AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Lights, Camera, Action ! :: out of character :: rps

(+18) vraiment, dégage / meilan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Invité
Invité
Message
Sam 18 Juin - 14:40



why i don't want you anymore x wearing

La fougue de Meilan avait ce truc excitant qui me rendait toute chose. Parce que son envie était facilement manifestée, et putain, j'adorais ça. J'adorais me sentir voulu - mieux, j'adorais quand c'était Meilan qui le faisait. Quand il me dévorait ; que ce soient mes lèvres ou mon corps, le sentir ainsi, envieux, ça me faisait un plaisir fou. Alors je grognais, gémissais de rares fois, quand ses lèvres s'occupaient de mon bouton de chair "vierge" - c'était sacrément agréable, bordel de bon dieu. Comment toi, tu fais ? Un sourire prend place sur mes lèvres, sourire contenté, parce que je savais qu'en lui faisant une telle demande, mon envie de lui allait être comblée pour les siècles à venir. En plus d'être magnifique, Mei savait exactement comment me manier - et bordel de merde, j'adorais. Donc, grognant lorsque mes pieds touchaient le sol, alors que et mon derrière, et mon bassin étaient déjà envieux de choses plus poussées, je l'écoute, d'une oreille distraite, car mes yeux fixaient déjà le corps de mon amant. Tellement, tellement bien fait. Juste superbe. J'en baivais presque.  Avec plaisir. Sourire lubrique, j'approche de lui, félin, collant mes lèvres aux siennes, chastement, pour frôler son torse du bout de mon index. Ma main se faisait taquine, elle descendait, de même que mes lèvres ; elles embrassaient son cou, son épaule, se retenaient de le marquer comme étant mien - peut-être qu'il ne voudrait pas -. Finalement, du bout de l'index, je frôlais sa virilité. J'adorais l'impatienter - tease, comme disent les anglais.  Attends. Il risquait de perdre équilibre, si je mêlais ma bouche au manège, qui n'avait même pas encore commencé. J'inverse nos places, alors, lui contre la surface, moi à l'air libre. Enième baiser, énième échange, ma main se fait plus présente et saisi l'objet de son plaisir et désir, que je caresse, lentement, toujours lentement, juste pour le taquiner. Mon pouce jouait, mes doigts aussi, ils parcouraient certaines veines, certains endroits, alors que ses lèvres, ses pauvres lèvres subissaient les envies des miennes, qui mordaient, happaient, suçaient, dévoraient, même. Puis finalement, une fois rassasié, et après avoir éveillé un peu plus son membre, je descends - sur les genoux, face à ce qui faisait de lui un homme. J'ai toujours eu du mal à me lancer pour ce genre de choses ; mais une fois dans le bain, j'avais du mal à décrocher. Disons que.. j'aimais bien aller jusqu'au bout des choses. Surtout avec Meilan. Lorsqu'il atteignait le paroxysme de son plaisir, il était plus beau encore - les plis à côté de ses yeux le rendaient mignon, et sa voix, mon dieu, sa vo- Calme, Hyun Ki, calme. Je ne vais pas être soulagé avant quelques minutes, alors autant ne pas m'exciter plus que je ne le suis déjà. Mes lèvres embrassent son érection, avec cette même lenteur qui me caractérisait. Ma langue s'y mêlait, parcourant sa longueur, alors que mes yeux, eux, étaient rivés sur son visage, ses possibles expressions faciales qui, je le savais, allaient me vendre du rêve. Un rêve, fou, même. Quelques secondes de plus, et je craquais de moi-même, glissant l'extrémité de sa verge pile entre mes pulpes.
(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Message
Sam 18 Juin - 15:18





