AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Lights, Camera, Action ! :: the big four :: Fl✰w Entertainment

Étoiles invisibles [ft. Raphaël]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Messages : 447
Age : 23 ans
groupe : N.G.Y (New Generation Y)
rôle dans le groupe : Lead dancer, sub rapper. Mom of the group
occupation : Rookie. Chorégraphe à temps partiel
avatar : Park Jimin (© illmatic (ava), astra (signa))
DC : Bang Woo Jin (wdl), Bae Mun Hee (ym), Chuensang Sunan (flow ent), Ahn Seulgi (staff)
Points : 32


flow ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t7548-yang-alexandre-dance-with-me#121413 http://www.lights-camera-action.org/t7570-gabriel-friends-and-foes http://www.lights-camera-action.org/t7567-yang-gabriel http://www.lights-camera-action.org/t7726p10-yang-gabriel-phone http://www.lights-camera-action.org/t7668-gabriel_y http://www.lights-camera-action.org/f155-campfire http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/f132-groupes En ligne
Message
Dim 18 Mar - 17:53

Now it's hard even to see
each other's faces

Y a eu d’abord, les regards, quelques sourires - je t’ai vu, tu m’as vu, on ne se parlera pas, mais je sais que t’es là. Quelques oeillades indiscrètes, les yeux qui se délectent, du spectacle offert. Le jeune homme qui éblouissait de sa beauté, et Gabriel qui savait pas s’en lasser - ô ! drame, quand les quelques mots échangés, ont révélé la plaisante personnalité, ont fait tomber, le verdict. Bêtement entiché, d’un sourire et de jolies phrases. Stupide.

Et il a su y faire, avec Gabriel, mots bien choisi, pour se sentir spécial, penser que l’on plaît, également, que peut-être, à deux ils auraient pu aller quelque part. Cruelle illusion - et au fond, il a rien fait de si mal, Sejoon. A jamais prétendu, vouloir plus que son corps le temps d’une nuit. Mais il a bien dû voir, que Gabriel aimait à croire, que peut-être l'intérêt qu’il lui portait signifiait qu’ils iraient plus loin, que cette simple histoire. Pas comme s’il était possible de ne pas remarquer, qu’il était alors, complètement sous son charme.

Elle a été rude, la chute. Pas de coeur brisé, pour le béguin passager, digne d’une collégienne, mais tout de même y a d’la peine, et une certaine gêne, de s’être ainsi laissé avoir. Il fait plus le fier, Gabriel, quand il le croise dans les couloirs. Aurait voulu vite oublier toute cette histoire...si lui était pas venu y apporter sa contribution. Susciter l’incompréhension, foule de questions. Puisqu’on raconte, que le visage légèrement abîmé du charmeur, est dû au frère jumeau - comme s’il avait voulu défendre son honneur. Improbable.

Il a pas oublié, Gabriel, son échange avec Raphaël, les mots résonnent encore au creux de ses oreilles. Remercie le ciel, de pas avoir à trop le voir, entre les répétitions, promotions à assurer, comebacks à préparer. Mais c’est pourtant lui, qui vient le chercher, ses yeux qui espèrent accrocher son visage parmi tous ceux qui peuplent l’agence. Finalement aperçu, au détour d’un couloir, quelques instants d’hésitation. Serait-ce pas tenter le diable, que d’aller le voir ? Aucun désir chez le jeune homme, de se retrouver à nouveau au coeur d’une altercation, semblable aux deux précédentes - mais tant pis. Il faut bien qu’il la pose, sa question.

Eh, Raphaël - Raph ! Attends, une seconde. J’voulais te parler, enfin, j’ai une question à te poser.

Quelques instants, de silence gênant, avant qu’il ne se lance.

J’me demandais juste - les gens disent, que t’as tapé sur Sejoon. J’voulais juste savoir...bah, j’voulais savoir pourquoi. Ça s’peut que ça ait rien à voir avec moi mais, j’peux pas m’empêcher de me poser la question.

Bêtement nerveux, mais surtout curieux.

