AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Lights, Camera, Action ! :: Munhwa Broadcasting system :: plateau de tournage

屋顶着火 ; (KEN).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Messages : 351
Age : i feel like twenty five.
occupation : actrice, bad one.
avatar : tiffany.
DC : nis, kjh, jh, qm, ss.
Points : 99

flow ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t7319-topic http://www.lights-camera-action.org/t7330-topic#119527 http://www.lights-camera-action.org/t7343-bae-krystal#119625 http://www.lights-camera-action.org/t7331-bae-krystal#119528 http://www.lights-camera-action.org/t7360-bae-krystal-keulistal#119817 http://www.lights-camera-action.org/t9175-bae-krystal
Message
Mar 17 Avr 2018 - 17:13






❝ 屋顶着火. ❞
(KEN & KRYSTAL -- avril 2018.)


(aesth.) °✧ Longues sont, les journées. Peu d'obligations professionnelles et personnelles. Les salariés et apprentis semblent trouver le temps long - à leur tour, la demoiselle est ballottée de tournages peu fringuant, en figurations quelque peu étranges. Principal sujet de tournage (pour la plupart). Jeune femme, à l'allure si frêle et tout à la fois, tentatrice, séductrice et sûre d'elle. L'attention est redirigée à son égard. Et ainsi, sa marque de fabrique semble être lancée. La solitude pèse en son esprit. Les scènes s'enchaînent, les rôles sont moindres et parfois peu valorisants à l'égard de la gent féminine. Simple objet de désir et de frustration. Peu vêtue, qui plus est. Et aujourd'hui encore, c'est à nouveau au sein d'un tournage dérisoire que la demoiselle est menée. Combien de fois, à présent ? Plusieurs... Peut-être deux, ou trois fois qu'elle rencontre cet artiste. Qui possède alors, des goûts (à son avis) quelque peu singuliers, voire : excentriques. Jugeant silencieusement. Elle le connaît, simplement au travers de son identité. Simplement, car cet homme s'avère être un ami proche - très proche, de son compagnon. Jamais encore, ils n'avaient partagé une quelconque discussion, ni même, échangés davantage que de simples politesses. Aujourd'hui, encore. Habitudes. Les explications et les directives à suivre sont offertes à la demoiselle. La coiffure, le maquillage, les tenues. Nombreux furent les essayages. Nombreux furent, les soupirs à l'encontre de son reflet distingué en ces miroirs. Poursuivre en ces agissements professionnels, ces sourires si peu francs.

Les minutes défilent, son faciès se décompose alors, lorsqu'une identité lui est sous-entendue. Pourquoi diable, lui ? Le destin désirait-il tourmenter la demoiselle ? Peut-être est-il déjà arrivé. Peut-être ne se sont-ils simplement pas croisés. Peut-être, l'observe-t-il dès à présent. Soudainement : son faciès est agité, de droite, à gauche, répétitivement. Rien. Soulagée. La demoiselle n'est aucunement autre vêtue que, simplement. Elle fit son entrée. Pantalon de couleur noirâtre, agrémenté d'une chemise rougeâtre à carreau et dissimuler sous celle-ci, un débardeur. Peu affriolant, elle se sent à l'aise. Les directives sont simples : jouer de ses charmes à l'encontre d'un jeune homme, se taquiner et finalement s'emparer du principal concerné. La tâche n'est guère compliquée, pourtant. La demoiselle devra s'y reprendre à de multiples reprises afin de parfaire son jeu scénique. La difficulté de croiser son regard, de paraître si sérieuse et professionnelle. La blague, que voilà. La seconde tâche n'est aucunement autre que, déstabilisante. Si peu vêtue, elle dissimule sa carcasse à l'encontre de cette robe de satin détachée à l'avant. La demoiselle possédait bien des charmes, certes. Les nombreuses scènes réalisées auparavant n'étaient que dérisoires, aux côtés de celles-ci. Et pourtant. « Je te conseille de te concentrer. Je n'ai pas l'intention d'être amenée à faire et refaire ces scènes un nombre incalculable de fois. » S'enquit-elle de répliquer à l'égard du principal concerné. Et ce, au travers d'un simple murmure. Les premiers temps, la demoiselle se trouvait être crispée. Semblable à une poupée qu'on trimbalait de droite à gauche, elle se ressaisit rapidement. Plusieurs fois furent tournées les scènes. À l'évidence.