outfit

Ce n'était pas la première fois qu'il remarquait cette sensation, ce sentiment étrange en lui lorsqu'il couchait avec Hyun Ki. Ce n'était en rien comparable d'avec ses autres amants. Ce désir qu'il ressentait, ce plaisir qui le possédait, ils étaient décuplés lorsqu'il s'agissait du maquilleur. Et ce, déjà à leur première fois. Mais Meilan se voilait la face. Il ne voulait pas accepter la réalité. Il se forçait à croire que tout cela n'était dû qu'à leur alchimie flagrante. Que leurs corps qui fusionnaient si bien étaient à l'origine de sa perte de contrôle. Quel idiot. Mais il fallait bien avouer qu'en même temps, derrière son visage angélique et presque innocent, Hyun Ki excellait dans le domaine des échanges charnels. Réellement. Il savait comment s'y prendre pour rendre le chinois complètement fou. Si d'un point de vue sexuel, le coréen était le soumis, d'un point de vue mental, c'était bel et bien Meilan. Il suffisait de le regarder frissonner et se mordre la lèvre juste sous les caresses et baisers de son amant pour s’en apercevoir. Un grognement de frustration quitta même sa bouche de chat lorsque l'index du plus jeune frôla sa virilité. Salopard. Il jouait avec lui. Néanmoins, il laissa volontiers son dos rencontrer le mur de la douche, tandis que ses lèvres elles se faisaient délicieusement torturer. Ses fins doigts se glissèrent dans la nuque de Hyun Ki, aidant ainsi l'acteur à le garder tout contre lui, ne voulant pas que cela s'arrête. Mais il finit par le laisser tout de même se mettre à genoux, ses doigts remontant alors dans les cheveux de son cadet. Le dévorant du regard, Meilan laissa un grognement suave s'échapper lorsque les lèvres de son amant touchèrent enfin son membre qui n'attendait que cela. Lorsque la langue se mêla à ce petit jeu, ses mains se crispèrent dans la chevelure mouillée de Hyun Ki. Bordel. La scène qu'il avait sous les yeux était d'un érotisme sans pareil. L'acteur finit tout de même par fermer les yeux, le plaisir prenant le dessus sur sa gourmandise visuelle, et il reposa l'arrière de sa tête contre le mur, ne retenant plus les évidences sonores de son plaisir. Meilan laissait complètement les rennes au maquilleur, roulant simplement et légèrement des hanches pour l'accompagner dans sa tâche. Cependant, faute du balais buccal expert du fils Ahn, il ne tint pas longtemps et finit par le faire se reculer après quelques instants d'extase. Il était à sa limite. Alors, il aida Hyun Ki à se relever, et après un baiser quelque peu brusque -faute de l'excitation et de l'impatience trop importantes-, le plaça face à la paroi. Le temps qu'il place ses mains dessus, celles de Meilan étaient déjà en train de caresser avec envie son corps, sa bouche quant à elle parsemant de chauds baisers sur le haut du dos de son amant. Le chinois finit par se saisir d'une hanche du plus jeune d'une main, pour lui faire un peu reculer le bassin, et de l'autre son érection qu'il frotta entre les deux belles et rondes fesses de Hyun Ki. Il se pencha, pour atteindre son oreille qu'il mordilla avec taquinerie, tout en s'insinuant délicatement en son hôte, ce qui lui arracha, n'allons pas le cacher, un faible mais brûlant soupire.

.
(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Message
Sam 18 Juin - 16:51



