AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Lights, Camera, Action ! :: the big four :: Yuseong Media

我的新衣 ; (SUNHYE).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Messages : 105
Age : vingt-quatre ans.
avatar : hyuna.
DC : nis, jh, ss, bk, kj.
Points : 11

flow ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t9054-qiao-mei http://www.lights-camera-action.org/t9065-qiao-mei http://www.lights-camera-action.org/t9119-qiao-mei http://www.lights-camera-action.org/t9120-qiao-mei http://www.lights-camera-action.org/t9118-meiow-qiao-mei
Message
Mer 11 Avr - 9:07







❝ not all adventures,
need to be planned.❞


(aesth.) °✧ La demoiselle traînasse en ces couloirs blanchâtres et colorés, ces salles (vides, occupées, qu'importe), le self-service à la recherche de simples estomacs sur pattes, les machines automatiques et les innombrables pièces où résident les secrets mélodiques et compositions en tous genre de cette bâtisse. Sanctuaire précieux. Pourtant... Il est évident qu'elle se sent seule - cruellement seule. Et elle cherche par tous les moyens possibles et inimaginables d'évincer cet ennui planant en son esprit et son quotidien, depuis de nombreuses semaines, à présent. Rien faire. Simplement, ne rien faire ? Impossible et impensable pour celle-ci. Plutôt active, voire hyperactive. Il est évident qu'elle ne semble aucunement en mesure de persister plantée au travers de ces lieux qu'elle partage aux côtés de ces deux autres jeunes demoiselles. Le tout, sans la moindre occupation. Plutôt mourir. Alors, elle hante ces couloirs telle une âme en peine à la recherche d'une victime qu'elle serait en mesure de tourmenter. Les salles d'entraînements semblent toutes occupées, malheur. Si ce n'était pas une âme charitable qui parviendrait à la secouer, peut-être qu'une simple et unique mélodie serait en mesure de réaliser cela. Cependant, sa convenance et ses bonnes manières prennent le dessus. Se retenir de pointer le bout de son nez à ces entraînements, cela n'est aucunement ses affaires. Loin de là. Sa curiosité se joue de sa personne, son regard se plante en ces larges vitres (parfois floutés, à son plus grand désespoir). Se dire qu'il était inutile de persister en ces lieux. Se munir de cet objet issu des nouvelles technologies, hurler à l'intention de cet objet et ainsi, signifier son engouement à l'égard du contact qu'elle venait de sélectionner. Jeune demoiselle. Semblable à une part fraternelle, l'aînée taquine la cadette et quémande sa présence à ses côtés. Ridicule et tout à la fois égoïste, il est vrai.

La demoiselle sera en mesure d'emporter une large parcelle vestimentaire afin d'évincer la fraîcheur persistant en ces premiers mois de l'année, quelle horreur. Elle ne supporte pas cela, le froid. C'est à l'aide d'une vitalité sans nom et d'un effort surhumain que sa petite tête blonde se glisse à l'extérieur de la bâtisse. Frémissant, râlant à l'aide cette langue qui n'est autre que : le chinois. Râler et utiliser ce langage semble être une habitude (aussi mauvaise soit-elle). Et c'est à l'aide d'un pas précipité et rapide qu'elle parvient - sans grande difficulté à rejoindre ces lieux. L'agence n'est guère loin et c'est au sein de celle-ci que réside, la plupart du temps, la jeune demoiselle. Impatiente. Elle trépigne d'impatiente. Ses pieds heurtant le sol d'une manière répétitive afin de signifier cette attente qu'elle ne supporte aucunement. Râle, à nouveau. Ce n'est que lorsque ce corps frêle, ce faciès enfantin agrémenté de cette longue chevelure noirâtre que la demoiselle souris. « J'ai failli perdre patiente, est-ce que tu le sais, ça ? » S'enquit-elle de répliquer, tandis que l'un de ses bras s'empare des épaules de la jeunette. Sa main libre secouant ces sombres mèches de cheveux. Gestes affectif et quelque peu virulent. « Petit monstre que tu es. Fatiguée, hein ? Ils te torturent, c'est ça ? Je dois rentrer et les taper ? À moins que... Les pestes t'en font voir de toutes les couleurs, jalouses ? Je m'en charge, hein. » Répliquer de telles paroles, sans queue ni tête. Plonger tête baissée en ces bêtises tandis quelle guette l'antre. Que ces gamins osent, elle osera davantage. Peu effrayée.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 157
Age : 20 ans.
nom de scène : ce n'est pas vraiment un nom de scène, mais pour plus de facilité lorsqu'elle vivait aux états-unis, on l'appelait rachel.
occupation : backup danseuse de la yuseong media, danseuse diplômée et professionnelle, chorégraphe débutante.
avatar : kim sojung aka sowon. (gfriend)
DC : fujiwara ema. (call of sirens/flow)
Points : 29

