AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Lights, Camera, Action ! :: out of character :: rps

Speak in studio Ft In Hyuk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
Message
Mer 29 Juin - 8:42

Speak in studio

Deux bonnes semaines à présent que je travaille dans cet endroit. Être un simple manager est finalement si reposant -du moins pour le moment. Quand je pense que je me sentais réellement la force de monter ma propre agence. Je dois avouer que les choses étaient plutôt bien parties, mais le travail était si pesant qu'il était impossible pour moi de continuer. Heureusement, je me suis fait un nom dans le milieu depuis le temps, et quand YM m'a proposé cette offre, je n'ai pas put refuser. C'était une belle occasion rêvée qui arrivait au bon moment. Depuis, j'ai eu le temps de faire connaissance avec mes nouveaux collègues, et même put voir quelques entrainements de certains trainees. Il y'a beaucoup de potentiel ici. Des jeunes talentueux et prometteurs venus de plusieurs pays différents. On peut dire que YM sait bien choisir ses nouveaux talents.

Il y'a une semaine, j'ai été présenté au groupe dont je dois m'occuper, les High5. Une semaine c'est peu. J'ai encore pas mal de trajet pour les connaitre un peu plus. Ils sont quatre et sont relativement très très bons. C'est une véritable nouvelle aventure qui commence pour moi et je suis curieux de voir où tout cela va nous mener. Quoiqu'il en soit, je suis bien déterminé à emmener ces jeunes le plus haut possible, et dieu sait que quand ça concerne la notoriété de mes artistes et l'argent, je ne lésine pas sur les moyens. Je mise tout sur la table, et seul le résultat compte.
Après avoir étudié les dossiers de mes jeunes dans mon bureau, j'avale un café avant de lever le nez sur l'horloge. Déjà midi. Je me redresse laissant ma veste sur ma chaise, et quitte la pièce avant de me rendre au réfectoire, question de vérifier que mes protégés sont déjà en train de déjeuner. Les artistes, des fois, sont tellement prit dans la passion de leur travail, qu'ils en oublient presque de s'occuper d'eux, et cela peut être malsain pour leur santé. C'est mon rôle de veiller sur eux. A la porte, je regarde de loin, promenant mon regard sur les jeunes qui grouillent de partout, avant d'enfin reconnaitre Min Oh, Jae Jin et Jeong Han. Cependant, aucune trace de In Hyuk. Je me fraie donc un chemin dans ce foutoir, et demande aux trois garçons où se trouve leur dernier compère. Certainement en studio en train d'écrire, me répondent-ils.

Quelques minutes plus tard, je monte les escaliers direction les studios, un paquet à la main. Je traverse le couloir désert et cogne à la porte du studio D avant d'y entrer. Je souris quand je vois le danseur plongé sur sa feuille en train d'écrire, et je ferme silencieusement la porte derrière moi question de ne pas le déranger.

" Quitte à continuer à travailler, autant le faire en mangeant, tu ne crois pas In Hyuk ? "

J'enlève le surplus qu'il y'a sur la table avant de poser le paquet dessus, en sortant des mets chinois que j'ai acheté au super traiteur d'il y'a deux rues d'ici. Doucement, je lève les yeux sur le jeune homme, qui m'a plus ou moins intrigué le premier jour où nous nous sommes rencontrés et où nous avons été présentés. De tout le groupe, il était bien le seul à ne pas avoir sourit d'un millimètre, et surtout, je pouvais lire sur son visage comme une sorte d'inquiétude, voire même d'insatisfaction et de méfiance. Jusqu'aujourd'hui je me demande pourquoi. Peut-être a t'il besoin de me connaitre un peu plus avant de me faire confiance. De plus... Les responsables m'ont tous prévenus. Les High5 ont du talent, mais leur maturité n'est pas vraiment à terme. In Hyuk serait même la source de beaucoup de bêtises, Jae Jin également. Ils seraient donc plutôt à surveiller.

" Du riz thai, du poulet grillé et du jus d'orange. Ça te va ? "

Je connais la règle. Il y'a un réfectoire ou les trainees sont censés manger, c'était ainsi qu'on pouvait surveiller leur bonne alimentation et surtout les régimes de certains. Mais une fois n'est pas coutume, de plus, s'il y'a quelque chose que je ne supporte pas, c'est qu'on perturbe mes artistes en plein travail.

" Alors comme ça, tu es aussi le parolier du groupe... Je serais curieux de lire ton texte après, tu veux bien ? "



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Message
Jeu 30 Juin - 23:44

Speak In Studio



Tout s’enchaîne rapidement. Tout déboule, j’ai l’impression que je ne contrôle plus rien. Tout va trop rapidement pour moi et j’ai une pression si lourde sur les épaules que je fais conneries par-dessus conneries. Certaines coulent comme de l’eau claire, d’autres me reviennent en pleine gueule comme un tsunami. Pis ça doit faire mal, un tsunami. Je suis peut-être peureux de nature, nerveux par défaut, mais je pense que cette fois, j’ai de quoi à hésiter. Après toutes ces années de training et à anticiper impatiemment le moment où je serai sélectionné, je peux être fier d’être le lead dancer des H↑gh5. Je pouvais pas être plus comblé que maintenant. Faire partie d’un band rap/hiphop, être l’atout en chorégraphie parmi les cinq membres et continuer d’écrire des paroles sur les compositions de JH; tout est parfait. Tout est en place, il  ne manque plus que le dernier membre pour fermer la boucle et voir les H↑gh5 en pleine production pour un premier single. Tout ce stress, c’est sûrement la pression du débutant. Reste plus qu’à espérer que ça dur pas une éternité et que je peux encore être efficace.

