AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Lights, Camera, Action ! :: séoul :: centre

(rebels with a cause) ; chaiyoung

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Messages : 676
Age : twenty four. (31.10.94)
avatar : sunmi (kozmic jumble)
DC : ksj, ssh, bih.
Points : 291

knockout g
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t3655-ins-and-outs-chailai#67951 http://www.lights-camera-action.org/t4524-kanlaya#82171 http://www.lights-camera-action.org/t3930-savika-kanlaya#81766 http://www.lights-camera-action.org/t4412-savika-kanlaya-hotline-bling http://www.lights-camera-action.org/t7165-chailai-chaiyeah http://www.lights-camera-action.org/t6375-afterglow-off http://www.lights-camera-action.org/t4316-lolita-savika-kanlaya http://www.lights-camera-action.org/t3997-afterglow-knockout-global
Message
Ven 13 Avr - 12:39





“ do not look for healing
at the feet of those
who broke you ”

et elle court chailai,
court jusqu’à sa loge. manque de se ramasser au sol à plusieurs reprises à cause des câbles, des personnes barrant le chemin, et ses talons. et le manque de sécurité commence doucement à l’énerver parce que le temps presse, les secondes s’écoulent, elle n’a pas le temps de. respirer, de se poser. invitée, guidée, poussée, elle suit docilement d’un pas trop rapide les agents de sécurités jusqu’à sa loge, abandonnant compagnes pour leurs prestations personnelles – et chailai, elle se bouffe de ne pas pouvoir les admirer sur scène. on la presse, toujours plus et un grognement fatigué s’échappe de ses lèvres lorsqu’une main ose se poser dans le bas de son dos pour la guider ; un grognement qui fait déguerpir l’intruse et chailai, elle s’engouffre dans le vestiaire. les bras levés en l’air, elle a juste besoin d’être seule, là maintenant. caprice d’une insolente qu’elle est prête à tout pour avoir. se retournant alors vers une des agents du management du groupe, chailai lui adresse un sourire froid. « ça va aller, j’pense, je n'ai pas besoin d’aide pour me changer ! » qu’elle laisse entendre en invitant la personne à prendre la porte. et elle ne lui laisse pas le choix, tant pis si les réprimandes se feront entendre par la suite, elle veut juste être seule. pouvoir avoir quelques secondes pour respirer –
la personne quitte enfin la pièce et chailai souffle de soulagement alors qu’elle ferme la porte, lâchant un « pas besoin d’attendre derrière la porte, j’connais le timing et le chemin !! »

le silence règne enfin dans la pièce, soupire lourd qui s’échappe de ses pulpes, la jeune femme inspire doucement avant de se tourner vers le miroir mural – et la gamine, elle ne perd pas une seconde avant de préparer l’outfit stage de fantasy sur le portant près d’elle. et la jeune femme se presse de retirer ces talons, sautillant sur place – manie infantile qui ne sert à pas-grand-chose. et chailai, elle retire avec attention l’outfit stage d’excuse me, prenant soin à ne pas l’abîmer – ne voulant pas se retrouver six pieds sous terres par la styliste. et chailai, elle se retrouve désormais en sous-vêtements. le regard qui s’accroche instinctivement sur la cicatrice qui orne sa peau galatée –

et ce n’est pas beau, ça ne donne pas envie.
et elle se tourne légèrement sur le côté, regarde cette marque laissée par la haine et la sauvagerie s’étendre jusque dans son dos – vestige d’un passé gardé bien secret. si secret qu’elle n’existe pas aux yeux du monde.
et de sa main, elle parcourt, frôle du bout de ses doigts cet épiderme cabossé
les paupières qui font voile sur le monde, elle pince les lèvres. l’inspiration qui se bloque dans la gorge, les poumons qui suffoquent un peu, le palpitant qui manque des battements –
silence, pénombre.
elle n’entend rien, se fond dans un monde silencieusement profond –

l’artiste qui ne sent même pas le regard d’un autre,
et les secondes s’envolent et chailai, secoue doucement le visage, ouvre les yeux et croise ce regard dans le reflet –
le palpitant qui chute, chailai qui se retourne
les mots qui coincent qui ne viennent pas qui.

our backs tell stories
no books have the spine to carry
(c) SIAL ; icons afanen ; quote rupi kaur