why i don't want you anymore x wearing

Meilan me faisait d'autant plus craquer lorsqu'il était impatient ; le voir réagir si vite et bien sous mes gestes me procurait une certaine fierté. J'avais l'impression de diriger, de contrôler son plaisir, comme si j'étais si doué qu'il ne savait pas comment se contrôler. Comme si je lui vendais du rêve. Au fond, j'espérais, naïvement, je pense, qu'il était autant aux anges parce que j'étais spécial ; mais je ne connaissais pas Meilan dans le lit de ses autres amants. Peut-être qu'il était aussi impatient, aussi gourmand avec x ou y, ou peut-être que j'étais unique. qu'il était ainsi uniquement avec moi. Qu'il soupirait, aimait, adorait seulement lorsque je m'occupais de lui et.. J'espérais. J'espérais tellement avoir son exclusivité bordel de merde. J'en crevais d'envie. Mes yeux dévoraient encore et toujours le corps de mon amant, alors que je m'efforçais de garder ma tête tournée vers lui. Le Meilan gourmand me donnait des frissons, comme jamais. Ses yeux, son air, tout, absolument tout me donnait envie de m'allonger en étoile de mer et lui donner mon corps sans geindre. Bon, c'était déjà un peu le cas, étant donné que je ne râlais pas quand je le sentais baiser mon dos, saisir mes hanches, et avancer mon bassin vers lui. D'ailleurs, je ne me gênais pas pour accentuer le creux de mon dos, me cambrant comme si j'étais né ainsi - l'habitude, l'habitude. Je m'offrais à lui, même si je comptais ne pas rester inactif - si je ne bougeais pas, j'allais m'agacer. Quand bien même le plaisir serait fort, j'avais besoin de rendre la pareille à Mei, de bouger, onduler, agir. C'est pour ça que, d'un côté, je n'aimais pas le faire sous la douche - ça m'empêchait d'agir réellement -, mais j'adorais ça - car c'était sacrément excitant.  Mei- Oh- Injure grognée, je me cambre un peu plus, grimaçant sous l'entrée en scène de mon amant. Bordel de bon dieu de bonsoir ; je m'y ferai jamais.  Bras tendu vers le sien, que j'attrape difficilement, pour lui intimer de ne faire aucun mouvement jusqu'à ce que je sois pleinement habitué à sa présence. Mes sourcils froncés, je préfère faire face à la paroi, mon front collé dessus, et mes yeux clos. Un, deux - on inspire, on expire. Dix, quinze, vingt, trente, allez, une minute plus tard, je finis par me redresser légèrement, prenant appui sur cette fameuse paroi, pour, doucement, onduler contre lui, le faisant bouger, et ce volontairement, en moi. C'était le feu vert. Feu vert que j'approfondissais de moi-même, attrapant sa main qui était sur ma hanche, pour attirer mon chinois contre moi. Je pose sa main sur mon bas-ventre, laissant mon dos être couvert par un semblant de son torse ; j'avais besoin de Meilan proche de moi, très proche de moi, le plus proche possible, même s'il ne le voulait pas autant que moi.. Je m'en fichais. Je le voulais.
(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Message
Sam 18 Juin - 17:39





outfit

À vrai dire, lui non plus n'était pas un immense fan de l'acte sexuel dans une douche. Car faute de l'eau au sol, cela en devient glissant, et donc dangereux. Et puis, on ne peut pas bouger aussi aisément que dans un lit par exemple. Les mouvements sont beaucoup plus restreints. Mais pour le coup, Meilan n'y avait pas trop réfléchit. Il avait principalement agit sous le coup de la pulsion et du désir. Comprenez le ! Comment aurait-il pu rester sage, avec son amant le plus précieux complètement nu à ses côtés, qui en plus le touchait, et donc l'eau perlait sur le corps ?! Le tout était bien trop érotique pour rester de marbre ! Et puis merde quoi, il n'avait pas dévorer Hyun Ki depuis des jours, il pouvait donc bien faire une exception cette fois pour la douche ! Bref. Dans tous les cas, les pensées du chinois étaient à des milliers de kilomètres de la question du « est-ce confortable de baiser dans une douche ? ». En effet, Meilan était bien trop concentré à ne pas faire mal à son amant lors de son intrusion en lui. Il savait que son coréen était douillet, alors il se faisant lent, et lui obéit sagement lorsqu'il lui signala d'attendre. Il caressa alors avec tendresse les hanches puis le torse du plus jeune, pour le détendre. Oui, même dans ce genre de situation, il restait aux petits soins. Alors, lorsque Hyun Ki prit lui même l’initiative de bouger son bassin, un immense sourire se dessina sur le visage de l'acteur. Bien sûr qu'il était content ! Ne perdant pas alors une seule seconde, il l'accompagna avec des mouvements de bassins volontairement lents et sensuels, pour ne pas brusquer son cadet. Meilan colla alors son torse au dos de son amant, toujours en lui obéissant. Une main sur la hanche de Hyun Ki, l'autre procurant des caresses à sa virilité, ses lèvres s'amusaient à torturer à tour de rôle l'oreille et le cou du plus jeune. Et progressivement, ses vas et viens se firent plus longs, plus profonds, plus rapides. De chauds gémissements s'élevaient de la douche, leurs voix se mêlant pour un concert lubrique. Néanmoins, cette position, avec cette eau qui l'empêchait de bouger comme il voulait, finit par frustrer l'aîné. Alors, il éteignit le jet et se retira du maquilleur, pour le retourner, le soulever, et l'embrasser avec fougue. Tandis que leurs langues se retrouvaient, se liaient, il lui saisit bien les cuisses et, au lieu de revenir en lui, les fit sortir de la douche, direction le lit, qui heureusement pour l'état d'excitation et de luxure extrême de Meilan, n'était pas loin. C'est ainsi qu'ils finirent tous les deux, trempés, sur le lit, l'hôte de la maison en dessous du chinois. D'un naturel trahissant leurs nombreux ébats déjà réalisés, les bras et les jambes de Hyun Ki s'enroulèrent autour du corps du plus âgé, qui tout en revenant embrasser le propriétaire de la demeure, entra de nouveau dans sa demeure à lui iukwim. Et ainsi, il put lui procurer des coups de bassin plus intenses, qui leur arrachèrent des gémissements et soupires tous plus chauds les uns que les autres. Meilan, après avoir légèrement malmené la lèvre inférieure de son coréen, finit par se redresser et ainsi le dominer. Il lui prit les mains, lui embrassant les paumes, tandis que la cadence de ses coups ralentit, pour pouvoir lui en infliger des plus secs et profonds, à intervalles irréguliers, exprès pour le surprendre et le faire couiner. Car ça, ô Dieu qu'il adorait l'entendre.