De ce côté-là, je pense pas être en mauvaise posture. Seul dans un des studios d’enregistrement de la Yuseong Media, je suis en transe sur une piste que JH a composée. Ça doit bien faire une trentaine de fois qu’elle résonne dans la pièce insonorisée. Devant moi, un paquet de feuilles où je peux y lire l’écriture de Jay, de notre maknae et de moi-même. Maintenant que nous sommes rassemblés, ce que nous faisions pour déconner et décompresser pendant notre quotidien de trainee devient une précieuse ressource. Entre nous trois, nous avons le talent de compositeur et de parolier; produire des chansons qui courent la chance d’être interprétées par le groupe est trippant. Et puisqu’aujourd’hui est un jour où le groupe entier de trainees pratique des chorégraphies, j’ai pas hésité à skiper pour me retrouver ici. Après tout, c’est pas comme si je me la coule douce, puis je sens que je suis beaucoup plus productif ici qu’avec eux. Pour l’instant, du moins.

Pour la énième fois, ma voix légèrement plus grave dont je joue pour raper s’entremêle à la musique. L’enregistreur devant moi fait le boulot à ma place; tout ce que je pourrais manquer en écrivant trop lentement les mots qui franchissent mes lèvres, il n’en manque pas une miette. Tout ce que j’ai à faire, c’est me laisser entraîner par le cypher. Lorsque je butte sur le beat, j’arrête l’enregistrement et la musique pour mieux écouter, retranscrire et retravailler les paroles exploitables. C’est mon style: un rap freestyle, un cypher qui me porte loin et qui s’impose à moi.

Alors que je change l’emplacement de quelques mots dans une phrase pour un flow plus agressif, on cogne à la porte avant que celle-ci s’ouvre. Un coup d’œil rapide tout en griffonnant me donne l’identité du visiteur; le manager. Ne contrôlant rien de ma réaction, mon corps se tend et la mine de mon crayon s’effrite en laissant de la poussière de plomb sur la feuille. Déjà bien barbouillée, elle commence à faire pitié. Inattentif à ses paroles, je me dis que Gon Hyun est peut-être mécontent de mon absence, mais lorsqu’il débarrasse la table et qu’il dépose un boîte remplie de cuisine chinoise, je relève les yeux vers lui. Je ne sais pas combien de temps s’est écoulé depuis que je suis ici à raper comme un dingue, mais l’odeur de la nourriture me rappelle bien que j’ai oublié de manger.

-Du riz thai, du poulet grillé et du jus d'orange. Ça te va ?

Avoir un homme par son estomac est vraiment lâche, mais pour le coup, je dois avouer que je ne m’en plaindrai pas. Je hoche la tête et dépose mon crayon, sans toutefois mettre en retrait mes feuilles et l’enregistreur.

-Je pensais pas que c’était déjà l’heure de manger, dis-je pour défendre ma présence qui s’éternise dans le studio. J’aurais pu rejoindre les autres tout à l’heure.

Ma voix sonne tellement fausse lorsque je lui parle que j’en grimacerais. De tous les managers qu’on pouvait nous assigner, Gon Hyun est l’un de ceux que je ne désirais pas spécialement. Même si son cheminement professionnel démontre clairement qu’il est tout à fait qualifié pour diriger et mener à bien un boyband, ses méthodes pour y parvenir sont souvent au cœur des discussions les plus croustillantes. Les hommes à double tranchant comme lui me refroidissent et étouffent mon énergie. Je me sens en présence d’un loup de l’industrie k-pop et ça m’use les nerfs. À la place de chercher un sens manipulateur dans tout ce qu’il fait et dit, j’aurais de loin préféré qu’on nous colle un autre manager que lui. Si je juge rapidement ? Clairement.

-Alors comme ça, tu es aussi le parolier du groupe... Je serais curieux de lire ton texte après, tu veux bien ?  

Je hoche la tête de nouveau et tout en ouvrant la boîte pour y voler un morceau de poulet avec mes doigts, je lui jette un œil. De toute ma vie, je n’ai jamais été aussi méfiant.

-Je ne le terminerai pas aujourd’hui, avoué-je en m’installant correctement pour manger. Je suis pas le seul à écrire, y a aussi Jay et JH. Même que JH compose la musique, il est doué.

C’est la première fois que je lui parle autant, mais je me fais presque peur; à quand la dernière fois où j’ai été aussi sérieux ? Au final, lui aussi doit être un facteur de ma nervosité et être seul en sa présence renforce cette carapace de protection que j’ai enfilée dès qu’il est entré dans le studio.

-Tu peux le lire tout de suite si tu y tiens, mais c’est pas gagné pour trouver l’ordre des couplets.

La bouche pleine, je glisse les feuilles vers lui en gardant l’enregistreur.
            
@ pyphi(lia)


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Message
Mer 6 Juil - 0:24

Speak in studio

Ce qu'il y'a d'intéressant avec ces jeunes, c'est qu'ils ne sont pas de simples interprètes, mais donnent aussi de la main en composant et en écrivant. Je dois dire qu'avec les groupes avec lesquels j'ai bossé ces dernières années, ce n'était pas toujours le cas. Souvent, il était plus simple pour les agences d'imposer un style à un groupe particulier, leur imposer un texte, et tout ce qui tourne autour de leurs démonstrations artistiques. Les High5, eux, semblent beaucoup plus autonomes, ce qui peut prouver une certaine rigueur de leur part. J'aime ça. J'ai toujours été un grand travailleur et me suis donné à fond dans tout ce que j'entreprenais depuis que je suis entré dans le milieu du showbiz. Il ne manquerait plus que les groupes pour lesquels je transpire soient en fait de gros fainéants qu'il faut tirer du lit... Je n'ai pas de temps à perdre pour ça.