BY MITZI


above the clouds.
Milles Rêves en moi font de douces brûlures.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 491
Age : vingt trois années —
groupe : GHOST
rôle dans le groupe : lead vocal ; sub dancer + parolier/compositeur
nom de scène : ao
occupation : trainee
avatar : park jimin {bts} — ©queenshady
DC : yun saehee
Points : 67

flow ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t7646-lie-a-l-impossible-raphael http://www.lights-camera-action.org/t7659-moonchild-raphael http://www.lights-camera-action.org/t7656-yang-raphael http://www.lights-camera-action.org/t7660p10-raphael http://www.lights-camera-action.org/t7672-ao_msc-raphael http://www.lights-camera-action.org/t8063-ghost_off http://www.lights-camera-action.org/t8059-ghost-flow-ent En ligne
Message
Ven 23 Mar - 23:09





Something's gotta give, something's gotta break, But all I do is give and all you do is take ;Something's gotta change, but I know that it won't, No reason to stay, is a good reason to go

— le poing qui s’écorche contre la peau d’un ami.
le poing qui croule et s’écroule avec envie –
la colère destructrice, ravageuse,
qui dévore et bouffe jusqu’aux os.
la rage aveugle qui prend aux tripes,
qui se soulage en foutant l’autre à terre –
le responsable, le coupable de toute cette masacarade,
raphaël devenu propre juge de son tribunal.

à espérer l’avoir au moins défiguré pour qu’on se rappelle du méfait commis.
trace de disgrâce ;
cet homme est un enfoiré,
cet homme ne mérite aucun respect,
cet homme.
oui.

cet homme là.

ici.
devant vous.
à commis le pêché mortel aux yeux de raphaël.
et sejoon pourra se souvenir qu’il n’apporte pas toujours la bonne nouvelle,
les voeux divins.
à pas avoir l’auréole qu’on croit lui avoir confié –
ange de papier mâché qui préfère perdre sa superbe pour protéger ce qui a toujours compté.

ça avait fait l’effet d’un ouragan ;
l’un bafoué,
l’autre devenu délinquant des bas quartiers,
faisant preuve d’une violence qu’on croit inexpliquée.
quelques murmures chuchotant que tout est lié –
qu’un frère a été déshonoré, que l’autre la vengé,
digne des plus belles histoires racontées aux enfants,
que raphaël a ignorer en préférant s’enfermer dans son travail à plein temps.

à ne pas vouloir croiser gabriel,
avec le souvenir amer d’un dernier échange dépourvu de dentelle,
de fioritures et de doux adverbes pour faire passer la pilule –
entre vous ça avait été une fois de plus acerbe,
avec une simple trêve lors d’une soirée d’hiver.

il avait presque oublié ce qu’il s’était passé –
raphaël il a purgé sa peine, écopé des remontrances dues et de sa punition,
avant de passer à autre chose,
affaire classée, un nez éclaté –
une personne rayée de sa liste,
raphaël qui s’est improvisé bourreau le temps d’un instant,
avant d’ignorer le coupable placé en victime,
à refuser de lui accorder ne serait qu’un regard, qu’une parole,
sejoon volontairement effacé avec ce qu’il s’est passé.

il ne cherchait pas spécialement à t’éviter —
c’était presque devenu une habitude, d’éviter de se croiser,
se foutre le nez dans les composition,
à se laisser porter par l’ambition,
prétendre se noyer dans le boulot afin d’ignorer les maux qui plombent encore vos poitrines respectives.

et pourtant tu l’interpelles.
l’arrête au détour d’un couloir ;
et raphaël surpris, te regarde un instant.
à pas trop savoir quoi dire,
souvenir d’un dernier échange tumultueux,
d’une insulte laissée en suspens et pourtant bien pensée.
ou peut-être pas tant que ça, raphaël n’en est pas trop certain.

le verdict tombe ;
et raphaël te considère un instant, sans rien dire.
à trouver la question un peu bête,
la réponse beaucoup trop évidente.
à sûrement pas s’attendre à ce que tu viennes lui demander avec autant de facilité.

ouais, ça a un rapport avec toi.