.
(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Message
Sam 18 Juin - 19:44



why i don't want you anymore x wearing

Bordel de ta mère la- Putain. Pourquoi j'arrivais à me dégoter des amants aussi performants ? Enfin, là, c'était plus un amant - c'était Meilan. Oh, j'ai déjà fait des éloges sur ses performances, mais plus ça allait, plus je me disais que, merde, il était doué. La façon dont son bassin bougeait sensuellement contre le mien - déjà, ça, ça m'avait fait frissonner, frémir. J'étais déjà aux anges, alors qu'il n'avait fait qu'une chose ; me pénétrer. A croire que tout mon corps était plus que sensible avec lui aux commandes. Et.. C'était le cas, en fait. Parce qu'avec d'autres, je mets, et du temps à être excité - le strict minimum, hein, disons qu'avec Meilan, je suis plus rapidement chaud patate pour faire des choses sous la couette -, puis, je ne fais pas aussi facilement du bruit. Oh non. Juste quelques coups de bassin, quelques caresses, et me voilà qui grognais, soupirais, haletais. C'était diablement excitant, Mei était diablement excitant. Ce type.. Putain. Laissez-moi mourir. Je commençais déjà à lui ordonner d'aller plus rapidement, plus franchement - j'en voulais plus, j'étais gourmand, très gourmand, trop, sûrement, avec lui. Je le dévorerai cru un jour, il n'y comprendrait rien et moi, j'en serai plus que satisfait. Meilan m'inspirait tellement de choses ; que ce soit sentimental, même si je ne voulais pas me l'avouer, ou sexuel ; ce type était mon idéal. Et putain, je m'en rendais compte un peu plus à chaque fois que l'on se tripotait, ou qu'il était.. Avenant ? Attentif ? Comme là. Mon plaisir - et le sien. Il n'était pas égoïste, et j'adorais ça, bordel de dieu. Certains de mes amants s'en foutaient, de savoir si je prenais mon pied ou non ; c'était du vite fait mal fait, je me vide, je te laisse, à plus.  Mei ! Le pauvre, il se faisait gronder, alors qu'il faisait de son mieux - mais merde, je commençais à m'échauffer très sérieusement, et il se retirait, tranquillou, sans venir de nouveau en moi. Comment j'étais sensé ne pas être frustré ? Pire encore, il me portait ! Sans me prendre ! Arh, aidez-moi. Je couine, à la limite de lui faire un caca nerveux - j'étais putain d'envieux, je le voulais, tellement, tellement, tellement, et ne l'avoir qu'à moitié me frustrait. Et un Hyun Ki frustré, c'est un Hyun Ki teubé.  Meilan.. J'avais que son prénom en bouche, truc de dingue. Une fois sur mon lit, je réalise à peine que je suis trempé, que lui aussi, que mes draps commencent à prendre cher - je suis trop concentré sur la sensation d'être de nouveau rempli. Et putain, c'est soulageant, presque. Je soupire, longuement, fermant mes yeux, laissant enfin mes expressions faciales prendre forme face à mon chinois. Aucune idée de si j'étais excitant ou quoi ; mais mes joues étaient rouges, mes yeux emplis de désir, mes lèvres tremblantes, sous les frémissements que ses coups de reins me procuraient. Meilan était un amant hors pair. Un putain d'orgasme assuré. Le voir baiser mes mains, tout en me prenant - aidez moi, je ventile.  Je lui soupirais de continuer, d'y aller plus franchement, car ça montait, ça venait, j'étais déjà là haut, dans les étoiles - et mon corps suivait le mouvement, bougeait avec le sien, alors que je couinais, lorsque ses coups étaient plus faibles, grognant lorsqu'ils étaient, d'un coup, brutaux - il me maîtrisait si bien que je prendrai presque peur. Puis, voulant ne pas être le seul à profiter - et ne pas être une étoile de mer -, j'utilisais mon restant de force, pour le contraindre à s'allonger sur son dos. Sans jamais le retirer de mon intimité, je lui grimpais dessus, à califourchon. Mains sur son torse, yeux plissés, rivés sur lui, je reprends des mouvements aussi rapides que mes muscles me le permettaient. Et son prénom fusait, des couinements et soupirs accompagnaient mes gestes - quelques gémissements quand des vagues de plaisir m'attrapaient à la gorge. Je l'aimais. J'aimais Meilan.
(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Message
Sam 18 Juin - 21:19