"Je ne le terminerai pas aujourd’hui. Je suis pas le seul à écrire, y a aussi Jay et JH. Même que JH compose la musique, il est doué." Je souris à sa réponse, enfonçant mes mains dans mes poches. Celui là. Qu'est-ce qui se passe, on dirait qu'il voit un terrible monstre prêt à ne faire qu'une seule bouchée de lui, alors que ce n'est que moi. Ma première impression le concernant ne doit pas être une erreur... Je crois qu'il a vraiment une appréhension me concernant, et je me demande bien pourquoi. "Tu peux le lire tout de suite si tu y tiens, mais c’est pas gagné pour trouver l’ordre des couplets." J'écoute à peine sa dernière phrase, quand mes yeux se tournent vers sa paperasse. Je fronce un peu les sourcils et prend ses notes, essayant de déchiffrer tout ça. Ce n'est pas écrit très joliment et il y'a des ratures partout. Je ne sais même pas ce qui fait parti du texte et ce qui n'en fait pas parti. Je finis par en conclure :

"Dans ce cas, quand tu l'auras terminé, tu me le montreras."

Je souris et m'assieds à côté, commençant aussi à manger. L'air de rien, le boulot que j'ai effectué ce matin m'a bien creusé l'estomac. Et cet après-midi, je ne risque pas de lésiner... L'agence étudie encore la possibilité d'un cinquième membre dans le groupe et il semblerait que la décision aie du mal à être prise, pour je ne sais quelle raison. Un cinquième membre, est-ce si capital ? Je les trouve déjà très bien à quatre. Enfin, si un autre jeune homme talentueux avec la même couleur artistique qu'eux traine par là, pourquoi pas... Plus il y'a de membres dans un groupe, plus les chances de plaire peuvent augmenter. Même si, pour eux, ça ne peut être qu'une mauvaise chose, vu qu'ils seront bien moins payés. Enfin.

"Dis moi In Hyuk, tu sais que si tu as quelque chose à me dire je suis tout ouïe."

Oui, car autant profiter de sa présence pour essayer de tirer quelque chose de claire sur ce malaise qu'il a en me voyant, au lieu de rêvasser.

"J'ai entendu dire que tu étais très énergique, et que tu faisais même pas mal de bêtises. Pourtant, quand je te vois, tu sembles bloqué, voire même, complètement stressé. Pourquoi ? Je suis si effrayant ?"

Je pose les yeux sur lui, à la recherche d'une réponse. Il a une jolie petite bouille, comme tous les autres d'ailleurs. Mais je pense que ça lui va beaucoup mieux de sourire plutôt que de tirer une tête de lapin ciblé par un loup.

"Y'avait-il un autre manager de la boite avec qui tu t'entendais mieux ? Tu aurais voulu quelqu'un d'autre ?"



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Message
Jeu 7 Juil - 6:22

Speak In Studio



Je suis pas celui qui enfile une armure pour se protéger de ce qui l’entoure. Les hypocrites, les profiteurs, les manipulateurs et les égoïstes ont le champ libre pour faire de moi ce qu’ils veulent. Je suis peut-être impulsif et énergique à en devenir idiot, mais je suis conscient de ce qui se passe près de moi. C’est ce qui me garde en vie, alerte à tout ce que me parait louche. Je me repose souvent sur mon sixième sens, cette petite voix qui me sifflote aux oreilles comme Jiminie à Pinocchio. Jusqu’à maintenant, je me suis jamais vraiment trompé. Sur un total de 22 ans, c’est vachement réconfortant. Feck je vais continuer d’écouter ce feeling inexplicable et garder une certaine distance avec ceux qui s’affichent avec un gros warning rouge sur le front. Malheureusement pour lui et pire pour moi, le manager fait parti de ces personnes là.

En ce moment, rien ne m’empêche encore de converser avec lui. Sans pour autant l’observer, j’échange quelques paroles sur le texte que Jay, JH et moi composons. Alors que mon sérieux écrase mon habituel sourire, mon regard fuit l’aîné devant moi comme si poser mes yeux sur lui pouvait me brûler la rétine. Ce comportement n’est tellement pas fidèle à qui je suis la majorité du temps que je viens à mâcher un peu trop frénétiquement le poulet thaïlandais. Je le regarde en douce prendre les feuilles où sont griffonnés plusieurs lignes ici et là. On peut y distinguer trois écritures différentes, mais aussi d’énormes barbouillas. Je ne suis pas étonné lorsqu’il abandonne le contrat de déchiffrer ce gigantesque tourbillon de mots et de graffitis. Je récupère les feuilles et les glissent près de l’enregistreur avant de recommencer à manger. Cette fois, je pige dans la boîte avec des baguettes en bois. Le manager ne perd pas son temps et s’assoit sur le siège à côté du mien pour avoir accès à la nourriture. Je ravale tout commentaire en même temps que ma bouchée de riz; franchement, j’aurais bien tout mangé à moi seul.