à hausser simplement les épaules,
pas vouloir s’étaler – ni se justifier.
à trouver la situation plus étrange qu’il ne l’aurait vraiment voulu.


j’l’ai fait parce qu’il l’a mérité. te prends pas trop la tête, ça n’en vaut pas la peine.

parce qu’en parler,
ça serait foutre le doigt sur ce qu’on a toujours essayé de fuir, tu sais.
(c) SIAL – icons skate vibe






☽☽ et comme la lune qui se brise dans la nuit ardente je m'enfonce dans le noir ;

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 447
Age : 23 ans
groupe : N.G.Y (New Generation Y)
rôle dans le groupe : Lead dancer, sub rapper. Mom of the group
occupation : Rookie. Chorégraphe à temps partiel
avatar : Park Jimin (© illmatic (ava), astra (signa))
DC : Bang Woo Jin (wdl), Bae Mun Hee (ym), Chuensang Sunan (flow ent), Ahn Seulgi (staff)
Points : 32


flow ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t7548-yang-alexandre-dance-with-me#121413 http://www.lights-camera-action.org/t7570-gabriel-friends-and-foes http://www.lights-camera-action.org/t7567-yang-gabriel http://www.lights-camera-action.org/t7726p10-yang-gabriel-phone http://www.lights-camera-action.org/t7668-gabriel_y http://www.lights-camera-action.org/f155-campfire http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/f132-groupes En ligne
Message
Mar 27 Mar - 14:32

Now it's hard even to see
each other's faces

Il l’a frappé à cause de moi. Gabriel, il comprend pas, pourquoi, arrive pas à saisir les motivations, derrière l’action. Les jumeaux jamais proches, si ce n’est le temps de prendre quelques photos, et Raphaël, n’a aucun intérêt à défendre ses intérêts - pas vrai ? Jeune homme borné, qui préfère baigner, dans ses certitudes, le doux conforts des vérités qu’on est certain de ne voir jamais changer, celles qu’on a jamais osé questionner. Celles qui ont été même renforcées, par la dernière rencontre. Mots assassins venus faire un peu plus d’étincelles, mettre un peu plus le feu, aux vestiges d’une relation, de leur relation - celle qu’ils détruisent un peu plus à chaque parole échangée. 

Parce qu’il est certain, maintenant - ou se tromperait-il ? - que les frères, sont pas censés en avoir quelque chose à faire, de l’un, de l’autre. Et Gabriel, il est perdu, par les motivations inconnues, se demande, si simple désir de punir il y avait, le double improvisé justicier, prêt, à abattre ses foudres sur quelconque vilain, défendre la veuve et l’orphelin - improbable. Ose pas penser, que peut-être il s’est trompé. Qu’il pourrait y avoir au fond, une autre signification, réel intérêt de l’autre pour sa personne. Hypothèse qu’il répugne à considérer, pas prêt à envoyer valser, toutes ces années de certitudes. 

Alors, Gabriel, il fronce un sourcil. Visage typique, de celui qui n’a pas compris, qui veut pas, peut pas comprendre. 

Je pige pas - qu’est-ce que ça peut bien te faire au fond, cette histoire entre lui et moi ? En quoi, ça te touche assez pour lui envoyer ton poing dans la figure ?

Et cette fois, y a aucune agressivité dans la voix, rien de plus que l’honnête questionnement, pointe d’une douce curiosité. Il est pas en colère, Gabriel, il en a plus envie - assez, des mots durs et des cris. Il est calme, Gabriel, juste un peu perdu. 

Tu dis qu’il l’a mérité, mais, quoi - tu vas péter la gueule de tous ceux qui...ont c’genre de comportements ? J’vois juste pas tes motivations en fait.

Mots pas assumés, quelque peu marmonnés, légère peur de le voir s’emporter, accompagnée du ressentiment qu’il a pas oublié, malgré le temps passé. 

Éclaire ma lanterne, s’te plaît. Non parce que - parce que, j’sais pas, tu t’en fiche, de c’qui peut bien m’arriver, non ?

Cruelle honnêteté. Celle qui brûle les lèvres en se frayant un passage, faites des idées que l’on se fait depuis des années, mais qu’on a toujours autant de peine à devoir avouer. Le regard qui pourtant, lâchera pas le sien, persuadé de rien faire d’autre que répéter, cette connaissance partagée - étaler les faits. 