outfit

À vrai dire, plus les semaines défilaient, et plus le nombre des amants de Meilan diminuaient. Il coupait, sans réellement s’en apercevoir, les ponts avec ses sexfriends réguliers, et il avait définitivement arrêté les coups d'un soir depuis un bon moment déjà. En gros, oui, le coréen, avait quasiment l'exclusivité. À une ou deux rares exceptions près. Pourquoi donc sommes-nous en train de vous dire cela ? Tout simplement pour vous démontrer qu'il s'est attaché bien plus que ce qu'il ne voulait montrer à Hyun Ki. Car ne se restreindre qu'à un seul -ou bien une seule- partenaire était bien loin d'être dans les habitudes de l'acteur. En effet, d'un nature curieux, il se plaisait à changer de camarade de jeu charnel, pour redécouvrir à chaque fois les points sensibles, qui changent selon les personnes. Pourtant. Pourtant Meilan ne se lassait jamais de son cadet. À chaque fois qu'il le revoyait après une certaine période, qu'il le retouchait, il avait l'impression de le découvrir comme au premier jour. Il ressentait cette même adrénaline, cette même envie, cette même passion. Et Hyun Ki était bien le seul en presque vingt-cinq ans à le rendre ainsi. Cela, le chinois en prenait de plus en plus conscience. Mais pour le moment, il ne voulait pas trop penser à ce genre de choses. Après tout, ce n'était pas vraiment le moment pour, n'est-ce pas ? Tout en embrassait les mains de son amant, Meilan se délectait du spectacle qui se déroulait sous ses yeux. Avec ses joues bien rouges, son front commençant à s'humidifier, ses frissons qu'il percevait également, son coréen était tout simplement à croquer. Comment pouvait-il être aussi beau ? Il ne cessait de se poser cette question. Mais il fut couper dans son élan de sadisme vis-à-vis de ses coups de bassin par Hyun Ki qui se redressait. Alors, sagement, il lui obéit et se laissa tomber en arrière sur le matelas, l’entraînant avec lui. Le voilà donc chevauché. Il ne retint pas son immense sourire, qui montrait sa joie face à l'initiative du plus jeune. Et le voir ainsi, se mouver sur lui, le dos cambré, à gémir son prénom, c'était juste... wow. Sa grumpy diva était dorénavant la représentation humaine du mot sexy. Meilan se remit alors à rouler des hanches, pour l'accompagner, tandis que ses fins doigts couraient sur les cuisses nues du maquilleur, remontant parfois jusque sur son torse pour le caresser et torturer ses perles de chair. Sans prévenir, le chinois recommença des coups irréguliers et brusques qui, grâce à la position, pouvaient aller encore bien plus loin en Hyun Ki. Son sourire se fit alors carnassier, tandis qu'il lui arrachait des couinements peu virils. Finalement, il se saisit d'une main de la nuque de son cadet pour l'attirer à lui et ainsi dévorer ses lèvres, pendant que l'autre s'occupait du membre qui avait bien besoin lui aussi de caresses. Pliant ses jambes en posant ses pieds sur le matelas, Meilan crispa sa main dans le bas de la chevelure de son compagnon, et soupira chaudement contre sa bouche : « J-... Mgh... Hyu-Hyun Ki... ». Et tout en grognant, le chinois se libéra en un dernier coup bien placé, ce qui fit venir également le fils Ahn. Un long soupire d'aise s'échappa de ses lèvres alors qu'il ralentit pour finir par complètement stopper ses vas-et-viens, se relâchant totalement, et faisant presque l'étoile de mer. Ses cheveux lui collaient au front, mais qu'importe. Il était heureux. Et bon pour une seconde douche !