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 265
Age : 23
groupe : SUIT : Xquisite
rôle dans le groupe : Vocaliste & Danseur
nom de scène : mir
avatar : Koo Jun Hoe
DC : Jiyun,Taehwan,Hakyun,Haneul,Jaebeom
Points : 4

knockout g
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t7638-bae-jinyoung-cherche-pas-mehdi-a-14h-il-est-au-cafe-du-coin http://www.lights-camera-action.org/t7961-bae-jin-young-i-m-with-stupid#125802 http://www.lights-camera-action.org/t7712-bae-jin-young#123523 http://www.lights-camera-action.org/t7653-bae-jinyoung#122740 http://www.lights-camera-action.org/t8447-bae-jin-young-baejin#136339 http://www.lights-camera-action.org/t8014-suit-off http://www.lights-camera-action.org/t8695-suit
Message
Jeu 31 Mai - 16:13





“ do not look for healing
at the feet of those
who broke you ”

Quelle effervescence ! Cela ne faisait pas longtemps que je pouvais officiellement jouir du devant de la scène, grâce à cette toute nouvelle et unique chance qui m'avait été offerte, à la KG. J'étais conscient qu'à vingt-trois ans, je n'aurais pus tellement d'autres occasions de ré-essayer, si jamais le groupe dont je faisais actuellement partie se cassait la figure. Et après quoi, qu'est-ce qui se passerait ? Le marché de l'emploi était tellement saturé, dans ce pays, que je n'avais pas tellement envie d'y penser... non, pas d'échec possible. Malgré ça, le fait de savoir que Songhan et Jaesun s'étaient déjà cassé la figure deux fois par le passé me stressait beaucoup, tout comme ça semblait les stresser eux. Du jour au lendemain, SUIT pouvait mourir, nous en étions tous conscients, mais ce soir, juste ce soir, c'était pourtant à la fête que nous devions penser. Le concert, orchestré à la minute près, me faisait oublier les inquiétudes quand à l'avenir et pour être honnête, ça faisait du bien. Juste pour un temps, ne pas avoir à se faire du souci. Juste pour un temps bouger au rythme de la musique et apprécier l'énergie des lieux. J'aimerais bien que tout soit toujours aussi simple... nous n'étions pas juste là pour faire plaisir aux fans, n'est-ce pas ? C'était également une question d'ego... et d'argent. De l'argent qu'on nous faisait miroiter plus qu'autre chose, d'ailleurs, mais je ne m'étalerais pas à ce sujet. Cette vie, nous l'avions choisie.

Après avoir assisté à plusieurs représentations, je tournais la tête vers un membre du staff qui m'indiqua d'aller me préparer en vue d'un passage sur scène et quittais doucement mon point d'observation pour me glisser dans les coulisses. Habillage, maquillage, coiffure. Ne restait plus qu'à attendre, désormais.

L'ennui. Trente minutes... et que faire, pendant trente minutes ?

Dans un soupir, je glissais donc mes mains dans mes poches et déambulais comme un retraité, le lundi matin a 9h, place du marché, de gauche à droite, entre les membres du personnel qui semblaient, quand à eux, tous aussi pressés des une que les autres. Bon. L'ennui m'amena à explorer un coin plus tranquille de la salle de spectacle jusqu'à voir une porte entre-ouverte au fond. Curiosité oblige, vous vous doutez bien que mes jambes n'avaient pas attendu plus longtemps pour se mettre en route de quelque chose d'intéressant à voir...

Et autant dire que je n'avais pas été déçu.

Me retrouvant sans voix face à la scène et ceci pour plusieurs raisons diamétralement opposées, la surprise m'empêcha même de me cacher les yeux par pudeur, me laissant plutôt là, les lèvres entrouvertes et la conscience un peu plus lourde, car quelque chose me disait que je venais d'enfreindre un cruel secret sans même m'en être rendu compte. « D - » ésolé. Croisant le regard de ma sunbae, je fis quelques aller-retour entre son visage et sa cicatrice, avant d'avoir enfin la décence de tourner la tête, puis les épaules sur le côté. Et maintenant ? Maintenant, il valait mieux que je m'en aille, n'est-ce pas ? Mes pieds ne semblaient pas du même avis et mon cerveau non plus. « La porte... elle était mal fermée. » Autrement dit, ce n'était pas de ma faute.

our backs tell stories
no books have the spine to carry
(c) SIAL ; icons afanen ; quote rupi kaur





Revenir en haut Aller en bas

(rebels with a cause) ; chaiyoung

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Rebel minds :: 23 janv :: 2h28
» The Rebels enfin Malgaches!!!
» [Illustration] Luke par Magalie Villeneuve
» [Série TV] Star Wars Rebels Saison 2 - Spoils
» From thought to words, from words to actions (rebels)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lights, Camera, Action ! :: séoul :: centre-