BY MITZI


above the clouds.
Milles Rêves en moi font de douces brûlures.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 491
Age : vingt trois années —
groupe : GHOST
rôle dans le groupe : lead vocal ; sub dancer + parolier/compositeur
nom de scène : ao
occupation : trainee
avatar : park jimin {bts} — ©queenshady
DC : yun saehee
Points : 67

flow ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t7646-lie-a-l-impossible-raphael http://www.lights-camera-action.org/t7659-moonchild-raphael http://www.lights-camera-action.org/t7656-yang-raphael http://www.lights-camera-action.org/t7660p10-raphael http://www.lights-camera-action.org/t7672-ao_msc-raphael http://www.lights-camera-action.org/t8063-ghost_off http://www.lights-camera-action.org/t8059-ghost-flow-ent En ligne
Message
Dim 1 Avr - 19:22





Something's gotta give, something's gotta break, But all I do is give and all you do is take ;Something's gotta change, but I know that it won't, No reason to stay, is a good reason to go

— un putain de coup de tonnerre ;
raphaël qu’a pas réfléchit alors que son poing s’était levé,
et qui ne regrette en aucun cas les coups infligés.
quelque chose qui lui parait évident –
aussi flagrant que votre gémellité ou que votre relation détruite amochée,
un champs de ruine qui ne cesse de s’étirer sous vos regards coupables.
raphaël qu’a pas vraiment envie de se justifier,
qu’a jamais vraiment été doué pour ce genre de trucs,
qui préfère agir que regarder l’autre se faire humilier.
à pas vouloir foutre de mot sur ce que vous êtes, sur ce qu’il y a entre vous –
parce qu’il se complait dans ce flou qui ne demande rien, qui ne cherche pas de logique,
parce qu’il apprécie pouvoir te détester autant que t’aimer ;
à se cacher les yeux, foutre des écoutilles en niant la vérité.

et raphaël il a jamais eu l’étoffe du super-héros,
ni du preux chevalier –
armure de pacotille, épée qui se brise et bouclier qui se fend face à la marée ;
raphaël qu’a jamais eu la prétention d’avoir les bonnes valeurs, les bonnes paroles,
qui t’a jamais prêté serment ni ne t’as confié sa loyauté, bien au contraire,
et qui semble soudainement retourner sa veste.
pourtant pour lui c’est clair, lisible –
si votre relation est nuisible, pénible,
aucun n’a le droit ne serait-ce que de t’humilier, te foutre à terre et te laisser pour mort après avoir sali ta putain de fierté –
cette fierté bien trop grande, bien trop présente que vous possédez tous les deux,
comme une marque de fabrique délaissé par un père qui n’en a plus depuis longtemps les traits,
vous qui n’aviez jamais eu les attraits
des fils parfaits.

en quoi ça me touche assez ? oh pas je sais pas, peut-être parce que t’es mon frère ? c’est pas assez ?

du sarcasme en pleine figure –
raphaël il serre les dents,
ne voulant pas perdre l’allure du grand gagnant –
celui qui se croit victorieux d’avoir refait le portrait à un mec pas bien vertueux.

un soupir glisse d’entre ses lèvres et raphaël il commence à s’agacer –
il n’avait pas vraiment prévu qu’il aurait des comptes à rendre à celui qui est de quelques minutes son aîné.
il l’a fait.
et puis c’est tout.

quoi, parce qu’ils sont nombreux ceux qui te draguent juste pour te trouer le cul et t’laisser derrière ?