staff
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t8234-see-the-line-where-the-sky-meets-the-sea-kim-sunhye http://www.lights-camera-action.org/t8249-i-m-a-shooting-star-kim-sunhye#134289 http://www.lights-camera-action.org/t8252-kim-sunhye http://www.lights-camera-action.org/t8255-kim-sunhye-s-phone#134328 http://www.lights-camera-action.org/t8253-sailorchl-kim-sunhye http://www.lights-camera-action.org/t8265-kim-sunhye#134466
Message
Ven 13 Avr - 13:47







❝ not all adventures,
need to be planned.❞


(aesthetic outfits.) °✧ Mon corps se laisse aller dans cette pièce où la musique résonne, où l'apprentissage d'une nouvelle chorégraphie est de la partie. Un comeback en approche à la Yuseong Media, un groupe ayant besoin de danseuses qui les accompagnent sur le derrière de la scène, je ne refuse pas, oh que non. Je ne dis jamais non lorsqu'on me propose de participer à un comeback. Bien que beaucoup plus complexe qu'une simple prestation. Le cadrage, le maquillage, les changements de tenues, les déplacements, les positions, les changements de décors.. On a presque l'impression d'être une membre à part entière du groupe alors que nous ne faisons que montrer notre amour pour la danse à travers ce métier qu'est le backdancing. Être sous les feux des projecteurs sans l'être, avoir l'impression d'être une idole sans l'être non plus. C'est la sensation que procure la participation à un comeback où la danse est présente dans le music vidéo. C'est agréable même si parfois, je rêve d'être à la place de ces jeunes filles. De chanter et danser, de performer sur une scène, de montrer mes émotions dans mes chansons au public. Mais c'est un rêve qui a pris fin il y a longtemps. De toute façon, tant que je danse, tant que je vis de la danse, je suis heureuse.

Il ne reste que quelques jours, deux pour être précise, avant que ce comeback ne soit posté sur youtube, à la vue de tous les fans du monde entier qui l'attendent avec impatience. Les répétions se passaient bien. Nombreux danseurs et danseuses autour d'une jeune idole d'un groupe assez célèbre de l'agence. Une idole que je respecte énormément et que je prends pour modèle. Musique qui se stoppe pour signifier la fin tandis qu'une autre se mets à retentir. Décrochant l'appareil pour entendre une voix plus que familière, une voix que je suis heureuse d'entendre même à travers un téléphone. Se voir ? Sans soucis, j'ai toujours du temps à lui accorder. Je réponds positivement à ce qu'on aurait pu appelé un caprice de petite fille qui s'ennuie mais qui n'en reste pas moins adorable. Dernier rassemblement pour discuter, pour recevoir les conseils du chorégraphe ainsi que des encouragements et des félicitions. Pouvant enfin me libérer, mes affaires rangées dans mon sac, je quitte la pièce en première, me retrouvant nez à nez avec mon amie. Un grand sourire se dessine face à sa manière de me dire bonjour. Son coté enfantin me fait parfois penser que c'est moi l'aînée. La coiffure disparaît sous ce geste qui se veut affectif pour laisser place à un petit rire ainsi qu'à une contestation. « Mes cheveuuuux.. » suppliais-je, capturée par son emprise. L'inquiétude de la jeune femme à mon égard ne peut que la pardonner pour  ce décoiffage express. « Fatiguée oui.. Mais non ! Ne t'en fais pas, ils sont adorables les danseurs et danseuses avec qui je répète. Tu seras la première au courant si on me torture. Ma super héroïne. » disais-je pour la rassurer. Ces moqueries, cette méchanceté à laquelle j'ai du faire face pendant mes années d'écoles aux États Unis et dont j'ai touché brièvement deux trois mots maladroits à mon aînée. Elle s'inquiétait pour moi maintenant, adorable, touchant. L'affection semblable de celle d'une grande soeur. « Pourquoi tu voulais me voir ? Quelque chose ne va pas ? » m'inquiétais-je. Il est vrai qu'on a jamais vraiment de raisons pour se voir, on se voit, c'est tout et puis on improvise. Mais, cette question reste importante dans ce genre de situation, on ne sait jamais.




we are shooting star
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 105
Age : vingt-quatre ans.
avatar : hyuna.
DC : nis, jh, ss, bk, kj.
Points : 11

flow ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t9054-qiao-mei http://www.lights-camera-action.org/t9065-qiao-mei http://www.lights-camera-action.org/t9119-qiao-mei http://www.lights-camera-action.org/t9120-qiao-mei http://www.lights-camera-action.org/t9118-meiow-qiao-mei
Message
Mar 17 Avr - 22:43






❝ 我的新衣. ❞
(SUNHYE & MEI -- AVRIL 2018.)