.
(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Message
Sam 18 Juin - 21:46



why i don't want you anymore x wearing

Et doux jésus Marie Joseph. Nous venions tout juste de toucher le paradis du bout des doigts. Littéralement. Meilan.. Meilan. Ah, je fondais sur lui, cambrant mon dos à son maximum lorsqu'il venait en moi - cette sensation, je l'adorais, aussi sale cela puisse sonner. La sensation de le conduire à un plaisir sans nom me plaisait. Genre.. Vraiment. Vraiment beaucoup. Quelques secondes après, à peine, je suivais le mouvement, dans un bruit plus sourd que le sien, sourcils froncés - et j'étais venu, contre lui. Le soulagement à l'état pur. Un soupir, et je laisse mon corps s'écrouler, mort. Crevé. Les ébats m'exténuaient rapidement. Enfin, ceux avec Meilan - il était vif, le petit chinois, et il en fallait peu pour dépenser mon peu d'énergie. Puis, j'étais fatigué, avec ma journée. Donc, mes ressources n'étaient pas énormes.  Putain de merde.. Rire presque euphorique, je finis par me redresser, difficilement, lui volant un, deux, trois, cinq, dix baisers, avant de le retirer d'en moi. Chose faite, je me laisse tomber à ses côtés, admirant la tâche trempée qui décorait la couverture de mon lit. Effectivement, nous étions plutôt "humides", en y allant. Un rire sort de mes lèvres, alors que je tâte le tout - je rigole, mais en réalité, je me demande comment dormir dans ces tissus mouillés allait être. Alors, t'as aimé ? Et voilà ; j'roucoulais. Comme à chaque fois. Ma main glisse sur son torse, qu'elle caresse du bout des doigts, évitant soigneusement les traces de ma jouissance - j'allais le laver, de toute façon. Enfin. On allait.. Bref. Meilan, Meilan, Meilan.. J'ai jamais connu de chinois aussi divin. Enième rire, je tapote son ventre musclé - et foutrement sexy -, puis je me redresse, ignorant et la sensation de vite, et la petite douleur qui me prend dans le bas du dos. Je propose qu'on se lave soit maintenant, soit demain matin, et que dans tous les cas, on s'allonge, et.. Dodo ? J'incline ma tête sur le côté, mon autre main se baladant sur sa cuisse ; je jouais, m'amusant à voir sa peau frissonner sous mes caresses douces. Tu sais que tu m'as vraiment manqué ? Plus que n'importe qui, en fait. Enfin.. Pas.. Tu vois. Si jamais je me fais cramer à propos de la véritable nature de mes sentiments, je. Suis. Dans. La. Merde.
(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Message
Sam 18 Juin - 23:06