-Dis-moi In Hyuk, tu sais que si tu as quelque chose à me dire je suis tout ouïe. J'ai entendu dire que tu étais très énergique, et que tu faisais même pas mal de bêtises. Pourtant, quand je te vois, tu sembles bloqué, voire même complètement stressé. Pourquoi ? Je suis si effrayant ?

Je manque m’étouffer avec le jus d’orange lorsqu’il relève mon attitude des plus étranges. Si  ce comportement était venu de JH, j’imagine que personne n’aurait pipé mot. Mais venant de moi, les problèmes et les ennuis se sentent à des kilomètres à la ronde. Le peu de fois où on prononce mon nom, c’est pour y coller conneries et énergie dans la même phrase. Quand j’ai un peu de chance, j’entends entre les lignes que je suis un gars dont le sourire et les blagues à deux balles illuminent la vie de certaines personnes. Alors quand un truc cloche, je suis aussi subtile qu’un troupeau d’éléphants. Roses. En plein cœur de Séoul. Voyez le tableau ?

-C’est le stress de performer, marmonné-je pendant que son regard pèse sur moi.

C’est un mensonge blanc. Je suis vraiment anxieux face à mes débuts qui approchent, mais je contourne aisément l’autre partie de mon problème: lui. Qu’est-ce que je pourrais bien lui dire ? Que je n’aime pas sa face et l’énergie qu’il dégage ? Qu’il est un de ces managers que je ne voulais pas ? Bonjour le malaise après ça.

-Y'avait-il un autre manager de la boite avec qui tu t'entendais mieux ? Tu aurais voulu quelqu'un d'autre ?

-Je connais aucun autre manager, ici, dis-je soudainement en me renfrognant sur la nourriture. De toute façon, c’est toi notre manager et tant que je fais du bon boulot, y a pas de raison pour que je me colle un speech… Non ?

Même tout ça, j’ai failli à lui shooter en le regardant. Je n’ai pas réussi à retenir mon élan non plus, les mots ont déboulé de ma bouche comme un avalanche. Si je voulais éviter un échange plus approfondit de la question, j’imagine que j’ai manqué la chance de me taire. Faut croire que mon impulsivité et ma franchise ne sont jamais cachés bien loin, contrairement à mon sourire qui s’est barré depuis un moment.      
            
@ pyphi(lia)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Message
Jeu 7 Juil - 20:46

Speak in studio

Le stress de performer, dit-il. C'est vrai que je n'y ai pas vraiment pensé, j'ai beau être habitué à voir mes artistes sur scènes et à signer contrats sur contrats, eux sont encore tout jeunes et n'ont pas vraiment d'expérience du milieu, en effet. Mais je doute fort qu'un jeune homme stressé passe son temps à faire des bêtises comme il le fait habituellement, du moins d'après ce que l'on me dit assez souvent. Parfois, je crois même voir un soupçon de tentative de me culpabiliser, quand ils me disent que In Hyuk et Jae Jin sont loin d'être des anges et doivent être vraiment surveillés. Je suis manager moi, pas papa. Avec tout le boulot que j'ai, je n'ai clairement pas le temps de suivre ces jeunes et de surveiller chacun de leur pas. Tout ce que je peux faire, c'est entendre ce qu'on me rapporte à leur sujet, et bien que In Hyuk aie un dossier assez chargé niveau conneries plus grosses que lui, rien n'a été rapporté le concernant depuis mon arrivée. Donc, je n'ai pas grand chose à dire... Si ce n'est que son excuse de stress est une preuve que je suis vraiment le problème pour lui.

"Je connais aucun autre manager. De toute façon, c’est toi notre manager et tant que je fais du bon boulot, y a pas de raison pour que je me colle un speech… Non ?" Je souris un peu après avoir saisit ma baguette et mangé un bout de poulet. Je ne sais pas pourquoi, mais je sens comme un sacré rejet de l'autorité chez lui. Peut-être que ce n'est pas moi qui gêne, mais simplement le fait qu'ils aient dorénavant un manager. S'ils ont été habitués à faire tout ce qu'ils voulaient pendant tout ce temps, je veux bien comprendre que ça leur fasse un peu bizarre d'avoir une sorte de grand frère qui veille. Surtout lui... Qui est abonné aux conneries.

"Je sais déjà que tu travailles très bien, tu es doué et si tu veux savoir, j'adore ta façon de danser. Mais pour devenir un artiste connu et brillant, le travail ne fait pas tout."

Je prends ma bouteille d'eau et en boit quelques gorgées, avant de la reposer sur la table. Mes yeux se posent à nouveau sur ses papiers ainsi que sur l'enregistreur, que je saisis et tripote de mes deux mains, l'air absent.

"Il faut une bonne boite de production, un manager intelligent, et surtout, surtout... Une paaarfaite attitude. Si tu as les deux premières conditions et qu'il te manque la dernière..."

Je lâche l'enregistreur qui retombe bruyamment sur la table, puis repose les yeux sur le danseur.

"Ta musique, aussi géniale soit-elle... Personne n'en voudra. Dans ce pays, la réalité est là."

La Corée du sud a toujours été une nation pudique. Ici... Tu ne peux pas te permettre de porter une arme, faire du trafic de drogue, toucher des filles à gauche à droite et conduire en état d'ivresse tout en espérant être une star de la chanson. Ces choses là n'arrivent qu'en Amérique. En Corée, le premier pet de travers peut te couter particulièrement cher. Et plus les artistes sont jeunes, plus ils ont du mal à réaliser la gravité ou l'idiotie de leurs actes.
Je le regarde quelques secondes avant de me reconcentrer sur mon repas.