(aesth.) °✧ Boucle d'or s'avère être une grande enfant, au coeur tendre. L'affection déployée à l'égard de sa cadette n'a d'égal - semblable à cette affection redirigée auprès de ces demoiselles qui se tiennent à ses côtés depuis belle lurette. Réside, en cette affection, une particularité. Rendant alors, cet aspect unique. Les bras frêles de la demoiselle gisent à l'encontre de cette carcasse emplie de jeunesse. L'attirant à ses côté, la chouchoutant et l'observant avec attention. Le moindre détail est alors, inspecté. Les moindres paroles, son captées. Pendue à ses lèvres, elle écoute attentivement (le tout, afin de comprendre son ensemble). Et enfin, réagir en conséquence. La fatigue pèse, les multiples heures de travail s'enchaîne. Le répit n'est que de courte durée. Il se remémore ces instants où, elle aussi était ainsi. Jeune, si énergétique. Et tout à la fois, avide d'en connaître et apprendre davantage. Quelle idiote elle était à l'époque. Si naïve. Pourtant, elle est rassurée d'entendre qu'autrui n'est aucunement en mesure de chercher des noises à sa petite protégée. Ravie et satisfaite. Elle n'aura guère le besoin d'user de sa voix et de ses poings afin de faire régner l'ordre et d'effrayer ses demoiselles sans scrupules. « Quelque chose ? Que ? Quoi ? Non. Simplement une envie de te voir et de partager du temps avec toi. Ça faisait longtemps. Est-ce que c'est mal ? » S'enquit-elle de répliquer, sincèrement. Ses bras quittant alors, ce corps frêle. Néanmoins, sa main s'empare de sa jumelle. L'habitude est mauvaise - en Chine, cela se fait beaucoup. De grandes amies, se tenant par la main. Simplement. « Je t'ai manqué, hein ? Qu'est-ce que tu veux faire ? Les magasins, manger un bout ? Je régale ! » Questionnement fait, elles se dirigent toutes deux vers les rues de la capitale. Peu bondées, ces temps-ci. Les écoliers persistent en ces bâtisses scolaires, les employés s'acharnent en leurs entreprises. Seuls, des âmes en peine, des étrangers et de quelconques présences se permettent de batifoler en ces lieux. Cela semble parfait pour une soudaine escape, en ville.

« Qu'est-ce que tu dirais de faire les boutiques et de prendre quelques petites choses à grignoter dans la rue ? » L'Asie. Le bonheur qu'est, de découvrir ces stands emplis de nourritures à chaque coin de rue. Chaud, froid, sucré, salé. Le moindre désir, n'est que réalité. « Je suis sûre que je peux dénicher deux, trois, petites choses pour toi. » La demoiselle possède une mine enfantine, une corpulence parfaite. Que demande de plus ? Si ce n'est, des parcelles vestimentaires afin de ravir et d'épouser ces courbes féminines naissantes. « Qu'est-ce que tu aimes, toi ? Dis-moi et je suis sûre que je pourrai dénicher la perle rare... » La chinoise et la mode. Elle émet un point d'honneur à l'égard de ses vêtements. Peut-être est-ce là, un intérêt plutôt exceptionnel à l'égard d'un aspect futile. Pourtant, sa garde-robe est remplie. Gisant, sous son lit, une horde de vêtements qu'elle dissimule à l'abri des regards indiscrets et de ses colocataires. Peur, des remontrances et des vols à outrances. Les jeunes femmes ont cette manie, de se prêter, d'emprunter et ne jamais rendre les vêtements. Cauchemardesque. Plutôt mourir, semble-t-il.

Et c'est ainsi qu'elles se dirigent toutes deux, en cette boutique. Féminine à souhait, jonglant entre les imprimés, les motifs et les couleurs originales et pétillantes. Que de choix, de la particularité.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas

我的新衣 ; (SUNHYE).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lights, Camera, Action ! :: the big four :: Yuseong Media-