outfit

Il était au Paradis. Au 7ème Ciel. Évidement, l'orgasme qu'il avait atteint y jouait pour beaucoup. Mais le fait que cet ébat, cet échange se soit réalisé avec Hyun Ki aussi. En effet, cette sensation de zenitude, d'apaisement, de bien être ne ressemblait en rien à celle que le chinois ressentait avec ses autres sexfriends. Avec le maquilleur, c'était spécial. Ses sens étaient décuplés, mais surtout, il était toujours bien plus endurant et gourmand qu'avec les autres. Car là, Meilan était peut-être à court d'énergie, mais laissez lui quelques minutes de repos et il sera d'attaque pour un second tour ! Mais là n'était pas la question. Complètement sur son petit nuage, les yeux fermés et la respiration saccadée, il profita avec plaisir des baisers volés par Hyun Ki, avant de rire à son tour à la question qu'il osa lui parler. « Tu as vraiment besoin d'une réponse ? … Bien sûr que j'ai aimé. Comme toujours. ». Tournant alors la tête vers son amant, Meilan se mit à l'admirer, simplement avec les yeux, sans le toucher. Ses yeux possédait cette lueur de tendresse. « Mh ? Car je ne suis pas le seul dans ta vie ? ». Il ne savait pas vraiment comment prendre cette information. Il était partagé entre la déception et la fierté. Le suivant du regard, le bout de ses doigts vinrent caresser l'intérieur d'une cuisse de Hyun Ki, tandis qu'il hochait la tête. « Demain matin. Car si on y retourne, j'vais de nouveau dévier de l'activité principale. ». Lui adressant un doux sourire, la petite confession de son coréen eut le don de créer de belles rougeurs sur les joues de Meilan, qui espérait pouvoir faire passer cela auprès de son amant pour une simple réaction à leur échange charnel. Il était touché. Réellement touché. Il était si adorable... C'en était presque un crime. Se mettant alors également assit, il prit avec délicatesse le visage de Hyun Ki dans ses mains, pour venir l'embrasser. Mas cette fois, sans la langue. Juste leurs deux bouches, collées, presque d'une façon chaste. Il finit par les faire se décoller, d'une lenteur presque interdite, et quitta le lit. « Retires le drap, je ne veux pas que tu tombes malade à cause de l'humidité. ». Un énième sourire, et Meilan ouvrit le tiroir de la table de chevet pour en sortir des lingettes. Il s’en prit une, pour nettoyer la semence sur son torse ainsi que son sexe, et donna le paquet à son amant pour qu'il se nettoie également -pas besoin de salir davantage les draps-. Puis, l'acteur alla mettre le tout à la poubelle, et faute de connaître cette chambre peut-être trop bien, sortit de l'armoire une couette, pour ne pas qu'ils prennent froid. Il rejoignit ainsi Hyun Ki dans le lit, après avoir éteins la lumière, et mit la fameuse couette sur eux. « Et voilà, tout est parfait ! ». Il l’accueillit bien volontiers dans ses bras et lui embrassa le front, avant de lui remettre correctement les cheveux en place. « Tu veux dormir de suite ? Ne le prend surtout pas mal, mais je t'avouerai que je n'y serai pas contre. ».

.
(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Message
Dim 19 Juin - 0:27



why i don't want you anymore x wearing

Quoi ? Tu ne le savais pas ? Jackie Chan est mon amant. Dixième du nom. Oh, bien sûr que je rigolais ; j'avais eu un tas d'amant, c'est vrai, mais rares étaient chinois. Ceci dit, la seule fois où je suis allé Chine, j'en avais dégoté un mais.. Il ne valait rien, maintenant que je connais Meilan. D'un côté, mon chinois avait littéralement effacé tous mes amants. De A à Z. Une liste entière effacée. Bam. A cause de sa petite personne. Si ce n'est pas cocasse. Okay beau gosse, on va dormir comme des gros porcs puants. Mais, ça m'gêne pas. J'suis moins décoré que toi. Clin d'oeil, parce que mon pauvre amant s'était retrouvé, quand même, plus "sali" que moi. Clairement - parce que je n'en avais que dans le derrière, moi, pas sur mon torse, ce qui, pour lui, devait être gênant. Donc, après m'être levé, non sans un sourire aussi tendre que son regard lorsqu'il me disait qu'il ne voulait pas que je tombe malade, je finis par m'allonger de nouveau. Meilan ne risque pas d'être tranquille ; j'acquiesce à ses mots, venant directement contre lui, ma jambe escaladant les siennes. Yeux clos, je pose ma joue contre son pectoral droit, caressant brièvement un endroit non touché par ma venue, sur son torse. Je lui marmonne de passer une bonne nuit, et, sans vraiment le maîtriser, je m'endors, d'un coup - c'est qu'il m'a épuisé, le fourbe.
(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

(+18) vraiment, dégage / meilan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Sujets similaires

-
» blague vraiment dégueu
» Vraiment trop con
» Devenir tueur à gage, ça vous tente ? killer-angers.com
» répondre intelligement à une question bete ... [GAGE]
» Pot pour Hm moche, vraiment moche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lights, Camera, Action ! :: out of character :: rps-