"Ton rêve est bien de chanter auprès de tes amis le plus longtemps possible n'est-ce pas. Pour chanter le plus longtemps possible, il faut faire beaucoup d'argent. Pour faire beaucoup d'argent, il faut faire ce qu'on te dit. Donc, nos intérêts sont les mêmes. Nous avons le même but. Voilà pourquoi, si ton attitude ne s'améliore pas, si tu continues de faire des bêtises dans les couloirs et si ta tête se trouve là où elle n'est pas censée être... Tu auras droit à ce que je te "colle un speech".  "

Je mets une bonne portion de riz thai dans ma bouche et savoure. Qu'est-ce que c'est bon ce truc là. Je devrais acheter mes repas plus souvent chez ce traiteur.

"Bientôt tu ne seras plus un trainee In Hyuk... Penses-y, et surtout profite."


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Message
Ven 8 Juil - 5:53

Speak In Studio



En cet instant, tout ce que je veux est composer le texte de cette chanson qui risque d’être un bon titre pour notre premier mini-album. J’aime croire que nos chansons seront retenues lorsque je passe des heures avec ou sans les autres à rapper, marmonner, écrire et ratifier des couplets au complet pour parvenir à un résultat satisfaisant. Je suis peut-être un vrai petit clown plus qu’il ne me le serait généralement permis dans les autres agences, mais lorsqu’il est question de performance, je deviens une vraie boîte à production. Avant même que je ne sois sélectionné pour être le premier membre des H↑gh5, une talentueuse idole de la Flow Entertainment m’a repéré; Dawn m’a assuré que son agence se mordrait les doigts de passer à côté d’un danseur comme moi. Ça n’a pas tombé dans l’oreille d’un sourd, mais j’ai gentiment refusé après avoir partagé une street dance avec elle. Le plus drôle après tout cela, c’est bien le fait que je suis apparu en tant que danseur dans son MV en collaboration avec Hunter de la YM. Si ça m’a donné de la confiance en mes capacités et mon talent, ça m’a aussi octroyé une dose d’anxiété en plus. Il devient de plus en plus clair qu’on attend beaucoup de moi et je le sais plus que quiconque. C’est d’ailleurs ce qui m’a poussé ici pour être au calme et pour embrayer mes méninges de parolier pendant que les autres pratiquent des chorégraphies.

Mais soyons terre à terre. Je ne peux pas tout faire en même temps. Il m’est impossible de canaliser mes multiples conneries, mon humour fastoche et mon énergie électrifiante en une seule étape. Et ce que dit le manager lorsqu’il prend l’enregistreur en main me fait comprendre que c’est ce qu’il désire. Pour la première fois depuis qu’il est entré dans le studio, je relève le visage vers lui. Mon regard se pose lourdement sur ses traits et je murmure, dépité.

-Une parfaite attitude…

Les mots ont à peine le temps de mourir sur mes lèvres dans un souffle étouffé, ma main a à peine le temps de bouger d’un millimètre pour lui voler l’enregistreur que je ne veux pas voir entre ses sales pattes. Il laisse tomber l’appareil qui fait un bruit monstre dans le local lorsqu’il percute la table. Fébrile, j’en sursaute et en dépose lentement mes baguettes dans la boîte encore remplie de nourriture. Pire qu’un animal qui fuit un prédateur, je deviens une bête prise au piège qui n’a pas l’audace de le quitter des yeux. Advenant le cas, j’ai l’impression que je lui donnerais la chance qu’il attend pour donner le coup fatal. Je le sais: je suis un petit comique, mais je suis loin d’être un vrai imbécile. Avoir vécu à New York et à Montréal, ça forge le caractère et ça te saute une vie.

J’aimerais qu’il arrête de respirer et me foute la paix, mais le regard qu’il me lance pendant quelques secondes me pousse à me taire et à refuser toute autre bouchée de ce repas. Pourtant, j’ai l’impression que je dévorerais la boîte au complet et plus encore. Je m’adosse contre la chaise et le fixe, le visage fixé dans la surprise et la colère. Je jure que derrière ce masque dur qui veut craquer, mon sang bouille doucement dans mes veines. Je ne suis pas surpris lorsqu’il reprend la parole, mais ses propos m’ouvrent en deux et me tordent les tripes. Il manipule la vérité et le mensonge comme un professionnel, comme un requin de l’industrie, comme un vrai connard de manager. Il veut un groupe qui lui mange dans la main, qui lui obéit au doigt et à l’œil, qui sautera en bas d’un fucking pont s’il leur ordonne. Je ne sais pas quels artistes il a eu avant nous, mais j’imagine qu’il a dû en manger, des claques sur la gueule. C’est même ce qui me démange de faire en cet instant lorsqu’il appuie ses propos d’un « si ». À mes oreilles, dans cette discussion, je le feel comme un avertissement. Une menace, une promesse, whatever. Et ça, c’est de trop.

-Are ya kidding me ?! m’exclamé-je en empiétant sur ses dernières paroles. Je sais pas qui tu penses avoir comme artiste, mais je suis pas une poupée, ok ? C’est pareil pour les autres membres, on est pas des numéros que tu peux remplacer comme tu veux et c’est pas en te dressant plus haut que moi que tu vas m’obliger à m’écraser !

Je ramasse l’enregistreur sans pour autant le quitter du regard. J’en tremblerais tellement j’ai envie de le défoncer. Heureusement pour lui, je ne suis pas violent pour deux sous. Mais faut croire que chaque homme a ses limites. La mienne, c'est de me faire manipuler comme ça et de me sentir plus con et lourd que je le suis vraiment.