à être plus méchant que prévu.
plus cru.
plus acerbe.
il pince les lèvres, conscient de ce qu’il vient de dire,
à se sentir un peu coupable, à se sentir invivable –
à savoir que cette fois il est allé un peu loin.

sa main glisse dans ses cheveux et il relève les yeux vers toi,
à s’adoucir juste un peu,
assez pour laisser retomber cette colère illégitime qui commençait à monter en lui.

je–. désolé. c’était pas cool.

une excuse crachée,
qui lui arracherait presque la gorge tant il était difficile de la prononcer.
mais méritée cette fois –
bien que son blason semble un peu entaché.

j’l’ai fait parce que ça m’a mis hors de moi. j’l’ai fait parce que –

à fixer ses pieds.
pas vouloir te regarder pour balancer une telle chose –
parce qu’il est plus facile de te détester. de te haïr et de se dire qu’entre vous ça n’aurait jamais marché.

parce que je m’inquiétais. parce que t’es mon frère et que putain il avait pas le droit de te le faire. parce qu’il se prétendait mon ami. parce que… putain parce que c’est tout ce qu’il méritait, alors que tu lui avais accordé ta confiance.

la voix qui grimpe un peu,
s’écroule au fond de sa gorge pour s’étioler sur les dernières syllabes.

il a eu la chance d’avoir ta confiance et il l’a foutu en l’air. ça m’a gavé.

ses paupières voilent son regard et pourtant il sait que t’es toujours en face.
il sait que t’a tout entendu,
que t’écoute,
que ça doit pas faire sens,
que ça doit presque sonner comme un mensonge.
et pourtant.
rien n’a jamais été aussi vrai.

moi j’peux te blesser parce que t’attends rien de moi. moi j’peux te dire de la merde parce que de toute façon entre nous ça a toujours été un gros bordel. moi j’peux te dire et te faire ce que je veux j’sais parfaitement que ça changera jamais rien. parce que j’ai pas ta confiance, et que j’ai pas non plus d’importance.

le coeur trop gros,
qui pourrait presque imploser dans sa poitrine.

mais lui. lui il avait de l’importance. lui il avait ta confiance, lui il comptait pour toi, et il s’est amusé. alors je lui ai cassé la gueule. et je recommencerai sans hésiter. 

quelques éclats
d’une fraternité éparpillée.
(c) SIAL – icons skate vibe






☽☽ et comme la lune qui se brise dans la nuit ardente je m'enfonce dans le noir ;

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 447
Age : 23 ans
groupe : N.G.Y (New Generation Y)
rôle dans le groupe : Lead dancer, sub rapper. Mom of the group
occupation : Rookie. Chorégraphe à temps partiel
avatar : Park Jimin (© illmatic (ava), astra (signa))
DC : Bang Woo Jin (wdl), Bae Mun Hee (ym), Chuensang Sunan (flow ent), Ahn Seulgi (staff)
Points : 32


flow ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t7548-yang-alexandre-dance-with-me#121413 http://www.lights-camera-action.org/t7570-gabriel-friends-and-foes http://www.lights-camera-action.org/t7567-yang-gabriel http://www.lights-camera-action.org/t7726p10-yang-gabriel-phone http://www.lights-camera-action.org/t7668-gabriel_y http://www.lights-camera-action.org/f155-campfire http://www.lights-camera-action.org/ http://www.lights-camera-action.org/f132-groupes En ligne
Message
Lun 2 Avr - 20:16

Now it's hard even to see
each other's faces

La tombée des masques - tombé des nues. Gabriel un peu plus perdu, parce qu’il a entendu, par cette improbable justification à ses actions, par celui qui affirme que le fait d’être frères, justifie son implication dans la sombre affaire. Parce qu’au fond, ça n’a jamais compté, pas vrai ? Famille de théâtre, toute une comédie (ou plutôt tragédie), prétendus liens entre eux, ceux, qui s’assemblent pour deux photos, se déchirent pour quelques mots. 
Vous pouvez prétendre autant que vous le voulez, que la famille, y a qu’ça de vrai, la règle semble pas s’appliquer, aux Yang, et aux jumeaux d’enfer, ceux pour qui être frères, signifie rien d’autre que quelques instants passés, réunis à ces fêtes de familles - ou du moins, c’est ce qu’il croyait.

Un refus d’accepter, cette raison - pauvre excuse pour justifier les actions, dissimuler ses véritables motivations. Gabriel s’improvise, juge insatisfait, le verdict est tombé : coupable, d’en appeler à leur fraternité, quand jamais elle a compté. Coupable, d’essayer de le faire croire, que peut-être pour eux y a encore de l’espoir. 

