très longtemps.



I’m bad, I like doing the things you tell me not to. Like I said, the main game didn’t even start yet. Push and pull me even more. I’m confident I will win. Every day, I’m dealing with a new type of loneliness. → me'ow

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas

life is way too short + heebae ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» •• reine des neiges • life's too short ••
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lights, Camera, Action ! :: séoul :: centre-