-Pis qu’est-ce que tu sais de mes rêves ? Tu me connais pas pantoute, continuais-je, crinqué comme jamais. T’es peut-être mon manager, mais t’es mal placé pour me faire ce discours de merde aussi tôt. Je sais pas ce que les autres ont pu te raconter, mais j’ai jamais rien fait qui a porté préjudice à la YM. Tu parles des conneries avec Jay pendant les entraînements ? Sans nous, la moitié des trainees chialeraient du temps alloués aux chorégraphies ! Tu parles de la vidéo youtube* sur le net ? J’étais même pas encore sélectionné pour le groupe et ça n’a pas fait de scandale, au contraire ! Et je te jure que je vais continuer à danser dans les rues. Mais c’est peut-être le fait que j’ai insisté pour apparaître dans le MV de Dawn et Hunter ? Je te ferai remarquer que ça m’a fait gagner en popularité.

Je mets de côté mon jus d’orange sur la table et ramasse mes feuilles rapidement, le corps tremblant. Je ne me souviens pas d’avoir été aussi en colère de toute ma vie et il n’est pas question que je reste une minute de plus dans cette pièce. Ce gars m’étouffe. J'en crèverais.

-Pis si c’est le fait que je m’obstine à ne pas apparaître dans les émissions de téléréalité, laisse-moi te dire que je suis un danseur et un chanteur, pas un acteur ou un mc, dis-je en me dirigeant vers la porte du studio. Si t’es déjà pas satisfait de ce que je fais, tu calisses ton camp ou tu t’arranges pour que la YM me crisse dehors.

Je suis si énervé et je me sens si attaqué que j'en perds mon coréen pendant mon pétage de coche. Je pourrais faire de cet affront un cypher implacable, incassable. Une vraie bombe en texte et c’est dans le dortoir des H↑gh5 que je compte bien me diriger pour mettre sur papier ce que j’ai envie de dégueuler.     
            
@ pyphi(lia)


spécifications:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Message
Ven 8 Juil - 18:32

Speak in studio


"Are ya kidding me ?! Je sais pas qui tu penses avoir comme artiste, mais je suis pas une poupée, ok ? C’est pareil pour les autres membres, on est pas des numéros que tu peux remplacer comme tu veux et c’est pas en te dressant plus haut que moi que tu vas m’obliger à m’écraser !" Je fais de grands yeux, dirigés sur mon artiste, la bouche pleine de nourriture et ne bougeant plus d'un poil. Je dois avoir la tête d'un cochon d'inde qui voit sa maitresse nue pour la première fois, mais tant pis, je suis envahi d'un sentiment de surprise, voire même de choc ? Qu'est-ce qui lui prend tout d'un coup à celui là ?? Pourquoi l'ambiance a t'elle changé aussi rapidement, et surtout... Quoi ? Qu'est-ce qu'il raconte ? Je suis tellement hébété que je ne suis pas sûr d'avoir eu le temps de tout bien comprendre. "Pis qu’est-ce que tu sais de mes rêves ? Tu me connais pas pantoute, continuais-je, crinqué comme jamais. T’es peut-être mon manager, mais t’es mal placé pour me faire ce discours de merde aussi tôt. Je sais pas ce que les autres ont pu te raconter, mais j’ai jamais rien fait qui a porté préjudice à la YM. Tu parles des conneries avec Jay pendant les entraînements ? Sans nous, la moitié des trainees chialeraient du temps alloués aux chorégraphies ! Tu parles de la vidéo youtube* sur le net ? J’étais même pas encore sélectionné pour le groupe et ça n’a pas fait de scandale, au contraire ! Et je te jure que je vais continuer à danser dans les rues. Mais c’est peut-être le fait que j’ai insisté pour apparaître dans le MV de Dawn et Hunter ? Je te ferai remarquer que ça m’a fait gagner en popularité."

Gon Hyun... Je t'interdis de rire. Pas à un moment comme celui là. In Hyuk semble être dans tous ses états, ce ne serait pas très intelligent d'avoir un rire nerveux maintenant. D'ailleurs, je suis presque attendris, voire même peiné, quand je vois son corps trembler doucement, commençant à ranger ses affaires. Waw. Je l'ai mis autant en colère ? C'est fou, mais j'aurais presque des regrets en le voyant comme ça. Est-il donc si innocent...? Je ne suis quand même pas le premier à leur dire ce genre de choses ici, non...? Parfois, je me demande vraiment si cette boite prend réellement soin de ses artistes jusqu'au bout. Je préfère le laisser se vider complètement avant de reprendre la parole. "Pis si c’est le fait que je m’obstine à ne pas apparaître dans les émissions de téléréalité, laisse-moi te dire que je suis un danseur et un chanteur, pas un acteur ou un mc. Si t’es déjà pas satisfait de ce que je fais, tu calisses ton camp ou tu t’arranges pour que la YM me crisse dehors." Il est décidément très bilingue. Ou trilingue ? Je n'en sais rien mais en tout cas, il ne parle pas que Coréen. Je l'observe se diriger vers la porte du studio, que j'aurais peut-être fermé à clé si j'avais sut que les choses se passeraient comme ça. Je me demande bien par quoi commencer, car avec une question pareille, je réalise que j'ai encore bien plus de boulot avec ce groupe que je ne le pensais. Pas de réalité sur l'industrie, comprend tout de travers, et s'énerve pour pas grand chose... Non, vraiment ce jeune homme n'est pas prêt et je ne le laisserai pas faire ses débuts comme ça.