Et s’il disait vrai ? Il serait drôlement touché, le garçon déshonoré, de voir le reflet, ainsi partir en guerre pour défendre une fierté oubliée, abandonnée sur l’oreiller, perdue entre deux soupirs, tandis que l’ennemi se jouait d’une traître naïveté, pour son cruel plaisir - peut-être un éclat de rire. 

Tout de même il reste incrédule, Gabriel, air désorienté gravé, sur son visage. 

Ah bah oui, parce que maintenant, ça veut dire quelque chose ? Ça compte pour toi, qu’on soit frères ? Tu m’excuseras si j’ai du mal à y croire, Raphaël. Désolé mais, non, pour nous, c’est pas assez, ça l’a jamais été - du moins c’est c’que je pensais.

Et si les paroles sont sincères, elles en sont que plus amères, amertume familière, qui traîne sur les lèvres, salit le palais, après chaque échange. 

On avait pas prévu de bataille, laissé chez soi tout l’attirail, le drapeau blanc, agité en arrivant. Pourtant voilà qu’à nouveau Raphaël se veut assaillant, avec les mots outrageants. Grands coups de pieds donnés à la fierté, celle que Sejoon s’est déjà chargée d’abîmer, qu’a pas besoin d’être encore plus endommagée. 

Bouche ouverte comme pour crier, y a la main qui se lève, prête à s’abattre, sur la joue du coupable - et Dieu sait, qu’avec n’importe qui d’autre il serait allé au bout du geste, sans même y penser. Pourtant avec lui, reste cette réticence, celle qui le pousse à s’arrêter avant, celle qui lui murmure, que c’est une ligne qu’il ne veut pas franchir. Alors il soupire, laisse son bras retomber, les poings trop serrés, aux phalanges décolorées.  

Tu - je - vas...non mais ça va pas ouais !? T’insinues quoi, là ? Puis au -

Désolé. Stoppé dans l’élan de l'indignation, par un simple mot, celui qui est si rarement de cette bouche sorti, en s’adressant à lui. Inspire, expire. Soupire. Tente de se calmer, parce qu’il était pas prévu de s’emporter. Parce qu’aujourd’hui, il a pas la force de se battre contre lui - autant accepter sans broncher, les quelques excuses. Tout de même amer, tout de même vexé, la voix d’une dureté de fer.

Ouais. Tu peux le dire, ouais, c’était pas cool. C’était surtout pas nécessaire.

Parce que j’ai pas besoin de toi, pour me sentir mal à propos de ça. Et plus il l’entend, moins il le comprend. 

Flot de paroles qui sembleraient, insensées, qui frappent comme s’il les avait criées. Parce qu’il aurait jamais pu se douter, que l’autre pouvait penser, ce genre de choses. Adieu, à certaines certitudes - et qu’est-ce qui est sûr, maintenant ? Plus perdu qu’en arrivant. Lui qu’a toujours cru, que depuis longtemps il ne compte plus, déstabilisé par l’inquiétude, la sienne, pour lui. 

Le rôle d’indifférence peut-être trop bien joué par le passé - et maintenant il peut pas cacher, qu’il a le coeur qui pèse trop lourd. Que finalement, les mots ont un impact. 

La fierté voudrait le laisser, hocher la tête, accepter les paroles. Continuer de prétendre qu’il importe si peu, ce double, prétendre que chacun de ses mots compte pas pour mille. Vite rattrapée par la conscience, qui peut pas rester impassible devant les aveux, force à ravaler l’ego, ouvrir la bouche, laisser sortir, un soupçon de vérité - on arrête d’être stupide, on se laisse aller à être vrai.


Tu t’inquiétais...tu t’inquiétais, mais, c’est quoi déjà que tu m’as dis l’autre fois ? Ça fait vingt-trois ans que tu t’en fiches, il est peut-être un peu tard pour se réveiller - quelque chose comme ça. Alors, ouais, j’te renvoie tes propres paroles, Raphaël. C’est gentil de t’inquiéter pour moi, mais jusqu’alors t’as pas donné l’impression d’en avoir grand-chose à faire, de...de moi, en général.