Le clap de fin. Jeune demoiselle, détallant à toute vitesse. Pas un geste, ni même, un seul regard. Bien trop gênée.




ton inconnu,
t'a remarquée dans la couleur de ton choix, dans les tissus les plus légers, dans ton uniforme de nymphette. celui qu'il y a quelques années aurait fait chavirer, ton mec.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 828
Age : 30 années qu'je pourris la terre de ma présence. sry.
groupe : solo af, him and only him (+ Taehwan)
nom de scène : D.MΔN. stand for Detroit Man mais, ça accouple parfaitement avec un autre doux surnom. dick man pour les intimes.
occupation : rapper, sortant de son underground et de sa grotte de staff. il vient délivrer la parole sacrée à sa manière. ex-manager de mes 4 beurettes, les afterglow c'est mes bébés, le premier qui s'approche un peu trop, j'promets pas qu'il s'en tire vivant. parolier / compositeur à ses heures très perdues, si vous voulez ses lyrics ou un son de lui, va falloir le motiver et allonger la thune.
avatar : ft. jeong gi seok (simon d.) ultime bae
DC : kim kiseok
Points : 125

flow ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t3580-kim-ken-j-ai-deja-mes-barbies http://www.lights-camera-action.org/t3587-kim-ken-love-yourself-like-kanye-loves-kanye http://www.lights-camera-action.org/t3588-kim-ken-kardashian-s-life http://www.lights-camera-action.org/t3589-kim-ken-drake-stop-it-for-fuck-s-sake http://www.lights-camera-action.org/t3590-kim-ken-kimk_official http://www.lights-camera-action.org/t7275-d-manofficial http://www.lights-camera-action.org/t4601-d-man-kim-ken En ligne
Message
Mar 17 Avr 2018 - 18:12






❝ 屋顶着火. ❞
(KEN & KRYSTAL -- avril 2018.)


( be careful with me ) °✧ Contacté par cet ami de longue date, figurer dans le MV de ce dernier. Avoir un rôle certainement plus sérieux, plus intime. Habituellement, l'esprit vagabond du vieillard aurait certainement été heureux de partager le petit écran avec sa compagne. Mais pas cette fois-ci, pas aujourd'hui. Blessé, vexé, ça tourmente le rappeur, ça fait gronder le gamin capricieux caché dans l'ombre adulte. Pourtant il se doit de rester professionnel, il le fera, c'est dans sa nature. Et cela malgré ses envies d'envoyer balader sa journée d'un revers de main.

Il se laisse habiller, vêtements plus chic que d'habitude, coiffure bien trop soigné pour l'homme généralement désordonné. Il ne cherche pas vraiment à trouver sa muse, préfère rester dans son coin. Pourtant, vient le moment de figurer, rentrer sur le plateau de tournage. Démarche désinvolte, regard sérieux, presque noir qui colle parfaitement au personnage, le réalisateur appréciera même si la réalité est plus tranchante. Ce faciès qu'il aborde est loin d'être le fruit d'un dur labeur, tout la concerne. Car après tout, il se sent trahi. Il peut revoir ce clip, ce n'est que de l'acting et pourtant, ça le dérange. Alors quand son meilleur ami lui a fait part de la présence de sa compagne, c'est pour la confronté qu'il a accepté de jouer ce rôle qu'il n'aurait, certainement, jamais pensé ni osé faire. Rien que pour elle. Elle qui ne cesse de tourmenté son esprit, son jardin d'eden qui s'est teinté d'une couleur qu'il ne connaissait que trop bien. Celle de la jalousie. Possessif. Le malin a du mal à rester de marbre face à la silhouette divine de la coréenne. Ce n'était pas le fait qu'elle ait des rôles qui la prêtait à montrer sa peau parfaite mais, plus le fait qu'elle ne daigne pas le prévenir. Découvrir cela par hasard ; surprise de mauvais goût. Et pourtant lorsqu'ils se retrouvent, ça a un goût amer. Les paroles sont froides. « J'ai l'impression d'vouloir rester ici des heures ? » Murmuré de manière à ne pas attirer les regards. Ne pas faire comprendre à ces inconnus le malaise qui se trouve entre les supposés amoureux.

Les scènes s'enchaînent, les compliments aussi et une fois que les prises sont toutes réalisés, il se dépêche de retrouver l'amazone. Et il comprend bien vite qu'elle ne désire pas lui faire face, qu'elle préfère fuir la situation et ça l'énerve encore plus. Par en direction de la sortie d'un pas rapide, juste pour rattraper la nymphe. Empoigner cette main pour la faire s'arrêter dans sa course. L'obliger à répondre de ses actes. « Tu vas où comme ça ? L'annonce est glaciale, l'entré en scène aussi. Alors que des doigts quittent l'épiderme de la demoiselle, ne désirant pas la toucher, pas après tout cela. Ses iris qui se posent sur la silhouette féminine, l'amour peut s'y voir mais aussi le temps noir. Tu penses pas que t'as des choses à m'dire ? » Le vieillard réclame ce qu'il désirait depuis le début, des explications et cela qu'importe les dommages que cela allait pouvoir engendrer.