"In Hyuk... J'ose imaginer que vous n'avez aucun suivi psychologique ici, n'est-ce pas ? Je suis choqué de voir à quel point un artiste qui débute sous peu aie autant de mal à canaliser sa colère."

Parlons sérieusement. Les artistes sont confrontés à tout dans ce milieu. Les imprévus, les mauvaises surprises et les provocations sont inclus dans ce "tout". Comment In Hyuk réagira t'il avec cet état d'esprit ?

"Pourquoi est-ce que tu te sens menacé ? Si j'ai dis quelque chose qui t'as agacé, excuse moi. Si je m'y suis mal prit, excuse moi. Je ne suis aucunement dérangé du fait que tu aies des apparitions télévisuelles, au contraire c'est gratifiant et ça te fait de l'expérience. Le fait que tu danses dans la rue est aussi une bonne chose, tu pourras te faire remarquer du public et ça fera parler de toi, ainsi que du groupe, le bouche à oreilles va très vite des fois. Quand à YouTube, c'est la base pour un débutant. Je t'encourage dans tout ce que tu fais. Excepté dans tes conneries. S'incruster au beau milieu d'une scène parmi les backdancers, ce n'était pas très intelligent."

Je suppose qu'il sait très bien de quoi je veux parler. Je pose mes baguettes sur la boite et me lève, me dirigeant vers lui une main dans la poche. Je pose ma main libre sur son épaule pour le retourner et pose ma main à plat sur la porte.

"Je ne te verrai jamais comme une poupée, ni toi, ni les autres et je n'ai aucune raison de vous écraser. Es-tu seulement conscient que votre échec est aussi le mien ? S'il arrive quoi que ce soit à votre groupe j'aurai de gros problèmes, non seulement financiers, mais en plus je ne serai plus aussi crédible qu'avant. Je suis de votre côté. Je n'ai aucun ordre à vous donner, je ne suis que le manager moi... Les ordres, ils descendent des producteurs de la boite. Tu comprends ?"

Je le regarde dans les yeux, le visage neutre. Si on ne leur a même pas expliqué ça, où je vais moi. J'ai quand même d'autre choses à foutre.

"Quand à la téléréalité... Tss, je m'en fiche pas mal, tu n'es pas encore connu, c'est toujours mieux pour les idoles accomplies ça. Les fans n'ont aucune raison de voir comment des starlettes débutantes que personne ne connait font leurs omelettes et à quelle heure elles prennent leur goûter."

Je glisse mon autre main dans ma poche et souris avant de continuer :

"Par contre, sois sûr d'avoir quelques séances de self contrôle avec moi. C'est pas croyable, tu as vu dans quel état tu t'es mis pour si peu ? Comment feras-tu, si un imbécile te provoque dans une émission, ou si le chef même de cette boite te donnait des directives artistiques ? Imagine si ça avait été une caméra cachée ??"

Je lève les bras et imite sa voix :

"What, are you kidding meeee ??? La télé réalité c'est de la merde, je suis un artiste moi, un vrai !" dis-je en rigolant. "Les grosses colères ne font pas parties des caractéristiques d'une parfaite attitude, et surtout elles peuvent te couter chères. Alors, apprends à les maitriser."

Je lui fais une pitchenette sur le nez avant de ranger de nouveau ma main dans ma poche.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Message
Mar 12 Juil - 3:22

Speak In Studio



Woh. Ce qui vient de se passer est presque un épisode de perte de contrôle. Je ne me suis jamais senti aussi piégé et aculé qu’en cet instant. Pis je jure que je me suis retrouvé dans des situations bien pires que celle-là et qui ne m’ont pas fait trembler ainsi. Je m’en suis à peine aperçu avant que j’attrape mes effets personnels pour quitter le studio d’enregistrement; mes mains sont moites et je shake. Je suis moi-même impressionné par mon état, mais la conversation me choque davantage. Près de la porte, tout ce que je veux est m’éloigner de cet homme qui pu la manipulation, la persuasion et le cash à plein nez. Y a de ces gens que je trust pas pour deux secondes. Jeong Gon Hyun est clairement en tête de ma top liste. À vrai dire, il l’a été dès la première fois où je l’ai vu et je ne pense pas l’y déloger. Même les gars de l’underground newyorkais n’étaient pas aussi puant que lui.

-In Hyuk... J'ose imaginer que vous n'avez aucun suivi psychologique ici, n'est-ce pas ? Je suis choqué de voir à quel point un artiste qui débute sous peu aie autant de mal à canaliser sa colère.

Il se fout de ma gueule… Je tourne la tête vers lui, les mots bloqués dans ma gorge et la bouche entrouverte. Ce qui défile dans ma tête est pourtant assez cru pour que je puisse le lui craché au visage, mais rien ne sort. Je suis estomaqué de voir à quel point ce gars manque de tact, encore plus que moi. Si je me sais franc par mon impulsivité, lui, c’est du tout calculé et appuyé. Et c’est ce qui est encore plus flippant et dangereux. Pendant une seconde, je me demande où il a fait ses études universitaires et j’espère de tout cœur qu’on est pas diplômé du même nom. Franchement, il se prend peut-être pour mon médecin pour vouloir me référer à un psychologue après m’a voir abordé avec la délicatesse d’un mastodonte ?! Le sale con, qu’il apprenne à connaître les artistes avant de leur parler comme s’il savait tout sur tout !