Et c’est un peu plus douloureux à chaque fois qu’il le dit, les épines dans la trachée, un peu plus aiguisées, à chaque fois qu’il a besoin de le lui rappeler. 

Ah parce que - parce que tu penses, que sous prétexte que toi t’as pas ma confiance, c’est une excuse pour me dire ce que tu veux ? C’est n’importe quoi, c’est n’importe quoi parce que...

Parce que t’as de l’importance, plus qu’il pourra jamais en avoir. La vérité trop dure à avouer - et il inspire, tente de se donner le courage, de rectifier l’affirmation erronée, pour une fois, tenter d’arrêter de vouloir jouer, au plus fort.

Parce que t’es mon frère. Et que ça me plaise ou non, ce que tu peux bien m’dire aura toujours plus d’impact que tout ce que Sejoon pourra bien faire. Parce que même si j’aime pas ça - t’as de l’importance. Plus que lui. Parce qu’il était que de passage, et toi non, même si entre nous c’est un gros bordel. Même si la plupart du temps j’ai envie de te gifler dès que tu m’dis trois mots, t’es là, et c’est comme ça, et rien que pour ça…

Et les paroles ont de plus en plus de mal à échapper, la gorge trop serrée. L’ego malmené.

Rien que pour ça, tu compte. Alors non, ça vaut pas mieux quand tu me dis de la merde, que quand lui il en fait - t’as aucune excuse. Et si je m’étonne d’être défendu par mon propre frère, dis-toi bien qu’il y a une raison, que t’es peut-être cette raison.

Sentiment d’en avoir trop dit, sentiment d’être si petit, rendu fragile par quelques mots malhabiles, avoués à grand peine. 

Mais...mais quand même. Merci. De lui avoir cassé la gueule pour moi.

Et quelques derniers mots pour achever, de foutre en l’air la fierté malmenée. 

BY MITZI


above the clouds.
Milles Rêves en moi font de douces brûlures.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 491
Age : vingt trois années —
groupe : GHOST
rôle dans le groupe : lead vocal ; sub dancer + parolier/compositeur
nom de scène : ao
occupation : trainee
avatar : park jimin {bts} — ©queenshady
DC : yun saehee
Points : 67

flow ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t7646-lie-a-l-impossible-raphael http://www.lights-camera-action.org/t7659-moonchild-raphael http://www.lights-camera-action.org/t7656-yang-raphael http://www.lights-camera-action.org/t7660p10-raphael http://www.lights-camera-action.org/t7672-ao_msc-raphael http://www.lights-camera-action.org/t8063-ghost_off http://www.lights-camera-action.org/t8059-ghost-flow-ent En ligne
Message
Dim 15 Avr - 2:38





Something's gotta give, something's gotta break, But all I do is give and all you do is take ;Something's gotta change, but I know that it won't, No reason to stay, is a good reason to go

— il y a le regard qui se perd,
le regard qui s’écroule aussi,
en même temps que les mots ;
à en capter le poids seulement lorsqu’ils s’écroulent au sol –
de véritables pierres, des flammes qui vous immolent ;
lui,
toi,
vous deux à la fois –
parce que quitte à vous blesser,
autant que les plaies soient partagées.

raphaël qui parle bien plus que ce qu’il devrait,
qui l’ouvre qui l’ouvre qui l’ouvre encore,
à laisser filer une partition qu’il voulait garder secrète,
les paroles d’une mélodie révélées au grand jour.
raphaël qui justement,
semble s’envoler un instant alors qu’un fardeau s’échappe,
mais voilà que de tes yeux tu parviens à lui en mettre un de nouveau –
l’écharde qui ne quitte pas le pied, l’écharde qui reste en travers de sa peau,
la punition de sisyphe, le supplice de prométhée –
la vengeance d’un dieu autoproclamé,
qui ne descelle pas le pouvoir qu’il possède sur son frère.

frère qui veut d’ailleurs esquiver,
après la tirade –
le comédien sans ses atours,
le comédien sans ses belles parures, costumes de velours ;
masques inexistants et visage qui n’est pas peinturluré –
raphaël qui est exposé une fois de plus à ton jugement,
sentence qu’il attend toujours dans un léger tremblement,
la colère qui parcourt les doigts,
la peur peut être aussi –
parce que c’est ça,
vous êtes un trop plein d’émotions,
un trop plein d’émotions ;
c’est ça.
un putain de trop plein.