nobody can tell you shit
you make it all worth it, baby doll, you're perfect the way you are. when they threaten what we have it's a natural reaction, you'll lay a bitch flat on her back in a second flat for me. who tries to take your man from you. it's blasphemy, another casualty, you'll go whatever route. do whatever you have to do, you'd blast for me, i never doubt that.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 351
Age : i feel like twenty five.
occupation : actrice, bad one.
avatar : tiffany.
DC : nis, kjh, jh, qm, ss.
Points : 99

flow ent
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lights-camera-action.org/t7319-topic http://www.lights-camera-action.org/t7330-topic#119527 http://www.lights-camera-action.org/t7343-bae-krystal#119625 http://www.lights-camera-action.org/t7331-bae-krystal#119528 http://www.lights-camera-action.org/t7360-bae-krystal-keulistal#119817 http://www.lights-camera-action.org/t9175-bae-krystal
Message
Mar 17 Avr 2018 - 22:55






❝ 屋顶着火. ❞
(KEN & KRYSTAL -- avril 2018.)


(aesth.) °✧ Le faciès teinté de multiples couleurs, rougeâtres et rosâtres. Partagée en ces sentiments et ressentiments à l'égard de sa personne, cet homme, cette situation et ces cachotteries. Balivernes, que pouvait-être l'idée de s'enfuir. Les bruits sourds surgissant à l'encontre de sa cambrure dorsale ordonnent à la demoiselle de s'arrêter, rapidement, nettement. Légère emprise et geste soudain écorchant ses lippes en ce vulgaire onomatopée. Surprise. Pourtant, c'est au travers d'une automatisme que son faciès se détourne à l'intention de son compagnon. Le sera-t-il toujours, dans les instants à venir ? Soupirant légèrement, sa voix brisée se fit entendre. « Je, hm. Je rentre. Pourquoi ? » Si ridiculement, elle ne semble aucunement honteuse de prétendre à de telles balivernes et mensonges. Connaissant pertinemment les raisons d'une telle altercation, elle ne tarie guère d'éloges à l'égard de la crédibilité dont semble faire part l'homme. Il est doué. Elle est intimement effrayée. Les murs ont des oreilles. Les regards gisent à l'encontre de sa personne, d'eux. « Pardon ? Sérieusement ? Est-ce que tu comptes me rendre honteuse en public ? J'espère que c'est amusant, pour toi. C'est gagné, j'ai honte, tu as gagné : félicitations. La discussion est close. » S'enquit-elle de répliquer, soudainement. Les doigts tripatouillant alors, le tissu en satin de cette robe. Et ce, afin de dissimuler ses courbes en ces esprits masculins gisant à leurs côtés. Le spectacle est terminé. Les rideaux sont fermés.

Frustrée, la demoiselle se débarrasse de cet air hautain. La main de cet homme est emportée entre les siennes, l'incitant - dès lors, à rejoindre cette pièce qui n'était aucunement autre que : destinée à la jeune femme. L'écriteau disposé au-devant de cette porte indiquait son nom et son prénom. « Je te préviens. Je n'ai pas le temps alors, parles. Plutôt que de simplement faire des sous-entendus à deux francs... Pitié. Qu'est-ce que j'ai fait ? Qu'est-ce que j'ai dit, hein ? Qu'est-ce que Monsieur n'a pas apprécié ? Je t'écoute. Sinon, tu peux partir, mais ne compte pas sur moi pour te courir après. Pas aujourd'hui. » Répliquant de telles paroles. S'agitant, ici et là. Se débarrassant de ces parcelles vestimentaires noirâtre peu saillantes (ou tout du moins, quelques-unes). Feindre d'innombrables occupations, évincer ce regard. « Et ne comptes pas sur moi, pour m'excuser. Peu importe ce qui t'a rendu grognon, mes paroles ou mes actes ont toujours été justifiés. Prévenu. » Se permit-elle d'ajouter, à la suite. La demoiselle ne présenterait aucunement ses excuses. Si ce n'est, à l'égard d'un aspect dont elle se sentait coupable. Pas aujourd'hui, ni hier, ni demain, rares seront les fois.

Il est naturel pour la demoiselle d'ôter ces escroqueries et ces fards disposés à l'encontre de son faciès. Sa chevelure aux couleurs sombres est brossée. La moindre action est bonne afin d'évincer l'affront. Et c'est à l'aide d'une simplicité sans nom, qu'elle sera en mesure de trémousser sa carcasse en ces outrageux dessous. Farfouillant, fouinant, à la recherche de ses précédentes parcelles vestimentaires. Parfaire son apparence. Être enfin, la jeune femme qu'il côtoie aux fils des jours. Et non pas, cet objet utilisé à tort et à travers en ces multiples productions et autres babioles du petit écran.






ton inconnu,
t'a remarquée dans la couleur de ton choix, dans les tissus les plus légers, dans ton uniforme de nymphette. celui qu'il y a quelques années aurait fait chavirer, ton mec.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Message

Revenir en haut Aller en bas

屋顶着火 ; (KEN).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lights, Camera, Action ! :: Munhwa Broadcasting system :: plateau de tournage-