-Pourquoi est-ce que tu te sens menacé ? Si j'ai dis quelque chose qui t'as agacé, excuse moi. Si je m'y suis mal prit, excuse moi. Je ne suis aucunement dérangé du fait que tu aies des apparitions télévisuelles, au contraire c'est gratifiant et ça te fait de l'expérience. Le fait que tu danses dans la rue est aussi une bonne chose, tu pourras te faire remarquer du public et ça fera parler de toi, ainsi que du groupe, le bouche à oreilles va très vite des fois. Quand à YouTube, c'est la base pour un débutant. Je t'encourage dans tout ce que tu fais. Excepté dans tes conneries. S'incruster au beau milieu d'une scène parmi les backdancers, ce n'était pas très intelligent.

Parce que je bouillais de rage, j’ai à moitié écouté ce qu’il m’a dit. Je me connais: mon cerveau enregistre tout et ses paroles redéfileront dans ma tête lorsque je serai calmé et seul. Toutefois, je saisi clairement qu’il me reproche la scène que j’ai faite principalement avec Jay, il y a quelques semaines. J’ai envi de lui répliquer que ça a été apprécié, que le montage a été refait et que notre prestation a été posté sur V pour une bonne raison, mais je n’en fais rien. Moins j’en dirai, plus vite je pourrai crisser mon camp d’ici. Ne voulant plus rajouter un seul mot dans cet affront qui me donnera certainement un ulcère d’estomac, j’ouvre enfin la porte. Enfin, j’ai à peine le temps de l’entrouvrir qu’une main se pose contre elle pour la refermer. Une autre main s’appuie sur mon épaule pour m’obliger à me retourner. Mon sang fait un tour et je fais volte-face en me dégageant de son emprise.

-Aish !

Non, mais il se croit où ce connard ?! Il pense qu’il a tous les droits du monde ? Qu’il peut m’obliger à rester dans cette pièce ? Qu’il soit un manager, un producteur, un sasaeng ou tout autre titre random, il a aucun droit de porter un geste qui inspire l’autorité sur moi. Je sens mon visage qui commence à bouillir sous la pression et le regard que je lui lance conteste avec rage sa manière de faire. Aucun artiste ne s’est jamais plain ? Des conneries, il a du les payer pour acheter le silence !

-Je ne te verrai jamais comme une poupée, ni toi, ni les autres et je n'ai aucune raison de vous écraser. Es-tu seulement conscient que votre échec est aussi le mien ? S'il arrive quoi que ce soit à votre groupe j'aurai de gros problèmes, non seulement financiers, mais en plus je ne serai plus aussi crédible qu'avant. Je suis de votre côté. Je n'ai aucun ordre à vous donner, je ne suis que le manager moi... Les ordres, ils descendent des producteurs de la boite. Tu comprends ?

Pour la première fois, je suis tout à fait d’accord avec ce qu’il dit. Il n’est qu’un manager parmi tant d’autre et les boss, ce sont les producteurs. Lui, il n’est que le lien entre l’agence et moi. Si tout ça vient à trop se gâter, c’est pas comme si j’étais le seul à avoir des emmerdes. Il sera probablement le premier à être dans une situation dangereuse et dans le pire des cas, je pourrai toujours me replier sur ça; il se remplace plus facilement que moi. Je n’aurais qu’à endurer sa face quelques temps pour que je puisse grimper les échelons. Et dès que l’occasion se présentera, lui et sa supériorité prendront le large.

Mais tout ça, je ne fais que le penser pendant que je le frappe cent fois dans ma tête en soutenant son regard. Je le laisse parler, encore et encore. Ce gars fait juste ça et tout ce qu’il dit rentre par une oreille et sort de l’autre. J’accroche à certains bouts de phrase, mais je m’efforce de ne pas ouvrir la gueule. Entêté à garder le silence, je fixe sa face que je déteste déjà plus que celle de quiconque. C’est encore pire lorsqu’il se moque carrément de moi, les bras levés dans les airs. Je suis le premier à faire et dire des niaiseries, le premier à rire et à sourire à tout va. Mais là, en cet instant, rien de ce qui viendra de lui ne sera drôle. Tout ce qu’il fait, c’est empirer son cas. Et lorsque sa main se lève vers moi, je dégage mon visage rapidement pour éviter cette fichue pichenette. Mes affaires dans les bras, je le fixe avec une rancœur palpable.

-Perfect, articulé-je d’une voix deep et quelque peu tremblante par les multiples émotions qui se fracassent en moi. I’ll do what I have to do.

Je glisse une main derrière moi pour tourner la poignée, puis je fais un pas devant sans le quitter des yeux. Tout en ouvrant, je bouge prudemment pour ne pas cogner le cadre de porte maladroitement. Je ne compte pas ajouter un seul mot de plus et avant qu’il ne décide de l’ouvrir encore, je sors du studio et je claque la porte derrière moi. Mon cœur bat comme si j’avais couru le marathon à 30C sans le facteur humidex. Mon sang a envie de retomber dans mes pieds d’un coup et tout ce que souhaite, là, c’est aller me défouler avec In Su dans les rues.   
            
@ pyphi(lia)

Tututu:
 
Revenir en haut Aller en bas

Speak in studio Ft In Hyuk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Matériel Joo Se Hyuk
» Recherche studio St-Malo
» comptoir ou studio?
» 2 bois joo se hyuk,35€ l'unité !!!!!
» Recherche bois Butterfly Joo Se Hyuk

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lights, Camera, Action ! :: out of character :: rps-