et raphaël il a perdu de sa superbe tandis que le regard plonge au sol,
se détourne de ta silhouette ;
lorsque la vérité est de mise,
c’est le coeur qui se divise,
avec une fierté effondrée.

l’inspiration qui se fait lente et profonde,
à vouloir tout calculer,
tout contrôler,
ne pas se laisser submerger.
à entendre le tsunami qui se prépare au loin
et la digue qui ne pourra sûrement pas supporter tes embruns.

il aurait presque envie de fermer les yeux.
de retourner en arrière,
de disparaître,
de ne pas être là, sous ton regard assassin,
alors qu’il a envie de te crier
meurtrier.

je sais.

le dos qui se tend un peu.
la voix qui se craquèle.

 je sais que je n’en ai pas donné l’air. mais c’est le cas. et je sais qu’au fond tu t’en doutes un peu – parce que c’est moi qui demandait à maman de tes nouvelles. moi qui me démerdait pour savoir ce que tu devenais, ce que tu faisais. toi t’as pas été foutu de savoir dans quel pays j’étais localisé.

c’était caché
certes,
mais t’as pas cherché non plus la vérité.

enfin. ça ne sert à rien de remettre ça sur le tapis. crois ce que tu veux, au pire, ça m’est égal. je sais pourquoi je l’ai fait, j’suis bien dans mes baskets avec ça.

à ne pas le regretter une seule seconde –
à le refaire autant de fois que nécessaire,
quitte à creuser sa propre tombe.

et c’est la grande claque.
la claque magistrale,
qui vous fait tourner la tête et qui vous laisse sur le cul ;
celle qui vous ferait presque perdre trois dents, donnée sans aucune retenue.
le coup presque fatal –
raphaël qu’a du mal à encaisser.
qui suffoque sous les mots que tu laisses couler.

à sentir que quelque chose dérange,
que quelque chose est étrange –
à sentir tout simplement,
que ça tangue,
que ça tangue,
que ça tombe,
dans le vide
.

j’pourrais ne pas l’être, là. et j’l’ai longtemps pas été.

soufflé. achevé.
qui n’est plus à la limite du précipice,
mais bien au fond du ravin.

j’compte parce que tu me vois. mais si j’disparais, c’est différent. d’une certaine manière, j’suis de passage aussi. et ne me dis pas le contraire ; parce que ce que je pouvais dire, faire ou penser lorsque tu ne m’as pas à proximité, ça t’importe peu.

le frisson,
la douleur,
l’émotion,
et puis la peur.
raphaël à la dérive.

 alors ok. quand j’te dis des trucs, ça compte plus que lui. mais c’est qu’éphémère, ça tient pas la route – ça s’estompe, ça disparait au fil du temps, jusqu’à ce qu’on recroise pour s’en foutre plein la gueule. 

à souffler.
soupirer.
regretter.

on est que des genre de… cyclones, avec des courants qui fonctionnent pas entre eux et qui pètent d’un coup. tu peux pas dire que j’suis là. c’est pas vrai. ça fait longtemps que j’le suis plus. ou plus trop. j’fais acte de présence maintenant que je suis à l’agence, disons.

et ça fait mal ça fait mal ça fait mal.


mais de rien.

le coeur au sol,
décollé,
arraché,
piétiné.
(c) SIAL – icons skate vibe






☽☽ et comme la lune qui se brise dans la nuit ardente je m'enfonce dans le noir ;

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas

Étoiles invisibles [ft. Raphaël]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le papillon des étoiles
» Ce soir, deux nouvelles étoiles brilleront dans le ciel. [Mort de Sanka' & Echos]
» Raphaël veut voir à tout prix Elodie [Pv ELLE]
» ? Toiles d'araignées et fumée...
» Raphaël & Elodie . ( Raph ' . )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lights, Camera, Action ! :: the big four :: Fl✰w Entertainment-